20 avril 2014

A To Z [Pilot Script]

20443688 (1)

A TO Z

Comédie (Single-Camera) // 22 minutes

44030377

Ecrit par Ben Queen (Cars 2). Produit par Rashida Jones & Will McCormack. Pour NBC, Warner Bros. Television & Le Train Train Productions. 38 pages.

Andrew et Zelda vont sortir ensemble pendant huit mois, trois semaines, cinq jours et une heure. Ce programme de télévision, diffusé sur NBC, est le récit détaillé de leur histoire... de A à Z !

Avec Cristin Milioti (Once, How I Met Your Mother, Le Loup de Wall Street), Ben Feldman (Drop Dead Diva, Mad Men), Lenora Crichlow (Being Human UK, Back In The Game), Henry Zibrowski (Your pretty face is going to Hell), Christina Kirk (Girls) et la voix de Katey Sagal (Mariés, deux enfants, Touche pas à mes filles, Sons Of Anarchy)...

 

   Le pitch que vous venez de lire peut vous paraître étrange. Il s’agit en fait de l’exacte traduction de la phrase clé prononcée par la narratrice (la formidable Katey Sagal) par deux fois au cours du pilote, au début et à la toute fin. Et je suppose qu’en cas de commande, il fera aussi office de générique. Il est malicieux et méta. A to Z est un des scripts de comédies les plus originaux que j’ai lus jusqu’ici cette saison (et il m’en reste peu) et je vois très exactement pourquoi NBC ne pouvait pas ne pas en commander au moins un pilote. Et comme j’aime prendre des risques, je dirais même que je vois très exactement pourquoi NBC doit et va la commander en série.

   Tandis que CBS a elle-même sélectionné quelques projets qui ont pour but de prendre la succession de son hit de la décennie How I Met Your Mother, à commencer par le spin-off bien entendu, NBC débarque avec son projet à elle qui y ressemble par certains aspects tout en offrant une autre vision de la comédie romantique. Je pensais l’année dernière que le Mixology d’ABC avait le potentiel de devenir cette nouvelle comédie ultra-générationnelle. Vu les audiences, c’est cuit. Alors peut-être que je me trompe aussi avec A to Z, mais elle se donne du mal pour renouveler le genre. On pourra au moins lui reconnaître ça si les choses tournent mal. Je vous en remercie par avance. La ressemblance avec HIMYM est de toute façon surlignée au feutre fluo depuis que Cristin Milioti, l’interprète de la « mother », a été choisie pour incarner le Z de A to Z, la fameuse Zelda. Sans entrer dans la polémique autour du final de la série culte, un reproche que l’on pourrait faire à la dernière saison c’est de ne pas avoir utilisé au maximum l’actrice et le capital sympathie de son personnage. A to Z pourrait réparer cela, car Zelda n’est pas très différente d’elle.

   Andrew, le A, peut également faire penser à notre ami Ted. Carrément même. Il est ultra-romantique, sans doute un peu trop pour son bien, et désespère de trouver l’âme sœur. Son exemple, c’est ses parents, longtemps mariés et heureux jusqu’à ce que madame décède. Puis son père s’est marié, remarié et reremarié –là, il est instance de divorce avec… Roseanne Barr- cherchant encore et encore « the one ». Andrew écoute donc du Céline Dion dans sa voiture et travaille pour une société spécialisée dans les rencontres amoureuses, "Crush", concurrente directe d'"OkCupid". Au passage, le scénariste en fait une critique assez cynique mais très juste. Lors d’une réunion de travail, les patrons d’Andrew annoncent clairement que leurs résultats sont trop bons : trop de couples se sont formés grâce à eux, ils ont de moins en moins de clients et doivent donc s’arranger pour échouer davantage dans leurs matchings ! Je pensais que l'aspect comédie de bureau prendrait le pas sur tout le reste, mais ce n'est finalement pas le cas.  Il y a un petit côté Better Off Ted bienvenue dans cet aspect-là de la série. Les personnages secondaires en sont les employés et/ou les colocataires des héros : Stu, le pote pas très délicat potentiellement lourd, qui bosse avec Andrew dans la compagnie; Stephie, la mangeuse d'hommes qui a toujours de très mauvais conseils à donner à Zelda; et Lydia, la patronne de Crush, une blonde ambitieuse et terrifiante.

  Avec une narration à la Pushing Daisies, une ambiance à mi-chemin entre How I Met Your Mother et Better Off Ted et des personnages potentiellement attachants soutenus par une distribution solide, A to Z est une comédie romantique atypique et amusante dont on pourrait facilement tomber amoureux. Son point faible, c'est qu'elle est plus mignonne et touchante qu'hilarante. Un peu plus de comédie serait nécessaire en cas de commande. J'aimerais que NBC lui donne sa chance...


31 août 2012

Parks And Recreation [Saison 4]

key_art_parks_and_recreation

Saison 4 // 3 730 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_08_21_11h26m36s160 vlcsnap_2012_08_21_09h29m24s7

    Lors de ses trois premières saisons -même si la première est globalement à oublier- Parks And Recreation était une comédie sympathique, amusante, servie par de bons interprétes et on n'avait pas grand chose à lui reprocher. Elle me plaisait, mais je ne ressentais aucune urgence de la retrouver. C'est pour ça que, comme avec 30 Rock, je ne regarde les nouvelles saisons que pendant l'été (et aussi parce qu'il faut bien avoir de quoi faire pendant cette période creuse). Mais cette saison 4, plus ambitieuse que les précédentes -mais pas nécessairement plus drôle- m'a donné envie d'attaquer la saison 5 dès la rentrée (même si je ne le ferai sûrement pas). Toute la saison ou presque s'est articulée autour d'un fil rouge important : la candidature de Leslie Knope au poste de Maire de la ville de Pawnee. On sort donc de la mécanique désormais bien huilée du show pour une aventure plus intéressante d'un point de vue satirique, puisqu'il s'agit de décortiquer le système politique américain à un degré plus élevé que précédemment; du point de vue de l'héroïne aussi, qui s'était fait un peu envahir par les personnages secondaires en saison 3; et du point de vue du groupe aussi puisque la fine équipe est plus soudée que jamais et contamment réunie. C'était aussi l'occasion de faire intervenir quelques guest-stars de choix.

   La première partie de la saison, avant que la campagne ne commence officiellement, est plus classique dans la forme avec une place plus importante accordée à Ron, par exemple, qui doit se dépétrer de "Tammy One" interprétée par l'excellente Patricia Clarkson. C'était très drôle, dans un style différent de "Tammy Two", moins hystérique disons. Les deux apparitions de Megan Mullally étaient évidemment délicieuses et le fait d'apparaitre dans plein d'autres comédies du moment (Happy Endings, Up All Night, Breaking In) n'a pas entâché sa venue. Lors de la campagne, Ron se fait plus discret, un peu trop même. Mais dans un sens, c'est logique. Il faut bien que quelqu'un travaille encore au sein du département. Et puis ce n'est pas un homme de terrain. Tom, quant à lui, ne m'a pas laissé un souvenir impérissable cette année. Il a un peu gâché les premiers épisodes, ses délires d'auto-entrepeneur avec Jean-Ralphio n'ayant pas tenu toutes leurs promesses et devenant lourdingues à la longue. Par la suite, il a surtout été associé à Ann. Les auteurs, qui ne savaient pas vraiment quoi faire de l'un comme de l'autre, ont peut-être trouvé ainsi la bonne solution : les mettre en couple. Mais un couple disons... bizarre. Ann n'est pas vraiment consentante. Et c'est là tout l'intérêt. Il est par contre toujours écrit sur le front d'Ann "Accessoire" et je pense que ce sera comme ça jusqu'à la fin de la série maintenant. On s'y est habitué et on aime bien Rashida Jones alors... Comme lors de la saison précédente, Andy et April ont été quasi-systématiquement associés. C'est une chance pour le premier, qui avait dû mal à exister au départ mais qui a toujours su faire sourire par sa bêtise congénitale, et c'est un peu dommage pour la seconde, qui est encore plus drôle quand elle est sans lui ! D'ailleurs, son association avec Chris en fin de saison était particulièrement savoureuse. Chris, justement, qui est un personnage encore tout frais en comparaison des autres, est paradoxalement l'un de ceux qui a le plus mal vieilli en l'espace de deux saisons seulement. Ses obsessions de perfection et de positivisme constant sont vite devenues lourdes. Heureusement, les scénaristes ont eu la bonne idée de le bousculer en l'emmenant quasiment sur le terrain de la dépression après ses différentes déceptions amoureuses. Son stock de blagues a ainsi pu être renouvelé. 

vlcsnap_2012_07_20_20h42m24s170 vlcsnap_2012_08_11_22h08m24s70

    L'autre ajout le plus récent est bien évidemment Ben qui, grâce à sa relation tumultueuse avec Leslie, a pu trouver sa place rapidement dans l'équipe et en prendre une de plus en plus grande. C'est un personnage super attachant et je trouve Adam Scott vraiment bon. Il fonctionne parfaitement en duo avec Amy Poelher. Les ambitions de Leslie associées aux lois au sein des instutions leur ont mis pas mal de bâtons dans les roues en début de saison -et d'autres, encore plus grands, sont à prévoir en saison 5- et ça a donné lieu à plein d'excellentes scènes et surtout à un épisode formidable : The Trial of Leslie Knope. Le retour de Dave (Louis C.K.) le temps d'un épisode pour mettre son grain de sel était en revanche un peu décevant. J'avais d'excellents souvenirs du duo qu'il formait avec Leslie en saison 2 et je n'ai pas retrouvé la même alchimie. En tout cas, après ces problèmes en tout genre et une campagne au cours de laquelle Ben a été un soutien très important, Leslie semble avoir trouvé l'homme de sa vie et c'est très réjouissant. La Leslie seule et aigrie avait fait son temps !

   L'épisode le plus marquant et le mieux écrit cette saison est sans aucun doute The Debate, le 20ème, un passage obligé pour Leslie qui a clairement été un tournant dans sa campagne. Une majeure partie de la drôlerie qui s'en est dégagée venait non pas d'elle mais de ses opposants et plus particulièrement de son opposant principal, Bobby Newport, la caricature du jeune homme riche que l'héritage familial force à se présenter, même s'il n'en a pas vraiment envie et qu'il n'en a surtout pas du tout les capacités. On pourrait éventuellement voir une analogie avec les Bush père et fils. Sous la caricature, Parks And Recreation n'est jamais très loin de la réalité semble-t-il. Paul Rudd était un très bon choix pour interpréter ce personnage et il a été utilisé au mieux. Dans le rôle de sa directrice de campagne, Kathryn Hahn n'a pas démérité. Après ses venues dans Hung, Girls, The Newsroom et son rôle dans la très courte Free Agents, elle a su prouver qu'elle valait mieux que Preuve à l'appui, la série qui l'a fait connaitre (et qui était sympatoche au demeurant). Je l'aurais bien vu rester plus longtemps dans Parks, surtout que les auteurs auraient pu construire un truc autour d'elle et Chris, mais ce n'était pas très logique vis à vis de son métier. On aura peut-être l'occasion de la revoir quand même... Sur l'issue de la campagne et l'élection de Leslie, disons que je suis satisfait. Je m'y attendais, comme tout le monde je suppose. Si elle avait perdu, la série aurait obligatoirement dû régresser en saison 5, à moins de trouver une idée géniale. Et le personnage de Leslie par la même occasion. Sa victoire va permettre de passer au cran supérieur et renouveler l'intérêt des auteurs et des téléspectateurs. 

   Un dernier tout petit paragraphe pour dire combien je suis fou amoureux de Donna et Jerry, qui ne me déçoivent absolument jamais. Chacune de leur réplique -ou même absence de réplique parfois- me fait mourir de rire. Là où certains font des blagues qui tombent parfois à l'eau, eux réussissent toujours leur coup ! Et les auteurs sont absolument cruels avec Jerry : on adore ça. 

   

vlcsnap_2012_08_11_22h34m28s96 vlcsnap_2012_08_11_22h25m52s54


// Bilan // Lors de la prochaine cérémonie des Emmy Awards, Parks And Recreation ne figurera pas parmi la liste des nommés dans la catégorie des meilleures comédies de l'année (alors que plusieurs acteurs et guests apparaissent eux dans d'autres catégories, et heureusement d'ailleurs !). Laissez-moi vous dire que c'est une honte ! Préférer dinstinguer Veep, qui réussit moins bien que Parks sur un thème proche, ou The Big Bang Theory (Non mais ?), relève de l'incompétence et d'un manque flagrant d'humour de la part des votants. Et je le dis avec d'autant plus de fermeté que cette saison 4 n'était pas que drôle, elle était aussi intelligente et ambitieuse. 

29 octobre 2011

Parks And Recreation [Saison 3]

19653906

Saison 3 // 5 100 000 tlsp. en moyenne

44030377

   Après une première salve courte, très moyenne mais prometteuse, Parks And Recreation nous avait offert une deuxième saison bien meilleure mais encore trop inégale (Lire la critique). La saison 3 m'a définitivement réconcilié avec la série, j'ai d'ailleurs englouti les 16 épisodes en deux voyages en train. Elle n'est pas devenue parfaite pour autant mais elle est désormais plus équilibrée, sans mauvais épisodes, malgré une nette différence de qualité entre les premiers et les suivants. L'organisation du fameux Harvest Festival occupe les intrigues du début de la saison 3 et ce n'est probablement pas ce que les scénaristes ont trouvé de mieux à faire. L'événement, qui a enfin lieu dans l'épisode 7, est cependant à la hauteur des attentes avec tout ce qu'il faut d'extravagance et de grand n'importe quoi. La suite est beaucoup plus réussie, que ce soit l'épisode du Camping, presque aussi bon que celui de la chasse l'an passé, le mariage très distingué d'Andy et April (totalement inattendu et fou) ou celui centré sur une peinture de Jerry. Le final lui-même, consacré à la mort du poney-mascotte de Pawnee Li'l Sebastian, était franchement réussi, les quelques cliffhangers mis à part. 

   Cette saison 3 n'a pas été la saison de Leslie Knope, qui était absolument géniale et partout en saison 2. Les auteurs ont bien fait de se pencher davantage sur les autres personnages et notamment sur Ann qui ne donne plus l'impression d'avoir été posée là sans raison. Le départ de Mark lui a été salutaire mais encore plus l'arrivée de Chris. J'ai eu beaucoup de mal avec le personnage à son arrivée, sans doute parce que Rob Lowe prenait ses marques dans un univers qui ne lui ressemble pas du tout, mais il n'a vraiment convaincu par la suite et il est un excellent ajout à la saison. Autant dire que si Mark revient un jour et que Chris est toujours là, il va paraître encore plus fade ! Ce qui est génial avec Chris finalement, c'est qu'il n'entre pas dans un cliché de personnage comme on en a vu des tas ailleurs (contrairement à un Tom ou un Jerry par exemple, que j'apprécie malgré tout). Il est étonnant, invraisemblable, terriblement agaçant dans le fond aussi mais c'est tout ce qui fait son charme. Ben est un personnage carrément moins original et pas forcément drôle mais il devient super attachant au fil du temps, sans même que l'on s'en rende compte. La prestation d'Adam Scott y est pour beaucoup. Il n'a pas le même charme que Rob Lowe, ce sont deux types d'hommes tout à fait différents, mais ils se complètent bien, leur duo fonctionne et la série avait vraiment besoin d'eux. Du coup, Tom est aussi en retrait alors qu'il était très présent auparavant et c'est pile ce qu'il fallait car il n'était plus très loin de devenir insupportable. Le show dans le show de Tom, ça va bien deux minutes mais c'est lourd, lourd, lourd. Il est un peu ce que Tracy Jordan est à 30 Rock, mais en plus drôle. 

   Au risque de paraître à l'Ouest, ce n'est que cette saison que je me suis vraiment rendu compte de l'intérêt du personnage de Ron. Avant, il était là mais il ne me procurait pas grand chose. Maintenant, je guette chacune de ses apparitions avec impatience. Ses histoires avec les Tammy m'éclate et j'ai adoré les apparitions de Megan Mullally. Je comprends que les producteurs préférent ne pas l'user en ne la faisant pas revenir trop souvent mais quand elle est là, bon sang, quel bonheur ! Et tant pis si l'actrice ce contente de jouer toujours le même rôle, plus ou moins. C'est comme ça qu'on l'aime. Tammy number two résussira-t-elle à être à la hauteur ? Permettez-moi d'en douter... Je suis toujours très fan d'April même si je regrette un peu parfois qu'elle soit désormais systématiquement associée à Andy. Leur duo fonctionne à merveille donc j'essaye de ne pas trop m'en offusquer. Mais quand même... Bon et puis on a beau voir Donna que deux ou trois minutes par épisode mais dès qu'elle ouvre la bouche -ce qui est finalement assez rare- elle me fait crever de rire. On ne peut pas dire que les guest-stars se soient bousculés au portillon cette année mais la comédie n'a heureusement pas besoin de ça pour garder de l'intérêt. 

   La saison 3 de Parks And Recreation est le résultat réussi d'une belle évolution, certainement le fruit d'une réflexion intensive des producteurs et des scénaristes qui ont bien senti qu'ils avaient un bijou entre les mains mais qu'il fallait encore le tailler avec soin pour en parfaire l'éclat. Absolument tout repose sur les personnages, bien plus que sur les situations aussi rocambolesques et absurdes soient-elles, et ils l'assument maintenant totalement, les rendant encore plus attachants. Les arcs narratifs n'ont finalement pas grande importance mais ils sont la cerise sur le gâteau qui permettent à la série d'être addictive à sa manière. 

02 juillet 2010

Parks And Recreation [Saison 2]

ParksAndRecreation_1_1024x768

Saison 2 // 4 6oo ooo tlsp.

44030376

   Après une première saison de 6 pauvres épisodes, Parks And Recreation avait encore tout à prouver. Les premiers épisodes n'étaient pas mauvais, ils ne donnaient juste pas plus envie que ça de suivre la saison suivante. Et puis, pour quelqu'un comme moi qui n'a jamais regardé The Office, il faut un temps d'adaptation avant d'entrer dans cet univers, ce mockumentary comme on les appelle, qui possède un ton bien particulier et qui est souvent plus drôle dans les silences que dans les grandes tirades. Quoiqu'il en soit, après quelques remaniements nécessaires et quelques ajouts de casting, Parks And Recreation a débuté sa saison 2 sur les chapeaux de roue avec une flopée d'épisodes très amusants et très convaincants. Entre autres gags qui m'ont marqué, je citerais le pingouin à l'arrière de la voiture de Leslie avec sa ceinture de sécurité. Totalement barré. Il me semble que c'était dans le Season Premiere. Puis les bourdes de Leslie sur le mariage gay et par extension sur les gays étaient hilarantes et décomplexées. A ce propos, Amy Poelher a grandement amélioré son jeu en versant moins dans l'hystérie. La mise en avant de ses nombreux défauts et de ses faiblesses est toujours irrésistible. Je repense à son rôle de juge dans le beauty pageant de Pawnee : il était révélateur de sa personnalité. Elle reste, à mon sens, le personnage le plus drôle, même si tous les autres ne sont pas pour autant des faire-valoir. Le duo Leslie/Dave était particulièrement bon en début de saison. Louis C.K. est un fucking acteur de comédie !

   Parmi les autres personnages, je retiens les expressions d'inexpression (c'est un concept) d'April. Elle m'a souvent fait rire, que ce soit avec ses "gay boyfriends" ou son attirance pour Andy qu'elle n'assume pas et on la comprend ! Elle est vite devenue indispensable. Andy, en revanche, est plus ou moins lourd selon les épisodes mais pas vraiment indispensable à mon sens. Son duo avec April fonctionne très bien et les voir en couple en saison 3 pourrait le rendre plus intéressant. Dans le genre lourd, Tom se pose là ! Mais c'est ce qui fait son charme en même temps et il ne m'a jamais agacé. Peut-être qu'il serait bon d'explorer un autre pan de sa personnalité que celui du dragueur invétéré qui finit toujours tout seul mais sa nouvelle petite-amie (prometteuse) n'est-elle pas là pour ça ? Ron m'éclate, plus en saison 2 qu'en saison 1 où je le trouvais juste sans intérêt et pas si présent que ça. J'ai adoré ses scènes avec Megan Mullally (qui est sa femme dans la vie pour les ignorants) lors de sa venue dans un épisode et j'espère qu'elle reviendra. Elle fonctionnait très bien aussi avec Leslie. Faire d'elle un personnage récurent est ce qui pourrait arriver de mieux à la série ! Mais ce n'est pas prévu, a priori. L'épisode dans lequel Ron m'a fait le plus rire, je crois que c'est celui de la partie de chasse dans la forêt ! C'est peut-être même le meilleur épisode de la saison. De grands moments ! Sinon, Jerry et Donna, que j'avais à peine calculé en saison 1, m'ont souvent fait beaucoup rire malgré une présence réduite. L'épisode plus ou moins consacré à Jerry était drôle (son pet en pleine réunion était... awkward mais je n'ai pas pu m'empêcher de rire et j'ai même dû me repasser la scène plusieurs fois). Donna, c'est simple : dès qu'elle ouvre la bouche, je ris. Elle devrait l'ouvrir plus souvent ! J'ai failli oublier Mark et Ann, et c'est assez significatif. Ce sont les deux personnages un peu en dehors du trip de la série, que l'on a du coup réuni pour former un couple quasi-boulet. Pas un grand succès et ça a malheureusement pris beaucoup de place. Le départ de Mark à la fin de la saison est clairement une bonne chose. Je n'ai rien à reprocher à l'acteur (Paul Schneider) mais son personnage était le maillon faible. Ann a eu davantage de bons moments, et notamment dans les deux derniers épisodes avec la venue de Rob Lowe et Adam Scott. Leur duo fonctionne bien mais individuellement, je ne suis pas persuadé de leur potentiel. Surtout celui de Chris en fait, qui ne m'a pas du tout fait marrer dans son premier épisode et un peu plus dans le deuxième. Disons que Rob Lowe et comédie ne vont pas forcément super bien ensemble. Et puis j'ai une dent contre lui de toute façon et vous savez bien pourquoi... Pour finir, je tiens à signaler deux épisodes en particulier qui étaient originaux et drôles : celui du Telethon et celui du Woman Of The Year.

   Si je n'ai accordé que deux étoiles à la saison 2 de Parks And Recreation, c'est essentiellement parce que je l'ai trouvé trop irrégulière, alternant en deuxième partie de saison les bons épisodes et les épisodes ou faciles ou prévisibles ou ennuyeux. Dans l'ensemble, j'ai bien ri et je n'ai pas tellement de reproches supplémentaires à lui faire. Sauf peut-être l'utilisation des interviews qui n'a pas toujours été efficace et, plutôt que de les améliorer, les scénaristes ont eu tendance à les réduire comme peau de chagrin. Un peu embêtant pour un mockumentary quand même. Vivement la saison 3 mais il va falloir attendre un bon bout de temps puisqu'elle n'est attendue que pour la mi-saison. En même temps, on peut s'estimer heureux qu'elle voit le jour. C'était pas gagné vu les audiences minables.   

12 avril 2009

Parks & Recreation [Pilot]

19075809_w434_h_q80

Make My Pit A Park // 6 88o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3

What About ?

Le quotidien des employés du département des parcs et loisirs de Pawnee, Indiana.

Who's Who ?

Le rôle principal de cette comédie signée par la même équipe que celle de The Office est interprété par l'excellente Amy Poehler, qui a fait ses armes pendant plus de six ans dans le Saturday Night Live. Autour d'elle, on retrouve notamment Rashida Jones, vue dans The Office et Boston Public, Aziz Ansari, présent au casting de quelques épisodes de Scrubs, Paul Schneider, le genre de mec dont le visage nous dit forcément quelque chose sans que l'on puisse définir où on l'a vu, et Chris Pratt, un des héros d'Everwood et présent dans la saison 4 de The OC. On prend plaisir à le retrouver dans une série "différente".   

So What ?

Avez-vous entendu parler du mockumentary ? C'est un nouveau genre de série (ou de film) qui prend la forme d'un documentaire, caméra à l'épaule, et qui se veut proche d'une certaine réalité, façon parodie ou satire sociale. Le Da-Ali G Show en était un des premiers exemples aux US mais c'est The Office qui l'a rendu populaire. Parks & Recreation s'inscrit parfaitement dans cette lignée. Je vais vous faire une confidence, je n'ai jamais pris le temps de me pencher sur The Office. Ce n'est pourtant pas l'envie qui m'en manque ! Ca viendra. Alors je ne serais pas très crédible si je faisais une comparaison entre les deux séries. Je donnerai simplement mon sentiment sur ce pilote, sans avoir de points de comparaison, ce qui est peut-être pas plus mal dans un sens ! J'ai apprécié, j'ai passé un moment agréable et Amy Poehler m'a définitivement convaincu, tout comme le reste du casting. Mais je ne suis pas non plus hyper emballé. On sent qu'il y a du potentiel mais qu'un petit temps de rodage est nécessaire. Malheureusement, la saison 1 ne comprenant que 6 épisodes, il va falloir convaincre vite ! Ce pilote manque un peu de rythme et on ne peut pas dire que ce soit hilarant. Ca manque peut-être d'une touche de politiquement incorrect, ce que l'on attend de ce genre de série. Il y a de bonnes répliques, des situations amusantes (Leslie Knope qui tombe dans "l'trou !", l'intro avec la petite fille...). En bref, cette comédie mérite qu'on lui laisse sa chance, elle a du potentiel. Le pilote est légèrement décevant, en revanche.


// Bonus // Petite bande-annonce !