23 mars 2014

Gotham [Pilot Script]

20443694 (1)

457323

GOTHAM

Drama // 42 minutes

44030377

Ecrit et produit par Bruno Heller (Mentalist, Rome). Réalisé par Danny Cannon (Les Experts, Alcatraz, The Tomorrow People). D'après DC Comics. Pour FOX, DC Comics, Warner Bros. Television & Primrose Hill Productions. 60 pages.

Tout le monde connaît le Commissaire Gordon, valeureux adversaire des plus dangereux criminels, un homme dont la réputation rime avec "loi" et "ordre". Mais que sait-on de son histoire, de son ascension, lui le simple rookie devenu commissaire principal ? Qu'est-ce que cela coûte de s'élever au sein d'une institution corrompue et qui gangrène une ville comme Gotham, terrain fertile des méchants les plus emblématiques ? Comment sont nées ces figures du crime, ces personnages hors du commun que sont Catwoman, le Pingouin, l'Homme-mystère, Double-Face et le Joker ? Et comment est née l'amitié improbable entre le jeune flic et l'héritier des Wayne, le futur Batman ?

Avec Benjamin McKenzie (Newport Beach, SouthLAnd), Donal Logue (Parents à tout prix, Life, Sons Of Anarchy, Terriers), David Mazouz (Touch), Jada Pinkett-Smith (Collatéral, Ali, Hawthorne, Campus Show), Erin Richards (Breaking In), Drew Powell (Mentalist, SouthLAnd), Zabryna Guevara (Burn Notice), Camren BicondovaRobin Taylor, Sean Pertwee...

 

   Gotham constitue l'un des pilotes les plus chauds de cette saison. Il sera certainement l'un des plus chers, l'un des plus beaux visuellement, l'un des plus attendus au tournant aussi... et sa commande en série ne semble qu'être une formalité. D'un point de vue tout à fait personnel, c'est aussi l'un de ceux que j'attends le moins puisque les Dark Knight & co ne m'intéressent pas le moins du monde, pas plus que tout l'univers DC Comics. J'avais par exemple trouvé le pilote d'Arrow très bien fichu mais je n'ai ressenti aucun désir d'aller plus loin. J'ai donc lu ce script de 60 pages sans grande envie, mais aussi sans appréhension et sans attente. Et peut-être que c'est le meilleur moyen de ne pas être déçu. Alors je demande par avance aux puristes de ne pas m'en vouloir, mais il ne s'agit pas ici de la critique d'un expert du l'univers de Batman, seulement celle d'un (futur) téléspectateur lambda qui s'est laissé embarquer par une histoire dont il ne connaissait que quelques vagues détails avant de se lancer. Et qui aura peut-être envie d'en savoir plus...

   Je crois pouvoir dire -même si je n'en suis pas tout à fait sûr- que ce script est de qualité, en ce sens qu'il est parfaitement accessible pour quiconque ne connaît rien ou presque à l'histoire originelle du Commissaire Gordon et de Batman. Je ne me suis jamais senti perdu, ni mis de côté. J'ai tout compris ! Youpi. Mais je suppose que ça peut être a contrario un problème pour les fans : ils connaissent déjà cette histoire par coeur et ne seront surpris par aucun des rebondissements. A moins que le scénariste n'ait pris quelques libertés que j'ignore ? De toute façon, je ne pense pas que cette série s'adresse véritablement à eux, en tout cas dans un premier temps. Ils seront forcément déçus. Mais alors à qui la série s'adresse-t-elle ? Un destin à la Agents of SHIELD est tout à fait possible : des puristes déçus mais persévérants et des curieux déçus et déserteurs. Cela fait beaucoup de deçus. Mais si les acteurs sont aussi convaincants que prévu et que la réalisation est au top, il se peut que les gens soient un peu plus patients avec Gotham qu'avec la série Marvel (pas encore morte, certes, mais pas en grande forme).

   Ce que je peux vous dire, c'est que ce premier épisode inaugre une série procédurale, qui aura évidemment de grandes lignes feuilletonnantes de par ses héros et leurs histoires personnelles et communes. Faire appel à Bruno Heller, qui a géré ce type de narration pendant 6 ans dans Mentalist, fait sens. Il faut quand même espérer que la mythologie de Gordon et ses confrères avance un peu à chaque épisode et non trois ou quatre fois par saison. Dans le pilote, c'est l'affaire du meurtre des parents de Bruce Wayne qui doit être résolue, et vite, et elle l'est au bout d'une trentaine de minutes, un peu trop facilement, jusqu'à ce que l'on apprenne, sans grande surprise, que tout ça n'est que magouille au pays des gangsters, un complot pour faire accuser un innocent qui implique et arrange beaucoup beaucoup de monde au sein de Gotham Les premières trahisons donnent une idée du "tous pourris" qui transpire de cette ville d'acier, froide et implacable, mythique. Les scènes d'action se succèdent de façon équilibrée, essentiellement des courses-poursuites à pied ou en voiture.

   On fait la rencontre des différents joueurs au fur et à mesure, de manière relativement naturelle. Rien ne semble trop forcé. Catwoman ouvre le pilote et le ferme, comme une spectatrice omnisciente de la douleur de Bruce Wayne et de la bravoure de James Gordon. Elle est perchée sur les toits et observe. On est presque frustré qu'elle n'entre pas davantage en action. Un bon point donc. On a envie de la retrouver et de l'apprivoiser. Le Pingouin ne fait pas un entrée flamboyante, mais il parvient à montrer lors d'une scène sa parfaite cruauté. Le reste du temps, il est un animal apeuré, pris au piège. Et pour vous prouver que je ne suis pas totalement largué, mon cerveau a fait "tilt" lorsque Gordon a croisé la route d'une toute petite fille rousse, prénommée Ivy, au cours de son enquête. Là, j'ai compris qu'il s'agissait de la future empoisonneuse. Juste une pierre lancée pour le futur.

   Et puis il y a les deux personnages centraux que sont Harvey Bullock, le co-équipier de Gordon, et Fish Mooney, l'intriguante patronne d'un bar sexy avant tout chef de gang. Ces deux-là se connaissent bien, ont sans doute vécu une histoire amoureuse par le passé, et sont très indulgents l'un envers l'autre alors qu'ils sont censés faire partie de deux camps opposés. C'est là que se glisse un peu de facilité : Bullock laissant toujours le champ libre à Mooney, elle peut continuer de faire régner la terreur en toute quiétude. Mais Bullock reste néanmoins un personnage intéressant. Contrairement à Gordon, qui est héroïque, il n'est ni blanc ni noir. Il a des principes, mais il n'hésite pas à s'en défaire quand la situation le demande. Ce que je regrette un peu dans ce pilote, c'est que le lien entre le jeune détective et son mentor est trop froid. J'aurais voulu plus d'humour. Tout est trop sérieux dans Gotham.

   Gotham part a priori sur de bonnes bases. Le pilote s'annonce convaincant, sans être flamboyant, et la série a clairement pour objectif de plaire à un public le plus large possible, quitte à frustrer les fans. Mais un show se déroulant dans l'univers de Batman sans s'intéresser vraiment à ce personnage peut-il passionner les foules ? Quoiqu'il en soit, FOX tient peut-être là ce qui ressemble le plus à un hit... 

Posté par LullabyBoy à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 juin 2012

Tueurs Hors-Série [Spécial Festival de Monte-Carlo]

120615183817446

 Au sommaire de ce numéro spécial sur le Festival de Monte-Carlo :

  • Zoom sur les cop shows avec Ted Danson, Danny Pino, Ben McKenzie, Kirsten Vangsness...
  • Les nouveautés vues par Emily VanCamp, Joshua Bowman, Lana Parrilla, Colin Egglesfied...
  • Les coulisses du Festival avec Gilles Marini, Chad Michael Murray...
  • Hommage aux "Desperate" avec Eva Longoria...
  • Les héros de notre jeunesse : Nathan Fillion, Mayim Bialik...
  • Le zapping du festival 

07 avril 2009

Southland [Pilot]

19044935

Pilot //

dnes_v2_poll_stars3

What About ?

Une plongée au coeur de la police de Los Angeles... Le vétéran John Cooper est chargé de former la jeune recrue Ben Sherman. Les méthodes brusques de son nouveau mentor vont pousser Sherman dans ses derniers retranchements et l'amener à se demander s'il a vraiment ce qu'il faut dans le ventre pour devenir un flic de L.A. De son côté, l'inspecteur Adams, qui vit toujours chez sa mère, fait équipe avec Russell Clarke, un homme malheureux en ménage et père de 3 enfants. L'inspecteur Daniel "Sal" Salinger supervise quant à lui Nate Moretta et Sammy Bryant, en charge des enquêtes sur les gangs. Quant à l'officier Chickie Brown, elle rêve de devenir la première femme à intégrer l'unité d'élite SWAT... (AlloCiné)

Who's Who ?

Bien que la galerie de personnages de Southland soit large, le vrai héros, pendant le pilote en tous cas, c'est Ben Sherman, alias Benjamin McKenzie. On connaît avant tout le jeune homme pour son rôle de Ryan dans Newport Beach (The OC). Il est toujours aussi peu souriant et expressif. Il faut avouer qu'il n'a pas beaucoup de raisons de sourire dans ce pilote. J'espère qu'il va se décoincer quand même. L'autre personnage qui sort du lot est celui interprété par Regina King, Lydia Adams. C'est quasiment la seule femme de l'équipe (avec Ajira Bareikis mais elle est très effacée pour le moment), ce qui renforce l'aspect "dur" de la série, ainsi que ce coté un peu rétrograde. C'est sans doute assez fidèles à la réalité. Cette femme forte inspire immédiatement la sympathie. Russell Clarke aussi, joué par Tom Everett Scott (The Street, Cashmere Mafia...), mais on le voit trop peu pour se faire une véritable opinion. Ensuite vient tout un lot de personnages assez antipathiques au premier abord. Des flics "classiques", bourrus, pas subtiles pour un sou, sexistes... Je demande donc Michael McGrady, Kevin Alejandro, et Michael Cudlitz, le pire de tous. Je le déteste déjà. Ses méthodes et ses grands discours me gavent déjà. J'imagine qu'en découvrant un peu plus de leurs histoires personnelles, tous prendront un peu plus d'épaisseur et deviendront attachants. A noter que le pilote regorge de têtes connues dans les rôles secondaires, notamment Taylor Handley qui redonne à cette occasion la réplique à Ben McKenzie puisqu'il jouait Oliver dans la saison 1 de Newport, on l'a vu aussi dans Hidden Palms, Patrick Fischler, un Mad Men parfois Lost, Emily Bergl (Men In Trees) ou encore Shaun Sipos (Shark, Les Sauvage et futur résident de Melrose Place 2.0...) !   

So What ?

Les Urgences ayant fermé après 15 ans de bons et loyaux et services, NBC ne pouvait décemment pas se séparer de son producteur, John Wells. Le problème, c'est que John Wells ne sait pas faire autre chose que du John Wells. Il a un talent incontestable pour installer une ambiance sombre et réaliste, pour croquer des personnages attachants et profonds et ancrer l'ensemble dans un climat social agité. C'est ce qu'il a fait dans Urgences bien-sûr mais aussi dans New York 911. Et même si ce n'est pas tout à fait la chose, on retrouve beaucoup de New York 911 (Third Watch) dans Southland. Eddie Cibrian et Kim Raver en moins, ce qui est respectivement une bonne et une mauvaise chose. La réalisation est certainement un peu plus soignée, un peu plus proche des séries du câble telles que The Shield et c'est ce qui pourrait faire fuir une partie du public, qui cherche peut-être quelque chose de plus conventionnel. En même temps, on ne va pas commencer à reprocher à NBC de vouloir faire de la qualité ! La différence avec Urgences et même New York 911, c'est que les cas présentés, médicaux ou autres, sont sans doute plus borderline dans l'ensemble et donc le proccessus d'identification est plus difficile. L'atmosphère est très pesante, franchement glauque parfois, et ça manque de chaleur humaine. Ca viendra certainement avec le temps. Si temps il y a... Voilà donc une série mélancolique, un peu trop ancrée dans le passé, pas originale mais pas mauvaise, qui mérite qu'on lui porte une grande attention !


// Bonus // Une bande-annonce...