14 février 2014

Salvation [Pilot Script]

20443688 (2)

SALVATION

Drama // 42 minutes

44030377

Ecrit et produit par Liz Heldens (Friday Night Lights, Mercy, Deception, Camp). Réalisé par Jeffrey Reiner (Friday Night Lights, Helix, Caprica). Pour Universal Television & David Janollari Entertainment. 64 pages.

 Les Strickland forment en apparence la plus vertueuse famille de la communauté de Spring Hill. Mais leur réputation est à jamais entâchée lorsque le patriarche, pasteur de la ville, se suicide après avoir reçu des photos dévoilant ses aventures avec de jeunes prostituées mineures, financées par des fonds détournés à l'Eglise. Sa femme, dévastée, cache elle-même bien des secrets. Elle est toutefois farouchement décidée à réhabiliter les siens en reprenant le flambeau de son mari et ainsi continuer à transmettre la foi aux fidèles paroissiens esseulés... 

Avec Ashley Judd (Missing, Heat, Le Collectionneur), Ryan McPartlin (Chuck), Stark Sands (Generation Kill), Warren Kole (The Following, 24), Emma Dumont (Bunheads), Rob Brown (Treme), Meg Steedle (Boardwalk Empire)... (casting en cours)

 

  Quand j'ai appris que Liz Heldens obtenait encore la commande d'un pilote de la part de NBC, j'ai ri. Et j'ai pensé très fort qu'elle était probablement la meilleure amie du président de la chaîne. A ce soupçon je n'ai d'ailleurs toujours pas trouvé de réponse. Elle est tout de même reponsable de trois échecs successifs pour NBC, dans des genres très différents. Mercy n'était pas une série médiocre mais elle souffrait de la comparaison avec son modèle, Grey's Anatomy, à laquelle elle empruntait beaucoup trop d'idées. Deception, en revanche, était un très mauvais soap, vaguement inspiré par Revenge, lui même loin d'être excellent. Quant à Camp, c'était une dramédie estivale de bonne facture mais parfaitement oubliable, très proche de l'anglaise Beaver Falls. C'est à croire que depuis sa participation à l'écriture de quelques épisodes de Friday Night Lights, la jeune femme ne faisait que répondre à des demandes de la chaîne pour produire des copies des succès des autres. Ou alors les impulsions venaient d'elle-même, et c'est encore pire ! Où est sa voix, sa personnalité, son style là-dedans ? De Salvation, hormis une vague ressemblance à GCB parce que l'histoire se déroule dans le Texas profond outrageusement religieux, il se dégage quelque chose de frais, de soapy, de méga juicy même. Je ne m'y attendais pas mais j'ai été franchement convaincu par ce script. 

   Je dois d'abord souligner une certaine forme d'audace pour un network à travers ce projet dans le sens où il y est beaucoup question de sexe et pas de sexe mignon ou torride. Non, de sexe glauque, pervers. On ne voit rien, tout est suggéré, mais entre le papa limite pédophile et deux des enfants incestueux -même s'il s'agit d'une soeur et d'un demi-frère- le tout se déroulant dans le milieu d'Eglise, c'est la polémique assurée ! J'espère que si NBC commande la série, elle ne cherchera pas à l'édulcorer au dernier moment. Tout son intérêt réside justement dans son esprit trangressif, dans sa critique subversive -n'ayons pas peur des mots !- de ce milieu, décrit comme d'une hypocrisie sans nom. Tout le monde se rend à la messe le dimanche, pousse ses enfants à faire du catéchisme, prie, chante à la gloire de Dieu, mais commet dès qu'il a le dos tourné les pires méfaits. Sans tout cela, Salvation est juste un soap. Plutôt prometteur, mais aucunement novateur. C'est assez jouissif de découvrir au fur et à mesure du pilote que ce maléfique Révérend Daniel Strickland n'est pas le seul horrible personnage de la famille, mais les autres bénéficient évidemment d'un portrait moins caricatural puisqu'eux ne sont pas morts.

   La matriarche, Jennifer, la vraie héroïne de la série, est un très beau personnage qui mérite une actrice charismatique, dans la cinquantaine, pour l'incarrner. NBC serait bien inspirée de reprendre Rebecca de Mornay par exemple, figurant déjà dans le pilote -réussi- du soap Hatfields & McCoys, malheureusement pas commandé en série la saison passée. Jennifer fut une prostituée mineure en son temps, c'est ainsi qu'elle a rencontré son mari. Chaque enfant a d'intéressantes spécificités : l'aîné, Paul, un homme très perturbé, frappé du syndrôme d'Asperger, qui a dû couvrir son père malgré lui et qui en paye maintenant le prix fort; Lilly, une mère de famille superficielle, bitchy, ancienne reine de beauté, profondément malheureuse dans son mariage avec un homme puissant qui la délaisse; Miles, le fils adoptif, athée, couvé par sa mère mais renié par son père; et les jumeaux de 16 ans Noah et Natalie, lui un beau garçon un peu violent et elle une tomboy en pleine quête identitaire. Cette dernière est très émouvante, et j'aimerais beaucoup pouvoir suivre son évolution. Ce sujet a été bien peu -voire pas du tout- traité dans une série s'adressant à un large public. Il est grand temps ! Et puis Jennifer -SPOILER ALERT- a un fils caché, Jacob, sortant tout juste de prison. Il prétend en tout cas l'être même si elle nie tout en bloc. Il est assez fascinant et très inquiétant : il ne sort jamais sans une armée de serpents, des crotales... Enfin, il y a Caleb, un homme mystérieux pas directement lié à la famille mais qui lui veut clairement du mal. Il a un passé commun avec Jennifer... 

   Salvation, c'est un peu un 7 à la maison destroy, habité par le Diable ! Un soap bien fichu, classique mais pas trop, servi par des personnages intriguants, attirants, potentiellement attachants; et des intrigues WTF?! qui laissent rêveur... 

Posté par LullabyBoy à 20:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,