22 avril 2013

Undateable [Pilot Script]

20443688

UNDATEABLE

Comédie (Multi-Camera) // 22 minutes

44030376_bis

Créé par Adam Sztykiel (Le Témoin Amoureux, Date Limite). Produit par Bill Lawrence (Scrubs, Cougar Town). Pour Warner Bros. Television, Doozer & NBC. 56 pages.

Suite au départ de son meilleur ami et colocataire, fin prêt pour une vie à deux, Danny Beaman, un célibataire qui multiplie les aventures sans lendemain et qui s'en satisfait, fait la rencontre de Justin, le jeune propriétaire d'un bar qui cherche un appartemment... et l'amour, depuis toujours. Il décide de le prendre sous son aile, lui et sa bande d'amis qu'il surnomme les "Undateables" car ils sont tous moins doués les uns que les autres pour draguer...

Avec Chris d'Elia (Whitney, Glory Daze), Brent Morin, Rick Glassman, Briga Heelan (Cougar Town, Jane By Design), Bianca Kajlich (Rules Of Engagement), Ron Funches, Matthew Wilkas (Gayby)...

 

   Après Friends With Better Lives (CBS) et Holding Patterns (NBC), me voilà face à ma troisième "sitcom de pote" de la saison. Ce n'est encore une fois pas une grande réussite, mais j'ai tout de même préféré ce projet aux deux autres, bien qu'il soit celui dont le pitch est le plus simple et le plus classique. Un mec sûr de lui qui en aide un autre bien moins confiant pour rencontrer des filles, c'était par exemple plus ou moins l'idée de How To Be A Gentleman, une comédie que tout le monde a déjà oublié mais pas moi : je ne comprends toujours pas comment elle a pu arriver à l'antenne ! Personne d'ailleurs, puisqu'elle l'a quittée au bout de deux semaines de diffusion. Et puis How I Met Your Mother part aussi -un peu- de ce principe, même si elle a su dès le départ être bien plus que ça. 

   La réussite d'Undateable dépendra en grande partie de la capacité de Chris d'Elia -que je ne porte pas franchement dans mon coeur puisqu'il fait partie du casting de cette horreur de Whitney- à ne pas être trop irritant. Il interprète LE douchebag de base, tête à claques, imbu de sa personne, moqueur... Bref, le genre de mec que l'on a envie de croiser le moins possible à l'écran comme dans la vie. Mais regardez Neil Patrick Harris : il a su rendre son Barney drôle et attachant malgré le gros potentiel imbuvable de son personnage. Ses répliques et ses extravagances ont bien aidé pour faire diversion, il faut dire. Ce n'est pas franchement le cas de Danny Beaman, qui n'a l'air ni barré ni particulièrement ingénieux. Bon courage donc à l'acteur pour en faire quelque chose de supportable. Il a quand même quelques bonnes répliques, et son gentil cynisme qui pointe de temps à autres n'est pas pour me déplaire. Mais peut mieux faire ! Quant à Justin, il est assez attachant d'emblée. Je n'ai pas de remarques désobligeantes à faire à son égard, si ce n'est qu'on se demande un peu comment il s'est retrouvé à devenir gérant d'un bar alors qu'il a, a priori, suffisamment de neurones pour faire quelque chose de disons plus intellectuel ! Il est par exemple très doué en statistiques. C'est amusant. Il a toujours une donnée à transmettre. Faudrait juste pas en abuser. Quant à son groupe d'amis, on passe d'une caticature à une autre mais il ressort de chacun d'eux une maladresse touchante. Burski est le gros lourdeau de service, il arbore une queue de cheval qu'il trouve cool et il porte des t-shirts "à messages" tout à fait ringards et graveleux: Shelly est black, timide et bizarre, voire creepy; Brett est gay, très beau et, par conséquent, cherche la perfection qui n'existe évidemment pas; Maddy est la serveuse mignonne qui se fait directement draguer par Danny, mais que Justin aime secrétement depuis des années. Et puis sinon, Danny a une soeur, très franche et survoltée, qui me plait bien. C'est souvent elle qui fait avancer le pilote au final. Elle apparait peu mais elle semble indispensable. Cet ensemble de personnages est plutôt prometteur, mais il va falloir, si commande il y a, offrir à chacun d'entre eux un peu plus que la caricature dans laquelle ils sont enfermés au départ. Et c'est faisable !

   Le script d'Undateable pourrait se transformer en un pilote agréable et marrant si l'alchimie entre les acteurs est immédiate. Les dialogues sont plutôt bons et les personnages ont du potentiel. Mais mon petit doigt me dit que l'on risque davantage de se retrouver avec un Guys With Kids qu'avec un How I Met Your Mother (je n'ai pas fait l'affront de citer Friends)...

Posté par LullabyBoy à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Bates Motel [1x 05]

vlcsnap_2013_04_01_13h20m28s65

Ocean View // 2 660 000 tlsp.

44030376_bis

Par Ronan.


vlcsnap_2013_04_20_00h38m55s48 vlcsnap_2013_04_20_01h50m33s15

   Nous voilà arrivés à la mi-saison de Bates Motel. J'ai la sensation de me répéter mais, une fois de plus, dans cet épisode, les scénaristes associent le très bon et le moins bon et devraient poursuivre cet écueil jusqu'au final (il n'y a aucune raison qu'ils changent leur fusil d'épaule).

   Le moins bon, ce sont indéniablement les intrigues connexes à celle de Norma et Norman. Dès que nous sortons des relations pourries jusqu'à l'os de nos deux "héros" et que nous nous aventurons sur le terrain de "la ville et ses travers", nous avons l'impression que le sujet est traité avec peu de finesse. Heureusement, deux scènes fortes viennent dynamiter ces histoires et réveiller le téléspectateur. Et, à ce sujet, Dylan se met dans de beaux draps et tisse une storyline de plus en plus complexe. En tout cas, même si ce personnage est de plus en plus attachant, il n'en reste pas moins qu'il est sacrément impulsif et dangereux. En revanche, en ce qui concerne les poupées asiatiques shootées et abusées sexuellement, on s'ennuie sévère. Perso, pour le moment, je me contrefous de ces jeunes filles. Peut-être est-ce parce que la pseudo-enquête menée par Emma et Norman autour de cette histoire est franchement tirée par les cheveux ? En deux ou trois clics sur google, Emma a trouvé où Shelby pouvait cacher sa petite esclave. Ça parait tellement simple qu'on ne ressent quasiment aucun enjeu dramatique (hormis pour les conséquences que cela provoque sur le binôme Norman - Norma). C'est d'autant plus dommage que ces esclaves sont le prétexte pour réunir Norman et Emma, dont la relation est bien plus intéressante et développée que celle de Norman et Bradley (car, oui, on s'demande vraiment à quoi sert cette love-storyette, si ce n'est à alimenter le personnage d'Emma, ses réactions et sa détermination).

   Le meilleur de cet épisode reste encore et toujours les scènes familiales (plus ou moins mêlées aux grands arcs narratifs de la série). Ainsi Norma est bien plus embêtée - et je reste poli - d'apprendre que Norman a couché avec une jeune fille que d'être en prison pour meurtre. Elle ne comprend absolument pas que son jeune toutou de fils ne soit pas là pour elle 24h sur 24. Et elle le lui fait payer par une gueulante pas piquée des hannetons. Ces rapports absolument néfastes, vicieux, dévorants, manipulateurs sont la clé de voute de la série, ce qui fait son charme vénéneux et son intérêt majeur. Dans la séquence finale, on peut facilement imaginer qu'elle aurait été la colère de Norma si elle avait découvert Norman et Emma seuls. Concernant son arrestation, on finirait presque par croire que Norma s'est convaincue qu'elle n'est pas coupable. Elle apparait comme un monstre de froideur, détachée de tout, mais concentrée sur elle-même : elle ne comprend pas l'attitude de Norman mais elle ne comprend pas non plus celle de Shelby (qui n'a fait que son boulot en l'incarcérant momentanément). Il faudrait que tout le monde soit à ses pieds, aux petits soins pour elle. Il y a du narcissisme et de l'hystérie chez Norma Bates ! Et elle parvient à faire en sorte que ses deux chevaliers servants la sortent de la mouise dans laquelle elle a pourtant sauté les deux pieds joints !

   Une autre relation s'étoffe et devient de plus en plus touchante au fil des épisodes : celle des frères Bates. Ces deux-là se toisent et s'apprivoisent peu à peu. Mais on sait cependant que Norman ne cautionne pas complétement le comportement de Dylan face à leur mère, et que Dylan a quelques doutes sur la santé mentale de Norman. Leur relation ne peut donc qu'être tumultueuse. Mais, pour le moment, le but de Dylan est d'éloigner le plus rapidement possible Norman de sa mère. Et une grosse ficelle scénaristique lui en donne les moyens financiers. Reste à savoir si Norman va suivre.

vlcsnap_2013_04_20_01h45m08s90 vlcsnap_2013_04_20_02h01m32s202


// Bilan // Bates Motel allie toujours facilités scénaristiques et belles études psychologiques - et psychiatriques - de ces personnages. Mais les intrigues, même les plus secondaires, se nouent de plus en plus les unes avec les autres et créent un climat délétère, une tension palpable attisant notre curiosité. On ne peut se poser qu'une question: comment ça va finir mal ? Et on a toujours hâte de connaitre la suite pour savoir qui explosera en plein vol dans ce petit jeu de massacre

Posté par LullabyBoy à 00:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,