dnes_season4_glee_schuester

Home // 12 18o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_90204 vlcsnap_105754

   Décidément, l'équipe de Glee a bien du mal à trouver un juste équilibre dans à peu près tout ce qu'elle entreprend. C'est sa plus grande faiblesse à l'heure actuelle. Mais on sent pourtant une envie de bien faire... Par exemple, les numéros musicaux de cet épisode étaient tous assez plombants, sauf le duo April/Will sur Fire en début d'épisode. C'est la prestation que j'ai préféré même si elle a été amenée de façon encore totalement artificielle. Le reste n'était pas mauvais, loin de là, c'est juste l'accumulation des titres lents et déprimants qui ont eu raison de moi. A House Is Not A Home est une belle chanson de Barbara Streisand que je connaissais mal et ça m'a fait plaisir de la (re)découvrir à travers la voix de Kurt notamment. Mais ce que c'était long... Etait-ce bien nécessaire de la poursuivre avec Will et April sur One Less Bell To Answer ? Bon en même temps, c'est leur scène à eux qui était la plus émouvante. Trop long quand même. Jolie manière d'illustrer la solitude en tous cas. C'était d'ailleurs un des grands thèmes de l'épisode avec le droit à la différence. Associer les deux sujets dans un même épisode n'était sans doute pas la meilleure idée qui soit. Ca manquait d'une intrigue un peu plus fun pour décompresser. Certes, depuis la reprise, Sue est en grande forme mais on ne peut pas compter que sur elle pour nous faire rire. A noter une superbe réplique de Britney, comme chaque semaine désormais : "I Think My Cat Read My Diary" (ou un truc comme ça, de mémoire).

   Beaucoup d'émotion dans cet épisode, même trop, et je ne sais jamais si je dois rire ou si je dois pleurer à certains moments tant tout est trop appuyé. Disons que là encore, chaque scène prise à part est touchante mais l'accumulation de ce genre de scènes dans un même épisode est indigeste. L'association Kurt/Finn et leurs deux parents était pas mal. Il y a eu de jolies moments et y'a pas à dire, malgré l'exagération dont les scénaristes font preuve dès qu'il s'agit de lui écrire une réplique, malgré également le jeu si caricatural de Chris Colfer, Kurt est un personnage qui fait passer pas mal d'émotions. C'est plus compliqué pour Finn, d'autant que l'urne avec les cendres de son père qui trône sur un fauteuil devant la télévision m'a pas mal perturbé. C'est "marrant" et en même temps tellement pathétique... Par contre, j'aime beaucoup l'actrice qui joue la mère de Finn (Rosy Rosemont). Elle était parfaite ! A coté de ça, j'adore Mercedes et j'étais content qu'on lui accorde un peu plus de temps d'antenne même si son intrigue était très facile dans son déroulement et que le choix de Beautiful pour exprimer ses sentiments était limite trop facile. J'aime bien la chanson, c'est pas ça le problème, mais crotte, ça manque de subtilité tout de même ! Interprétation parfaite en tous cas, mais on se serait bien passé de l'arrivée de la foule sur scène qui a gâché ce moment qui aurait dû rester "intime". Je déteste quand Glee se lance dans ce type de scènes improbables avec tout un gymnase qui chante en coeur. A noter la participation courte mais réussie de Quinn.

   Enfin, j'étais très excité à l'idée de retrouver Kristin Chenoweth dans le rôle d'April Rhodes qui lui va très bien. Elle ne m'a pas déçu, elle était encore géniale. Pas mal de ses répliques m'ont fait beaucoup rire. C'est dommage qu'elle ait en face d'elle un Will Schuester un peu mou. Ses prestations chantées étaient bonnes, sa voix toujours aussi divine, mais c'était un cran moins bien que la première fois. Ce serait cool qu'elle revienne de temps en temps. Elle apporte beaucoup. De là à ce qu'elle devienne régulière : NON ! Ca tuerait le personnage à petits feux et j'ai envie de voir l'actrice ailleurs, très vite...

vlcsnap_97448 vlcsnap_96958


// Bilan // Si cet épisode prouve que les scénaristes de Glee peuvent encore écrire de vraies intrigues, il prouve aussi que la série a besoin d'un juste équilibre entre drame et comédie pour convaincre. Et si les scènes chantées pouvaient être mieux amenées aussi... En tous cas, Rachel n'est pas indispensable et c'est la meilleure leçon que l'on puisse tirer de Home !