06 avril 2011

Fringe [3x 18]

 dnes_season4_fringe_bishopd

Bloodline // 3 9oo ooo tlsp.

44030377


 vlcsnap_73161 vlcsnap_71207

    Le "monde rouge" serait-il en passe de devenir plus intéressant que le "monde bleu" ? Au début, j'avais un peu de mal à me faire à cet univers parallèle désincarné où seule Olivia, la vraie ou la fausse, sortait du lot. C'est une toute autre affaire aujourd'hui. Depuis la mort de Fake-Broyles je dirais. J'ai de l'empathie pour chacun des personnages, même pour la version robotique d'Astrid et surtout pour le duo de choc Lincoln/Charlie, décontracté et amusant. Cet épisode, c'est d'ailleurs un peu l'épisode de l'agent Lee. Il prend de plus en plus de place dans les intrigues; il est désormais, en partie, au courant de ce que trame Walternate; et il avoue ses sentiments pour Olivia alors que l'on s'imaginait que ça n'allait pas se faire avant un bon bout de temps, voire jamais. Cela dit, l'absence de réaction d'Olivia, certes très prise à ce moment-là, n'est pas bon signe. Je vais jouer au devin mais je sens que Lincoln ne va pas terminer la saison vivant. Une intuition. Les scénaristes font exprès de le rendre indispensable pour mieux nous le reprendre. Il restera toujours l'autre lui dans l'autre monde de toute façon. Il est plutôt fun aussi dans son genre. 

   La grossesse de FauxLivia aura été pour le moins rapide et c'est tant mieux ! Les scénaristes ont quand même pris le temps de s'attarder sur ce que devenir mère représentait pour elle. La présence de sa propre mère, incarnée par l'impeccable Amy Madigan, était plus que jamais la bienvenue. L'inquiètude sur la maladie génétique était soudaine, mais réelle. Si ça avait été Olivia, j'aurai sans doute eu du mal à ressentir une quelconque angoisse quant à sa fort peu probable mort mais dans le cas de FauxLivia, une issue fatale me parassait possible. Cela dit, c'était un peu too much la scène post-accouchement où l'on tente de nous faire croire, et j'ai marché, à sa mort. L'émotion était forte en tous cas. C'était en plus une bonne idée de faire revenir le chauffeur de taxi à cette occasion. Il a vraiment la classe ! J'ai moins aimé toute la première partie de l'enlèvement, entre les passages interminables où les scientifiques la tripotent dans tous les sens sans que l'on ait le moindre indice sur ce qu'ils font, et les moments où elle tente de s'enfuir, trop classiques. La révélation finale ne m'a surpris qu'à moitié dans le sens où ma toute première idée était justement que Walternate était derrière tout ça. Et puis j'ai éloigné cette possibilité petit à petit. Preuve que la première intuition est souvent la bonne ! On peut quand même se demander le bienfondé de cette nouvelle manipulation. En étant convaincant, FauxLivia aurait peut-être accepté d'elle-même qu'on accèlère sa grossesse, non ? C'était sans doute trop risqué... L'apparition de l'Observer se tient. Il est sur le point de réparer enfin son erreur. Nul doute qu'un grain de sable viendra contrecarrer ses plans.

vlcsnap_79033 vlcsnap_59107


// Bilan / Un épisode complet : action, tension, émotion étaient au rendez-vous. Dommage qu'il ait été un peu trop prévisisible dans l'ensemble. 

Posté par LullabyBoy à 18:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


03 juin 2010

Fringe [2x 22 & 23]

dnes_season4_fringe_dunham_

Over There - Part 1 & 2 (Season Finale) // 5 79o ooo tlsp.

44030377 // 44030378


vlcsnap_138995 vlcsnap_137607

   Part 1. Qui aurait cru qu'un jour les perruques de Sydney Bristow seraient portées par une autre ? Certainement pas moi. Et vous ? Elles vont aussi bien à Anna Torv qu'à Jennifer Garner, et promis, ce sera ma seule réflexion superficielle de cette critique. Enfin je vais essayer. La première partie de ce deuxième Season Finale de Fringe n'est qu'une introduction à la deuxième partie mais quelle introduction bon sang ! Moi qui déteste les allers-retours en cours d'épisode, cette fois j'ai été conquis car c'était tout simplement pertinent : pourquoi nous faire découvrir d'abord qu'Olivia et Walter sont passés "de l'autre coté" ? Pour nous faire crever d'envie de savoir comment ! Et puis depuis l'épisode précédent, on se doutait bien que c'est ce qui allait arriver de toute façon. Autant entrer tout de suite dans le vif du sujet ! Alrors bien-sûr, on est dans une série aux frontières du réel et il y a des choses qui sont parfois difficiles à accepter. Comme le fait qu'il suffit à Walter de se transformer en magicien-prestidigitateur pour envoyer Olivia et ses compagnons cortexéphaniens dans le monde parallèle. Ou comme le fait que ces compagnons en question sont des Heroes en puissance. Heureusement, les scénaristes ont eu l'heureuse idée de les faire mourir un à un, évitant ainsi de les montrer en train d'utiliser leurs capacités, comparables à des pouvoirs. Il y a bien une boule de feu sortie tout droit d'une main mais ça passe étonnament bien. Leurs morts ne sont malheureusement pas très émouvantes puisqu'on les connaît à peine. Il semblerait bien en tous les cas que l'affaire Jacksonville soit classée. Elle n'aura pas délivré énormément de surprises tout compte fait mais elle a l'avantage de ne pas amener de questions inutiles.

   C'est avec délection que l'on fait la rencontre des versions alternées de nos personnages et c'est clairement la Olivia Dunham d'"Over There" qui fait la meilleure impression ! Elle est, en gros, tout ce que notre Olivia n'est pas. Elle est très souriante, espiègle. Et joueuse aussi. Parfois même, elle minaude. Elle a un petit-ami, elle semble heureuse. Elle est légère et pour cause : elle n'a jamais fait l'objet d'expériences douteuses. Et ça change tout. Voilà une belle occasion pour Anna Torv de prouver que son jeu n'est pas aussi limité que certains le prétendent. Elle est douée pour le bonheur aussi, ouf ! Charlie Francis est de retour mais il n'est pas très différent. Il a toujours la même voix profonde et l'envie irrépressible de gueuler dès qu'il peut. Broyles est là aussi et lui aussi semble plus ouvert, moins sombre. Il n'a pas l'air si terrible cet autre monde, si ce n'est que la nature est morte et que les avancées technologiques ont conduit à des drames humains. Ah et Astrid est vraiment bizarre. Quand je vous dis qu'elle va avoir une sacrée importance à un moment ou un autre... Les scénaristes déposent quelques pierres au passage afin d'aiguiser notre curiosité, en espérant qu'ils les ramassent un jour. Mais le truc le plus génial de cet autre monde, c'est quand même que The West Wing en est à sa... 11ème saison ! J'adore ce genre de clins d'oeils inutiles. Maintenant que la situation est posée et les enjeux dévoilés, Fringe peut se transcender comme il se doit...      

vlcsnap_81317 vlcsnap_99953

   Part 2. William Bell est une des pièces maîtresses de ce Season Finale et son association avec Olivia et Walter est à la hauteur des espérances. Leonard Nimoy en impose toujours autant. Les quelques scènes où Walter et William ont l'occasion de se parler trouvent plus leur intérêt dans leurs regards que dans leurs mots. Leur amitié existe toujours malgré tout ce qui s'est passé. William n'est pas aussi méchant qu'on a voulu nous faire croire. Il a peut-être agi égoïstement parfois mais il a toujours été fidèle à son ami et a tenté comme il a pu de réparer ses erreurs. Son sacrifice finira de sceller leur réconciliation. Tout va très vite mais il était inutile de s'appesantir pendant des heures. L'essentiel est dit. L'acteur peut désormais prendre sa retraite tranquillement. John Noble par contre ne peut pas l'envisager pour le moment. Il est même parti pour travailler encore plus puisqu'il n'est plus seulement Walter mais aussi Walternate. Un être froid, distant, rongé par des années de peine et bien décidé à se venger en exterminant la race humaine de l'autre monde. C'est un peu poussif mais ça se tient. Sa scène avec Peter est hyper intense. On sent la confusion du jeune homme, encore plus quand il se rend compte des vrais plans de son vrai père. Mais la scène qui m'a le plus touché est sans aucun doute ses retrouvailles avec sa vraie mère. C'était très émouvant, et quand on y pense, très cruel : car Peter est reparti sans lui dire au-revoir. Elle l'a perdu une deuxième fois. M'étonnerait pas qu'elle se suicide aussi, ce qui ne manquera pas de redoubler la haine de Walternate !

   Entre autres grands moments de l'épisode, le face à face Olivia/Alter-Olivia était génial ! Je ne suis pas friand des scènes de combat en général mais là c'était un beau spectacle. Au-delà de ça, les dialogues étaient empreints d'émotion et la situation absolument improbable dans laquelle ces deux personnages se retrouvent n'en est ressortie que plus crédible. L'échange final des deux corps se voyait venir de loin mais ça n'a pas empêché les dernières scènes d'être prenantes, et surtout, ça ouvre des possibilités très intéressantes pour la saison prochaine, surtout si la fausse Olivia n'est pas découverte tout de suite. Je terminerai en évoquant le premier baiser échangé entre Olivia et Peter, qui, contre toutes attentes, m'a beaucoup plu. Il est arrivé au bon moment et il a été bien préparé. Je retire donc tout ce que j'ai pu dire précédemment lorsqu'ils avaient failli s'embrasser et que j'avais trouvé ça hors-sujet, soudain, décevant... Maintenant qu'ils sont séparés dans deux univers différents, leur histoire apparaît comme une évidence. Fringe a sa Penny et son Desmond. J'ai un peu peur que le schéma de la saison prochaine soit le suivant : Season Premiere mythologique / Succession de stand-alone plus ou moins bons et originaux / Succession d'épisodes mythologiques / Season Finale dans lequel Peter ira chercher Olivia dans l'autre univers. (Et fin de la série ?) Ce ne serait pas forcément mauvais mais j'aimerais être surpris. Et puis il faudra éclaircir les choses à la fois sur les shape-shifters et sur les Observers. J'ai très hâte !       

vlcsnap_123020 vlcsnap_83403


// Bilan // Lost nous a quittés, c'est vrai, mais il reste encore quelques excellentes séries prêtes à prendre la relève au mieux, à atténuer la douleur au pire. Fringe en fait partie, de par son créateur bien-sûr, mais aussi et surtout de par son audace. Elle n'a pas toujours été aussi ambitieuse qu'on l'aurait souhaitée, notamment en début de saison 2, mais depuis l'épisode 15 intitulé Peter elle embrasse sa destinée à la perfection. J'espère de tout coeur que la saison 3 suivra cette voie. Et je suis assez confiant puisque les scénaristes ne peuvent plus revenir en arrière. Ils ont enclenché quelque chose d'irréversible à travers ce double Season Finale grandiose et prometteur.

14 mai 2010

Fringe [2x 21]

dnes_season4_fringe_bishops

Northwest Passage // 5 82o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_133116 vlcsnap_100868

   Dieu que cet épisode de Fringe était bon ! Tout comme le 12ème épisode de la saison 2, Johari Window, il nous plonge au coeur d'une petite communauté de l'Amérique profonde, cette fois bouleversée par le meurtre d'une jeune fille, puis de deux. Mais là où ça se complique, sinon on serait dans une simple et vulgaire série policière, c'est qu'une partie de leur cervelle a été retirée. Que contient-elle ? Des informations sur Peter car Peter est tout l'objet de cet épisode. Il est à la fois recherché par Walter et Olivia, mais de manière modérée disons, mais surtout par Newton. Enfin... Par son propre père. Le vrai. Mr Secretary. Walternate comme on dit désormais ! Ce twist n'est pas une si énorme surprise que cela puisque l'on s'en doutait depuis deux épisodes mais il fait tout de même son petit effet, notamment grâce à la mise en scène et un John Noble toujours excellent dans la moindre seconde de son jeu. Mais, l'intérêt de l'épisode, et ce qu'il fait qu'il est si bon, ne réside pas tant dans la révélation finale mais dans tout son déroulement. Rien que le fait de ne voir quasiment que Peter parmi les personnages réguliers est une grande idée. Comment mieux traiter sa fuite qu'en nous la faisant partiellement partager ?

   Je crois que Peter ne nous a jamais été présenté de manière aussi directe. Il a toujours été un personnage très secret, qui cache ses émotions autant qu'il peut. Un peu comme Olivia au début d'ailleurs. Cet épisode et la révélation sur sa vraie nature font basculer tout ça. Il reste pudique mais il se confie davantage, et en l'occurence à Mathis, la shérif qu'il accompagne dans son enquête. Le duo fonctionne super bien et donne un très bon rythme à l'enquête. Un bon mélange d'action et d'émotion puisque Mathis a évidemment un background intéressant qui sert de caisse de résonance aux maux de Peter. L'atmosphère de la ville m'a fait inéluctablement penser à celle de X-Files dans certains épisodes, et à celle de Twin Peaks aussi toutes proportions gardées. La réalisation était brillante, comme d'habitude. Les quelques passages consacrés à Walter étaient forts en émotion, notamment quand il péte un plomb dans le supermarché. Et j'ai beaucoup aimé le rôle d'Astrid. Elle prend la relève de Peter en attendant son retour. Rien d'étonnant ni rien mais c'était juste émouvant.   

vlcsnap_100492 vlcsnap_133564


// Bilan // Un pré-final sans la moindre fausse note.

44069764



  1