06 avril 2013

How To Live With Your Parents (For The Rest Of Your Life) [Pilot]

How_To_Live_With_Your_Parents_Poster_Saison1

Pilot // 8 440 000 tlsp.

44030376

 

What About ?

Divorcée depuis presqu'un an, Polly a du mal à subvenir aux besoins de sa fille dans la conjoncture économique actuelle. Pour limiter les dégâts, elle emménage avec Natalie chez ses parents, en se convainquant que la situation est temporaire. Se confrontent alors deux visions opposées de la vie. Face à Polly qui s'efforce d'être une mère parfaite avec des valeurs conservatrices, les parents se révèlent être un couple excentrique et "relax" à la sexualité débridée... (AlloCiné)

Who's Who ?

Créé par Claudia Lonow (Parents par accident). Réalisé par Julie Ann Robinson (The Middle, Weeds, Grey's Anatomy). Avec Sarah Chalke (Scrubs, How I Met Your Mother), Elizabeth Perkins (Weeds), Brad Garrett (Tout le monde aime Raymond, 'Til Death), Jon Dore...

So What ?

    Les blagues les plus courtes sont souvent les meilleures ! Et les reviews aussi, parfois. Et je ne parle même pas des titres de séries ("non mais allo quoi !?"). Alors je vais tenter de faire court. Mais la vérité, c'est que je n'ai surtout pas grand chose à dire de ce pilote. Je connaissais déjà les meilleures blagues grâce aux bandes-annonces. Admettons que ça, c'est de ma faute. Je n'avais qu'à pas les regarder. Peut-être aussi que c'est parce qu'elles n'étaient pas assez nombreuses et pour le coup, je n'y suis pour rien !

   Le premier problème de How To Live With Your Parents... c'est qu'elle veut surfer sur la vague Modern Family en nous proposant un schéma familial qui n'est pas tout à fait classique, mais elle n'a pas sa finesse ni son intelligence. Elle manque de répliques vraiment fortes. Elle blablate pas mal, mais c'est à nous de trier le bon, le passable et l'inutile. C'est un peu comme avec ses personnages, ce qui correspond à son deuxième et avant-dernier problème : il n'y a que les parents de Polly qui valent vraiment le détour, en grande partie grâce à leurs interprétes, les excellents Elizabeth Perkins et Brad Garrett, qui s'en sortent très bien malgré la qualité parfois douteuse du matériel. Ils parviennent même à rendre attachants leurs personnages, ce qui n'était pas gagné d'avance. Mais Polly, en revanche, n'a que Sarah Chalke pour elle. On l'aime bien, l'ancienne de Scrubs, mais elle s'enferme toujours plus ou moins dans le même rôle et, ici, elle est un peu molle, un peu trop gentille, un peu trop... pas assez "adorkable" tiens, puisque le terme est à la mode depuis New Girl. On aimerait l'adorer, mais elle nous indiffére malheureusement, en tout cas à ce stade. La gamine est trognonne, mais elle ne vaut pas Shania de The New Normal ou la petite de Ben & Kate, pour ne citer que les enfants qui sont "nés" cette saison. Quant à l'ex... franchement, j'en ai ma claque de ce stéréotype de l'ex loser, très proche du frère loser d'ailleurs. Il est usé jusqu'à la corde, et celui-là est en plus particulièrement inintéressant. On croise aussi vite faite les collègues de Polly : ils ne valent rien. Je termine par le troisième et dernier problème de la série : elle ne va pas assez loin ! Les parents sont excentriques, mais limite pas assez. On les voudrait presque grossiers. On sait qu'Elisabeth Perkins est imbattable à ce petit jeu-là en plus... C'est trop gentil, et ce n'était pas ce que les trailers m'avaient vendu.

    En cherchant trop à plaire au plus grand nombre, sans jamais froisser personne, How To Live With Your Parents... a gâché son potentiel de fou, dû à son casting surtout. La nouvelle comédie familiale d'ABC se contente d'être sympathique, gentille, lisse. Donc un peu trop ennuyeuse pour que l'on ait envie de revenir. Un sous-The Middle. Un sous-sous-Modern Family. Rendez-nous plutôt The Neighbors !

What Chance ?

 Après un joli démarrage, la comédie dont le destin semblait perdu d'avance pourrait bien surprendre et obtenir une seconde saison, en tout cas si la chute obligatoire des prochaines semaines n'est pas trop grande. Après tout, avec un lancement tardif équivalent, dans la même cas post-Modern Family, Happy Ending et Don't Trust The B***** avaient obtenu un renouvellement les saisons précédentes. Ce serait presque embêtant vu les bons projets de la chaîne pour la saison prochaine en la matière...

How ?




03 avril 2013

Grey's Anatomy [9x 19]

vlcsnap_2012_09_30_13h53m55s60

Can't Fight This Feeling // 9 020 000 tlsp.

 44030376_bis


vlcsnap_2013_04_02_23h55m30s3 vlcsnap_2013_04_02_23h56m59s129

   A nouveau, Grey's Anatomy nous offre un épisode très médical, comme pour camoufler pas très habilement le fait que les intrigues de la plupart des personnages manquent d'enjeux forts ces derniers temps. A quelques encablures de la fin de la saison, il n'y a plus de grande ligne directrice. Aucune nouvelle ne se profile même à la fin de ces 42 minutes. C'est un peu inquiétant. Je ne doute pas que Shonda Rhimes a tout prévu -et à mon avis ce sera lié au rachat de l'hôpital- mais elle tarde un peu trop à nous dévoiler ses plans. En attendant donc, un accident de la route permet de remplir les urgences du Seattle Grace -ou whatever comment il s'appelle maintenant- mais l'action qui s'annonçait en ouverture est vite retombée comme un soufflet pour se concentrer sur chacun des patients plus calmement.

   La star de l'épisode, c'est la guest Sarah Chalke, tout droit sortie du Sacred Heart Hospital de Scrubs mais pour incarner la mère d'un patient cette fois et non un médecin. Son histoire, qui met en lumière le thème de l'instinct -maternel ou autre- est liée à celle de Meredith. C'était bien vu et ma crainte a été rapidement balayée : cette maman n'est pas devenue insupportable au fil de l'épisode, elle s'est au contraire adoucie jusqu'à devenir très touchante. On pourrait regretter que les talents comiques de la comédienne n'aient pas du tout été utilisés, mais ça a le mérite de la changer avant de se lancer dans une nouvelle comédie dès cette semaine, How To Live With You Parents (For The Rest Of Your Life) également sur ABC. Hasard du calendrier ou stratégie marketing un peu foireuse ? Peu importe. C'était agréable de la retrouver. Le désir d'enfant est toujours très fort chez Owen et son jeune patient est là pour nous le rappeler, relativement subtilement étant donné que ça n'aboutit pas sur une grande rélévation ou quoi que ce soit. On nous prépare juste tranquillement à ce que le sujet au sein de son couple avec Cristina revienne inéluctablement sur le tapis. C'était mignon en tout cas. Le troisième cas médical était un bon gros prétexte pour traiter de la foi branlante d'April, un sujet toujours intéressant mais jamais tout à fait traité à sa juste valeur je trouve. On tombe assez rapidement dans les larmes et ça finit par agacer. Mais ma tendresse pour le personnage fait que je lui pardonne encore et encore ses petites crises. Le patient et l'ambulancier passent un peu au second plan pour donner une plus grande place à Jackson, devenu un confident disons... ambigu. Ces deux-là, on les préfére comme ça que vraiment ensemble.

   A ces trois grosses intrigues médicales s'ajoutent des historiettes, comme par exemple la concurrence que McDreamy instaure entre deux de ses élèves, Shane et Heather. Ca fonctionne correctement, mais le côté idiot, très premier degré du premier a tendance à gâcher ce qui est entrepris. Heather, avec son humour et sa bonne humeur, rattrape le tout. Alex se fait toujours chahuter par le petit ami de Jo. C'était marrant la première fois, ça commence à l'être moins, surtout que Jo n'existe plus au milieu de cette guéguerre. Et puis Callie nous a piqué une petite crise de confiance, étonnante de sa part puisqu'on la sait assez sûre d'elle dans son boulot. Divertissant. Ah et avant que j'oublie : les musiques étaient particulièrement bien choisies dans cet épisode. Ca faisait un petit moment que je ne m'étais pas fait la réfléxion. 

vlcsnap_2013_04_02_23h58m04s11 vlcsnap_2013_04_02_23h55m51s218


// Bilan // Dans le genre anecdotique, on peut dire que cet épisode de Grey's Anatomy remplit sa mission haut la main, mais il le fait plutôt bien. Maintenant, il faudrait urgemment passer à la vitesse supérieur. Il reste cinq épisodes seulement avant le final...

17 février 2011

Mad Love [Pilot]

19636659

Fireworks (Series Premiere) // 8 74o ooo tlsp.

60059201

What About ?

La vie de quatre New Yorkais, dont deux qui sont en train de tomber amoureux l'un de l'autre et deux autres qui se détestent - du moins pour le moment...

Who's Who ?

Créée par Matt Tarses (Sports Night, Scrubs, Worst Week). Avec Jason Biggs (American Pie), Sarah Chalke (Scrubs), Judy Greer (Arrested Development, Miss/Guided) et Tyler Labine (Reaper, Sons Of Tucson, Invasion).

So What ?

Au premier regard, à n'en pas douter, Mad Love est le parfait compagnon de route pour How I Met Your Mother. On s'attend même à croiser Ted, Barney et les autres au détour d'une rue, on s'étonne presque que la nouvelle bande ne s'arrête pas boire une bière au McLaren's. Je me demande d'ailleurs pourquoi CBS n'a pas lancé la sitcom à la rentrée, elle aurait même pu organiser un petit crossover entre les deux séries puisqu'elles se déroulent exactement dans le même univers, avec une réalisation équivalente (Pamela Fryman, la réalisatrice en chef d'How I Met, est aux commandes et ça se voit). Autant assumer jusqu'au bout le copycat. Le seul problème serait venu de Sarah Chalke, déjà présente dans How I Met dans un autre rôle. Je ne vais pas faire la liste des ressemblances mais elles sont nombreuses et on trouve parmi elles : le personnage de Ben, qui ressemble beaucoup à Ted; pour enfoncer le clou il faut avouer que Josh Radnor et Jason Biggs sont proches physiquement; la narration est similaire, jusqu'au choix de la voix-off; New York, alors que cette histoire aurait très bien pu se passer à San Francisco ou à Chicago, ça n'aurait rien changé, juste donné une (fausse) impression d'originalité...

Mad Love n'offre donc strictement rien de nouveau et se complait à réécrire une histoire que l'on connaît déjà par cœur. Sauf qu'elle n'a pas trouvé sa propre identité, comme How I Met Your Mother avait su le faire en son temps avec sa narration particulière, son goût des petits détails et ses multiples retours en avant et en arrière. La vraie force de Mad Love, c'est son casting. Quatre visages connus des téléspectateurs, deux acteurs et deux actrices qui n'ont plus rien à prouver en matière de comédie. Mon coup de cœur revient sans hésitation à Judy Greer, que j'avais déjà adoré dans ses précédents rôles. Le duo qu'elle forme avec Tyler Labine est très efficace, et fait de l'ombre à l'autre couple, qui est juste charmant. C'est forcément cheesy par moment, mais ça reste à un niveau acceptable. Et puis le narrateur nous répète que ce n'est pas une love story alors... le détail amusant, c'est que le premier pilote, qui n'avait pas totalement convaincu la chaîne, comprenait un casting moins prestigieux. Il y figurait Minka Kelly et Lizzy Caplan, que j'aime beaucoup par ailleurs mais qui ne se sont pas encore fait un nom pour le grand public. Contrairement à pas mal de sitcoms, j'aurais tendance à dire que Mad Love n'a pas beaucoup de potentiel d'évolution mais elle part du bon pied !

Posté par LullabyBoy à 14:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mai 2009

How I Met Your Mother [4 x 23]

dnes_v2_himym_mini_ban

As Fast As She Can // 8 7oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_209806

   Donc si j'ai bien compris, cet épisode ainsi que le précédent ne servaient strictement à rien. Le retour de Stella ne valait que pour l'effet de surprise puisque concrêtement, et contrairement à ce qui nous avait été promis, elle ne lui a pas permis de rencontrer la mother. Enfin si : en le plantant comme une merde devant l'autel et en lui faisant perdre foi en l'amour un temps, elle a laissé le champ libre à cette femme que l'on est visiblement toujours pas prêt de rencontrer ! Oui mais est-ce que cela méritait que l'on s'y attarde ? J'en doute. Les producteurs voulaient faire revenir Sarah Chalke, voilà tout. Je crois que la réponse est là. Son retour aurait mérité mieux ! Les apparitions de son mec, le fameux Tony, m'ont gravement pris la tête. Il n'est pas drôle mais alors vraiment pas une seconde ! Un peu comme Ted quoi, mais dans un autre genre. 

   Le coup de la "murder house" ne m'a pas décroché un sourire, j'ai trouvé ça stupide. Les histoires de chaque membre du Scooby Gang autour des PV n'étaient pas totalement nulles mais ça ne m'a pas fait rire plus que ça. L'acharnement de Barney à la limite, et encore... Y'a un moment où le trait est trop exagéré pour que ce soit amusant. Les très brefs passages avec la voisine de Ted, interprétée par la Sylvia Fine d'Une Nounou d'enfer, Renée Taylor, auraient mérité que l'on s'y attarde plus longtemps. Je suis sûr que ce personnage pourrait être marrant. Et puis le retour de cinq secondes de Lily, sous forme de clin d'oeil, était assez navrant. Cette histoire de blague qu'elle n'a pas digéré est quand même très conne. Pas une allusion à la relation Barney/Robin : bien dommage. 


// Bilan // Décidémment, How I Met Your Mother cumule les boulettes cette saison. Le Season Finale relévera-t-il le niveau ? C'est à souhaiter parce que franchement, je suis très déçu.

dnesv2finarticleminibanpk8

06 mai 2009

How I Met Your Mother [4x 22]

dnes_v2_himym_mini_ban

Right Place Right Time // 8 89o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_249695

   J'admire Carter et Bays qui ont fait un sacré bon boulot sur cet épisode. Avec une narration à flashbacks classique pour HIMYM mais qui n'avait plus été utilisée depuis quelques temps, ils ont réussi à faire un épisode basé sur du vide... ou presque ! On ne nous a rien promis. Il suffit de se ré-écouter les voix-off de Ted pour se rendre compte qu'à aucun moment il n'a parlé de la "mother". Mais avec la présence du parapluie jaune et les phrases du style "If It weren't for that, you kids may never have been born", tout laissait penser que le grand moment allait arriver. Comme on n'est pas stupides, on savait bien que l'on nous menait en bateau mais c'était agréable. Le vide a été sacrément bien comblé, surtout du coté de Barney et de sa 200ème conquête ! C'était très amusant et ça mène, sans surprises puisque la fin de la saison approche à grands pas, vers le couple tant attendu Barney/Robin. J'ai hâte ! En parlant de Robin, hormis son vomi, on l'a connu plus en forme. Marshall m'a bien fait marrer avec sa soudaine passion pour les graphiques et c'était une excellente idée d'organiser un nouvelle "intervention" pour l'occasion ! J'aime ce genre de réfèrences aux épisodes passés. Ca donne de la cohérence à l'ensemble et HIMYM n'en a jamais manqué. L'absence de Lily fait toujours tâche mais bon, on fait avec. 

   La révélation finale est très suprenante : je ne m'attendais pas à ça du tout ! Je m'attendais à ce que l'on ne nous montre pas le visage de cette femme en fait. Genre Ted a eu le coup de foudre mais elle a filé dans un taxi sans qu'il ait eu le temps de lui parler. Rien de tout ça : il s'agit du grand retour de... Stella ! Eh bien j'était content de la revoir même si elle ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Le coup du mariage raté, je l'ai toujours en travers de la gorge. Elle s'était comportée comme une connasse. Maintenant, je suis impatient de découvrir quel est son rôle dans la rencontre entre Ted et la "mother". Comme la série va sans doute être renouvelée, je me demande quand même comment les scénaristes vont faire pour rallonger la sauce encore une saison de plus sans révéler l'identité de la mystérieuse...


// Bilan // Un épisode qui aurait pu être une escroqueris mais qui n'en est pas une grâce au talent des scénaristes. La fin de saison approche et les deux prochains épisodes devraient être forts en révélations !

dnesv2finarticleminibanpk8