secret_life_american

dnesblog2starslc1B

Brenda Hampton a encore frappé ! Après avoir créé 7 à la maison et avoir réussi à me dégouter définitivement de la morale bien-pensante chrétienne, voilà qu'elle recommence avec The Secret Life of the American Teenager. Les 11 années passées à écrire les aventures prêchi-prêcha de la famille Camdem ne lui ont donc visiblement pas suffit ! Inspirée par le succès de l'excellent film Juno, elle s'est mise dans la tête d'écrire une série sur une adolescente qui tomberait enceinte à l'âge de 15 ans. Et elle l'a fait. La très sage ABC Family en a bien voulu et elle risque bien de ne pas le regretter puisque l'audience du season premiere a été excellente : 2.8 millions de télespectateurs, le meilleur démarrage historique pour une nouvelle série de la chaîne. C'est franchement désespérant.

Ce qui est désespérant surtout, c'est le message ultra-conservateur que la créatrice souhaite faire passer à travers la série : le sexe, c'est mal. Quand on regarde bien, aucun personnage de la série n'est épanoui. On a donc Amy, qui tombe enceinte accidentellement après sa première relation sexuelle (très rapide et sans intérêt selon ses propres dires. Ben oui, elle allait quand même pas prendre son pied !!!); Lauren et Madison, ses deux meilleures amies qui dès qu'elle leur parle de sa situation écartent d'office la possiblité d'avorter (Oui, avorter, c'est très mal aussi); Daren, le diable qui a mis enceinte Amy, présenté presque comme un délinquant sexuel parce qu'il a eu la malheur de baiser deux ou trois filles ces derniers temps (heureusement, cette folie nous est rapidement expliquée : il a été abusé par son père dans son enfance. Voilà pourquoi il est devenu si pervers.); je passe sur les parents des uns et des autres qui sont évidemment très croyants et qui refusent que leurs enfants fassent l'amour avant le mariage; je passe aussi sur la pute du lycée qui n'est pas croyante donc terriblement perverse; je passe sur la pom-pom girl vierge effarouchée qui nous assène les discours que ses parents lui ont fait apprendre par coeur sur la prière et tout le baltringue ... Pas un personnage qui soit digne d'intérêt ! Ah si, quand même, il y a Kenny, le geek de la bande, qui a décidé de perdre sa virginité à tout prix et qui a pris pour cible justement Amy. Ce qui le sauve par rapport à tous les autres, c'est son humour. La scène avec le conseiller d'orientation est particulièrement drôle. Ses deux amis asiatiques sont également fort sympathiques et marrants. Ils permettent tous les trois d'alléger la lourdeur du propos même si eux aussi suivent les préceptes religieux à la lettre, a priori. Ce sont les seuls personnages à peu près réels, auquel nous Européens pouvont nous identifier.

Le pilot de The Secret Life of The American Teenager se regarde très facilement et n'est absolument pas ennuyeux. Comment pourrait-on s'endormir en entendant de telles énormités en même temps ? Il faut reconnaître que la série possède un peu plus de second degré que 7 à la maison. C'était pas bien difficile, c'est vrai. Le personnage d'Amy est présenté de manière un peu trop abrupte. On aurait par exemple aimé la voir perdre sa virginité (rien de pervers là dedans je vous rassure), plutôt que de l'entendre raconter cette expérience de manière très vague. Si l'on ajoute à cela le fait que la jeune actrice qui l'interpréte n'est pas transcendante, on se retrouve avec des scènes vides d'émotion. On passe complêtement à coté du propos réel, du discours que les jeunes filles dans cette situation aimeraient entendre, on ne fait que leur répéter que ce sont des salopes qui vont devoir payer pour ce qu'elles ont osé faire ! Les puritains adoreront, les autres préféreront se passer inlassablement le DVD de Juno. Ce sera sans moi.