american_horror_story_logo_wide_560x282

Rubber Man // Spooky Little Girl

2 810 000 tlsp. // 2 850 000 tlsp.

 44030376 // 44030376_bis


 vlcsnap_2011_12_02_21h29m04s15 vlcsnap_2011_12_02_22h39m04s31

    Ces deux nouveaux volets d'American Horror Story se concentrent, chacun leur tour, sur Vivien puis Ben, alors que Hayden tire les ficelles d'une machination toujours plus perverse. La jeune femme a un avantage sur tous les autres fantômes qui hantent le manoir : les vivants la croient encore en vie. Elle peut donc torturer psychologiquement Vivien en toute quiétude et elle atteint d'ailleurs son but puisque la future mère se retrouve internée. Ben et la police la croient folle. Je n'aime pas beaucoup le personnage de Hayden mais c'est grâce à elle que l'on apprend tout un tas de choses sur ce qui se trame dans la maison. Je ne peux nier son utilité. Visiblement, Kate Mara inspire beaucoup les auteurs qui la casent un peu partout. Elle se retrouve même à coucher avec le petit ami de Constance au cours d'une intrigue secondaire qui pourrait paraître superflue. Et qui l'est bel et bien, je crois, mais elle permet au moins d'illustrer l'idée que tout se répéte à l'infini ici. Les couples se déchirent jusqu'à la mort. Dans le même temps, on en apprend un peu plus sur les jumeaux des Harmon : ils n'ont pas le même père et l'un d'eux est, ni plus ni moins, le fils du Diable, en quelque sorte. C'est par sa naissance, en tous cas, que l'humanité est censée disparaître. Probablement une réfèrence, comme souvent, à tout un tas d'oeuvres horrifiques et plus particulièrement à The Omen qui date de 1976. Et c'est ainsi que l'identité du fameux Rubber Man/Homme en latex, nous est révélé...

   Il s'agit donc de Tate, le mass-murderer, fils de Constance et petit ami de Violet. J'aurais aimé être surpris. J'aurais aimé que tout soit remis en question à travers cette révélation. J'aurais voulu être secoué. Or, je n'ai rien ressenti de tout ça. C'était l'option qui paraissait la plus logique depuis le départ -surtout lorsque l'on croyait encore que Tate était vivant- et c'est celle qui a été choisie. Il faut donc l'accepter mais je ne peux pas m'empêcher d'être déçu. L'histoire de la désormais célèbre combinaison nous est donc racontée à travers quelques flashbacks, eux aussi sans surprises. Ce n'est, en gros, qu'une mise en image de ce que nous savions déjà. Les motivations de Tate sont explicitées mais restent peu recevables. On comprend en tous cas que des gens comme Chad et Patrick, qui sont morts dans la demeure, n'ont pas véritablement de raisons de tourmenter les Harmon. Ils étaient des esprits purs, malgré certaines de leurs perversions. Ce n'est pas le cas de la plupart des autres, qui ont encore des problèmes à régler et des pulsions à assouvir jusqu'à épuisement. Tate continue de tuer parce que c'est tout ce qu'il sait faire. Aimer Violet pourrait changer la donne mais sa véritable nature revient toujours. Charles continue de découper des corps -avec une intéressante incorporation de l'histoire vraie du Dahlia Noir qui a défrayé la chronique dans les années 50 à Hollywood- Moira ne peut s'empêcher de séduire et détruire, Nora pleure éternellement la perte de son enfant... Le rôle de Larry dans tout ça reste flou. Il apparait peu mais il est toujours là, tapi dans l'ombre. Au bout du compte, Ben est le dernier de nos personnages principaux à ne pas savoir la vérité sur la maison et ses nombreux habitants. Peut-être que cela fait de lui le seul espoir aussi ? Car Violet semble définitivement être passée du coté obscur de la force par amour.

vlcsnap_2011_12_02_22h55m11s230 vlcsnap_2011_12_02_23h01m15s29


// Bilan // American Horror Story est incapable de nous laisser une minute de répit, ce qui est à la fois sa force et sa faiblesse à l'heure actuelle. On ne peut décemment pas s'ennuyer en la regardant mais elle n'est jamais proprice à la réflexion voire à l'introspection, ce qu'une oeuvre de cette ampleur est censée pourtant procurer au-delà du divertissement basique.