11 août 2013

Extant [Pilot Script]

20443690

EXTANT

 Drama // 42 Minutes.

61074943_bis

Ecrit par Mickey Fisher. Produit par Steven Spielberg, Darryl Frank & Justin Falvey (Under The Dome, Falling Skies, The Americans, Terra Nova, United States Of Tara...). Pour Amblin Television & CBS Television Studios. 59 pages.

Après avoir passé un an dans l'espace, où elle a mené et vécu d'étranges expériences, l'astronaute Molly Watts tente de reprendre une vie normale auprès de sa famille composée de son mari, John, un scientifique surdoué, et Ethan, leur fils, un perit garçon pas comme les autres. En effet, il n'est pas le fruit naturel de leur union puisque Molly est stérile : il a été conçu par son père comme le premier prototype d'une future lignée de "Humanichs", des "robots humains". Mais le retour de Molly va justement avoir des conséquences dramatiques sur la planète entière et le destin de l'humanité...

Avec Halle Berry...

 

   Si vous n'avez pas suivi "l'affaire Extant", laissez-moi vous la résumer en quelques lignes : c'est tout simplement l'histoire rare d'un jeune scénariste, Mickey Fisher, qui a participé à un concours de scénarios, qui a remporté le premier prix et qui a ainsi été remarqué par un certain... Steven Spielberg ! Après avoir hésité entre faire du script d'Extant un film ou une série, c'est la deuxième solution qui a été privilégiée par la société de production du cinéaste, Amblin Television, qui en a acquis les droits. Présenté il y a quelques jours à tous les networks et les principales chaînes câblées, le projet s'est littéralement arraché et c'est CBS qui a remporté la mise. Elle a offert de se lancer dans une première saison de 13 épisodes sans passer par la case pilote et de la diffuser l'été prochain aux côtés de son succès estival Under The Dome, déjà produit par Spielberg et Amblin. Autrement dit, les chaînes concurrentes n'avaient aucune chance et il était préférable qu'Extant, qui a une portée grand public grâce à son aspect familial, ne voit pas le jour sur le câble afin de lui assurer une visibilité maximale. Cela dit, les similitudes avec Under The Dome sont peu nombreuses. Si l'on devait faire une analogie avec une autre série, ce serait forcément Fringe...

   En effet, j'ai le sentiment que les deux shows de science-fiction ont des ambitions similaires et traitent des mêmes thèmes dans un contexte différent (mais pas tant que ça). Il y est d'abord question de filiation et d'amour inconditionnel, ce qui fait que ce pilote est empreint d'émotion et qu'il nous conduit à être attaché aux trois personnages principaux presque instantanément. Une rareté ! Il n'y a pas meilleur moyen pour donner envie aux téléspectateurs de poursuivre. C'est plus fort encore qu'un bon cliffhanger (mais il se trouve que le cliffhanger est bon aussi !). C'est essentiel. Et puis de nombreuses questions très "Fringiennes" se dessinent peu à peu : jusqu'où va nous conduire l'évolution technologique ? Est-elle en train de détruire notre humanité ? Et justement, qu'est-ce qui définit notre humanité ? Je suppose qu'Extant ne répondra pas à tout cela de la même manière que Fringe. Déjà, il ne devrait pas y avoir ici de "monstres de la semaine", ni d'enquêtes quelconques. On est dans du feuilletonnant pur et dur. Et puis il y a l'espace, un sujet qui n'a pas du tout été traité dans Fringe. Son équivalent étant les mondes parallèles. J'ignore si l'on passera beaucoup de temps tout là haut dans les épisodes suivants, mais dans le pilote, plusieurs flashbacks nous dévoilent ce qui est vraiment arrivé à l'héroïne à un moment prècis de son voyage. Un passage troublant et émouvant, très important pour la suite... Et puis il y a un petit côté Alien (dans l'idée mais pas dans l'éxécution) qui pourrait plaire à certains comme déplaire à d'autres.

   Les scènes familiales sont vraiment réussies et nous rappellent indiscutablement les valeurs que Spielberg aiment distiller dans ses films. Pas étonnant qu'il s'y soit à ce point intéressé. Le quotidien des américains qui nous est présenté dans Extant est un peu différent du nôtre, mais il est parfaitement crédible et c'est ce qui rend la chose inquiétante. En gros, tous les foyers sont reliés à un système -parlant- qui sert à la fois de banque de données et d'outil pour cuisiner, regarder la télévision, écouter la radio, passer un coup de fil, dormir... Il y a des passages fascinants liés au grand patron d'une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies qui n'est pas sans rappeler Massive Dynamics. Mais il faut remplacer Lenoard Nimoy par un charismatique petit monsieur asiatique dont le corps est préservé dans une curieuse gelée lorsqu'il n'est pas en action. La plupart des personnages secondaires sont assez mystérieux, que ce soit la meilleure amie médecin de Molly, un collègue astronaute officiellement mort, une thérapeute louche ou le directeur d'une entité secrète qui épie 24/24 la petite famille (ça c'est pour le côté paranoïaque façon Homeland).

   Tous les éléments attendus dans un pilote sont réunis dans celui d'Extant pour faire de cette histoire originale et amibitieuse une belle et bonne série, capable de rassember un large public sans pour autant tomber dans la facilité. Le choix des acteurs principaux sera déterminant. Il y a là de très beaux rôles à pourvoir. J'imaginais bien Molly Parker ou Mireille Enos dans celui de l'astronaute, allez savoir pourquoi... Si ce n'est pas déjà fait, ayez hâte de découvrir Extant l'été prochain ! C'est un ordre. Vous ne voudriez pas rater cette mission unique en son genre.

 

A VENIR : Happyland, Wayward Pines, Tyrant, High Moon, The Vatican, The Leftovers...

Posté par LullabyBoy à 20:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 février 2012

Smash [Pilot]

19852740

Pilot // 11 500 000 tlsp.

Article paru à l'origine le 22 Janvier 2012

61074943_bis

 

What About ?

 Des artistes new yorkais aux égos parfois surdimensionnés, qu'ils soient compositeurs, paroliers, chanteurs, chorégraphes, s'unissent pour créer un spectacle musical à Broadway basé sur la vie de Marilyn Monroe. L'occasion de découvrir la mise en place et les coulisses d'un événement d'une telle ampleur, entre une productrice peu commode, une phase de castings compliquée où tous les coups sont permis, des répétitions harassantes... le parcours du combattant commence !

Who's Who ?

 Créée par Theresa Rebeck (New York Police Blues, New York Section Criminelle, Canterbury's Law). Produite par Steven Spielberg. Avec Debra Messing (Will & Grace), Jack Davenport (FlashForward), Anjelica Huston (La Famille Adams), Katharine McPhee (American Idol), Megan HiltyChristian Borle, Brian D'Arcy James, Raza Jaffrey...

So What ?

    Smash est l'une des dernières nouveautés à être lancée cette saison 2011/2012 (The River, Awake, Good Christian Belles... suivront prochainement), et il se pourrait bien qu'il s'agisse aussi de la meilleure de toutes, si l'on met les séries du câble à part (donc Homeland, Enlightened...). D'ailleurs, elle en partage l'exigence, ce qui n'est pas étonnant quand on sait qu'elle a été développée à la base pour Showtime par l'actuel président de NBC. A aucun moment ce pilote ne tombe dans la facilité. Il commence par exemple de manière très sobre, outre la petite "blague" d'ouverture que tout le monde avait malheureusement déjà vu dans les bandes-annonces, en entrant dans l'intimité de Julia, l'une des héroïnes, une quarantenaire mariée, un enfant, qui cherche à en adopter un deuxième, compositrice chevronnée qui a toujours rêvé de mettre en scène la vie de Marilyn Monroe et qui se décide enfin, malgré le mauvais timing, à se lancer dans cette aventure avec son meilleur ami et fidèle collaborateur. On est instantanément touché par son histoire, simple,  réaliste, qui promet de beaux moments de drama que Debra Messing saura soutenir avec talent. Puis les événements s'enchaînent rapidement afin de nous amener à la première phase de casting pour trouver LA bonne Marilyn et, à partir de ce moment-là, ce premier épisode s'emballe et nous dévoile tout le potentiel de la série. 

   On ne le dira jamais assez : il n'y a pas de bon drama sans bons personnages. Ca n'existe pas. Dans ce pilote, aucun ne peut nous laisser indifférent. Vraiment aucun. Et pas juste parce qu'ils sont drôles ou énervants ou touchants. Non, avant tout parce qu'ils vivent, ils existent, ils sont. On pourrait leur reprocher d'être des caricatures, chacun à leur façon, mais existe-t-il un milieu plus caricatural que celui du show business et plus particulièrement de Broadway ? Fantasmés ou réels, ils ont tous quelque chose en eux qui donnent envie de les suivre longtemps dans leur quête de gloire, de reconnaissance, de richesse... et d'amour, surtout d'amour. Même le petit assistant malin que l'on ne voit pas beaucoup a du potentiel. Une bonne partie de ce premier épisode et sans doute de cette première saison -que l'on n'espère pas être l'unique- est centrée sur la rivalité entre Karen, la douce mais pas si naïve débutante incarnée par la fantastique Katharine McPhee, indéniablement une star en puissance qui incarne... une star en puissance, et Ivy, l'expérimentée lassée des seconds rôles qui souhaite qu'on lui laisse enfin la chance de briller. On a forcément une tendance à s'attacher plus facilement à la première, parce qu'on sent qu'elle est profondément bonne et qu'elle ne nous décevra jamais, mais la seconde est très touchante aussi dans sa démarche et sa ressemblance avec Marilyn en fait une candidate idéale. Sauf que l'on sait pertinemment qu'elle est prête à écraser sa concurrente de tout son poids ou de la torturer au cours d'une séance de vocalises extrême, pour décrocher le rôle. Elle pourrait donc faire une excellente bitch, émouvante à ses heures perdues, mais pas une grande et belle héroïne qui fait rêver plusieurs générations de femmes. Le passage chorégraphié exécuté par Megan Hilty et ses danseurs, sous la direction du vilain chorégraphe qui n'est sans doute pas si mauvais dans le fond, avait de quoi faire palir bien d'autres séries et films musicaux. C'était impressionnant ! Les passages chantés, heureusement peu nombreux, étaient eux aussi très réussis, notamment les créations originales qui se mêlent parfaitement aux grands classiques si bien qu'un aficionados des comédies musicales ne saurait pas faire la différence entre les deux. Le montage alterné entre les deux stars en devenir lors de leurs auditions respectives est le meilleur moment de ce pilote, d'une puissance rare.

   J'aurais bien écrit tout un paragraphe sur les faiblesses de Smash mais, pour le moment en tous cas, je n'en vois pas vraiment, si ce n'est qu'elle n'est pas aussi facile d'accès que prévu, ce qui l'empêchera peut-être de rattisser aussi large qu'il le faudrait pour en faire un succès. Je continue alors sur les louanges en évoquant maintenant la réalisation, brillante, les décors, qui mettent bien en avant New York sans en faire des tonnes. La série est bel et bien tournée là-bas et pas en studio à Los Angeles, et ça se sent. Il y a cette vibe indescriptible, cette force, propre à cette ville incroyable. La distribution est parfaite, avec un bon équilibre entre les visages connus et ceux qui sont tout nouveaux pour nous. Je suis particulièrement fan d'Anjelica Huston qui réussit parfaitement son entrée dans le monde des séries ! Elle ne pouvait pas espérer meilleur rôle. Il lui va à ravir et l'histoire de son divorce, peut-être la plus faible de cet épisode s'il fallait en choisir une, intrigue magré tout. On est curieux de voir jusqu'à ce quel point il peut devenir moche. Il mettra de toute façon en péril à un moment donné l'entreprise. Il est vrai qu'en réfléchissant un peu, on sait à peu près ce vers quoi on se dirige, quelles seront les difficultés que rencontreront chacun des personnages, mais cela n'enlève en rien l'envie de découvrir la suite. Comme si, finalement, ce n'était pas vraiment ce qui allait se passer concrétement qui nous intéressait mais l'impact que ces événements auront sur les personnages et sur la comédie musicale.

   Smash est l'Etoile parmi les étoiles de cette saison télévisuelle américaine riche et surprenante. Même les meilleurs pilotes dont l'objectif premier est de poser des bases solides et de donner une idée de ce que la série sera par la suite, réussissent rarement à installer avec autant de facilité et de simplicité leurs personnages. On ne peut qu'applaudir des deux mains !

What Chance ?

 Avec un lancement idéal (après The Voice, elle-même boostée la veille par le Superbowl), Smash est le dernier espoir pour NBC d'obtenir un hit cette saison. D'ailleurs, même si la série ne tournait qu'autour des 8-9 millions avec de bons taux sur les 18/49 ans, ce serait déjà fabuleux, inesperé pour la chaîne. C'est faisable, honnêtement, mais ça va quand même être très difficile...

How ? 

11 novembre 2011

Ciné Mix [Octobre 2011]

44068083

19803697  19797461

         44030377                   44030375_p            

   DRIVE. Grâce à sa B.O. 80s envoûtante devenue super hype, grâce à ses acteurs formidables (Ryan Gosling impressionne, Carey Mulligan parvient à ne pas qu'être une sous-Michelle Williams) et grâce à sa réalisation frôlant la perfection, Drive peut bien se permettre de ne pas raconter grand chose. DREAM HOUSE. Réussir à rater un film avec Daniel Craig, Naomi Watts et Rachel Weisz n'était pas chose aisée mais Jim Sheridan l'a fait ! C'est ce que l'on appelle un accident industriel. Le twist en milieu de film est très étonnant quand on a pas vu la bande-annonce mais, une fois passé, Dream House n'a strictement plus aucun intérêt. Le dénouement est navrant, tout comme les raisons de ce foutu bordel. 

 

19799007 19735985

  44030377                 44030377

    LA COULEUR DES SENTIMENTS. Le titre français d'une niaiserie sans nom ne doit surtout pas vous tromper : The Help est un excellent film, très émouvant mais pas tire-larme, extrêmement drôle aussi. Toutes les actrices, sans exception, sont formidables et elles méritent toutes d'être récompensées avec autant de ferveur. Autant toutes les citer : Viola Davis, Octavia Spencer, Emma Stone, Jessica Chastain, Bryce Dallas Howard, Anna Camp et Allison Janney.  LE SKYLAB. Le cinéma de Julie Delpy est d'une étonnante richesse : elle parvient avec son Skylab à raconter une histoire de famille simple et chaleureuse et d'une justesse incroyable avec une facilité déconcertante. Les comédiens sont d'un naturel désarmant. Il s'en dégage une grande tendresse et une sacrée intelligence. 

 

19787873 19798422

                 44030378                         44030376                

    POLISSE. De la même manière qu'un Entre les murs, proche du documentaire, Polisse se glisse dans un quotidien sinistre, étouffant, anxiogène qui réussit pourtant à devenir fascinant, drôle et touchant grâce à une réalisation nerveuse et des acteurs saisissants. Maiwenn ne se censure jamais et veut tant dire qu'elle déborde. Qu'importe : ce film coup de poing marque et bouleverse. LES AVENTURES DE TINTIN - LE SECRET DE LA LICORNE. On s'amuse comme des gosses devant ce Tintin de Spielberg. On ne rit pas beaucoup, malheureusement, mais on se laisse emporter quand même. Le passage au Maroc est particulièrement scotchant ! Le réalisateur a réussi son pari mais Tintin n'est pas Indiana Jones, la fidélité vis à vis du héros laisse quelque peu à désirer. A mettre devant tous les yeux en somme, sauf devant ceux des puristes tintinophiles !

09 octobre 2011

Terra Nova [Pilot]

19789649

Genesis (Part 1&2) // 9 220 000 tlsp.

44030376

What About ?

 Les Shannon, une famille ordinaire vivant en 2149 alors que la Terre se meurt, est envoyée dans le passé, 85 millions d'années plus tôt à l'ére préhistorique. Ils rejoignent "Terra Nova", une organisation humaine à qui des scientifiques offrent une seconde chance pour reconstruire une civilisation. Mais la Terre promise et les habitants qui la peuplent, petits et géants, ne sont pas tous accueillants...

Who's Who ?

Créée par Craig Silverstein et Kelly Marcel. Produite par Steven Spielberg (E.T.,Jurassic Park, Falling Skies). Avec Jason O'Mara (Life On Mars US, Men In Trees, In Justice), Shelley Conn (Marchlands, Dead Set, Mistresses), Stephen Lang (Avatar), Christine Adams (The Whole Truth, Pushing Daisies), Landon Liboiron, Alana Mansour, Naomi Scott...

So What ?

    Tout a déjà été dit sur Terra Nova -depuis deux ans en fait, depuis le lancement du projet jusqu'à sa diffusion maintes fois repoussée- et j'arrive en plus un peu après la bataille. Mais je n'ai de toute façon pas grand chose à dire sur cette nouvelle série, qui n'a que ses moyens pour seule ambition. Est-ce que les effets spéciaux sont impressionnants ? Oui ! La multitude de fonds verts est étourdissante. Au cinéma, ça n'aurait pas été suffisant mais à la télévision, ça passe vraiment bien. J'ai trouvé que les dinosaures -car oui, forcément, il y en a- étaient particulièrement réussis. Les vues aériennes de la ville fantôme au début du pilote -sans doute mon passage préféré d'ailleurs- avaient de la gueule. Les paysages de Terra Nova ressembent bien trop souvent plus à de beaux dessins qu'à des images réelles mais l'illusion est d'un niveau acceptable. Je trouverais dommage de faire la fine bouche. Cela reste du grand spectable et il est impossible de citer une série qui puisse rivaliser avec Terra Nova dans l'histoire de la télévision de ce point de vue purement visuel. Cela ne veut évidemment pas dire que la réalisation est inspirée et originale. C'est encore autre chose. Mais, indéniablement, on se fait happer dans ce nouveau monde -ancien plutôt en fait- comme les personnages lorsqu'ils traversent le champs magnétique. 

   Tout nous est familier dans Terra Nova puisque le récit n'a strictement rien d'innovant que ce soit dans le propos ou dans les rebondissements. Les héros, eux-mêmes, ne sont que des caricatures de personnages croisés dans tous les divertissements du genre (et les acteurs sont interchangeables). Le père est charismatique et aimant, mais ses maladresses le conduisent à se faire détester par son fils; la mère est douce et médecin, un classique de chez classique; les ados sont évidemment en crise et défient l'autorité parentale en flirtant avec de mauvaises fréquentations; le leader de l'organisation est autoritaire, inquiètant mais doué d'humour et profondément préoccupé par le bien-être de sa communauté, capable de risquer sa vie pour eux. Et puis il y a les inévitables red-shirts, à savoir tous ces personnages qui errent autout de nos héros et qui sortiront, pour certains, de l'ombre de temps à autres. Et enfin, les méchants, les Sixers -à ne pas confondre avec les Skitters de Falling Skies- qui constituent le seul élément véritablement intriguant de ce lancement plan-plan. Malheureusement, leur présence n'est que prétexte à des courses-poursuites qui en mettent plein les yeux mais qui nous laissent terriblement sur notre faim. Les épisodes suivants ont tout intérêt à explorer leur histoire. On pose également quelques questions sur le lieu en lui-même, avec des inscriptions mystérieuses sur des roches. On pense tout de suite à Lost mais il ne faut pas s'attendre ici à atteindre le même degré de profondeur et de complexité.

   Terra Nova aurait été une bonne série il y a 10 ans, avant l'arrivée de Lost et d'Avatar; elle aurait été une excellente série il y a 20 ans, à l'époque de Jurassic Park. Aujourd'hui ? Elle n'est qu'une ressucée de ce que l'on a déjà vu des dizaine de fois avec une ambition financière énorme mais pas d'ambition scénaristique. Elle est un divertissement qui met avant tout l'accent sur la famille, sur ses valeurs, qui tente au passage de faire passer un message écologiste presque inéluctable de nos jours... elle est donc tiède, et prévisible, et un peu ennuyeuse. Je vais quand même lui laisser sa chance, car elle reste malgré tout unique dans le paysage audiovisuel actuel.

What Chance ?

   A cause de son coût exorbitant et de ses audiences relativement modestes, Terra Nova n'est pas assurée de connaître une seconde saison. Ce qui est certain, c'est que la production ne peut pas fournir plus d'une dizaine d'épisodes par an. En faire un événement récurrent chaque rentrée avant de laisser la place à d'autres pourrait assurer sa survie. On peut tout de même regretter qu'elle ne fonctionne pas mieux : les networks, déjà frileux, risquent d'y réfléchir à deux fois avant de prendre de tels risques...

How ?

07 septembre 2010

[Saison 2010/2011 - Drama] 5- Falling Skies

19471655_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100702_024201

What About ?

Six mois après l'invasion de la Terre par des extraterrestres, un groupe de résistants s'efforce de survivre. Tom Mason, un ancien professeur d'histoire, a pris la tête du groupe pour combattre les forces ennemies...

Why Not ?

Qu'on se le dise : l'année 2011 sera placée sous le signe de Spielberg qui a décidé de reprendre en main la télévision en cette période de crise ! Pas moins de trois projets auquel il est associé vont naître et d'autres sont en projet : il y aura bien-sûr Terra Nova pour la FOX, pas vraiment éligible dans ce classement puisque tout ce qui en sera diffusé pendant la saison, c'est le pilote au mois de Mai derrière American Idol, à la Glee. Je suis très impatient de voir ce que ça va donner. Il y aussi Locke & Key, possiblement programmée l'été prochain, qu'il co-produit aux cotés des scénaristes de Fringe, Hawaii Five-O et du film Star Trek Roberto Orci et Alex Kurtzman. Et puis Falling Skies, diffusé cet hiver sur TNT. On ne peut pas dire que cette dernière se distingue par la qualité de ses séries. Hawthorne, Dark Blue & Co ne sont pas des chef d'oeuvres mais pas des horreurs non plus. C'est juste sans aucune ambition. Alors forcément, je me demande ce qu'une série comme Falling Skies vient faire là. Soit ce sera l'exception qui confirme la règle, soit ce sera une belle idée transformée en série mièvre et facile. Difficile d'en juger pour le moment puisque seul quelques photos ont filtré.

Depuis X-Files, je suis très friand des petits bonhommes verts et il y a très peu de séries qui évoquent ce thème, c'est même la seule aujourd'hui. Cela dit, je pense qu'on en verra pas beaucoup des extra-terrestes, du moins en saison 1. C'est plus l'idée de survie qui risque de primer et j'ai déjà peur que le héros, interprété par l'excellent Noah Wyle, soit insupportable. C'est un peu le problème du Spielberg. Ses oeuvres ont toujours quelque chose de très patriotique qui m'énerve. Mais c'est souvent beau et émouvant alors... Les autres acteurs m'inspirent peu, en particulier Moon Bloodgood que je n'aime pas beaucoup du peu que je l'ai vu (dans Day Break notamment). En bref, j'ai plus une grosse curiosité qu'une grosse envie pour cette série. Un peu peur d'un Jericho Bis quand même... Et vous ? 

31 mars 2010

United States Of Tara [2x 02]

dnes_season4_usoftara_minib

Trouble Junction // 511 ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_22581

   Avant toute chose je tiens à m'excuser auprès de mes chers lecteurs, et aussi à les remercier : je ne sais pas ce qui m'ait passé par la tête lors du visionnage de l'épisode précédent mais non, Tara ne s'est pas découvert un nouvel alter, c'est bien Buck qui vient draguer la serveuse du bar à la fin de l'épisode. L'ayant trouvé plus féminin que d'habitude, j'ai vraiment cru à un autre personnage de baroudeuse goudoue. Bref. Pas bien grave. Nous découvrons donc dès le début de ce deuxième épisode qu'elles n'en sont pas restées au stade de la drague. Elles sont passées à l'acte et Tara va mettre du temps à s'en rendre compte puisque quand elle se réveille au petit matin elle est toujours dans la peau de Buck. Se dirige-t-on vers une relation suivie "adultère" ? Ca pourrait être très intéressant ! Max ne se rend compte de rien. Il est bien trop occupé par sa nouvelle lubie : acheter la maison du voisin mort. Je ne vois pas tellement l'intérêt mais d'un point de vue métaphorique, ça se tient parfaitement. Après avoir passé des années à réparer sa femme et même sa famille, tout semble enfin aller pour le mieux alors il a besoin de se lancer dans d'autres travaux, plus concrêts cette fois, pour s'occuper. J'espère quand même que son intrigue perso ne se réduira pas qu'à ça cette saison. Ce serait bien léger. C'était en tous cas l'occasion d'une petite scène chantée piano-voix très sympathique qui montre combien l'alchimie entre Toni Collette et John Corbett n'est pas fainte. On les sent vraiment proches, ils prennent du plaisir à jouer ensemble.

   Pendant que Charmaine crie sur tous les toits qu'elle va devenir une femme mariée (et qu'elle s'improvise emmerdeuse en chef en demandant de vivre chez les Gregson d'ici à son mariage), Marshall et Kate poursuivent leur découverte de la vie. Le premier en se confrontant au chef de la gayble puisqu'il estime qu'il porte préjudice aux homos du lycée avec ses grands airs et sa grande bouche (et il n'a pas tort). M'étonnerait pas que ces deux-là finissent par régler leur compte au lit ! En attendant, Marshall embrasse (et plus ?) une fille, la seule hétéro de sa bande, et c'est une direction vers laquelle je ne m'attendais pas du tout à ce que les scénaristes se tournent. Pourquoi pas tant que c'est passager ! Quant à Kate, elle fait la rencontre d'une femme qu'elle trouve fascinante (mais qui ne nous fascine pas nous, pas encore du moins, vu le peu de temps qu'on la voit) et qui devrait sans doute la guider vers ses prochaines expériences. C'est plus excitant que le job qu'elle a dégôté franchement ! 

vlcsnap_13469


// Bilan // La saison 2 de United States Of Tara confirme sa bonne lancée, avec un seul petit bémol pour le moment : les dialogues sont moins percutants que l'année dernière. A part ça, rien à redire.

14 février 2010

Coming Next [Tour 5 - Sur le câble...]

dnesseason4nextminiban

Sans_titrHBHe_1

Avant de passer la semaine prochaine aux choses très sérieuses avec les networks pour les trois derniers tours de Coming Next, penchons-nous une dernière fois sur les séries du câble. Si Showtime, HBO et ABC Family ont bénéficié de tours spéciaux, voici tout le reste ! SyFy va-t-elle trouver son nouveau Battlestar Galactica ? Que nous réserve AMC après Breaking Bad et Mad Men ? Qu'en est-il de TNT et de ses séries souvent trop aseptisées ? Et USA Network jouera-t-elle encore la carte du divertissement sympathique ? FX pense-t-elle à la relève de Nip/Tuck ?


  1. RECONSTRUCTION (Script commandé)

Créé par Joshua Brand (Bienvenue en Alaska, Hôpital St. Elsewhere). Produit par Peter Horton (Grey's Anatomy, The Philanthropist). FX.

Un western se déroulant dans l'Amérique post-guerre civile à l'ère de la reconstruction...


2. COVERT AFFAIRS (Série commandée)

Créé par Matt Corman et Chris Ord. Produit par Doug Liman (Knight Rider, The OC-Newport Beach). Avec Piper Perabo, Peter Gallagher, Christopher Gorham, Kari Matchett, Anne Dudek, Eric Lively, Eion Bailey... USA Network.

Annie, une femme exceptionnelle qui parle pas moins de six langues, est recrutée par la CIA pour résoudre une affaire épineuse. Dès son arrivée, elle découvre avec stupeur qu'elle va devoir faire équipe avec Ben, son ex, l'homme qui lui a brisé le coeur...


3. THE WALKING DEAD (Pilote commandé)

Créé et produit par Frank Darabont (La Ligne Verte, Le Fan, Les Evadés...). D'après la série de comic-books éponyme de Robert Kirkman. AMC.

Après une apocalypse ayant transformé la quasi-totalité de la population en zombies, un groupe d'hommes et de femmes mené par l'officier Rick Grimes tente de survivre par tous les moyens...

NB: Le rôle principal pourrait être confié à Mark Pellegrino (Lost, Dexter) ou Jamie Bamber (Battlestar).


4. THE KILLING (Pilote commandé)

Créé par Veena Sud (Cold Case), adapté de la série danoise Forbrydelsen. Produit par Mikkel Bondesen (Burn Notice). AMC.

Trois histoires distinctes mènent au même meurtre. Les détectives chargés de l'enquête, souvent en désaccord, accumulent les pistes et les suspects. Les répercussions sur leurs vies personnelles et celles des politiciens de Seattle liés à l'affaire sont nombreuses, parfois dramatiques. Alors qu'ils croient tous avoir enterré les erreurs de leur passé et enfouient leurs secrets, tout remonte à la surface...   


5. DALLAS (Script commandé)

Créé par Cynthia Cidre (Cane). Adapté de la série originale éponyme créée par David Jacobs (Côte Ouest). TNT.

Remake/suite du soap culte diffusé entre 1978 et 1991 sur CBS.

NB: Selon certaines rumeurs, elle pourrait se centrer sur les personnages de John Ross, fils de J.R. et Sue Ellen, et Christopher, fils adoptif de Pam et Bobby. Larry Hagman, Patrick Duffy et Linda Gray ont déjà été contactés pour une éventuelle participation.


6. RIZZOLI & ISLES (Série commandée)

Créé et produit par Janet Tamaro (Sleeper Cell, Bones). D'après les romans de Tess Gerritsen. Avec Angie Harmon, Sasha Alexander, Lorraine Bracco, Bruce McGill... TNT.

Jane Rizzoli, une enquêtrice de Boston, fait équipe avec le médecin légiste Maura Isles pour résoudre des crimes.


7. UNTITLED SPIELBERG'S ALIEN INVASION PROJECT (Série commandé)

Créé par Robert Rodat (Il faut sauver le soldat Ryan, The Patriot). Produit par Steven Spielberg (qu'on ne présente plus). Avec Noah Wyle, Moon Bloodgood... TNT.

Six mois après l'invasion de la Terre par des extraterrestres, un groupe de résistants s'efforce de survivre. Tom Mason, un ancien professeur d'histoire, a pris la tête du groupe pour combattre les forces ennemies.


8. DELTA BLUES (Série commandée)

Créé par Joshua Harto et Liz Garcia (Cold Case). Produit par George Clooney. Avec Jason Lee, Alfre Woodward, Abraham Benrubi... TNT.

Flic le jour, il est imitateur d'Elvis la nuit... Forcément, il vit à Memphis. Chez sa mère...


9. ALPHAS (Pilote de 90 minutes commandé)

Créé par Zak Penn (L'Incroyable Hulk, Elektra...). Produit par Lloyd Braun (Mercy, Accidentally On Purpose) et Gail Berman (Buffy, Angel). SyFy.

Des personnes dotées de capacités neurologiques extraordinaires hyper-développées mais pas toujours visibles travaillent pour une agence secrète du gouvernement. Ils réussissent à élucider toutes les affaires là où le FBI, le CIA et même le Pentagone ont échoué...

NB: La série a d'abord été développée la saison passée pour ABC sous le titre Section 8, avant d'être abandonnée pour divergences artistiques.


10. HAVEN (Série commandée)

Créé par Sam Ernst et Jim Dunn (Dead Zone). D'après le roman The Colorado Kid de Stephen King. Avec Emily Rose (Brothers & Sisters, Urgences). SyFy.

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une petite ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L'agent du FBI Audrey Parker est chargée d'enquêter sur ces phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment...


Votez, commentez !

Vous pouvez toujours voter pour les projets de NBC : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de HBO : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de Showtime : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de la CW et de ABC Family : ICI.

31 janvier 2009

The United States Of Tara [1x o3]

dnesv2tararb1

Work //

34868295


vlcsnap_129050

   Découvrir la "vraie" Tara, voilà ce qu'il nous fallait après deux épisodes à découvrir ses doubles. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est ce personnage qui est le plus intéressant. Le plus réaliste et le moins stéréoptypé, évidemment, mais le plus émouvant et le plus sincère aussi. Le moinds drôle en revanche. Globalement, cet épisode était moins drôle que les précédents, c'est certain. Il y avait quand même quelques moments excellents. Quand par exemple Tara fait la rencontre de la femme dont elle doit redécorer la maison. C'est une amie de sa soeur Chermaine et elle est au courant de "l'état' de Tara. Alors elle fait tout un tas d'allusions sans dire vraiment les choses. Le rendez-vous de Tara chez la psy est pas mal non plus. Par ailleurs, les états d'âme de Max nous sont plus clairement exposés. Jusqu'ici, il avait l'air de vivre les choses avec calme, il semblait blasé comme je le disais. Là, on sent qu'il commence à en avoir marre. On sent tout le poids qui repose sur ses épaules. Il prend sur lui constamment et il est bouffé non pas par une femme mais par trois ! (enfin deux techniquement puisque Buck est un homme). Il va finir par péter un plomb ou envisager de quitter Tara. Ce serait la dernière chose à faire pour sa famille mais pour la série, ce serait certainement passionnant.

   La personnalité des enfants est également davantage explorée. Concernant Kate, je ne sais pas trop où on veut en venir. Son boss est un illuminé ok. Mais sinon ? Concernant Marshall, en revanche, c'est très intéressant. Depuis le départ je le soupçonne d'être homo. Mais ça restait très incertain. Juste une intuition, quelques signes. Puis je me suis dis que c'était "juste" un geek. Ben non, c'est plus que ça et tant mieux. Il a le béguin pour un mec populaire de son lycée (d'ailleurs, on évite les clichés du genre) mais qui l'entraîne sur des terrains vagues, très vagues. On évoque la religion, une sorte de secte. C'est excitant pour la suite ! Sa pote binoclarde me fait marrer à part ça.


// Bilan // Un épisode un peu différent des précédents car plus sobre, plus profond. Dans les deux cas, c'est excellent de toute façon !

27 janvier 2009

The United States Of Tara [1x o2]

dnesv2tararb1

Aftermath // 83o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_186586

   La force de The United States Of Tara, c'est de ne pas tout miser sur le personnage principal, bien qu'il soit évidemment au centre des intrigues, mais sur la famille dans son emsemble et les répercussions que peuvent avoir les multiples personnalités de Tara sur ses enfants et son mari. Chacun réagit à sa façon. La fille de Tara vit très mal la situation, surtout par rapport aux regards des autres. Elle a particulièrement du mal avec Alice, la version Bree Van de Kamp façon 60s de sa mère. C'est certainement la personnalité la plus intéressante de Tara car probablement la plus dangereuse ! Cette version est avant tout très drôle pour nous, elle nous rappelle Bree sauf qu'Alice va encore plus loin ! Mais elle fait peur aussi dans sa façon de s'adresser à sa fille, de littéralement lui savonner la bouche pour la débarrasser de ses paroles impures. Alors que le fils de Tara, Marshall, semblait bien s'accomoder des deux autres personnalités de sa mère, Buck et T., il a beaucoup plus de mal avec Alice. Ce petite gamin est très intéressant et attachant. Il doit vivre la folie de sa mère beaucoup moins bien qu'il n'y paraît ! Il fait encore pipi au lit du haut de ses 12-13 ans ! Quant au père, il a l'air totalement blasé par tous ces changements. Il n'a pas vraiment l'air d'en souffrir mais il ne semble vraiment heureux que lorsque c'est Tara qui dort près de lui. Tout ce petit monde va avoir besoin d'une bonne thérapie familiale si vous voulez mon avis !   


// Bilan // Tara façon Alice, c'est très fort et très inquiétant en même temps ! Toni Colette est vraiment formidable et on n'a pas fini de le dire je crois !