02 avril 2014

The Pro [Pilot Script]

20443688 (1)

THE PRO

Comédie (Single-Camera) // 22 minutes

44030376

Ecrit et produit par Alex Gregory & Pete Huyck (Frasier, King of the hill). Réalisé par Todd Holland (Malcolm, Go On, 30 Rock). Pour NBC, ABC Studios, Universal Television, Brillstein Entertainment & Dark Toy Entertainment. 35 pages.

Un ancien champion de tennis surnommé "Big Ben"', devenu prof dans un country-club après avoir perdu une partie de sa fortune, se sert de sa gouaille et de son charme pour revenir au top, mais il est stoppé net dans son ascension par son ancien meilleur ami, devenu son plus grand rivale. Il vient d'être engagé pour renforcer l'équipe, ils vont donc devoir travailler ensemble désormais...

Avec Rob Lowe (Brothers & Sisters, Parks And Recreation, A La Maison Blanche), Rob Riggle (Very Bad Trip, Very Bad Cops, Modern Family), Rebecca Romijn (Ugly Betty, Eastwick, X-Men), Rose Salazar (Parenthood), Colton Dunn (Key and Peele), Jared Gilman (Moonrise Kingdom), Andrea Savage...

 

   Le script de The Pro m'a laissé très indifférent. Est-ce parce que l'univers du tennis professionnel ne me parle pas du tout ? Est-ce parce que son histoire de départ, qui consiste à créer au fil des pages un duo d'antagonistes, m'a paru banale ? Est-ce parce que ce pilote manque tout simplement de panache ? Est-ce parce que je n'ai souri que de temps à autres grâce à quelques blagues bien senties, mais jamais ri ? C'est sans doute un peu pour toutes ces raisons. NBC voulait absolument une comédie centrée sur Rob Lowe après son départ de Parks And Recreation. J'imagine que plusieurs projets lui ont été présentés par différents studios et c'est celui de ABC Studios qui a remporté la mise. Il est certain que ce rôle d'ancien champion va comme un gant au magnifique quinquagénaire qui ne semble pas vieillir, grâce au botox ou à je ne sais quelle substance qu'on lui a injecté sur le visage. Mais vous voyez, c'est le genre de série qu'on aurait tout aussi bien pu filer à Matthew Perry. Je soupçonne même que ce soit un de ses fonds de tiroir. Comme Mr Sunshine, c'est vaguement sympathique mais pas très engageant. 

    Se rendant compte que peut-être Rob Lowe n'était pas un atout suffisant pour convaincre le public d'y jeter un oeil, NBC a choisi de lui coller Rob Riggle dans les pattes. Rob Riggle. Les américains l'adorent parait-il. Personnellement, je n'ai pas d'avis sur la question. Je sais juste qu'il n'est pas susceptible de me motiver à en voir plus. Et je dois dire que son personnage de macho prétentieux qui s'avère être un méga loser ne m'a pas donné du tout donné envie. Le héros n'est peut-être pas hyper intéressant mais il a au moins un certain capital sympathie. A la fin du pilote, les deux rivaux se réconcilient et on sous-entend qu'ils sont redevenus best buddies. A quoi va consister la suite de la série alors ? Ils vont faire les 400 coups au country club ? Ils vont continuer à se chamailler puis se réconcilier à l'infini ? Ce n'est pas comme si en l'état actuel des choses, les personnages secondaires pouvaient vraiment relever le niveau. Enfin je suis mauvaise langue. A y regarder de plus près, quand je vous disez que j'ai parfois souri, c'était toujours grâce à l'un ou l'une d'entre eux, pas grâce aux deux stars du show. La petite Jaimie, jouée par Rose Salazar (que j'adooooore et qui avait un talent deal avec ABC qui a donné lieu à ce casting), peut être une sorte d'équivalent à April de Parks And Rec, en plus souriante et plus sociable. Je mise un peu sur elle. Pas tellement sur le reste de la bande. Mais il y a une base pas si mauvaise dans le fond. Avec beaucoup de travail, ça peut devenir cool.

   Le pilote de The Pro n'est ni énervant ni excitant. Il n'est pas mauvais, mais il n'est pas bon non plus. Il est juste au milieu. Son seul espoir de se faire remarquer, c'est si l'alchimie entre le duo principal fonctionne plus encore que prévu. A partir de là, tout est possible, tout espoir d'amélioration sur les épisodes suivants est envisageable. Mais très honnêtement, ce n'est pas avec ça que NBC va remonter la pente côté comédie...

Posté par LullabyBoy à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 août 2012

Parks And Recreation [Saison 4]

key_art_parks_and_recreation

Saison 4 // 3 730 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_08_21_11h26m36s160 vlcsnap_2012_08_21_09h29m24s7

    Lors de ses trois premières saisons -même si la première est globalement à oublier- Parks And Recreation était une comédie sympathique, amusante, servie par de bons interprétes et on n'avait pas grand chose à lui reprocher. Elle me plaisait, mais je ne ressentais aucune urgence de la retrouver. C'est pour ça que, comme avec 30 Rock, je ne regarde les nouvelles saisons que pendant l'été (et aussi parce qu'il faut bien avoir de quoi faire pendant cette période creuse). Mais cette saison 4, plus ambitieuse que les précédentes -mais pas nécessairement plus drôle- m'a donné envie d'attaquer la saison 5 dès la rentrée (même si je ne le ferai sûrement pas). Toute la saison ou presque s'est articulée autour d'un fil rouge important : la candidature de Leslie Knope au poste de Maire de la ville de Pawnee. On sort donc de la mécanique désormais bien huilée du show pour une aventure plus intéressante d'un point de vue satirique, puisqu'il s'agit de décortiquer le système politique américain à un degré plus élevé que précédemment; du point de vue de l'héroïne aussi, qui s'était fait un peu envahir par les personnages secondaires en saison 3; et du point de vue du groupe aussi puisque la fine équipe est plus soudée que jamais et contamment réunie. C'était aussi l'occasion de faire intervenir quelques guest-stars de choix.

   La première partie de la saison, avant que la campagne ne commence officiellement, est plus classique dans la forme avec une place plus importante accordée à Ron, par exemple, qui doit se dépétrer de "Tammy One" interprétée par l'excellente Patricia Clarkson. C'était très drôle, dans un style différent de "Tammy Two", moins hystérique disons. Les deux apparitions de Megan Mullally étaient évidemment délicieuses et le fait d'apparaitre dans plein d'autres comédies du moment (Happy Endings, Up All Night, Breaking In) n'a pas entâché sa venue. Lors de la campagne, Ron se fait plus discret, un peu trop même. Mais dans un sens, c'est logique. Il faut bien que quelqu'un travaille encore au sein du département. Et puis ce n'est pas un homme de terrain. Tom, quant à lui, ne m'a pas laissé un souvenir impérissable cette année. Il a un peu gâché les premiers épisodes, ses délires d'auto-entrepeneur avec Jean-Ralphio n'ayant pas tenu toutes leurs promesses et devenant lourdingues à la longue. Par la suite, il a surtout été associé à Ann. Les auteurs, qui ne savaient pas vraiment quoi faire de l'un comme de l'autre, ont peut-être trouvé ainsi la bonne solution : les mettre en couple. Mais un couple disons... bizarre. Ann n'est pas vraiment consentante. Et c'est là tout l'intérêt. Il est par contre toujours écrit sur le front d'Ann "Accessoire" et je pense que ce sera comme ça jusqu'à la fin de la série maintenant. On s'y est habitué et on aime bien Rashida Jones alors... Comme lors de la saison précédente, Andy et April ont été quasi-systématiquement associés. C'est une chance pour le premier, qui avait dû mal à exister au départ mais qui a toujours su faire sourire par sa bêtise congénitale, et c'est un peu dommage pour la seconde, qui est encore plus drôle quand elle est sans lui ! D'ailleurs, son association avec Chris en fin de saison était particulièrement savoureuse. Chris, justement, qui est un personnage encore tout frais en comparaison des autres, est paradoxalement l'un de ceux qui a le plus mal vieilli en l'espace de deux saisons seulement. Ses obsessions de perfection et de positivisme constant sont vite devenues lourdes. Heureusement, les scénaristes ont eu la bonne idée de le bousculer en l'emmenant quasiment sur le terrain de la dépression après ses différentes déceptions amoureuses. Son stock de blagues a ainsi pu être renouvelé. 

vlcsnap_2012_07_20_20h42m24s170 vlcsnap_2012_08_11_22h08m24s70

    L'autre ajout le plus récent est bien évidemment Ben qui, grâce à sa relation tumultueuse avec Leslie, a pu trouver sa place rapidement dans l'équipe et en prendre une de plus en plus grande. C'est un personnage super attachant et je trouve Adam Scott vraiment bon. Il fonctionne parfaitement en duo avec Amy Poelher. Les ambitions de Leslie associées aux lois au sein des instutions leur ont mis pas mal de bâtons dans les roues en début de saison -et d'autres, encore plus grands, sont à prévoir en saison 5- et ça a donné lieu à plein d'excellentes scènes et surtout à un épisode formidable : The Trial of Leslie Knope. Le retour de Dave (Louis C.K.) le temps d'un épisode pour mettre son grain de sel était en revanche un peu décevant. J'avais d'excellents souvenirs du duo qu'il formait avec Leslie en saison 2 et je n'ai pas retrouvé la même alchimie. En tout cas, après ces problèmes en tout genre et une campagne au cours de laquelle Ben a été un soutien très important, Leslie semble avoir trouvé l'homme de sa vie et c'est très réjouissant. La Leslie seule et aigrie avait fait son temps !

   L'épisode le plus marquant et le mieux écrit cette saison est sans aucun doute The Debate, le 20ème, un passage obligé pour Leslie qui a clairement été un tournant dans sa campagne. Une majeure partie de la drôlerie qui s'en est dégagée venait non pas d'elle mais de ses opposants et plus particulièrement de son opposant principal, Bobby Newport, la caricature du jeune homme riche que l'héritage familial force à se présenter, même s'il n'en a pas vraiment envie et qu'il n'en a surtout pas du tout les capacités. On pourrait éventuellement voir une analogie avec les Bush père et fils. Sous la caricature, Parks And Recreation n'est jamais très loin de la réalité semble-t-il. Paul Rudd était un très bon choix pour interpréter ce personnage et il a été utilisé au mieux. Dans le rôle de sa directrice de campagne, Kathryn Hahn n'a pas démérité. Après ses venues dans Hung, Girls, The Newsroom et son rôle dans la très courte Free Agents, elle a su prouver qu'elle valait mieux que Preuve à l'appui, la série qui l'a fait connaitre (et qui était sympatoche au demeurant). Je l'aurais bien vu rester plus longtemps dans Parks, surtout que les auteurs auraient pu construire un truc autour d'elle et Chris, mais ce n'était pas très logique vis à vis de son métier. On aura peut-être l'occasion de la revoir quand même... Sur l'issue de la campagne et l'élection de Leslie, disons que je suis satisfait. Je m'y attendais, comme tout le monde je suppose. Si elle avait perdu, la série aurait obligatoirement dû régresser en saison 5, à moins de trouver une idée géniale. Et le personnage de Leslie par la même occasion. Sa victoire va permettre de passer au cran supérieur et renouveler l'intérêt des auteurs et des téléspectateurs. 

   Un dernier tout petit paragraphe pour dire combien je suis fou amoureux de Donna et Jerry, qui ne me déçoivent absolument jamais. Chacune de leur réplique -ou même absence de réplique parfois- me fait mourir de rire. Là où certains font des blagues qui tombent parfois à l'eau, eux réussissent toujours leur coup ! Et les auteurs sont absolument cruels avec Jerry : on adore ça. 

   

vlcsnap_2012_08_11_22h34m28s96 vlcsnap_2012_08_11_22h25m52s54


// Bilan // Lors de la prochaine cérémonie des Emmy Awards, Parks And Recreation ne figurera pas parmi la liste des nommés dans la catégorie des meilleures comédies de l'année (alors que plusieurs acteurs et guests apparaissent eux dans d'autres catégories, et heureusement d'ailleurs !). Laissez-moi vous dire que c'est une honte ! Préférer dinstinguer Veep, qui réussit moins bien que Parks sur un thème proche, ou The Big Bang Theory (Non mais ?), relève de l'incompétence et d'un manque flagrant d'humour de la part des votants. Et je le dis avec d'autant plus de fermeté que cette saison 4 n'était pas que drôle, elle était aussi intelligente et ambitieuse. 

29 octobre 2011

Parks And Recreation [Saison 3]

19653906

Saison 3 // 5 100 000 tlsp. en moyenne

44030377

   Après une première salve courte, très moyenne mais prometteuse, Parks And Recreation nous avait offert une deuxième saison bien meilleure mais encore trop inégale (Lire la critique). La saison 3 m'a définitivement réconcilié avec la série, j'ai d'ailleurs englouti les 16 épisodes en deux voyages en train. Elle n'est pas devenue parfaite pour autant mais elle est désormais plus équilibrée, sans mauvais épisodes, malgré une nette différence de qualité entre les premiers et les suivants. L'organisation du fameux Harvest Festival occupe les intrigues du début de la saison 3 et ce n'est probablement pas ce que les scénaristes ont trouvé de mieux à faire. L'événement, qui a enfin lieu dans l'épisode 7, est cependant à la hauteur des attentes avec tout ce qu'il faut d'extravagance et de grand n'importe quoi. La suite est beaucoup plus réussie, que ce soit l'épisode du Camping, presque aussi bon que celui de la chasse l'an passé, le mariage très distingué d'Andy et April (totalement inattendu et fou) ou celui centré sur une peinture de Jerry. Le final lui-même, consacré à la mort du poney-mascotte de Pawnee Li'l Sebastian, était franchement réussi, les quelques cliffhangers mis à part. 

   Cette saison 3 n'a pas été la saison de Leslie Knope, qui était absolument géniale et partout en saison 2. Les auteurs ont bien fait de se pencher davantage sur les autres personnages et notamment sur Ann qui ne donne plus l'impression d'avoir été posée là sans raison. Le départ de Mark lui a été salutaire mais encore plus l'arrivée de Chris. J'ai eu beaucoup de mal avec le personnage à son arrivée, sans doute parce que Rob Lowe prenait ses marques dans un univers qui ne lui ressemble pas du tout, mais il n'a vraiment convaincu par la suite et il est un excellent ajout à la saison. Autant dire que si Mark revient un jour et que Chris est toujours là, il va paraître encore plus fade ! Ce qui est génial avec Chris finalement, c'est qu'il n'entre pas dans un cliché de personnage comme on en a vu des tas ailleurs (contrairement à un Tom ou un Jerry par exemple, que j'apprécie malgré tout). Il est étonnant, invraisemblable, terriblement agaçant dans le fond aussi mais c'est tout ce qui fait son charme. Ben est un personnage carrément moins original et pas forcément drôle mais il devient super attachant au fil du temps, sans même que l'on s'en rende compte. La prestation d'Adam Scott y est pour beaucoup. Il n'a pas le même charme que Rob Lowe, ce sont deux types d'hommes tout à fait différents, mais ils se complètent bien, leur duo fonctionne et la série avait vraiment besoin d'eux. Du coup, Tom est aussi en retrait alors qu'il était très présent auparavant et c'est pile ce qu'il fallait car il n'était plus très loin de devenir insupportable. Le show dans le show de Tom, ça va bien deux minutes mais c'est lourd, lourd, lourd. Il est un peu ce que Tracy Jordan est à 30 Rock, mais en plus drôle. 

   Au risque de paraître à l'Ouest, ce n'est que cette saison que je me suis vraiment rendu compte de l'intérêt du personnage de Ron. Avant, il était là mais il ne me procurait pas grand chose. Maintenant, je guette chacune de ses apparitions avec impatience. Ses histoires avec les Tammy m'éclate et j'ai adoré les apparitions de Megan Mullally. Je comprends que les producteurs préférent ne pas l'user en ne la faisant pas revenir trop souvent mais quand elle est là, bon sang, quel bonheur ! Et tant pis si l'actrice ce contente de jouer toujours le même rôle, plus ou moins. C'est comme ça qu'on l'aime. Tammy number two résussira-t-elle à être à la hauteur ? Permettez-moi d'en douter... Je suis toujours très fan d'April même si je regrette un peu parfois qu'elle soit désormais systématiquement associée à Andy. Leur duo fonctionne à merveille donc j'essaye de ne pas trop m'en offusquer. Mais quand même... Bon et puis on a beau voir Donna que deux ou trois minutes par épisode mais dès qu'elle ouvre la bouche -ce qui est finalement assez rare- elle me fait crever de rire. On ne peut pas dire que les guest-stars se soient bousculés au portillon cette année mais la comédie n'a heureusement pas besoin de ça pour garder de l'intérêt. 

   La saison 3 de Parks And Recreation est le résultat réussi d'une belle évolution, certainement le fruit d'une réflexion intensive des producteurs et des scénaristes qui ont bien senti qu'ils avaient un bijou entre les mains mais qu'il fallait encore le tailler avec soin pour en parfaire l'éclat. Absolument tout repose sur les personnages, bien plus que sur les situations aussi rocambolesques et absurdes soient-elles, et ils l'assument maintenant totalement, les rendant encore plus attachants. Les arcs narratifs n'ont finalement pas grande importance mais ils sont la cerise sur le gâteau qui permettent à la série d'être addictive à sa manière. 

21 janvier 2011

Tueurs En Séries [Episode du 21 Janvier 2011]

110121104959706

Au programme cette semaine : la preview 2011 des séries anglaises (Marchlands, Neverland, Outcasts, Mad Dogs, Skins), des nouvelles de Torchwood et de Chaos, retour sur le palmarès des Golden Globes, le premier film de Josh "Ted" Radnor, l'égo surdimensionné de Rob Lowe à l'occasion de la saison 3 de Parks And Recreation enfin sur NBC...

06 janvier 2011

Californication [4x 01 & 4x 02]

dnes_season4_californicatio

Exile On Main St. // Mia Culpa

58847736


vlcsnap_90883

   Si le générique de Californication a changé, le contenu de la série pas du tout. Et c'est bien dommage. Le season finale précédent ne pouvait pas vraiment conclure la série, contrairement à ceux des saisons 1 et 2, mais on a pourtant fait le tour de la vie de Hank Moody et de ses proches depuis bien trop longtemps. Quand on voit ce dont est capable Showtime (The Big C, United States Of Tara), je me demande bien pourquoi elle s'évertue à renouveler chaque année cette comédie érotique vulgaire et sans le moindre fond. Vous allez me demander pourquoi je continue alors à la regarder, je vous connais. Eh bien d'abord parce que je suis curieux et que je n'aime pas laisser tomber une série en cours de route, ensuite parce que j'adore Pamela Adlon qui excelle dans son rôle de Marcy. C'est certainement la plus vulgaire de toutes tant elle y va franchement. Mais ses répliques ne se veulent pas fines, elle ne joue pas à l'intellectuelle. Ce n'est pas le cas de Moody. On a toujours l'impression qu'il faudrait applaudir ses bons mots alors qu'ils sont à la portée de n'importe quel ado boutonneux. Enfin bref, ce héros m'a toujours agacé et je ne vois pas comment ça pourrait changer maintenant ! Je reconnais cependant que la lettre qu'il écrit à sa fille est bien écrite et émouvante. C'est une des rares fois où j'ai ressenti un peu d'empathie pour lui. Ca ne va pas durer, je le sais bien.

  Les scénaristes ne se sont pas embarrassés bien longtemps du cliff de la saison précédente avec un Moody en prison. Rien de scandaleux ni d'étonnant là-dedans. Il faut bien avancer. Y'aura-t-il un procès ? Pas si sûr... La nouvelle avocate de Hank est interprétée par Carla Gugino, à qui je n'ai rien à reprocher. Mais le personnage n'a pas particulièrement drôle ou intéressant pour le moment. Elle finira très certainement dans le lit de Moody. Comme toutes les autres, et comme l'autre nouveau personnage introduit dans le Season Premiere. Une sorte de Miley Cyrus plus trash, ou disons une sorte de Lindsay Lohan. Elle est prétexte à montrer de la chair et à lancer une intrigue autour du film qui adapte les dernières frasques de notre héros, et qui devrait occuper une bonne partie si ce n'est toute la saison. Une nouvelle mise en abîme en perspective... Rob Lowe débarque également, pour incarner le Hank Moody du grand écran. C'est une espèce de Brad Pitt bien plus porté sur la chose que le vrai (je suppose) dont l'une des pratiques les populaires est de chier sur ses partenaires. Tout un programme ! Californication ne nous l'avait pas encore fait ce coup-là. Tant qu'on nous épargne la mise en situation hein...

vlcsnap_100121


// Bilan // Fidèle à elle-même contre vents et marées, Californication est condamnée à n'être qu'une petite série créée pour prouver que tout ou presque est possible sur le câble américain. Il y a toujours quelques passages qui amusent, ce serait malhonnête de ne pas le reconnaître, mais est-ce suffisant ? Cette année, je ne ferais plus qu'une review de l'ensemble de la saison quand elle sera terminée.


24 mai 2010

Brothers & Sisters [4x 24]

dnes_season4_brothers_kitty

On The Road Again (Season Finale) // 9 93o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_293096 vlcsnap_288613

   J'imagine que beaucoup d'entre vous vont me reprocher de n'avoir accordé "que" trois étoiles à cet épisode et pas quatre, mais je reste fidèle à mes principes : aussi bonnes soient les cinq dernières minutes (et elles sont vraiment excellentes), il y en a eu 35 autres un peu moins bonnes, un peu moins intenses pour un Season Finale. Alors je suis obligé d'être un peu dur. Je vais donc commencer par ce qui m'a moins plu. Premier problème : le syndrôme du "trop". Alors que les épisodes précédents étaient franchement sur la réserve, celui-ci donne beaucoup et malheureusement trop. On passe d'une scène à l'autre sans avoir vraiment le temps d'approfondir les dialogues. C'est un travers dans lequel Brothers & Sisters tombe rarement. Dommage que ça arrive maintenant, dans cet épisode charnière. Le mystère Narrow Lake est d'abord résolu. Une bonne chose, indéniablement. Cet endroit si mystérieux renferme une source d'eau qui pourrait faire la forture des Walker (et de Holly) dans le futur. Un joli coup de pouce du destin (enfin surtout de William) qui permettra de repartir sur de bonnes bases, surtout pour Sarah qui sombrait dans la déprime. Et l'alcool. Mais tous les Walker sont alcooliques. C'est d'ailleurs très ironique que ce soit le business de l'eau qui leur tende les bras ! On remarquera par ailleurs la quasi-absence de Luc de tout l'épisode. Ca m'a un peu gêné. Il avait sa place comme les autres "pièces rapportées" ! Ca ne facilite pas son intégration mais comme une place va être bientôt vacante...

   Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'autant de temps soit consacré à Saul dans cet épisode. C'est tellement rare et tellement bouche-trou d'habitude. Je ne sais pas bien quoi penser de sa nouvelle intrigue qui consiste à l'enfoncer encore un peu plus dans une vie absolument merdique : un vieux célibataire homosexuel sans enfants et désormais séropositif. Quel tableau ! Malgré ce "trop" et le fait que la série se transforme limite en dramédie médicale avec toutes ces health issues, il est intéressant de traiter le sujet du SIDA, c'est pas si souvent hors séries médicales justement. Puis ça permet de mettre Saul en avant (jusqu'à son suicide au prochain Season Finale ?). Ron Rifkin a eu de bien jolies scènes, notamment avec Nora. Et son discours enflammé à l'encontre de Kevin et Scotty était poignant ! Du coté de Justin et Rebecca, on assiste avec désarroi à la déstruction du couple. Ils ne sont jamais restés heureux très longtemps et dès qu'ils évoquent leur mariage, une catastrophe survient. Vu les circonstances, je ne pense pas que Justin partira à Haïti. Ou alors il serait encore plus égoïste que je ne l'imaginais. Peut-être que cette nouvelle épreuve va les rapprocher, ou au contraire, les éloigner pour de bon. On verra mais tout ça ne me passionne plus tellement. Le couple a perdu en intérêt à force d'indécisions.

   Brothers & Sisters jongle toujours avec brio entre la comédie et le drama. Le petit road-trip en bus des trois femmes Walker était très amusant. Il aurait presque mérité un épisode à lui seul. Je regrette par contre que la campagne de Kitty ne soit finalement jamais montrée directement. On en parle, elle en parle, mais on ne voit quasiment rien. Il y avait d'autres moments marrants dans d'autres intrigues, inutile et impossible de les énumérer. On en vient donc aux cinq dernières minutes, atroces, qui ont fait battre mon coeur à mille à l'heure car je sentais, comme tout le monde je crois, que quelque chose de grave allait arriver sur le chemin du retour pour au moins une des voitures. Les scénaristes n'y sont pas allés avec le dos de la cuillère en créant carrément un carambolage ! Là encore, on pourrait reprocher un "trop" évident mais c'était tellement émouvant... C'est ainsi que Rob Lowe nous quitte, en mourant dans l'accident. On ne l'avait pas vu venir. On s'attendait à une nouvelle attaque, qu'il a eu d'ailleurs, ou à une séparation express de dernière minute, mais certainement pas à ça. Ca fait quand même beaucoup de choses pour un seul homme en si peu de temps, puisqu'il y a aussi cette histoire louche bien mystérieuse dont je n'ai toujours rien compris. Peu importe maintenant. Je ne pensais pas qu'ils allaient oser tuer Robert, ne serait-ce que pour pouvoir le faire revenir de temps en temps et affoler éventuellement les compteurs d'audiences. Ils sont forts, ils ne reculent devant rien ! Ils ont de sacré couilles, contrairement à d'autres. Robert va tous nous manquer. Il était devenu essentiel à la série et à son équilibre. J'en veux un peu à Rob Lowe pour avoir demandé de partir mais peut-être que c'est un mal pour un bien. Une façon de faire avancer Kitty. Car, à n'en pas douter, elle ne laissera pas tomber sa campagne. Au contraire ! Elle voudra plus que jamais la gagner pour lui... Un petit mot pour terminer sur Holly, qui ne mourra évidemment pas. Je la vois plutôt paralysée, quelque chose dans le genre. Ca pourrait donner quelque chose d'intéressant.      

vlcsnap_289734 vlcsnap_269709


// Bilan // Brothers & Sisters quitte le petit écran chaque année par la petite porte avec des Season Finales sobres, quasiment sans cliffhangers. Les choses sont différentes en cette 4ème année puisque les 5 dernières minutes remettent beaucoup de choses en cause et ouvrent vers de nouvelles perspectives plutôt alléchantes. La rumeur veut que la saison 5 se déroule 1 an après les événements de cet épisode. Je ne suis jamais pour ce genre de saut dans le temps mais je fais confiance aux scénaristes pour le gérer à merveille, comme toujours. Cela dit, passer à coté du deuil de Kitty me dérange un peu... Pour le moment, la saison 5 ne compterait que 18 épisodes pour faire de la place à Off The Map. Entre ça et le départ de Rob Lowe, ça sent la fin. Pour être honnête, ça ne me dérangerait pas que la série s'achève aux terme de la 5ème saison, si toutefois on prévient l'équipe suffisamment tôt pour clôturer la série comme il se doit. Je dis ça aujourd'hui mais je sais que je dirais le contraire dans quelques mois... La saison 4 était aussi bonne que les trois précédentes, avec une première partie excellentissime "grâce" au cancer de Kitty. Quelles séries peuvent se targuer d'être aussi constante ? Comme d'habitude, les Walker vont me manquer pendant l'été ! A très vite... 

44069764

10 mai 2010

Brothers & Sisters [4x 22]

dnes_season4_brothers_justi

Love All // 8 44o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_33226

   Arf. Deux épisodes consécutifs moyens, c'est rare chez les Brothers & Sisters. Pourvu que ça ne dure pas jusqu'au Season Finale. J'aimerais être positif mais force est de constater que depuis l'excellent double épisode, la saison manque clairement de grandes lignes directrices. Il y a bien la campagne de Kitty, mais je crois que ce sera davantage exploré la saison prochaine. Pour le moment, ça se passe essentiellement hors-caméra et sans Robert, bien trop occupé avec ses affaires top-secrètes dont on ne comprends pour ainsi dire rien ! Non mais c'est vrai : qui est le gros bonhomme qu'il va voir souvent (et qui jouait dans Urgences si je me souviens bien) ? Et qui est l'autre mec, qui a l'air bien louche aussi, à qui il a parlé au country-club ? Ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas très clean puisque Robert s'inquiéte déjà que ses agissements aient une répercussion sur la campagne de sa femme... Ca ne le soucie d'ailleurs pas autant qu'il voudrait bien le faire croire. La porte de sortie n'est pas encore grande ouverte pour Robert mais déjà bien entrebaillée. Il me manque déjà ! C'est peut-être parce qu'il va manquer aux scénaristes aussi qu'il est associé à Kevin, Sarah et Luc pour quelques parties de tennis endiablées. Ca fait du bien de le voir au milieu des Walker et pas forcément avec Kitty. Le "Kevrah" m'a fait beaucoup rire même si ça aurait pu être exploité davantage. Le plus amusant ? Kevin et Sarah qui s'étirent comme de grands gymnastes ! Pendant que la petite bande se détend, Scotty et Saul travaillent sur leur projet commun de restaurant. Pas très excitant puisque l'on nous en montre peu mais on est content que Saul sorte la tête d'Ojaï de temps en temps, d'autant qu'on imagine sa vie amoureuse pitoyable puisqu'il n'en est jamais fait mention. Sur ordre d'ABC qui ne veut pas d'amourettes de vieux (gays) ? Terrible mais pas impossible.

   La "star" de l'épisode n'est pas celle qu'on croit ! Non, il s'agit, je crois pour la toute première fois de la série, du petit Cooper ! Je préfère largement Paige mais c'est bien aussi de parler un peu de lui. Ca change et les problèmes rencontrés par Sarah pour l'élever et le faire accepter Luc sont universels. Peut-être que tout se résoud un peu trop facilement mais c'est crédible. Cooper est encore jeune. Et puis Sarah a déjà apparemment fort à faire avec Paige qui ne s'est pas calmée, crise d'adolescence oblige. Ca a donné lieu à quelques moments amusants avec l'intervention de Nora en mamie qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui est toujours de bon conseil. Et pour une fois, elle n'en a pas fait trop ! Elle était par ailleurs très émouvante dès que la question du retour de Justin en Afghanistan s'est posée. On a l'impression d'avoit déjà vu tout ça mais l'émotion passe. Enfin quand il s'agit d'ellle. Les scènes de Justin m'ont beaucoup ému. Je le trouve assez égoïste en fait, même si ses justifications sont compréhensibles, et on se demande quand est-ce qu'il arrêtera enfin de détruire sa vie, que ce soit par l'alcool, la drogue ou la guerre. En même temps, les gens comme lui ça existe. Et c'est bien malheureux. Je ne pense pas qu'il retournera sur le front cette fois. Les scénaristes sont bien trop intelligents pour aller vers cela. Si ça en reste là, alors ça aurait été une bonne idée. C'est bien qu'il y ait une continuité dans les intrigues et que l'on revienne sur le passé de temps en temps. Question de crédibilité. Il va maintenant falloir qu'il trouve sa voie et ce n'est visiblement pas celle de la médecine. Ca tombe bien, ce n'était pas très intéressant. 

vlcsnap_44210


// Bilan // Moyennement convaincu par l'épisode dans son ensemble. De très bon moments de comédie, quelques bonnes idées, mais aussi deux-trois intrigues plombantes et mal exploitées. Plus que deux épisodes pour rectifier le tir, puis les Walker nous quitteront quelques mois encore...

44069764

24 février 2010

Brothers & Sisters [4x 15]

dnes_season4_brothers_justi

A Valued Family // 7 9oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_99278 vlcsnap_111153

   Yes ! Comme le laissait présager l'épisode précédent, Luc est de retour ! Je ne comprends pas bien pourquoi je me suis autant attaché au personnage aussi vite, d'autant que Gilles Marini ce n'est quand même pas la crème de la crème des acteurs, mais il illumine le visage de Sarah, il lui apporte toute la fantaisie dont elle a besoin et c'est déjà beaucoup. Il a sa place dans la série en tant que régulier. J'espère que les producteurs la lui offriront pour la saison prochaine. La scène des retrouvailles était over-niaise mais vraiment trop mignonne. Par contre, la ré-introduction du personnage via son tableau sur lequel, comme de par hasard, Sarah craque était facile et peu inspirée. Nous voilà également débarrassés de Roy, qui serait vite devenu encombrant. Ca s'est fait tout en douceur et même tout en humour, preuve qu'une séparation peut bien se passer parfois, d'un commun accord et sans cris et larmes.

   Maudite, la famille Walker a encore vécu un drame cette semaine. On l'attendait un peu honnêtement, on le voyait venir de loin et au fond on l'espérait : Rebecca a perdu son bébé. Et sans tomber dans les escaliers s'il vous plaît ! Oui oui, ça arrive aussi comme ça, sans qu'on ait rien demandé à personne et sans chute spectaculaire ! C'était émouvant bien entendu, peut-être plus du coté de Justin d'ailleurs que de celui de Rebecca puisqu'elle se mure dans le silence. Tout cela devrait être développé prochainement. La prestation sobre et juste d'Emily VanCamp était parfaite. Et c'était intelligent de mêler cet événement à un autre : la vente des parts de Holly au fameux ennemi de William. Jusqu'au bout on nous a fait croire qu'elle l'avait fait et je me suis fait complètement avoir. Encore une fois, Holly est tiraillée entre le Bien et le Mal, c'est ce que j'adore chez elle et elle a choisi le Bien cette fois. En plus, c'est assez prometteur puisqu'on imagine qu'elle va unir ses forces à celles de Nora pour découvrir la fameuse valeur secréte de Ojaï. Leur duo fonctionne tellement bien ! Il nous a encore offert de bien belles scènes cette semaine, à l'hôpital surtout. C'est dans ces moments-là que l'on se rend compte à quel point les personnages ont évolué depuis le pilote, que ce soit vis à vis de Rebecca que vis à vis de Holly. C'est du beau travail ma foi. Toujours très admiratif. Je suis quand même un peu déçu que Holly n'ait pas couché avec le gros porc !

   Et puis il y a la campagne de Kitty qui commence. Plus les choses deviennent sérieuses, plus ça me plaît ! Là aussi on voit l'évolution de la Kitty qui débatait vivement à la radio de ses opinions politiques et la Kitty d'aujourd'hui qui se lance dans la course au Sénat avec assurance. Autant cette Buffy ne m'avait pas plu la première fois qu'on l'avait rencontré et je me souviens même avoir dit espérer qu'elle ne revienne jamais, autant je l'ai trouvé très bien dans cet épisode, féroce certes mais c'est nécessaire, et surtout très amusante. Le retour d'Alec était innatendu mais bienvenue, tant qu'il ne reste pas dans le coin. Ce ne serait pas le moment d'affubler Kitty d'un nouveau cas de conscience. Le face à face d'abord froid puis plus chaleureux entre Alec et Robert était pas mal du tout d'ailleurs. Par contre, pardonnez ce commentaire stupide, il faudrait que Matt Letscher aille se faire couper les cheveux. Horrible cette coupe longue ! Dernière chose : avec l'arrivée officielle de Buffy dans le staff de Kitty, on sent déjà que Robert est de trop. Le départ de Robe Lowe se prépare doucement mais sûrement... Et si c'était une bonne chose finalement ?         

vlcsnap_104674 vlcsnap_112963


// Bilan // J'aimerais bien dire un peu de mal de Brothers & Sisters de temps en temps mais à part quelques ratures çà ou là, c'est juste impeccable.

  44069764

03 février 2010

Brothers & Sisters [4x 14]

dnes_season4_brothers_nora_

The Pasadena Primary // 7 65o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_72357 vlcsnap_71635

   Après un légère zone de turbulences, Brothers & Sisters nous revient avec un très bon épisode dominé par le rire et la légéreté. Ca fait du bien de voir les Walker heureux et posés. L'intrigue de Kitty aurait pu être méga-lourde si les scénaristes avaient choisi de la traiter sous un angle plus dramatique. Elle aurait pu faire une crise pas possible en apprenant que Kevin ne la supportait pas (dans un premier temps) dans sa décision de prendre le siège de Robert au Sénat. Au lieu de ça, elle a eu une réaction intelligente, d'adulte et c'est ce que j'aime avec Kitty. La plupart du temps, elle réfléchit avant d'agir et de s'indigner. C'est peut-être la seule Walker à le faire d'ailleurs. Les hommes de la famille sont beaucoup plus sanguins et Sarah, eh bien Sarah ça dépend de son humeur et du sujet. Sur Ojaï, elle a vite tendance à s'exciter. Pour le reste, sa vie amoureuse notamment, elle est un peu comme Kitty. Nora vire en général dans l'hystérie assez rapidement et j'allais oublier Saul. C'est de lui que Kitty doit tenir. Il est la sagesse (et la discrétion) incarnée. Bref, je continuerai la psychanalyse des Walker plus tard. Le quiproquo sur l'idendité de celui-qui-a-voté-non était très amusant et il a permis : 1/ D'offrir à Scotty un semblant d'histoire à lui 2/ De faire bon usage du duo Nora/Robert, toujours excellent. Par ailleurs, c'était une bonne idée cette réunion d'école de Kevin. J'aime bien quand on revient sur son enfance et son adolescence, que ce soit à travers une vanne de ses frères et soeurs ou quelque chose de plus consistant. Peut-être qu'il me rappelle un peu moi. Sauf que je n'étais pas gros. Précision importante. Je préfère en tous cas ce Kevin-là à celui qui agace tout le monde avec son obsession de la perfection (très Walkerienne) et son égoïsme inébranlable. Et puis pour finir, c'était bien de mettre l'intrigue "mère-porteuse" un peu de coté.

   Dans le genre léger et réjouïssant, les petites aventures de Sarah au pays des adultes étaient brèves mais très amusantes ! Une chose se confirme : Roy n'est pas fait pour elle. Il n'est pas fun, je le répéte ! Et on peut être un adulte responsable tout en étant fun. Le comble du bonheur a évidemment été quand Sarah a reçu un texto de Luc. Il est officiellement de retour dans la course, comme je l'espérais, et je crois qu'on peut miser sur sa présence dans le prochain épisode ou le suivant. Cette intrigue file droit là où je le souhaitais donc me happy. Pendant ce temps-là, il y en a une qui ne s'amusait pas beaucoup, c'est l'amie Holly. Ses scènes étaient assez chiantes pour tout dire jusqu'aux deux dernières, bien soaps comme je les aime. Quand on en abuse pas, pourquoi bouder son plaisir ? Alors Holly a-t-elle couché avec ce vieux porc de Denny ? Les paris sont ouverts ! Tel qu' on la connait et vu son état en rentrant chez elle, je serai bien tenté de dire qu'elle a succombé. Puis c'est bien plus intéressant pour la suite. Denny va pouvoir éventuellement la faire chanter s'il apprend qu'elle va se marier avec David (au passage, encore un mariage ! Un peu relou quand même). En tous cas, je comprends mieux pourquoi les producteurs ont casté cet acteur-là. Il rend cette scène encore plus répugnante qu'elle ne l'est déjà sur le principe. J'aurai préféré qu'elle couche avec Ryan, ça aurait été plus marrant. Mais comme il s'est évanouï dans la nature...   

vlcsnap_75948 vlcsnap_95013


// Bilan // Plein de petites scènes qui mettent en valeur l'alchimie entre les acteurs et leur don pour la comédie, une petite dose de soap moyennement maîtrisée mais qui relance l'intérêt et des intrigues qui ne se cherchent plus mais qui se trouvent : on peut dire que cet épisode est réussi ! Vous remarquerez que j'ai soigneusement évité le sujet Rob Lowe. Trop douloureux pour le moment.

44069764

21 janvier 2010

Brothers & Sisters [4x 13]

dnes_season4_brothers_kitty

Run Baby Run // 7 9oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_127409 vlcsnap_134171

   La baisse de régime post-cancer se poursuit malheureusement dans Brothers & Sisters. Une fois encore, cet épisode était tout ce qu'il y a de plus sympathique et divertissant mais il lui manquait le supplément d'âme qui a fait le succès de la série. Si l'on analyse les choses du point de vue des coulisses, vous savez peut-être que les showrunners viennent à nouveau de changer, raison invoquée par les intéressés : le souhait de se lancer dans de nouveaux projets, partir avant de se lasser. Ils restent néanmoins impliqués dans la série. L'épisode précédent et celui-ci sont donc ceux des premiers pas du nouveau showrunner (qui est un scénariste de la série de longue date), il lui faut trouver ses marques et lancer les premières intrigues qui marqueront le début de son "règne". C'est pas que je cherche des excuses à la baisse de régime actuelle mais un peu quand même... Une chose qui ne change pas et qui me plaît de plus en plus, c'est Kevin et Scotty futurs parents ! Je n'étais pas du tout convaincu au départ par cette nouvelle intrigue "bébé" mais elle a son charme et le fait qu'elle soit quasi-systématiquement traitée sur un ton léger n'y est pas étranger. Je reste encore très indécis sur le cas Michelle en revanche. Elle n'est pas antipathique mais elle a vraiment l'air simple d'esprit et inconsciente. Je me demande ce qu'elle nous réserve mais je sens qu'on nous prépare tout doucement le terrain vers une révélation étonnante ou une tournure plus dramatique... Je ne l'avais pas remarqué avant mais Roxy Olin ressemble vraiment à sa mère (Patricia Wettig). Ca se passe dans le regard. Troublant !

   Je n'en ai pas encore fait mon deuil alors je me permets d'y faire réfèrence une nouvelle fois : Luc, où es-tu ? Reviens ! A en croire Sarah, elle est bel et bien passer à autre chose. J'espère que cette histoire avec Roy ne va pas durer. J'dis ça mais je ne le pense pas vraiment. J'ai beau vouloir détester le monsieur par principe, il faut bien reconnaître qu'il n'est pas désagréable et qu'il apporte un autre type de relation pour Sarah, plus adulte. Pour le moment, elle le voit un peu comme le messie, elle va certainement vite déchanter. Je ne le sens pas assez fun pour elle. En plus, gros point négatif : il est Républicain. Ca a beau ravir Kitty et Robert, ça ne suffira pas. Le mini-débat sur la fouille à l'école était d'ailleurs très intéressant. J'aime quand la série se permet ce genre de chose. Par contre, j'ai quand même eu l'impression que les scénaristes soutenaient plus un camp que l'autre puisque c'est vite devenu Sarah contre le reste du monde. Et comme j'étais plutôt du coté de Sarah justement, ça m'a géné. La petite crise annuelle de Saul était la bienvenue. Je l'ai trouvé très injuste vis à vis de Nora mais cela a permis plein d'échanges entre eux drôles et émouvants. Mais, j'ai raté un épisode ou quoi ? Je pensais que Saul était toujours avec l'homme qu'il avait présenté à la famille en saison 3. Certes, on n'en parlait plus depuis longtemps mais quand même. Ca m'a étonné.

   Chez les McCallister, le vent tourne. Voilà que les rôles s'inversent un peu trop rapidement à mon goût : Robert laisse tomber les élections mais Kitty s'y engage ! J'ai du mal à imaginer ce à quoi ça pourrait ressembler mais la perspective d'une Kitty plus engagée que jamais ne me déplaît pas. J'ai juste peur que Robert perde du coup beaucoup d'intérêt. En tous cas, garder coûte que coûte la partie politique de la série est essentielle à son équilibre. C'est sans doute le seul moyen qu'il restait pour relancer l'intérêt. Je demande à voir ! Toujours est-il que Kitty sort à peine de son cancer. Attendre quelques épisodes était possible. L'apparition de Cheryl Hines dans l'intrigue, dans le rôle de Buffy McCreary, n'était pas des plus réussies. Elle n'était pas très intéressante et on avait du mal à croire à son amitié avec Kitty. Ca sonnait faux, pas d'alchimie entre les actrices et des dialogues faussement décalés. Ca ne me chagrinerait pas qu'elle disparaisse. Au sujet des disparitions, Ryan est toujours aux abonnés absents et personne ne s'en inquiète plus. Justin et Rebecca sont sur le banc de touche pour le moment mais c'est bien de les laisser respirer un peu.      

vlcsnap_149898 vlcsnap_135374


// Bilan // Des intrigues qui se cherchent mais des personnages en grande forme. Brothers & Sisters a un coup de mou mais tient bon. Confiant je suis.

44069764