17 septembre 2012

Glee [4x 01]

 vlcsnap_2012_09_16_13h10m24s100

The New Rachel (Season Premiere) // 7 410 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2012_09_16_13h45m14s5 vlcsnap_2012_09_16_13h47m00s38

   Que les choses soient claires : Glee reste une série moyenne, moralisatrice et partiellement ridicule, mais que ce soit lors du précédent Season Finale ou lors de ce Season Premiere, il se dégage une certaine cohérence, une efficacité et une émotion qui font que l'on passe un bon moment malgré l'écriture on ne peut plus grossière. Assurément, le fait que ce retour se fasse avec moins de personnages, quelques anciens et quelques nouveaux, et dans deux lieux différents, permet de renouveler l'intérêt. Mais jusqu'à quand ? On passe du fin fond de l'Ohio au coeur de New York sans difficultés au cours de ce premier épisode, mais je ne pense pas que cela puisse tenir sur la longueur, même si Kurt rejoint finalement Rachel. D'ailleurs, je crois qu'au bout du compte ce sont les scènes au sein de l'école NYADA qui m'ont le plus plu. C'est agréable de retrouver Rachel dans un autre univers, où elle n'est plus la star et où elle va devoir en baver encore plus que d'habitude pour atteindre ses objectifs. Kate Hudson, en prof sadique, est d'ailleurs une très bonne surprise ! Je suis d'emblée moins fan du nouvel intérêt amoureux de madame, trop beau trop musclé et trop tout, pour être intéressant et les perspectives de leur future histoire d'amour hyper compliquée ne me rejouissent guère. On sait parfaitement ce qui va se passer : elle va d'abord refuser ses avances, puis elle finira par céder, et c'est le moment que choisira Finn pour se manifester, voire pour rendre une petite visite à sa dulcinée. Et ce sera très compliqué et très triste. Il ne serait pas étonnant qu'il arrive plus ou moins la même chose à Kurt et à Blaine en parallèle, sauf que je parie que sera Blaine qui fera des bêtises le premier ! Bref, ce spin-off à New York n'aurait certainement pas été fameux s'il avait existé en tant que tel mais à l'intérieur même de Glee, il a une véritable raison d'être... jusqu'à nouvel ordre.

   A McKinley, c'est une autre histoire. On ne s'ennuie pas mais on roule des yeux à de nombreuses reprises. Déjà à cause de l'intrigue principale du jour dans laquelle les petits chanteurs, vainqueurs aux précédents nationals, se montrent particulièrement agaçants : sous prétexte qu'ils ont enfin réussi quelque chose, ils traitent les autres comme de la merde et retournent donc la situation jusqu'ici établie. Cela passe par se moquer d'une femme de cantine obèse, qui se trouve être, évidemment, la mère de l'un des nouveaux personnage prénommé Marley Rose. C'est franchement pathétique quand on y pense mais tout rentre dans l'ordre dès la fin de l'épisode avec la petite morale à la con qui n'a pas changé depuis la première saison. Il y a une nouvelle chef des cheerleaders sinon, Kitty. On l'a trop vu pour le moment pour se forger une réelle opinion mais la qualifier de pâle copie de Quinn semble raisonnable. Le nouveau bad boy, et c'est là que l'on voit l'imagination débordante des scénaristes, n'est autre que... le frère de Puck ! Mais ce dernier ne connait pas son existence, ça permettra plus tard de le faire revenir au moins pour ça. Seule bonne idée : Unique/Wade fait maintenant partie des One Direction New Directions ! Il/Elle avec ses grands airs de Beyoncé me fait rire. Je suis preneur. A part ça, ils n'ont rien trouvé de mieux que de lancer une course à la nouvelle Rachel. Ben oui, ça aurait été trop beau d'avoir enfin des numéros musicaux équilibrés ! Donc c'est officiellement Darren Criss qui prend la relève, même si en saison 3 il avait déjà bien monopolisé l'attention. Une pensée pour cette pauvre Jenna Ushkowtiz (Tina) dont l'heure de gloire semblait enfin être arrivée et qui va pourtant encore devoir faire de la figuration la plupart du temps... C'est d'ailleurs à cela que Sue est réduite dans cet épisode, nous montrant un court instant sa progéniture et puis c'est tout. Comme d'hab', Will ne se montre pas plus utile tandis qu'Emma a disparu et Beist aussi. Et les adieux de Kurt et son père sont déchirants. On peut toujours compter sur eux.

   Là où l'épisode fonctionne particulièrement bien, c'est du coté des prestations. On n'échappe évidemment pas à Call Me Maybe, le tube de l'été. Il nous reste forcément en tête mais on ne peut pas dire que la reprise soit très réussie, surtout lorsque tout le monde chante en même temps. C'est la cacophonie et ce n'est pas très agréable à l'oreille. En revanche, Never Say Never, que je ne connaissais pas, fonctionne bien, de même que la superbe Chasing Pavements, même si son interprète, Melissa Benoist, se contente de faire du Katherine McPhee. Comprendre par là de l'inspide chou-mignon. Le mash-up Americano/Dance Again est très réussi. Encore une fois, Kate Hudson impressionne. Quant au New York State Of Mind, il était parfait du coté de Lea Michele et beaucoup moins intéressant quand le tour de Melissa Benoist est venu, pour les raisons suscitées. Et puis elle ne tient pas la comparaison. Ce n'est pas elle la nouvelle Rachel ! 

vlcsnap_2012_09_16_13h46m06s17 vlcsnap_2012_09_16_13h45m54s148


// Bilan // En repartant presque à zéro et en ajoutant une sorte de show dans le show, Glee parvient pour le moment à faire diversion. Mais les promesses qui nous sont faites dans ce Season Premiere ne sont pas très excitantes. Visiblement, on nous racontera en saison 4 la même chose qu'en saison 1, 2 et 3, et sans grandes variations.  Reste à savoir combien de temps durera l'état de grâce et à quel point on peut se montrer indulgent. Pour le moment, Glee ça redevient presque hype !


04 septembre 2012

The New Normal [Pilot]

the_new_normal_tv_movie_poster_2012_1020751577

Pilot // Diffusion le 11 septembre

44030377

 

What About ?

 Bryan et David souhaitent fonder une famille et cherchent la parfaite mère-porteuse. Lorsqu'ils choisissent Goldie, ils ont la mauvaise surprise de découvrir que la grand-mère républicaine de celle-ci est plus que présente dans sa vie. Et quand elle déménage avec sa fille en Californie pour se rapprocher des deux hommes, la vieille femme les suit évidemment...

Who's Who ?

 Comédie single-camera créée par Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee, American Horror Story) et Allison Adler (Glee, Chuck). Avec Justin Bartha (Very Bad Trip), Andrew Rannells (Girls)Georgia KingEllen Barkin (Las Vegas Parano, Le Fan), NeNe Leakes (Glee, The Real Housewives of Atlanta), Bebe Wood...

What's More ?

Gwyneth Paltrow, grande amie de Ryan Murphy depuis sa participation à son premier film, Running With Scissors, et qui a participé à quelques épisodes de Glee, fait un caméo très drôle dans le pilote.

Leslie Grossman apparait elle aussi quelques instants dans le rôle d'une possible mère porteuse. Elle était l'une des actrices principales de Popular, la toute première série de Ryan Murphy (qu'il a beaucoup pompée pour Glee). 

So What ?

    Au lancement de chaque nouvelle série de Ryan Murphy, les débats sont les mêmes : créateur sincère et de talent ou marketeur/provocateur assoiffé de buzz et d'argent ? On y a eu droit à l'époque pour Nip/Tuck, mais Twitter n'était pas encore là pour faire monter la sauce. Glee, bien entendu, à engendrer beaucoup d'amour et de haine. American Horror Story l'an passé a divisé les sériephiles en deux clans. The New Normal ne déroge évidemment pas à la règle, d'autant que les mormons de l'Utah s'y sont mêlés. Mais ne nous attardons pas sur eux, ce serait leur donner trop d'importance (et puis à cause de Big Love, j'ai une certaine sympathie malsaine pour eux). Le créateur, scénariste, producteur et ici même réalisateur savait pertinemment que le sujet ne laisserait pas indifférent mais je pense aussi qu'il lui tenait à coeur d'en parler. C'est sans doute sa série la plus personnelle. Il n'est pas encore papa, mais il aimerait le devenir. Sa co-créatrice, elle, homosexuelle affirmée aussi, est mère. The New Normal, c'est l'alliance de leurs deux visions : celle d'un fantasme, d'un désir profond, et celle d'une réalité. Et dans le monde dans lequel nous vivons, dans l'Amérique qui s'apprête à élire un nouveau président, le fantasme, le désir profond peut devenir réalité.

   Si The New Normal est la première comédie, dans le format en tout cas, de Ryan Murphy, elle fonctionne pourtant de la même manière que ses précédentes oeuvres "lumineuses". On y retrouve le même type d'humour et le même type de héros. La grand-mère raciste et homophobe, qui est à mon avis le meilleur personnage et surtout celui qui apporte le plus de rires dans ce premier épisode, fait irrémédiablement penser à la Coach Sue Sylvester de Glee. Elle aurait pu prononcer les mêmes horreurs ! Ellen Barkin est extrêmement convaincante dans le rôle. J'applaudis et j'en redemande. NeNe leakes, l'une des dernières recrues de Glee toujours, joue plus ou moins le même personnage dans cette nouveauté : elle a une grande bouche et les auteurs s'éclatent à lui faire dire n'importe quoi. Là encore, j'applaudis et j'en redemande. Mais j'ai bien conscience aussi que l'on pourrait vite se lasser. Le troisième personnage qui m'a le plus amusé, c'est Bryan. Andrew Rannells interprète plus ou moins un Cam de Modern Family façon skinny. C'est typiquement le genre de caricature que l'on aime ou que l'on déteste, à la manière d'un Kurt Hummel (saleté de Glee qui s'insère partout dans cette critique !). La toute première scène suffit, à mon sens, à rendre ce jeune homme touchant et légitime dans son combat. Comme sa moitié, David, et leur mère-porteuse, Goldie, il est continuellement dans l'émotion au cours de ce pilote, au bord des larmes. Il est vrai que ce n'est pas vraiment ce que l'on attend d'une comédie à la base, mais n'oublions pas que les temps changent, que c'est l'évolution logique... La querelle entre les "anciens" téléspectateurs et les "modernes" ne fait que commencer ! Et je ne sais toujours pas de quel côté me ranger. Il n'est peut-être pas nécessaire de choisir. Aimons les séries -en particulier les comédies- comme elles viennent, dans toute leur diversité. 

    Sans Modern Family, The New Normal n'aurait peut-être jamais existé. La comédie familiale numéro un du moment lui a ouvert la voie, mais il n'est pas question ici de l'imiter. A sa manière, plus provocante et moins subtile, du Ryan Murphy dans toute sa splendeur en somme, elle tente ainsi de faire évoluer les mentalités avec des personnages caricaturaux mais drôles et/ou touchants et des acteurs parfaitement sélectionnés. Murphy offre toujours des pilotes d'une redoutable efficacité. On n'est jamais sûr que la suite sera à la hauteur -elle l'est rarement- mais on a envie de le savoir en regardant les épisodes suivants.

What Chance ?

 Il est extrêmement difficile de prédire les audiences de The New Normal, tout comme celles de Go On qui lui servira de lead-in le mardi entre 21h et 21h30, puisque NBC ne programme pas de comédies dans cette case habituellement. Ce qui est sûr, c'est que les exigences de la chaîne ont été revues à la baisse depuis longtemps, surtout quand on voit les scores des sitcoms du jeudi soir. 6 millions, ce serait donc presque un succès. A mon avis, elles seront rapidement en dessous mais NBC devrait se montrer clémente...

How ?


27 mai 2012

Glee [3x 22]

dnes_season4_glee_sylvester

Goodbye (Season Finale) // 7 460 000 tlsp.

44030377


 

vlcsnap_2012_05_26_02h51m47s49 vlcsnap_2012_05_26_02h44m28s11

   J'ai quelques réserves sur ce final de Glee, que je ne manquerai pas de vous exposer dans quelques instants, mais je dois dire que, contre toutes attentes, j'ai été séduit par cette série d'au-revoirs, souvent émouvants, et comme à l'épisode précédent, j'ai été surpris d'être touché. Je croyais que la plupart de ces personnages ne m'intéressaient plus et ne me manqueraient pas si j'arrêtais la série -une tentation constante tout au long de cette saison 3- et puis je me suis laissé embarquer finalement et je me suis fait avoir aussi : je ne me sens pas capable de snober la saison 4. J'ai envie de savoir ce qui va se passer, mais ce n'est pas tant le destin des héros qui m'encourage à poursuivre que la curiosité de voir comment les scénaristes vont réussir à gérer tous ces personnages, dans des lieux différents parfois, tout en continuant à se concentrer sur le Glee Club au sein de McKinley avec ceux qui restent. Clairement, un spin-off centré sur Rachel, Kurt et Finn à New York (et éventuellement deux ou trois autres) aurait eu la gueule. Pour diverses raisons, ça ne se fera pas. On aura donc droit à un spin-off à l'intérieur de la série-mère en quelques sortes et je vois difficilement comment les auteurs vont pouvoir rester cohérents dans ces conditions, à moins d'alterner les épisodes à Big Apple et les épisodes dans l'Ohio (une solution qui ne sera certainement pas adoptée). C'est très casse-gueule et quand on voit comment la série a été gérée jusqu'ici, le pire est à craindre ! Si l'on ajoute à cela les performances d'audiences de plus en plus décevantes et une nouvelle case horaire à la rentrée loin d'être évidente, je ne donne plus très cher de la peau de Glee. Si elle tient encore deux saisons, ce sera un petit miracle (auquel je ne suis pas sûr de vouloir assister). Mais stop aux spéculations, place à la review de cet épisode !

   Alors que l'épisode précédent, lors des Nationals, était très pauvre en dialogues, misant tout sur les prestations et la réalisation, celui-ci est beaucoup plus équilibré, alternant à merveille les chansons et les scènes dialoguées poignantes. Mon petit coeur a littéralement fondu sur la scène partagée par Quinn et Sue, qui ont toujours eu une relation privilégiée, sur laquelle peu de mots étaient posés en général mais dont il se dégageait toujours quelque chose de fort. Je ne suis rarement fan des moments où Coach Sylvester se montre tendre, surtout qu'ils se sont multipliés cette saison, trahissant un peu le personnage, mais là, c'était justifié et c'était beau. Ca n'aurait sans doute pas marché avec n'importe quel autre personnage. Concernant Quinn, je suis toujours dubitatif sur son évolution, et je suis halluciné qu'elle soit passée d'handicapée à gazelle en deux épisodes seulement, mais la remettre avec Puck m'a paru assez naturel et pas si bête. La réussite de ce dernier à son examen n'avait rien de réaliste mais on était quand même content pour lui, surtout après tant d'années d'échecs successifs ! L'avenir du couple dans la série est flou. Mais ça ne m'étonnerait qu'à moitié qu'une fois stabilisés, ils se lancent dans la conception d'un nouveau bébé, qu'ils éléveront ensemble cette fois. On aurait aimé voir Quinn embrasser des rêves plus grands, mais tout le monde n'est pas Rachel... Autre scène majeure de l'épisode et sans doute même de la saison : le Single Ladies du père de Burt, en hommage à la prestation de Kurt en première saison. Mike O'Malley a carrément assuré (même si la réalisation aide bien à cacher les imperfections). En revanche, je ne suis pas du tout satisfait par le destin de Kurt ! Comment a-t-il pu ne pas être pris à NYADA ? Je suppose que le but des auteurs était de nous surprendre et que la situation s'arrangera peut-être en début de saison 4, mais, clairement, à ce stade, ce n'est pas logique. Voir Rachel faire ses premiers pas dans cette école seule, sans Kurt à ses cotés, me botte beaucoup moins, sans compter que ça rend le statut de privilégiée de Lea Michele au sein du casting encore plus évident... Tout ça pour ne pas séparer le couple Kurt/Blaine ?

vlcsnap_2012_05_26_02h18m12s120 vlcsnap_2012_05_26_02h19m33s159

   Honnêtement, on se moque un peu du sort des autres (celui de Mike Chang en premier lieu) mais je fonde beaucoup d'espoir en Santana, dont les scènes avec sa mère jouée par Gloria Estefan étaient mignonnes. Brittany qui rate ses examens : on ne voit pas comment le contraire serait plausible ! Mercedes n'a droit qu'à quelques mots. Ils ne s'attardent jamais plus sur elle, c'est bien dommage. Et puis il y a Finn, un personnage que je n'aime pas beaucoup mais qui m'a touché cette fois-ci. Sa décision de rompre avec Rachel pour la "libérer" et la scène qui en a découlé était très réussie ! C'est surtout Lea Michele qui excellait niveau jeu mais peu importe. C'était fort. Je suis moins convaincu par l'intrigue armée qui se profile, mais c'est sans doute une lubie qui va durer trois épisodes et basta. La petite scène de Finn avec son professeur préféré était pas mal non plus. Amusant de revenir sur les circonstances de son recrutement dans la chorale afin de boucler la boucle. Au niveau des chansons, Forever Young par Matthew Morrison était pas mal, de même que I'll Remember de Chris Colfer, repris de Madonna (chanson que j'avais totalement oublié d'ailleurs). Clairement, le choix s'est fait en fonction des paroles et de leurs résonances par rapport aux personnages et non en fonction de leur popularité. C'est courageux (au moins une fois dans la saison). You've got the music in you était un super moment. J'avais oublié que j'adorais cette chanson à l'époque de sa sortie. Le titre final de Rachel, Roots Before Branches, était superbe. Excellent choix, super interprétation.

vlcsnap_2012_05_26_02h41m01s241 vlcsnap_2012_05_26_02h44m32s45


// Bilan // La saison 3 de Glee se sera terminée sur de bons épisodes, en particulier ce dernier, après nous avoir offert du mauvais voire du médiocre semaine après semaine. La saison 4 s'annonce différente et risquée, surtout qu'elle parait presque inutile après cette série d'au revoirs poignants...

26 mai 2012

Glee [3x 20 & 3x 21]

dnes_season4_glee_schuester

Props // Nationals 

6 090 000 tlsp. // 6 030 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2012_05_26_00h24m00s221 vlcsnap_2012_05_26_00h29m55s191

   Props. Inconstestablement, la bonne idée de cet épisode est d'offrir ENFIN la parole à cette pauvre Tina qui, comme l'ouverture l'indique, n'a vraiment pas eu son mot à dire -ou à chanter- cette saison (même si c'était plus ou moins la même chose dans les deux premières). Ce n'est pas un personnage auquel je tiens particulièrement, le contraire serait étonnant puisqu'on ne nous a de toute façon rien donné pour que ce soit possible, mais je pense à l'actrice, Jenna Uschkowitz, qui ne méritait pas un tel traitement. Bizarrement, ce réveil soudain des scénaristes est suivi d'une deuxième bonne idée : la mauvaise chute dans la fontaine qui conduit Tina à halluciner quelques minutes. Elle se retrouve alors dans un monde où les rôles sont quelque peu inversés : Tina est Rachel et Rachel est Tina, tandis que les autres personnages ont également échangé leurs rôles. Cela donne lieu à des scènes très marrantes, où l'on prend plaisir à découvrir qui interprète qui. C'est souvent assez mal joué, au point où les costumes et éventuellement les coiffures sont les seuls indices à notre disposition pour jouer aux devinettes, mais bref. Ma préfèrence va sans doute à Puck en Blaine et aux inversions Will/Sue. Dans les gros ratés, on peut dire que Chris Colfer ne s'est pas donné beaucoup de mal pour imiter Cory Monteith ! 

   En dehors de ce gimmick amusant, le but était surtout de nous amener jusqu'au départ pour les Nationals en faisant légèrement monter la pression. La petite bataille de Kurt qui refuse de se déguiser en femme pour sa prestation était sans grand intérêt et sans subtilité aucune. On s'en serait volontiers passé. Le retour de l'intrigue "femme battue" du Coach Beist m'a moyennement plu mais je finis toujours par être touché à un moment ou à un autre donc je valide. J'avoue que l'effondrement de Puck dans ses bras, et réciproquement, était un moment émouvant. Dommage que la storyline de Puck avec ce vilain roux sorti de nulle part soit aussi nulle et redondante. Beist relève le niveau grâce à ses interventions. A part ça, la seconde apparition de Whoopi Goldberg était un peu moins décevante que la première. Mais n'importe qui d'autre aurait pu le jouer ce rôle pour l'instant. Donc je ne vois pas tellement l'intérêt de faire appel à elle si c'est pour ne pas se servir de ses talents humoristiques...

   Musicalement, on va dire que ce n'était pas la panacée. I won't Give Up par Rachel était une bonne entrée en matière, le Mean repris de Taylor Swift me m'a pas déplu, j'ai déjà oublié les deux autres prestations sur des titres que je ne connaissais de toute façon pas du tout, et le What A Feeling m'a carrérement plu essentiellement parce que j'adore la chanson et qu'elle me rappelle quelques souvenirs de mon enfance (et on ne se moque pas !). 

 vlcsnap_2012_05_26_00h28m22s30 vlcsnap_2012_05_26_00h27m18s153

   Nationals. On se doutait bien qu'après l'échec cuisant des New Directions l'an passé, ils gagneraient cette fois-ci. De ça, je ne me plaindrais pas. En revanche, ils auraient quand même pu se donner un peu plus de mal du coté des prestations car, sans conteste, les Vocal Adrenaline étaient bien plus convaincants, et pas seulement grâce à Unique. Notre Glee Club s'est contenté du stricte minimum, avec une mise en scène des plus classiques, sur un choix de chansons pas particulièrement inspiré -surtout le dernier numéro- et où tout reposait, comme d'habitude, sur Rachel Berry. Les autres se contentaient de faire les choeurs, en gros. Même Blaine ! Cela fait deux saisons que l'on nous bassine sans arrêt avec lui et il ne fait absolument rien sur la scène des Nationals ! Allez comprendre... Je retiendrais en tout cas It's All Coming Back To Me Now, qui est une sacrée chanson. Qu'on l'aime ou pas, il faut bien admettre que Lea Michele n'a pas fait honte à Céline Dion. Le retour de Jesse St. James, devenu gentil comme s'il fallait absolument qu'on ne reste pas sur une mauvaise impression le concernant, m'a moyennement convaincu mais j'ai trouvé Jonathan Groff, allez savoir pourquoi, plus charismatique que d'habitude. Comme souvent, le meilleur moment de la compétition est la délibération des jurés avec cette année Lindsay Lohan, Perez Hilton et Rex Lee qui ont assuré le show en coulisses. C'était trop court mais efficace ! La fin de l'épisode, superbement réalisée, avec une certaine classe et une simplicité qui fait trop souvent défaut à la série, m'a touché : les remerciements à Will de Finn et surtout de Rachel m'ont fait un petit pincement au coeur, que je n'attendais pas (ou plus). Le We Are The Champions qui a suivi était sans surprise mais réussi. 

vlcsnap_2012_05_26_00h25m54s79 vlcsnap_2012_05_26_00h28m48s28


// Bilan // Dans ses derniers instants, je me sentirais presque capable de pardonner à Glee ses nombreuses errances en saison 3 et me réconcilier avec elle... mais j'attends d'abord de voir ce que nous réserve le final !

25 mai 2012

Glee [3x 19]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Prom-Asaurus // 6 670 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2012_05_24_15h34m18s246 vlcsnap_2012_05_24_15h24m27s221

   Oui, je sais, j'ai pris beacoup de retard sur Glee mais il se trouve que la série n'est plus du tout ma priorité pour des raisons évidentes. Toutefois, je dois reconnaître que cet épisode consacré au bal de fin d'année de nos héros était plutôt réussi, bien qu'extrêmement classique dans le genre (puisque toutes les séries pour ados en ont eu au moins un). Hormis les extravagances de Brittany au regard du thème de la soirée qu'elle a choisi elle-même -les dinosaures- on peut dire que c'était un bal tout à fait banal. L'équipe est allée piocher dans les tubes du moment pour soigner la bande-son, ce qui était somme toute assez logique. On a donc eu du Love You Like A Love Song de Selena Gomez -rien à dire sur la prestation ni bonne ni mauvaise, juste inintéressante au possible-du What Makes You Beautiful du groupe One Direction -même sanction, le coté 2be3 du pauvre en plus- et du Big Girls Don't Cry de Fergie, qui date un peu maintenant (pas Fergie hein, la chanson... quoique, les deux en fait) mais qui était un joli moment. Le seul titre à véritablement se détacher était Take My Breath Away -j'aurais juré sur le coup qu'ils l'avaient déjà reprise !- non pas pour son interprétation qui était très fidèle à l'originale mais pour la chanson en elle-même qui intervenait à un moment stratégique où l'émotion devait absolument ressortir, et ça fonctionné correctement, sans provoquer un torrent de larmes chez moi je vous rassure. 

   Le fun n'était pas en reste avec les petits délires sur la coupe de cheveux de Blaine "Jamais son mon gel" Anderson -je n'ai pu que m'identifier à la problèmatique ô combien cruciale à laquelle il était confronté- et avec le retour de la voix intérieure de Becky, toujours une belle trouvaille même en deuxième utilisation. Sue n'était pas très présente, mais elle m'a fait sourire à l'occasion. L'idée du "contre-bal" était aussi vieille que les bals eux-mêmes, mais ça a partiellement marché même si la morale de l'histoire se voyait venir de très très loin. Les passages consacrés à Quinn étaient touchants, en grande partie grâce à la prestation sans fausse note et toute en émotion de Dianna Agron. Finn a eu tendance à la tirer vers le bas à certains moments mais ça vient peut-être du fait que je ne peux plus encadrer ce personnage... Il peut faire ce qu'il veut maintenant, ça n'y changera rien ! Il y a encore un peu d'espoir pour Rachel en revanche et cet épisode ne m'a pas donné envie de lui coller deux claques. Y'a du progrès, pourvu que ça dure !

 vlcsnap_2012_05_24_15h11m35s179 vlcsnap_2012_05_24_15h26m59s207


// Bilan // Glee a raté cette saison à peu près tous ses épisodes spéciaux mais celui dédié au fameux bal de promotion, sans être une grande réussite, tenait bien la route. 


22 mai 2012

Smash [Saison 1]

 vlcsnap_2012_05_20_19h17m08s73

Saison  1 // 6 730 000 tlsp. en moyenne

44030377


vlcsnap_2012_05_20_19h27m31s158 vlcsnap_2012_05_20_19h33m26s127

   Si j'ai bien compris, il est de bon ton de dire beaucoup de mal de Smash après en avoir dit beaucoup de bien. Me voilà sacrément embêté : j'avais adoré le pilote (la preuve), dois-je dire que la suite m'a déçu et, qu'en fait, Smash est une mauvaise série ? Désolé, mais ça ne va pas être possible ! Je peux reconnaître à la limite que la série musicale n'est pas la perfection incarnée et qu'elle n'a pas atteint la grandeur espérée mais qu'elle est mauvaise, qu'elle s'est vautrée dans la fange, qu'elle ne méritait même pas une saison 2, certainement pas ! Je crois que ce que la plupart des téléspectateurs ont découvert avec horreur en cours de route, c'est que Smash est un soap opera déguisé en série "quali". Ou une série "quali" qui utilise les ressorts dramatiques classiques du soap opera : rencontre - amour - sexe - trahison - vengeance. Sauf que ce serait très injuste de la réduire à cela...

vlcsnap_2012_05_19_15h12m51s98 vlcsnap_2012_05_20_19h34m16s108

   La qualité première de cette saison inaugurale, et qui est à mon sens la plus importante et le plus gros défi auquel elle était confrontée aussi, c'est celle d'avoir réussi à nous montrer les différentes étapes de la préparation d'une nouvelle comédie musicale de Broadway avec panache, fluidité et ce qui ressemble à de l'authenticité. C'est un gage de qualité que la créatrice et showrunner Theresa Rebeck ne pouvait qu'apporter vu son expérience dans le milieu. Je crois que de ce point de vue-là, Smash a fait un sans faute : des phases de casting aux premières répétitions, en passant par les problèmes de financement,  les conflits d'ordre artistique, les previews et tellement plus encore, on a été immergé en coulisses aux coté de tous ces gens talentueux, producteurs, compositeur, parolier, metteur en scène, chorégraphe, acteurs, chanteurs, danseurs, techniciens (bon ok, eux se sont faits plus discrets)... On a vécu leurs galères, leurs crises de foi et leurs joies de l'intérieur. Ca, c'était absolument passionnant, instructif et réjouissant ! Les réunions de crise par exemple étaient de super moments, de même que la complicité indéfectible entre Julia et Tom. L'entrée en scène d'une "movie star" incarnée par Uma Thurman (excellente mais vraiment pas faite pour interpréter Marilyn) a permis de bousculer le désordre déjà bien établi au cours des derniers épisodes avec brio. Rebecca Duvall ne correspondait pas exactement au cliché de la diva auquel on pouvait s'attendre. Une bonne surprise, donc. Sa sortie, très discréte, était toutefois nécessaire pour avancer. Elle n'était qu'une distraction, un obstacle, avant de passer aux choses sérieuses et relancer la rivalité entre nos deux héroïnes, Karen et Ivy, après quelques moments de complicité certes très amusants, comme la nuit alcoolisée sur Time Square, mais forcément passagers. 

   Etes-vous plutôt Team Karen ou Team Ivy ? Les fans se sont divisés en deux camps et j'ai choisi pour ma part celui de la blonde pulpeuse, à la base parce qu'elle me semblait être l'incarnation de Marilyn la plus fidèle, ensuite parce que c'est celle dont le parcours m'a le plus touché. Sans compter mon penchant naturel pour les garces. Et clairement, elle en est une belle, surtout dans les deux derniers épisodes ! Mais ce n'est pas la bitch que l'on adore détester, c'est la bitch qui fait un peu pitié dans le fond et que l'on a envie de réconforter quand les lumières s'éteignent. On oublie souvent qu'on ne naît jamais vraiment bitch mais qu'on le devient. Et c'est sa transformation à laquelle on assiste. A force de se prendre des claques dans la tronche et de toutes parts (sa mère, Derek...) elle réplique. Elle n'est pourtant pas à l'aise avec ses choix et plonge peu à peu dans la solitude et une détresse infinie. Son acte désespéré dans le final la rapproche forcément de Marilyn. Il arrive parfois qu'un acteur finisse par mélanger sa propre vie et son rôle, surtout quand il s'agit d'un torturé, ici d'un mythe. Ivy illustre parfaitement cette dérive, cet abandon de soi-même. J'essaye de vous convaincre, en gros, qu'elle est mille fois plus complexe et donc intéressante que cette chère innocente et douce Karen, qui n'a finalement pas vécu grand chose, qui a eu beaucoup de chance même si tout le monde n'a pas été tendre avec elle, même si tout n'a pas été simple, et qui termine la saison en gagnante, par K.O. Attention, je ne la déteste pas ! Elle a également su me toucher régulièrement. Mais j'ai du mal à comprendre comment le public peut être à ce point hypnotisé à chacun de ses passages sur scène (d'autant que Katherine McPhee a beau être extrêmement douée, c'est dans le domaine de la pop qu'elle est le plus à l'aise). Je comprends davantage la fascination qu'elle peut excercer sur Derek, d'autant que, contrairement à Ivy, elle a toujours refusé jusqu'ici de s'offrir à lui. Si elle avait accepté ses avances dès les premiers instants, il ne brûlerait plus de désir pour elle depuis longtemps... 

vlcsnap_2012_05_20_19h29m50s15 vlcsnap_2012_05_20_19h35m50s27

   Si Karen et Ivy ont été très présentes pour des raisons évidentes tout au long de la saison, plusieurs personnages de cette large distribution ont su tirer leur épingle du jeu, à commencer par Derek. Tout était fait pour qu'on le déteste, cet homme-là, et pourtant, on s'est attaché à lui. Je ne peux pas dire que je l'adore et son comportement a souvent laissé à désirer mais on ne peut qu'admirer, au bout du compte, toute l'étendue de son talent. Il est odieux, comme les plus grands génies. On lui fait confiance. Ellis, c'est un peu tout l'inverse. Il n'a pas de talent artistique particulier à notre connaissance mais il est un manipulateur hors-pair ! C'est ça son talent finalement, ainsi que celui de jouer avec nos nerfs. Bien des complications ont eu lieu à cause ou grâce à lui. Il est un moteur scénaristique indéniable et je vois mal les auteurs s'en passer en saison 2. Ce qui serait super, par contre, c'est de ne plus le limiter à ses sales coups et de nous le montrer sous un jour différent car il ne peut pas être que le Diable. Eileen, de son coté, est un excellent personnage qui a connu une belle évolution au fur et à mesure mais que l'on aimerait plus souvent voir taper du poing sur la table, autrement qu'avec son ex-mari. Elle a eu quelques coups de sang mais ce n'est pas encore assez à mon goût. Trop souvent, on nous l'a montré avec son petit ami un peu voyou sur les bords, comme une gamine de 12 ans fascinée par le danger. Je trouve que c'est réducteur pour le personnage et réducteur aussi pour Anjelica Huston qui a plus à offrir, assurément. Toujours est-il que dès qu'elle entre en scène, elle dégage un charisme énorme et plus rien d'autre n'existe qu'elle.

   Et il me faut maintenant entrer dans le vif de la polémique : y'a-t-il eu trop d'histoires de coeur développées dans la première saison de Smash, au détriment d'intrigues plus importantes touchant à la comédie musicale en elle-même ? Il est vrai que les rapports humains dans la série ont trop souvent été réduits à des rapports amoureux et/ou sexuels, amicaux de temps en temps, mais pas bien plus. Karen et Dev ont systématiquement gâché l'ambiance avec leurs scènes répétitives et leurs dialogues identiques épisode après épisode. Mais ça, franchement, on le sentait venir dès le pilote et ça n'a pas raté. Entre Julia et son mari, et le fameux Michael Swift qui était à frapper par moment, il y avait un peu plus de place pour la nuance. C'était un peu ennuyeux parfois, on tournait trop en rond, mais il en est toujours ressorti de belles émotions, notamment avec le fils, Leo. Il n'a pas été atteint de la malédiction habituelle de l'ado insupportable et tête à claque, fils de l'héroïne. Debra Messing, de son coté, a été géniale. Comme prévu. Les affaires sentimentales de Tom ont été largement traitées mais pas avec le soin que j'attendais. Le personnage ne m'a pas inspiré beaucoup de sympathie. Il a traité John comme une merde, et son histoire avec Sam est mignonnette mais elle ne fait chavirer personne, il me semble. Peut-être parce qu'il n'y a pas d'alchimie particulière entre les acteurs. En revanche, la relation entre Ivy et Derek était passionnante à suivre, faite d'allers et de retours incessants mais pas lassants. Là, il y a une alchimie. Là, il se passe définitivement quelque chose de puissant. Les choses se sont un peu gâtées sur la fin, soyons francs. Faire coucher Ivy avec Dev était too much et faisait, pour le coup, soap opera un peu bas de gamme. Au final cette dimension de la série ne m'a pas dérangé, au contraire. Mais elle aurait pu être mieux maîtrisée et se faire plus subtile parfois.

vlcsnap_2012_05_20_19h26m39s151 vlcsnap_2012_05_20_19h36m20s71

   Last but not least, du coté des morceaux et des chorégraphies, on peut dire que l'équipe a réalisé un travail tout à fait incroyable. Bombshell, la comédie musicale, a pris vie sous nos yeux et dans nos oreilles de la plus belle manière qui soit. Qui ne s'est pas surpris à fredonner Let Me Be Your Star pendant sa journée de travail ? Qui ne s'est pas repassé certaines scènes comme le fameux Twentieth Century Fox Mambo ? Et qui n'a pas été ébahi devant le Smash façon Bollywood, qui était totalement gratuit, c'est vrai, mais carrément grandiose ?! Je prie pour que Bombshell voit vraiment le jour à Broadway à terme. Ce serait dommage que tout le travail fourni se limite à la série. Ce qui a davantage laissé à désirer, c'est cette régle d'une chanson contemporaine et populaire par épisode. Les choix n'étaient pas toujours judicieux, les interprétations rarement à la hauteur des versions originales et les prétextes la plupart du temps complètement bidons ! Mais pour des raisons purement marketing et en sachant que Glee est passée par là, je comprends tout à fait la manoeuvre. J'espère cependant qu'elle sera moins systématique en saison 2, d'autant que Smash n'a pas affolé les charts digitaux. Question de public...

vlcsnap_2012_05_20_19h22m57s234 vlcsnap_2012_05_20_19h30m41s6


// Bilan // Réussite musicale et visuelle totale, Smash a quelques progrès à faire du coté de ses scénarios, trop souvent centrés sur des affaires de coeur banales. Tout est réuni pourtant, des personnages à leur interprètes, pour en faire une très grande série. En se débarrassant de la créatrice et en faisant appel à l'ancien showrunner de Gossip Girl, NBC n'envoie-t-elle cependant pas le mauvais message au public pour la saison 2 ? Il semblerait bien que les problèmes ne font que commencer... Si Smash parvient à rester bien meilleure que Glee, ce sera toutefois déjà une satisfaction. Et elle a une très confortable avance !

Posté par LullabyBoy à 12:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 mai 2012

Tueurs En Séries [Spéciale Desperate Housewives]

120518174833437

Au sommaire : Tout sur les renouvellements et les annulations de la saison - La première bande-annonce de la nouvelle production de J.J. Abrams, "Revolution" - Bientôt le retour de "Rookie Blue" - Des guests et des départs dans "Glee" - La Bande-Annonce de la saison 2 de "Suits" - Nos adieux aux "Desperate Housewives"

08 mai 2012

Glee [3x 18]

 dnes_season4_glee_schuester

Choke // 6 010 000 tlsp.

61039229_bis


 vlcsnap_2012_05_08_20h54m03s55 vlcsnap_2012_05_08_20h55m19s47

   A coté de cet épisode, le précédent, qui rendait hommage à Whitney Houston, passerait presque pour un chef d'oeuvre de finesse ! Il n'y avait ici pas une intrigue pour rattraper l'autre et pas une performance à retenir en particulier. C'était juste un gros mélange indigeste et rarement amusant des ingrédients habituels de Glee. La gestion des personnages ? Toujours aussi médiocre ! Ce défaut, présent depuis le début de la série, n'a fait que s'accentuer avec le temps. Pas étonnant quand on introduit sans cesse de nouveaux personnages, souvent sans intérêt, au lieu d'approfondir ceux qui sont là depuis le début mais qui ont rarement la chance de briller, que ce soit sur scène ou hors-scène. Je pense en particulier à Tina, dont on a entendu le son de la voix pendant 15 secondes pour la deuxième fois seulement de la saison. Elle n'a jamais été très intéressante, avouons-le, mais les auteurs n'ont jamais cherché à inverser la tendance non plus. Je ne vais pas faire la liste des personnages absents et/ou présents à l'arrière-plan, mais on atteint des sommets de gaspillage en tout cas ! 

   Cela fait maintenant deux-trois épisodes que Puck est remis en avant avec une histoire tout à fait nulle mais suffisamment anecdotique pour qu'on ne s'en lamente pas trop. Sauf que cette semaine, elle a pris davantage d'importance et là, c'est beaucoup plus difficile à regarder. L'apparition furtive de Thomas Calabro était ridicule, de même que l'intrigue dans son ensemble. Partir sur l'idée que Puck veut réussir ses examens à un mois de la fin du lycée, déjà, c'est affligeant. Ses stratagèmes l'étaient tout autant, et l'aide apporté par ses amis n'y a rien changé. Rien ne m'a fait rire. Et la prestation "punk" du monsieur m'a laissé de marbre; Cette musique ne m'intéresse pas, encore mois quand ça vient de Glee. On ne pourra toutefois pas leur rapprocher de ne pas avoir essayé de diversifier leurs propositions musicales. C'était grandiloquence à tous les étages du coté de Kurt et Rachel, confrontés à une Whoopi Goldberg sous exploitée -pour l'heure du moins- alias Carmen Tidibo, lors des auditions pour l'entrée à NYADA. Les choses avancent enfin un peu de ce coté-là, du coup, mais Chris Colfer ne m'a pas emballé sur ses chansons, sans compter que le changement de dernière minute n'avait rien de naturel pour un milliard de raisons à peu près; Lea Michele a fait du Lea Michele classique, donc très ennuyeux; et sa plantade a été mal gérée. Un rebondissement sans saveur, qui n'augure rien de bon pour la suite des événements. 

   On en vient au gros morceau, j'ai nommé... Beiste. J'adore le personnage, comme j'aime le répéter, et j'ai trouvé Dot Marie Jones encore une fois incroyable de justesse, bouleversante et tout ce que vous voulez, mais le thème des violences conjugales a été traité n'importe comment. Ca tenait visiblement à coeur aux scénaristes d'en parler, donc on nous l'a balancé en pleine face avec autant de violence que les coups reçus par Beiste. Hormis les bonnes blagues de Sue et sa copine Roz pour détendre l'atmosphère, il n'y a rien à en retirer jusqu'à la morale finale, prévisible, ennuyeuse, facile... Ah si, il y a quand même le morceau Shake It Out, reprise de Florence & The Machine. Pas aussi habitée que l'originale bien entendu, mais toujours fort agréable à écouter. Que va-t-il advenir de Beiste retournée dans les bras du vilain Cooter (qui était un ange tombé du ciel les deux fois où on l'a vu par le passé je précise) ? Sûrement rien de bien grave. Glee, quoi. 

 vlcsnap_2012_05_08_20h55m25s106 vlcsnap_2012_05_08_20h54m50s13


// Bilan // Merci d'éviter les commentaires désobligeants chers lecteurs fervents défenseurs de Glee : oui, je continuerai à regarder la série au moins jusqu'à la fin de la saison actuelle même si ça ne me plait plus du tout. Si mes critiques vous défrisent, vous êtes libres de passer votre chemin !

 

Posté par LullabyBoy à 21:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 mai 2012

Glee [3x 17]

dnes_season4_glee_pillsbury

Dance With Somebody // 6 900 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2012_04_28_12h57m09s119 vlcsnap_2012_04_28_12h57m52s37

   Comme à chaque fois avec ses épisodes hommage, Glee propose un gloubi-boulga de prestations plus ou moins réussies et de semblants d'intrigues plus ou moins bien écrites. Il y a à boire et à manger... et à danser ! Sans conteste, les reprises des titres de Whitney Houston sont bonnes dans l'ensemble et représentent assez bien la carrière de la chanteuse disparue. L'ouverture sur How Will I Know a cappella est mon passage préféré. C'était classe et beau. Dance With Somebody a été remise au goût du jour, façon club, ce qui ne m'a pas choqué outre mesure. Il fallait bien en passer par là. Le résultat m'a paru plutôt convaincant dans son genre. Je suis d'ailleurs étonné que le titre n'ait pas déjà été repris dans ce style par d'autres artistes. Ca marcherait sans doute très fort ! On verra si ça donne des idées... Le It's alright but it's OK par Darren Criss, qui reprenait l'imagerie du clip, m'a plutôt plu aussi. Je ne m'attendais pas à ce qu'ils pensent à cette chanson en fait, et ça m'a fait plaisir. C'est cette Whitney là que je préfère, mais c'est une question de génération sans doute. Le Have I Nothing repris par Chris Colfer était joli sur les couplets mais les refrains étaient vraiment trop aigüs à mon goût. Le My Love Is Your Love final, malgré son aspect guimauve, était assurément un beau moment. Le Whitney Tribute était donc très sympathique (mais les chansons que je n'ai pas citées m'ont moins plu, voire pas du tout). 

   Passons à l'inventaire des bouts d'intrigues développés ! La querelle entre Kurt et Blaine était un peu brouillonne et caricaturale. Je pense surtout à cette scène où Kurt est hilare en lisant les textos de son prétendant pendant que Blaine est dépité à coté. C'était ridicule et mal joué. Mais la scène de dispute était réussie, de même que celle de la réconciliation. Rien de transcendant, hein. Mais correct quoi. La meilleure scène de l'épisode, on la doit à Kurt (encore) mais surtout à son père. On en a eu des dizaines comme ça et c'était un peu facile de la part des scénaristes de miser encore dessus mais bon, ça fait toujours son petit effet. Du coté de Will et Emma, l'ennui est toujours très présent malgré le propos qui était plutôt pertinent. Will donne tout à ces gamins et l'idée de les voir partir l'effraie. Un peu comme pour les parents des uns et des autres. Il a d'ailleurs été un père de substitution pour certains. Je suis moins fan de tout ce qui concerne le mariage, avancé, how convenient, au mois de Mai... donc pour le final ! Et pas fan non plus de Matthew Morrison qui joue l'émotion, mais c'est pas nouveau. La romance entre Quinn et Jesus, que l'on avait senti poindre, est maintenant sur les rails. Le fait que Quinn ait eu tant de prétendants différents depuis le début de la série fait que l'on ne ressent pas grand chose face à cette nouvelle histoire, d'autant que Joe n'est pas particulièrement intéressant comme personnage. Sa petite discussion avec Sam m'a fait marrer. Son érection inopinée aussi. Mais depuis quand c'est un pote qui te rééduque les jambes quand tu es handicapé ? Le handicap de Quinn est traité comme si elle s'était foulée la cheville... Bref, je crois que j'ai fait le tour de ce que cet épisode nous a offert. 

vlcsnap_2012_04_28_12h59m38s74 vlcsnap_2012_04_28_12h59m55s242


// Bilan // Cela arrive de moins en moins souvent mais on peut dire que cet épisode de Glee a été sauvé par ses chansons. Le reste était vraiment très moyen mais pas médiocre. Donc c'est safisfaisant dans un sens...

 

26 avril 2012

Glee [3x 16]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Saturday Night Glee-ver // 6 230 000 tlsp.

61039229_bis


vlcsnap_2012_04_22_02h03m55s114 vlcsnap_2012_04_22_01h23m03s172

   "Disco Sucks!" No : "'Glee' Sucks!". Rappelez-vous, au lancement de la saison 3, Ryan Murphy avait crié haut et fort que les épisodes spéciaux à répétition et les guest-stars, c'était fini ! La semaine dernière, on avait pourtant une guest-star (Matt Bomer) et cette semaine, on a un épisode spécial consacré aux tubes de Saturday Night Fever. Il semblerait que, tout compte fait, Glee a absolument besoin de créer l'événement d'une manière ou d'une autre. Il semblerait aussi que ça ne marche plus. Honnêtement, cet épisode était moins mauvais que les précédents mais pour une raison très simple : il n'était quasiment basé que sur les performances et il avait pour thème central l'avenir des petits chanteurs une fois le lycée terminé. Cela a très vite tourné en eau de boudin avec le classique et plus du tout efficace "Il faut croire en toi et suivre tes rêves". Il aurait pourtant été bon de rappeler que 90% des gens qui espérent faire carrière un jour échouent. Histoire de remettre un peu les choses en place et ne pas trop faire rêver inutilement les plus jeunes téléspectateurs de la série, forcément influençables. A force de vouloir prêcher la bonne parole, les scénaristes n'ont plus du tout les pieds sur Terre. Le réalisme, même léger, dont la série pouvait faire preuve parfois a complètement disparu. Ce n'est plus que du discours prémaché à la chaîne. 

    Je n'ai rien contre le disco personnellement, même si ce n'est certainement pas ce que j'écoute tous les jours. Une chanson de temps en temps, pourquoi pas ? Mais alors dix à la suite... C'est un supplice ! Comme en plus, elles étaient loin d'être toutes bonnes... Je ne remets pas trop en cause les prestations des acteurs, qui s'en sont sortis convenablement, voire bien pour certains, même Finn/Cory Monteith. Mais la mise en scène était vraiment sans saveur. C'est exactement ce qu'on attendait d'une spéciale années 70. Pas d'éclat, pas de surprise. De l'ennui donc. Un gros sentiment de déjà vu. De la facilité à tous les étages. Et même pas de tentative de réorchestration un peu originale. Rien. J'ai envie de retenir la prestation du jeune travesti, qui sort de nulle part (enfin du Glee Project quoi). J'ignore s'il est prévu que son personnage soit creusé mais ça, pour le coup, c'est original ! Je ne me souviens pas d'une seule série qui ait donné la parole à un transgenre un peu sérieusement en dehors des cop shows ou des séries judiciaires qui en font de temps en temps des victimes (plus pour casser la routine que par envie particulière de faire passer un message). A part ça, Santana a relevé un peu le niveau avec ses répliques et son duo toujours efficace avec Brittany. Sue était plutôt en bonne forme et son association avec le Glee Club est jusqu'ici une bonne idée. Pas de fautueils roulants cette semaine par contre, ça ne devait pas faire assez disco !

vlcsnap_2012_04_22_01h53m08s41 vlcsnap_2012_04_22_01h13m36s129


// Bilan // Cet épisode, pas si mauvais, me permet de réaliser avec force que Glee ne m'intéresse plus du tout et qu'il n'y a sans doute plus rien à faire pour changer ça. Mais comme je suis maso, je vais poursuivre jusqu'à la fin de cette saison. J'attends avec impatience de découvrir "l'idée de génie" de Ryan Murphy (selon les dires de certains acteurs) pour relancer l'intérêt de la série en saison 4 !