22 mars 2013

Once Upon A Time [2x 17]

75525735

Welcome To Storybrooke // 7 450 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2013_03_21_16h54m37s190 vlcsnap_2013_03_21_16h55m29s195

   En règle général, les meilleurs moments passés devant Once Upon A Time sont ceux qui se déroulent à FairyTale Land. Il était donc logique de s'inquiéter quant à la qualité de cet épisode qui se passait intégralement à Storybrooke, dans le présent... et dans le passé ! Plus précisément en 1983, lorsque la malédiction a commencé et que le village est donc apparu "comme par enchantement" dans une forêt du Maine. A mon grand bonheur, Welcome To Storybrooke était très solide. Il a mis en lumière la personnalité toujours plus conflictuelle de Regina, sans cesse tirée vers le bas par ses démons intérieurs malgré son besoin premier, profondément basique : celui d'être heureuse. Ses pouvoirs compliquent évidemment toujours tout. La montrer d'abord joyeuse, puis en train de dépérir, jour après jour, au fur et à mesure que le poids de la routine et de la solitude l'écrasait, était une très belle manière de la faire appartenir, plus que jamais, aux vivants, aux êtres humains. Lana Parilla a délivré tout au long de l'épisode l'une de ses compositions les plus réussies, passant sans cesse de le la jovialité à la noirceur, de la légèreté à la douleur. La scène qui m'a le plus marqué est celle où le petit garçon, le pré-Henry dans son parcours psychologique, est séparé de son père parce qu'elle le veut pour elle, rien que pour elle. C'était déchirant du point de vue de l'enfant, comme celui du père et celui de Regina ! L'épisode aurait été parfait si le cliffhanger n'avait pas été aussi prévisible : on avait compris depuis un bon moment que le gamin n'était autre que Greg Mendell, l'étranger qui rôde depuis quelques épisodes sans que l'on s'en soucie outre mesure. Regina a donc un nouvel ennemi à combattre. Mais il n'a pas l'air de taille...

   Parallèlement aux états d'âme de la Maire despotique de Storybrooke, Snow était en pleine déprime. On lui pardonne pour cette fois, mais quand on se souvient de la saison 1, dans les flashbacks, où elle était si brave, si bad-ass, et même encore en début de saison 2, ça fait franchement mal au coeur de la voir comme ça. Et c'est un peu trop moralisateur à mon goût. Certes, elle a participé à un meurtre. Certes elle est censée être la naïve et profondément bonne Blanche Neige, mais celle que l'on a appris à connaître avait plus de nuances... Henry nous a fait son caca nerveux habituel, pas plus passionnant que ça donc, mais la nouvelle dynamique familiale mise en place grâce à l'ajout de Baelfire et la place inédite de Gold, permet momentanément de faire diversion. Quant à la séquence finale entre Regina et Mary Margaret, outre l'émotion qui s'en dégageait, elle m'a paru agréablement rafraîchissante car ni l'une ni l'autre n'a agi comme on s'y attendait. Que la maîtresse d'école rende les armes et limite se suicide, c'était étonnant. Que Regina lui vole illico son coeur m'a surpris. Je ne pensais pas qu'elle irait jusque là. Mais une fois qu'elle l'avait entre les mains, je me suis imaginé qu'elle allait le garder et chercher à le contrôler. Au lieu de ça, nouvelle surprise : elle le lui a rendu. C'est peut-être bancal et facile au fond, pourtant ça m'a plu. 

vlcsnap_2013_03_21_16h56m55s29 vlcsnap_2013_03_21_16h57m00s79


// Bilan // Un bel épisode, comme une ode à Regina/The Evil Queen, aussi passionnant que bouleversant. 


07 mars 2013

Once Upon A Time [2x 15]

75525735

The Queen Is Dead // 7 390 000 tlsp.

 44030377


 vlcsnap_2013_03_05_22h31m44s100 vlcsnap_2013_03_05_22h31m09s4

    Et si Snow devenait méchante ? C'est vers cette perspective réjouïssante que nous amène cet épisode solide -enfin- de la saison 2 de Once Upon A Time. Pile au moment où l'on pensait les Charming perdus à tout jamais dans leur monde de niaiserie, une lueur d'espoir vient raviver la flamme. Il y a encore du boulot pour rendre le Prince Charmant moins charmant, mais notre héroïne, elle, n'est plus blanche comme neige. De vilaines pensées l'ont envahie et, on l'espère, ne la lâcheront pas de sitôt. Encore une fois, l'excellente Bailee Madison a rayonné dans tous ses flashbacks, son jeu étant toujours plus proche de celui de Ginnifer Goodwin, comme si elle était sa fille ou sa soeur jumelle qui n'aurait pas vieilli. A chaque fois, je n'y peux rien, elle me fascine et me bouleverse. Pour jouer la mère de Blanche Neige, c'était une très bonne idée de faire appel à Rena Sofer. Physiquement, il y a là aussi un vrai lien de parenté. C'est bluffant. Je suis moins fan de son jeu à elle dans cet épisode. Elle n'a pas su trouver le ton juste, versant presque dans la caricature, mais en même temps elle a été payée pour pleurer, tousser et mourir. Alors... Tous ces passages dans le passé, en plus d'être émouvants, nous ont grandement éclairé sur Snow. J'étais ravi de constater qu'elle a eu sa période capricieuse, où elle ne traitait pas forcément les domestiques avec respect -pauvre Mrs Patmore !- mais sa chère maman a su la remettre dans le droit chemin et elle a gardé ses conseils au plus près de son coeur. C'est ce qui l'a amené jusqu'ici et elle constate avec effroi qu'être bonne et aimante ne réussit pas toujours. Les manigances de Cora et Regina sont assez classiques dans le fond, et on a tendance à s'en lasser, mais elles savent encore surpendre de temps à autres, comme lorsque Cora jette littéralement Johanna par la fenêtre ! Et tous les crimes que Cora a commis pour donner le pouvoir à sa fille... Cela explique bien des choses ! Les auteurs ont fait du très bon boulot pour lier intelligemment les destins de chaque personne les uns aux autres. 

   A New York, on prépare malicieusement la suite des événements en ajoutant l'arrivée de Hook aux ingrédients déjà mis en place, très familiaux et familiers. Cela devrait amener "naturellement" Baelfire à rejoindre Storybrooke, chose qui n'était pas gagnée au départ. Le Capitaine Crochet est un vrai bon personnage qui a une capacité rare chez les hommes de la série en dehors de Rumplestiltskin -qui n'est pas son rival par hasard- il ré-flé-chit ! Et il est très doué. Il aurait pu sauvagement assassiner son ennemi. Non ! Il l'empoisonne. C'est plus classe et l'agonie est assurément plus lente et douloureuse. Concernant le comportement de Henry dans cet épisode, j'émet quelques réserves. J'aime bien ce gosse et je me plais à le répéter mais son attitude envers sa mère est un peu too much. Une ligne de dialogue ridicule comme "New York pizza is cheesy, delicious, and doesn’t lie", on s'en passerait volontiers ! Et puis Emma subit encore et toujours tout ce qui se passe autour d'elle. Elle agit deux fois par saison à peu près. De préférence dans le Season Premiere et dans le Season Finale. C'est trop peu. 

vlcsnap_2013_03_05_22h32m42s165 vlcsnap_2013_03_05_22h31m28s197


// Bilan // Parce qu'il est émouvant et vraiment bien écrit, ce 15ème épisode de la saison 2 de Once Upon A Time est l'un des meilleurs cette année, si ce n'est le meilleur, et l'un des plus réussis depuis que la série est née. On se dirige peut-être vers une suite et fin de saison à la hauteur de celles de la première...

22 février 2013

Once Upon A Time [2x 14]

75525735

Manhattan // 7 610 000 tlsp.

 44030376


vlcsnap_2013_02_21_00h37m48s201 vlcsnap_2013_02_21_00h37m51s226

    Les scénaristes de Once Upon A Time ont-ils trop attendu pour réunir Rumplestiltskin et son fils ? Je le crains. On avait déjà compris, même si on ne pouvait en être certains, que Neal Cassidy était en réalité le fameux Baelfire. Ce qui veut donc dire que Rumple est aussi le grand-père de Henry. C'était donc relativement pénible par moment d'assister aux révélations progressives pour les personnages alors que nous, nous le savions déjà. En plus, le rapprochement tout à fait inédit entre Gold et Henry n'était pas des plus subtiles dans ce contexte. Mais je dois dire que la scène où le petit garçon est le seul personnage à agir en adulte dans la pièce était intéressante. Bon, comparer Emma à Regina était un peu exagéré de sa part, mais on le comprend. J'adore ce petit. Je ne l'ai jamais trouvé énervant, contrairement à d'autres. Il évite pour moi tous les écueils des personnages d'enfant dans les séries. Il est intelligent, mais ce n'est pas un génie non plus. Il ne se comporte pas comme un adulte, même s'il s'en donne parfois les airs. Il garde sa part de naïveté. J'aurais préféré que l'on passe plus de temps à explorer les réactions des uns et des autres plutôt qu'à les mettre en place. La réunion de Rumple et Baelfire ne m'a pas particulièrement touché, d'autant que je ne suis pas très fan de l'acteur, Michael-Raymond James. Sa vue m'est relativement désagréable. L'ex de la fille de Blanche Neige est un beauf. C'est triste quand même, non ? Mais le contraste avec Charming n'est pas idiot dans l'idée. Bon et puis Manhattan en fond vert, ça fait toujours de la peine...

   Du côté de Storybrooke, c'était pas franchement l'éclat'. A part le plaisir de découvrir une Cora façon madame tout le monde, je ne sais pas très bien quoi en retirer. Je ne suis pas très content de l'évolution de Regina, qui se fait complètement avoir par sa mère, même si c'est typique. J'ose espérer que c'est un leurre et qu'elle mijote simplement un plan dans l'ombre. Le mystérieux monsieur qui la voit user de sa magie pour fouiller dans le sac de Belle, ce n'était pas du grand cliffhanger. Ni même de nous faire croire que Gold serait capable de tuer son petit fils ! Bon sang, soyez sérieux. Quant aux flashbacks à Fairytale Land, ils m'ont globalement semblé inutiles. Disons que c'était bien de nous montrer que Rumple n'est pas devenu méchant simplement parce qu'il a été poussé à bout par les autres, à force d'être traité de lâche; mais parce que sa naïveté lui a joué des tours -futur parallèle avec Henry ?- mais ce n'était pas non plus passionnant. Le Seer était une distraction un peu trop grandiloquente à mon goût. En tout cas, maintenant, on sait qui lui a dit qu'il fallait que la malédiction ait lieu et, surtout, pourquoi il ne fallait pas que ce soit lui qui la jette. Cette pièce du puzzle nous manquait. 

vlcsnap_2013_02_21_00h37m59s56 vlcsnap_2013_02_21_00h36m45s83


// Bilan // La logique aurait voulu que cet épisode important par son contenu soit mémorable. Mais il ne l'est pas. Il se déroule tranquillement, sans surprise, et ne nous amène pas bien loin. Et ça commence à faire beaucoup de ratés en saison 2... 

10 janvier 2013

Once Upon A Time [2x 10]

75525735

The Cricket Game // 9 100 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2013_01_09_22h01m01s33 vlcsnap_2013_01_09_22h02m09s207

   Le Fall Finale de Once Upon A Time laissait présager un retour à la normale dans la construction des épisodes, avec l'habituelle alternance Fairytale Land (passé)/Storybrooke (présent), qui peut vite devenir lourde et facile. C'est basiquement ce que nous a offert cet épisode malheureusement, avec en supplément un air de déjà vu dont on se serait volontiers passé. Pour le moment, l'arrivée de Cora et de Hook dans la bourgarde enchantée n'entraîne que des situations téléphonées. Je n'ai pas de problème avec le fait que la mère souhaite faire souffrir sa fille sur la longueur, et lui faire perdre tout ce qui lui reste -donc pas grand chose- d'autant que ça permet de la faire traîner dans les parages un petit moment, mais si c'est pour faire accuser Regina de meurtre, quel manque d'inspiration pour une soi-disante very big bad de son espèce ! C'est peut-être voulu, sûrement même, puisque ça fait directement écho à "l'incarcération" de Snow la saison dernière, pourtant innocente, mais j'espère vraiment que cela nous ménera vers quelque chose de plus ambitieux par la suite. Et puis, aussi sceptique soit-elle de nature, Emma aurait quand même pu tout de suite se dire que tout ça n'était qu'une grotesque mise en scène. Elle aurait pu légitimement penser à Cora, aussi. Je sais pas, même en y croyant pas trop, c'est la première chose qui nous serait venue à l'esprit à sa place, non ? Bref. C'est assez décevant.

   Et ce n'est pas la fausse-mort de Jiminy qui va me calmer ! Qu'est-ce que ça coûtait de vraiment le tuer ? Ce n'est pas comme si le personnage était utile. Il était régulier en saison 1, pour rien. Il ne l'est plus depuis cette saison 2. Et si on s'en séparait définitivement puisque l'on ne sait pas quoi en faire de toute façon ? Il n'est pas assez beau pour intéresser qui que ce soit. C'est bête à écrire, mais le souci vient forcément un peu de là. J'imagine très bien ABC envoyer des notes à la production pour leur demander de s'en servir le moins possible parce qu'il ne fait pas rêver qui que ce soit... Et puis ça a eu l'effet inverse de celui escompté sur moi, ce kidnapping : on nous dit en gros que Cora est très méchante, oui, mais qu'elle préfére toujours manipuler les gens à sa guise plutôt que de les tuer. Cette méthode radicale-là, j'aimerais que l'on n'aie pas peur de nous la montrer, show familial ou pas. Ou au moins qu'elle lui écrase le coeur, ce sera toujours plus poétique !

   Ce que je préfère nettement retenir de cet épisode, c'est l'excellentissime prestation de Lana Parilla ! On l'a un peu moins vu depuis le début de la saison, alors ça fait toujours plaisir de la retrouver plus habitée que jamais par son personnage. La scène où elle était sur le point de passer de vie à trépas sous les yeux de la Cour tout entière, dont ceux de Snow et Charming, était très réussie, très émouvante, et ce malgré les horribles fonds verts habituels qui nous gâchent constamment le plaisir. Les événements qui la poussent à redevenir mauvaise aussi rapidement, après s'être assagie en gros 24 heures, m'ont beaucoup moins convaincu. Et puis les relations entre les personnages manquent toujours de subtilité... Enfin vous l'avez compris, j'ai décidé d'être en colère contre Once Upon A Time. Donc c'est comme ça, et puis c'est tout !

vlcsnap_2013_01_09_22h01m15s177 vlcsnap_2013_01_09_22h03m04s240


// Bilan // Si cet épisode est à l'image de ce qui nous attend dans la suite de la saison 2, alors la situation est préoccupante. Mais je laisse encore le bénéfice du doute à la série. 

20 octobre 2012

Once Upon A Time [2x 03]

75525735

Lady Of The Lake // 9 450 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2012_10_19_00h32m30s149 vlcsnap_2012_10_19_00h33m35s26

   Après avoir délaissé Fairytale Land pendant quasiment tout un épisode, les scénaristes de Once Upon A Time rétablissent l'équilibre en s'aventurant avant tout dans le pays magique tant au présent qu'en flashbacks dans cette 3ème pièce de la saison, à nouveau très solide. C'est l'occasion pour Snow et sa petite bande de femmes baroudeuses d'affronter un ogre gigantesque pendant qu'Emma, plus cynique que jamais, essaye maladroitement de tisser un lien avec sa mère à coup de remarques acerbes (très drôles, mais gare à ne pas en abuser non plus !). On ne sait pas qui est la plus badass des deux, mais chacune leur tour, elles montrent qu'elles en ont dans le pantalon ! Once est une série féministe, elle le prouve ici encore un peu plus. A quand une princesse lesbienne, tiens ? Bon par contre, Aurora n'est pas très sympathique pour le moment, même si j'aime bien Sarah Bolger. Il va falloir que Snow et Mulan la matent une bonne fois pour toutes, qu'elle se calme.

   Les relations parents/enfants sont plus que jamais au centre des intrigues puisque le King George fait son apparition à Storybrooke et que l'affrontement Cora/Regina s'annonce comme l'un des événements de la saison. On a aussi les retrouvailles entre Jefferson et sa fille, légèrement expédiées malheureusement. Les adieux de Charming à sa mère étaient très émouvants, mais le twist final était en revanche assez prévisible. On commence à bien connaître les tours de passe-passe scénaristiques des auteurs. Je me pose quand même une question : pourquoi Lancelot a-t-il décrété qu'il ne restait plus qu'un coquillage avec un peu d'eau magique ? En cherchant un peu plus, peut-être que... Mais ce n'est qu'un détail (comme le fait que l'épisode s'intitule Lady Of The Lake sans que l'on sache vraiment pourquoi étant donné qu'elle n'apparait pas) Il y a eu plusieurs facilités de ce type qui m'ont gâché le plaisir. Je pense aussi à Charming qui ne cherche pas à fouiller un peu le tombeau de Regina. Ou même à Regina qui ne vient pas prendre Henry la main dans le sac elle-même. C'est expliqué au détour d'une phrase par Charming, mais ce n'est pas convaincant du tout ! Je crois qu'ils ont voulu caser trop de choses dans cet épisode, la cohérence d'ensemble en a donc pâti. 

 vlcsnap_2012_10_19_00h34m15s171 vlcsnap_2012_10_19_00h35m33s181


// Bilan // Messieurs et mesdames les scénaristes de Once Upon A Time, c'est super de vouloir bourrer à fond les épisodes de ce début de saison 2 parce que du coup on ne s'ennuie pas une seule seconde et on a l'impression que vraiment beaucoup de choses se passent et que les intrigues avancent à pas de géants (d'ogres ?) à chaque fois mais ce serait pas un peu too much par hasard ?


04 octobre 2012

Once Upon A Time [2x 01]

20248792

Broken (Season Premiere) // 11 360 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_10_04_01h19m40s13 vlcsnap_2012_10_04_01h20m29s246

   "Magic is coming", le slogan de la saison 2 de Once Upon A Time -qui n'est pas sans rappeler le "Winter is coming" de Game Of Thrones- n'était pas mensonger ! La magie est bien de retour à Storybrooke depuis que le sort jeté par l'Evil Queen sur nos héros de conte de fée a été rompu, mais pas sous la forme à laquelle ils sont habitués. Cela complique les choses pour tout le monde, sauf pour Mr Gold bien sûr, le chef d'orchestre de ce grand bouleversement, à qui il arrive parfois d'être dépassé par les événements mais certainement pas cette fois-ci. Il convoque une sorte de Dementor à la Harry Potter, aspirateur d'âmes, pour se débarrasser avec grandiloquence de Regina. Il échoue mais il n'a clairement pas dit son dernier mot. Et ce n'est pas Belle, contrairement à ce qu'elle croit, qui réussira à l'en dissuader. A l'heure actuelle donc, ce n'est plus la mairesse de la ville qu'il faut craindre mais l'antiquaire pervers. Et la perspective de ne plus assister, pendant au moins quelques temps, aux affrontements verbaux et stériles de Regina et Emma, est un véritable soulagement. Les voir faire équipe dans cet épisode était même très plaisant. Ce qui était cool aussi et qui devrait continuer à l'être, c'était de voir la douce Mary Margaret retrouver ses réflexes bad ass maintenant qu'elle est redevenue Snow White. J'attendais avec impatience les "retrouvailles" entre Emma et ses parents et je dois dire que je n'ai pas été déçu. C'était court mais très émouvant. Et drôle aussi lorsque Snow réalise tout ce qu'elle a confié sur sa vie amoureuse et sexuelle... à sa fille ! C'est exactement le genre de situation décalée dont je rafolle dans la série. Cela dit, dans l'ensemble, j'ai trouvé les dialogues faibles. Hormis quelques bonnes répliques disséminées çà et là, on reste dans la caricature et on verse souvent dans la facilité. C'est vraiment dommage. C'est souvent ce qui empêche la série de vraiment décoller. 

   Vu le cliffhanger de l'épisode, très bien amené et efficace, les liens entre Snow et sa fille devraient rapidement se resserrer et nous offrir de beaux moments de complicité. Elles sont toutes les deux bloquées à FairyTale Land désormais, loin de Charming, d'Henry et des autres, mais accompagnées de deux nouveaux personnages féminins prometteurs : Aurora, la Belle au bois dormant, et Mulan, la guerrière qui a beaucoup à apprendre à ses collègues féminines. Ce quatuor me réjouit d'avance ! Je trouve en plus que les actrices ont été super bien choisies. Je connais mal Sarah Bolger, n'ayant pas suivi Les Tudor, mais je l'ai trouvé convaincante dans ce premier épisode. Idem pour Jamie Chung. Cela compense le ratage Cendrillon de la saison 1. Le seul petit problème que je vois se profiler, c'est que toutes ces princesses vont finir par se rassembler. Elles ne paraissent pas vraiment se distinguer les unes des autres par des caractères différents. On a d'ailleurs le même souci avec leurs alters ego masculins, tous fabriqués dans le même moule et relativement transparents jusqu'ici. Il serait temps qu'un nouvel homme fort et charismatique vienne accompagner Rumplestiltskin, d'autant qu'on ne reverra peut-être jamais Pinocchio. Le triangle amoureux autour d'Aurora, Mulan et le beau Prince Phillip -dont on souhaite vivement la résurrection... on nous a déjà privé du Chasseur... ça suffit !- s'annonce particulièrement croustillant. 

   Bien entendu, ce Season Premiere soulève de nombreuses questions. La première qui me vient spontanément à l'esprit : qui est vraiment ce Dr Whale ? On n'a toujours aucune piste sur sa véritable identité féérique et on ne comprend vraiment pas ses intentions. Et puis visiblement, personne n'a l'air de le savoir. J'imagine bien que dans la logique de la série, tous les personnages ne se connaissent pas forcément mais ça m'étonne un peu qu'ils ne mènent pas leur petite enquête. J'imagine que c'est encore trop tôt... Autre question, toujours basée sur une affaire d'identité : qui est le mystérieux monsieur qui ouvre la saison ? Dans la plus pure tradition Lostienne, l'idée était excellente en tout cas ! J'ai l'impression qu'il faudra attendre au moins la mi-saison avant qu'un début de réponse nous soit donné, et j'aime cette vision des scénaristes sur le long terme. La théorie la plus évidente, c'est imaginer qu'il s'agit du fils perdu de Rumple, envoyé pourrir au milieu de la race humaine dans une grande ville qui n'a absolument rien de magique. Bon et puis il y a les questions tout à fait évidentes qu'il est inutile de lister : comment Snow et Emma vont-elles faire pour retourner à Storybrooke ? Pourquoi une partie de FairyTale Land n'a pas été touchée par la malédiction, du moins pas de la même manière puisque le temps s'est quand même arrêté pendant 28 ans pour ceux qui étaient présents sur ces Terres ? Pourquoi le Petit Loup-Chaperon Rouge Ruby n'a encore servi à rien ? Tout ça tout ça quoi... 

vlcsnap_2012_10_04_01h21m47s8 vlcsnap_2012_10_04_01h18m57s97


// Bilan // Si le charme de la Méchante Reine est désormais rompu, celui de Once Upon A Time reste intact. Cette deuxième saison débute sous les meilleurs auspices, avec un premier épisode solide et visuellement convaincant, qui contient ce qu'il faut de changements, de nouveaux personnages et de pistes inédites à explorer pour nous tenir en haleine un bon moment. La magie est revenue à Storybrooke, certes, mais elle n'avait jamais quitté la série !

 

13 mai 2012

Once Upon A Time [1x 20 & 1x 21]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Stranger // An Apple Red As Blood

9 200 000 tlsp. // 8 950 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_05_09_01h33m46s211 vlcsnap_2012_05_09_01h31m57s143

   Grâce à vous, chers lecteurs, j'ai su avant même d'avoir vu l'épisode révélant la véritable identité d'August que je m'étais trompé dans ma théorie. Damn You ! Il n'est pas du tout Henry vieux, qui aurait voyagé dans le temps je ne sais comment. Je prends un moment quand même pour vous dire que ce n'était pas si idiot et farfelu. Quoi ?J'y tiens moi à cette idée ! Heureusement, la vérité ne me déplait pas. Qui est-il alors ? Un personnage de conte de fées auquel je n'aurais probablement jamais pensé alors que, pourtant, plein d'indices étaient sous notre nez depuis le début (la jambe défaillante, la maitrise de l'art du mensonge...). Preuve que les auteurs se sont extrêmement bien débrouillés sur ce coup-là et sans tricher. Pinocchio ! Je n'avais repéré aucune bosse suspecte sur le monsieur, il faut dire, à quelque endroit que ce soit. On ne saura probablement jamais ce qui s'allonge chez lui mais il fait assurément une jolie poupée. Je me demande quand même comment on peut passer de petit rouquin à grand brun ténébreux. De la magie sans doute. Rien d'anormal ici donc. Je sais que je suis indulgent en général au sujet des effets spéciaux de la série -en partie parce que j'adopte tout simplement une attitude réaliste- mais j'espère que vous serez d'accord avec moi sur ce coup-là : les passages sur l'eau, lors de la tempête, étaient fort réussis ! Ça se voyait parfaitement qu'on était en studio bien sûr mais la réalisation était épique et le petit personnage animé bien fichu. Globalement, l'histoire de Pinocchio, connectée à celles de Gepetto et Jiminy, a été bien traitée et tout nous a été expliqué, sans laisser aucune zone d'ombre. On ne peut être plus satisfait par rapport aux réponses que l'on attendait. La seule chose qui m'a chagriné, c'est la fin, expédiée. August abandonne trop facilement Emma. 

   Tout ce qui touche à la quête d'August, à son émotion lorsqu'il retrouve son père (la scène finale est simplement superbe), à sa force de caractère malgré la souffrance pour mener à bien sa mission face à une Emma limite débile sur les bords, était vraiment prenant et fort. Même dans les épisodes les plus réussis ces derniers temps, la série manquait peut-être de cette force justement, de ce souffle épique. Il fait bon l'embrasser à nouveau à l'approche de la conclusion de la saison. Il fait bon sentir la menace concrètement et autrement que par Regina. Même si Emma était à frapper par moment, mais vraiment, et surtout lorsqu'elle décide de partir de la ville avec Henry sous le bras, j'ai trouvé la prestation de Jennifer Morrison remarquable. C'est sans doute la première fois qu'on lui donne véritablement l'occasion de s'appuyer sur une vaste palette d'émotions. La Emma amorphe, la Emma cynique, la Emma bonhomme, on a assez donné ! Au milieu de tout ça, la nouvelle tentative désespérée de Regina pour faire souffrir Mary Margaret -en essayant de lui piquer David- n'était pas des plus subtiles. 

vlcsnap_2012_05_09_01h33m12s118 vlcsnap_2012_05_09_01h38m06s244

   Malgré un déroulement quelque peu prévisible par moment, le pénultième épisode de la 1ère saison de Once Upon A Time parvient à faire monter la pression bien comme il faut et nous offre la promesse d'un grand épisode final. Espérons qu'il soit justement moins prévisible. Une chose est sûre : Emma, après avoir longuement nié l'évidence, va devoir se faire une raison : les contes de fées existent, elle en est issue et c'est elle et uniquement elle qui peut sauver les habitants de Storybrooke. Il n'y avait que Henry lui-même qui pouvait la convaincre de toute façon. Il aura passé la saison à essayer et la dernière carte qu'il a abattu sera forcément la bonne. On ne croit pas une seule seconde qu'il puisse périr évidemment, et je préfère ne pas m'autoriser à le croire de toute façon pour ne pas être déçu, mais le sacrifice est puissant. Il ne peut qu'en découler des événements encore plus forts. An Apple Red As Blood permet de revenir peu à peu au moment où l'histoire de la série a commencé, après que Snow White ait mangé la fameuse pomme empoisonnée. C'était très excitant de voir tous ces personnages joindre leur force pour sauver Charming (d'autant que la bande son était exceptionnelle à ce moment-là). Sur le principe du moins. Car, cette fois, les scénaristes ont vu trop grand. La mise en images n'était pas à la hauteur et ne pouvait pas l'être en fait. Toutes ces fées qui jettent une pauvre poignée ou deux de poudre magique, c'était un peu ridicule. Rien d'impressionnant visuellement donc, mais du divertissement de qualité quand même.

   On ne s'ennuie jamais à Fairytale Land. A Storybrooke, ça arrive plus souvent mais pas cette fois. La petite combine de Regina avec le Chapelier Fou Jefferson était un peu trop bancale à mon goût et semblait n'être qu'un prétexte pour faire revenir ce personnage, il est vrai, très intéressant et même fascinant. Et puis il y a encore tant de choses à expliquer le concernant que c'est un peu frustrant qu'il ne soit ici qu'un simple accessoire. Mettre de la magie dans un monde qui n'est pas censé en avoir, c'est aussi un moyen un peu facile de débloquer une situation impossible. Mais y'avait-il vraiment un autre échappatoire crédible ? L'excellente trouvaille, prévue depuis le départ je suppose cela dit, c'est que la mort d'Emma entraînerait automatiquement la fin de la malédiction. Non parce que c'est bien de chercher à expliquer pourquoi Regina ne se contente pas de tuer sa pire ennemie. Après tout, ce ne sont pas des choses qui sont censées l'arrêter ! Et maintenant ? Vivement le final ! 

vlcsnap_2012_05_09_01h34m30s138 vlcsnap_2012_05_09_01h34m50s83

 


// Bilan // Dans le premier épisode, Once Upon A Time se surpasse visuellement tandis que dans le second, elle montre à nouveau ses limites. Mais, dans les deux cas et c'est ça le plus important a fond, elle fait preuve d'une grande maîtrise scénaristique, à peine gâchée de temps à autres par quelques facilités. Cette fin de saison est solide, intense et émouvante. Il ne reste plus qu'au final de confirmer...

25 mars 2012

Once Upon A Time [1x 16]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

Heart Of Darkness // 8 690 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_03_24_21h07m35s194 vlcsnap_2012_03_24_21h02m13s41

   Ca y est ! Je crois que j'ai compris qui était l'étranger August ! Okay, ce n'est pas vraiment le sujet central de l'épisode, mais la scène entre Henry et lui m'a beaucoup plu. Et je pense que... August est en réalité... Henry lui-même ! Henry plus vieux quoi. Ne me demandez pas comment ni pourquoi ! Mais un voyage dans le temps dans l'univers de Once Upon A Time ne me paraît pas inapproprié. Vous verrez. Vous l'avez lu ici en premier !

   Pour en revenir à nos soucis actuels, on notera que les auteurs consacrent désormais un épisode sur deux, quasiment, à Snow White et Charming. C'est autour de ces héros que tous les enjeux actuels tournent et les personnages satellites, au moins cette fois-ci, avaient malgré tout tous un rôle à jouer : les 7 nains, Henry, Jiminy Crickett (le retour), Red... et bien entendu Rumplestiltskin qui tire toutes les ficelles, encore plus maintenant qu'il a pu "mettre en bouteille" la potion du "True Love" (dont le fruit de l'union est Emma). Il faut plus de personnages comme celui-là en saison 2. Je sais, ça va être compliqué... C'est lui qui sauvera Mary Maragaret des griffes de Regina à n'en pas douter. Elle s'est pourtant donnée du mal. Chapeau aux scénaristes d'avoir en fait sorte que les personnages puissent douter légitimement de la maîtresse d'école. Et surtout David ! Il est le premier à avoir des flashs de sa vie passée de Prince, mais il n'a pas encore tous les outils pour les comprendre. Et sincèrement, je ne pense pas qu'il les ait un jour. Il faudra sûrement compter sur quelqu'un d'autre de ce coté-là. Par ailleurs, j'étais assez surpris qu'il faille que Henry souffle à Emma que Regina était celle qui avait tué Kathryn. Il me semble qu'elle est assez intelligente pour le deviner toute seule, surtout que ce n'est pas comme si elle n'avait pas un passif avec la mairesse ! Bref, Emma n'est pas toujours traitée par les auteurs comme elle le devrait et c'est bien dommage. 

   Ce que j'ai ADORE dans cet épisode, c'est cette Snow White super badass, très très éloignée de la Blanche Neige de notre enfance, prête à tuer de ses propres mains the Evil Queen s'il le fallait. La scène où elle chassait un oiseau m'a particulièrement plu. Tellement anti-Disney. Ca fait du bien aussi, même si c'était de courte durée. Ginnifer Goodwin a été géniale, mais pas comme d'habitude : plus encore que d'habitude ! Je l'aime. Elle était tout aussi bonne dans l'action dans les bois que dans l'émotion dans sa cellule. Les producteurs n'auraient jamais pu trouver une incarnation du personnage plus parfaite. Cela dit, je me dis toujours que l'actrice doit se sentir un peu laisée niveau dialogue par rapport à Big Love. C'est un problème constant dans la série : des répliques pauvres ou trop répétitives. 

vlcsnap_2012_03_24_21h01m51s74 vlcsnap_2012_03_24_21h08m09s21


// Bilan // A good show isn't born, it's made !

21 janvier 2012

Once Upon A Time [1x 09]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

True North // 9 830 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_01_20_01h41m29s246 vlcsnap_2012_01_20_01h41m07s28

    "Because We're Family And Family Always Finds One Another". La conclusion de cet épisode de Once Upon A Time en dit long sur le propos de la série en elle-même : il y est question d'amour, bien entendu, mais d'amour perdu qu'il faut retrouver sans jamais baisser les bras. La plus grande faiblesse de l'Evil Queen, justement, celle qui est à l'origine de toute cette souffrance pour chacun des personnages, c'est l'amour, qu'elle n'a pas eu en quantité suffisante. L'amour de sa mère plus particulièrement ? Lorsque Hansel et Gretel, les héros du jour, refusent de vivre dans le château avec elle afin de retrouver leur père, le vide à la place de son coeur devient encore un peu plus grand. White Snow est sa pire ennemie car c'est la femme la plus aimée de son royaume. Elle a désormais en sa possession la pomme empoisonnée qui la tuera. J'ai beaucoup aimé la façon dont les histoires de Blanche Neige et de Hansel et Gretel ont été mélangés pour former un tout cohérent et pertinent. Le passage dans la maison de pain d'épice était jouïssif (malgré les effets spéciaux douteux) et la prestation d'Emma Caulfield en Blind Witch était fantastique ! Elle en a fait des tonnes mais c'est ce qui la rendait si flippante. C'est fou quand même comme cette histoire, quand on y pense, est troublante. Même si la sorcière n'a pas l'intention d'abuser des enfants sexuellement, on ne peut pas s'empêcher de penser à la pédophilie. Cette manière de manipuler les enfants, de les emprisonner et de vouloir les "manger" avec tant d'appétit... Les scénaristes n'ont pas reculé devant cette difficulté et n'ont pas cherché à aseptiser le conte. Gretel est un personnage intéressant, mais on ne pas en dire autant de Hansel, très tête à claque. Quand je pense que certains ne supportent pas Henry ! La fin de leur histoire -pour le moment en tous cas- dans le monde des contes de fée est particulièrement réussie car elle ne rélève pas du happy end classique. Alors que...

... la fin de leur aventure à Storybrooke est beaucoup plus sirupeuse, si bien que l'émotion, trop forcée, n'est pas vraiment passée chez moi. Pourtant, c'était touchant de voir la forte Emma fondre en larmes face à ce dénouement heureux, qu'elle a provoqué en déjouant les plans de Regina. Nicholas Lea dans le rôle du papa des deux enfants n'a pas été utilisé au plus fort de son potentiel, c'est peu de le dire, mais il reviendra peut-être plus tard. Un mécanicien, ça peut toujours servir dans une si petite ville ! La petite discussion entre Emma et Henry sur le père de ce dernier était très émouvante en revanche même si l'on sentait bien que le discours de la jeune femme était bien trop déceptif scénaristiquement parlant pour être vrai. Evidemment que non, son père n'est pas mort. On le rencontrera tôt ou tard et il aura certainement un grand rôle à jouer. Lui aussi est peut-être le fils d'un personnage mythique que l'on connaît bien (ou que l'on rencontrera plus tard). La fille de Blanche Neige qui se marie au fils de Cendrillon ? Bien entendu, malgré le concours de circonstances suspicieux, l'étrange motard qui débarque à la fin de l'épisode et qui a donc réussi à pénétrer dans Storybrooke, ce qu'un être humain "normal" n'est pas censé pouvoir faire, n'est pas le père d'Henry. Emma semble sincèrement ne pas le connaître. Curieux de savoir qui il est, je sens qu'il est en quelque sorte un catalyseur qui va accélerer la cadence des intrigues. Il est le bienvenue en somme ! Entre autres passages intéressants, on notera celui où Mary Margaret est troublée par la couverture d'Emma, le seul objet qui lui reste provenant de ses parents; ainsi que l'absence du nom de Mr. Gold sur sa propre carte de visite,  et ce court passage où Blanche Neige évolue avec les 7 nains pour la première fois !

vlcsnap_2012_01_20_01h42m36s151 vlcsnap_2012_01_19_00h27m59s187


// Bilan // On n'attendait pas forcément grand chose de l'histoire de Hansel et Gretel, elle a pourtant beaucoup apporté aux personnages d'Emma, Henry, l'Evil Queen et Regina. Un épisode très bien ficelé, malin et touchant, qui aurait peut-être gagné à être un peu moins mielleux dans les derniers instants. 

19 décembre 2011

Once Upon A Time [1x 07]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Heart Is A Lonely Hunter // 8 920 000 tlsp.

 61074943_bis


 vlcsnap_2011_12_18_19h42m02s46 vlcsnap_2011_12_18_19h42m30s68

    Il n'y a désormais plus l'ombre d'un doute sur ce que sait ou ne sait pas Regina. Elle sait TOUT et bien plus encore. Elle sait surtout qui elle est vraiment (The Evil Queen) et ce qu'elle veut. Elle qui n'a pas de coeur (ou prétend ne pas en avoir) en possède pourtant une belle collection dans une crypte souterraine. Cette petite visite, je dois bien le dire, m'a mis en émoi. C'est si bon de se balader dans cet entre deux mondes aussi féérique que sinistre ! C'est fou en tous cas ce que le coeur peut avoir de l'importance dans la vie de cette femme : il lui fallait récupérer celui de l'être qu'elle aimait le plus -son père- pour mettre en marche la malédiction; il lui fallait garder précieusement celui du Chasseur pour le contrôler dans l'ancien monde comme dans le nouveau; et il lui fallait un homme sans coeur pour pourchasser Blanche Neige, une entreprise qui a échoué et qui a amené la jeune femme à se transformer en Robin des bois. Les pièces du puzzle se rassemblent petit à petit, au moins pour les deux rivales au centre de la série. On ne sait toujours pas précisément ce que Snow White a fait à l'Evil Queen mais il est question de secret et de trahison. La révélation a intétêt d'être à la hauteur quand elle aura lieu ! Cela ne résume en tous cas pas à une question de pouvoir même si, logiquement, la méchante reine la voulait morte ne serait-ce que pour avoir accès au trône et régner seule. Elle a tué/fait tuer son mari (le père de Blanche Neige) pour ça après tout. 

   Comme beaucoup l'avait deviné en amont, le shérif Graham n'était autre que le Chasseur de Blanche Neige. Les auteurs ont pas mal respecté l'histoire originale cette fois-ci, il n'y a donc pas eu tellement de surprises de ce coté-là mais sa quête, sa défaite puis son châtiment n'en sont pas restés moins passionnants à suivre. J'ai beaucoup aimé la rencontre entre le Huntsman et Snow White, ainsi que, dans le présent, sa discussion avec Mary Margaret. Enfin un personnage a commencé à se souvenir -à la suite d'un baiser, ce qui n'est pas sans rappeler à nouveau notre chère Lost- et à se poser les bonnes questions. La scène entre Graham et Henry était d'ailleurs pas mal non plus dans son genre, très libératrice. Les choses se sont gâtées ensuite et je ne m'attendais vraiment pas à ce que le sort s'acharne à ce point sur le héros, qui finit par mourir, le coeur émietté par Regina. Salauds de scénaristes ! Jusqu'ici, on en avait un peu rien à faire du shérif -hormis le fait qu'il était charmant, et bien plus que prince d'ailleurs- mais en un seul épisode, ils ont réussi à nous le rendre hautement sympathique. Forcément, un jeune homme qui pleure les bêtes mortes, ça a de quoi toucher. On aurait bien verser une petite larme avec lui même... Et voilà qu'on nous l'arrache dans d'atroces souffrances ! Ca me rappelle un certain Boone, pas très intéressant jusqu'à ce qu'il meure et qu'on le regrette amèrement...

   Que peut bien représenter le loup dans la série ? Est-il vraiment un protecteur ? Un guide ? Tout porte à le croire, surtout quand on repense au pilote : le loup s'est mis en travers du chemin d'Emma, elle a eu son accident de voiture et elle est donc restée à Storybrooke. Mais est-ce la réincarnation d'un personnage mort, ou tout simplement la forme animal d'un personnage que nous connaissons déjà ? Certes, on n'est pas dans True Blood et je ne suis pas certain que les shapeshifters fassent partie des contes de fée mais tout est possible après tout. Peut-on imaginer que Rumplestiltskin/Mr Gold a tué le loup puis l'a enterré dans la forêt ? On dirait bien et c'est inexplicable : parfois il donne l'impression de vouloir aider les personnages à se souvenir, et d'autres fois, il agit pour que ce soit tout l"inverse !? Vivement qu'il obtienne son propre épisode, qu'on en apprenne un peu plus sur son histoire, même si je doute que ses motivations nous soient révélées tout de suite. 

vlcsnap_2011_12_18_19h39m21s228 vlcsnap_2011_12_18_19h42m53s45


// Bilan // Indéniablement, avec ce très bel et intense épisode -écrit par les créateurs de la série eux-mêmes- Once Upon A Time marque beaucoup beaucoup de points et éveille plus que jamais notre curiosité. 2012 sera l'année des contes de fée !