alg_tv_land_cast

Pilot // 4 75o ooo tlsp.

44030377

What About ?

Trois amies d'une quarantaine d'années - originaires de Los Angeles - se retrouvent coincées à Cleveland. Tombées sous le charme de cette ville qui les fait paraître brillantes, elles décident de s'y installer...

So What ?

C'est là où on les attend le moins que se cachent les meilleures surprises de l'été ! Jamais je n'aurai misé sur Hot In Cleveland avant de voir le pilote et le score d'audience qui va avec. Pour sa toute première sitcom originale (elle en rediffuse des cultes à longueur de journée), la petite chaîne américaine TV Land a frappé fort ! Avec zéro moyen -et ça se voit que tout l'argent passe dans le salaire des actrices- ils ont réussi à créer une comédie tout sauf originale mais hyper drôle ! On la doit à une ancienne scénariste de Frasier, Suzanne Martin, qui s'est adjoint les services de trois copines actrices aussi has-been qu'elle, qui avaient sans doute besoin d'argent mais qui n'ont pas à avoir honte de le gagner ainsi. Elles ne sont pas connues chez nous, puisqu'on n'aime pas les sitcoms en France sauf quand ça s'appelle Friends. Il faut dire que les versions françaises sont tellement décourageantes... Mais pour faire rapidement les présentations : Valerie Bertinelli, qui joue ici la chic fille à la recherche du grand amour, a fait ses armes dans l'ultra-conservatrice et dégoulinante de bons sentiments Les Anges du Bonheur, sa prestation ici n'est pas transcendante, d'autant qu'elle vire un peu à l'hystérie; Jane Leeves alias Joy, la nunuche mais pas trop de la troupe, s'est fait connaître dans Frasier, 11 ans de sa vie tout de même; et Wendie Malick était l'une des stars de Voilà! (Just Shoot Me!), elle incarne ici Victoria, une vieille actrice botoxée et capricieuse qui refuse d'admettre son âge et qui rumine sa gloire éphémère passée : la plus drôle des trois même si on connaît son rôle par coeur pour en avoir vu des comme ça des dizaine de fois ! Le clou du spectacle, celle qui nous fait hurler de rire à la moindre de ses répliques, c'est évidemment l'excellentissime Betty White, redevenue à la mode suite au succès de La Proposition, qui campe une vieille pot-de-colle attachante. Sans elle, la série ne serait sans doute pas aussi bonne. Mais elle apparaît peu au cours des 24 minutes du pilote et le reste tient pourtant la route.

En bref, Hot In Cleveland n'invente rien, pire : elle recycle ce que l'on a déjà vu mille fois, mais elle le fait avec tellement de conviction et de panache qu'on se laisse prendre au jeu. Délicieusement ringarde et cheap, cette sitcom pourrait devenir le digne successeur des Craquantes (The Golden Girls) avec des personnages un peu plus jeunes. Je blasphème un peu et le regretterai sûrement mais j'ai passé 25 minutes impeccables. Puis c'est touchant de voir ces has-been refaire surface.