04 juin 2010

Tueurs En Séries [Episode du 4 Juin 2010]

allocine_tueur_en_series

Au programme cette semaine : les héros de fiction les plus marquants de la décennie, un premier teaser pour la saison 6 de Weeds, M6 a-t-elle abandonné Les Bleus ?, le rap médical de Royal Pains, et un point sur les séries les plus prometteuses de la rentrée !

NB: Retrouvez l'émission en quotidienne toute la semaine prochaine au Festival de télévision de Monte Carlo !


07 janvier 2010

White Collar [Pilot]

untitled

Pilot // 5 4oo ooo tlsp.

44030377

What About ?

L'association inattendue entre un agent du FBI et son pire ennemi, un malfaiteur-gentleman qu'il poursuit depuis des années ! Quand Neal Caffrey s'échappe d'une prison de haute sécurité pour retrouver son amour perdu, l'agent du FBI Peter Burke l'arrête à nouveau. Pour éviter de retourner en prison, Neal propose à son rival une solution alternative : sa liberté en échange de son aide pour traquer d'autres criminels... (AlloCiné)

Who's Who ?

Le héros de White Collar est incarné par le charmant, très charmant même, Matthew Bomer. Les fans de Chuck le connaissent bien, les quelques personnes qui ont suivi Traveler il y a quelques années aussi. On retrouve à ses cotés Tim DeKay, un ancien de Carnivàle qui était également dans la courte mais excellente série de HBO Tell Me You Love Me. Cette fois, sa femme n'est pas interprétée par Ally Walker mais par l'éternel Valérie Malone de Beverly Hills et inoubliable Kelly de Sauvés par le gong : Tiffani Thiessen ! Elle abuse toujours du fond de teint, quitte à être orange, mais on l'aime aussi pour ça. Le copain gay de Carrie dans Sex & The City est devenu le copain mystérieux de Neal dans White Collar. La bouille de Willie Garson me fait toujours marrer. Et puis dans le pilote, un des agents du FBI est interprété par Marsha Thomason (Las Vegas, Lost) mais elle a malheureusement disparu dès le second épisode pour être "remplacée" par Natalie Morales, dans un autre rôle. Pourquoi ? Parce que son personnage était une lesbienne et ça n'a visiblement pas plu à la chaîne. No comment.

So What ?

  White Collar, c'est la série typique de la chaîne du câble USA Newtork. Elle est fondue dans le même moule que Monk, que Psych, que Burn Notice ou que son succès de l'été dernier, Royal Pains. Le slogan de la chaîne est clair : "Characters Welcome" ("Personnages bienvenue"). Ce qu'il faut comprendre, c'est que ce ne sont pas les intrigues bouclées qui rythment chaque épisode qui comptent mais les personnages. Ils sont extrêmement sympathiques, ils sont amusants et ils permettent d'offrir un divertissement de qualité, léger mais sans nous prendre pour autant pour des andouilles.

Evidemment, la subtilité, ce n'est pas le genre de la maison. Surtout quand il s'agit d'installer une histoire. Tout est gros, absolument pas crédible et peu original mais c'est le cap obligatoire à passer pour installer les personnages et la formule immuable du show. Le fil-rouge, puisqu'il y en a un, consistera en une quête interminable pour retrouver la bien-aimée de Neal qui s'est volatilisée. Tout comme Monk cherchait à percer le secret du meurtre de sa femme. Au niveau de l'ambiance, grâce à un hasard des plus improbables, Neal se retrouve à cohabiter avec une riche veuve et sa fille dans un manoir luxueux. Et elle lui offre même une garde-robe sacrément classe en supplément. C'est vrai que là où il est, son mari n'en a plus besoin. A peu de choses près, l'atmosphère est la même que dans Royal Pains sauf qu'on a troqué la vue sur la mer contre une vue imprenable sur la skyline de New York. C'est plus urbain mais l'argent est toujours là. Il faut bien faire rêver la ménagère. A ce propos, le choix de Matthew Bomer pour incarner le héros est très judicieux. Les téléspectatrices bavent sur lui pendant que les maris matent les nanas bien roulées de la série. C'est vrai que Neal a tout du gendre idéal. Il est charmant, il est drôle, il est rudement rusé et il a un culot monstre. Il ne manquerait plus qu'il soit bon amant ! En gros, il pourrait devenir vite très énervant. Peter, c'est un peu son contraire. Il n'est pas moche et gros et con et peureux et lâche mais il est plus proche du mari de la fameuse ménagère que du mannequin qui la fait craquer dans les pages lingerie homme de La Redoute. L'assocation de deux, c'est un festival de piques et finalement de bonne humeur contagieuse. L'alchimie est immédiate entre les deux comédiens et on peut même étendre cela à l'ensemble du casting qui fonctionne vraiment bien. On regrette que certains personnages soient peu exploités mais il ne s'agit que d'un pilote (de 58 minutes quand même !!). 

En bref, White Collar manque d'ambition, pour le moment en tous cas, mais elle possède un capital sympathie très fort et ne peut que faire passer un bon moment à qui tombe dessus. Car oui, l'inconvénient, c'est qu'elle ne fait pas vraiment partie de ces séries que l'on dévore et dont on ne raterait pour rien au monde un épisode. Mais quand on s'ennuie, ça détend assurément !


// Bonus // Un petit trailer, comme d'hab' !

06 juin 2009

Royal Pains [Pilot]

19111610_w434_h_q80

Pilot // 5 6oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4

What About ?

Hank Lawson est un jeune docteur à qui tout sourit : sa carrière est florissante, sa petite amie est magnifique et son appartement new-yorkais est fastueux... Mais, après avoir pris une décision difficile aux Urgences, il perd tout. Quelques mois plus tard, un Hank célibataire et sur la liste noire de tous les hôpitaux se rend dans les Hamptons avec son meilleur ami. Lors d'une soirée, il sauve la vie d'un des invités. Après cette intervention, sa carrière reprend soudainement mais pas vraiment comme il s'y attendait. Le voilà devenu le médecin particulier, l'accessoire de tous les riches et célèbres habitants des Hamptons qui n'ont besoin que d'un seul coup de fil pour le voir venir... (Allociné)

Who's Who ?

Mark Feuerstein, ça vous dit quelque chose ? Moi, ça ne me disais rien. J'ai bien dû le croiser comme tout le monde au détour d'un épisode de Ally McBeal ou de Sex & The City, son visage m'était familier. Mais je n'ai pas suivi les séries dans lesquelles il a eu un rôle principal, à savoir 3Lbs, Good Morning Miami et The Hustler. Pas de grand succès faut dire. Avec ses petits airs de Patrick Dempsey quand il sourit, il a tout du gendre idéal. En plus, son personnage, Hank, fait parti de ces gens qui ont une conscience professionnelle et une morale. Ca pourrait le rendre chiant sur la longueur mais pour le moment, je l'aime bien ce héros. Il doit se coltiner son frère, interprété par Paulo Costanzo. Lui non plus je ne le connaissais pas. Enfin si mais kje crois que j'ai voulu l'oublier. Il était un des acteurs de Joey, vous savez, cette série totalement ratée qui faisait suite à un chef d'oeuvre de la comédie US... Il est amusant ici, avec un potentiel de boulet quand même. Et puis le casting féminin est composé de deux beautés : Jill Flint et Reshma Shetty. Si la première semble plus insipide qu'autre chose, la seconde me plaît déjà beaucoup. Elle est vive et elle semble avoir une histoire à raconter, un peu de profondeur. 

So What ?

USA Network s'est spécialisée depuis quelques années dans les séries sympathiques. Qu'est-ce qu'une série sympathique ? Une série dont l'idée de départ est assez poussive, dont les intrigues sont parfois un peu faciles mais qui possède une ambiance plus qu'agréable et des personnages attachants. Je suis dingue des Hamptons, cet endroit branché où tous les riches New Yorkais possèdent une résidence secondaire et où ils passent le plus clair de leurs week-ends et leurs vacances. C'est là que se déroule l'action de Royal Pains, on nous en met donc plein la vue avec bords de mer ensoleillés, villas démesurées et corps ultra-bronzés. Rien que ça vaut le coup d'oeil ! C'est parfait pour l'été et pas prise de tête. Alors évidemment, tout ce qui se passe dans ce pilote est prévisible et il dure tout de même un peu plus d'une heure. On ne s'ennuie pas l'ombre d'une seconde pourtant, grâce à l'humour omniprésent. Le seul truc qui énerve, c'est que l'on sait pertinement que Hank va accepter ce poste de médecin particulier donc ses multiples refus sont un peu lourds. Il faudra une belle femme pour le convaincre finalement. Ca aussi, c'est un peu facile et ça m'inquiéte pour la suite. Doit-on s'attendre à un jeu du chat et de la souris interminable ? En attendant de le savoir, je serai au rendez-vous ! En bref, Royal Pains est loin d'être révolutionnaire et indispensable mais elle possède tous les atouts pour nous faire passer un bon moment chaque semaine de l'été.


// Bonus // Une petite bande-annonce qui rend bien compte de l'atmsphère de la série !

Posté par LullabyBoy à 18:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



  1