30 juin 2013

Pilotes Mix [Été 2013 - Partie 2]

 

UNDER THE DOME - CBS

Les habitants d’une petite communauté se réveillent un matin, coupés du monde et piégés dans la ville à cause d’un immense dôme transparent. Certains tenteront, de manière dissimulée, de tirer profit de cette situation inquiétante et inexpliquée, afin de prendre le pouvoir. Mais une résistance va s’organiser autour d'un vétéran de la guerre en Irak, pour empêcher ces personnes malveillantes de parvenir à leur fin...

Créé par Brian K. Vaughan (Lost). Avec la participation de Stephen King, auteur des romans Under The Dome. Produit par Stephen Spielberg. Avec Mike Vogel (Pan Am, Bates Motel), Rachelle Lefevre (Off The Map, A Gifted Man), Dean Norris (Breaking Bad), Britt Robertson (Life Unexpected, Secret Circle), Natalie Martinez (Les Experts Manhattan), Alexander Koch, Aisha Hinds (True Blood, The Shield), Nicholas Strong (Nashville), Colin Ford...

44030377

 

21009847_20130603124538326

   Le pilote d'Under The Dome correspond-t'il à la naissance d'un phénomène ? Avec les 13,5 millions de curieux qui se sont amassés devant en pleine période estivale, on peut légitimement le penser. Les scores des prochaines semaines nous le diront... En tant que grand fan de la littérature de Stephen King un peu déçu par la lecture de son Dôme, je suis à deux doigt d'écrire une chose rare : et si la série était meilleure que le matériau d'origine ? C'est en tout cas l'impression que m'a donné cette entrée en matière très efficace, sans temps mort, qui passe à une vitesse hallucinante à tel point qu'au bout de 42 minutes, on en veut encore et tout de suite. Combien de fois ce sentiment m'a traversé avec un nouveau drama la saison passée ? Euh...

   Under The Dome aurait tendance à réussir là où beaucoup d'autres ont échoué : elle parvient à installer des personnages forts au coeur d'une intrigue mystérieuse. Peut-être parce que le créateur vient de l'école Lostienne... Dès le pilote, les héros ont plus d'épaisseur que dans le livre où ils étaient extrêmement caricaturaux, et c'est là le principal reproche que je ferai à l'oeuvre de King. Et puis il y a la fin aussi, très décevante, voire ridicule. On nous a promis qu'elle avait été changée pour la série ! Ouf. Mike Vogel, Rachelle Lefevre et Britt Robertson ne sont pas les acteurs les plus charismatiques de leur génération, mais j'ai beaucoup de sympathie pour eux et je les trouve ici très bons. Les quelques changements apportés par rapport au livre me séduisent, comme le télescopage de deux personnages qui permettra d'ajouter du mélo (Julia est une célibataire féministe à l'origine, pas une femme mariée et bientôt veuve). La scène gore de la vache est assez impressionnante, comme l'ensemble des effets-spéciaux. On sent que le budget n'est pas non plus énorme, mais ils ont réussi à faire quelque chose de très correct. Et au fond, le pourquoi du comment de l'apparition de ce dôme devient vite une question secondaire grâce à toutes les sous-intrigues qui se mettent en place. Under The Dome promet d'être un divertissement de qualité, avec même un peu de substance car ne perdons pas de vue que ce dôme est une parabole de la folie humaine poussée à son paroxysme. Je me demande toutefois si le fait que le projet ait vu le jour sur CBS et non sur Showtime -comme c'était prévu à l'origine- ne va pas mettre un frein à un certain nombre d'événements glauquissimes présents dans le roman... Dans tous les cas, on a trouvé là LA série de l'été qu'il ne faudra pas rater.

_____________

 

SIBERIA - NBC

Sur le lointain territoire de Toungouska, en Sibérie, 16 candidats de télé-réalité sont expédiés dans cette zone anéantie en 1908 par une énorme explosion, suite à l'impact d'une mystérieuse météorite avec la Terre. Quand l'un des participants est grièvement blessé, et qu'aucune aide n'arrive, l'inquiétude monte d'un cran. D'autant que certains événements ne semblent pas liés au show. Face au danger, les compétiteurs doivent se serrer les coudes pour survivre...

Créé par Matthew Arnold. Avec Joyce Giraud, Miljan Milosevic, Natalie Scheetz, Johnny Wactor, Sabina Akhmedova, Sam Dobbins...

44030376

 

21011790_20130611115005738

 J'adore l'idée de Siberia. Comme j'adorais le point de départ de Persons Unknown, il y a deux étés, déjà sur NBC, ou même de The River l'an passé sur ABC. Mais je regrette que le budget alloué à ce type de projet soit toujours trop faible pour nous en mettre plein les yeux. Siberia avec les moyens de Terra Nova ? Là ça aurait de la gueule ! La force de cette nouveauté, en tout cas sur le pilote, est aussi sa faiblesse. Elle veut jouer à fond le jeu de la télé-réalité à tel point que l'on a vraiment l'impression de regarder, pendant environ 35 minutes, un épisode d'introduction tout à fait classique de Survivor ou Amazing Race. Tous les codes sont respectés. Ce n'est pas une parodie, c'est une exacte réplique de ce qui se fait. C'est donc assez déstabilisant. Le moment où les choses commencent à dérailler arrive trop tard à mon sens. On a déjà eu le temps de s'ennuyer, de piquer du nez même. J'aurais limite préféré que la série commence sur un flashforward, et je déteste pourtant ce procédé ! La toute dernière scène placée au tout début, par exemple. Mais je dois reconnaître un sacré talent à tous ces comédiens inconnus dont les dialogues sonnent hyper justes, improvisés, alors qu'ils ne le sont évidemment pas. Je ne peux pas dire que je me sois attaché aux candidats, mais il y a quelques personnalités qui se détachent et qui pourraient se révéler intéressantes par la suite. Mais la suite justement, à quoi doit-on s'attendre ? Ce pilote ne nous laisse pas d'indice. J'aurais voulu que l'émission s'arrête à la fin du premier épisode et que le chaos le plus total débute officiellement à partir de ce moment. Or, là, "l'aventure continue" comme on dit. Au-delà du malaise que cela provoque quand on pense à ce qui s'est passé dans la dernière édition de notre Koh Lanta, ça a tendance à couper l'envie de continuer... On ne passera probablement pas notre été en Sibérie en somme. 

_____________

 

RAY DONOVAN - NBC

Un spécialiste des litiges les plus compliqués, controversés et confidentiels des familles les plus aisées de Los Angeles, a bien du mal à régler ses problèmes à lui, bien souvent d'ordre familial...

Créé par Ann Biderman (Southland). Avec Liv Schreiber (Scream 3, Les Insurgés), Jon Voight (Heat, Transformers, 24), Paula Malcomson (La Ligne Verte, Deadwood), Katherine Moennig (The L Word), Elliott Gould (American History X, M.A.S.H., Friends)...

61039229_bis

 

21002111_20130429153824092

   Je l'avoue, je partais sur un a priori négatif en découvrant le pilote de Ray Donovan. En fait, depuis que ce projet de Showtime est dans les tuyaux, je ne le sens pas. Non seulement il ne m'attire pas à titre personnel mais je ne vois pas non plus comment il pourrait intéresser les autres. En clair, je pensais que ça ne marcherait jamais. Après avoir vu le premier épisode, je le pense toujours. Et ce n'est pas une question de fierté. Si j'avais été emballé, je n'aurais pas eu honte de le dire. Non vraiment, Ray Donovan a bien peu d'atouts à son actif. A vrai dire, je ne comprends pas bien pourquoi la chaîne câblée lui a donné son feu vert. Peut-être parce qu'elle a un côté Californication + House Of Lies, deux séries qui ont fait leurs preuves ? Autant j'ai de la sympathie pour la dernière, sans l'avoir poursuivie, autant la première est à mon sens ce que Showtime a fait de pire (et j'en ai vu 5 saisons !). Ray a un côté Hank Moody. Ray est tout sauf attachant, malgré ses failles. Ray n'a rien mais alors rien à voir avec la délicieuse et attendrissante Olivia Pope de Scandal. Poutant, ils ont le même métier. Sauf que l'une l'exerce dans dans le monde de la politique à Washington, et l'autre dans le Los Angeles des célébrités et des millionnaires. Parfois, j'ai pensé à Dirt en regardant ce pilote. Et ce n'est pas un compliment de ma part. En fait, j'ai pensé à plein de choses, mais je n'ai pas trouvé que Ray Donovan avait sa propre identité, ni de quoi nous donner envie de rester, au moins pour lui laisser une seconde chance. Ca part un peu dans tous les sens. Il y a peut-être trop de personnages, trop d'intrigues qui se mêlent (celle du retour du père de Ray étant tout sauf excitante) et une prétention dans le style qui n'a pas lieu d'être. Bon et puis je dois dire que la prestation de Liv Schreiber m'a totalement laissé de marbre, de même que celles de ses compagnons qui forment, globalement, une distribution bien peu attractive. Bref, je ne saurais quoi vous dire de plus. Ray Donovan sera peut-être le premier échec de Showtime depuis longtemps, et il sera mérité !

 


23 mai 2009

Prison Break [4x 21 & 4x 22]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

Rate Of Exchange // Killing Your Number (Series Finale)

3 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_80858 vlcsnap_97434 vlcsnap_97759

vlcsnap_132827

   "I Don't Want To Run Anymore"... Et moi dont Michael. Combien de fois me suis-je dit que je ne voulais plus jamais regarder Prison Break ? Hein, combien de fois ? 42 fois qui correspondent aux 42 épisodes qui ont été faits depuis la fin de la saison 2. La série aurait dû s'achever à ce moment-là. Elle n'aurait jamais pu s'arrêter sur le dernier épisode de la saison 1. C'eut été trop frustrant de ne pas savoir ce qui allait arriver aux évadés une fois en dehors des murs de Fox River. La saison 1, quand on y repense, était vraiment excellente. Elle avait ses défauts, de vraisemblance notamment, mais on s'en foutait. C'était tellement prenant, tellement addictif ! L'atmosphère de la prison était si étouffante et si peu exploitée en télévision (à l'exception de l'inégalable Oz bien entendu). La saison 2 était déjà moins bonne mais il y avait de bonnes choses et elle était nécessaire. La saison 3 est à mes yeux la pire de toutes. La saison 4 a su relever légèrement le niveau mais on était encore loin, très loin du compte. Et les 5 ou 6 derniers épisodes, depuis l'arrivée de Cristina Scofield, étaient globalement bons. En tous cas, ils se laissaient suivre sans trop pester et sans s'ennuyer. Peut-être parce que l'on savait que la fin était proche...

   Ce Series Finale tient en haleine tout du long. Les enjeux ont enfin de l'importance. Les vies de Sara et de Lincoln sont en balance mais à deux endroits opposés, avec deux ennemis différents qui veulent la même chose. Evidemment, Michael va trouver un moyen de ne pas avoir à choisir entre les deux et ce grâce à l'aide précieuse de Mahone. Un personnage excellent en saison 2 puis devenu très irritant par la suite, notamment à cause de ses multiples trahisons. Il était sur le point de trahir une dernière fois Scofield mais ils ont fini par trouver un arrangement. Les multiples rebondissements autour de Scylla étaient prenants et les pétages de plomb de Cristina très réussis. J'ai particulièrement aimé les passages avec T.Bag -une fois n'est pas coutume cette saison- et les vérités qu'a pu lui balancer Sara au visage. C'était simplement jouissif. T.Bag ne bande pas ! Vous le croyez ça ? Violé dans son enfance, il a fait un blocage par la suite et c'est ce qui explique sa violence et sa pathologie. J'ai trouvé ça bien d'avoir pensé à l'expliquer. Sara ne se fait pas violer par, ce qui est une déception quelque part mais je savais très bien que ça n'arriverait pas. La FOX n'aurait jamais laissé passé ça. L'arrivée en héros de Michael était un peu too much, surtout que ce pauvre Wentworth Miller devenu obèse -j'exagère bien évidemment- avait bien du mal à ne serait-ce que faire semblant d'escalader ces terrasses à mains nues. Une dernière pensée pour tous ces t-shirts à manches longues qu'il a du souiller de transpiration, afin de cacher son embonpoint et ce malgré la température torride. Par ailleurs, j'étais légèrement déçu qu'il ne tue pas lui-même sa mère, qui l'avait bien mérité. Il est resté bon jusqu'au bout. Sara s'en est chargée. Bon en même temps, il aurait encore eu des balles dans son flingue aussi...   

vlcsnap_132761

   Ce double épisode signe le retour de beaucoup d'anciens de la série. Il en manquait. Je pense à L.J. par exemple. C'était un peu étonnant de ne pas le voir se recueillir avec les autres sur la tombe de son oncle. Il manquait aussi Pope. J'étais vraiment persuadé qu'on le reverrait ! Gretchen manquait également à l'appel. Tout compte fait, elle est peut être vraiment morte. En revanche, il y a eu beaucoup de retours, le plus suprenant n'étant ni celui de Sucre ni de celui de C-Note mais bien celui de... Kellerman ! Je ne m'attendais vraiment pas à le revoir puisque j'imaginais que pour des raisons contractuelles avec ABC (rappelons qu'il est au casting régulier de Private Practice), il ne pourrait pas revenir. Apparemment, la chaîne a été clémente et tant mieux. C'est quand même lui qui dénoue toute l'intrigue au final et qui libère définitivement la bande à Scofield. Jolie "fin" pour le personnage. Sofia est même là ! J'avoue que je l'avais complétement zappée celle-là ! J'étais même surpris qu'elle intervienne dans les dernières négociations de Krantz. L'happy-end entre elle et Lincoln est complétement téléphonée mais passons. Le pire happy-end à mon sens est celui de Mahone. J'imagine que les scénaristes voulaient éviter la facilité de le remettre avec Pam donc ils ont opté pour le mettre avec son ex-partenaire. Il n'y a jamais eu de réelle ambiguïté entre eux donc ce n'est pas crédible un seul instant ! C-Note bénéficie de son deuxième happy-end de la série, le chanceux. Le faire revenir était légèrement inutile mais on était content de le revoir. Pas de MariCruz à l'horizon, je fus déçu. Elle nous a tellement emmerdé celle-là ! Self finit comme il me mérite : comme un légume. Michael Rapaport restera le plus mauvais acteur (et le plus mauvais personnage) de la série. Il a pourtant eu de la concurrence, notamment celle de Dominic Purcell ! Et puis il y a bien-sûr les dernières minutes de l'épisode qui nous révèlent la mort de Michael. C'est poignant et c'est exactement ce que j'attendais depuis le premier épisode de la série. Pour moi, Michael devait mourir in the end. On ne sait pas bien de quoi il est mort. De sa maladie ou d'autre chose ? La réponse sera certainement dans le téléfilm final The Final Break que la FOX ne compte pas diffuser mais qui sortira en DVD en Juin. Il me semble bien inutile d'ailleurs mais bon... Dernière remarque : sa tombe nous indique que seulement deux mois ont passé depuis l'arrivée de Michael à Fox River. Je savais que peu de temps était passé pendant ces 4 saisons mais deux mois, ils abusent !      

vlcsnap_137534

vlcsnap_134079 vlcsnap_135338 vlcsnap_115815


// Bilan // Ce Series Finale de bonne facture n'effacera pas les deux saisons de trop de Prison Break mais je suis content qu'elle se termine comme ça, sur une bonne note. Le Happy End est légèrement nuancé, j'ai aimé ça aussi. Dommage simplement que l'on soit si loin des intrigues de la première saison. Le lien est infime, il ne reste que des clins d'oeil. Cette série aurait mérité que l'on se souvienne d'elle pour son incroyable efficacité, au lieu de ça, on se souviendra d'elle pour la déception qu'elle nous a tous procurée. Le plus triste, c'est que l'on est heureux et soulagé qu'elle soit terminée. Ca n'aurait jamais dû se passer comme ça. Jamais. 

dnesv2finarticleminibanpk8

17 mai 2009

Prison Break [4x 2o]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

Cowboys And Indians // 3 ooo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_334279

   L'épisode précédent m'avait presque rendu optimiste concernant la fin de Prison Break. Celui-ci me rend plus pessimiste que jamais. Il était mauvais de bout en bout et je me suis ennuyé comme jamais. PB réussit l'exploit d'être ennuyeuse malgré son lot d'action habituel. Il arrive un moment où ça devient insupportable pour moi d'entendre des coups de feu à n'en plus finir. Tout le monde tire sur tout le monde, un personnage se retourne, il a un mec qui lui colle un gun sur la tempe, il se re-retourne et il en a deux autres qui arrivent, d'un autre camp bien-sûr, et ça n'en finit plus. Ca me saoule ! Cristina Scofield était un personnage intéressant et mystérieux quand il est arrivé il y a deux-trois épisodes mais le soufflet est déjà retombé. En fait, tout ce qui l'intéresse c'est le fric et encore le fric. Elle est mauvaise mais pas juste un peu : à 100% ! Elle n'a donc aucun relief, il n'y a déjà plus rien à creuser sur sa psychologie. C'est un point commun à pas mal de personnages de la série, j'aurais dû me douter qu'elle finirait comme les autres. Sa haine envers Lincoln me paraît totalement injustifiée. Elle l'a quand même élevé, même si ça n'a pas duré longtemps.

   Les scénaristes se sont souvenus qu'ils avaient introduit un nouveau personnage cette saison : Don Self. Ca fait combien de temps déjà qu'il ne sert plus à rien ? Eh bien son histoire nous a été révélée. Qu'est-ce qui le motive à récupérer Scylla ? L'argent bien-sûr ! Heureusement, c'est un peu plus recherché que ça : il a besoin d'argent pour payer à sa femme des soins de meilleure qualité. Elle est gravement handicapée depuis qu'ils ont eu un accident de voiture et Self se sent responsable à juste titre puisque c'est lui qui conduisait et il était bourré ! Mouais, je ne suis vraiment pas convaincu. Certes, les soins peuvent coûter cher, surtout aux Etats-Unis, mais l'argent que représente Scylla est demesurée. Il y avait d'autres moyens de gagner de l'argent, quitte à verser dans l'illégalité, que de récupérer Scylla ! Seule le cliff' de fin est intéressant finalement : Michael va devoir choisir entre Sara, détenue par Krantz, et Lincoln, détenu par sa mère. Ca ne suffit pas pour me rendre impatient de voir la suite mais ça pose en tous cas des bases correctes pour le Series Finale.

vlcsnap_321069


// Bilan // D'un ennui...

dnesv2finarticleminibanpk8

   

06 mai 2009

Prison Break [4x 19]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

S.O.B. // 3 2oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_1311910

   Ce que j’ai le plus apprécié dans cet épisode assez réussi, c’est le fait de souligner à plusieurs reprises la stupidité de Lincoln. C’est la première fois que c’est dit clairement et de la bouche de sa mère en plus ! Sa mère ? Pas sûr. Christina pourrait ne pas être sa mère biologique. C’est en tous cas ce qu’elle raconte à Michael. Est-ce un mensonge pour le déstabiliser psychologiquement ou est-ce la vérité pour le déstabiliser psychologiquement aussi de toute façon ? J’aurai tendance à penser qu’il s’agit de la vérité. Ca ne réduit pas pour autant à néant tous les épisodes précédents. Qu’ils soient liés ou non par le sang, ils sont frères. Lincoln a élevé son frère lorsque leur mère est parti, il a toujours été là pour lui et tout ce qui compte. N’empêche que dans cet épisode, Michael a eu des réactions dignes de son frère, il a perdu son sang-froid plus d’une fois, et ça a permis à Wentworth Miller de proposer un jeu un peu différent de d’habitude, plus intense sans doute et moins énigmatique.

La confrontation Christina/Michael était des plus réussies. Scofield a enfin un adversaire à sa mesure. Sa mère fonctionne comme lui alors elle sait exactement comment faire pour le manipuler. En plus, elle est extra-lucide puisqu’elle réussit à deviner en un simple regard que Sarah est enceinte ! Pas Michael en revanche. Du coté de Lincoln, c’est légèrement plus intéressant que d’habitude grâce à la présence du General Krantz et de cette petite ordure de Sandinsky qui n’aura pas fait long feu ! T.Bag l’a tué, à la demande du Général. Il fait parti des leurs maintenant : super ! Que faire de Mahone et de Self ? Ni les scénaristes ni nous ne le savons.  La fin de l’épisode laisse supposer que Lincoln pourrait bien retourner illico presto en prison. La boucle serait alors bouclée…

vlcsnap_1300382


// Bilan // Tandis que la quête de Scylla prend de plus en plus de sens pour l’ensemble des protagonistes (après 19 épisodes !), Prison Break gagne en profondeur et en intérêt. Ca pourrait être finalement agréable de suivre les derniers épisodes…

dnesv2finarticleminibanpk8