27 janvier 2011

Le Million ! Le Million !

1_20100622150640_ckcha

   Je n'aurais jamais imaginé dépasser un jour le million de pages vues, mais je vous l'annonce : c'est fait ! Le million de visiteurs en revanche, ce n'est pas pour tout de suite. Evidemment, je tenais à vous remercier chaleureusement pour votre fidélité. Certains lisent peut-être le blog depuis le début. Ca fait plus de 3 ans maintenant. C'est étrange : d'un coté, j'ai l'impression que c'était hier que je l'ouvrais; et de l'autre, j'ai l'impression de l'avoir toujours eu près de moi. Sans doute parce qu'avant, c'était dans ma tête que j'écrivais mes articles... J'ai souvent des doutes, l'idée d'arrêter m'effleure régulièrement l'esprit. Vous imaginez bien que ça me prend un temps fou, d'autant que je ne fais pas que ça de ma vie (contrairement à ce que certains pourraient penser). Cette passion pour les séries est dévorante, la flamme ne s'éteindra sans doute jamais. Le blog en revanche... il faudra bien y songer. En attendant, je vous ai concocté un petit bilan :

La série que j'ai pris le plus de plaisir à détruire : le moment de l'aveu est venu. Même si je répéte que j'aurais préféré en dire plus de bien si l'on m'en avait donné la possibilité, c'est clairement Desperate Housewives. Je crois que la saison 5 avec Dave l'albinos est celle que j'ai pris le plus mon pied à commenter tant elle était mauvaise. Ca en devenait presque trop facile ! Cela dit, vous êtes tous témoins : quand un épisode me plait (et ça arrive encore de temps en temps) je n'hésite pas à le dire. Après avoir redoublé d'imagination pour que mes critiques ne se ressemblent pas trop épisode après épisode, j'avoue qu'en cette saison 7, j'ai un peu tendance à baisser les bras. Ce n'est plus si amusant de casser du sucre sur le dos de Susan. Je me prends de pitié pour elle et les autres... C'est un peu la même chose avec Californication en fait. Sauf qu'elle était mauvaise depuis le début et que Hank Moody m'a toujours été très antipathique. Pour terminer : spécial décidace à SérieStreaming, sans doute le commentateur qui a engendré le plus de commentaires et qui me fera toujours bien rire... par son absurdité !

  La série que j'ai pris le plus de plaisir à défendre : Men In Trees ! C'est typiquement le genre de petite série que j'ai pris à coeur de défendre, non pas parce qu'elle était injustement critiquée, mais parce qu'elle était tout simplement injustement oubliée ! Rien que de savoir que j'ai pu donner envie à une dizaine de personnes de la regarder, ça me fait plaisir. C'était le but. Men In Trees m'a offert mes moments de télévision les plus sympathiques et apaisants de ces dernières années. Je n'ai jamais dit que c'était une série superbement écrite, réalisée et interprétée, mais elle était faite avec tellement de coeur qu'elle me touchait énormément. Et puis il y a des choses qui ne s'expliquent pas. C'est ainsi. J'aurais pu citer Eli Stone dans cette même catégorie.   

La série que j'ai le plus de mal à commenter : sans hésitation et à égalité, Big Love et Breaking Bad. Qui font aussi partie de mon top 5 de mes séries préférées des deux saisons passées. La raison est très simple : j'ai le sentiment de ne pas être à la hauteur de leur excellence. Je complexe un peu en fait. Je trouve mes critiques bien dérisoires face à de tels monuments de télévision. Non, je n'ai pas peur des mots. Mais vous devez le savoir maintenant. Ces deux séries me laissent souvent sans voix et sans mots.

La série que j'ai mis le plus du temps à commenter : Lost. Sur les saisons 5 et 6, je sentais une vraie pression de votre part. Il fallait que je sois bon. J'ai fait ce que j'ai pu pour l'être. Mais ça m'a pris un temps fou. Je crois bien qu'il m'est arrivé de passer plus de trois heures sur une même critique de Lost. C'est exténuant. Mais vos compliments me motivaient. Et puis j'avais vraiment l'impression d'apporter quelque chose au final, ma petite pierre à l'édifice, et ça c'était très satisfaisant. Après, ça restait un vrai plaisir. Et je ne voudrais pas non plus réduire la série à cette catégorie. Elle était bien plus que ça.

La série que je regrette ne pas avoir pu critiquer : Dawson, qui est et restera ma série préférée de tous les temps, d'abord et surtout parce que c'est la première qui m'a à ce point passionné et touché; ensuite parce qu'elle représente mon adolescence, une période forcément marquante pour tous et les personnages étaient là pour m'accompagner dans cette dure épreuve. Alors j'aurais aimé pouvoir écrire des critiques de chaque épisode à l'époque.

La série que je n'aurais jamais dû critiquer : 90210. J'ignore encore ce qui m'a pris de commencer. J'ai arrêté au bout de 7 épisodes et j'en suis fier. Je crois que j'avais un infime espoir qu'elle soit à la hauteur d'un Newport Beach... Alors je sais qu'il paraît qu'elle s'est largement améliorée depuis. Je n'en doute pas. Mais je n'aurai pas le courage de reprendre !

La série que je prends le plus de plaisir à commenter : Brothers & Sisters, parce que les Walker font un peu partie de ma famille dans ma tête. Parce que j'adore parler d'eux comme si je les connaissais, comme s'ils existaient vraiment. Je reconnais que c'est un peu flippant dis comme ça, mais je vous rassure : j'ai encore toute ma tête. Je suis juste tombé amoureux d'eux.

  Que les séries que je n'ai pas citées ne se vexent pas. Elles font partie de l'histoire elles-aussi. Et vous aussi. Encore merci.

Posté par LullabyBoy à 23:31 - - Commentaires [32] - Permalien [#]