06 novembre 2012

Underemployed [Pilot]

undermplyed_poster

Pilot // 650 000 tlsp.

44030377

 

What About ?

Leurs diplômes en poche, Sophia, Daphne, Lou, Raviva et Miles s'attaquaient au monde du travail, avec des rêves plein la tête et des idées de grandeur. Un an plus tard, rattrapés par la froide réalité, les cinq amis doivent jongler entre des boulots peu gratifiants et des patrons épouvantables. Soudés, ils n'ont cependant pas l'intention d'abandonner leurs rêves...

Who's Who ?

Drama créé par Craig Wright (Six Feet Under, Brothers & Sisters, Lost, Dirty Sexy Money). Avec Diego Boneta (Rock Of Ages), Michelle Ang (Neighbours), Jared Kusnitz (Secret Life Of The American Teenager), Sarah Habel, Inbar Lavi, Tom Irwin (Angela 15 ans, Devious Maids)...

So What ?

    Underemployed, ou le plaisir des choses simples. Sans aller jusqu'à dire que le pilote de cette nouvelle série de MTV a été une révélation pour moi -parce qu'il n'est quand même pas très original ni dans la forme ni dans le propos- il m'a renvoyé illico presto à une époque où la mode était aux dramédies centrées sur des groupes d'amis dans la vingtaine qui tentaient de se faire une place au soleil au sein d'une société de plus en plus sombre et désespérée. Et j'aimais beaucoup cette période, à la fin des années 90, et toutes ces séries, dont la plupart ont d'ailleurs été des échecs cuisants car elles ne parvenaient pas à séduire au-delà de la tranche d'âge concernée. Parmi elles, je pense au Wasteland de Kevin Williamson, quelques mois après le lancement de sa première série, l'excellente et inoubliable Dawson; le Relativity de Jason Katims, bien des années avant Friday Night Lights et Parenthood; ou encore Significant Others dans laquelle Jennifer Garner, Michael Weatherly, Elizabeth Mitchell et Eion Bailey ont fait leurs premiers pas. Et je n'oublie évidemment pas Felicity et Time Of Your Life. Depuis, les sitcoms de potes ont pris le relais mais la sensation procurée n'est définitivement pas la même.

   Il y a un peu d'Awkward dans les premières minutes du pilote avec cette voix-off douce-amère et son "Yeah... right!", qui suit les promesses de nos héros encore innocents face à un nouveau monde qui s'ouvre à eux, rempli de possibles. Le retour à la réalité est brutal mais l'auteur, Craig Wright -un homme extrêmement talentueux si l'on se réfère à son CV- a choisi de miser sur l'humour dès les instants suivants afin de dédramatiser d'emblée la situation. Pas question ici de faire dans le déprimant. Les personnages ont beau être dans des situations peu enviables, ils ont parfaitement conscience qu'il y a pire dans la vie que de se faire insulter par des clients mécontents, ou goûter de la bouffe pour chien devant un parterre de décideurs dans une agence de pub (beurk quand même), ou encore de s'effeuiller face à des employées proches de la retraite. Ils possèdent au fond d'eux un optimisme à toute épreuve et ils savent parfaitement que tout peut encore s'arranger. Et puis les circonstances vont faire que leur avenir professionnel, aussi flou soit-il, ne va pas constituer leur seule et unique préoccupation. Il se dégage de cette atmosphère légère pas nécessairement un grand réalsime mais un charme fou. J'ai été surpris de la vitesse à laquelle je me suis attaché à chacun des personnages ! La dernière fois, c'était avec... The L.A. Complex ! Les deux séries partagent d'ailleurs de nombreux points communs et me font à peu près le même effet, mais il y a peut-être ici un sens de l'amitié encore plus prononcé qui fait indéniablement chaud au coeur, là où la série canadienne se base davantage sur des individualités et des solitudes. 

   Sophia, la narratrice, est certainement le personnage auquel je m'identifie le plus et mon petit doigt me dit que c'est aussi le cas du créateur. Elle voudrait écrire un roman mais ne parvient jamais vraiment à se lancer. Elle a besoin d'un déclic et ce déclic arrive au cours de l'épisode lorsqu'elle commence enfin à explorer sa sexualité... qui n'est pas la même que celle de la plupart des jeunes filles de son âge et de ses amies. Elle se découvre lesbienne ! Là, je dis bravo à MTV qui ose quelque chose d'inédit, mine de rien. Même si Sophia ne peut pas tout à fait être considérée comme l'héroïne de la série, elle a une place prépondérante dans le groupe d'amis, c'est sa voix qui nous raconte leur histoire et elle n'est pas la post-adolescente typique. Au-delà de sa sexualité, elle est plutôt timide, pudique et, pardon de devoir le préciser mais on en est là aujourd'hui, elle est asiatique ! Voilà qui est rafraîchissant. Miles, le beau gosse, avait tous les atouts pour être LE personnage agaçant mais il n'en est rien à ce stade. C'est le garçon le plus touchant  et si son rêve de devenir l'égérie des boxers Calvin Klein peut paraître stupide, elle n'en est pas moins originale. Et ça me fait penser qu'aucun héros de The L.A. Complex ne tente une carrière dans le mannequinat. Ce serait une nouvelle piste intéressante. Bref, j'aime bien Miles et ce n'était pas gagné d'avance. Daphne est une héroïne beaucoup plus classique que Sophia, dans le sens où c'est une fille hétérosexuelle très jolie, qui a du répondant et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et qui attend bien entendu le grand amour. Pourtant, j'ai adoré chacune de ses scènes. L'actrice y est pour beaucoup. Elle est vraiment convaincante et n'en fait jamais trop. Ses scènes avec son patron étaient très réussies grâce à une alchimie évidente entre les deux protagonistes, des dialogues amusants et prononcés avec naturel et ce qu'il faut de sexyness pour nous émoustiller un peu. Lou et Raviva n'héritent clairement pas de l'intrigue la plus simple à gérer puisqu'ils sont sur le point de devenir parents à un très jeune âge. Pour le coup, l'aspect très léger de la série a peut-être un peu joué contre elle. Face à un contenu aussi sérieux, il aurait peut-être fallu accentuer l'aspect dramatique. D'un autre côté, cette histoire ne pourra gagner qu'en réalisme et au fur et à mesure de la saison si elle est bien gérée et je suis confiant. Je regrette quand même que l'accouchement soit arrivé aussi vite. Un ou deux épisodes plus tard, ça aurait été mieux. 

   Underemployed est en quelque sorte un Girls allégé à l'écriture moins subtile mais à l'enthousiasme communicatif. Cette petite bande-là mérite définitivement qu'on lui donne sa chance !

How ? 



27 septembre 2010

Running Wilde [Pilot]

19502223

Pilot // 5 6oo ooo tlsp.

44030376

What About ?

Steve Wilde est riche, sans aucun sens moral et désespèrement solitaire. Emmy Kadubic est écolo, elle vit au beau milieu de la jungle amazonienne avec sa fille, pas du tout heureuse de son nouveau mode de vie. Amoureux l'un de l'autre lorsqu'ils étaient jeunes, aujourd'hui ils sont on ne peut plus opposés. Mais le destin va les faire se retrouver pour le meilleur et pour le pire...

Who's Who ?

Créée par Will Arnett et Mitchell Hurwitz (Arrested Development, Les Craquantes). Avec Will Arnett (Arrested Development, 30 Rock) dans le rôle de Steve Wilde, Keri Russell (Felicity) dans le rôle de Emmy Kubadic, Robert Michael Morris dans le rôle de Mr. Lunt, Mel Rodriguez dans le rôle de Migo Salazar, Stefania Owen dans le rôle de Puddle Kubadic et David Cross dans le rôle de Andy.

So What ?

Comme je le craignais suite au visionnage des bandes-annonces, Running Wilde est une sitcom sympa. Mais juste sympa. J'aime beaucoup Will Arnett mais tout repose sur ses épaules et je crois que c'est trop lourd pour lui. Il est fait pour des rôles secondaires haut-en-couleurs, c'est un sidekick parfait, mais dans un rôle principal il risque de devenir vite lourd. Il ne l'est pas dans ce pilote mais on en en est quand même pas loin. Faut dire que son personnage est plus détestable que drôle tout compte fait. Face à lui, Keri Russell se débrouille bien. Je suis content de la revoir et dans le registre de la comédie, elle n'est apparemment pas mauvaise. Après, on en revient toujours au même problème : le héros prend tellement de place que son personnage à elle ne peut que paraître fade à coté. Elle a du répondant mais est-ce que ce sera suffisant ? Les personnages secondaires ne sont pas extraordinaires, hormis celui incarné par David Cross qui sera récurrent, et puis la petite fille aussi. C'est une bonne idée de la faire narrer le pilote (et peut-être les suivants). Elle apporte un soupçon de naïveté bienvenue. L'aspect romantique du show ne me dérange pas mais je ne vois pas bien ce que ça peut donner. Ah et j'ai toujours rêvé d'habiter dans une cabane dans un arbre, alors forcément ce passage m'a beaucoup plu ! Sur le coup, ça avait un tout petit petit coté Pushing Daisies bien charmant. On ne rit finalement pas beaucoup, d'autant que la blague du cheval est ré-utilisée plusieurs fois alors que ça ne pouvait être drôle qu'une fois. Et puis même si c'est une comédie et qu'il ne faut pas trop en demander de ce point de vue-là, l'enchaînement des événements n'est tellement pas crédible que ça en devient exaspèrant.   

Running Wilde aurait fait un petit film romantique sympathique. Sauf qu'on nous aurait forcément collé la diva Heigl ou éventuellement Jennifer Aniston (que j'adore mais bon) à la place de Keri Russell et je ne sais quel acteur au physique avantageux au lieu de Will Arnett. On gagne donc au change ! Mais comment la sitcom pourra tenir sur la longueur ? Il va falloir faire rire plus que ça les gars...

  1