13 mars 2013

Reign [Pilot Script]

TheCW_logolarge_960x540

REIGN

Drama // 42 minutes

44030376_bis

Ecrit par Stephanie Sengupta (New York Section Criminelle) & Laurie McCarthy (Ghost Whisperer). Pour CBS Television Studios & The CW. 61 pages.

1557. Après avoir passé plusieurs années dans un couvent sur le Mont St Michel, Mary Stuart, 15 ans, Reine d'Ecosse depuis la mort de son père alors qu'elle n'avait que six jours, fait son entrée à la Cour de France où son futur mari, le Prince Francis, l'attend. Accompagnée de ses meilleures amies, Kenna, Greer, Aillie et Lola, qui sont aussi ses sujets, elle est bien décidée à embrasser sa destinée. Cependant, elle découvre que sa vie est constamment en danger : on essaye d'abord de l'empoisonner, puis de la violer. Des forces obscures et mystérieuses semblent même l'entourer...

Avec Adelaide Kane, Toby Regbo, Celina Sinden, Jenessa Grant, Cailtin Stasey, Megan Follows, Anna Popplewell...

 

   The Selection ou Reign ? Reign ou The Selection ? Les années 1500 ou les années 2300 ? Lorsque les pilotes auront été tournés, le premier en Irlande, le second en Hongrie, la CW devra faire son choix car je doute qu'elle décide de commander les deux en série, à la fois parce qu'ils se ressemblent beaucoup, mais aussi parce qu'ils nécessitent deux gros budgets. C'est un peu comme Oxygen et The Hundred. Mais on y reviendra. A vrai dire, j'imagine assez mal Reign prendre l'ascendant sur The Selection. Pas parce que le script est mauvais, au contraire, il est plutôt bon. Mais il n'est pas aussi bon. Pas aussi efficace surtout. Là où le Hunger Games-like offre une scène de cul dès l'ouverture, ce The Tudors-like fait patienter le public jusqu'au troisième acte, certes orgiesque. Là où l'une mise sur une rebellion visible, l'autre joue sur des forces mystiques invisibles.  Reign est très certainement plus difficile à vendre, en particulier auprès du public jeune qu'est celui de la CW en premier lieu. C'est ce qui la perdra à la fin.

   Mais c'est bien tenté. Vraiment bien tenté. Je déteste les séries "historiques" au plus point et je n'ai pourtant pas détesté ce que l'ai lu ici. Sans doute parce qu'il n'est pas question de rentrer trop précisément dans les détails de l'Histoire. Les conflits entre les différents pays sont évoqués, les stratégies sont même au coeur du futur mariage de notre héroïne, mais tout cela n'est que contexte et digression. Ce qui importe les auteures, ce sont les "petites" histoires, les amourettes. Mary et sa bande, c'est Gossip Girl par moment, mais avec des fringues et des coupes ringardes. Francis est amoureux de Mary, Mary est amoureuse de Francis, mais Francis se refuse à elle pour des raisons que l'on a dû mal à comprendre et lui aussi visiblement. On sent déjà que leur petit jeu va vite nous gonfler. Surtout que le frère de Francis, Bash, est également intéressé par Mary. Bah oui, le triangle amoureux avec deux frères, c'est la spécialité de la CW. On ne pouvait pas y échapper. On a bien du mal à distinguer les différentes copines de Mary, et encore moins en savoir plus sur leurs personnalités respectives, mais elles ne servent pas d'accessoires. Elles ont leurs intrigues -amoureuses bien entendu- à elles : l'une se tape un cuisinier, l'autre un espion et la dernière... le Roi Henry ! Oui, une trentaine d'années au minimum doivent les séparer. Elle n'a que 15 ans... Intéressant. D'ailleurs, cette même jeune fille se masturbe à un moment donné. Non, vous n'êtes pas sur Showtime mais bien sur la CW. Les cinq héroïnes assistent quand même en cachette au début de la nuit de noce du Prince Phillip et d'Elizabeth, ce qui les excite. Le porno de l'époque quoi. Autant vous dire que cette sexualité hyper présente dans le pilote risque de finalement jouer contre Reign, même si la chaîne ne semble pas s'en inquiéter pour le moment.

   L'aspect soap est accentué lorsqu'entre en scène la Reine Catherine de Médicis, un personnage forcément passionnant, qui tire toutes les ficelles à la Cour, faisant croire à son mari que c'est lui qui décide de tout. Elle affronte d'ailleurs vaillamment ses infidélités avec Diane de Poitiers. Elle n'apprécie guère Mary, mais elle sait son importance stratégique et elle veut à tout prix le bonheur de son fils... et qu'il reste en vie ! Nostradamus -oui, il fait aussi partie de la série- lui a en effet prédit un destin funeste... Et puis il y a un fantôme. L'aspect le moins intéressant du pilote. On sait très bien que les histoires de fantômes n'apportent jamais rien de bien, surtout sur le long terme. Et puis il y a la forêt qui entoure le château, sombre, dangereuse. Mary s'y aventure déjà et n'est pas déçue du voyage. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise en cas de commande. Ne vous attendez pas non plus à un truc énorme. Mais disons que Reign place là un élément mystérieux, qui pourrait potentiellement se révéler intéressant par la suite s'il est bien exploité. 

   Reign est assurément un projet ambitieux, tant par son aspect historique que par son goût pour les moeurs légères. Mais il n'est probablement pas adapté à la CW, qui ne peut pas non plus repousser ses limites au-delà d'un certain point, que cette série semble franchir à plusieurs reprises dès le pilote. Et si c'est pour qu'elle s'assagisse par la suite, je n'en vois pas l'intérêt ! Si ce script manque cruellement d'humour, il ne manque en tout cas pas d'intérêt. 


12 avril 2011

Camelot [Pilot]

19681567

Homecoming (Series Premiere) // 1 13o ooo tlsp.

44030376

What About ?

A la mort soudaine du Roi Uther, le chaos menace de s'abattre sur le royaume. Le magicien Merlin, dit "l'enchanteur", alerté par les visions d'un sombre futur, installe sur le trône le jeune et impétueux Arthur, fils caché du roi, élevé depuis sa naissance comme un simple paysan. Mais la froide et ambitieuse Morgane, fille rejeté d'Uther, entend bien empêcher ce demi-frère de régner, n'hésitant pas à user de forces surnaturelles pour parvenir à ses fins et se réapproprier ce qu'elle estime lui revenir de droit. En ces temps obscurs, le jeune souverain va devoir prendre des décisions difficiles et relever le défi d'unifier un royaume brisé.

Who's Who ?

 Créée par Michael Hirst (The Tudors) et Chris Chibnall (Doctor Who). Avec Jamie Campbell Bower (The Prisoner 2009, Twilight, Harry Potter) dans le rôle d'Arthur, Eva Green (Casino Royale, Innocents, Kingdom Of Heaven) dans le rôle de Morgan, Joseph Fiennes (Shakespeare In Love, FlashForward) dans le rôle de Merlin, Claire Forlani (Rencontre avec Joe Black) dans le rôle de la Reine Igraine, Tamsin Eggerton dans le rôle de Guenièvre, James Purefoy (Rome) dans le rôle du Roi Lot...

So What ?

 Vous savez, il y a deux types de séries que j'exécre : les policières et les historiques. Mais quand je dois écrire une critique, c'est la seconde catégorie qui m'effraie le plus. Les procédurals m'ennuient mais j'arrive à peu près à tenir éveillé devant, surtout si les personnages font preuve d'un peu d'humour, tandis que les séries d'époque me plongent systématiquement dans un profond sommeil. Sans doute parce que j'étais en forme (ou que j'avais beaucoup dormi avant), Camelot ne m'a pas vraiment fait cet effet somnifère. Mais elle ne m'a pas plu pour autant malheureusement. A sa décharge, il n'y a rien qui m'intéresse moins que la légende Arthurienne. Qu'elle soit vue par Disney ou par Alexandre Astier. Alors revue et corrigée et par la chaîne Starz, tout de même responsable de la daube apocalyptique Spartacus, et Michael Hirst, Mr. Les Tudor, c'est, en gros, ma vision de l'enfer télévisuel. Avec tant d'a priori, je n'ai pu qu'être agréablement surpris : ce Camelot est divertissant et possède quelques atouts. Les créateurs ont tellement voulu se démarquer des précédentes (et nombreuses) oeuvres qui ont traité le mythe qu'ils ont presque inventé une autre histoire avec d'autres personnages dont seuls les noms nous rappellent leur origine historique.

Arthur n'est pas impressionnant, ce n'est pas une montagne de muscles. C'est un paysan, presque chétif. Jamie Campbell Bower le campe avec conviction mais sans charisme. J'ai envie d'être indulgent sur ce dernier point car je crois que c'est tout simplement voulu afin de montrer l'évolution du personnage au fil des combats, des épisodes et des saisons. La légendaire opposition entre la sorcière Morgan et l'enchanteur Merlin est revisitée à travers le prisme de la magie noire. Les deux ennemis sont sombres, très sombres, et Eva Green et Joseph Fiennes se ménent une bataille sans merci afin d'être celui qui lancera le regard le plus noir. Au bout de 45 minutes, leur petit manège est déjà fatiguant. On a connu Eva Green plus inspirée, même si elle incarne son personnage avec la classe qu'on lui connait. Morgan devrait suivre le chemin inverse de son rival Merlin en commençant très méchante pour s'adoucir petit à petit. L'actrice aura donc certainement l'occasion d'exercer ses talents de façon plus diversifiée et sans forcément tomber la robe (même si c'est une règle chez elle visiblement : elle n'accepte que les rôles qui exigent qu'elle apparaisse nue, l'inverse des autres actrices, une façon comme une autre de se démarquer). On en vient au cas Joseph Fiennes/Merlin, qui est le plus difficile à avaler. Je vous ai déjà dit que je n'étais pas du tout attaché à la légende originelle mais ça me choque quand même de voir le magicien relativement jeune et sans sa longue barbe. Cela aurait pu passer si l'acteur ne nous avait pas refait le coup de la mono-expression, qu'il a savemment exercée toute une année dans FlashForward. Bon et puis la boule à zéro, ça ne lui va vraiment pas. Je ne suis pas non plus fan de l'actrice choisie pour incarner Guenièvre. Trop bimbo et juste pas bonne.

Camelot n'est certainement pas le ratage que j'avais imaginé, et je suis heureux de constater qu'il ne s'agit pas là d'une alternance violence/sexe comme dans l'autre série de Starz. Les décors et les costumes sont sublimes, qui plus est. Le rythme est soutenu. Mais où se cache l'émotion ? Où se sont perdus les bons dialogues ? Pourquoi s'attache-t-on plus aisément aux méchants qu'aux gentils ? Et les scènes de combats, que je déteste en général, pourquoi sont-elles si rares ? Et la magie ? Où est passée la magie ? La série part de loin mais elle a toutes les cartes en mains pour se transformer en un divertissement de bonne facture. 

25 juin 2010

Tueurs En Séries [Episode du 25 Juin 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : Supernatural s'affiche et s'anime, Snoop Dog casserait bien les petites pattes arrières de Sookie (True Blood), une bande-annonce Huge, sur le tournage des Beaux Mecs de France 2...

27 juillet 2008

The Tudors

27764084

Zig' (Zigounette pour les intimes) est un membre essentiel du forum Des News En Séries. Coincé-catho, irritant mais attachant, il a plus d'un tour dans son sac pour faire parler de lui ! Passionné d'histoire, il a décidé de nous parler de The Tudors, il ne pouvait en être autrement !

tudors_cross_800x600

dnesblog5starsqq3B

Coproduction irlandaise, américaine et canadienne, la série The Tudors relate le règne d'Henri VIII, roi d'Angleterre de 1509 à 1547. Lorsqu'il devient roi (il n'a alors que 18 ans), il épouse Catherine d'Aragon, qui lui donne une petite fille. Son mariage est un fiasco, d'autant plus qu'Henri n'a qu'une obsession : maintenir sa lignée avec un héritier mâle. Après de nombreux échecs (mort-né, fausses couches), il décide alors de trouver une autre épouse et tombe amoureux d'Anne Boleyn. Dès lors, il entre en conflit avec l'Eglise catholique qui interdit le divorce. Surtout, cette relation va précipiter l'Angleterre et l'Europe toute entière dans un chaos politique, religieux et militaire : manipulations, trahisons, alliances et complots seront au cœur de toutes les tractations...

The Tudors est une série historique captivante, très ambitieuse qui traite d'un personnage de l'Histoire tout particulier, Henri VIII d'Angleterre. Sa vie, dans la première moitié du XVIe siècle, fut particulièrement tumultueuse et mouvementée. Henri VIII n’a pas été un monarque comme les autres : il a bouleversé à jamais la société anglaise. C'est sans conteste une des plus riches et des plus étonnantes périodes pour l'Angleterre, qui passa alors d'une société médiévale à une société moderne, d'une nation catholique à une nation protestante. Les scénaristes ont donc bien choisi le cadre historique et l'intrigue principale !

0000038756_20070327162213C'est l'acteur Jonathan Rhys-Meyers qui joue le rôle du roi : son interprétation est absolument parfaite. Jonathan Rhys-Meyers, qui avait déjà fait ses preuves au cinéma (cf Match point, de Woody Allen), crève littéralement l'écran ici ! On a rarement vu un acteur de série autant habité par son personnage. Le vrai Henri VIII fut un roi passionné, excessif, énergique, arrogant, joueur, fougueux, grand séducteur. L'acteur lui redonne véritablement vie et retranscrit avec brio chaque aspect de sa personnalité ambigüe.

En outre, l'ensemble des personnages importants de l'époque sont bien sur présents : la manipulatrice Anne Boleyn, le fidèle Cardinal Wolsey, le grand humaniste Thomas More, le conseiller Cromwell, l'ami Charles Brandon, etc. Tous sont remarquables, tous jouent très bien et tous ont des intrigues secondaires de qualité. Et évidemment, il est question de personnalités qui de se croisent, s'aiment, se détestent, se déchirent et, finalement, se livrent une lutte acharnée pour leur survie. Pactes, violence, sexe et mort sont au rendez-vous, sans aucun artifice.

Il faut également souligner l’excellent travail réalisé sur les décors et les costumes. Esthétiquement, c’est réussi. Tout est léché et formidablement bien reconstitué ! L'ensemble est très stylisé et épuré. Enfin, à l’instar de Rome, The Tudors appartient à ce genre de série qui tend à démocratiser l’Histoire, à la rendre plus grand public, moins élitiste, moins « barbante », quitte à prendre quelques libertés avec la réalité de l'époque. Car des libertés historiques, il y en a quelques-unes ; si les scénaristes focalisent trop sur la reconstitution historique pure, cela devient rigide et le public est aux abonnés absents... Cela ne gêne donc en rien la vision de la série, d'autant qu'elle respecte les grandes lignes de la réalité historique.

untitledNN

Finalement, en adoptant un regard original, inattendu et assez viscéral sur les coulisses de la monarchie moderne anglaise, The Tudors est devenue une série incontournable du moment, très bien accueillie d'ailleurs par le public et la critique. Retenons surtout sa distribution parfaite, son atmosphère envoutante, sa mise en scène soignée et sa qualité esthétique indéniable.

Posté par LullabyBoy à 00:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,