22 octobre 2010

Weeds [6x 09]

55732786

To Moscow, And Quickly //

44030376


vlcsnap_53973

   On abandonne les délires sans queue ni tête cette semaine dans Weeds pour laisser place à l'émotion et à la profondeur. Forcément, on s'amuse beaucoup moins et on s'ennuie même un peu par moment mais il faut des épisodes comme celui-là pour équilibrer la balance. Weeds n'est pas qu'une série fun, c'est aussi et avant tout une série subtile et merveilleusement dialoguée. La plus belle scène de l'épisode est sans conteste celle où Nancy, face à un vieux médecin, se rend compte qu'elle ne sait même pas si son enfant sourit souvent, tout simplement parce qu'elle ne s'en occupe pas. Le détachement a été progressif au fil de la saison mais clair. Voilà où les scénaristes voulaient en venir. Quelque part, j'ai un doute sur la pertinence du propos dans le sens où l'on sait déjà parfaitement que Nancy est une mauvaise mère terriblement égoïste. Où est la nouveauté ? Toujours est-il que c'était très émouvant et que Mary-Louise Parker a encore délivré une très jolie prestation. En revanche et contrairement à d'habitude, je n'ai pas trouvé la conversation dans la salle d'attente entre Nancy et Andy réussie. Ca manquait de piquant, c'était presque trop sérieux. Mais pour le coup le propos était inédit : quelle est la véritable place d'Andy vis à vis de Stevie ? Est-il un oncle, un père de substitution ? Et après la cavale ? Et quand arrivera le 4ème mari ? Qu'adviendra-t-il de lui ?

    Puis ils sont partis sur cette idée folle d'aller vivre à Copenhague au Danemark ! Première surprise : ils connaissent cette ville ! Non mais on dit souvent que les américains ne connaissent rien à la géographie mondiale. Deuxième surprise : ça a l'air d'être du sérieux ! Il en est vraiment question... Je vois mal la série partir dans cette direction mais rien ne fait peur aux scénaristes de Weeds donc pourquoi pas ? Sinon, le duo Shane/Silas n'a pas fait de prouesses cette semaine mais il y avait quelque chose de touchant dans leurs intéractions. Sans doute un peu trop légère au final cette intrigue mais pas dénuée d'intérêt. Elle mettait en valeur l'esprit protecteur de Silas face à l'immaturité de Shane. Bon et puis Doug est très peu apparu et les quelques images qui lui ont été consacrées étaient... space. C'était presque drôle !         


// Bilan // La saison 6 de Weeds commence à prendre une direction vague et dangereuse après avoir suivi un chemin presque-parfait jusqu'ici. Je reste optimiste mais je me demande bien de quoi seront faits les 4 derniers épisodes...


14 octobre 2010

Weeds [6x 08]

57789064

Gentle Puppies //

57951891


vlcsnap_34517

  Alors que j'envisageais le précédent épisode de Weeds comme une parenthèse, je me demande maintenant si l'on ne va pas avoir droit à des parenthèses pendant encore quelques temps. La série s'essaye pour la première fois si je me m'abuse aux stand-alone et ça lui va plutôt bien. Les Botwin et Doug poursuivent leur folle route et après le passage à la fête foraine, ils s'arrêtent dans un trou perdu, Pioneer Town, où tous les rejetés de la société se retrouvent. Forcément, c'était croquignolet et ça m'a fait un peu penser dans l'esprit à My Name Is Earl mais en mieux, forcément. Entre la vieille catin et son fils nain, on était servi en terme d'absurdité ! Weeds a toujours su trouver des seconds voire troisièmes rôles particulièrement croustillants et ça ne change pas malgré les années. La description de l'Amérique white-trash lui va vraiment bien, comme une évidence ! On s'étonne presque que les scénaristes n'y aient pas pensé plus tôt. C'est l'occasion de retrouver le célèbre Mark-Paul Gosselaar dans un rôle qui le change des lycéens, flics et avocats habituels. Il est très crédible aussi en cul terreux pas causant mais qui ne perd pas son temps pour passer à l'action. La scène où il prend Mary-Louise Parker sur le bar était quand même assez géniale quand on y pense. Tellement rare à la télé américaine autant d'audace visuelle ! Tiens d'ailleurs, je pensais que l'actrice ne voulait plus apparaître les seins et les fesses à l'air. Les producteurs ont réussi à négocier visiblement...

   Les hommes de la vie de Nancy étaient occupés à parler religion cette semaine, à leur façon. "God Is Awesome", ça donne le ton ! Là encore, la série fait preuve de beaucoup d'irrévérence et c'est juste trop bon. A noter deux passages intéressants pour Silas et Shane : pour le premier quand il exprime une fois de plus sa lassitude de vivre avec cette famille de fous; et pour le second lorsqu'il implore sa mère de fuir ensemble vers l'inconnu en laissant les autres derrière eux. Ah il l'aime sa môman ce petit... C'est bizarrement mignon.

vlcsnap_43646


// Bilan // En format stand-alone, Weeds fonctionne aussi très bien ! Alors, baisse de niveau ou pas pour la fin de la saison 6 ? Je suis très optimiste !

09 octobre 2010

Weeds [6x 07]

55732786

Pinwheels And Whirligigs //

44030377


vlcsnap_184932

   Avant que la cavale des Botwin ne reprenne de plus belle, les scénaristes de Weeds ont eu l'excellente idée de faire une petite pause du coté de l'Amérique profonde, ce qui leur permet de renouer avec l'esprit des premières saisons et la critique acerbe de la vie en banlieue. L'univers parodié n'est pas le même mais le résultat est aussi bon. Les voilà donc au beau milieu d'une fête foraine sur une idée de Nancy qui cherche à se faire pardonner pour le chaos qu'elle a fait régner depuis... depuis bien des années. Celle-ci se retrouve à user de ses charmes puis de sa malice pour avoir droit à son tour de montagne russe en compagnie de son fils psychopathe. Très amusant. Et le résultat s'avère étonnament émouvant aussi : Shane n'a qu'une envie, celle de plaire à sa petite maman. C'était chou. Mais chou à la Weeds quoi, de manière super tordue. Pendant ce temps-là, Andy et Silas ont joué au père et au fils, et on accessoirement concouru pour remporter le prix du plus gros mangeur de buste en beurre... C'était à gerber, c'était n'importe quoi mais c'était drôle ! Et la chute était pas mal non plus dans son genre ! Là aussi, il s'est dégagé quelque chose d'émouvant en plus des délires et ce n'est pas donné à toutes les séries de réussir sur les deux tableaux en même temps... Notre cher Doug était le moins marrant de la troupe, forcément. Il a dû se coltiner Steevy. De toute façon, malheureusement, maintenant dès qu'il apparaît, je décroche sans le vouloir. Je l'aurais bien troqué contre Celia et Isabelle !      

vlcsnap_187328


// Bilan // Si cet épisode ne fait rien avancer, il est la pause parfaite pour une petite introspection des personnages faite avec humour et intelligence. La saison 6 de Weeds est rudement bonne. 

Posté par LullabyBoy à 00:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 octobre 2010

Weeds [6x 06]

55732786

A Shoe For A Shoe //

44030377


vlcsnap_11125

   Le précédent épisode de Weeds nous avait laissé sur un cliffhanger haletant et prometteur et en trois minutes de temps il a été résolu de manière totalement surréaliste et facile mais, comme je le disais pour le Season Premiere, on pardonne tout à cette série. Elle s'en sort toujours très bien pour nous faire avaler n'importe quoi tant que c'est burlesque. Et cet épisode l'était carrément ! Nancy réussit donc à se débarrasser sans problème des services sociaux dans une scène qui m'a fait beaucoup rire grâce au langage des signes. Ca sortait de nulle part mais c'était une excellente idée. Où vont-ils chercher tout ça ? Beau travail d'Andy également qui sait toujours parfaitement baratiner. En fait, le seul truc qui est un peu triste c'est qu'on ne sera a priori pas amené à revoir cette belle brochette de personnages secondaires, de la femme de ménage badass à la blonde housewife perturbée et nympho. On ne reverra pas non plus la serveuse du diner qui était excellente dans son genre. Genre difficile à définir d'ailleurs. Genre Weeds quoi.

   Si Doug reste toujours pour moi le boulet dans l'histoire (il ne m'a pas fait beaucoup rire hormis sa crise d'anémie), les autres étaient au top, même Silas qui est devenu celui qui apporte un peu d'émotion par petites touches. Nancy en apporte aussi beaucoup mais on commence à s'habituer au bout de six ans à ses soudaines crises de larmes. La dernière scène et son message à Esteban n'en était pas moins touchant. Ensuite, tout est anecdotique, un ensemble de plein de bonnes petites idées et de bons petits dialogues. Le passage au diner avec les deux revolvers pointés sous la table était assez intense j'ai trouvé et j'adore la résolution, typique de la série et plus particulièrement du personnage de Mexicain très imprévisible. Sa concurrence avec Shane pour savoir lequel est le plus creepy m'a amusé, et la scène du coup de téléphone à la femme de Caesar était pas mal non plus ! J'espère qu'Esteban est loin maintenant. Qu'il nous lâche la grappe encore quelques épisodes (car je le vois mal ne pas revenir à un moment donné).   

vlcsnap_24500


// Bilan // "No More Spanish". Une nouvelle page de Weeds se tournerait-elle enfin définitivement ? La structure de la saison est étrange mais c'est peut-être justement ce qui la rend aussi sympathique et surprenante ! La cavale continue...

Posté par LullabyBoy à 14:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 septembre 2010

Weeds [6x 05]

55732786

Boomerang // 83o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_19493

   Weeds est quand même une série extraordinaire je trouve. Ces quatre étoiles ne sont peut être méritées si l'on repense aux deux premières saisons mais c'est, pour moi, un des meilleurs épisodes de la série depuis la fin de la saison 2. Une sorte de best-of de ce dont elle est capable de meilleur. Et pour une fois, on a laissé de coté le pire. Aucune scène n'était inutile et tout était surprenant. Je m'attendais à ce que Nancy et Andy se sortent facilement des griffes des flics mais c'est toujours très amusant de les voir à l'oeuvre car on sait qu'ils vont s'en sortir mais jamais comment. Ils forment un duo absolument génial. Les scénaristes en ont profité pour revenir sur les sentiments d'Andy à l'égard de l'héroïne, chose qui avait plus ou moins été passée sous silence depuis le début de la saison et ce n'était pas triste ! Andy nous a offert un festival de bons mots, des inventions que lui seul pouvait trouver : pour lui, le vagin de Nancy est un "death trap", ou un "Evil Suckubus", voire même un "penis flytrap". Normal puisqu'elle est "Dr Ke-Vagian" ! Enorme. Je le répéte : Weeds reste l'une des séries les mieux dialoguées de la télévision, même six ans plus tard mais de manière un peu moins régulière et soutenue disons.

   Enchaînement de catastrophes pour les Botwin, avec une Nancy toujours aussi désemparée. Je serais incapable de vous dire ce que j'ai préféré : le dialogue entre Shane et sa bande d'idiotes ? Le dialogue entre Shane et son frère, en présence des idiotes ? Le dialogue de l'une des idiotes avec Andy, à base de sperme ? (...) Même Silas m'a bien fait rire et touché. En revanche, il n'était pas nu une seule fois. Ca fait un choc de le voir habillé en fait. On n'est pas habitués ! Les quelques scènes à l'hôtel n'étaient pas piquées des hannetons (j'ai un quota de trois utilisations de cette expression dans mes reviews par an. Et de une !). Je suis assez fan du personnage incarné par Aisha Hinds, qui est vraiment géniale quelque soit le rôle qu'on lui donne et quelque soit le registre. Elle était effrayante dans True Blood, touchante dans Desperate, euh... sûrement intéressante dans Invasion mais je ne m'en souviens pas très bien, et ici elle est super drôle. Les 5 dernières minutes de l'épisode sont très prenantes, d'autant qu'on sent la catastrophe arriver de loin. Je suis surpris que les Botwin soient obligés de quitter déjà Seattle ? C'est presque décevant mais je n'ai pas envie de me poser de questions. L'aventure est trop trépidante pour ça ! Alors je me laisse porter, on verra... Le kidnapping de Shane changera peut-être la donne.    

vlcsnap_13517


// Bilan // Jouissif épisode, extrêmement drôle et étonnant ! Weeds ne s'était pas aussi bien portée depuis longtemps. Ravi donc qu'elle soit renouvelée pour une 7ème saison.


15 septembre 2010

Weeds [6x 04]

55732786

Bliss // 96o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_80266

   Après trois bons épisodes, pas étonnant que le quatrième ne soit pas à la hauteur. C'est Weeds. Une des séries les plus inconstantes qui soit d'un épisode à l'autre. Le retour de Doug était annonciateur d'une baisse de niveau et ça n'a pas raté. Ca fait longtemps qu'il ne me fait plus rire et j'ai prié très fort pour qu'il se fasse enfin zigouiller par Ignacio et Cesar. Je savais bien que c'était peine perdue. Leur virée aurait pu être amusante. J'aime bien les deux Mexicains. Mais toutes les blagues sont tombées à plat, même celle sur Betty White ! A la limite, la dernière scène est la plus réussie -celle où ils tirent sur le clochard- mais ça reste bof bof. J'ose espérer que les scénaristes n'ont pas prévu de faire traîner les retrouvailles avec les Botwin trop longtemps. Sinon, on est mal partis.

   Tous les personnages étaient chacun dans leur coin, avec leur(s) guest-star(s) à eux. Ca fait donc beaucoup trop de nouveaux personnages d'un coup. Personne n'est utilisé comme il le devrait et je pense surtout à Linda Hamilton qui n'a vraiment pas grand chose à dire et à faire au final. Je ne peux même pas dire si j'aime son personnage ou non. Il ne peut que laisser indifférent tant il manque de développement. Mary-Louise Parker prend toute la place, ce qui est un peu normal dans le fond. C'est elle l'héroïne après tout. Ses pérégrinations dans cet épisode n'étaient pas passionnantes. Le cliffhanger, ma foi, se sent venir mais a le mérite d'exister. Hâte de voir comment Nancy et Andy vont s'en sortir. Parce qu'ils vont s'en sortir et certainement de manière cocasse, comme d'hab'. Justin Kirk tient drôlement bien tête à Peter Stormare mais là encore, ce n'est pas totalement satisfaisant. Un peu paresseux en fait. Un peu facile. No comment sur le confit de canard qui a une drôle de tête chez les américains. Ca devient de drôles de boulettes. Shane fréquente quant à lui Jessica St Clair et sa nouvelle bande de copines. J'aime bien l'actrice (même si elle enchaîne les daubes) mais elle n'a pas eu grand chose à faire elle non plus. Tout juste une grimace ou deux, un truc qu'elle maîtrise bien, c'est vrai. Et puis Silas... ben il a enlevé son t-shirt bien-sûr. Et le bas aussi. Mais le réalisateur a voulu la jouer pudique. Dommage. On a connu Weeds plus olé-olé. Son idée de fréquenter l'université pour se divertir me plaît bien. Ca peut offrir quelques bons trucs à l'occasion.   

vlcsnap_85215

// Bilan // Qu'un épisode de Weeds ne raconte rien, c'est habituel et pas nécessairement problématique, mais si c'est fait sans humour, sans efficacité et sans dialogues léchés, je ne vois plus tellement l'intérêt. N'empêche que Weeds cette année, c'est mieux. Et c'est déjà bien. 


06 septembre 2010

Weeds [6x 03]

55732786

A Yippity Sippity // 1 o2o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_1069347

   Le fait que Weeds porte mal son nom depuis quelques temps ne m'a jamais vraiment dérangé. Au contraire même, il me semblait qu'on avait fait le tour du trafic de drogues à l'artisanal façon Bowtin. Alors le fait de relancer les affaires dans cet épisode m'inspire plus de craintes qu'autre chose. Et les scènes les moins réussies étaient bien celles qui concernaient le trafic douteux du personnage incarné par Linda Hamilton. Mais les présentations ont été plus que sommaires, difficile de dire s'il y a là un potentiel. Non, le plus sympathique, c'est la nouvelle vie de nos héros qui tentent leur chance dans un hôtel chic de Seattle. Ils voulaient devenir chef, barman et manager (ce qui n'équivaut pas non plus à de grandes ambitions), et ils se retrouvent à faire la plonge, la lecture en slip à un vieux porc érudit et le ménage. Nancy/Nathalie a été particulièrement gâtée avec un gros monsieur tout nu menotté, nageant dans sa pisse ou celle de sa pute. La grande classe façon Weeds ! Et je dois dire que ça m'avait manqué. Combien de séries peuvent se permettre ça sans faire de vagues ?

   Je me languissais la semaine dernière et m'étonnais même que Hunter Parrish n'ait pas encore enlevé le haut mais ça y est, c'est fait. Et il n'a pas pris un poil de graisse depuis l'année dernière. J'ignore si cette intrigue va poursuivre mais si c'est le cas, on devrait pouvoir encore se rincer l'oeil une fois ou deux. Toujours bon à prendre ! La partie consacrée à Andy/Randy n'était pas la plus réussie, pas la plus drôle, mais l'arrivée de Peter Stormare dans la série apportera sans doute quelque chose de sympa. Bon et puis les quatre minutes de drague entre Nancy et un inconnu m'ont bien fait rire, surtout vu la finalité. J'adore quand Mary-Louise Parker parle français. Je me demande quand même à quel moment Nancy s'instruit. Parce qu'à part boire ses latte et faire la conne... Shane qui se transforme en voleur de roulettes de poussettes, c'est aussi pathétique que ça en a l'air mais dans la plus pure tradition de la série. Donc j'adhère complètement. il faut bien l'occuper le petit. En attendant son prochain vrai coup d'éclat je suppose ! Le cliff' avec le retour de Doug. Euh... Mouais. Pas intéressé. Lui ne ne manque pas, contrairement à Celia (et Isobel !).   

vlcsnap_1068080


// Bilan // Weeds retrouve un schéma plus classique, qui ravira les fans de la première heure, tout en gardant la touche de fraîcheur propre à ce début de saison convaincant.

30 août 2010

Weeds [6x 02]

55732786

Felling And Swamping // 1 o4o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_96196

   Aujourd'hui, les scénaristes de Weeds, Jenji Kohan en tête, peuvent bien faire ce qu'ils veulent : on leur pardonne tout. La série a atteint un tel niveau d'improbabilité que plus rien ne nous choque vraiment. Ca pourrait être problématique mais pas tellement puisque l'écriture des dialogues est toujours le gros point fort, associé au talent des acteurs. Le Season Premiere était de bonne facture et ce deuxième épisode l'est tout autant. La série se ré-invente sous nos yeux et de manière un peu plus crédible que lors de la saison 3. Tout va évidemment très vite et la chance, si l'on peut dire, est une fois de plus du coté des Botwin Newman ! Dans un grand moment d'inspiration, c'est ainsi qu'Andy a choisi de renommer la famille. Il devient Randy, Nancy Nathalie (à la française s'il vous plaît, avec le bel accent de Mary-Louise Parker), Shane devient Shawn et Silas... Mike ! Avec une facilité déconcertante, tout le monde obtient de nouveaux papier d'identité et de nouveaux permis de conduire et c'est parti pour une nouvelle vie. L'option Canada me plaisait bien, mais les blagues sur la prononciation des mots américains à la canadienne nous auraient vite gavé. L'Alaska ? J'aurais adoré ! Je suis fan de cet état. Je veux y finir mes jours et y mourir paisiblement. Bon, c'eut été un peu extrême comme changement de décor mais nettement plus dépaysant ! Ce sera finalement Seattle et sa pluie. C'est autre chose que la Californie et le Mexique mais je suis sûr que ça aura son charme aussi. L'ambiance sera peut-être plus tournée vers la nostalgie, la saison sera peut-être plus dépressive... Ma foi, pourquoi pas ?

   L'épisode est truffé de moments amusants qu'il serait inutile de retranscrire mais je tiens quand même à mentionner la leçon de morale de Nancy à l'encontre de Shane que l'on attendait plus ! Elle s'est complètement foirée, sans surprise. Elle n'est tellement pas légitime. Elle ne l'a jamais vraiment été d'ailleurs. La petite tape dans les fesses pour finir, c'était ridicule. Eh bien malgré tout ça, je reste fana de Nancy. Enfin Nathalie. Tant qu'elle enlève sa perruque grunge... Moi qui suis par contre moins fan de Silas habituellement, il m'a agréablement surpris. C'est un peu le boulet dans l'histoire mais pas parce qu'il est collant ou idiot (quoique des fois, il est pas très malin). Non, c'est parce que c'est le plus sensé de tous ! Il l'a bien prouvé dans cet épisode mais il choisit de suivre sa famille malgré tout. Jolie scène quand il a les larmes aux yeux, prêt à les abandonner. Hunter Parrish a grandit sous nos yeux et il est devenu bon. Et beau. Deux épisodes et il n'a pas encore enlevé sa chemise. Ca ne tourne pas rond ! Andy : rien à redire. Sans Audrey, il redevient celui que l'on adore. Et puis il y a le cas Shane. Il est super énervant, son jemenfoutisme est particulièrement agaçant, mais c'est le personnage qui a le plus évolué depuis le début. Et quelle évolution ! Sinon, la menace Esteban en fin d'épisode : mouais. Y'avait sans doute mieux pour terminer l'épisode. On se doute bien qu'il est à la recherche de Nancy ! Toujours pas de Doug. Et il ne me manque pas. Isobel et Celia en revanche...

vlcsnap_87402


// Bilan // Weeds se ré-invente et ré-invente ses personnages au cours d'un road-trip amusant, parfois émouvant, qui inaugure de bonnes choses pour la suite. La saison 6 ne sera a priori pas la saison de trop...

03 août 2010

Weeds [6x 01]

weeds_season6_poster

Thwack (Season Premiere) //

44030377

weeds_gal6_0getaway_group

   Nancy -Bitch- Botwin est de retour comme chaque été ! Mais avec un peu de retard cette année puisque Showtime a eu l'étrange idée d'attendre le mois d'Août pour lancer la sixième saison. Ce sera le 16 Août prochain avec la nouveauté The Big C dont je vous reparlerais évidemment. Comme d'habitude, le Season Premiere est dispo sur le net quelques jours avant. Je me suis jeté dessus parce qu'ils me manquaient tous un peu. Je me souviens pourtant que le dernier épisode de la saison 5 ne donnait pas spécialement envie de revenir malgré un cliffhanger surprenant. Shane tuait Pillar à coup de maillet de criquet ! Quand même ! Conséquence : les Botwin sont en fuite et ce sera visiblement le grand arc de cette saison. On commençait à avoir fait le tour de Renmar et du Mexique, ça ne fera pas de mal de goûter à de nouveaux horizons. On ne peut pas le nier : la série a un don pour se réinventer. Du moins dans l'esprit et dans les décors. Parce que le fond reste toujours le même : Nancy est complètement paumée et accumule les erreurs, en entraînant dans sa chute tous ceux qui l'entourent, enfants, amis et dommages collatéraux.

   Cet épisode assure donc la transition entre l'ancien Weeds et le nouveau Weeds. Il ne se passe rien de très intéressant dans le fond, il s'agit juste de préparer en vitesse le départ mais tout l'intérêt réside comme souvent dans les dialogues et dans la mise en scène. Les premières minutes qui réunissent Nancy, Shane puis Silas sont particulièrement réussies et truculentes. On nage en pleine absurdité tant Shane semble satisfait de son geste et Nancy pas si étonnée. Elle ne prend même pas la peine de lui faire la morale. Elle sait que c'est bien inutile et puis de toute façon la tournure des événements l'arrange bien. C'est ça qui est assez incroyable quand on repense à la saison 1 et ce que sont devenus tous les personnages depuis... Certains sont devenus particulièrement pathétiques, mais c'est ce qui fait leur charme. Les autres, eh bien ils assurent encore même dans l'adversité la plus totale. A partir du moment où Andy apparaît, c'est triste à dire mais l'ambiance est moins bonne. Les répliques sont moins inspirées et on sent que les scénaristes sont pressés d'en finir avec l'histoire Andy/Audra qui est loin d'avoir tenu ses promesses. Lupita me fait bien rire mais elle disparaît mystérieusement en cours de route et tous les autres personnages sont absents, à commencer par Celia, l'excellentissime Celia qui a su le rester malgré tout ce que les scénaristes lui ont fait subir. Je ne me souviens plus très bien de l'état dans lequel on l'avait laissé. Elle s'était transformée en sosie de Nancy je crois et avait décidé d'unir ses forces avec Isabelle, Dean et Doug. Quelque chose comme ça... Il faudra attendre le prochain épisode pour en savoir plus, du moins j'espère. Une chose est sûre : Elizabeth Perkins a lâchement quitté la série et ne devrait pas apparaître cette saison. Elle va laisser un grand vide et c'est là ma plus grande crainte quant à cette saison 6...


// Bilan // Weeds revient en bonne forme avec une Mary-Louise Parker toujours au top en femme éternellement dépassée par les événements. La saison 6 est synonyme de nombreux points d'interrogation et ce n'est pas dans ce Season Premiere que l'on trouve la moindre réponse. Qu'importe, on s'amuse beaucoup !

08 septembre 2009

Weeds [5x 13]

Weeds

All About My Mom (Season Finale) //

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_79759

   Patatrac badaboum. La malédiction Botwin n'a pas frappé cette année : le nouveau mari de Nancy n'est pas mort. C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bonne parce qu'on pressentait le meurtre de Esteban depuis le début de la saison. Ca aurait été décevant que nos prédictions se révélent juste (pourquoi je dis "nous" ? Je ne suis pourtant pas plusieurs !). Mauvaise car cela veut dire qu'Esteban sera encore vivant la saison prochaine. Il n'a pas apporté que des mauvaises choses mais il a atteint ses limites depuis déjà un moment. Par exemple, cette scène où il force Nancy à ne plus jamais porter son parfum est ridicule. On a bien compris qu'Esteban était le genre de mâle qui tenait plus que tout à sa virilité, pourquoi en remettre une couche ? Pour tracer un parallèle avec le fait qu'il réponde au doigt et à l'oeil de Pilar ? Peut-être, mais je ne vois pas bien où l'on veut en venir. Que Nancy est une pauvre femme soumise ? Sans doute. C'est sûr que ça la change. Elle n'était pas du tout comme ça avant... A coté de ça, on nous montre Esteban en situation d'échec vis à vis de l'éducation de sa fille Adelita puisque cette dernière est en fait une héroïnomane. Là encore, un parallèle est tracé entre les reproches que Esteban a pu faire à Nancy sur ses fils et ses propres failles. Mais, là encore, je ne vois pas bien où l'on veut en venir. On le sait depuis longtemps qu'Esteban est un gros con ! What's the point ? Ca a cependant permis à Silas de prouver qu'il n'était pas un si mauvais garçon, message que l'on veut nous faire passer depuis plusieurs épisodes.

vlcsnap_81914

   On ne peut pas en dire autant de ce cher Shane puisqu'il est passé du petit garçon intelligent et cynique au grand garçon toujours cynique mais dangereux. Cette évolution a été progressive tout au long de la saison. Le cliffhanger final -il frappe Pilar avec un maillet de croquet- est donc bien amené et en même temps très surprenant ! J'avoue avoir sursauté. Mais avec un peu de recul, c'est léger pour une fin de saison. Ca ne me donne pas plus envie que ça de voir le prochain Season Premiere dans un an. Et c'est tout le problème de l'épisode : il ne donne pas envie, on a dû mal à se sentir impliqué et il manque clairement de rebondissements, hormis dans l'intrigue Nancy. Par exemple, le cas Andy-Audra aurait mérité autre chose que cette demande en mariage ratée, dont on obtient en plus aucune réponse positive ou négative, et ce mini-cliff' sur l'éventuel mort d'Audra. Déjà, on n'est pas spécialement attaché à elle donc on se fout un peu de ce qui peut lui arriver. Puis malgré les efforts des scénaristes, impossible de m'enlever de la tête une possible romance Nancy-Andy. J'espérais d'ailleurs que le cliff' tourne autour de ça. C'est bien rapé. Au final, le destin d'Audra est entre les mains de son interpréte, Alanis Morissette. Soit elle resigne pour la saison prochaine et Audra revient, soit elle refuse et Audra meurt tragiquement. En tous les cas, la chanteuse a récemment fait savoir qu'elle bosserait sur un nouvel album dès la fin du tournage de Weeds... Un indice ? 

vlcsnap_90970

   Je pensais le délire de Celia autour de Nancy passager mais les scénaristes ont visiblement décidé de l'inscrire dans la durée. On verra ce que ça va donner. Je suis confiant mais je me méfie toujours. L'idée peut être abandonné au bout de deux épisodes et ça n'aura servi à rien une fois de plus. En tous cas, réunir tous les personnages secondaires dans une intrigue commune est la meilleure chose à faire. On évite ainsi le cloisonnement façon saison 4 et on pousse un peu plus loin ce qui a été plus ou moins testé cette saison. En plus, Sanjay revient et Ignacio reste. Deux excellents ressorts comiques dont il serait dommage de se passer. Cet épisode sert donc de mise en place mais on retient quand même un excellent dialogue entre Celia et Doug dans le garage, très Weeds donc noir, fin mais aussi vulgaire.


// Bilan // La saison 5 de Weeds était pleine de défauts mais elle a réveillé en moi un peu de désir. Elle était meilleure que la précédente, voire même meilleure que la saison 3. Rien que ça, c'est une belle satisfaction. Les défauts sont toujours les mêmes : des intrigues qui partent dans tous les sens, un goût de l'overzetop un peu trop prononcé, une héroïne de moins en moins attachante qui refait inlassablement les mêmes erreurs et qui n'évolue donc plus... Et puis un Season Finale très léger, qui ne vaut pas le précédent, complètement bouleversant. Je serai là pour la saison 6, fidèle au poste.