01 mai 2012

Glee [3x 17]

dnes_season4_glee_pillsbury

Dance With Somebody // 6 900 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2012_04_28_12h57m09s119 vlcsnap_2012_04_28_12h57m52s37

   Comme à chaque fois avec ses épisodes hommage, Glee propose un gloubi-boulga de prestations plus ou moins réussies et de semblants d'intrigues plus ou moins bien écrites. Il y a à boire et à manger... et à danser ! Sans conteste, les reprises des titres de Whitney Houston sont bonnes dans l'ensemble et représentent assez bien la carrière de la chanteuse disparue. L'ouverture sur How Will I Know a cappella est mon passage préféré. C'était classe et beau. Dance With Somebody a été remise au goût du jour, façon club, ce qui ne m'a pas choqué outre mesure. Il fallait bien en passer par là. Le résultat m'a paru plutôt convaincant dans son genre. Je suis d'ailleurs étonné que le titre n'ait pas déjà été repris dans ce style par d'autres artistes. Ca marcherait sans doute très fort ! On verra si ça donne des idées... Le It's alright but it's OK par Darren Criss, qui reprenait l'imagerie du clip, m'a plutôt plu aussi. Je ne m'attendais pas à ce qu'ils pensent à cette chanson en fait, et ça m'a fait plaisir. C'est cette Whitney là que je préfère, mais c'est une question de génération sans doute. Le Have I Nothing repris par Chris Colfer était joli sur les couplets mais les refrains étaient vraiment trop aigüs à mon goût. Le My Love Is Your Love final, malgré son aspect guimauve, était assurément un beau moment. Le Whitney Tribute était donc très sympathique (mais les chansons que je n'ai pas citées m'ont moins plu, voire pas du tout). 

   Passons à l'inventaire des bouts d'intrigues développés ! La querelle entre Kurt et Blaine était un peu brouillonne et caricaturale. Je pense surtout à cette scène où Kurt est hilare en lisant les textos de son prétendant pendant que Blaine est dépité à coté. C'était ridicule et mal joué. Mais la scène de dispute était réussie, de même que celle de la réconciliation. Rien de transcendant, hein. Mais correct quoi. La meilleure scène de l'épisode, on la doit à Kurt (encore) mais surtout à son père. On en a eu des dizaines comme ça et c'était un peu facile de la part des scénaristes de miser encore dessus mais bon, ça fait toujours son petit effet. Du coté de Will et Emma, l'ennui est toujours très présent malgré le propos qui était plutôt pertinent. Will donne tout à ces gamins et l'idée de les voir partir l'effraie. Un peu comme pour les parents des uns et des autres. Il a d'ailleurs été un père de substitution pour certains. Je suis moins fan de tout ce qui concerne le mariage, avancé, how convenient, au mois de Mai... donc pour le final ! Et pas fan non plus de Matthew Morrison qui joue l'émotion, mais c'est pas nouveau. La romance entre Quinn et Jesus, que l'on avait senti poindre, est maintenant sur les rails. Le fait que Quinn ait eu tant de prétendants différents depuis le début de la série fait que l'on ne ressent pas grand chose face à cette nouvelle histoire, d'autant que Joe n'est pas particulièrement intéressant comme personnage. Sa petite discussion avec Sam m'a fait marrer. Son érection inopinée aussi. Mais depuis quand c'est un pote qui te rééduque les jambes quand tu es handicapé ? Le handicap de Quinn est traité comme si elle s'était foulée la cheville... Bref, je crois que j'ai fait le tour de ce que cet épisode nous a offert. 

vlcsnap_2012_04_28_12h59m38s74 vlcsnap_2012_04_28_12h59m55s242


// Bilan // Cela arrive de moins en moins souvent mais on peut dire que cet épisode de Glee a été sauvé par ses chansons. Le reste était vraiment très moyen mais pas médiocre. Donc c'est safisfaisant dans un sens...

 


22 février 2012

Glee [3x 13]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Heart // 6 990 000 tlsp.

 61039229_bis


 vlcsnap_2012_02_18_13h25m36s18 vlcsnap_2012_02_18_13h35m13s160

   Avec tout le respect que je dois à Whitney Houston, une grande artiste, il faut bien reconnaître qu'elle a drôlement bien choisi son moment pour nous quitter : entre les Grammy Awards et l'hommage de Glee à son mythique I Will Always Love You, ça ne pouvait pas mieux tomber ! Elle aurait certainement été fière de la prestation d'Amber Riley en tous cas, respectueuse et émouvante. C'est juste dommage qu'elle soit là pour soutenir une intrigue amoureuse vraiment pas à la hauteur, qui ne méritait pas une telle grandiloquence. Le duo Sam/Mercedes ne fonctionnera donc jamais et les scénaristes seraient bien inspirés de passer à autre chose maintenant. Les deux personnages méritent respectivement mieux. A vrai dire, dans cet épisode, tous les personnages méritaient mieux. On peut encore à la limite se contenter de l'intrigue fun créant de nulle part un triangle amoureux autour de Arty, Sugar et Rory. Ils sont peu mis en avant habituellement. C'était sympa aussi de faire chanter Tina et Mike Chang, à qui ça n'arrive pas souvent. Mais pour le reste...

   ... c'était tout simplement mal écrit et prévisible. A commencer par ce "God Squad" un peu glauque et dont on avait jamais entendu parler avant, qui n'était qu'une excuse pour introduire le gagnant du Glee Project, à qui la production avait alors promis 9 épisodes. Si mes comptes sont bons, il faut donc, contractuellement, qu'il apparaisse dans 8 des 9 derniers épisodes de la saison 3. C'est sans doute pour cela que l'on amorce le départ de Rory. Chacun son tour... Le ficelles sont tellement visibles que ça en devient gênant. Que vaut ce Samuel Larsen alors ? Pas grand chose pour l'instant. Il a sans doute beaucoup de talent et sa prestation dans Heart était correct mais rien qui ne le fasse particulièrement sortir du lot. L'idée du "Teen Jesus" n'était pas mauvaise mais elle a été très mal exploitée en la mêlant à Santana et Brittany, désormais en couple (première nouvelle !), accompagnée de plein de bons sentiments. On savait très bien qu'il allait accepter de chanter pour le couple lesbien. Où était le suspense ? "Love is Love After All" : une conclusion tellement facile... Je suppose qu'une romance entre lui et Quinn est à prévoir. Il faut bien lui trouver quelque chose à faire et quelqu'un à aimer à McKinley. La storyline de Kurt était prévisible de bout en bout elle aussi. On savait que ce n'était pas Blaine derrière le costume du gorille et derrière la signature "Admirateur secret" (ce qui n'aurait eu aucun sens) et il n'y avait qu'une autre possibilité : Karofsky. Ca n'a donc pas raté. Enième retour du personnage, pour dire plus ou moins encore et toujours la même chose. A moins que les auteurs aient la bonne idée d'approfondir son histoire en le faisant se suicider par exemple, mais ce serait sans doute trop osé pour la FOX, je ne vois pas l'intérêt de ces redites incessantes. L'arrivée triomphale de Blaine à la fin ne m'a pas beaucoup plu. Ca va, c'est bon, c'est pas une star.

   On en vient à la partie qui m'a déçu parce que j'en attendais beaucoup et non pas parce que le résultat était foncièrement mauvais : la rencontre des papas de Rachel. Je n'ai pas à me plaindre du casting, Jeff Goldblum et Brian Stokes Mitchelle étaient très bien et formaient un bon duo. Mais ça s'arrête là. Pas d'étincelles particulières. Pas de grands moments. Pas de fous rires. J'ai ressenti un peu d'embarras par contre, parfois. Ce dîner était vraiment très étrange et les différentes tentatives de faire de l'humour tombaient souvent à plat. Mais le plan du couple était ingénieux, bien qu'il n'ait malheureusement pas fonctionné (ça aurait été trop facile en même temps). Rachel et Finn étaient très agaçants comme d'habitude.

vlcsnap_2012_02_18_13h45m16s45 vlcsnap_2012_02_18_13h08m34s42


// Bilan // Ces derniers temps, Glee rate à peu près tout ce qu'elle entreprend. Ce spécial St Valentin était aussi raté que le spécial nöel. Que vont donner les troisièmes regionals dans le prochain épisode ? Le pire est à craindre.

17 septembre 2009

Whitney Houston [I Look To You]

dnes_v2_musicbox_mini_ban

whitney_houston_i_look_to_you_written_by_r_ke_L_2

dnes_v2_poll_stars3

Tous les titres en gras sont en écoute dans le lecteur Deezer de la colonne de gauche

   Whitney Houston ! On avait presque oublié son existence à force d'une absence prolongée. Nous a-t-elle manqué ? Pas vraiment. Est-elle indispensable au monde de la musique ? Pas vraiment. Mais qui peut l'être ? Après ses multiples déboires personnels, à base d'alcool et de drogues en tous genres, la diva est de retour et elle s'en sort honorablement...

   Inévitablement, plusieurs chansons de ce nouvel album intitulé I Look To You font réfèrence au passé douloureux de la star. Le témoignage le plus touchant est sans aucun doute I Didn't Know My Own Strength, une balade pleine d'espoir écrite par Diane Warren. On doit à cette dernière des tubes comme I Don't Wanna Miss A Thing de Aerosmith, Unbreak My Heart de Toni Braxton ou encore There You'll Be de Faith Hill. Ce n'est pas pour rien qu'elle est surnommée "Queen Of The Ballad" ! Ce titre est donc dans la plus pure tradition Warrenienne. On sent l'émotion dans la voix fragile de Whitney. A vrai dire, sa voix a plus que morflé. Elle crachotte tous les deux mots et a beaucoup de mal avec les "ch". Autant dire que ça devient vite un calvaire quand elle prononce "strength". La puissance est toujours là en revanche, mais ce n'est plus aussi fort qu'avant. Contre toutes attentes, l'album est chiche en balades. Il y en a une autre, qui porte le nom de l'album, I Look To You. On peut difficilement faire plus classique et mielleux, R.Kelly s'est surpassé ! Mais c'est efficace, et c'est le principal.

   Le reste de l'album est beaucoup plus punchy. Rien n'y est vraiment mauvais mais rien n'y est vraiment bon non plus. Whitney a fait appel à Akon pour un duo sympathique : Like I Never Left. C'est gentillet, le refrain se retient bien. Elle a également demandé une chanson à Alicia Keys, que j'aime beaucoup, et qui lui a ainsi offert le single Million Dollar Bill. Légèrement rétro, il est parfait pour ouvrir l'album. On y retrouve la Whitney des débuts. Il aurait été intéressant que tout l'album soit dans cet esprit. Malheureusement, c'est un cas à part. Plusieurs titres sont très agréables, comme par exemple Nothin' But Love et Call You Tonight, mais ils sont très lassants. Les choeurs, très présents, donnent un coté ringard à l'ensemble, et les arrangements ne sonnent pas non plus toujours de première fraîcheur. Pourtant, sur un titre comme I Got You, mon favori de l'album, ça rend bien. C'est sans doute ce qui empêchera l'album de vraiment décoller dans les charts du monde entier. Au rayon des curiosités abjectes, il y a A Song For You, une reprise totalement ratée d'une chanson même pas bonne à la base. Elle commence comme une balade piano-voix et se poursuit en dance pourrave. A oublier. 

  En bref, on prend plaisir à retrouver Whitney Houston même si ce n'est plus comme avant. C'est comme une amie que l'on a pas vu depuis longtemps. On est content de la revoir mais on n'a plus grand chose à lui dire et à partager. Et puis on se rend compte que malgré les années, elle n'a pas beaucoup évolué. Il se dégage quand même une jolie émotion de l'album et il contentera sans doute les fans de la première heure tout en intéressant un peu la nouvelle génération qui n'a pas grandi avec la chanteuse. Malheureusement, l'album My Love Is Your Love, sorti en 1998, sonne plus actuel que I Look To You. Ce dernier ne lui arrive pas à la cheville.


// Bonus // I Didn't Know My Own Strength en live chez Oprah !