19667817_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20110211_034536

44030376

   Episodes m'a déçu. Je lui voyais beaucoup de potentiel, malgré un pilote quelque peu raté. Tout ce que j'attendais d'elle n'est jamais vraiment arrivé. Je voulais une critique acerbe et référencée de la télévision en bonne et due forme. Je voulais que l'on me raconte en détails les coulisses du tournage d'un pilote et les étapes qui le précédent puis qui le suivent. Je voulais une série télévisée sur la télévision en somme. Cela dit, on ne nous avait pas fait de promesses. Le concept d'Episodes a toujours été flou, des premiers teasers aux dernières bandes-annonces. Tout ce qu'elle a réussi à faire, mais de manière peu approfondie, c'est de nous montrer comment et pourquoi les remakes américains de séries britanniques sont presque toujours ratés ! Par conséquent, j'ai adoré toutes les scènes où apparaissaient les personnages directement liés à la chaîne fictive en question, du patron cinglé, à son assistante avec qui il couche, jusqu'à la directrice en charge des comédies, malheureusement trop discrète. L'ensemble était parfois trop grossier. Il devenait difficile de distinguer ce qui était crédible et ce qui ne l'était pas. Mais c'était plutôt drôle. J'ai souvent pouffé. Mais très vite, c'est l'idée du rêve américain qui a été remise en question. Les pailletes hollywoodiennes factices. Un sujet donc plus large mais moins original...

   Les sept épisodes ont été assez inégaux, deux en particulier ne m'ont vraiment pas plu. Les deux qui se concentraient bien plus sur le couple star que sur tout le reste. J'ai fini par trouver Sean et Beverly attachants, mais ils ne pouvaient pas s'empêcher d'être agaçants en même temps. Sean fonçait tellement droit dans le mur... Et Beverly était so psychorigide... Le travail des acteurs n'est en revanche pas à remettre en cause. Ils sont bons ! Ce qu'on leur a donné à jouer laissait parfois à désirer, surtout sur la fin. L'enchaînement des événements qui ont conduit au flashforward du pilote n'était pas subtil du tout, et les conséquences dans le dernier épisode m'ont moyennement convaincu. Le cliffhanger est intéressant, même si on le sent venir à des kilomètres ! Il m'a quand même semblé précipité : un pilote n'est pas validé ou refusé à peine tourné ! M'enfin, on va dire que c'est un détail...

   Et Matt LeBlanc dans tout ça ? Je ne l'ai pas trouvé exceptionnel mais il faut reconnaître que c'est grâce à lui que cette série est classée en comédie. Il n'est pas tordant, loin de là. Mais son personnage engendre quelques moments sympas. Les scénaristes s'amusent à mélanger éléments de sa vie réelle et inventions. Il y a quelques piques qui font sourire. La "blague" du sexe énorme est un peu facile, mais, selon les rumeurs, elle est surtout vraie ! Je me souviens aussi d'une réplique sur sa carrière peu fournie au cinéma. Bref, l'acteur fait preuve de second degré mais on aurait aimé qu'il aille un peu plus loin. En tous cas, on n'a pas particulièrement cherché à nous le rendre sympathique et ça, c'est bien. J'avais peur d'une entreprise de réhabilitation (même si ce pauvre homme n'est pas un monstre non plus, juste un has been). Son comportement est très stéréotypé, et je soupçonne Matt LeBlanc de ne pas être comme ça. Mais ce n'est pas naïf, ce n'est pas un Joey bis. C'est rassurant pour lui.


// Bilan // Qu'y a-t-il de plus embarrassant qu'une série qui cherche à dénoncer une superficialité en le faisant de façon... superficielle justement ? Episodes n'est pas une mauvaise série, mais il ne faut pas la prendre autrement que comme un sympathique divertissement, qui aurait mérité plus d'attention de la part de ses créateurs. Il est encore possible de rectifier le tir en saison 2, mais en s'attachant davantage aux coulisses du show dans le show qu'aux personnages, relativement banals dans le fond.