16 novembre 2012

Malibu Country [Pilot & 1x 02]

malibu_country

Pilot // 8 960 000 tlsp.

44030375_p

 

 What About ?

Lorsque Reba Gallagher découvre que son mari, une légende de la musique country, la trompe, elle remet toute sa vie en question. Tout comme son époux, Reba était à deux doigts de devenir une star de la country mais avait finalement choisi de mettre ses aspirations de côté afin de fonder une famille. Le divorce prononcé, Reba décide de reprendre son rêve où elle l'avait laissé. Elle quitte Nashville pour s'installer en Californie, avec sa mère et ses deux enfants...

Who's Who ?

Créé par Kevin Abbott (Reba, Les Craquantes). Produit par Reba McEntire (Reba). Avec Reba McEntire (Reba), Lily Tomlin (Damages, Desperate Housewives), Sara Rue (Popular, Less Than Perfect), Jai Rodriguez (Queer Eye For The Straight Guy), Justin Prentice, Juliette AngeloJeffrey Nordling..

So What ?

new_tv_malibue_country

   Le fameux "TGIF" d'ABC dans les années 90 -le carré sitcoms du vendredi soir- on ne l'a connu chez nous qu'éparpillé sur toutes les chaînes. C'était Notre Belle Famille, La Vie De Famille, La Fête à la Maison, Sabrina, Clueless, L'Incorrigible Cory, Dinosaurs... du bon et du moins bon donc, mais du sympathique, du familial, de l'efficace dans la plupart des cas. Cependant, sur la fin, c'était Touche pas à mes fillesGeorge Lopez, Hope & Faith, Life With Bonie, Les Sauvages... et non, l'horrible According To Jim n'était pas diffusée là, mais elle aurait très bien pu ! De médiocres copies en somme. Il était temps que ça s'arrête. C'était en 2005. Le nouveau président d'ABC, Paul Lee, a fait du retour du "TGIF" l'une de ses priorités. Il a commencé par relancer la carrière de Tim Allen l'an dernier avec Last Man Standing, une sitcom à l'ancienne qui ne vaut vraiment pas Papa Bricole. Il enfonce le clou cette saison avec Malibu Country, qui semble ne valoir guère mieux. On est vraiment plus proches des dernières années de la soirée emblématique que des premières...

   Bon, d'abord, il y a Reba. Reba, pour nous Français, c'est rien du tout. On n'écoute pas sa musique et on n'a pas vu sa sitcom éponyme diffusée sur la WB puis la CW. Pour les Américains, c'est une star de la country, et même une star tout court. Les vieux, les jeunes, tout le monde l'adore. Pourquoi ? Parce qu'elle ressemble à madame tout le monde. Enfin ressemblait. Maintenant qu'elle est tirée de partout, elle ne ressemble à personne et surtout à rien. Mais c'est comme ça. C'est Hollywood. Et Nashville aussi apparemment. En tout cas, Reba n'est pas spécialement jolie. Reba aime bien porter des jeans et une chemise, même si elle a tout plein d'argent. Reba n'est pas hyper féminine, mais met une robe de soirée de temps en temps pour qu'on ne la confonde quand même pas avec une lesbienne. En effet, Reba se veut ouverte d'esprit et moderne, mais elle est bien évidemment Républicaine. Reba s'entend donc très bien avec Tim Allen. Reba a un accent du Sud à couper au couteau et, pour prouver constamment qu'elle n'a pas perdu ses racines, elle l'accentue le plus possible, quitte à ce qu'on ne comprenne pas ce qu'elle raconte. Les Américains trouvent ça charmant. De toute façon, quoiqu'elle fasse, Reba plaît. Même quand elle commet Malibu Country, très vaguement inspirée de sa vie -suffisamment pour que le public ait l'impression de bien être face à la chanteuse qu'ils aiment, mais pas assez pour qu'on la prenne pour une has-been cocue- ils sont 9 millions à se ruer devant le pilote ! Ils étaient moins la semaine suivante mais encore trop comparé à la qualité proposée.

   Cette sitcom aurait pu être une bonne surprise. Le personnage de Reba n'est pas très drôle, et l'actrice n'a pas la comédie dans le sang, mais elle est entourée d'une belle petite bande qui relève le niveau, ou qui essaye du moins. Sara Rue, dans le rôle de la voisine intrusive, s'en sort avec les honneurs. Elle est ce que la sitcom a de mieux à offrir apparemment en terme de timing comique. C'est d'ailleurs plus probant sur le deuxième épisode, mais tout est de toute façon légèrement plus réussi dans le deuxième épisode. Lily Tomlin, dans le rôle de la grand-mère, est ma plus grosse déception puisqu'aussi ma plus grande attente. Je l'aime beaucoup et je suis persuadé qu'elle avait mieux à offrir. Le problème ne vient pas du personnage, cliché ambulant de la vieille alcoolique, mais bien de ses répliques qui ne sont pas du tout à la hauteur. La fille de Reba est insipide, interchangeable. Toute l'intrigue sur son voisin/petit-ami gay qui ne l'est pas vraiment est super bizarre. Je n'arrive pas à y déceler de l'humour. Je me demande même si je ne dois pas me sentir offensé. Malibu Country se veut peut-être gay friendly, mais elle s'y prend bien maladroitement. Il se trouve qu'il y a un autre personnage homo, un vrai sans aucun doute cette fois, incarné par un ancien "Queer" de la version américaine de l'émission de relooking. ll est exactement comme on pouvait l'imaginer : outrancier. Et... ça marche ! Les seules fois où j'ai ri devant les deux premiers épisodes, c'était grâce à lui. Sinon, il y a le fils de la famille, un ado bêta pas aussi agaçant que prévu. 

   Contrairement à plein de nouvelles sitcoms qui tentent leur chance chaque année, Malibu Country ne fait pas du neuf avec du vieux, mais du vieux avec du vieux. Elle aurait l'efficacité de Hot In Cleveland, je ne cracherais pas dessus, mais c'est très loin d'être le cas ! Reba-rbatif en somme (sous vos applaudissements !).

What Chance ?

   Si la sitcom se maintient à ce niveau, elle décrochera sans mal une saison complète puis une saison 2. Si ABC souhaite étendre son duo à un carré comme à la grande époque, elle aura besoin d'elle, et de quelques autres vétérans de la télévision prêts à revenir à leurs premières amours. Cela ne devrait pas être trop compliqué ! Tony Danza, par exemple, est déjà dans les starting-blocks

How ? 


Posté par LullabyBoy à 11:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


27 septembre 2009

Eastwick [Pilot]

6e29d118713d6628b05547c363b9c787

Pilot // 8 52o ooo tlsp.

44030376

What About ?

Joanna, la correspondante locale trop réservée, Kat, l'épouse et mère de famille débordée, et Roxie, l'excentrique artiste, sont trois femmes radicalement différentes vivant dans la très puritaine petite ville d'Eastwick. En raison des potins et autres préjugés, elles ne s'apprécient pas réellement. Il suffit pourtant d'une étrange rencontre et de quelques verres de Martini pour que le trio devienne complice et se découvre quelques talents de magie qu'elles n'avaient jamais soupçonné. Et quand l'ensorcelant Daryl Van Horne s'installe en ville, la situation ne tarde pas à dégénérer... (AlloCiné)

Who's Who ?

Exit Alyssa Milano, Holly Marie Combs et Rose McGowan, les trois pauvres actrices obligées de jouer dans Charmed pour gagner leur vie, bienvenue Rebecca Romijn, Lindsay Price et Jaime Ray Newman, trois autres pauvres actrices obligées de jouer dans Eastwick pour gagner leur vie. La première a goûté ces derniers années à l'univers d'Ugly Betty, où elle tenait le rôle d'un transexuel, la seconde a fait ce qu'elle a pu dans Lipstick Jungle, et la dernière s'est illustrée un peu partout en guest, notamment dans Veronica Mars et Eureka. A leurs cotés, un casting masculin faiblard composé de Paul Gross, censé avoir un charme fou, Jon Bernthal, qui joue très bien les ratés, et Matt Dallas, dont les beaux yeux nous feraient croire n'importe quoi, même qu'il est bon acteur ! En hommage au film des années 80 qui a inspiré la série (lui-même inspiré d'un roman), Veronica Cartwright interprète la vieille folle du village et se prend 30 ans dans la tronche, sans broncher.

So What ?

      Soyons clairs : cette série est ridicule. Mais puisque le ridicule ne tue pas, les scénaristes ont quand même tenté de la rendre attractive. Ils ont eu recours à quelque chose qui marche à tous les coups : le sexe ! Eastwick est une série très sexuelle. Je ne veux pas dire par là qu'elle est excitante ou qu'elle parle de sexe cruement mais elle possède un subtext sexuel assez poussé. C'est certainement pour cela d'ailleurs qu'elle est diffusée à 22h et pas à 20h. On aurait pourtant pu croire qu'elle s'adressait à un public relativement jeune mais pas tant que ça. Il faut quand même être resté jeune dans sa tête pour l'apprécier à sa juste valeur. Le mystérieux et calculateur Don Juan qui arrive en ville utilise les trois héroïnes comme un Pimp se servirait de ses putes ! Et puis, entre nous, deux des trois sorcières sont des traînées en puissance. Il y a celle qui ne s'en cache pas et qui se tape même un petit jeune et il y a celle qui le devient lorsqu'elle prend possession de ses pouvoirs. La journaliste sexy se transforme en croqueuse d'homme et tout va tellement vite que l'on peine à y croire, à l'image de l'ensemble du pilote.

La magie a toujours été un thème casse-gueule au cinéma et à la télévision, surtout lorsqu'il s'agit de l'ancrer dans notre réalité, à notre époque. Ca a donné Charmed, bonne à occuper les gamines mais pas plus. Le seul contre-exemple est évidemment Harry Potter mais peut-on vraiment parler de notre réalité dans ce cas précis ? Une réalité alternative disons. Eastwick n'échappe pas à cette impression de grand n'importe quoi, sans doute parce que l'on n'insiste pas assez sur l'ambiance mystérieuse de la ville et sur son passé, les quelques mots de la voix-off ne suffisent pas, et parce qu'en soit, le mélange Girl Power/Sexe/Magie/Drame/Comédie est trop fourre-tout. Les choses se mettent en place très vite, avec une certaine efficacité, on se prend à sourire à une ou deux répliques et/ou situations amusantes. Une sympathie se dégage pour les héroïnes, d'autant que les actrices sont convaincantes dans leurs rôles. Et à la fin du pilote, on a quand même envie de savoir ce qui va se passer par la suite, ce que Daryl mijote notamment. Preuve que ce n'est pas complètement nul, surtout si l'on met met ses neurones de coté pendant quelques minutes.

     En bref, Eastwick est une série divertissante et pas trop mal foutue qui doit encore faire ses preuves. Elle ne révolutionnera rien, elle s'arrêtera même certainement rapidement et dans l'indifférence, mais elle vaut mieux que ce que l'on dit. Dommage qu'elle manque d'ambition et que l'ambiance ne soit pas aussi mystérieuse que l'on voudrait nous le faire croire. Elle fait parfois penser à Desperate Housewives mais la version récente, vraiment pas extraordinaire.   

  1