PDA_pilotgallery001i

Pilot // 2 7oo ooo tlsp.

44030377

What About ?

Après quinze années passées dans sept familles d'accueil différentes, Lux souhaite s'émanciper mais pour cela, il lui faut la signature de ses vrais parents. Elle part à leur rencontre et découvre que son père est un barman immature et sa mère, qui l'a abandonnée à sa naissance, n'est autre que l'animatrice radio qu'elle écoute tous les matins depuis des années...

Who's Who ?

Lux, l'héroïne rebelle et un peu bohème de Life Unexpected, est incarnée par Brittany Robertson que ceux qui ont suivi la courte et unique saison de Swingtown connaissent bien puisqu'elle y était excellente et irradiait la série de son innocente beauté. Pas la peine de vous faire un dessin : je suis (déjà) fan ! Pour interpréter sa jeune mère, le choix s'est porté sur Shiri Appleby, éternelle Liz de Roswell, qui n'a pas fait grand chose d'autre de marquant depuis (Dix épisodes d'Urgences ? Six Degrees ?). Son petit-ami est joué par Kerr Smith, le Jack McPhee de Dawson, devenu expert en annulations (E-Ring, Justice). Quant au père de Lux, il est incarné par Kristoffer Polaha, qui s'est illustré par le passé dans North Shore, Miss/Guided, Valentine et récemment dans quelques épisodes de Mad Men. J'avais un a priori négatif le concernant et c'est finalement une bonne surprise !

So What ?

On peut dire que cette année la CW a fait des efforts. Elle n'a pas annulé les honteuses Gossip Girl, 90210 et autres Frères Scott, certes, mais elle a enfanté deux bons guilty-pleasures dans deux styles très différents, The Vampire Diaries et Melrose Place. C'est au tour maintenant de Life Unexpected, un drama que j'attendais avec une certaine impatience je ne vous cache pas, de passer sur le grill. Sans crier au génie, car ce serait prématuré et exagéré, j'ai passé un très bon moment devant ce pilote qui m'a ramené des années en arrière, lorsque la WB existait encore et que je vivais mes premiers émois adolescents...

Il faut dire que les producteurs n'y sont pas allés par quatre chemins pour satisfaire le public nostalgique de la feu-chaîne des jeunes américains. On prend deux icônes de l'époque, Shiri Appleby et Kerr Smith qui ne font ni trop vieux ni trop jeunes, une jeune première toute fraîche qui fait vaguement penser à Veronica Mars-Kristen Bell ou à Brittany Snow-American Dreams, on tente de promouvoir le tout en évoquant Gilmore Girls pour les fossiles usés et Juno pour les "youngs" branchés, et ma foi, le tour est joué ! Je caricature mais c'est un peu ça. La série ne tient pas toutes ses promesses au final puisqu'elle n'est pas aussi bien dialoguée que Gilmore Girls et pas aussi "osée" que Juno mais elle possède un potentiel énorme qui ne demande qu'à être exploité.

Tous les personnages, sans exception, sont attachants en quelques secondes. C'est très fort. Malgré la situation dans laquelle se trouve Lux, on ne verse pas dans le larmoyant et le misérabilisme. Lux n'est pas Cosette et elle est d'autant plus attendrissante. Son père, sous ses airs de grand-adolescent, n'est pas aussi simplet que prévu, et sa mère, sous ses airs de trentenaire paumée phobique de l'engagement, a bien l'intention de reprendre sa vie en main même si elle commet déjà quelques boulettes. Son "beau-père", si l'on peut dire, est le personnage le moins développé pour le moment mais il a l'air plus mature que les deux autres et son sens de la répartie fait mouche ! L'alchimie est parfaite entre Ryan et Cate. Le show radio matinal apporte une petite touche bien sympathique qui me fait penser à Men In Trees, sans les leçons de Marin Frist. Et quelque part, il justifie flot musical incessant dans lequel baigne la série. On lorgne heureusement plus du coté des petits chanteurs ou groupes alternatifs que de Lady Gaga ou Black Eyed Peas (no offense). L'action se situant à Portland, l'ambiance est comparable à un New York Capesidien. Je m'y sens déjà comme chez moi ! Je me dois de contre-balancer tout ce positif avec quelques remarques négatives : ce que je rapproche à ce pilote, essentiellement, c'est la rapidité avec laquelle Lux retrouve ses parents, les rencontre et les accepte, ça va beaucoup trop vite pour être crédible; dans un même souci de réalisme, tout ce qui touche à l'émancipation n'est pas plausible une seule seconde, ça ne passe pas comme ça et la juge n'a pas eu son diplôme dans une pochette-surprise; et puis je trouve qu'il n'y a pas suffisamment de personnages secondaires pour le moment, de sidekicks pour détendre l'atmosphère, on se demande par exemple si Lux a des amis. Elle aurait logiquement dû se confier à quelqu'un de proche sur tout ce qui lui arrive.

En bref, Life Unexpected s'annonce comme une petite série charmante, avec beaucoup d'amour à revendre et une simplicité qui fait défaut à beaucoup trop de séries aujourd'hui. C'est mon coup de coeur de ce début d'année. J'espère sincérement qu'elle trouvera son public et que cela poussera la CW à revoir un peu sa ligne éditoriale. Quant à moi, je suis bien embêté : dois-je ou non la reviewer semaine après semaine ? Je me tâte...


// Bonus // Comme le veut la tradition, voici quelques images sous la forme d'une preview de 5 minutes...