08 octobre 2012

666 Park Avenue [Pilot]

20127802

Pilot // 6 900 000 tlsp.

44030377

 

What About ?

Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emménage dans une résidence new-yorkaise très chic de l'Upper East Side, dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent. Peu à peu, ils découvrent que des forces obscures se jouent dans cet édifice... (AlloCiné)

Who's Who ?

 Créé par David Wilcox (Fringe, Life On Mars). Réalisé par Alex Graves (Terra Nova, Journeyman, The Nine). Avec Terry O'Quinn (Lost), Vanessa Williams (Ugly Betty, Desperate Housewives), Dave Annable (Brothers & Sisters), Rachael Taylor (Grey's Anatomy, Charlie's Angels), Mercedes Masöhn (The Finder), Robert Buckley (Les Frères Scott, Lipstick Jungle), Erik Palladino (Urgences, Over There)...

What's More ?

L'immeuble qui sert de décor à la série n'est pas celui du 999 Park Avenue à New York mais l'Ansonia, situé dans l'Upper West Side, au 2109 de Broadway. Il a déjà été utilisé au cinéma pour JF patagerait appartement ou Hannah et ses soeurs par exemple.

La série est (très) librement basée sur le roman éponyme de Gabriella Pierce.

So What ?

    Certains d'entre vous l'auront peut-être remarqué mais une nouvelle rubrique est apparue au cours de l'été sur le blog, celle des critiques des scripts de pilotes (ICI). Je l'avais inaugurée justement avec celle de 666 Park Avenue (à (re) lire ICI). J'ai donc découvert ce premier épisode en sachant tout ce qui allait s'y passer. Pour cette raison, tous les effets de surprises n'ont pas franchement fonctionné sur moi. J'ai beau avoir une mauvaise mémoire, je me souvenais à peu près de tout. Il faut dire que je l'avais aimé ce script, dévoré même, et j'avais vraiment hâte de voir s'il allait être respecté et si le passage à l'écran, en terme d'effets spéciaux notamment, allait être à la hauteur de son ambition. J'ai désormais toutes les réponses à mes questions. Enfin presque toutes. Et je tenais à vous en faire part...

   666 Park Avenue n'est pas une série d'épouvante, ni vraiment une série fantastique, pas tout à fait un soap non plus, elle est... on ne sait pas très bien ce qu'elle est et c'est ce qui en fait une véritable curiosité. Mais disons que le terme "Thriller surnaturel" semble approprié. Les influences sont évidentes, L'avocat du Diable étant clairement une réfèrence. Mais le but ici n'est pas nécessairement de faire peur -ou alors si ça l'était, c'est complètement raté- mais plutôt d'installer une ambiance à la fois mystérieuse, inquiétante et mystique, classieuse aussi, qui nous hypnotisera suffisamment pour que l'on souhaite traverser les couloirs sombres du Drake semaine après semaine. Ce ne sont pas les lampes capricieuses, les ascenseurs tueurs ou les murs dévoreurs qui me donnent particulièrement envie de rester, bien qu'ils aient leur charme, mais plutôt les quelques pistes mythologiques lancées, notamment autour d'une possible "secte du dragon". Cela tend d'ailleurs à prouver que la série peut tenir sur la longueur qu'elle adopte ou non un format procedural dans les premiers temps avec un nouvel habitant en proie aux facéties du Diable à chaque nouvel épisode. Il y en a plus de 300 nous dit-on dans ce grand et luxueux immeuble...

   L'ouverture de l'épisode pilote est à mon sens une belle réussite car elle parvient, en quelques secondes seulement, à créer une atmosphère tout à fait singulière tout en mettant en avant le personnage le plus envoûtant de la série, le fameux Gavin Doran, et sa femme, l'énigmatique Olivia. Terry O'Quinn est évidemment parfait dans ce rôle qui semble avoir été écrit pour lui. Le phrase "You disappoint me John" qu'il prononce ne peut d'ailleurs qu'être un clin d'oeil au Locke de Lost, que l'acteur a brillamment incarné pendant 6 ans. Il n'a pas besoin d'en faire trois tonnes ici pour faire flipper. Il n'abuse pas des sourires pervers et des voix d'outre-tombe. Plutôt que de menacer à longueur de temps, Gavin agit. Vanessa Williams est plus en retrait, mais elle est tout aussi convaincante. On lui demande à peu près la même chose que d'habitude, en ajoutant peut-être à son jeu quelques nuances de noir plus prononcées. Par contre, dans le script, il se dégageait quelque chose de beaucoup plus touchant de son personnage, notamment quand elle évoque sa fille morte il y a quelques années. Elle était censée avoir les larmes aux yeux. Ce n'est pas le cas ici. Le botox empêche sans doute l'actrice d'exprimer ce type d'émotion, à moins qu'elle n'en soit tout simplement pas capable, chirurgie ou pas... La vraie bonne surprise de ce pilote pour moi, c'est Rachael Taylor ! Je redoutais le pire après ses performances dans Grey's Anatomy et Charlie's Angels et je l'ai trouvé bizarrement bonne ici. Pas extraordinaire, pas incroyable, mais crédible et attachante. Dave Annable m'a en revanche presque déçu. Il était un peu trop mou, pas assez charismatique. C'est sûr que face à Terry O'Quinn, il avait peu de chance d'impressionner mais on sait grâce à Brothers & Sisters qu'il est capable de beaucoup mieux. On va lui laisser le bénéfice du doute pour le moment et se contenter de blâmer son personnage, pas très énergique et un peu trop ravi de la crêche. Le troisième couple de la série, le moins solide, ralentit un peu le rythme de ce premier épisode avec des scènes répétitives et creuses. Dans le script, elles trouvaient leur intérêt dans la sensualité qui s'en dégageait, à la fois par l'aspect voyeuriste mais aussi par le coté exhibitionniste. Visiblement, c'était too much pour ABC qui voulait du sexy, mais du sexy super soft. On s'étonne d'ailleurs de voir les personnages si habillés, les garçons notamment. A l'origine, les passages shirtless étaient au nombre de 3 (oui, je les ai comptés ! Sue me !). Au final, il n'y en a pas un seul. Annable ouvre sa chemise, mais se glisse dans le bain avant qu'on ait le temps de voir quoi que ce soit, et Robert Buckley a toujours un tee-shirt sur lui. A quoi bon prendre des acteurs au physique avantageux si c'est pour ne pas s'en servir ? 

   D'autres modifications ont eu lieu entre la dernière version du script et le pilote : par exemple, lors de la scène où le fantôme se jette du haut de l'immeuble, sa chute est censée être accompagnée d'images en arrière-plan sur l'intérieur des appartements avec les personnages qui vaquent à leurs occupations. C'était sans doute trop ambitieux, pas évident à retranscrire à l'écran et possiblement trop onéreux. Cela dit, on sent que la série n'est pas produite par ABC Studios, comme Once Upon A Time ou Revenge qui la précédent, mais par Warner Bros. Les moyens ont été mis et l'utilisation de fonds verts dégueu limitée. Ce n'est pas cheap, c'est même plutôt très soigné. La toute fin de l'épisode, le cliffhanger en fait, était plus impressionnante sur le papier et, pour le coup, je ne vois vraiment pas ce qui peut expliquer ce changement de dernière minute. La jeune voisine n'avait pas une vision de Jane en train de courir, apeurée, mais de Jane en larmes et en sang, attachée et baîllonnée à une chaise. L'effet était autrement plus réussi, même si dans le fond, l'idée est la même. 

   Le pilote de 666 Park Avenue manque certainement de finesse et n'annonce pas la meilleure nouveauté de la rentrée, mais il parvient à installer une ambiance singulière et des personnages prometteurs dans un contexte fantastique auquel les networks accordent en général peu de place. Divertissant, efficace et visuellement maîtrisé, il augure au pire un guilty-pleasure tout à fait recommandable, au mieux une bonne série de genre. Alors, sans vouloir me faire l'avocat du Diable, je vous conseille vivement de jeter un oeil dans le judas... à vos risques et périls !

What Chance ?

 Je ne comprends pas pourquoi les américains n'ont pas été plus nombreux à découvrir le pilote. 6,9 millions, c'est un score vraiment très faible, et il y a fort à parier que la série avoisinera rapidement les 5 millions. Un mystère de plus en cette rentrée...

How ? 



29 juillet 2012

666 Park Avenue [Pilot Script]

Vous aviez élu 666 Park Avenue votre "nouveau drama le plus attendu de la saison 2012/2013" lors de la dernière session du Coming Next, c'est donc tout naturellement avec elle que j'ai choisi de lancer une nouvelle rubrique sur le blog qui, je l'espère, vous plaira. Il ne s'agit pas ici de faire une critique du pilote de la série -que je n'ai pas plus vu que vous- mais une critique du script du pilote de la série ! En gros, l'étape qui précéde le tournage du pilote. Ces cinquantaine de pages -en moyenne- décisives qui décident de l'avenir d'un projet. Je m'attacherai à traiter à la fois des scripts des nouveautés mais aussi de ceux des pilotes qui n'ont pas été retenus. Histoire de juger de ce qu'on a vraiment raté, au-delà d'un pitch et d'un casting. Dans les prochains jours/prochaines semaines, je vous parlerai donc notamment de Devious Maids, d'Elementary, de Gotham ou encore de The Smart One. En espérant que cela vous intéresse et vous plaise...

 

20107637

Ecrit par David Wilcox (Fringe) pour ABC et Warner Bros. Television. 63 pages.

Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emménage dans une résidence new-yorkaise très chic de l'Upper East Side, dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent. Peu à peu, ils découvrent que des forces obscures se jouent dans cet édifice...

Avec Terry O'Quinn (Lost), Vanessa Williams (Ugly Betty, Desperate Housewives), Dave Annable (Brothers & Sisters), Rachael Taylor (Grey's Anatomy, Charlie's Angels), Mercedes Masöhn (The Finder), Robert Buckley (Les Frères Scott, Lipstick Jungle)...

_______________

 

Selon moi

44030377

   La chance du débutant ? Le script de 666 Park Avenue est le tout premier que je lis religieusement (après avoir feuilleté celui de Teen Wolf pour passer le temps pendant un long trajet en avion) et j'ai le sentiment d'être très bien tombé ! Mais je n'avais à ce moment-là aucun point de comparaison alors ce qui suit est à lire en prenant quelques pincettes. Je ne pouvais en tout cas pas espérer plus sympathique et passionnante lecture. Je n'ai pas décroché une seule seconde, j'ai même dévoré ces soixantes pages en moins d'une heure. Ce script a quelque chose d'envoûtant d'une certaine manière, et c'est très à propos vu le thème de la série. Dès la scène d'ouverture, l'ambiance à la fois chic, sombre, inquiétante et violente est posée. L'auteur a su rendre palpable la tension qui existe entre les différents protagonistes, lesquels sont nombreux mais pas trop. On parle quand même d'une résidence de 13 étages, il y a donc matière à sortir de l'ombre de nouveaux voisins régulièrement. Le potentiel est énorme pour nous tenir en haleine bien au-delà de 13 épisodes. 

   Contrairement à certains pilotes qui donnent le sentiment, une fois qu'ils sont terminés, de ne pas du tout savoir où la suite va nous amener, celui de 666 Park Avenue ressemble davantage à une mise en bouche particulièrement savoureuse, qui donne très envie de connaître la suite des événements et l'avenir de certains personnages. Honnêtement, ils n'ont pas tous à ce stade un potentiel de fou mais les quatre protagonistes principaux s'en sortent à merveille, surtout celui de Gavin, qui sera incarné par le charismatique Terry O'Quinn. C'est lui qui assure les passages les plus forts et les plus creepy de l'épisode. Le rôle qu'a obtenu Vanessa Williams, celui de son énigmatique femme, semble avoir été écrit pour elle et devrait permettre à l'actrice, une fois n'est pas coutume, de proposer un peu plus que ses poses et ses moues habituelles. A plusieurs reprises, elle doit avoir les yeux très humides. Wilhelmina Slater et Renee Perry sont rarement tombées si bas, ou alors ce n'était que des larmes de crocodile. Je suppose que lire un script en sachant quels seront les acteurs est un avantage certain. C'est pour ça que je sais d'ores et déjà que Rachael Taylor et, dans une moindre mesure, Dave Annable vont avoir du mal à être convaincants dans leurs rôles respectifs. Mais une bonne surprise n'est pas à exclure. 

   Ma plus grosse inquiétude pour tout dire ne vient pas de la distribution, mais des effets spéciaux. Lorsqu'il était scénariste sur Fringe, David Wilcox savait que ce qu'il écrivait serait retranscrit à l'écran avec talent, sans nécessairement faire péter le budget. Est-ce que l'équipe de 666 sera à la hauteur ? Rien n'est moins sûr. Et c'est un élément crucial car si les scènes "chocs" sont ratées, et il y en a pas mal dans ce pilote, alors c'est toute la réussite de la série qui est compromise... A la vue des premières images, le résultat ne parait pas honteux mais pas hyper impressionnant non plus. Ce qui est sûr, c'est que la série est tout à fait à sa place après Once Upon A Time et Revenge : elle est plus adulte, plus sexy mais elle semble tout aussi efficace et pourrait même devenir encore plus addictive si les effets de suspense sont aussi nombreux par la suite et ne versent pas dans la surenchère et le ridicule. En terme de guilty-pleasure, 666 Park Avenue devrait nous gâter ! Une alternative plus mainstream et plus soap à l'American Horror Story de Ryan Murphy en somme.

 

_______________

 

Selon UglyFrenchBoy

44030377

À en juger ce script, il semble désormais officiel que la série 666 Park Avenue n’a guère de lien avec le livre homonyme dont elle est pourtant l’adaptation, en dehors des noms des personnages. Il est surtout question ici de reprendre les conventions des films de « maison hantée », sans forcément les détourner. Le portier est là, le propriétaire énigmatique aussi, sans oublier le sous-sol. On n’évite pas non plus le désormais fameux « What happened to the previous manager? ».

Les amateurs du genre n’y verront donc aucune révolution, mais l’écriture est maîtrisée. Comme tout bon premier épisode test qui se respecte, on n’oublie pas des règles marketing essentielles, dont un membre du casting shirtless avant la fin du deuxième acte. L’aspect fantastique ne devrait pas rebuter la fameuse ménagère tant celui-ci affiche, sur le papier, une certaine facilité d’accès. En d’autres termes : c’est efficace. Quant à la distribution, si on a du mal à imaginer Rachael Taylor en architecte, Terry O'Quinn et Vanessa Williams ont des rôles sur mesure.

L’enjeu principal reste cependant l’aspect visuel, notamment au niveau des effets spéciaux puisque ces derniers devraient être souvent sollicités. Alex Graves assure ici du service en tant que réalisateur. Celui à qui l’on doit l’efficace pilote de Fringe s’entoure à cette occasion d’un « special effects supervisor » ayant récemment travaillé sur The Dark Knight Rises. Un gage de qualité ? Sans spoiler sur l’intrigue, la scène de la « chute » est attendue au tournant...

 

13 mai 2012

Coming Next [And The Winners Are...]

dnesseason4nextminiban

 

Le drama la plus attendu de la saison par les lecteurs de Des News En Séries est :


75151525

666 PARK AVENUE (ABC)

(48%)

 Créé par David Wilcox (Fringe).
Réalisé par Alex Graves (Terra Nova).


Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emmènage dans une résidence new yorkaise très chic de l'Upper East Side dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent...


Avec Terry O'Quinn (Lost), Vanessa Williams (Ugly Betty, Desperate Housewives),Dave Annable (Brothers & Sisters), Rachael Taylor (Grey's Anatomy, Charlie's Angels), Mercedes Masöhn (The Finder), Robert Buckley (Les Frères Scott, Lipstick Jungle)...

NB: Vous avez eu le nez creux (et c'est un plébiscite en plus), le pilote a été commandé en série vendredi dernier. La série figurera donc dans la grille de la chaîne à l'automne ou à la mi-saison.

____________

THE SELECTION - CW (16%)

REVOLUTION - NBC (13%)

THE FOLLOWING (aka MASTERMIND) - FOX (11%)

THE AMERICANS - FX (10%)

ELEMENTARY - CBS (0,5%)

 ____________

 

La comédie la plus attendue de la saison par les lecteurs de Des News En Séries est :


75054452

PARTNERS (CBS)

(39%)

Créé par David Kohan et Max Mutchnick (Will & Grace).


Partenaires en affaires et amis de longue date, Charlie et Louis - l'un est gay et l'autre hétéro - sont engagés chacun de leur côté dans une relation de couple sérieuse. Soit quatre personnes impliquées dans trois relations...

Avec David Krumholtz (Numb3rs), Michael Urie (Ugly Betty), Sophia Bush (Les Frères Scott), Brandon Routh (Chuck, Superman Returns), Elizabeth RegenLucy Davis (The Office), Molly Shannon...

NB: Elle aussi a été commandée, par chance.

____________

FRIDAY NIGHT DINNER - NBC (29%)

THE GOODWIN GAMES - FOX (19%)

PRAIRIE DOGS - ABC (13%)

__________

Merci à tous de votre participation et je vous félicite pour vos choix ! Je n'aurais pas forcément fait les mêmes mais ceux-ci ne me font pas honte pour autant. Rendez-vous l'année prochaine, peut-être, pour une nouvelle édition du Coming Next. Et rendez-vous assurément à la rentrée pour découvrir ensemble ces deux nouveautés, et toutes les autres !

Posté par LullabyBoy à 21:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 mai 2012

Deperate Housewives [8x 21]

dnes_season4_dh_bree_miniba

The People Will Hear // 9 220 000 tlsp.

44030375_p


vlcsnap_2012_05_08_18h41m25s82 vlcsnap_2012_05_08_18h43m55s45

   J'ai beau retourner la question dans tous les sens : cet épisode de Desperate Housewives, le pénultième, est une abomination ! Je commence à pencher pour la piste du sabotage. Je ne comprends pas comment on peut proposer quelque chose d'aussi peu consistant et de si mal écrit si près du but. Y'a-t-il un seul moment où l'on se dit "Vivement la semaine prochaine !" ? Non. On se dit tout au plus "Vivement la fin !" juste pour la perspective réjouissante d'en être débarrassé. Et je vous dis ça alors qu'à la base, j'avais vraiment hâte de découvrir cette dernière saison et je pensais sincèrement qu'ils allaient se bouger pour faire en sorte qu'elle soit un beau chant du cygne. Elle a eu quelques bons moments jusqu'ici mais dans l'ensemble, elle se contente juste d'être un peu meilleure que les précédentes et il n'y a pas de quoi se vanter vu le niveau. Bref, les enjeux pour le final sont extrêmement faibles et ils n'ont même pas été foutus de proposer un cliffhanger digne de ce nom. Un comble dans une série de ce type ! A ce tarif-là, le final ne dépassera pas les 12 millions de téléspectateurs. Pour une série qui a su en réunir plus de 30 à ses débuts, c'est vraiment moche. Mais ils l'ont bien cherché...

   Tout au long de la saison, malgré un aspect on ne peut plus répétitif et une conclusion évidente, les intrigues de Lynette autour de son mariage déchu permettaient de multiplier les scènes émouvantes et Felicity Huffman a  systématiquement été à la hauteur, d'une grande justesse. Ses prestations marqueront la saison 8 et plus généralement l'ensemble de la série mais ça vaut pour toutes les actrices en réalité, puisque c'est une des forces de Desperate à la base, ses actrices. Alors que le dénouement heureux pour les Scavo est proche, les auteurs baissent leur garde et bâclent les derniers instants. La séparation de Jane et Tom est traitée à la va-vite. En moins d'une minute, c'est bouclé. Andrea Parker a quand même pu briller une dernière fois mais son personnage méritait une sortie un peu plus classe que ça. Cela rend tout à coup ce couple factice, simple accessoire scénaristique pour éloigner les deux âmes soeurs, alors qu'on avait fini par croire en eux. Et puis franchement, les événements qui conduisent Tom à prendre enfin conscience qu'il est toujours amoureux de Lynette ne pouvaient pas être moins judicieusement amenés avec ce personnage de Gregg, détestable, inintéressant... bien le genre pour lequel Bree aurait pu tomber amoureuse d'ailleurs ! Encore un sociopathe à Wisteria Lane. Mais le comble du ridicule, c'est quand même Tom qui surprend au loin Lee en train de défaire la robe de Lynette et s'imagine alors qu'elle a trouvé chaussure à son pied. Comment reculer l'inévitable échéance sans la moindre once d'imagination ! Lynette a eu droit à son passage drôle, lorsqu'elle porte la robe de demoiselle d'honneur concoctée par Renee, et il faut avouer qu'elle était absolument affreuse ! J'ai encore du mal à me faire à l'idée que l'un des événements du final sera un mariage, tellement c'est basique... mais en plus celui de Renee et son Australien quoi... Au secours !

   Le procès de Bree aurait dû être un moment fort, bouleversant, le point culminant de la saison... il ressemble à une intrigue comme une autre, traitée par dessus la jambe. On aurait pu imaginer un épisode uniquement centré sur l'audience avec des témoignages poignants, des révélations, du suspense... Un truc brillant quoi ! Au lieu de ça, on a quelques scènes moyennes qui se battent en duel et un recentrage sur la love story de Bree avec son avocat qui a un énorme goût de déjà vu. L'attitude profondément détestable de Gaby n'arrange rien. La petite séance d'essayage était amusante, bien dans l'esprit du personnage, mais le reste ne valait pas un clou. Et quand je parlais tout à l'heure de l'écriture honteuse de l'épisode, c'est plus vrai que jamais par rapport au passage où la jeune femme se rend compte, grâce aux chamailleries de ses filles, qu'elle n'a pas été une bonne amie vis à vis de Bree, qu''elle ne l'a pas assez remerciée pour tout ce qu'elle a fait dernièrement pour protéger sa famille. Je m'attendais logiquement qu'à la fin de l'épisode, elle prenne une grave décision, qu'elle passe aux aveux peut-être. Mais non ! Même pas ! Quel intérêt alors ? En plus, Carlos était totalement absent de l'épisode et ça ne collait vraiment pas. Juste une manière, encore, de retarder l'échéance, c'est-à-dire de se livrer à la police ? 

   Reste à évoquer Susan. Elle souhaite quitter Wisteria Lane, comme c'est déjà arrivé il y a deux ans. Pas pour se lancer dans une grande carrière d'artiste cette fois mais pour repartir à zéro, loin du souvenir de Mike qui la hante, et aider sa fille à élever son enfant du mieux qu'elle peut en tentant de rattraper ses erreurs du passé. Ça tient indéniablement la route mais ce n'est vraiment pas passionnant à suivre. Les blagues était un peu nulles, comme celle de l'évanouissement de Porter face à une vidéo d'accouchement. Tellement pas inspiré. 

vlcsnap_2012_05_08_18h43m04s48 vlcsnap_2012_05_08_18h45m38s54


// Bilan // A la fin de cet épisode, voilà les questions qui se posent au sujet du dénouement de la série : Lynette et Tom vont-ils finir heureux et avoir encore plein de nouveaux enfants ? Susan va-t-elle enfin quitter Wisteria Lane et lâcher la grappe de tout ce petit monde ? Le mariage de Renee va-t-il se dérouler sans problème, et va-t-il se dérouler tout court d'ailleurs ? Bree va-t-elle croupir en prison ? Gaby et Carlos vont-ils dire la vérité aux enquêteurs ? Je crois qu'on peut sans mal deviner 90% de ces réponses. Il ne faut donc rien attendre du final. Rien. Et là, qui sait, on aura peut-être une bonne surprise ?

07 mai 2012

Desperate Housewives [8x 20]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

Lost My Power // 8 020 000 tlsp.

61039229_bis


 vlcsnap_2012_05_05_22h43m42s228 vlcsnap_2012_05_05_22h44m30s196

   Il est temps (depuis longtemps) que Desperate Housewives s'arrête. Face à un épisode aussi peu consistant et redondant à tous les niveaux, je traîne franchement des pieds à l'idée d'en écrire une critique. Quel nouveau reproche pourrais-je faire à la série ? Ce sont toujours les mêmes depuis 4-5 ans et jamais rien ne change. Plus qu'un épisode classique et ce sera le "grand" final de deux heures. A ce stade, on ne sait vraiment pas ce que l'on nous réserve, si ce n'est que le mariage de Renee pourrait servir de toile de fond, en parallèle du procès de Bree. A ce sujet, je trouve la suspecte un peu trop confiante. Elle ne semble pas tellement effrayée à l'idée de croupir en prison. Pourtant, le risque existe, quoiqu'en dise son nouvel avocat. Il ressort encore une belle alchimie entre Marcia Cross et Scott Bakula, notamment quand ce dernier passe aux aveux au sujet de ses hontes sexuelles. Malheureusement, lorsque c'est au tour de Bree de confier ses secrets, la caméra s'éloigne et on passe à autre chose. Bien sûr, on connaissait le contenu de la conversation mais on passe à coté d'une scène qui aurait probablement été mille fois plus intéressante que toutes les autres, toutes intrigues confondues. Bref, Bree doit se contenter en cette fin de série d'une histoire plus prévisible que jamais mais qui reste néanmoins la plus passionnante du lot, la seule à vrai dire.

   Les scènes de Renee et son Australien sont évidemment liées au procès puisque ce dernier est invité à comparaître devant la Cour et sa future femme ne comprend pas pourquoi. Cette storyline est assez humiliante pour elle qui n'est pas du genre à se faire embobiner d'habitude. Elle baisse sa garde lorsqu'il lui fait les yeux doux, et on se demande vraiment ce qu'elle lui trouve par ailleurs. Il n'a ni humour, ni charme. Tout juste de gros bras. Un des plus gros ratés de la saison aura été l'introduction de ce personnage. Je suppose que les auteurs s'en débarrasseront d'une manière ou d'une autre (mort, prison...) dans le final et qu'il n'y aura pas de happy ending pour Renee. Il y en aura forcément une pour Gaby et Carlos en revanche, étant donné que leurs querelles du moment n'ont rien de grave. Enfin, dans la vraie vie, elles en auraient mais on parle des Solis... Ils ne changeront jamais et surtout pas Gaby. Ils passeront d'une dispute à l'autre toute leur vie. C'est comme cela que leur couple fonctionne. J'ai quand même trouvé l'attitude de Gabrielle particulièrement détestable cette fois-ci. Heureusement que Doris Roberts était là pour égayer l'ensemble. Elle aurait pu être mieux utilisée que ça mais on s'en contentera. Sinon, l'intrigue en elle-même était similaire à celle de l'épisode précédent, et à celle de l'épisode encore d'avant. Pffffff....

   On en vient à Lynette, qui n'a toujours pas fait le deuil de sa relation avec Tom et qui passe à la vitesse supérieure pour le récupérer quitte à ce que ça devienne franchement ugly. Jane est devenue LA personne à abattre et je ne peux pas m'empêcher de ressentir de la pitié pour elle. Les scénaristes se gardent bien d'accentuer cet aspect de l'histoire en l'effaçant bien comme il faut pour éviter de faire passer Lynette pour une ordure finie. D'ailleurs, dans cet épisode, c'est le patron de Tom qui prend dans tous les sens. C'est visiblement un sociopathe. Le retournement de situation, qui se voyait venir de loin, a le mérite de nous offrir quelque chose d'un peu différent de d'habitude. Mais qui peut croire que Tom va partir pout l'Inde ? Personne ! Si proche de la fin de la série, les cliffhangers sont tous plus inefficaces les uns que les autres. Le pire est donc à craindre pour le final, surtout quand on devine comment vont terminer un personnage sur deux. Enfin que dis-je... Il n'y a que le sort de Bree qui est en suspens. Peu de questions se posent pour les autres. D'une façon ou d'une autre, elles finiront heureuses et égales à elles-même. Même Susan.

   Mike n'est plus et ce sera le grand drame de sa vie mais elle saura se réinventer grâce à son nouveau rôle de grand-mère. L'occasion de refaire tout un tas de bêtises et de gaffes (que nous ne verrons pas, Dieu nous en protége !). En attendant, elle est la mère de M.J. et elle l'aide à affronter le deuil de son père avec l'aide des hommes de Wisteria Lane. C'était mignon. Sauf quand M.J. s'est transformé en gamin maléfique le temps de quelques secondes. Et sauf quand Susan a tenté de le tuer en construisant une voiture en carton uniquement soudée par de vulgaires bouts de scotch. Pour une femme qui a été maîtresse d'école quelques temps, c'est plus qu'inquiétant ! Mais passons... Un truc m'a dérangé mais j'ai bien conscience que je fais un procès aux auteurs qui n'a peut-être pas lieu d'être : donner l'impression qu'un petit garçon ne peut pas grandir de manière équilibrée sans une forte présence masculine dans sa vie, c'est très rétrograde à mon sens. Pas forcément faux d'ailleurs, mais présenté de cette façon et quand on connaît les relans républicains dont Desperate Housewives est souvent assaillie, ça fait peur. 

vlcsnap_2012_05_05_22h43m56s113 vlcsnap_2012_05_05_22h42m41s128


// Bilan // Sans vouloir être alarmiste, je ne vois pas comment, à ce stade, l'équipe de Desperate Housewives pourrait nous offrir un bon (et non prévisible) Series Finale vu les intrigues développées à deux épisodes du moment fatidique. On s'ennuie... 


28 mars 2012

Desperate Housewives [8x 18]

dnes_season4_dh_lynette_min

Any Moment // 8 700 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_03_27_02h00m00s72 vlcsnap_2012_03_27_01h59m04s27

   "Honey: I'm here, You're Queer and I'm Used To It" ! Ceci est la meilleure réplique de cet épisode et je dois dire qu'il y en avait pas mal d'excellentes. Si je devais faire un gros reproche aux storylines d'Any Moment, c'est qu'elles étaient toutes extrêmement prévisibles. Dès la première scène d'exposition, on savait comme elles allaient se conclure. C'est souvent le cas avec Desperate Housewives, certes. Pourtant, cette fois, j'y ai trouvé mon compte. Sans doute parce que il y avait un bel équilibre entre humour et émotion et qu'il s'en dégageait quelque chose de tendre et de sincère. On a souvent l'impression que les auteurs de la série maltraitent leurs personnages avec des histoires qui ne sont pas à la hauteur, ou qu'ils les trahissent en leur refusant toute évolution. Devant cet épisode, j'ai ressenti beaucoup de bienveillance et d'amour. Ou peut-être que je deviens nostalgique à l'approche de la fin...

   On ne se lassera jamais assez de le dire mais Bree est LE personnage qui a le plus évolué au fil de ces huit années. A moins que ce ne soit le seul qui ait évolué ? Son discours de tolérance auprès de son fils, si naturellement maternel, nous renvoyait alors à l'époque de la saison 2, celle où elle abandonnait Andrew au bord de la route parce qu'il était différent et surtout odieux (non parce qu'il ne faut pas l'oublier non plus). Elle en a parcouru du chemin depuis et c'est assurément une belle leçon qu'elle nous offre là. Si seulement elle pouvait être entendue... Si seulement les séries avaient ce pouvoir... Au fond, je crois qu'elles l'ont. Un peu. Ca me rassure de le croire en tout cas. C'était évidemment un plaisir de retrouver Andrew, qui nous avait vraiment manqué malgré ses retours réguliers, et même sa petite amie temporaire a su être touchante lorsqu'elle a avoué à Bree qu'elle savait pertinement qu'Andrew était homosexuel mais qu'elle aimait ce sentiment de normalité, même factice, qu'il lui procurait. Cette illusion d'amour. C'était atrocement triste et plein d'espoir en même temps. Bref, c'était une belle intrigue. Je craignais pourtant le pire au départ... J'espère que la présence d'Andrew chez Bree ne sera pas invisible dans les prochains épisodes. Entre son retour et celui de Julie, il y a comme un air de saison 1 qui se dégage de Wisteria Lane ces temps-ci. C'est agréable.

   Julie, justement, a encore dû faire la maman avant même de le devenir. D'ailleurs, sa grossesse ne semble plus lui poser problème. Comme par hasard... Ca me débecte. Elle a joué le rôle de la mère de sa propre mère mais aussi celui de la mère de son propre frère. C'est elle qui avait raison depuis le début et la détresse psychologique de Susan est une bien trop facile excuse à sa bêtise chronique. Une partie de moi avait donc envie de détester cette intrigue, assez banale qui plus est dans son déroulement. Et puis la scène des pots de confiture est arrivée et là, indéniablement, c'est l'émotion facile qui l'a emporté. C'était important de traiter du deuil à travers M.J. aussi. Je suis content qu'ils l'aient fait. Et puis ça nous a évité que Susan s'apitoie trop sur son sort cette fois-ci. Un répit de courte durée sans doute...

    Chez les Scavo, il y avait de l'espièglerie dans l'air et c'était vraiment fun de voir Lynette et Penny faire équipe pour reconquérir le coeur de Tom alors que les choses sont devenues très sérieuses avec Jane. Je ne m'attendais pas vraiment à ça, d'ailleurs. Je pensais que Lynette allait agir seule, ou éventuellement aidée par Renee. Mais celle-ci était bien trop occupée avec son Ben et sa demande en mariage. Pitié, que la série ne se termine pas sur leur union ! On en veut pas. Enfin on s'en fout disons. Et au fait, pas d'investigation sur le meurtre de Mike ? Rien de plus que la pauvre réplique bâclée de l'épisode précédent ? Et pas de remord de la part de Ben ? Il se sent bien dans sa peau, ça va ? J'ai comme l'impression que si les ménagères s'en sortent au final, en particulier Bree, ce sera "grâce" à lui. Il se dénoncera. A moins que Karen n'abatte sa carte "petite confession avant mon dernier souffle" ? Mais pour en revenir à Lynette, la claque virtuelle qu'elle s'est mangée à la fin était attendue. Elle n'en était pas moins émouvante, comme tout ce qui touche au couple Scavo de toute façon. Notre héroïne n'a peut-être pas été très maligne avec son plan mais elle a réussi, sans nulle doute, à bouleverser Tom. La reconquête est définitivement en marche... et en bonne voie !

    A nouveau, c'est à Gaby que revient la partie la plus faible de l'épisode. Son entrée dans le monde du travail permet toutefois de changer un peu la donne même si, dans le fond, le résultat à l'écran est le même : on s'amuse de ses frasques, de son extravagance, de son incapicité à avoir les pieds sur Terre, mais on regrette toutefois son absence de réalisme. Ce n'est pas étonnant qu'Eva Longoria a tant de mal à émouvoir quand on lui en donne l'opportunité : il n'y a rien de tangible chez Gabrielle. Elle est un personnage et une caricature avant d'être humaine. Je crois qu'il est temps que je fasse la paix avec ce fait. Elle ne sera jamais comme je la voulais. Un peu comme la série dans son ensemble, d'ailleurs. 

vlcsnap_2012_03_27_01h59m41s141 vlcsnap_2012_03_27_02h02m28s20


// Bilan // Un beau moment passé en compagnie des Housewives de Wisteria Lane. Tout était presque parfait. 

23 mars 2012

Desperate Housewives [8x 17]

dnes_season4_dh_susan_minib

Women And Death // 9 030 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2012_03_22_01h55m04s139 vlcsnap_2012_03_22_01h52m08s170

   Lorsque les auteurs de Desperate Housewives ont confié les rênes du 100ème épisode à Beau Bridges dans le rôle d'un plombier qui avait joué un rôle important dans la vie de nos héroïnes, j'ai applaudi et je leur ai décerné 5 belles étoiles. Lorsque, sept épisodes plus tard, toujours au cours de la saison 5, Edie Britt nous a quittés et que chaque ménagère lui a rendu un vibrant hommage sous forme de flashbacks, j'ai été touché, j'ai pleuré et j'ai ri : j'ai récompensé l'idée par 4 étoiles bien pleines. Lorsque la saison suivante, la strip-teaseuse Robin incarnée par Julie Benz a eu droit à son tour à son "Lovely" -c'était son titre- épisode, j'ai commencé à trouver le procédé quelque peu désuet. Heureusement que j'aimais bien le personnage, frais et enjoué, assurément adorable. Deux étoiles. Si je ne compte pas les dérivés de ce système narratif comme lorsque l'équipe a consacré -toujours en saison 5, décidemment...- un épisode permettant de combler en flahbacks les événements marquants s'étant déroulés pendant le saut dans le temps de 5 ans (si grotesque quand j'y pense...), on peut dire qu'ils ne se sont vraiment pas foulés pour cet épisode dédié à la mémoire de Mike Delfino. Ils se sont contentés de nous resservir la bonne vieille soupe habituelle. Extrêmement navrant, surtout qu'ils n'avaient vraiment pas besoin de ça pour nous convaincre que le mari de Susan était un chic type. On le savait et c'est en partie pour cela qu'il était si ennuyeux !

   "Grâce" à la mort de Mike, Gaby se souvient combien son mari était attentionné au début de leur relation, avant même leur mariage. Il cédait à tous ses caprices. Elle était la princesse. Il était la carte bleue. L'attitude affligeante de la jeune femme était pardonnable à l'époque. Elle l'est beaucoup moins quand, 15 ans plus tard et autant de leçons reçus, elle agit toujours avec la même désinvolture. Le seul point positif dans tout ça était l'apparition de Mama Solis. Cela m'a rappelé combien ce duo belle-mère/belle-fille fonctionnait (jusqu'à ce que l'on en rencontre deux ou trois autres et que les situations se répétent à l'infini). L'intervention de Mike auprès de Gaby alors que Carlos était en rehab sonnait terriblement faux. Elle n'avait aucun intérêt, si ce n'est cadrer avec le concept de l'épisode. J'ai été davantage séduit par la scène entre Lynette et Mike, alors que Tom quittait le foyer Scavo suite à la séparation du couple indestructible. C'était un bon moyen d'introduire leurs futures retrouvailles, inévitables. Mais Lynette n'avait pas trouvé un petit ami ? Il me semble bien que si ! Il a disparu. Si quelqu'un a compris pourquoi Jane pleurait lors de l'enterrement de Mike, qu'il me fasse signe ! Elle le connaissait à peine, voire pas du tout. J'ai bien aimé les autres scènes en flashback, notamment celle du premier rendez-vous malgré les perruques atroces. Doug Savant s'en est bien tiré cela dit, ça le rajeunissait vraiment. On ne peut pas en dire autant de Felicity Huffman. Leur histoire, c'est quand même autre chose que celle de Gaby et Carlos, ou même que celle de Mike et Susan.

   Une partie de l'épisode était bien évidemment consacrée à Susan et à ce que Mike avait pu lui apporter. Notez que l'inverse n'aurait pas été possible. La séquence suivant le mariage était assez ridicule dans son genre et tout à fait futile. Celle au dinner avec le trognon M.J. m'a plu, en revanche. Elle était un peu facile mais l'émotion était là. Le reste était trop convenu pour véritablement toucher, des passages à l'église à celles de l'enterrement. Toutefois, c'était une bonne idée de faire chanter Amazing Grace à Vanessa Williams. Elle aura au moins servi à quelque chose (en dehors du fait d'avoir involontairement précipité la mort de Mike j'entends). C'était d'ailleurs très curieux que le cas du meurtrier ne soit réglé qu'en une ligne de dialogue lorsque le flic annonce à Bree qu'un homme a été arrêté. Peut-être que l'on reviendra sur le sujet dans le prochain épisode mais les scénaristes n'ont trompé personne : l'intrigue nullissime de Renee avait pour unique but de tuer Delfino. Quelle perte de temps... Je ne vous ai pas encore parlé du jeu de Teri Hatcher dans cet épisode mais le moment est arrivé : la bougresse ne s'est pas trop mal débrouillée ! Oui, j'ose le dire. Je regrette que Dana Delany/Katherine ne soit pas apparue à cette occasion. 

   Bree est la seule housewife à avoir cassé la routine du procédé narratif en ne pensant pas à Mike. Et c'était nettement plus intéressant ! Je peux même dire que je suis ultra fan de la scène avec sa maman, lorsqu'elle était petite. Elle offre un éclairage intéressant sur le personnage. Bien sûr, l'idée du masque, surtout chez elle, n'est pas nouveau mais c'était une bonne idée de la mettre en lumière de cette manière. C'était un plaisir de retrouver Rex également le temps de quelques répliques. La partie interrogatoire était vraiment amusante mais on se demande de quelle école de police sortent les flics de Fairview ! Ils font tout le temps n'importe quoi et ce n'est pas maintenant qu'ils vont arrêter. Il n'y avait que les empreintes de Bree sur le corps ?? Impossible ! Ils ont le droit de récupérer l'ADN de Bree sans lui signaler et surtout se servir du résultat ensuite pour la faire emprisonner (parce que ça va bien arriver...) ? On va encore dire que j'exagère mais quand même, merde...

vlcsnap_2012_03_22_01h53m12s38 vlcsnap_2012_03_22_01h55m58s162


// Bilan // Pour que cet épisode soit émouvant et marquant, il aurait sans doute fallu que les auteurs se débarrassent de leurs automatismes pour proposer quelque chose de différent, de plus so(m)bre peut-être. Ils ont préféré jouer la sécurité et ils ont du coup raté le coche. Il y avait malgré tout quelques scènes excellentes. Mais la morale de l'histoire, c'est que Mike, quoiqu'il fasse, était un personnage insipide. 

13 mars 2012

Desperate Housewives [8x 16]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

You Take For Granted // 8 290 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2012_03_13_01h27m35s130 vlcsnap_2012_03_13_01h26m03s232

  Au risque de passer pour le râleur de service ou l'éternel insatisfait -ce que je suis de toute façon- je vais vous dire franchement ce que je pense de cet épisode "événement" : il était terriblement paresseux. Ce qui ne veut pas dire qu'il était mauvais. Il aurait juste pu être mille fois meilleur. Le fait de nous annoncer dès l'ouverture qu'un personnage allait mourir au cours de l'épisode sans que l'on sache son indentité n'était pas nouveau il me semble. Je ne le jurerai pas mais je crois que ce procédé narratif avait déjà été utilisé lors de la tempête. Et c'était cette pauvre Ida Greenberg qui était morte (sans compter les deux personnages récurrents du moment dont on a eu vite fait se de débarrasser à cette occasion). Bref, c'était franchement décevant. Cette fois-ci, ce n'est pas l'idendité de la victime que je remets en cause car pour qui n'a pas été spoilé avant de visionner l'épisode -et c'était mon cas, j'ai tenu coûte que coûte- c'était une vraie surprise. J'avais émis cette hypothèse dans ma précédente review cela dit mais ce n'était pas une conviction ni une intuition, juste une pensée furtive. Je ne me targuerai donc pas de l'avoir "deviné". Non, le problème vient vraiment des choix qui nous étaient offerts et des intrigues qui allaient avec...

   Qui a sérieusement cru que Juanita allait tomber du toit des Solis et se tordre le cou ? Absolument personne. Enfin j'espère. Il n'y avait pas le moindre suspense là-dedans. Dois-je vous rappeler qu'Ida Greenberg -encore elle- était morte parce qu'elle était partie chercher son chat en croyant pouvoir braver la tempête ? Eh bien même un prétexte aussi ridicule, on trouve le moyen de nous le décongeler ! Le plus grave dans tout ça de toute façon, c'était de faire le lien entre cet accident et la nouvelle lubie de Carlos : rendre aux pauvres tout ce que sa compagnie et lui leur ont volé pendant des années. Pourquoi grave ? Parce que ça n'avait aucun sens. C'était tiré par les cheveux, et la peau commençait à partir avec. Le propos "égoiste" et assumé de Gaby avait au moins le mérite de nous faire sourire au milieu de ce foutoir artistique mais je m'en voulais presque de tomber encore dans le panneau. C'est vraiment trop facile de refaire encore et toujours les mêmes blagues... 

   La mort de Karen était l'option la plus logique à la base et donc forcément la moins surprenante. En temps normal, les scénaristes de Desperate n'auraient pas hésité une seule seconde pour partir là-dessus. Mais comme c'est la dernière saison, que dans 5 épisodes tout est plié, ils se sont dit qu'il pouvaient enfin oser ! La mission de Bree a donc été d'empêcher Mrs McCluskey, dont elle n'a jamais été proche comme la vieille femme le fait malicieusement remarquer, de se tuer d'une manière ou d'une autre. Desperate étant incapable ne serait-ce que d'évoquer l'avortement, c'était presque un petit miracle que l'euthanasie soit traitée, même aussi superficiellement. Ce qui était totalement impossible en revanche, c'est que Bree passe à l'acte. Dès lors, on savait pertinemment que Karen survivrait. Les intéractions entre elle et Bree étaient vraiment excellentes. La partie émotion ne sonnait pas toujours très juste mais je suppose que voir ce mignon petit couple s'embrasser suffisait à toucher en plein coeur. 

   Du coté de chez les Scavo, pas de décès en vue. Jane a bien failli s'étouffer et Lynette a bien falli ne pas lui venir en aide -ce qui était tout de même un peu too much- mais pas de quoi s'inquiéter outre mesure. Non, ce qui est mort c'est la si belle histoire d'amour entre Tom et sa femme. A chaque épisode, les scénaristes affirment un peu plus fort que le couple phare de la série appartient passé. Et, à chaque épisode, on y croit sur le moment parce que Felicity Huffman est formidable puis on revient très vite à la raison car c'est tout simplement impossible de ne pas les imaginer avoir leur happy-end ensemble. Encore plus maintenant qu'une des voisines est veuve. Elles ne peuvent pas toutes finir malheureuses et suicidaires. Enfin je suppose... On était une fois de plus dans la redite pénible avec cette storyline mais l'émotion l'emporte toujours à la fin. Puis les incrustes de Lynette sur les photos de Penny et Jane étaient hilarantes !

   Le moment est donc venu de parler de... Mike. Le regain d'intérêt des auteurs pour lui depuis quelques temps était louche. Toutes les louanges qu'il a reçues lors de cet épisode sonnaient comme une longue éloge funèbre. Sa dernière scène avec Susan, touchante c'est vrai, ne pouvait pas déboucher sur autre chose que cette fin tragique. C'est dommage qu'un personnage de série -et de Desperate plus particulièrement- ne puisse pas passer de vie à trépas comme dans la réalité : sans préparation préalable. L'effet de surprise aurait été bien plus énorme sans cette conversation des Delfino sur le pas de leur maison. Imaginez que le coup de feu parte juste avant un "Je t'aime" et un long baiser. Bien sûr que c'eut été cruel... mais on parle du mari de Susan là ! C'est un cadeau que la vie -ou plutôt la mort- lui a fait ! Vous voyez, j'ai envie d'être méchant avec la Mayer mais le coeur n'y est pas. La mort de Mike m'a quand même attristé. La mise en scène a fait son petit effet. C'était un peu rude. Il nous fallait bien ça.

vlcsnap_2012_03_13_01h27m03s69 vlcsnap_2012_03_12_23h17m21s71


// Bilan // On attendait depuis trop longtemps que la saison 8 de Desperate Housewives nous offre un moment marquant, dont on se souviendrait après la fin de la série. Un moment que l'on classerait parmi les plus forts du show. Il est enfin arrivé dans cet épisode. Il sera peut-être même suivi de quelques scènes intenses dans le prochain, en toute logique. C'est malheureusement à peu près tout ce qu'il y avait à retenir de You Take For Granted

25 février 2012

Desperate Housewives [8x 14]

 dnes_season4_dh_lynette_min

Get Out Of My Life // 7 650 000 tlsp.

44030376



vlcsnap_2012_02_25_11h16m46s92 vlcsnap_2012_02_25_11h18m03s95

      "You won't believe where it's going to end up" confie Orson à Bree à la fin de cet épisode. Les scénaristes s'adressent clairement aux téléspectateurs, avec une pointe de malice et surtout beaucoup d'arrogance car, jusqu'à preuve du contraire, on saura assez rapidement ce à quoi s'attendre pour le final de la série. Il est encore un peu trop tôt pour se lancer dans les pronostics, d'autant que de nouvelles intiguues viennent tout juste de faire leur apparition, mais je serais très surpris... qu'ils réussissent à vraiment nous surprendre ! Cela dit, dans ce Get Ouf Of My Life, ils y sont parvenus, une fois. Qui aurait pu s'imaginer que le père de l'enfant de Julie était 1/ Quelqu'un que l'on connaît (les auteurs avaient brillamment éludé le sujet si bien que l'on ne pensait même pas que c'était sujet à questionnement) 2/ Que ce quelqu'un était... Porter Scavo ! Excellente idée, qui fait franchement passer Julie pour une conne mais qui a le mérite de connecter deux de nos héroïnes de manière inattendue et pour toujours ! Si toutefois ils gardent le bébé mais qui peut en douter, franchement ? Julie et Porter vont certainement apprendre à mieux se connaître, à s'apprécier et ils finiront en couple, heureux et ce seront les nouveaux Scavo de Wisteria Lane ! Tout ça aurait pu être super si Susan n'avait pas tout gâcher, une fois de plus, avec sa maladie mentale. Son comportement si intrusif était absolument honteux. Julie est cernée de toutes parts : plus aucun choix ne s'offre à elle. Sa mère a décidé pour elle ce qui allait advenir de sa fille. Je trouve ça inacceptable. La réaction de Lynette est beaucoup plus mesurée et "normale". Quelle sera celle de Tom ? Si tant est qu'il en ait une et qu'il revienne un jour de son voyage à Paris...
 
   Susan a remporté la palme de la ménagère la plus insupportable de l'épisode mais Gaby s'est extrêmement bien battue pour obtenir le titre ! Son avantage, c'est qu'elle réussit toujours à être drôle malgré tout. On l'a connue quand même plus en forme que ça... En l'absence prolongée de Carlos, la voilà donc bien décidée à profiter un maximum de Roy, le compagnon de McCluskey qui vient de se faire jeter par sa "belle". C'est franchement limite voire pathétique mais c'est surtout la jolie petite morale qui se profile qui me débecte d'avance. Evidemment que Gaby va le regretter et évidemment que deux épisodes plus tard, elle l'aura déjà oublié ! Karen est donc à nouveau atteinte d'un cancer. L'annonce était très sobre et émouvante. La prestation juste. Un beau moment. Doit-on en déduire que le personnage va nous quitter avant la fin de la série ? Est-ce que c'est elle le personnage important qui va mourir avant la fin ? Si c'est le cas, c'est un mini foutage de gueule comme on en a malheureusement l'habitude avec Desperate
 
   Pendant ce temps-là, Renee se retrouve au milieu de réglements de comptes entre Ben Mike et le mafieux du coin. J'espère de tout coeur que cette storyline va être rapidement réglée et qu'elle ne fera pas partie des derniers instants du show. Il y en a eu des intrigues nulles dans la série, parce qu'elles étaient soit ridicules, soit tirées par les cheveux, soit les deux à la fois, mais des intrigues aussi inintéressantes, c'est quand même plus rare. Des revirements de situation pas nettes, on en a eu beaucoup. Des personnages qui se transforment en psychopathes sans raison apparente aussi. Mais Orson ne peut pas entrer dans cette catégorie car il a toujours été inquiétant d'une certaine manière, dès son arrivée à Wisteria Lane. Il a toujours eu un comportement un peu étrange. Bref, le plan machiavélique pour éloigner Bree de ses amies ne semble donc pas totalement farfelu venant de lui. Sa capacité à rester convaincant et à s'en sortir dans ses mensonges malgré les complications est assez fascinante ! Sans surprise, on apprend donc qu'il était là, tapi dans l'ombre, la nuit du meurtre, qu'il a tout vu et tout entendu depuis. L'auteur des menaces anonymes, c'était lui aussi. Bref, une partie du mystère de la saison s'envole sans procurer les frissons tant espérés. 


vlcsnap_2012_02_25_11h18m28s93 vlcsnap_2012_02_25_11h18m53s86



// Bilan // Franchement maladroit et pas entièrement convaincant, cet épisode de Desperate Housewives a le mérite de casser légèrement la routine et d'éviter les intrigues sans envergure pour préparer la fin de la série avec un peu plus de panache et de conviction. Pas sûr que cela soit suffisant pour finir sur une bonne note mais l'envie a l'air d'être là...

28 janvier 2012

Desperate Housewives [8x 12]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

What's The Good Of Being Good // 7 480 000 tlsp.

44030375_p


vlcsnap_2012_01_28_13h09m27s56 vlcsnap_2012_01_28_13h08m49s189

   En référence au titre de cet épisode, j'ai envie de dire : What's The Point Of Being Bad? Les scénaristes de Desperate Housewives sont-ils en train d'essayer de nous prouver que, s'ils le veulent, ils peuvent être mauvais jusqu'au bout ? Ils se donnent clairement du mal ! C'est lorsque je me suis rendu compte que le seul truc qui m'avait vraiment fait rire  était la coupe afro de Renee le temps d'une scène, que j'ai compris que cet épisode, malgré Bree, était aussi mauvais que le précédent. Et j'ai aussi compris pourquoi il avait été programmé face à une rencontre sportive de la plus haute importance : la direction d'ABC souhaitait que le moins de téléspectateurs possibles tombent dessus !

   Quand on y pense, c'est quand même dingue que ce soit Bree, clairement la femme la plus intelligente du groupe de voisines, qui soit exclue. Pourquoi ne pas réserver ce traitement à Susan ? J'étais vraiment très en colère contre elle suite à son trip de la semaine dernière ô combien ridicule et inapproprié, mais je crois que je le suis encore plus contre Gaby qui ne lui en veut même pas d'avoir causé tout ce remu-ménage censé soulager sa conscience si coupable. Toute l'intrigue part d'une mauvaise idée et tout son déroulement est bien trop rapide pour la rendre un tant soit peu touchante et crédible. Je sais que le mot "crédible" n'est pas adapté à Desperate et ne l'a jamais été (et ce n'est pas nécessairement un problème) mais quand on parle d'attouchements sexuels et même de viols, je sais pas... on essaye de le faire de manière plus subtile. Là, peut-être qu'on aurait été aussi bouleversés que la femme d'Alejandro, interprétée avec talent par Justina Machado. Mais elle passe si facilement de l'hystérie aux larmes, et elle comprend tout tellement vite... Du coup, Gaby passe presque au second plan. De cette manière, au moins, Eva Longoria parvient à composer une prestation convaincante. 

   Lynette n'est pas la dernière des idiotes et pourtant, cela fait 12 épisodes qu'elle en vient encore et toujours à la même conclusion : elle a été une super bitch control freak avec Tom pendant toutes ces années de mariage et n'importe qui ne l'aurait pas supportée aussi longtemps ! On croit à chaque fois qu'elle a appris sa leçon et qu'elle est prête à évoluer mais non. Cette semaine encore, on pensait qu'elle allait peut-être enfin rencontrer un gentil monsieur avec qui elle se sentirait prête à passer du bon temps, au moins pour le fun, mais c'était trop demandé. Elles les a juste faits fuir un par un. Et oui, un peu plus tôt dans la saison, on avait eu une intrigue similaire sauf que c'est elle qui se rendait compte à la fin qu'elle n'était pas encore prête... C'est dire si les auteurs tournent autour du pot en attendant de réunir les Scavo pour de bon. On ne connaîtra donc jamais, même l'espace de quelques épisodes, une autre Lynette. C'est triste... 

   En revanche, c'est un sans faute pour Bree qui se lâche comme jamais ! Cet épisode est la suite logique du précédent, quitte à être un peu redondant sur les bords mais en mieux : c'est vraiment trop bon de voir Marcia Cross enchaîner les conquètes et leur demander de quitter les lieux aussitôt. On sent que l'actrice s'éclate comme jamais et bon sang, elle est absolument splendide ! La présence du Révérend Sikes nous rappelle combien le personnage a évolué au fil des années jusqu'à ce point où elle ne s'embarrasse même plus de sa bienséance et politesse habituelles. Même quand elle organisait les pires stratagèmes, elle faisait en sorte de ne pas se salir les mains. Désormais, ça ne lui importe plus. Elle veut juste vivre, s'amuser... Edie aurait été tellement fière d'elle ! A la place, on peut dire que Renee l'est. Les quelques interventions de Mrs McCluskey étaient amusantes aussi. Et au sujet de Renee, je suis content qu'elle ne soit pas qu'une machine à vannes ces temps-ci mais son intrigue avec Ben est tellement ennuyeuse et inintéressante... 

vlcsnap_2012_01_28_13h08m05s5 vlcsnap_2012_01_28_13h09m16s206


// Bilan // Vite vu, vite oublié ! Encore un épisode de Desperate Housewives qui n'est pas à la hauteur de l'idée que l'on se fait légitimement d'une dernière saison...