11 mars 2013

Brenda Forever [Pilot Script]

20443688

BRENDA FOREVER

Comédie (Single-Camera) / 22 minutes

61074943_bis

Ecrit par Andrew Leeds (Rex is not your lawyer) & David Lampson. Pour Sony Pictures Television, Fedora & NBC. 36 pages.

1995. Brenda, 13 ans, est une jeune fille en surpoids qui n'a pas froid aux yeux, dont les hormones sont en ébullition. Avec sa meilleure amie, Pearl, plus réservée, elle ne rêve que d'une chose : être enfin une adulte et mener la grande vie. En attendant, un garçon de l'école lui plait et elle a bien l'attention de l'attirer dans ses filets... 2013. Brenda, 31 ans, est devenue une jolie femme, elle a maigri, elle est devenue une musicienne accomplie, mais dans sa tête, elle a toujours 13 ans. Alors qu'elle est en couple, elle n'a d'yeux que pour l'un de ses collègues. Contre l'avis de Pearl, qu'elle traîne toujours comme un boulet depuis toutes ces années, et de Neil, son meilleur ami qui est sur le point de se marier, elle décide de proposer à son officiel et à son obsession une partie à trois, à leurs risques et périls...

Avec Ellie Kemper (The Office), Da'Vine Joy Randolph, Stephanie Weir... (casting en cours)

 

   COUP DE COEUR, les amis. COUP DE COEUR. Je suis sûr que ça vous ait déjà arrivé de vous dire, en lisant un livre ou en regardant un film ou une série, que vous auriez aimé en être l'auteur parce que l'histoire vous parle plus que n'importe quelle autre, que vous aviez ça au fond de vous sans avoir la force, le courage ou tout simplement le talent de l'exprimer. Le script du pilote de Brenda Forever m'a fait cet effet. Le premier acte m'a vraiment accroché et j'ai dévoré la suite avec excitation et un début de passion pour cette héroïne amusante, touchante et terriblement humaine, loin, très loin d'être parfaite. Je ne sais pas ce que vaut Ellie Kemper, n'étant pas un téléspectateur de The Office, mais j'espère vraiment qu'elle sera à la hauteur du personnage. J'aurais bien vu Rose Byrne dans ce rôle, ou ma sweet love Katie Holmes. Mais je suppose que Kemper est plus efficace dans la comédie. A voir si elle parvient à être aussi drôle qu'attachante. Avec un tel matériel, si elle échoue, c'est qu'elle n'est vraiment pas douée ou alors qu'on l'a super mal dirigée...

    Je ne sais pas ce que NBC va pouvoir faire de Brenda Forever, sachant que ce n'est ni une comédie familiale (The New Normal, la future série de Michael J. Fox), ni une comédie de bureau (même s'il ne restera plus que Parks And Recreation sans doute après la fin de The Office et 30 Rock), ni tout à fait une comédie sur une bande de potes (à la Go On ou Community). Elle aurait sans doute plus eu sa place sur ABC ou sur la FOX, laquelle aurait pu l'associer à New Girl et The Mindy Project sans difficulté. D'ailleurs, les points communs avec la série de Mindy Kaling sont assez nombreux. L'humour n'est pas tout à fait le même, mais c'est en quelque sorte une version améliorée. Il est déjà arrivé à The Mindy Project de proposer de temps à autres quelques courts flashbacks sur l'enfance ou l'adolescence de l'héroïne, et c'était souvent très réussi. Brenda Forever mise tout sur l'alternance entre ce passé et ce présent, en accentuant l'idée qu'on a beau grandir, viellir, évoluer, on reste toujours l'enfant ou l'adolescent que nous étions, au fond. Et ça me parle. Je trouve ça infiniment touchant. Grâce à une voix-off relativement présente, qui lit en fait quelques morceaux choisis de son journal intime, la jeune Brenda raconte la moindre de ses pensées, des plus débiles aux plus salaces, occasionnant de nombreux rires. Extrait : "I have this craving to touch his lips, to feel his skin against mine. To join our bodies, like in ancient times". C'est souvent naïf et en même temps osé. "Both of us drip sweat. Because it's hot. Because of the fire that's burning inside me. To conserv oxygen, we exhale into each other's mouths..." Bref, spoiler alert : Brenda se prend un avertissement de son école lorsqu'une prof la soupçonne de s'être masturbée en classe. Ce qui provoque évidemment quelques remous cocasses et hilarants avec ses parents. Et dans le présent, la scène du threesome est absolument géniale ! On y a déjà eu droit dans quelques films, mais celle-là a quelque chose en plus, de très direct, de très franc, ça sent le vécu ! Les personnages secondaires fonctionnent bien dans l'ensemble. Et l'esprit des années 90 finit d'achever ce petit chef d'oeuvre, avec plein de références et de la "bonne" musique ("Waterfalls" de TLC)... 

   Je crois que l'unique reproche que je suis en mesure de faire à Brenda Forever, c'est qu'elle n'est PAS une dramédie de 42 minutes. Avec un format de comédie, elle risque de ne pas pouvoir prendre toute l'ampleur qu'elle mérite. Je sens déjà la frustration poindre. Mais avant cela, il faut déjà qu'elle soit commandée et, malheureusement, ce n'est pas gagné. Si NBC n'en veut pas, j'espère qu'une chaîne concurrente aura la présence d'esprit de ne pas abandonner ce petit bijou d'humour, ultra-générationnel. 

Posté par LullabyBoy à 12:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 octobre 2012

Go On, The New Normal, The Mindy Project, Ben And Kate... : le test du deuxième épisode (et plus si affinités) !

Juger une série sur son unique pilote est injuste. Il y en a des tas qui ont commencé sur un pilote moyen voire mauvais mais qui se sont révélées par la suite (et à l'inverse de bons pilotes qui ont mis la barre si haut que la suite parait fade). C'est vrai pour les dramas mais c'est encore plus vrai pour les comédies qui ont parfois besoin de temps pour trouver leur rythme, pour que les acteurs prennent leurs marques, pour que les auteurs se lâchent... Bref, toujours laisser une seconde chance à une série devrait être l'un des commandements du parfait sériephile ! C'est la raison d'être de cet article.

________________

vlcsnap_2012_10_09_00h55m39s88

>> La critique du pilote <<

Episodes 2,3,4 & 5 : En choisissant de se lancer dans cette nouvelle aventure, Matthew Perry ne s'est vraiment pas trompé. Go On n'est pas la comédie du siècle -comprendre par là qu'on peut facilement trouver bien plus drôle- mais elle a su garder la même fraîcheur et la même émotion que dans son pilote. Elle est rapidement devenue une dramédie attachante. Hormis le deuxième épisode, un peu faible, j'ai été sincèrement charmé par les autres et par ce Ryan King dont je n'étais pas sûr d'apprécier l'humour à l'origine mais qui a réussi à me convaincre. Je suis toujours plus réservé sur la partie "bureau", très approximative. Elle méritait en tout cas amplement sa saison complète. Merci NBC et surtout merci les Jeux Olymiques sans lesquels Go On serait peut-être déjà passée à la trappe...

Stop ou encore ? ENCORE !

 

vlcsnap_2012_10_09_00h47m11s129

>> La critique du pilote <<

Episodes 2,3,4 & 5 : L'avantage de The New Normal à ce stade en comparaison de Go On, c'est qu'elle est beaucoup plus drôle. Je sais que tout le monde n'est pas du même avis que moi, mais je la trouve franchement hilarante ! Bryan et Jane assurent le show à eux deux mais, plus discrètement, David, Goldie et Shania s'en sortent également très bien. Le groupe dans son ensemble est capable de faire des merveilles et, jusqu'ici, les auteurs réussissent à se faire plaisir en nous faisant plaisir, notamment en repoussant certaines limites, que ce soit en terme de blagues de mauvais goût -elles se succèdent à la vitesse de la lumière- que de situations grotesques et burlesques -le trisomique ultra-méchant, Jane qui parle de sa sexualité...- qui rappellent les plus belles heures de Glee. Lorsque la série se fait plus tendre ou militante, elle est moins subtile que Go On mais elle atteint malgré tout pleinement son objectif. On croit en ce couple, on croit en cette nouvelle famille et on ne peut que leur souhaiter une longue vie sur NBC...

Stop ou encore ? ENCORE ! MILLE FOIS ENCORE !

 

vlcsnap_2012_10_09_00h45m50s82

>> La critique du pilote <<

Episode 2 : Comme le laissait penser le pilote, à défaut d'avoir de bonnes histoires à raconter et de bons personnages à exploiter, les scénaristes misent TOUT sur Dr. Rizzo, le singe. Dès qu'il apparait à l'écran, c'est le fou rire assuré, suivi du "Oh qu'est-ce qu'il est mignon !" En dehors de ça, c'est paresseux, pas drôle et ce n'est clairement pas la faute des comédiens qui sont tous plutôt bons. Il y avait vraiment matière à faire une comédie originale. Que s'est-il passé ? NBC est passé à coté de quelque chose... 

Stop ou encore ? STOP !

(mais si la saison venait à être prolongée, je jetterais un oeil à son évolution au cas où)

 

vlcsnap_2012_10_09_00h52m10s46

>> La critique du pilote <<

Episode 2 : J'ai davantage regardé ce deuxième épisode pour la forme et par acquis de conscience que par envie. J'étais à peu près sûr de ne pas être plus convaincu la deuxième fois que la première. Je ne trouve pas Guys With Kids profondément mauvaise et je ne serai pas étonné qu'elle se constitue un noyau de fidèles si NBC lui en laisse le temps (elle l'a bien fait à Whitney après tout...) mais je ne me vois vraiment pas la suivre semaine après semaine. Les héros me sont relativement désagréables, du coté des hommes comme du coté des femmes d'ailleurs. Je parle avant tout des personnages, pas vraiment des acteurs. Mais, hormis Zach Cregger, que je me surprends à apprécier, et Anthony Anderson, dont je peux comprendre que l'on aime le jeu même si ce n'est pas mon cas, c'est vraiment un casting au rabais. Et puis il y a cette histoire de "kids" qui, dès le deuxième épisode, est déjà passée à la trappe. Ce sont davantage des histoires de couples et les comédies de ce type, aussi peu inspirées, on n'en veut plus...

Stop ou encore ? STOP ! (et c'est définitif)

 

 vlcsnap_2012_10_09_00h50m27s35

>> La critique du pilote <<

Episode 2 : Ce deuxième épisode est miraculeux, dans le sens où il est bien meilleur que le pilote et il corrige à peu près toutes les erreurs commises en première semaine, à ceci près que Sophia Bush est toujours là ! Débarrassés des contraintes de présentation des personnages principaux et d'une première intrigue péniblement mécanique, les auteurs peuvent se lâcher et choisissent le sexe comme thème, une valeur sûre. Toutes les scènes dans lesquelles Michael Urie apparait (80% donc), sont hilarantes. L'acteur en fait des caisses mais la personnalité plus modérée de son cher partenaire permet de contrebalancer ce trop plein. Charlie reste quand même un peu fade malheureusement. Le petit ami de Louis, totalement inintéressant dans le pilote, se révèle finalement plus drôle que prévu en grand benêt. La nouvelle collègue d'Ali -qui devait à l'origine arriver dès le pilote- m'a fait beaucoup rire aussi. On devrait pouvoir compter sur elle. Globalement, toutes les répliques ne font pas mouche de la même manière qu'un 2 Broke Girls par exemple -il faut arrêter les comiques de répétition-, et le fantôme de Will & Grace est toujours très présent, bon gré mal gré, mais Partners pourrait finalement ne pas être si catastrophique que ça si les épisodes suivants sont aussi bons que celui-ci. De quoi d'ores et déjà regretter amèrement ses scores très faibles...

Stop ou encore ? ENCORE !

 

vlcsnap_2012_10_09_00h48m39s244

>> La critique du pilote >> 

Episode 2: Je qualifiais le pilote de The Mindy Project de "Work In Progress" et c'est toujours valable pour le deuxième épisode. On sent que la série a un potentiel de fou mais qu'elle n'est pas encore au maximum de ses capacités. Je ne suis pas certain que de recentrer les intrigues autour du cabinet où l'héroïne travaille soit la meilleure chose à faire mais le mélange avec sa vie personnelle chaotique est pertinent. Le coté quirky du pilote a disparu pour laisser place à quelque chose d'un peu plus classique mais je dois avouer que j'ai éclaté de rire par trois fois durant l'épisode, la scène des entretiens d'embauche étant particulièrement inspirée. J'avais des doutes sur Chris Messina et son talent comique mais il a su prouver qu'il était aussi capable de faire rire. Il y a donc du mieux d'un coté et du moins bien de l'autre. Mais je suis déjà hyper attaché à Mindy donc je reste sans hésiter. Et puis franchement, elle est carrément plus intéressante que la Jess de New Girl, non ?

Stop ou encore ? ENCORE !

 

vlcsnap_2012_10_09_00h46m33s2

 >> La critique du pilote <<

Episode 2 : Au-delà du fait que j'adore la chanson du générique -introuvable d'ailleurs, ce qui est la cause d'une grande frustration depuis plusieurs jours- je crois que je suis en passe d'adhérer à Ben And Kate. J'aimerais qu'elle soit aussi cinglée qu'un Raising Hope mais le duo central est quand même super attachant et ça devrait suffire à me faire tenir un petit moment. Ben m'a moins dérangé dans le deuxième épisode, peut-être parce que Nat Faxon en faisait un peu moins, et Kate m'a davantage touché que dans le pilote, peut-être parce que Dakota Johnson en faisait plus ! En revanche, je suis assez triste pour Lucy Punch qui mérite d'être plus que la sidekick qui dit deux ou trois âneries par épisode. J'ai encore bon espoir que ça évolue. Ce que j'ai aimé en tout cas ici, c'est que, malgré un point de départ minuscule -une réunion parents/élèves- les auteurs ont réussi à partir dans un grand délire très rythmé et plutôt amusant dans l'ensemble. C'est le signe d'une vraie bonne comédie, qui n'a pas nécessairement besoin d'intrigues grandioses pour être réussie. 

Stop ou encore ? ENCORE (un peu) !

 

vlcsnap_2012_10_09_01h05m58s136

>> La critique du pilote <<

Episode 2 : Le cas de The Neighbors ne cesse de me fasciner je dois dire. Les journalistes américains l'ont tellement descendue en flêche pendant tout l'été que tout le monde s'attendait à un flop et à une grosse bouse. Or, elle s'en sort pas trop mal jusqu'ici sur les fronts de l'audience et de la qualité ! Ce n'est certainement pas la pire nouvelle comédie et elle n'est pas si loin d'être la meilleure, même si j'admets volontiers que l'on puisse détester tant le ton est décalé. Le deuxième épisode est dans la même veine que le premier -la visite au mall est énorme- en accentuant peut-être l'aspect émotionnel. La relation entre les deux plus jeunes enfants de la famille "normale" était ici montrée sous un jour très touchant. La Weaver la plus âgée me fait penser à une April (de Parks And Recreation) plus soft, et ça me plait. Je trouve par ailleurs de plus en plus de similitudes entre The Neighbors et The Middle, qui vont vraiment bien ensemble sur la grille d'ABC. Je ne sais pas si le public lui restera fidèle mais elle le mérite. 

 

Stop ou encore ? EN-CORE (voix de robot) !

________________

Bilan : Là où l'an passé, les nouvelles comédies étaient dès le départ soit bonnes et efficaces (2 Broke Girls, Don't Trust The B----, Suburgatory...) soit mauvaises et ennuyeuses (Whitney, How To Be A Gentleman, Work It...), en cette rentrée 2012/2013,  tout ou presque est moyen, rien n'est vraiment bon, rien n'est profondément mauvais. Le gros point commun des petites dernières, c'est qu'elles misent autant sur l'émotion que sur l'humour. C'est une évolution de la comédie que l'on doit en grande partie -grâce ou à cause de, selon les points de vue- aux dramédies câblées type Nurse Jackie, The Big C, Girls... 

03 septembre 2012

The Mindy Project [Pilot]

The_Mindy_Project_Poster_Saison_1

Pilot // Diffusé le 25 septembre

44030376_bis

 

What About ?

 Mindy Lahiri, une femme médecin trentenaire, gaffeuse, impatiente et désespérément romantique, estime que le moment est venu pour elle de prendre de bonnes résolutions afin que la chance puisse enfin lui sourire en amour et dans tous les autres domaines. Elle a l'intention d'être plus ponctuelle et moins dépensière, de lire plus de livres et de perdre du poids ! En devenant parfaite, elle espère tout naturellement rencontrer enfin son homme parfait...

Who's Who ?

 Comédie single-camera créée et produite par Mindy Kaling (The Office)Avec Mindy KalingChris Messina (Damages, Six Feet Under), Anna Camp (True Blood, The Good Wife, La Couleur des Sentiments), Ed Weeks, Stephen Toblowsky, Bill HaderZoë JarmanDana DeLorenzo... Avec les participations de Ed Helms (The Office) et Richard Schiff.

What's More ?

La série a d'abord été développée pour NBC, qui n'en a pas voulu. On verra en fin de saison si la chaîne mal en point a fait (encore) une erreur ou non...

Après avoir annoncé lors des upfronts que le titre de la série était It's Messy, la Fox s'est ravisée quelques heures plus tard et l'a renommée The Mindy Project.

So What ?

 20106579

    Avant l'annonce de ce projet il y a quelques mois, Mindy Kaling était pour moi une illustre inconnue, n'ayant jamais mis un pied dans The Office (ce dont je ne suis pas nécessairement fier mais ce n'est pas le sujet). Apparemment scénariste de talent et actrice "scene stealer", elle m'intriguait donc forcément. Et puis après l'arrivée triomphante cette année à la télévision d'une autre femme aux talents multiples et au physique ingrat, j'ai nommé l'excellente Whitney Cummings Lena Dunham, j'espérais avoir affaire à une contemporaine capable d'autant d'humour et de dérision. Il est bien évidemment inutile de comparer The Mindy Project à Girls, même si l'on peut trouver quelques similitudes dans le propos en cherchant bien. La comédie de la Fox s'adresse à un public plus large et Mindy Kaling l'assume parfaitement, tout en se permettant quelques écarts bienvenus. Plutôt que de citer à titre d'exemple une réplique un peu limite -car il y en a quelques-unes et elles sont bonnes- je préfère évoquer cette scène où l'héroïne de la série se retrouve nez à nez au fond d'une piscine avec une Barbie qui parle. C'est étrange mais pas ridicule et ça définit bien ce pilote !

   Cette Mindy est tout à charmante, amusante et le fait qu'elle soit bien en chair et pas particulièrement jolie, sans parler de sa couleur de peau habituellement réservée aux seconds voire troisièmes rôles voire même figurants, ne la rend que plus rafraîchissante et crédible. Non parce que Zooey Deschanel qui jouait à la fille pas super mignonne dans le pilote de New Girl, c'était justement pas crédible. Là au moins, on sait que Mindy Kaling ne se transformera pas en canon de beauté en cours de route. C'est impossible -Extreme Makeover n'existe plus- et c'est rassurant car dans la vie, ça n'arrive jamais. Et la vie, souvent, c'est pas comme au cinéma ou à la télé. Et c'est ce qu'est en train de comprendre notre héroïne alors qu'elle a été élevée aux comédies romantiques et qu'elle s'est prise tour à tour pour Meg Ryan, Julia Roberts, Sandra Bullock ou Katherine Heigl. Elle est bien évidemment toujours à la recherche de son Hugh Grant mais, pour l'heure, il s'agit surtout de nous montrer ses échecs amoureux successifs et c'est plutôt une partie de plaisir pour nous. Le mariage de son ex qu'elle perturbe bien comme il faut, c'est fun. Son date avec un personnage joué par l'un des anciens partenaires de Kaling dans The Office, c'est fun aussi. Surtout le passage juste avant, dans le taxi, où elle nous délivre un monologue percutant que même les bandes-annonces n'ont pas réussi à dénaturer.

   Ce qui l'est un peu moins, c'est la partie "vie de bureau" avec ses deux collègues tout à fait repoussants. Il y a Jeremy, l'anglais imbu de sa personne avec qui elle couche occasionnellement mais qui ne lui apporte rien de plus, et Danny, l'américain imbu de sa personne lui aussi -puisque tous les médecins le sont apparemment- avec qui elle couchera forcément un jour même si, pour le moment, leur relation est basée sur la compétition et l'humiliation. Dans les deux cas, je ne vois rien de bien prometteur et je ne trouve pas les interprètes à la hauteur. On sait que Chris Messina a beaucoup de talent mais la comédie n'est clairement pas son terrain de jeu de prédilection. J'ai le sentiment de toute façon que l'auteur a passé tellement de temps à peaufiner son personnage à elle qu'elle en a oublié d'en faire autant pour ses acolytes. Même sanction pour sa meilleure amie jouée par Anna Camp, que j'aime beaucoup au demeurant : on la voit très peu et elle n'occasionne aucun rire, aucun sourire même, car elle n'existe pas vraiment. Dans les épisodes suivants, on s'attend à ce que son allure de femme au foyer parfaite soit troquée contre une vraie personnalité et pourquoi pas une bonne dose d'excentricité. Cela me semble primordial... 

   The Mindy Project, comme son héroïne, est un work-in-progress. La marge de progression est importante. En l'état, c'est une comédie sympathique et rythmée mais je suis sûr que Mindy Kaling peut mieux faire !

What Chance ?

 Tout porte à croire qu'étant donné la compatibilité avec New Girl, The Mindy Project fera des scores équivalents. Oui mais sur la fin de la saison 1, les audiences de New Girl devenaient embarrassantes. Des futures performances de New Girl dépendra donc celles de la série. Mais il n'y a pas trop de soucis à se faire, a priori...

How ?


02 septembre 2012

Ben And Kate [Pilot]

tumblr_m7br1anBwO1qa7nf2o1_500

Pilot // Diffusé le 25 septembre

44030376

 

What About ?

Une mère célibataire accueille chez elle son frère un peu loser et célibataire lui aussi pour l'aider à élever, à sa manière, sa fille de cinq ans. Ils partagent tous les deux une grande complicité depuis qu'ils sont enfants mais dans leurs têtes, elle est devenue une adulte trop vite et lui n'a jamais grandi...

Who's Who ?

Comédie single-camera créée par Dana Fox (New Girl, Thérapie de Couples, Jackpot). Avec Dakota Johnson (The Social Network, 21 Jump Street, le film), Nat Faxon (Grosse Pointe, Reno 911, The Cleveland Show), Lucy Punch (Bad Teacher, The Class), Echo Kellum, Maggie Elizabeth Jones (Nouveau Départ)...

What's More ?

A l'origine, c'est la comédienne issue du Saturday Night Live Abby Elliott qui devait incarner Kate. Mais la production a estimé qu'elle n'était finalement pas faite pour le rôle. 

Le premier titre de la série était Ned Fox Is My Manny, qui s'est transformé en Ben Fox Is My Manny puis finalement en Ben & Kate.

La créatrice s'est librement inspirée de sa relation avec son frère pour écrire la série.

So What ?

    Après un avant-goût doux-amer de la saison 2012/2013 apporté au coeur de l'été par la sympathique et prometteuse Go On et la un peu moins sympathique et beaucoup moins prometteuse Animal Practice, toutes deux en provenance de NBC, c'est au tour de la FOX de lever le voile sur ses nouvelles comédies de la rentrée. Avant de parler de The Mindy Project, annoncée comme la copine parfaite de la New Girl, penchons nous sur Ben & Kate, qui sera associée à Raising Hope dans la nouvelle grille du mardi de la chaîne composée à 100% de comédies et dont le slogan légèrement mensonger est "Laugh Your Fox Off". Non parce que, franchement, Ben & Kate n'est vraiment pas à se taper le cul par terre, pour reprendre l'expression détournée par la Fox. Ce qui ne veut pas dire qu'elle est honteuse. Elle n'est juste pas si drôle que ça mais je suppose que son appréciation se joue sur un point crucial : Ben, le frère débile de Kate. Nous fait-il rire ? Sommes-nous prêts à le supporter toute une saison ? A cette question, pour ma part, je ne suis pas encore capable de donner une réponse claire et nette. Ce que je sais, c'est que pendant ces vingt premières minutes, il m'a laissé de marbre. Comme sa soeur.

   Je ne connaissais pas du tout Nat Faxon et Dakota Johnson. Je savais juste que la deuxième était la fille de Melanie Griffiths et Don Johnson, qui ne sont quand même pas les meilleurs acteurs de leur génération. On peut d'ores et déjà dire qu'elle non plus a priori. Sa performance, comme celle de son acolyte, est inoffensive. Elle ne provoque pas l'hilarité, c'est le moins que l'on puisse dire, puisque sa seule véritable scène "drôle" consiste à montrer par maladresse son soutien-gorge au garçon qu'elle convoite alors qu'elle enlève son pull. D'ailleurs, on ne voit même pas sa tête. Dans ces conditions, je vois mal comment elle aurait pu prouver un talent comique quelconque. En revanche, Kate est mignonne, vaguement touchante et son amour pour son frère est évident à l'écran. Si bien que dans l'émotion, la série atteint son but avec une certaine aisance. Concernant le jeune homme aux dents absolument affreuses, il ne m'a pas agacé et ne m'a pas amusé non plus. C'est plutôt la tête de sa nièce face à ses pitreries qui m'a fait sourire. Je ne m'imagine pas m'attacher à lui mais je ne demande qu'à ce qu'on me prouve le contraire par la suite. Que ce soit dans son cas ou celui de sa soeur, il se dégage en tout cas une simplicité et même un certain réalisme qu'il ne faut pas négliger. La part de folie, et donc de rythme -car ce premier épisode en manque cruellement- on le doit aux deux personnages secondaires, meilleurs amis respectifs des héros. BJ, incarnée par l'épatante Lucy Punch qu'il me tardait de retrouver à l'écran, est exactement comme je l'espérais : extravagante et un tantinet vulgaire. Tommy, joué par Echo Kallum, un petit nouveau à la télé, est un sidekick tout ce qu'il y a de plus classique mais efficace et nécessaire. C'est sur ces deux points forts, et sur la gamine aussi, que la comédie va devoir s'appuyer dans un premier temps si elle veut gagner en drôlerie. 

   Ben & Kate ne forment pas un duo désopilant mais ils sont touchants. Dans un drama, ils auraient été trop light. Dans une comédie, ils ne sont pas assez amusants. Mais la série n'est pas une dramédie à proprement parlé ni une comédie tout à fait aboutie. J'ai de la sympathie pour elle et je ne la laisserai pas tomber comme ça. Je la voulais juste plus drôle et plus barrée...

What Chance ?

   La saison 3 de Raising Hope servira de lead-in à Ben & Kate. Ce n'est pas vraiment un cadeau puisque la comédie de Greg Garcia n'est pas ce que l'on appelle un hit malgré sa qualité, mais de par un pitch de départ assez proche, il semblait logique de les associer. Leurs scores seront donc probablement dans la même lignée. La Fox doit bien avoir conscience qu'elle ne crévera pas les plafonds d'audiences avec ces deux-là. Le but est surtout d'habituer les téléspectateurs à un ton et à un genre qui est assez nouveau sur la chaîne.

How ? 


12 juin 2012

Preview FOX [Saison 2012/2013]

75514617

 

20106506

THE FOLLOWING

 Un serial killer diabolique utilise la technologie pour créer une secte de tueurs en séries mais un agent du FBI se retrouve alors infiltré au cœur du système...

L'avis de François : Le projet de mi-saison a de gueule, du seul fait que Kevin Bacon en sera la star, sa première série télé (en espérant qu’il ne se Christian Slaterise pas). Mais au-delà du casting, le pitch est lui-même très ambitieux, une vraie série feuilletonante à l’image des celles qui ont construit le succès de la chaine. Si FOX en réussi la promo, comme elle savait si bien le faire avec 24, The Following a toutes ses chances ! Taux de réussite : 55%.

L'avis de Lulla : Les exigences de Kevin Bacon empêchent la série de débuter dès la rentrée (il ne voulait pas faire plus de 15 épisodes par an) mais c'est sans doute un mal pour un bien : il sera plus facile de créer l'événement en Janvier que fin Septembre. Elle est déjà considérée comme LA série la plus attendue de la mi-saison et avec Kevin Williamson aux commandes, perso, j'y vais les yeux fermer ! Vu le peu de nouveau drama lancé par la FOX cette année, elle n'a pas intétêt à se planter ! Taux de réussite : 65%.

 _____________________

 

20106613

MOB DOCTOR

Une jeune doctoresse spécialisée en chirurgie cardiaque est partagée entre deux mondes : la médecine, au sein de laquelle elle espère faire carrière, et la mafia de Chicago, à laquelle elle est liée à cause d'une grosse dette dont elle ne parvient pas à s'acquitter.

L'avis de François : Traditionnellement, le lundi est un peu la soirée drama événément de FOX : House, 24, Prison Break notamment… Visiblement, l’échec de Terra Novaéchaudé les dirigeants de la chaîne. Mob Doctor semble être un projet un peu tristounet, en combo avec Bones pour ne rien arranger à l’affaire. Toutefois, on n’est pas sur CBS. Projet safe ne rime pas forcément avec succès. Les dernières tentatives, Chicago Code et The Finder se sont soldés par des échecs. Lie To Me connaissait également des scores
mitigés. Taux de réussite : 35%.

L'avis de Lulla : L'outsider de la saison ? Mob Doctor sera-t-elle la série sur laquelle personne ne mise et qui se révèle finalement excellente ? Ses chances de réussite, par contre, sont maigres. J'ai quand même un gros doute sur la capacité de Jordana Spiro a tenir une série sur ses épaules. La galerie d'acteurs secondaires est intéressante cela dit. Vu la concurrence, je ne vois pas bien comment elle pourrait s'en sortir, d'autant que le pitch improbable en fera fuir plus d'un. Taux de réussite : 20%.

________________

 

20106579

THE MINDY PROJECT

Une jeune "Bridget Jones" façon médecin s'efforce de naviguer entre ses problèmes personnels et sa vie professionnelle...

L'avis de François : FOX nous jure que ce sera la sitcom de l’année.  Effectivement, sur le papier, elle semble beaucoup plus compatible avec l’univers de New Girl que Raising HopeNéanmoins, j’ai toujours énormément de mal à imaginer Mindy Kaling, que j’apprécie au demeurant, en nouvelle Tina Fey, et encore moins en Bridget Jones accumulant les relations avec des mecs. Peut-être est-elle encore trop attachée à son rôle de naze dans The Office ? Taux de réussite : 40%.

L'avis de Lulla : Ce serait drôle que la série fonctionne, étant donné que NBC n'en a pas voulu. Et l'association avec New Girl coulant de source, The Mindy Project a toutes les chances de faire des scores dans la même veine, pas énormes donc mais excellents sur les 18/49 ans. J'y crois. Et avec un peu de chance, ce sera drôle cette fois ! Taux de réussite : 70%.

__________________

 

20106451

BEN & KATE

 Une mère célibataire accueille chez elle son frère un peu loser qui l'aide à élever sa fille de cinq ans...

L'avis de François : Les premières images sont très sympathiques, assez proches d’un New Girl. Mais alors, pourquoi lui avoir mis Raising Hope et ses audiences négatives en lead-in ? Taux de réussite : 20%.

 L'avis de Lulla : Je ne dis pas non à Ben & Kate, qui me parait assez compatible avec Raising Hope bien qu'elle ne donne pas l'impression d'être aussi folle et soignée. La FOX ne fera certainement pas des scores de dingue avec elle mais je ne vois pas de gros flop à l'horizon... Taux de réussite : 55%.

________________

 

20106594

THE GOODWIN GAMES

Deux frères et une soeur se retrouvent après la mort de leur père. Mais pour hériter de sa fortune, ils doivent suivre les règles étranges fixées par cet homme excentrique et facétieux et composer avec un quatrième concurrent sorti de nulle part...

L'avis de Lulla : On ignore encore la case dans laquelle sera diffusée la nouvelle création des têtes pensantes de How I Met Your Mother (après X-Factor/American Idol le mercredi à 21h30?), mais on ne peut que regretter son absence de la grille de la rentrée. Voilà une comédie très excitante de par son casting (Becki Newton ! Scott Foley !) mais aussi de par son idée de départ, fun et original. Je suis par contre fâché contre la FOX qui a décidé de remplacer Jake Lacy (à gauche sur la photo) par T.J. Miller. Il m'énerve déjà, avec sa tête de benêt. Taux de réussite : 45%.