05 avril 2013

Gothica [Pilot Script]

abc_logo

GOTHICA

Drama // 42 minutes.

44030376_bis

Ecrit par Matt Lopez (L'apprenti sorcier, La Montagne ensorcelée). Produit par Mark Gordon (Grey's Anatomy, Private Practice, Army Wives...). Pour ABC Studios. 57 pages.

Après un exil de quelques années à New York suite à la mort de ses parents, Grace Van Helsing retourne à San Francisco, la ville où elle a grandi, pour rendre visite à son frère qui a repris les rènes de l'entreprise familiale : le journal Le Guardian. Mais lorsqu'il est assassiné dans de mystérieuses circonstances, elle n'a pas d'autre choix que de rester pour élucider l'affaire et comprendre l'origine de la malédiction qui frappe sa famille. Elle croise alors sur son chemin les figures emblématiques de la ville, parfois liées à son passé, comme Dorian Gray, Victor Frankenstein, le Dr Jekyll ou encore Dracula...

Avec Janet Montgomery (Made In Jersey, Merlin), Tom Ellis (The Fades, Miranda), Chris Egan (Kings, Vanished), Melissa George (Hunted, Alias, In Treatment...), Seth Gabel (Fringe, Dirty Sexy Money, Nip/Tuck), Raza Jaffrey (Smash, Mistresses), Tracie Thoms (Cold Case, Wonderfalls), Emma Booth (Underbelly)...

 

    Au petit du jeu du "trouvons la bonne idée qui permettra de faire un soap un peu plus original que la moyenne", Gothica frappe fort avec un concept qui arrive à point nommé. Elle fait du moderne avec du mythique, comme beaucoup de films et de séries aujourd'hui (Bates Motel et Hannibal en sont deux parfaits exemples), elle se veut aussi sexy -ça marche toujours- et gothique -American Horror Story, True Blood et d'autres en ont fait leur fond de commerce- et pour ABC, elle est, consciemment ou inconsciemment, un pendant plus sombre et plus adulte à la féérique Once Upon A Time. Elle possède donc d'un point de vue marketing des atouts non négligeables, que la chaîne saura plus que jamais identifier lorsqu'il faudra décider de son sort dans quelques semaines. En plus, même si Showtime travaille sur un projet très proche sur le papier développé par Sam Mendes et intitulé Penny Dreadful, elle devrait avoir l'avantage de se lancer en premier dans l'arène ! Au fond, que le script du pilote soit bon ou non, j'imagine mal comment ABC pourrait passer à côté. Ah si, il y a quand même la jurisprudence 666 Park Avenue, qui était dans le même style et qui a tenté sa chance cette saison sans succès. Mais elle n'avait pas les mêmes atouts -et les mêmes défauts- que Gothica.

   Mais ce script est-il bon, alors ? Oui... et non. Il est efficace. Ce qui n'est pas rien. Mais il repose en majeure partie sur des rebondissements et des twists assez peu originaux, propres à tous les soaps. Je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne ou une mauvaise chose, en fait. Cela ne sert à rien de toujours vouloir tout réinventer et d'être trop ambitieux. Beaucoup s'y sont cassés les dents par le passé. Mais c'est un peu dommage aussi de ne pas se creuser davantage les méninges pour surprendre davantage le public. Certains rétorqueront -et n'auront pas tort- que de toute façon tout a déjà été fait, que ce soit dans les soaps de journée ou dans les 14 saisons de Dallas, les 14 autres de Côte Ouest et que l'important est surtout de bien faire. Ce qui semble être le cas ici. Gothica a en plus l'avantage de s'assumer, contrairement à une certaine Revenge par exemple. C'est un signe positif pour la suite. En se basant sur des querelles familiales ancestrales -la guerre entre les Van Helsing, les Gray, les  Usher, les Frankenstein et les Drax- le créateur assure ses arrières avec de quoi alimenter facilement plusieurs saisons et proposer régulièrement des épisodes flashbacks, comme peut le faire Vampire Diaries. Il y a tant de choses à faire... c'est vertigineux !

    L'autre gros avantage de Gothica, c'est qu'en se basant sur des personnages déjà connus du grand public, elle s'épargne le dur et parfois ennuyeux processus de présentation de chacun d'entre eux. On comprend assez rapidement qui est qui, malgré les tentatives de créer un faux suspense quant à l'identité de certains, et ils font tous preuve, par essence, d'originalité, avec une aura qui les entoure naturellement. Le plus gros défi, il revient aux acteurs choisis pour les incarner qui ne doivent pas se contenter d'être beaux, ils doivent aussi être charismatiques, mystérieux et inquiétants, car tout le monde est inquiétant dans ce show à part l'héroïne. La distribution est plutôt alléchante. Je suis confiant. Le meilleur rôle, c'est sans doute celui que Melissa George a décroché. On la voit peut-être moins que les autres, mais cette Fiona Hunter en impose à chacune de ses apparitions, et surtout lors de la dernière dont je ne dirai pas un mot de plus. Ce serait gâcher la seule vraie grosse surprise du pilote ! Le flic très classique et la meilleure copine, on s'en serait bien passé. Mais tous les autres valent le détour à leur façon. On n'échappe évidemment pas au triangle amoureux, mais pour tout dire : il pourrait vite se transformer en partouze générale ! On a un peu l'impression parfois que Grace Van Helsing est l'objet de toutes les convoitises et qu'inversement, tous les hommes qui l'entourent de près ou de loin peuvent potentiellement l'intéresser, quand elle ne les a pas déjà consommés bien sûr. A part son frère évidemment, qui ne fait de toute façon pas long feu; et un autre personnage -celui de Seth Gabel- qui doit être gay, même si ce n'est pas dit explicitement. 

    Gothica tient à peu près toutes les promesses énoncées dans son concept : elle est soapesque à souhait, sexy et gothique/effrayante/intrigante. Mais je crains en revanche qu'elle soit plus prétentieuse qu'ambitieuse. Et je le redis une dernière fois : je l'aurais voulu plus surprenante dans son ensemble. A la place des dirigeants d'ABC, je ne me poserai cependant pas longtemps la question quant à la commander ou non. Elle est singulière, mais facile d'accès et surtout facile à vendre ! Et puis elle irait tout aussi bien avec Once Upon A Time, qu'avec Revenge ou même S.H.I.E.LD. Alors...

    


24 mai 2012

Fringe [4x 20, 21 & 22]

 dnes_season4_fringe_dunham_

Worlds Apart // Brave New World (Part 1 & 2 - Season Finale)

3 090 000 tlsp. // 2 730 000 tlsp. // 3 110 000 tlsp.

 44030376_bis // 44030377 // 44030377


 vlcsnap_2012_05_22_02h23m40s207 vlcsnap_2012_05_22_02h01m02s193

   Worlds Apart. Plutôt que de se concentrer sur la traque de Jones, qui aurait certainement été plus palpitante, cet épisode pré-final soigne les adieux de nos héros avec le monde alternatif et leurs doubles. Ca y est, c'est fini.  Plus de Faux-Livia, de Walternate et autres nicknames. Un nouveau chapitre de la mythologie de Fringe se termine, non sans remords. A mon sens, les auteurs n'ont pas su saisir toutes les opportunités qui s'offraient à eux dans cette saison 4. Ce n'est que très tardivement et pour deux ou trois enquêtes seulement que les deux mondes ont pu véritablement collaborer. Là, c'était intéressant. Là on entrait dans le vif du sujet, alors que l'on a fait que tourner autour du pot pendant des semaines avec des "cas du jour" plus ou moins inspirés et rarement subtils dans les parallèles qu'ils traçaient, sans compter qu'ils étaient redondants par rapport aux saisons précédentes en prétextant de les traiter sous un prisme différent. Mais le résultat était le même. En moins bien. Le retour ici de quelques "compagnons de Cortexiphan" d'Olivia se place précisément dans cette catégorie. C'était sans surprise et pas tellement émouvant. 

   L'émotion, on la trouvait en abondance chez Lincoln, quand il a pris la décision de quitter son monde pour rejoindre celui de Faux-Livia, laquelle se transforme en une sorte de lot de consolation. Lincoln lui-même fait plus l'effet d'un placebo à Faux-Livia qu'autre chose. C'est triste mais c'est bizarrement romantique. Ce qui est triste aussi, c'est de ne peut-être plus jamais revoir Lincoln dans la série. C'est un personnage auquel je m'étais vraiment attaché. En espérant revoir Seth Gabel ailleurs très vite. Les adieux entre les deux Walter étaient aussi touchants, d'autant qu'on a très peu vu ces deux-là ensemble. Mais la séparation définitive entre les deux Astrid, aussi anodine soit-elle dans l'épisode, est celle qui m'a le plus attristé. Elles partageaient vraiment quelque chose de fort en quelques rencontres seulement. Elles se sont vraiment beaucoup apportées. Worlds Apart laisse comme un goût amer...

vlcsnap_2012_05_20_18h56m12s53 vlcsnap_2012_05_22_02h16m56s8

   Brave New World. J'ai longuement cherché le mot qui conviendrait le mieux pour décrire ce double épisode final de la saison 4 de Fringe et je me suis finalement fixé sur : sage. Trop sage. Est-ce parce que les scénaristes avaient trop peur que la série s'arrête là qu'ils ont préféré ne pas lancer de nouvelles pistes, simplement clôturer convenablement toutes les intrigues en cours et offrir à chaque personnage -ou presque- un "happy-end" ? Ils ont été renouvelés depuis pour une saison supplémentaire donc ils auront l'occasion de se rattraper mais ça ne me rassure pas trop. Si la saison 5 ne reprend pas dans le futur, comme l'épisode Letters Of Transit le laissait supposer (et fantasmer), je ne vois pas bien où ils peuvent nous amener... Olivia et Peter ont eu leur scène d'amour pleine de promesse d'amour éternel, certainement pas la plus émouvante de leur tumultueuse relation mais jolie quand même. On a tellement pas l'habitude de les voir heureux sans nuages à l'horizon ! C'est un soulagement. Ils méritaient bien ça et nous aussi. Une telle patience devait être récompensée ! Lorsque les Bishop ont sauvé Olivia, c'est un des leurs plus beaux moments de complicité et d'émotion que le père et le fils nous ont fait vivre. J'en aurais bien versé une larme si tout n'avait pas été si rapide. La nouvelle  de la montée en grade de ce cher Broyles a inscrit un sourire sur son visage, timide certes, que l'on était peu habitué à voir. Nina a eu sa petite blagounette histoire de dire "On pense à toi hein, vieille rousse". Et puis Astrid était la grande absente. Je ne pensais pas dire ça un jour mais j'aurais presque aimé qu'elle succombe à ses blessures à la fin de la première partie. Il se serait passé quelque chose de fort et d'inattendu. En quelques secondes, John Noble a encore pu nous épater. Et c'est déjà pas mal. 

  La vraie star de ce final, ce n'était pas David Robert Jones, comme on s'y attendait depuis quelques temps, mais... William Bell ! Jones n'était qu'un pion. Ce qui est à la fois rassurant et agaçant. Tout ça pour ça... Le personnage valait mieux que cette mort abrupte, ni impressionnante ni choquante. Pour Bell, on sentait venir la révélation pour la fin de l'épisode mais parce que je n'avais pas du tout entendu parler du retour de Leonard Nimoy dans la série -qui a déjà dit deux fois qu'il prenait sa retraite hein...- je me disais qu'une surprise nous attendait. Soit qu'il n'allait pas apparaitre dans sa forme disons habituelle, soit qu'il n'allait pas apparaitre du tout et qu'une astuce serait trouvée. Il est finalement bien là, en chair, en os et surtout en machoire ! Le pauvre a de plus en plus de mal à jouer, il faut dire ce qui est. Mais le personnage, lui, ne perd pas de son charisme. C'est tout de même regrettable qu'il se transforme en un scientifique exceptionnel qui se prend carrément pour Dieu. C'est d'un classique ! Et c'est même pas étonnant venant de sa part. Il a toujours été plus ou moins comme ça après tout. Il a juste poussé son délire jusqu'au bout ! Et c'est là que le terme "sage" prend tout son sens : visuellement, on a quasiment droit à rien. On reste dans le bureau du monsieur. On attend qu'il se passe un truc fort et rien. Je ne m'attendais à ce que Nimoy se transforme en ninja ou je ne sais quoi -à la Astrid dans la première partie- mais bon. Un peu d'action, c'était trop demander ? L'idée de l'Arche de Noé elle-même n'a pas vraiment été exploitée. Sinon, j'étais content de retrouver Rebecca Mader de Lost -qui multiplie les guests partout mais jamais dans des série que je regarde- d'autant que le délire avec son visage dans le labo de Walter était vraiment très amusant ! Le retour des pouvoirs d'Olivia, c'était un peu facile mais toujours aussi fascinant, surtout maintenant qu'elle le maîtrise davantage.

vlcsnap_2012_05_20_18h54m50s2 vlcsnap_2012_05_22_02h34m03s36


// Bilan // S'il y a bien une chose devant laquelle Fringe n'a jamais reculé depuis les premiers épisodes de la saison 1, c'est l'ambition. Elle n'a pas cessé d'oser et de surprendre. Pourtant, le final de la saison 4 s'est contenté, lui, d'offrir un épilogue un peu facile à toute cette grande mythologie qui nous a passionnés tout ce temps. En fait, l'épisode 19 a pour ainsi dire "tuer le suspense". Il aurait presque fallu le proposer en guise de final, en fait. L'équipe de Fringe a cependant la chance de pouvoir conclure de meilleure manière la série avec une 5ème et ultime saison de 13 épisodes, un véritable luxe quand on réalise des audiences aussi abyssales. J'espère que l'opportunité sera pleinement saisie. Fringe est quand même une grande série fantastique, quoiqu'on en dise ! La meilleure depuis son modèle, X-Files ?

13 avril 2012

Fringe [4x 15, 4x 16 & 4x 17]

dnes_season4_fringe_bishops

A Short Story About Love // Nothing As It Seems // Everything In Its Right Place

2 870 000 tlsp. // 3 080 000 tlsp. // 3 100 000 tlsp.

44030376_bis // 44030377 // 44030376_bis


vlcsnap_2012_04_07_13h58m42s107 vlcsnap_2012_04_07_14h12m05s205

   A Short Story About Love. Sans la mécanique ultra balisée et lassante de l'affaire du jour, cet épisode aurait été parfait ! Le monsieur au faciès très disgracieux qui cherche à ressentir les joies de l'amour réciproque, rien que pendant quelques secondes, en détruisant des couples heureux, était flippant, dégoûtant et, d'une certaine manière, touchant. Mais la manoeuvre pour faire réfléchir nos héros est tellement peu subtile et redondante... Si la série doit s'arrêter cette saison à mon avis, c'est surtout à cause de ça. Les auteurs ne font plus suffisamment preuve d'imagination de ce point de vue-là et je ne me vois vraiment pas "subir" pendant encore un an, deux ans, trois ans, des variations sur le même thème. Tout le reste me passionne en revanche. J'ai adoré le tout premier plan de l'épisode, pourtant très simple, dévoilant une Olivia souriante, apaisée malgré les circonstances. C'était juste très émouvant. De même que lorsqu'elle se jette dans les bras de Peter à la fin de l'épisode. Ce n'est pas le genre de scène que l'on attend dans Fringe et c'est précisément pour cela que ça a marché cette fois-ci. Le tout est de ne pas en abuser à partir de maintenant. Ce quasi happy-end pour nos deux tourtereaux laisse toutefois perplexe. La saison n'est pas terminée. Il y a d'autres enjeux, certes, mais tout de même... 

   Il s'avère donc que, selon la théorie de l'Observer September, c'est l'Amour avec un grand "A" qui lie Peter à Walter et Olivia qui lui a permis de ne pas disparaître totalement de leur mémoire et de ce monde. Ca se tient. Ca me fait penser à du Once Upon A Time. C'est magique, c'est beau ! J'adhère. Tant pis pour les cyniques qui espéraient forcément une explication plus scientifique. La scène dans l'appartement de September avec le grand retour de la capsule longtemps abandonnée par les scénaristes était superbe. Cela laisse cependant peu d'indices sur ce qui nous attend par la suite. Si Peter est bel et bien dans la bonne timeline, alors de quoi doit-on s'inquiéter ? Le prochain épisode devrait nous éclairer sur la question... En dehors de ça, Walter était en super forme avec sa blague sur le "beaver". Ses facéties ne lassent pas. Je regrette  une chose au bout du compte : le retrait progessif de l'agent Lee. Comme si les auteurs s'étaient rendus compte qu'ils n'auraient jamais dû se servir de lui comme d'un obstacle entre Peter et Olivia. Le personnage lui-même semble se retirer sans se battre. Il mériterait un épisode rien qu'à lui afin d'approfondir son histoire. 

vlcsnap_2012_04_07_14h04m30s7 vlcsnap_2012_04_07_14h55m06s160

   Nothing As It Seems. Finalement, si cet épisode n'était pas centré sur Lincoln, il y figurait malgré tout de manière proéminente. Entre son dialogue avec Peter sur Olivia, assez triste dans le fond, les attaques du monstre de la semaine sur sa petite personne, sans compter la fiancée de la bête qui s'en est aussi prise à lui, les auteurs ne l'ont pas ménagé ! Ils s'en sont même servis comme punching ball. Je me demande du coup s'il ne va pas passer bientôt de vie à trépas. Il faut reconnaître que c'est à l'heure actuelle le personnage dont la mort nous toucherait le moins, même si on l'aime bien le petit.

   En choisissant de revenir sur une enquête de la première saison ("The Transformation", épisode 13), les scénaristes usent à fond du potentiel de la nouvelle timeline, en écartant, au premier abord seulement, David Robert Jones. Pour une fois, l'enquête avait donc un intérêt certain même si la première était un peu loin dans notre esprit. Les différences étaient flagrantes à mesure que la mémoire nous revenait. Les répliques avaient tendance à manquer cruellement de subtilité, de façon à rendre l'ensemble le plus compréhensible possible, mais c'est un mal pour un bien. Ils se sont de toute façon rattrapés avec Walter qui était en grande grande forme, notamment avec son Hump Magazine ! Son petit passage aux toilettes était énorme ! Dans l'émotion aussi, il a excellé. Quelle belle idée que ces cadeaux amassés au fil des années depuis la mort de Peter... Olivia était touchante aussi dans son combat pour accepter cette "nouvelle" vie, mais on a dû mal à comprendre comment elle peut aussi facilement laisser tomber les gens qui l'aiment (Nina, Lincoln...). La fin de l'épisode nous raccroche admirablement à la mythologie du show grâce à cette arche de Noé très particulière, remplie de monstres croisés au cours de la série. Une catastrophe semble donc se préparer... 

vlcsnap_2012_04_08_02h11m44s119 vlcsnap_2012_04_08_14h14m12s208

   Everything In Its Right Place. Tout compte fait, on l'a eu notre épisode sur Lincoln et son alter ego de l'autre monde ! Car, cette fois-ci, retour dans l'univers parallèle avec FauxLivia et tous ses amis pour une enquête bien peu intéressante en elle-même, il faut bien le dire, mais passionnante du point de vue de Lincoln. Ses multiples face à face et ses discussions avec son double étaient riches de sens et ont permis de faire comprendre au personnage que s'il en est là aujourd'hui, c'est parce qu'il n'a pas su prendre son destin en main, pas su prendre les bonnes décisions et pas su se battre comme il aurait dû pour obtenir ce qu'il voulait. Mais tomber amoureux de FauxLivia à devoir de pouvoir faire sa vie avec la vraie Olivia, est-ce vraiment une bonne idée ? Sa place est-elle vraiment dans cet autre univers, qui est en train de se redresser, certes, mais qui n'est pas le sien quoiqu'il arrive ? La dernière scène réunissant Lincoln et FauxLivia était très belle en tout cas. I n'y a pas de soap plus convaincant et émouvant que Fringe ! J'aimerais bien revenir sur le double jeu du colonel Broyles, sur l'arrestation de Nina Sharp 2, sur les shapeshifters et l'ombre de David Robert Jones qui plane toujours, mais ce n'est pas ce que j'ai retenu de cet épisode. Les auteurs ont échoué de ce coté-là pour éveiller notre curiosité. L'horloge tourne pourtant et Fringe ne sera bientôt peut-être plus...

vlcsnap_2012_04_08_14h41m34s240 vlcsnap_2012_04_08_14h52m15s0


  // Bilan // Aujourd'hui, tout l'intérêt de Fringe réside dans ses personnages, leurs intéractions, leurs émotions, leurs forces et leurs faiblesses... mais plus tellement dans l'aspect mythologique, qui ronronne...

30 janvier 2012

Fringe [4x 08 & 4x 09]

dnes_season4_fringe_bishops

Back To Where You've Never Been // Enemy Of My Enemy

2 870 000 tlsp. // 3 190 000 tlsp.

 44030376 // 44030377


vlcsnap_2012_01_16_21h58m49s97 vlcsnap_2012_01_29_11h30m13s241

    Je n'ai plus aucune excitation à l'idée de regarder un nouvel épisode de Fringe. C'est dramatique. Enfin, je n'avais plus aucune excitation pour être précis, car ces deux nouveaux épisodes, et surtout le second, relancent un peu la machine, aussi imparfaite soit-elle devenue. En laissant tomber, au moins pour cette fois, les intrigues loners redondantes, on a forcément tout à y gagner. A ce stade de la série et en sachant qu'elle n'en a plus pour très longtemps à vivre, autant entrer dans le vif du sujet semaine après semaine plutôt que se perdre en digressions, même si elles sont souvent efficaces. Pour la première fois cette saison, l'émotion a pu prendre une large place dans le récit en grande partie grâce aux interventions d'Elizabeth que ce soit dans le premier épisode avec son "fils" Peter ou dans le second avec son "mari" Walter. Orla Brady était excellente, à la hauteur de John Noble (ce qui n'est pas chose aisée, on en conviendra tous). On découvre d'ailleurs avec beaucoup d'intérêt un nouveau Walter dans le monde alternatif, beaucoup plus touchant et sympathique. La réunion des deux univers a permis quelques notes d'humour bienvenues, notamment lorsque les deux Lincoln se retrouvent face à face. Cela participe aussi à la confusion ambiante. Il faut parfois bien s'accrocher pour suivre cette histoire qui est devenue très complexe, d'autant que les auteurs ne cherchent jamais vraiment à nous tenir par la main. Ils ne nous ménagent pas. Ils nous accordent une belle confiance, méritée.

   Après avoir découvert avec surprise que Nina Sharp dans cet autre univers n'était pas celle que l'on croyait, on apprend avec peut-être encore plus de stupeur que Broyles est un agent double ! Si dans deux épisodes on découvre qu'Astrid est elle aussi une manipulatrice, on pourra dire que tout part en vrille ! Mais en attendant, David Robert Jones, un des personnages cultes de la série, sans doute le plus grand et "beau" méchant de la mythologie Fringienne, fait son grand retour, plus flippant que jamais. Ce qui se passe pour nous téléspectateurs, c'est que nous savons de quoi il est capable. On partage cela avec Peter, le seul personnage à être au courant de ses agissements passés. Une grande tension entoure chacune des apparitions du personnage et le fait qu'il collabore avec Nina est extrêmement surprenant car on l'imagine mal être à la botte de cette femme. Quel est leur arrangement au juste ? Nina serait-elle encore plus puissante que lui ? Au milieu de tout ça, la romance passe au second plan mais ce n'est pas vraiment un problème. On ne regarde pas vraiment Fringe pour ça, à la base, après tout...

vlcsnap_2012_01_16_21h05m28s89 vlcsnap_2012_01_29_11h33m18s41


// Bilan // La saison 4 de Fringe regagne peu à peu en intérêt. Je n'ai pas encore retrouvé la série que j'ai tant aimé à ce stade mais elle n'est plus très loin. Je m'inquiète quand même un peu : Peter n'a pas l'air d'être prêt à retourner dans le monde initial tout de suite. Et s'il faut attendre pour cela la fin de la saison, donc sûrement la fin de la série, c'est un peu moche...

27 novembre 2011

Fringe [4x 07]

dnes_season4_fringe_dunham_

Wallflower // 2 880 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2011_11_27_16h37m02s107 vlcsnap_2011_11_27_21h55m12s42

    Cette saison de Fringe, sachant qu'elle risque très fortement d'être la dernière, n'est-elle pas en train de se transformer en temps perdu ? Le fait d'avoir "rebooté" la série pouvait paraître alléchant au début mais, 7 épisodes plus tard, il semble clair que c'était une mauvaise idée. On a dû mal à reconnaître nos personnages. Notre connexion avec eux, établie pendant trois ans, n'existe plus vraiment. Il reste Peter, c'est vrai, qui est notre seule "constante" mais est-ce suffisant pour se sentir encore concerné par toute cette histoire complexe ? Je n'ai ressenti qu'une légère excitation en découvrant le cliffhanger. Pourquoi ? Parce qu"Olivia n'est plus tout à fait la nôtre et parce que cette Nina ne m'inspire rien que ce soit de façon négative ou positive. C'est un personnage qui a toujours été mystérieux et j'ai l'impression qu'il le restera jusqu'au bout, sans avoir dévoilé le quart de ce qu'il avait dans le ventre. Cela dit, la scène où elle parle à Olivia de son "choix" était tout à fait émouvante. Le talent de Blair Brown n'a jamais été exploité à son potentiel maximum. Peut-être qu'il le sera enfin dans les prochains épisodes. Son double jeu a au moins le mérite de lui redonner un semblant d'intérêt. Reste à voir ce que les scénaristes ont prévu pour elle. Si elle n'est qu'une intermédiaire, une fois de plus, ce serait du gâchis...

   L'enquête du jour était très réussie dans l'ensemble. Oh, classique, avec encore un thème déjà traité dans la série plus d'une fois, mais il ne faut plus rien attendre de ce coté-là, je le crains. Il faut croire que la Fringe Division n'a pas l'ampleur des X-Files. J'ai d'ailleurs trouvé que le cas de "l'homme invisible" sonnait très X-Filien. Ils ont sans doute fait quelque chose dans ce genre. C'est sûr même. Comme d'habitude, Fringe s'en est très bien sortie pour se distinguer, ajoutant une dimension mythologique en remettant en scène les agissements douteux de Massive Dynamics. Peter était absent de l'investigation mais l'agent Lincoln Lee l'a remplacé dignement ! Et dans le coeur d'Olivia aussi, puisqu'il y prend une place de plus en plus grande. Difficile de s'attacher à leur potentiel couple quand on a connu le duo Olivia/Peter. Mais je les aime bien quand même ensemble...

vlcsnap_2011_11_27_22h08m58s111 vlcsnap_2011_11_27_22h17m25s57


// Bilan // Alors que l'on ignore si le nouveau monde dans lequel Olivia et les autres vivent est celui dans lequel ils évolueront jusqu'au bout de la saison et, peut-être, de la série, il n'est pas aisé de se sentir concerné par tout ce qui arrive...  Fringe quitte l'antenne quelques semaines sur un cliffhanger qui n'était pas celui prévu par les scénaristes -la FOX ayant décidé de reporter le 8ème épisode à Janvier- mais, faute de mieux, il parvient quand même à piquer notre curiosité !


26 novembre 2011

Fringe [4x 05 & 4x 06]

dnes_season4_fringe_bishops

Novation // And Those We've Left Behind

3 210 000 tlsp. // 3 030 000 tlsp.

61039229_bis // 44030376_bis


 vlcsnap_2011_11_26_10h41m03s25 vlcsnap_2011_11_26_10h52m47s154

    Rien d'innovant dans cet épisode intitulé Novation (oui, elle était facile). Fringe, désespérement, traîte toujours des mêmes idées en supposant que le simple fait que le monde ait changé et les protagonistes avec suffise à casser la routine de l'enquête du jour. Le retour de Peter et ses différentes scènes avec Walter permettaient effectivement de tenir éveillé mais tout le reste sur les shapeshifters m'a profondément ennuyé. Alors oui, ils sont désormais plus puissants, ils font partie de la "nouvelle génération" de leur espèce et c'est intéressant sur le principe. Mais dans les faits, les rebondissements s'enchaînent sans surprises, sans excitation, jusqu'à la "boulette" d'Olivia, vraiment pas digne d'elle. Mais alors qui se cache derrière toutes ces créatures ? C'est la question qui se pose à la fin de l'épisode mais elle ne m'empêchera vraiment pas de dormir la nuit... Une nouvelle menace est ainsi introduite dans ce début de saison bien plat. Rien que pour ça, cet épisode avait son utilité. J'aurais juste voulu qu'il soit bon et il ne l'était clairement pas.

   And Those We've left Behind est bien plus intéressant bien qu'il nous propose, lui aussi, une enquête caricaturale de la série où un homme de science rongé par sa peine et sa solitude depuis qu'il a perdu un être cher provoque, bien malgré lui, des dégâts qui dépassent ses compétences. Cette thématique est d'ailleurs classique en science-fiction et ne se limite pas à Fringe. X-Files aussi, en son temps, en abusait. L'écho avec l'ancien Walter est évident. Le monde semble peuplé de petits Walter en herbe. La différence avec d'habitude, c'est que la comparaison est moins appuyée étant donné que le vieux monsieur refuse de sortir de son labo et se comporte comme un enfant capricieux dès lors que son fils l'approche. Ce Walter-là n'est vraiment pas agréable à suivre mais il reste touchant malgré tout et c'est là le principal. Cette fois, Peter se retrouve au coeur de l'enquête, sur le terrain, et ça fait un bien fou. Les petits sauts temporels dont il est victime apportent un peu de fun et son rapprochement avec Olivia, attendu, fait plaisir à voir. Le cas du jou a beau être classique, il est exécuté avec un certain talent. L'effet de "déjà vu" est tout aussi présent chez nous que chez nos héros. Voilà qui nous fait un point commun !

vlcsnap_2011_11_26_01h59m03s198 vlcsnap_2011_11_26_11h11m12s193


// Bilan // Si l'épisode Novation n'apporte absolument rien de nouveau à l'univers de Fringe et a même tendance à tirer la série vers le bas, le second, lui, ne fait pas preuve d'originalité non plus mais ressemble davantage à ce que l'on aime de la série. On se rapproche petit à petit de ce que l'on est en droit d'attendre de Fringe. Le retour de Peter est salutaire, même si l'agent Lee passe du coup au second plan.

09 octobre 2011

Fringe [4x 01 & 4x 02]

dnes_season4_fringe_bishops

Neither Here Nor There (Season Premiere) // One Night In October

3 480 000 tlsp. // 3 050 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2011_10_08_21h07m54s116 vlcsnap_2011_10_08_21h14m26s193

    "Every Answer Leads To Another Question". Une phrase familière dans l'univers de J.J. Abrams, déjà utilisée dans Lost et qui trouve aujourd'hui une résonance toute particulière dans Fringe. Après les envolées de fin de saison dernière, la série fantastique -dans tous les sens du terme- troque une forme étonnante et fascinante par ce qu'elle est capable d'offrir de plus classique. Les scénaristes ont ainsi opté pour une enquête du jour à base de shape-shifters peu passionnante qui ne trouve d'intérêt que dans les relations entre les personnages qui doivent désormais vivre, sans le savoir, sans Peter. Il a cessé d'exister, comme le cliffhanger de la fin de saison 3 l'annonçait, l'histoire a donc été réécrite sans lui. Les conséquences ne sont pas surprenantes : Olivia ressent un grand vide en elle sans être capable de l'expliquer; Walter a des hallucinations d'un homme étranger qui n'est autre que son fils et, sans son influence positive, il est incapable de sortir de son laboratoire. Astrid obtient donc temporairement un rôle plus actif dans les enquêtes. Les débuts de la série sont revisités grâce à l'arrivée dans l'équipe de l'agent Lee après avoir perdu son partenaire, comme Olivia avec l'agent Scott et plus tard avec Charlie (mais lui n'est bizarrement pas du tout évoqué). Son "innocence" permet d'introduire efficacement les différences entre le monde tel que nous le connaissions avec Peter et ce monde sans lui, qui semble plus sombre. C'est peut-être cette ambiance volontairement froide qui m'a perturbé mais c'est une belle manière de montrer combien l'absence de Peter dans la vie des uns et des autres est douloureuse, même s'ils l'ignorent. Il leur avait apporté de la joie. Cette joie n'est plus. La cohabitation entre les deux univers est peu exploitée dans ce premier épisode même si quelques scènes réussies -dont celle qui ouvre la saison- réunissent les deux Olivia, aussi différentes que complèmentaires. La participation des Observers apporte ce qu'il faut de mystère mais, après 4 saisons, on attend davantage d'eux. Sinon, le nouveau générique orangé-doré est du plus bel effet !

   Dans le deuxième épisode, le second univers entre en scène à travers une collaboration étroite et pertinente entre les deux Division Fringe. Les plans d'un serial killer dans le monde 2 doivent être déjoués à l'aide de son alter-ego du monde 1, professeur en apparence beaucoup plus sain d'esprit. Il se trouve qu'en réalité, il a vécu la même enfance difficile que son "double", abusé par son père, sauf qu'il n'a pas pris le même chemin. Lui a connu l'amour et le bonheur tandis que l'autre le cherche éperdument et littéralement en fouillant le cerveau des gens heureux. Le miroir avec ce qu'a vécu Olivia quand elle était plus jeune est évident mais le petit twist c'est que maintenant que l'histoire a été réécrite, son beau-père n'a pa disparu : elle l'a tué ! La perspective de le voir revenir un jour s'éloigne donc et cela ne me plait pas trop, étant donné que j'attends ça depuis la saison 1 (l'épisode cartoon ne compte pas !). Cette différence dans l'Histoire n'en est qu'une parmi tant d'autres. Le plaisir du téléspectateur ici est de les repérer et elles sont nombreuses : Broyles numéro deux, par exemple, n'est plus mort. Bien que le cas du jour soit particulièrement touchant -John Pyper-Ferguson était d'ailleurs très bon dans le rôle de John McClennan- l'épisode ne décolle jamais vraiment, à mon grand désarroi. 

vlcsnap_2011_10_08_21h13m27s121 vlcsnap_2011_10_08_21h34m38s28


// Bilan // Deux épisodes d'ouverture pour la saison 4 de Fringe un peu trop classiques à mon goût bien qu'efficaces, auxquels il manque, indéniablement, un grand quelque chose : Peter. 

06 avril 2011

Fringe [3x 18]

 dnes_season4_fringe_bishopd

Bloodline // 3 9oo ooo tlsp.

44030377


 vlcsnap_73161 vlcsnap_71207

    Le "monde rouge" serait-il en passe de devenir plus intéressant que le "monde bleu" ? Au début, j'avais un peu de mal à me faire à cet univers parallèle désincarné où seule Olivia, la vraie ou la fausse, sortait du lot. C'est une toute autre affaire aujourd'hui. Depuis la mort de Fake-Broyles je dirais. J'ai de l'empathie pour chacun des personnages, même pour la version robotique d'Astrid et surtout pour le duo de choc Lincoln/Charlie, décontracté et amusant. Cet épisode, c'est d'ailleurs un peu l'épisode de l'agent Lee. Il prend de plus en plus de place dans les intrigues; il est désormais, en partie, au courant de ce que trame Walternate; et il avoue ses sentiments pour Olivia alors que l'on s'imaginait que ça n'allait pas se faire avant un bon bout de temps, voire jamais. Cela dit, l'absence de réaction d'Olivia, certes très prise à ce moment-là, n'est pas bon signe. Je vais jouer au devin mais je sens que Lincoln ne va pas terminer la saison vivant. Une intuition. Les scénaristes font exprès de le rendre indispensable pour mieux nous le reprendre. Il restera toujours l'autre lui dans l'autre monde de toute façon. Il est plutôt fun aussi dans son genre. 

   La grossesse de FauxLivia aura été pour le moins rapide et c'est tant mieux ! Les scénaristes ont quand même pris le temps de s'attarder sur ce que devenir mère représentait pour elle. La présence de sa propre mère, incarnée par l'impeccable Amy Madigan, était plus que jamais la bienvenue. L'inquiètude sur la maladie génétique était soudaine, mais réelle. Si ça avait été Olivia, j'aurai sans doute eu du mal à ressentir une quelconque angoisse quant à sa fort peu probable mort mais dans le cas de FauxLivia, une issue fatale me parassait possible. Cela dit, c'était un peu too much la scène post-accouchement où l'on tente de nous faire croire, et j'ai marché, à sa mort. L'émotion était forte en tous cas. C'était en plus une bonne idée de faire revenir le chauffeur de taxi à cette occasion. Il a vraiment la classe ! J'ai moins aimé toute la première partie de l'enlèvement, entre les passages interminables où les scientifiques la tripotent dans tous les sens sans que l'on ait le moindre indice sur ce qu'ils font, et les moments où elle tente de s'enfuir, trop classiques. La révélation finale ne m'a surpris qu'à moitié dans le sens où ma toute première idée était justement que Walternate était derrière tout ça. Et puis j'ai éloigné cette possibilité petit à petit. Preuve que la première intuition est souvent la bonne ! On peut quand même se demander le bienfondé de cette nouvelle manipulation. En étant convaincant, FauxLivia aurait peut-être accepté d'elle-même qu'on accèlère sa grossesse, non ? C'était sans doute trop risqué... L'apparition de l'Observer se tient. Il est sur le point de réparer enfin son erreur. Nul doute qu'un grain de sable viendra contrecarrer ses plans.

vlcsnap_79033 vlcsnap_59107


// Bilan / Un épisode complet : action, tension, émotion étaient au rendez-vous. Dommage qu'il ait été un peu trop prévisisible dans l'ensemble. 

Posté par LullabyBoy à 18:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 mars 2011

Fringe [3x 17]

dnes_season4_fringe_dunham_

Stowaway // 3 8oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_503197 vlcsnap_503218

    La question se posait suite au cliffhanger de la semaine dernière : Fringe serait-t'elle en train de sauter le requin ? Aujourd'hui, je peux dire avec soulagement que non. Tout va pour le mieux dans le plus effrayant des mondes. William Bell a donc bel et bien pris le corps d'Olivia pendant toute la durée de l'épisode, à un décrochage de quelques secondes près, et Anna Torv s'est extirpée de cette situation avec brio ! Elle était convaincante à la fois dans les modulations de sa voix, dans ses gestes et dans sa posture. On ne le dira jamais assez : elle est une excellente actrice. Dommage que les séries fanstatiques soient systématiquement boudées dans les cérémonies de récompense. Fringe et Anna Torv y auraient parfaitement leur place. Au moins autant qu'une Mariska Hargitay en tous cas. Olivia ne m'a pas manqué dans cet épisode. Il faut dire que le duo Walter/William a fait le spectacle ! Leur complicité et leurs petites blagues faisaient plaisir à voir (autour de la vache notamment ou encore d'Astrid). Si on rajoute à cela le cocasse de la situation, on peut dire qu'il s'agissait d'un des épisodes les plus drôles de la série ! Peter faisait un peu peine à voir face aux pitreries de son père. Ca ne lui aurait pas fait de mal de se détendre un peu... L'agent Lee fait désormais également partie de notre Monde, et j'ai trouvé son introduction réussie. Lui aussi était amusant à sa manière, charmant et il apportera sans doute plus tard quelque chose à la mythologie de la série. Il s'est contenté d'aider à résoudre l'affaire du jour pour le moment.

   L'immortalité est un des thèmes récurrents des cas de cette saison. On se souvient du fantôme qui ne voulait pas partir, de l'homme qui voulait rescussiter la danseuse qu'il aimait tant, ou encore du scientifique et son insecte disparu. Il s'agissait cette fois d'une femme qui ne voulait pas mourir, enfin dans un premier temps. On a découvert ensuite qu'elle faisait en réalité tout pour mourir et rejoindre ses chers disparus. C'était émouvant. Le jeu de Paula Malcolmson sonnait très juste. Ce n'est pas si facile de rendre un personnage si attachant en si peu de temps. J'ai tout de même un doute sur sa mort au final. Etant donné que William et Walter sont en plus incapables d'expliquer pourquoi elle est morte cette fois-là et pas toutes les autres... Mais est-ce que cela a une véritable importance ? J'en doute. Cette enquête était en tous cas plaisante à suivre et amorçait un discours sur la religion et la science auquel on ne nous avait pas tellement habitué dans Fringe... X-Files, vous avez dit X-Files

vlcsnap_504346 vlcsnap_494898


// Bilan // Une enquête touchante mêlée à des dynamiques inédites et temporaires. Un bon épisode de Fringe en somme, à la fois amusant et prenant.

22 février 2011

Fringe [3x 12 & 3x 13]

dnes_season4_fringe_dunham_

Concentrate And Ask Again // Immortality

3 7oo ooo tlsp. // 4 1oo ooo tlsp.

44030376 // 44030377


vlcsnap_32961 vlcsnap_27767

 Lorsque Fringe se mue en soap-opera, c’est toutes mes croyances qui sont bouleversées. Cette série fantastique, dans tous les sens du terme, serait-elle encore plus riche que prévu ? Je déplorais, lors des épisodes se déroulant dans le Monde Parallèle, que la plupart des personnages manquaient d’épaisseur, à l’exception de FauxLivia et de Broyles sur le tard. Le tir est rectifié grâce à l’épisode Immortality qui nous prend par surprise en ayant lieu Over There, alors que l’on croyait s’en être éloigné pour quelques temps, et qui invente une nouvelle dynamique au sein de la Fringe Division tandis que Broyle est porté disparu (mais mort à notre connaissance). Ainsi, l’agent Lee assure l’intérim et se la joue plutôt cool, ce qui apporte un peu d’humour à une série qui en manque parfois dès que l’on s’éloigne des facéties de Walter. Sa complicité avec FauxLivia est parfaitement exploitée. Charlie est également dans les parages, et on le retrouve avec plaisir, mais, à l’exception d’une scène avec une scientifique charmante et farfelue, il se contente d’enquêter. Efficacement, certes. On attend toujours un peu plus de lui, d’autant qu’avant sa mort dans notre Monde, les scénaristes commençaient à explorer son intimité. Mais c’est celle de FauxLivia qui est plus que jamais mise en avant.

 

 Alors que l’on scrute le moindre changement dans l’attitude de la jeune femme depuis son retour parmi les siens, c’est une révélation étonnante qui vient tout emporter : elle est enceinte ! Et pas de son petit-ami, Frank, qui bénéficie lui aussi pour l’occasion d’un portrait approfondi, mais de… Peter. Forcément. L’idée est excellente et se marie parfaitement avec l’ensemble des éléments développés depuis le début de la saison. Et pout ne rien gâcher, Walternate montre à cette occasion un peu d’humanité. L’idée d’avoir un petit-fils le réjouit et le motive plus que jamais à faire revenir Peter près de lui, près de son futur enfant et près d’une FauxLivia sans doute tombée amoureuse lors de son escapade Over Here. Olivia aussi est raide dingue de Peter et le lui fait clairement savoir dans l’épisode Concentrate et Ask Again. Elle n’obtient pas la réponse attendue mais la tendresse que Peter a pour elle se lit dans ses yeux et les mots ne sont pas nécessaires. Cela dit, il est évident aussi qu’il n’a pas oublié FauxLivia. L’heure est donc à la remise en question pour notre héroïne, il va lui falloir clairement se battre pour ne pas le perdre, et ça ne se jouera pas qu’au niveau des sentiments.

 

 Au beau milieu de toutes ces préoccupations d’ordre sentimental, les scénaristes bâclent un peu les enquêtes, à la fois trop classiques et simplifiées à l’extrême pour ne pas prendre trop de temps d’antenne. Celle du premier épisode a un lien fort avec la mythologie de Fringe puisqu’il y est question de Cortexiphan. Mais on n’apprend absolument rien de nouveau à cette occasion et l’ambition fait défaut. Le but avoué est de faire prendre conscience à Olivia de ses erreurs passées en comparant son histoire à celle de ce sujet qui a été exposé au même traitement et aux mêmes souffrances qu’elle pendant son enfance. L’affaire du second épisode est surtout dégueulasse, mais pas particulièrement passionnante. Et encore, il faut avoir une dent contre les insectes. Ce qui n’est pas vraiment mon cas.

vlcsnap_41284 vlcsnap_21770


// Bilan // Les enquêtes, faibles comme rarement, sont rattrapées par les relations entre les personnages principaux, toujours plus complexes et plus profondes. Fringe poursuit son évolution générale en oubliant par moment sa formule de base, qui a pourtant participé à son succès.