20108148

 

Ecrit par Paul Scheuring (Prison Break). Pour ABC Studios et Di Bonaventura Pictures. 62 pages.

En tant qu'éditeur du magazine "Modern Skeptic", Hank Foley consacre sa vie a débusquer des indices, élucider des mythes et même révéler au grand jour des complots. Mais lorsque sa jeune épouse est kidnappée pour d'obscure raisons, il s'embarque dans l'une des plus mystérieuses aventures de l'histoire de l'humanité. Une carte au trésor cachée dans une vieille horloge qu'elle détenait pourrait mener à une découverte cataclysmique. Hank doit déchiffrer les énigmes, les symboles et autres secrets que renferment cette carte, avant que les réponses ne tombent entre de mauvaises mains. Avec l'aide de deux jeunes associés et d'un agent du FBI, il s'engage dans une véritable course contre la montre pour retrouver sa femme et sauver l'humanité d'une gigantesque conspiration. (AlloCiné)

Avec Anthony Edwards (Urgences, Top Gun, Zodiac), Scott Michael Foster (Greek, The River, Californication), Michael Nyqvist (Millénium, le film, Mission : Impossible - Protocole fantôme), Carmen Ejogo (Kidnapped, Chaos)Addison Timlin (Californication, Cahmere Mafia), Jacinda Barrett...

 ___________

 

Selon moi

61074943_bis

    Lors de la saison des pilotes et même une fois la série commandée par ABC, j'ai totalement snobé Zero Hour, dont le seul atout me semblait être le grand retour d'Anthony Edwards à la télévision. Et ce n'est pas nécessairement dans un projet annoncé dans l'esprit du Da Vinci Code que j'avais envie de le retrouver. Mais j'aurais dû me douter qu'il n'avait pas accepté de se lancer là-dedans au hasard, surtout après avoir refusé pendant si longtemps tout ce qu'on lui proposait depuis son départ d'Urgences. Le script de Zero Hour est extrêmement ambitieux et original. C'est sans doute ce qui l'a attiré. On n'a encore jamais vu de série dans cette veine. En revanche, il y a certainement eu quelques mini-séries s'en approchant. D'ailleurs, on imagine mal  Zero Hour durer 100 ans, mais trois ou quatre saisons de 13 épisodes, ça me semble tout à fait faisable. Dans l'ideal bien entendu...

    Dès la fin du pilote, le héros a deux buts bien précis : retrouver sa femme disparue, ce qui est clairement la partie la moins inspirée et qui ne peut pas tenir advitam eternam, et mettre la main sur les 12 horloges appartenant aux 12 apôtres afin d'éviter rien de moins que la fin du monde. Et là, pour le coup, on se régale à grands coups de flashbacks mystérieux et inquiétants à l'époque de la seconde guerre mondiale, en compagnie des nazis; de répliques grandiloquentes de vieux sages; de voyages aux quatre coins du globe (à Chicago, au coeur de la cathédrâle de Strasbourg, dans la forêt Bavaroise...); et le surnaturel n'est jamais loin. Par moment, j'ai même pensé à X-Files. C'est pour dire. De là à soupçonner que les extra-terrestres ne sont pas loin...

   Le script n'est pas dénué d'humour, lequel est surtout apporté par les deux petits jeunes qui servent de bras droits au héros et, accessoiremment, d'enfants spirituels. Je connais assez mal les acteurs choisis pour les interpréter mais c'est sur eux que repose tout l'intérêt que le jeune public pourrait porter à la série. D'ailleurs, on peut dire qu'elle s'adresse à tout le monde : les ménagères, les hommes et les plus de 49 ans peuvent tout à fait y trouver leur compte. J'ai plus de réserve sur les 18/34 ans. En théorie, elle a donc toutes les chances de marcher. Mais dans les faits, tout dépendra de sa case horaire à la mi-saison, de la promotion menée par ABC et des critiques (pour le moment, les retours sont plutôt bons mais ils sont peu nombreux). La bande-annonce révèle malheureusement absolument tous les twists du pilote... 

____________

 

Selon UglyFrenchBoy

44030377

   Lire le script de Zero hour, c’est un peu se retrouver face à une version condensée d’un livre de Dan Brown, teintée de quelques références StephenKingsiennes. Suspense et Histoire s’allient donc au cours de cette chasse au trésor, le terme lui-même est employé, réfuté puis assumé par les principaux personnages. Ce pilote bénéficie d’un rythme efficace, même si déséquilibré, le premier acte étant deux fois plus long que le deuxième sur le papier. Reste un enjeu de taille pour le passage à l’écran compte tenu de la multitude de lieux et d’environnement très différents (une paroisse, une plaine enneigée, des scènes d’avion, la région Bavaroise...)

   Au-delà des réminiscences du Da vinci code et consorts, Zero hour puise aussi légèrement son inspiration dans la bande-dessinée d’aventures, façon Tintin. Il est question ici de journalistes pour Modern Skeptic, une revue traitant du paranormal avec, à la tête de la rédaction, Hank, un héros blasé proche du cynisme. Dans le cadre de son activité professionnelle, il peut compter sur l’aide de deux rédacteurs, dont la fraicheur lui permet d’apprécier encore son métier. Le trio est complémentaire: Hank considère ses deux employés comme ses enfants et partage son savoir et toute son expérience. Et quand la femme de celui-ci est enlevée par un terroriste, le héros incarné par Anthony Edward peut compter sur l’aide des deux jeunes rédacteurs, a fortiori quand l’événement semble lié à une quête historique obscure.

   Les codes des grands films d’aventures sont utilisés à bon escient, même si l’humour, devenu inhérent au genre ces dernières années, manque en dehors des participations du personnage d’Arron, que l’on devine parfaitement interprété par Scott Michael Foster. Zero hour se prend au sérieux donc et s’embarque dans une mythologie à base d’horloges et d’apôtres. Le pilote ne s’attarde pas vraiment sur des théories théologiques, sans doute cela aura lieu au fil des épisodes suivants, mais se consacre sur l’action. Paul T. Scheuring sait jouer sur la suspicion et soigne ses dialogues. La dynamique entre Arron et Rachel est d’ailleurs l’un des points forts de ce pilote.

   Seul cet élément permet à Zero hour de se distinguer du téléfilm type proposé par les chaînes françaises en période de fêtes de fin d’année, avec son intrigue montée comme un jeu de piste et un scénario par moment un peu mécanique...