30 avril 2013

Beverly Hills Cop [Pilot Script]

20443690

BEVERLY HILLS COP

Drama // 42 minutes

68556638

Créé et produit par Shawn Ryan (The Shield, Terriers, The Chicago Code, Last Resort). Basé sur la saga Le Flic de Beverly Hills. Réalisé par Barry Sonnenfeld (La Famille Adams, Wild Wild West, Men In Black, Pushing Daisies). Pour Sony Pictures Television, Paramount Pictures & CBS. 60 pages.

La suite de la saga, centrée sur les exploits du fils d'Axel Foley, Aaron. Flic infiltré dans un gang de Detroit depuis plusieurs mois, le jeune homme est obligé d'en suivre les membres à Los Angeles. Lorsqu'ils sont tous assassinés sous ses yeux, il rejoint le commissariat de Beverly Hills pour mener l'enquête. Il est alors aidé par son célèbre père...

Avec Brandon T. Jackson (Tonnerre Sous les Tropiques, Percy Jackson, Fast & Furious 4), Christine Lahti (Chicago Hope, Jack & Booby, Hawaii 5-0), David Denman (The Office, Drop Dead Diva), Kevin Pollak, Sheila Vand (Cult) et les participations d'Eddie Murphy et Judge Reinhold.

 

   Je ne vous cache pas que 1/ La saga Le Flic de Beverly Hills n'est pas ma tasse de thé. 2. J'ai dû m'y reprendre à trois fois pour aller au bout de ce script car je m'endormais systématiquement dessus (mais ce n'était pas uniquement à cause de sa qualité). 3/ On s'en fiche au fond de ce que je vais dire puisque, de toute façon, CBS va commander ce pilote en série à n'en pas douter. Quitte à prendre la place d'un projet plus méritant et plus original évidemment. Mais honnêtement, en ayant l'esprit le plus ouvert du monde, je ne trouve pas que Beverly Hills Cop soit si efficace que ça dans son genre. Je m'attendais à quelque chose de plus drôle et de plus vif. C'est très rythmé, les scènes d'action s'enchaînent et les amateurs y trouveront leur compte. Mais ce n'est pas aussi divertissant que prévu. Les répliques amusantes ne fusent pas tant que ça. Ou alors je n'en ai pas toujours saisi l'humour, ce qui est fort possible. Pour la subtilité, évidemment, on repassera. Ca parle de Jay-Z et Beyoncé à un moment donné. Là, c'était à mon niveau. J'ai souri. Le reste... 

   Pardonnez mon cynisme, mais Beverly Hills Cop, c'est quand même l'occasion unique d'avoir un héros black sur CBS ! Le miracle a eu lieu. Et je dirais même deux puisqu'Eddie Murphy n'est pas un simple guest dans ce pilote. Il est très présent, notamment dans le deuxième, le quatrième et le dernier acte. Sauf qu'aux dernières nouvelles, il n'est pas question qu'il apparaisse à chaque épisode. Le personnage est censé avoir sa petite vie tranquille à Detroit. Je me demande bien pourquoi l'acteur n'a d'ailleurs pas accepté d'être régulier. Ce n'est pas comme si sa carrière était à son apogée. Il ne fait plus rien. Ce qui fonctionne dans ce pilote, c'est le duo père/fils : les vannes qu'ils s'envoient, le respect mutuel qu'ils ont l'un pour l'autre et qui parvient occasionnellement à créer un semblant d'émotion ainsi que l'effacité de leur alliance au cours de l'enquête de ce premier épisode. L'un apporte son énergie et sa naïveté, tandis que l'autre joue sur son expertise tout en refusant d'être trop sérieux et trop raisonnable. Bref, dès le deuxième épisode, si Axel n'est plus là, Aaron va avoir un peu de mal à tenir la barraque à lui tout seul, aussi doué soit Brandon T. Jackson. C'est-à-dire que l'on fait une fausse promesse au téléspectateur et ça, en général, ça ne pardonne pas. Et si Beverly Hills Cops faisait un four ? On a presque du mal à l'imaginer, et pourtant... Cette hypothèse n'est pas à écarter. On ne peut pas vraiment dire qu'Aaron puisse reposer sur une équipe attrayante. Ils n'ont pas assez de place dans ce pilote pour exister. Ils se contentent de faire le job. La jolie créature de l'équipe entame évidemment un jeu de séduction avec le héros. Pourquoi se casser la tête à chercher des dynamiques originales ? La scène d'ouverture est assez sombre, mais le reste est beaucoup plus clinquant étant donné le lieu de l'action. Le contraste sera sans doute saisissant. Mais là encore, on est presque dans la fausse promesse. Le teaser n'est pas du tout à l'image de la suite. Ah et puis j'en veux à Christine Lahti d'avoir accepté ce rôle de chef de la police lisse et ennuyeux. Vous vous souvenez de Lauren Holly dans les premières saisons de NCIS ? J'ai eu l'impression que c'était le même rôle, le même personnage. A la fin de l'épisode, Billy Rosewood débarque à son tour. Il est devenu le Maire de Beverly Hills. Cette apparition n'aboutit sur rien, même pas une réplique drôle. C'est un non-événement. 

   Bien que je sois dans l'obligation d'admettre que Beverly Hills Cops n'est pas du tout mon genre de série, si j'avais trouvé ce script efficace, je n'aurais pas hésité à le dire. Mais ce n'est pas le cas. Ou alors je suis passé complètement à côté de ce qu'il avait de véritablement fun. On est dans du CBS typique, plus dans l'esprit de NCIS: Los Angeles ou de Hawaii 5-0 que des Experts ou des Esprits Criminels, certes. Ca veut déconner, mais pas trop. Et dans de jolis décors, avec des belles filles et des grosses voitures. Ca n'apporte rien en clair. Shawn Ryan, le scénariste, nous a habitué à bien mieux..

Posté par LullabyBoy à 14:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 septembre 2012

Last Resort [Pilot]

 20192971

Captain (Pilot) // Diffusé le 27 septembre

44030377

 

What ?

Après avoir refusé d'obéir à un ordre de tir de missiles nucléaires jugé suspicieux, l'équipage d'un sous-marin américain fuit jusqu'à un point reculé de la planète. Apatrides et traqués, les marins décident de fonder eux-mêmes leur patrie sur une petite île déjà peuplée ! Le plus petit pays du monde à posséder l'arme nucléaire...

Who's Who ?

Drama créé par Shawn Ryan (The Shield, The Unit, Chicago Code) & Karl Gajdusek (Dead Like Me). Réalisé par Martin Campbell (Le Masque de Zorro, Casino Royale, Green Lantern). Avec Scott Speedman (Felicity), Daniel Lissing (Crownies), Andre Braugher (Men of a Certain Age), Robert Patrick (X-Files), Autumn Reeser (Newport Beach, No Ordinary Family), Daisy Betts (Persons Unknown), Dichen Lachman (Dollhouse), Jessy Schram (Falling Skies, Once Upon A Time), Camille de Pazzis (La Vie devant nous, Pigalle, la nuit)...

What's More ?

La série est tournée à Hawaii, comme actuellement Hawaii Five-O et précemment Lost, The River, Off The Map... 

So What ?

20108136

    Pour des raisons que j'ignore, étant donné que je déteste tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l'armée et à la guerre dans la fiction -et oserais-je ajouter "comme dans la vie" en bonne Miss France que je suis ?- Last Resort m'a tapé dans l'oeil depuis l'annonce du projet l'année dernière. Shawn Ryan, pourtant, ne fait pas partie de ma short-list de scénaristes et producteurs que je suivrais jusqu'au bout du monde puisque ses séries ne m'ont jamais tellement intéressé. Je ne remets toutefois pas en cause ni leur qualité ni son talent. La théorie que j'avais pour expliquer cette soudaine attirance et qui s'est vérifiée en regardant avec attention ce pilote, c'est que l'univers au coeur duquel Last Resort propose de nous plonger est vaste et inexploré, donc naturellement intrigant. Dès la lecture du pitch, on sent que l'on a affaire à quelque chose de tout à fait singulier, qui n'appartient à aucun genre en particulier. Ce n'est pas exactement la première fois qu'une série se déroule dans un sous-marin cela dit, certains se souviendront peut-être de Seaquest, police des mers dans les années 90 ou encore de Voyage au fond des mers trois décennies plus tôt, et je vous épargne les quelques mini-séries comme The Deep qui s'y sont aventurées. Mais Last Resort n'a rien à voir avec tout ça : elle s'annonce bien plus riche et ambitieuse.

   Les premières minutes, décisives dans un pilote puisque le téléspectateur est susceptible de partir aussi vite qu'il est arrivé, m'ont laissé une impression mitigée : je n'ai pas compris la moitié de ce que les personnages racontaient dans leur jargon militaire impénétrable, et je ne parle même pas de cette froideur mécanique légendaire qui me donne envie de fuir dans la seconde. Mais, après tout, les termes médicaux qui foisonnaient dans Urgences ne me dérangeaient pas. Je suppose que c'est une question d'habitude. Il y a aussi des codes à apprivoiser. Bref, cette immersion dans l'inconnue, quelque peu claustrophobique puisqu'il faut attendre un bon moment avant de sortir du sous-marin, est totale et excitante. Les événements se déroulent à une vitesse folle, ce qui laisse assez peu de temps et pour s'ennuyer et pour se questionner sur la crédibilité de l'escalade tragique qui est en train de s'opérer sous nos yeux. L'action nous porte de la première à la dernière minute du pilote avec une efficacité redoutable. La réalisation, énergique mais classique, parvient à retranscrire le sentiment d'urgence et de détresse des héros avec fluidité. Comprendre leurs décisions n'est pas une tâche aisée tant on ne sait encore rien d'eux. Leurs motivations elles-mêmes sont encore floues. Mais ce qui transpire du tandem principal, plutôt convaincant d'ailleurs grâce à Andre Braugher et Scott Speedman, largement au-dessus du lot, ce n'est pas seulement de la solidarité, pas seulement de l'amitié, c'est un sens de l'honneur exemplaire, une forme de patriotisme plus complexe que ce que l'on a l'habitude de voir dans les films et séries qui mettent en scène des militaires, puisqu'ils se retrouvent à se retourner contre leur propre pays alors qu'il vient de les trahir. Leur rêve américain s'écroule. Il leur faut tout à coup penser au-delà de leur petit confort, au-delà de leur famille, pour suivre leur instinct en croyant encore aux notions de liberté et de justice. Last Resort touche là à des thématiques fortes qui la rangent définitivement du côté du divertissement intelligent. Il faudra toutefois veiller à ce qu'elle ne devienne pas une propagande grandeur nature telle The Unit en son temps. Il n'y a rien de pire que ça.

   Il se passe tellement de choses au cours de ces 42 minutes que le focus sur chacun des personnages principaux est inévitablement léger. Ils n'ont pour le moment aucune épaisseur particulière en dehors de ceux suscités, mais ils existent et la plupart d'entre eux possède du potentiel. Ils forment en plus un groupe relativement soudé, avec ce qu'il faut de failles et de traitres. La scène de « La Bamba » est un moment très sympathique d'ailleurs, un peu plus léger donc bienvenu. La seule représentante féminine de l'équipage qui soit vraiment mise en avant va avoir la lourde responsabilité de ne pas être qu'un intérêt amoureux. Plusieurs passages en dehors du sous-marin viennent apporter une touche de mystère et plus d'envergure encore à l'histoire. Je pense surtout à ce qui se passe à Washington, en compagnie de la ravissante Autumn Reeser. Sur l'île, notamment avec la française Sophie, il n'y a pour l'instant pas grand-chose à se mettre sous la dent, d'autant que les premiers pas de Camille de Pazzis dans une production américaine laissent à désirer. Le moment où elle se met à pleurer frôle le ridicule. Dans le même genre, les flashbacks de Sam sur ses derniers instants avec sa femme semblent avoir été ajoutés pour remplir le quota « ménagères » de la série. On s'en serait bien passé.

   Les quelques défauts de ce premier épisode de Last Resort n'ont pas réussi à entamer mon enthousiasme et à me gâcher le plaisir, ce qui tend à prouver l'efficacité de l'ensemble. Je ne peux pas m'empêcher d'imaginer ce à quoi la série aurait pu ressembler si elle s'était retrouvée sur une chaîne câblée type Showtime, avec moins de contraintes grand public, peut-être des moyens encore plus conséquents et des saisons réduites à 13 épisodes, mais ce que l'on nous offre là est déjà de haute volée. Il se peut que Last Resort soit la meilleure nouvelle série de network de la saison ! Elle a réussi sa première mission. Bien d'autres l'attendent encore...

What Chance ?

 La stratégie d'ABC qui consiste à proposer Last Resort avant Grey's Anatomy reste bien mystérieuse mais, à n'en pas douter, des études marketing ont été réalisées avant de prendre cette décision. Elle doit donc répondre à une logique. Reste à déterminer laquelle. La seule piste que j'ai : la contre-programmation. Face à X-Factor, les comédies de CBS et NBC et Vampire Diaries, un drama musclé est une alternative intéressante. Une case à 22h aurait cependant été plus adaptée, à mon avis. Au bout du compte, il est extrêmement difficile de prédire les futures scores de la série. Mais là où beaucoup voit un flop se profiler, j'avoue être légèrement plus optimiste...

How ? 

28 février 2010

Coming Next [Tour 7 - FOX]

dnesseason4nextminiban

800px_fox_wordmarksvg_590x255

Que serait la FOX sans "American Idol" ? Je vous le demande ma bonne dame ! On n'est pas prêt de le savoir en tous cas puisqu'en plus de ce mastodonte, la FOX a commandé une première saison de "X Factor" qui ne devrait arriver qu'en 2011. En tous cas, cette année bien plus que les précédentes, la FOX a bien mal géré sa case stratégique du post-"American Idol", a transformé son hit de l'année dernière, Fringe, en non-événement, a lancé des séries dont on savait pertinement qu'elles allaient se planter (Brothers, Past Life), n'a pas su imposer Lie To Me et Human Target. En gros, à part les valeurs sûres que sont House, 24 et Bones, l'année n'a pas été fameuse. Reste bien-sûr le phénomène Glee, qui n'est pas un hit d'audience mais qui vend beaucoup de disques et qui fait parler. Pour la saison prochaine, comparé aux autres chaînes, peu de pilotes ont été commandés et ils sont tous relativement différents les uns des autres... En voici une sélection. Une chose semble claire : la FOX veut relancer le genre de la sitcom sur son antenne. C'est la grande tendance toutes chaînes confondues.   


1. BREAKOUT KINGS (Pilote commandé)

Créé et produit par Matt Olmstead et Nick Santora (Prison Break, Lie To Me). Avec Domenick Lombardozzi (The Wire), Laz Alonso (Avatar), Malcolm Goodwin... 

Des ex-fugitifs sont recrutés pour devenir des US Marshalls qui sillonnent les Etats-Unis afin de résoudre les cas les plus périlleux...

__________

2. KEEP HOLE ALIVE (Pilote commandé)

Créé et produit par Greg Garcia (My Name Is Earl). Avec Garrett Dillahunt (Terminator : Sarah Connor Chronicles, No Country For Old Men), Martha Plimpton (Urgences)...

Un homme de 25 ans se retrouve du jour au lendemain avec un enfant à élever sur les bras. Sa famille un peu barrée va l'aider à sa façon...

  __________

3. THE MYSTERIES OF OAK ISLAND (Script commandé)

Créé et produit par Tom Wheeler.

Une mère célibataire et ses deux enfants héritent d'un phare de 200 ans sur une île mystèrieuse au large de Nova Scotia. Elle est célébre pour renfermer dans ses entrailles de nombreux trésors...

  __________

4. MOST LIKELY TO SUCCEED (Pilote commandé)

Créé par David Alpert. Produit par David Nevins (Friday Light Lights, Lie To Me, Shark) et Brian Grazer (24, Arrested Development). Avec Kathryn Hahn (Preuve à l'appui), Malcolm Barrett (Better Off Ted)...

Un groupe d'amis, qui ont tous été des enfants stars, doivent affronter la réalité de la vie d'adulte...

__________

5. RIDEALONG (Pilote commandé)

Créé par Shawn Ryan (The Shield) et réalisé par Charles McDougall (Desperate Housewives, Sex & The City, Big Love...). Avec Todd Williams (In Plain Sight).

Dans les rues de Chicago, les enquêtes menées par trois groupes d'officiers de police...

__________

6. MIDLAND (Pilote commandé)

Créé par Kyle Killen. Réalisé par Marc Webb (500 Jours Ensemble). Avec Jimmy Wolk et Eloïse Mumford.

Un arnaqueur professionel marié à deux femmes tente de se faire une place dans le business du pétrole de ses beaux-parents...

__________

7. TORCHWOOD US (Script commandé)

Créé, adapté et produit par Russell T. Davies.

Version américaine de la série britannique éponyme centrée sur un groupe qui utilise les technologies extra-terrestres pour venir à bout de problèmes qui dépassent le gouvernement et la police. Unis, ils se battent pour le futur de l'humanité. Car c'est au 21ème siècle que tout va se jouer...

NB: Le héros pourrait être interprété, comme dans l'original, par John Barrowman.

__________

8. UNTITLED WILL ARNETT PROJECT (Pilote sur le point d'être commandé)

Créé par Mitch Hurwitz (Arrested Development), Jim Vallely (Les Craquantes) et Will Arnett. Avec Will Arnett.

Un homme riche mais franchement stupide vivant à Beverly Hills tombe follement amoureux d'une jeune femme qui n'accepte ni son style de vie ni ses valeurs. Chacun va alors devoir composer avec les défauts de l'autre...

__________

9. TERRA NOVA (Script commandé)

Créé par Craig Silverstein et Kelly Marcel. Produit par Steven Spielberg (Jurassic Park).

En l'an 2100, une famille voyage dans le temps et se retrouve à l'ère préhistorique dans un monde étrange et inhospitalier...

NB: En raison d'un coût de production forcément très élevé, si la FOX se lance dans le projet, ce ne sera pas pour un pilote seulement mais une saison complète directement.

___________

10. NEVERMIND NIRVANA (Pilote commandé)

Créé et produit par Ajay Sahgal. Avec Rachael Leigh Cook, Ravi Patel, Harish Patel...

Deux frères d'origine indienne sont tiraillés entre leurs origines, notamment leurs parents très respectueux des traditions, et leurs amis et petites-amies qui ne partagent pas toujours les mêmes valeurs...

NB: Il s'agit du troisième pilote pour ce projet, d'abord développé pour NBC avec notamment Kal Penn et Judy Greer.

__________

A vos votes !

Vous pouvez toujours voter pour les projets de NBC : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de HBO : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de Showtime : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de la CW et de ABC Family : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de SyFy, TNT, USA Network... : ICI.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de CBS : ICI.

Posté par LullabyBoy à 12:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,