18 novembre 2012

Dexter [7x 06 & 7x 07]

vlcsnap_2012_10_06_23h02m59s142

Do The Wrong Thing // Chemistry

1 990 000 tlsp. // 2 070 000 tlsp.

44030376


 vlcsnap_2012_11_12_22h45m35s137 vlcsnap_2012_11_13_00h03m47s214

   Je sais que certains vont me reprocher de n'être jamais content, mais je le dis quand même : lorsque Dexter suit sa formule habituelle, sans surprise, on s'ennuie; lorsque Dexter prend une forme moins linénaire mais trop brouillonne en contrepartie, on s'ennuie aussi ! Je reconnais volontiers que ces deux épisodes, malgré leurs nombreux défauts, permettent de dévier de la trajectoire toute tracée de la saison 7, mais j'ai le sentiment que trop d'intrigues tue les intrigues; comme si les auteurs voulaient se prouver et nous prouver qu'ils ont encore plein d'idées et plein de choses à raconter, alors qu'ils ne font en réalité que ressucer d'anciennes histoires pendant que les nouvelles stagnent. Ainsi, Isaak sort de prison, tourne autour de notre héros mais ne passe pas à l'action. Il menace. On attend. Quinn est dans les parages avec sa poupée blonde, lui aussi est menacé, mais personne ne pense à, enfin, le supprimer. On attend. Batista veut prendre sa retraite et acheter un restaurant. On s'en fout. Et on a envie de lui dire que s'il croit qu'en se lançant dans un tel business il va trouver le temps d'avoir une vie, il se trompe lourdement. Mais comme on s'en fout... Et puis, il est de mieux en mieux partie pour prendre la place du prochain mort du Miami Metro, non ? Pile quand il veut arrêter, le destin lui plante un couteau mortel dans le dos. Imaginez comme ça aurait de la tronche. Voyez comme les scénaristes maîtrisent l'ironie. Plus sérieusement, si c'est bien vers cela qu'ils se dirigent, bonjour la subtilité. Si ce n'est pas ça, alors je suis juste parano et j'assume. Et je ne manquerai pas de faire amende honorable ! Tiens, par contre, je suis ravi des dernières trouvailles de Laguerta. Pour la première fois, le nom de Dexter apparait dans son enquête. Reste à savoir si tout cela va la mener vers la vérité, mais on peut être sûr qu'elle ne va plus aussi facilement confier ses découvertes à Deb maintenant... Et si elle mettait Batista au parfum ? Quand je pense que le seul truc qui m'a vraiment excité au cours de ces deux épisodes, c'est les 15 secondes consacrées à Laguerta...

   Après avoir installé la situation pendant quelques épisodes, les auteurs de Dexter se lancent corps et âme dans une nouvelle intrigue amoureuse pour notre serial killer. Parce qu'ils sont conscients d'être déjà passé par là plusieurs fois, ils cherchent encore une fois à se convaincre de quelque chose, en l'occurence que cette histoire avec Hannah est différente des précédentes. Ils écrivent même des dialogues en ce sens. Ils remettent Lumen sur le tapis. Deb ajoute ainsi une nouvelle pièce du puzzle, mais ça n'a plus vraiment d'importance maintenant. Poblème : Hannah est peut-être différente de Rita, de Lila et de Lumen, elle provoque en Dexter des réactions identiques. Encore une fois, il se demande si ce qu'il ressent pour elle n'est que du désir ou s'il y a de l'amour. Encore une fois, il se demande s'il est capable d'aimer. Mais, bon sang, après 7 ans, il serait temps qu'il comprenne que oui, il en est capable, tout comme il peut détester. Il est humain ! Même plus humain que plein d'autres humains ! Il ressent. Ce que ça peut être agaçant de ne pas l'accepter une bonne fois pour toutes. Est-ce là la seule finalité de la série ? Que Dexter accepte son humanité. Je pensais qu'il y avait plus à dire, que les auteurs avaient davantage d'ambition. Et puis je dois dire qu'hormis lors des scènes dans la fête foraine abandonnée et sous le chapiteau du cirque, j'ai du mal à me passionner pour ce couple Dexter/Hannah. Je ne ressens pas tant d'alchimie que ça entre les acteurs. Je trouve le rendu trop factice. Yvonne Strahovski ne m'inspire pas. Non vraiment, pour moi, ça ne le fait pas. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Je n'ai que moyennement apprécié l'intervention de ce Sal Price au beau milieu de tout ça. Il sortait de nulle part. Il a clairement servi de catalyseur, mais les auteurs n'ont pris aucun soin pour le rendre crédible et attachant. Il n'aura pas du tout marqué les esprits. Pourtant, entre Jennifer Carpenter et Santiago Cabrera, il se passait quelque chose d'intéressant, qui semblait plus naturel. 

vlcsnap_2012_11_12_21h39m49s109 vlcsnap_2012_11_12_22h12m30s6


// Bilan // Ces deux épisodes de Dexter ne m'ont inspiré que de l'ennui. Je pensais pourtant que cette saison 7 était sur la bonne voie, qu'on allait enfin avoir quelque chose de consistant à se mettre sous la dent. Un leurre ? Il reste 5 épisodes pour repartir dans le bon sens. C'est encore faisable. J'aimerais vraiment pouvoir dire à la fin du 12ème que cette nouvelle salve était meilleure que les deux précédentes...


13 janvier 2012

Alcatraz [Pilot - Avant-Première]

19959610

Pilot // A venir, diffusion le 16 Janvier.

 44030376_bis

 

What About ?

302 prisonniers et gardiens de la célèbre prison d'Alcatraz disparaissent dans d'étranges circonstances en 1963. Cinquante ans plus tard, ils réapparaissent un à un à San Francisco de manière inexpliquée, sans avoir vieilli. Un agent du FBI, Rebecca Madsen, est alors chargé de mener l'enquête, aidé d'un geek spécialiste de la prison, Diego Soto, et d'un homme mystérieux au passé trouble nommé Emerson Hauser...

Who's Who ?

 Créée par Elizabeth Sarnoff (Lost, Deadwood), Steven Lilien (Kyle XY) & Bryan Wynbrandt (Kyle XY). Produit par J.J. Abrams (Alias, Lost, Fringe). Avec Sarah Jones (Sons Of Anarchy, Big Love), Jorge Garcia (Lost), Sam Neill (Jurassic Park, La leçon de Piano, A la poursuite d'Octobre Rouge...), Robert Forster (Heroes, Mulholland Drive...), Santiago Cabrera (Heroes, Merlin), Parminder Nagra (Urgences), Jason Butler Harner (L'échange...)

So What ?

   "It's Alcatraz. Things can always get worse" prévient l'un des héros -les plus discrets- de cette nouvelle production J.J. Abrams, attendue sur la FOX la semaine prochaine, ainsi qu'en VOD sur MyTF1.fr. pour les plus argentés des impatients. Il a bien fait de le préciser, le monsieur. Car il faut bien avouer qu'une fois les premières minutes intrigantes passées -qui retranscrivent à la perfection l'ambiance de la célèbre prison lorsqu'elle était encore en service grâce à une réalisation sombre et efficace, qui a d'ailleurs pu bénéficier des décors authentiques de l'île mythique- on s'ennuie un peu face à ce qui ressemble plus à un cop show bien rôdé qu'à un thriller surprenant.

   Le télespectateur est continuellement pris par la main, tout lui est expliqué -du moins ce qui est explicable à ce stade- de façon plutôt simple (trop simple ?) comme si tout ce qui se passait était finalement normal. Notre héroïne, qui a pour mission de remplacer à terme dans nos coeurs Sydney Bristow, Kate Austen, Olivia Dunham et Samantha Bloom, ne semble pas tellement s'étonner ni s'émouvoir de tout ce qui lui arrive. Elle ne parvient jamais dans ce premier épisode à sortir de son rôle d'enquêtrice un peu bad ass sur les bords bien sûr mais terriblement banale. Je ne remets pas pour autant en cause le travail de Sarah Jones, bien qu'elle paraisse un peu trop jeune pour être vraiment crédible -ce qui n'est pas de son ressort en même temps- mais les auteurs n'ont pas su lui donner la place qu'elle méritait et ses répliques sont un peu faibles par moment. Avec un matériel de meilleure qualité, je suis sûr qu'elle peut faire des merveilles. En gros, elle se retrouve dans la même situation qu'Anna Torv au début de Fringe sauf qu'elle transpire naturellement la fragilité et qu'elle parait d'emblée moins froide. Le reste de la distribution est convaincant dans l'ensemble, notamment Sam Neill, qui fera sans surprise un bon méchant devenant peu à peu attachant, et Jorge Garcia, l'atout comique de la série, une sorte de Hurley-bis avec simplement quelques diplômes en plus. La plupart des autres personnages principaux ne nous sont présentés que brièvement -l'un deux n'apparait même qu'en photo- et certains auront probablement du mal à se faire une place alors que le véritable héros de chaque épisode sera le prisonnier "fantôme" du jour, avec tout ce que cela implique de routine typique des procedurals. Ce qui est intéressant néanmoins, mais qui ne fait que transparaitre au cours du pilote, c'est que ces hommes sont des criminels qui ne se sont pas retrouvés à Alcatraz par hasard et on nous demande ainsi, au moins le temps de 40 minutes, de nous intéresser à leur histoire et donc de prendre le risque de s'attacher à eux. On peut espérer que les flashbacks permettront par ailleurs de nous montrer ce qu'était vraiment le quotidien des prisonniers sur l'île, même si on se doute bien que l'on ne va pas nous faire du Oz à 21h sur la FOX ni même du History Channel ! A travers des connexions un peu faciles entre les personnages qui sont révélées petit à petit, on comprend qu'Alcatraz aura également une dimension familiale importante. L'occasion sans doute de renouer avec certaines obsessions de J.J. Abrams dont toutes ses oeuvres sont empreintes. La figure paternelle, notamment, toujours complexifiée à l'extrême. Coté clins d'oeil, hormis des chiffres forcément suspicieux, il m'a semblé qu'une affiche avec le visage de Josh Holloway se cachait en second plan au cours d'une scène, ainsi qu'une rangée de comics Alias. A confirmer toutefois... 

   Bien qu'Alcatraz possède l'odeur et l'essence des meilleures créations de Mr. J.J. Abrams., elle n'en a pas tout à fait le goût. Probablement parce qu'elle n'en est pas vraiment une. Le petit génie du ciné et de la télé est jusqu'ici meilleur créateur et réalisateur que producteur... Si la série soulève quelques questions -Où sont passés ces détenus pendant 50 ans ? Qui les a ramenés et surtout pourquoi ? Quelles sont les véritables intentions de Hauser et certains autres héros aux contours flous ?- elle semble malgré tout manquer d'ambition à ce stade, de mystère consistant, de personnages profonds. Elle n'impressionne pas comme Lost et dans une moindre mesure Fringe l'avait fait dès les premiers instants. Pourtant, notre curiosité est suffisamment piquée pour qu'on ait envie de laisser une chance à Alcatraz de montrer ce que cette île a dans le ventre... 

What Chance ?

    La FOX fait bien de proposer au cours de la même soirée le second épisode à la suite du premier. De cette manière, les téléspectateurs déçus et/ou perplexes seront plus enclin à lui laisser tout de suite une nouvelle chance. Mais si le deuxième épisode n'est pas à la hauteur, il ne faudra pas s'étonner d'une désertion massive la semaine suivante. J'espère qu'Alcatraz aura la chance de grandir et d'évoluer au-delà des 13 épisodes commandés car elle risque de suivre la même trajectoire que Lost et Fringe : un début le plus grand public possible afin de ratisser large avant de prendre des risques et de privilégier le feuilletonnant (et donc de moins marcher). Je ne suis pas très optimiste quant à sa durée de vie malheureusement...

How ?