16 mars 2012

Avant-première: Missing [Pilot]

19824402

Pilot // Article publié à l'origine le 14 Octobre 2011

44030376_bis

What About ?

 Une ancienne agent de la CIA dont la vie a été bouleversée par un événement tragique voit le sort la frapper à nouveau dix ans plus tard lorsque son fils disparait dans d'étranges circonstances alors qu'il suit des études à Rome. Commence alors pour elle une course contre la montre dangereuse à travers l'Europe...

Who's Who ?

 Créée par Gregory Poirier (Benjamin Gates, Fausses Rumeurs...) et produite par Gina Matthews (Jake 2.0., The Gates). Avec Ashley Judd (Heat, Le Collectionneur, Double Jeu...), Cliff Curtis (Die Hard 4, Les rois du désert, Training Day, Trauma), Adrianno Giannini (Ocean's Twelve, A la dérive), Sean Bean (Game Of Thrones, Le Seigneur des Anneaux), Nick Eversman, Keith Carradine...

So What ?

   Ce que vous allez lire là, je vous le dis avec fierté mais en toute humilité : c'est de l'EXCLU MONDIALE. J'ai fouiné un peu sur la toile et je n'ai pas encore trouvé d'autres reviews du pilote de Missing à ce jour. La série ne débutera qu'à la mi-saison sur ABC (mais l'été reste encore une option plus qu'envisageable). Le pilote a été projeté en avant-première à une poignée de privilégiés il y a quelques jours lors du MIPCOM (marché international des contenus audiovisuels) à Cannes et j'ai eu la chance d'être de la partie. La première saison, dont le tournage s'est achevé il y a seulement deux semaines, ne comprend que 10 épisodes et c'est certainement l'une des plus grandes forces de la série qui, dès le pilote, ne perd pas de temps pour faire avancer sa trame principale à un rythme effrené. 

   Si je devais classer la série dans une catégorie, je dirais qu'elle est un "thriller d'action" comme on en a peu vu à la télévision jusqu'à maintenant; et si je devais jouer au petit jeu des comparaisons, je dirais qu'elle se rapproche plus de 24 et de Prison Break dans la forme mais sa vraie source d'inspiration, c'est clairement le cinéma d'action des années 90 dont Ashley Judd, l'actrice principale, était justement l'un des visages féminins les plus connus. Plus proche de nous, disons qu'on est assez proche d'un Taken. C'est typiquement le genre de programme qu'il faut regarder en mettant son cerveau au placard, chose que je n'ai pas totalement réussi à faire. Les maladresses et surtout les facilités sont nombreuses au cours de ce premier épisode. L'héroïne tombe par exemple pile sur ce qu'elle cherche lors du visionnage d'une vidéo de surveillance alors que l'événement en question s'est déroulé plusieurs jours plus tôt. Beaucoup de chance... Les scénes de course-poursuites et de combats sont nombreuses. Ashley Judd -enfin sa doublure- fait de la moto à toute vitesse dans les rues de Rome, se fait balancer avec une violence inouïe contre des armoires, assomme un homme, en tue un autre... tout ça en l'espace de quelques minutes ! J'avais très peur que la réalisation soit cheap du fait qu'il s'agisse d'une coproduction et c'est souvent ce qui est arrive malgré les sommes engagées mais mes craintes ont vite été balayées. Tout est convaincant, à défaut d'être bluffant. Absolument rien n'a été tourné en studios avec fonds verts. L'équipe a vraiment sillonné l'Europe, l'idée étant de visiter une ville par épisode sachant que le pilote se déroule déjà entre la capitale italienne et Paris. Tous les décors sont donc naturels, bien filmés et pas trop clichés. Cela change d'un Alias qui ne bougeait pas de Los Angeles (no offense). Ashley Judd -soeur cachée de Katherine Heigl ?- est plutôt bonne, aussi bien quand elle doit courir après les méchants que quand elle doit pleurer, mais les scènes d'émotion restent grossièrement écrites et ça, elle n'y peut rien. Les personnages masculins ont tendance à être trop unidimensionnels et leurs relations avec l'héroïne hyper clichées. 

   Missing aura certainement beaucoup de mal à se faire une place sur ABC car la chaîne ne possède pas d'autres séries équivalentes à l'heure actuelle et le drama s'adresse peut-être à un public plus masculin que d'habitude, mais elle pourrait en tous cas être un divertissement efficace, pas prise de tête et possiblement addictif. 

How ?


10 août 2010

[Saison 2010/2011 - Drama] 9- Game Of Thrones

19462255_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100614_095115

What About ?

Il y a très longtemps, à une époque oubliée, une force a détruit l'équilibre des saisons. Dans un pays où l'été peut durer plusieurs années et l'hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du Royaume de Winterfell, appartenant aux Starks, une famille controversée que de nombreux ennemis veulent détrôner. Soldats et sorciers, manants et assassins unissent leurs forces dans une bataille aux rebondissements et aux trahisons multiples...

Why ?

Heroïc-fantasy. Voilà un genre qui ne me plaît pas du tout. Aux dirigeants de HBO non plus, de leur propre aveu tout récemment. Il faut dire qu'en la matière, la dernière née n'est autre que Legend Of The Seeker, une série super cheap annulée au bout de deux saisons. Un supplice pour qui aime vraiment la télévision. Elle était même pire que ses aînées Hercule et Xéna, loin d'être des chef d'oeuvres elles aussi. On pourrait également classer dans cette catégorie l'horrible Spartacus : Cul et Sang et son futur spin-off, les godes dans l'arêne. En clair, Game Of Thrones part avec un gros handicap, heureusement rattrapé par tout le reste.

  La série s'appuie d'abord sur un roman qui a passionné les foules : Le Trône de Fer. Je ne l'ai pas lu et ne compte pas le faire pour garder la découverte totale. Peut-être une fois que la série sera finie, si j'ai été convaincu. En tous cas, tous ceux qui l'ont lu sont très enthousiastes et attendent ce projet avec une grande impatience. Ce soulèvement populaire, moi, ça me motive. Et puis HBO bien-sûr. De la part de cette chaîne, on sait non seulement que les moyens seront là mais en plus qu'il y aura du fond. Le spectacle promet d'être beau, impressionnant et subtile. En plus, il n'y actuellement rien de semblable à la télévision. Il n'y a jamais eu d'ailleurs. Un mot sur le casting, pas aussi impressionnant que les autres concoctés par la chaîne mais avec, tout de même : Sean Bean, Lena Headey, Nicolaj Coster-Waldau, Alfie Allen, Peter Dinklage... Là où je me méfie, c'est que j'ai réussi à m'ennuyer devant Le Seigneur des Anneaux (les trois), et pas qu'un peu. Alors aussi bonne pourra être la série, il n'est pas dit que j'apprécie... Rendez-vous au Printemps 2011 !

Et vous, attirés ? Impatients ? 

// Bonus // Très court mais prometteur teaser :