04 juillet 2010

Huge [Pilot]

19463694_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100616_121901

Hello, I Must Be Going (Pilot) // 2 53o ooo tlsp.

44030377

What About ?

Sept adolescents venant d'horizons différents sont envoyés dans un camp pour les aider à maigrir. C'est en perdant du poids qu'ils vont découvrir qui ils sont vraiment en faisant un premier apprentissage de la vie, à la recherche de l'amitié, de l'amour et de l'estime de soi...

Who's Who ?

La rebelle et touchante héroïne Willamina (ça ne s'invente pas) est interprétée par la multi-talentueuse Nikki Blonsky, star du film Hairspray, vue également dans un épisode d'Ugly Betty. Autour d'elle, d'autres acteurs de poids (le jeu de mot est facile mais trop tentant) : la jolie Hayley Hasselhoff, fille de David, dont c'est le premier rôle à la télévision; Ari Stidham, dont c'est le premier rôle aussi, et Raven Goodwin, Harvey Guillen et Ashley Holliday. Chez les minces représentants du corps professoral, on retrouve Gina Torres, qui est loin d'être une débutante (Alias, 24, Firefly, Angel, Hercule...), et Zander Eckhouse, qui n'est autre que le fils de James Eckhouse, le papa de Brenda et Brandon dans la première version de Beverly Hills 90210.   

So What ?

Huge n'est pas une série pour ados comme les autres. Pour preuve, on la doit à Winnie Holzman, qui n'est rien de moins que la créatrice et productrice de Once & Again : Deuxième Chance et Angela, 15 ans, deux très belles séries, et sa fille Savannah Dooley, dont c'est la première série (elle n'a que 24 ans). Le talent semble avoir été transmis de la mère à la fille car on retrouve en Huge les qualités d'écriture indéniables qui font d'elle une série profonde et émouvante, à mille lieux de tout ce que l'on nous sert actuellement dans le genre, entre Gossip Girl et ses héroïnes anorexiques et toutes celles qui ont suivi en traçant le même sillon. Mais ne vous y trompez pas : les personnages de Huge, bien qu'obèses, ne sont pas pour autant des anges et ne résument pas à leurs coeurs XXL ! D'ailleurs, ils possèdent probablement beaucoup plus de secrets que les gamines de Pretty Little Liars, et des secrets potentiellement plus réalistes et intéressants à découvrir et à creuser. L'héroïne, Will, est presque une anti-héroïne au début de sa présentation. Elle deal de la bouffe dans un camp pour maigrir, refuse de se plier aux règles et ridiculise même certaines de ses petites camarades. Elle aurait pu être détestable mais elle nous montre rapidement que tout ça n'est qu'une façade, un genre qu'elle se donne, et qu'elle vaut nettement mieux que ça. En vérité, derrière son assurance se cache une fragilité et une sensibilité énormes. D'ailleurs, quand elle s'amuse à faire rétrécir le short de sa nouvelle ennemie (qui deviendra sans doute vite sa meilleure-amie), elle ne rira pas du résultat. Comme si elle avait finalement un peu honte de ses actes. Tout ça pour dire que Will a réussi à être infinement touchante en l'espace d'un épisode, et aussi très marrante car elle a une gouaille incroyable ! Nikki Blonsky est définitivement une bonne actrice. Les autres personnages sont moins appronfondis dans ce pilote mais on sent un grand potentiel en chacun d'eux, qu'il s'agisse de la Precious du camp, celle qui se fait vomir après s'être goinfrée de bonbons ou celui qui a craqué sur la belle blonde qui n'est pas si grosse que ça mais qui se sent énorme. Du coté des profs et des surveillants, on risque d'avoir de bonnes surprises comiques. On retient surtout pour le moment la prestation parfaite de Gina Torres en directrice autoritaire mais à l'écoute, certainement parce qu'elle est une ancienne grosse. Une ficelle certes facile mais qui a du sens. Cerise sur le gâteau (bien dégoulinant, Huge oblige): un petit minet qui va motiver les filles à faire du sport ! On lui lance déjà une intrigue amoureuse avec l'une d'entre elles. Ca va un peu vite, c'est vrai, mais n'oublions pas qu'on est sur ABC Family ! J'aurais aimé qu'il s'intéresse naturellement à une fille un peu plus grosse et moins jolie, histoire de vraiment casser les codes.

En gros, Huge a bien des mérites, dont celui de donner la parole à des personnages, et par extension à des acteurs, qui font partie d'une majorité forcément visible aux Etats-Unis et qui sont pourtant absents de la plupart des séries. A coté de ça, l'ambiance "camp de vacances" et les belles émotions qui ressortent dès le pilote sont autant d'éléments qui donnent envie de donner plus qu'une chance à la série ! Malgré le sujet, elle réussit à ne pas être niaise et à ne pas nous ressortir les poncifs habituels dès qu'il s'agit de parler d'obésité. Mine de rien, c'est une belle réussite ! Ah et j'allais oublier : on ne nous abreuve pas de chansons pop à la mode. Incroyable.

// Bonus //


11 janvier 2009

Ugly Betty [3x 11]

dnes_v2_betty_mini_ban

Dress For Success // 7 54o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_211416

   Que le scénariste d'Ugly Betty qui a lu ma précédente review se dénonce ! Je souhaitais la mort d'Ignacio et voilà qu'il a une affreuse crise cardiaque ! C'est un joli cadeau de noël avec du retard que l'on me fait là. Vous le savez, je déteste Ignacio et sa gentillesse outrancière. La perspective de le voir mourir me réjouit. C'est la Wilhelmina qui dort en moi qui s'exprime, ne m'en voulez pas. Ceci dit, rien n'est fait et Ignacio peut tout à fait s'en remettre. Je garde bon espoir car il a déjà eu des soucis de santé par le passé et je ne vois pas trop l'intérêt d'une redite si l'issue n'est cette fois pas fatale. Je dois dire que la fin de l'épisode était très émouvante lorsque Betty reçoit le coup de téléphone d'Hilda et se précipite à l'hôpital. Cette pauvre Hilda n'aura donc jamais le droit d'être heureuse ! Elle venait tout juste d'ouvrir son salon. Ce que je crains pour le prochain épisode, c'est d'avoir droit à 40 minutes de Betty qui s'en veut de ne pas avoir été là et qui va certainement imaginer que la crise cardiaque de son père est dûe à son départ de la soirée. Excellent moment d'ailleurs. Pour une fois qu'elle faisait quelque chose de "mal".

   Je ne sais pas si c'est moi qui me suis fait des films mais j'imaginais que le YETI allait apporter du renouveau à la série, que ça allait même lui permettre de redorer son blason avec quelque chose de bien soap. J'en attends certainement trop mais comme c'est le seul truc à peu près excitant depuis le début de cette troisième saison (qui s'enfonce de plus en plus dans les audiences) ... Mais les scénaristes n'ont pas l'air décidé à utiliser la carte YETI pour le moment. Les cours ont commencé mais ça n'a pris que quelques secondes en début d'épisode et on est parti sur autre chose. Seul point positif pour l'instant : Jodie Papadakis, la prof, a l'air bien barrée et bien drôle. C'est Bernadette Peters qui l'interpréte et je l'aime bien. Elle est apparue dans des tas de séries (Grey's Anatomy, Will & Grace, Ally McBeal ...) C'est un peu la Armande Altaï du YETI quoi. Sinon, la nouvelle boulette de Betty ne valait que pour l'apparition en guest de Nikki Blonsky (Hairspray), une sorte de Marilou Berry américaine, très amusante et que l'on espère forcément revoir à l'occasion. Le reste était très classique.

   Enfin, on arrive peut-être au bout de cette intrigue nullissime autour de Wilhelmina, Daniel, Conor et Molly. Molly a quitté Conor pour Daniel, ce qui semble avoir arrangé ce dernier qui file directement sauter sur Wilhelmina. Il y aura sûrement un rêglement de compte avec Daniel dans le prochain épisode mais j'espère que l'on passera ensuite à autre chose. Wilhelmina s'est montrée un peu plus méchante que lors des derniers épisodes en date et ça fait plaisir ! Maintenant que l'on a vu qu'elle pouvait être gentille et dotée de sentiments, qu'elle redevienne une grande vilaine, pitié ! Et faites accoucher Christina aussi, ça soulagera tout le monde !

vlcsnap_205652


// Bilan // On est encore loin de l'Ugly Betty que l'on a aimé mais il y a du mieux. Croisons les doigts pour que la saison 3 poursuive sur cette voie.