10 février 2013

Zero Hour [Pilot]

20447738

Pilot // Diffusé le 14 février

 44030376_bis

 

What About ?

 En tant qu'éditeur du magazine "Modern Skeptic", Hank Foley consacre sa vie a débusquer des indices, élucider des mythes et même révéler au grand jour des complots. Mais lorsque sa jeune épouse est kidnappée pour d'obscure raisons, il s'embarque dans l'une des plus mystérieuses aventures de l'histoire de l'humanité. Une carte au trésor cachée dans une vieille montre qu'elle détenait pourrait mener à une découverte cataclysmique. Hank doit déchiffrer les énigmes, les symboles et autres secrets que renferment cette carte, avant que les réponses ne tombent entre de mauvaises mains. Avec l'aide de deux jeunes associés et d'un agent du FBI, il s'engage dans une véritable course contre la montre pour retrouver sa femme et sauver l'humanité d'une gigantesque conspiration.

Who's Who ?

 Créé par Paul Scheuring (Prison Break). Réalisé par Pierre Morel (Le Transporteur, Banlieue 13, Taken). Avec Anthony Edwards (Urgences, Top Gun, Zodiac), Scott Michael Foster (Greek, The River, Californication), Michael Nyqvist (Millénium, le film, Mission : Impossible - Protocole fantôme), Carmen Ejogo (Kidnapped, Chaos)Addison Timlin (Californication, Cashmere Mafia), Jacinda Barrett...

What's More ?

 Le pilote a été tourné au Canada, à Toronto.

So What ?

    Après avoir snobé le projet lorsqu'il était en développement, la lecture du script du pilote m'avait emballé, à tel point que j'attendais vraiment Zero Hour avec impatience (Lire la critique). Comme d'habitude dans ces cas-là, sa diffusion à la mi-saison a un peu émoussé mon excitation. Puis savoir exactement tout ce qui allait se passer dans l'épisode n'a pas aidé non plus. Ce qui est à la base un privilège peut devenir un handicap. Observer et analyser le passage de l'écrit à l'écran est toutefois extrêmement intéressant. C'est ce que je vais m'appliquer à faire ici. Le premier constat est simple : tout ce qui paraissait un peu facile sur le papier ou trop classique est encore plus flagrant que prévu. La partie kidnapping par exemple remplit le quota d'action nécessaire à l'épisode, mais elle n'est pas si prenante que ça. On a juste l'impression d'avoir vu ça dix mille fois et ce sont plutôt ses conséquences qui nous intriguent. Je suis même assez déçu par la prestation d'Anthony Edwards. Son inquiètude et son émotion face au drame qu'il est train de vivre a du mal à passer. Mais est-ce de sa faute ou celle du scénario, qui ne lui laisse pas le temps de souffler et de s'apitoyer quelques secondes sur son sort ? Toutefois, dans le rôle du citoyen lambda qui se retrouve plongé dans une aventure extraordinaire, il remplit sa mission correctement. Ce sont surtout ses compagnons qui laissent à désirer. Dans le script, je trouvais que ses deux jeunes recrues apportaient beaucoup d'humour à l'ensemble et permettaient de détendre l'atmosphère. En fin de compte, s'il s'agit bien de leur fonction première, ils ne se révélent pas si efficaces et vont difficilement plus loin. J'ai bien aimé la prestation de Scott Michael Foster, qui est tout à fait dans son élément. J'ai été moins convaincu par sa co-équipière, un peu fade. Et je n'ai carrément pas été safisfait de l'agent du FBI. Le problème ne vient pas de l'actrice mais du personnage. On sent qu'il fallait qu'elle soit là, c'était une obligation, mais elle ne trouve pas son utilité. Elle en aura sans doute plus tard, elle servira certainement d'accessoire scénaristique afin d'aider le héros à avancer plus facilement en lui ouvrant des portes, mais j'aurais aimé qu'elle soit plus caractérisée. Tous les personnages pêchent un peu par leur manque de charisme. Il n'y a que le grand méchant qui joue très bien le grand méchant, ou encore le vieux sage qui fait très bien le vieux sage. Ils sont trop stéréotypés pour totalement fonctionner, mais heureusement qu'ils sont là pour donner toute la grandiloquence nécessaire à une telle histoire !

    Côté réalisation, je trouve le travail du frenchie Pierre Morel pas tout à fait à la hauteur. J'ai le sentiment qu'il a fait le strict minimum, dans les scènes de flashbacks notamment. Je les aurais voulues plus soignées, plus mystiques encore. Mais peut-être que pour un network, c'était trop demandé. Et puis soyons francs, les moyens ne sont clairement pas énormes, pas à la hauteur de l'ambition de la série. On a beau voyagé, on n'a pas tellement l'impression de sortir des Etats-Unis. Le passage qui me paraissait cependant le plus crucial, à la fin dans les plaines enneigées, m'a semblé relativement réussi. C'est évidemment le moment où pas mal de téléspectateurs vont décrocher, parce que trop c'est trop, mais tous les autres s'y raccrocheront certainement pour donner une deuxième chance à la série, s'il leur fallait une raison. La curiosité ne peut qu'être piquée ! Après, sachant que c'est le créateur de Prison Break qui est aux commandes, on ne peut qu'avoir des réserves sur l'avenir de la série. A-t-elle plus d'une saison à offrir ? Je serai tenté de dire que oui. Le principe des 12 horloges fait qu'à moins d'en trouver une par épisode -ce qui est hautement improbable- il faudra plus d'une saison de 13 épisodes pour toutes les récupérer... 

   Zero Hour est une série atypique, ambitieuse et relativement prometteuse, qui offre une alternative intéressante à tout ce que l'on nous offre actuellement à la télévision. Si sa distribution était plus solide et si les moyens suivaient, elle parviendrait sans mal à se placer parmi les meilleures nouveautés de la saison 2012/2013. Elle fait en tout cas d'ores et déjà partie des plus divertissantes ! 

What Chance ?

 Reprendre la case horaire de Last Resort, et feu-tous les flops connus le jeudi à 20h par ABC depuis la fin d'Ugly Betty, semble condamner Zero Hour avant même d'avoir commencé. Avec son côté Da Vinci Code, il me semble qu'elle a le pouvoir de plaire tant aux ménagères, qu'à leurs maris, mais elle aura peut-être plus de mal à intéresser les plus jeunes, les lucratifs 18/49 ans. Une diffusion après Dancing With The Stars le mardi, par exemple, m'aurait paru plus approprié. 

How ?


26 février 2010

Tueurs En Séries [Episode du (26 Février 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : Le jeu-vidéo Prison Break, direction la Sci-Fi Convention, Parenthood se prépare, un point sur les pilotes en développement, les Esprits Criminels pétent un câble, TF1 achéte V et Vampire Diaries...

16 novembre 2009

Fringe [2x 07]

dnes_season4_fringe_bishops

Of Human Action // 5 91o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_22432 vlcsnap_46930

   Après un épisode décevant et ennuyeux la semaine dernière, Fringe retrouve toutes ses qualités et tous les défauts de ses qualités. L'intrigue du jour semblait anodine au premier abord : une sombre histoire de kidnapping. Très vite, elle est liée à Massive Dynamics puisque le père du kidnappé (comme on le croit à ce moment-là), est un éminent scientifique de l'entreprise mystérieuse. La suite a tendance à être un peu prévisible mais on se laisse prendre au jeu : l'enfant kidnappé est en fait le kidnappeur ! Tout de suite, ça rend les événements précédents beaucoup plus effrayants. Il a fait tuer plusieurs personnes avec une aisance incroyable. Sans énormément d'effets visuels, ces scènes sont assez impressionnantes. Preuve que la série peut tenir la route sans cela. Et vu la restriction budgétaire à laquelle elle doit faire face, c'est une bonne nouvelle... A partir du moment où Peter devient le chauffeur de l'adolescent, on nous trace un parallèle intéressant entre les histoires des deux hommes, finalement assez proches. Et la mère a son importance. Je ne crois pas que cela soit anodin. Walter raconte d'ailleurs que c'est William Bell qui lui a fait rencontrer celle qui est devenue plus tard sa femme et la mère de Peter. Elle est censée être morte mais l'est-elle vraiment ? Il existe certainement son double dans l'autre monde, au pire. M'étonnerait pas qu'elle apparaisse dans quelques temps.

   La fin de l'épisode, la partie la moins prévisible, nous dévoile une Nina Sharp finalement pas si bonne qu'elle le prétendait depuis un moment. On commençait à la croire. Elle est toujours en contact avec William Bell, même si elle semble ne plus avoir de réponses de sa part, et le cas du jour faisait en fait partie d'une expérience de Massive Dynamics qui a mal tourné. Au thème de la maîtrise de la pensée s'ajoute alors celui des expériences sur les enfants et même celui des clones, déjà abordés. Le garçon devenu fou est "one of the Tylers" et son père, un soi-disant tuteur. Est-ce que cela rejoint l'idée de l'armée qui se prépare à l'invasion ? Sans doute. Ces enfants sont les Olivia Dunham d'aujourd'hui et les expériences sont de plus en plus poussées...      

vlcsnap_46885 vlcsnap_31103


// Bilan // L'épisode est prenant malgré sa relative prévisibilité. Quant aux dernières minutes, elles relancent notre intérêt pour la grande Histoire de la série que l'on aimerait voir plus souvent explorée. Mission réussie.

44069764

23 juin 2009

Prison Break [The Final Break]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

The Old Ball And Chain // Free (Epilogue)

dnes_v2_poll_stars1


new_s4_poster_prison_break_5636611_375_500

   Quand y'en a plus, y'en a encore ! Youki ! Après un Series Finale qui terminait correctement l'aventure Prison Break, les producteurs se sont mis dans la tête l'idée de produire un téléfilm spécial pour conclure, une bonne fois pour toutes, la série. La FOX n'a pas souhaité le diffuser et d'un point de vue strictement artistique, ça se comprend. C'est juste terriblement mauvais. D'un point de vue financier, ça se comprend aussi. L'argument du "Never Seen On TV" boostera évidemment les ventes de DVDs. La nullité de ce double-épisode est avant tout scénaristique, ça ne surprendra personne. Sa raison d'être : expliquer comment Michael Scofield est mort. Personnellement, j'aimais bien l'idée de laisser planer le doute, comme à la fin du dernier épisode. Se dire que sa maladie, sa tumeur au cerveau, l'avait finalement emporté me plaisait bien. C'était une fin injuste et cruelle et pas si fréquente dans une série télé. Bien-sûr, le Happy-End des autres personnages contre-balançait le tout. Mais non, il est mort héroïquement, en sauvant sa Sara et son enfant à naître. Tout ce que je déteste en somme. L'émotion effleurée lors du Season Finale est ici totalement absente. La faute à tout le monde. Aux scénaristes d'abord, qui n'avaient laissé aucun doute sur les circonstances de la mort de Scofield dès le début de l'épisode, aux acteurs ensuite, toujours aussi peu inspirés. Sarah Wayne Callies a fait ce qu'elle a pu, Dominic Purcell n'a même pas essayé et ce cher Wentworth Miller... Que dire ? Que cet acteur est la plus grande déception de l'histoire de la télévision américaine ? Je n'ai jamais placé de grands espoirs en lui mais je pensais qu'il valait mieux que ça. De l'émotion, il n'y en a donc pas du tout dans ce dernier épisode.

   De l'action en revanche, il y en a ! Accompagnée, bien entendu, des facilités scénaristiques habituelles. Je pense notamment à l'appel dans le talkie-walkie pile au moment où Sara allait se faire repérer par un garde. Ils nous ont fait le coup mille fois, on va dire que c'était un clin d'oeil à leur travail bâclé passé. Et puis l'idée même de faire entrer Sara dans une prison pour femmes est stupide. Michael a eu besoin de 22 épisodes pour s'échapper de Fox River et il lui suffit de 1 heure et 26 minutes pour faire s'échapper Sara, certes d'une prison un peu moins haute-sécurité mais quand même ! Puis faut voir la tronche de son plan. Ce n'est pas digne du héros de la saison 1. Mais bon, il ne pouvait pas et saigner du nez et trouver une idée de génie ! Puisqu'il y a retour en prison, on nous ressort quelques thèmes musicaux de la saison 1, plus tout ceux que l'on supportent depuis 4 ans. Au niveau de l'atmosphère de la prison pas grand chose ne ressort. On va à fond dans la caricature avec des gouines et encore des gouines partout. On aurait pu croire à un fantasme d'hétéros mais vu la tronche de la plupart des pensionnaires, il y a tout sauf moyen de fantasmer ! Les matonnes sont évidemment des petites perverses qui matent les prisonnières sous la douche et qui les frappent quand elles font de la résistance. Sara tombe sur un T-Bag au féminin : même genre de mimiques, même phrasé et même attitude. Il aurait peut-être fallu choisir une actrice avec une voix moins ridicule pour paraître crédible. Et puis il y a le grand retour de Gretchen, je m'étonnais aussi de ne pas l'avoir revue dans le Series Finale celle-là. Elle n'était donc pas morte. Sa présence n'a que peu d'intérêt, comme celle de Sucre, de Mahone, de T.Bag et de quelques autres. Un que j'aurai aimé revoir, c'est Pope (Stacy Keach). Il  ne me semble pas que son personnage soit mort !? Le faire revenir pour aider les bras cassés aurait sans doute eu plus de gueule...

    vlcsnap_50043 vlcsnap_80393 vlcsnap_49696


// Bilan // Un épisode bonus totalement inutile, qui écorche encore un peu plus une série déjà bien amochée.

08 juin 2009

[Bilan 2oo8-2oo9] Les ratés de l'année !

Chaque saison connaît son lot de déceptions. Des séries qu'on aimait un peu-beaucoup-à la folie qui perdent de leur splendeur et puis d'autres en lesquelles on ne croyait plus mais qui ont définitivement rendu les armes... Y'a-t-il encore un scénariste dans l'avion ?


1. PRISON BREAK  (Saison 4) dnes_v2_poll_stars2mini

18983308   Malgré une conclusion très correcte, pour sa dernière saison, Prison Break n'a encore pas brillé. On peut dire que l'on est légèrement au-dessus de la saison 3, qui reste définitivement à jeter de bout en bout, mais évidemment, on est très très loin de la qualité de la saison 1, qui restera pour moi un must de la télévision américaine. L'enjeu de la saison, à savoir récupérer Scylla, n'a pas tenu sur la longueur mais il a eu le mérite de renouveller un peu la série dans les premiers épisodes. Ensuite, bien-sûr, on est retombé dans tout ce qui peut faire sa médiocrité depuis deux ans : facilités scénaristiques honteuses, retournements de situation multiples absolument pas crédibles et absence de profondeur dans la psychologie des personnages. Wentworth Miller et Dominic Purcell n'y croyaient plus, ça se sentait à chaque plan, et de bons acteurs comme William Fichtner ou Robert Knepper ont dû inlassablement jouer la même partition au point de faire de leurs personnages des caricatures ambulantes. L'histoire d'amour entre Sara et Michael avait toujours aussi peu de saveur tant les deux acteurs n'ont absolument aucune alchimie. Entre les épisodes ridicules et ceux où l'on s'ennuyait ferme, il n'y a pas grand chose à sauver de cette saison, sauf peut-être les trois ou quatre derniers épisodes, surprenants et presque émouvants. Au final, c'est le soulagement qui domine. Il était temps que cette mascarade s'arrête ! Tous sur les frères les plus cons de la télévision ICI.   

2. DESPERATE HOUSEWIVES (Saison 5) dnes_v2_poll_stars2mini

18972135   Je n'ai plus assez de mots pour exprimer ma déception concernant les wives. Chaque année, depuis trois ans, c'est la même rengaine : mystère fil-rouge prometteur dans son premier tiers, tirant en longueur dans le deuxième puis qui s'achève dans le ridicule absolu dans le Season Finale. Cette année, on a été particulièrement gâté à ce niveau-là avec Dave l'albinos, qui a fait une sérieuse concurrence aux Applewhite de la saison 2. Heureusement pour lui, il avait Edie à ses cotés pour lui donner un peu d'intérêt... jusqu'à ce qu'elle meurt et la série avec. Concernant nos chers personnages principaux, on s'enlise encore un peu plus. Le bond de 5 ans dans le temps n'aura servi strictement à rien, si ce n'est évincer les ados qui ne constituaient pas le plus mauvais des intrigues pourtant. Je l'ai déjà dit et je le répéte : les femmes de Wisteria Lane sont tellement caricaturales à la base que soit on ne les fait pas évoluer et elles nous emmerdent à la longue, soit on les fait évoluer, voire changer, au risque de ne plus reconnaître les personnages que l'on a aimé. Marc Cherry a fait son choix, celui du risque zéro, et il en paye les conséquences aujourd'hui puisque les audiences de la série s'effondrent et que les critiques sont mauvaises dans l'ensemble. Il est certainement trop tard pour se rattrapper et de toute façon, vu la tronche des intrigues lancées dans le Season Finale, aucune remise en question n'est au programme ! Alors la série va mourir plus ou moins lentement et on regrettera éternellement le doux temps des deux premières saisons, où l'on riait et pleurait avec passion... Si vous aussi vous avez une âme de femme au foyer desespérée, c'est par ICI.   

3. HOW I MET YOUR MOTHER (Saison 4) dnes_v2_poll_stars3mini

400031_1010_A   On a souvent comparé How I Met Your Mother à Friends et, même s'il y a quelques similitudes, on en est  bien loin ! Friends a attendu sa 10ème et dernière saison pour décevoir (un peu), How I Met s'y est mise dès la saison 3 ! La saison 4 enfonce malheureusement le clou. J'ai plusieurs théories sur cette dégringolade et je m'en vais vous les exposez : 1. CBS a demandé aux producteurs, Carter & Bays, de se diriger vers un format un peu moins feuilletonnant, plus à la Mon Oncle Charlie et The Big Bang Theory, afin de pouvoir plus facilement contenter les téléspectateurs occasionnels de la sitcom. On s'est donc retrouvés avec de nombreux stand-alones cette saison, certains étant réussis et d'autres vraiment ratés. Je pense au Best Burger In New York par exemple, une sacrée deception dès le 2ème épisode de la saison ! 2. Les grossesses simultanées de Alyson Hannigan et Cobie Smulders ont déjoué les plans des scénaristes et les ont empêchés de faire évoluer les intrigues comme ils le souhaitaient à la base, d'où cette fin de saison brouillonne. 3. Ils se sont rendus compte que ce qui faisait l'originalité de la série à la base -la recherche de la "mother"- était aussi son handicap. Difficile de gérer la révélation et ses étapes intermédiaires quand on ne sait pas combien de temps va durer la série. Alors on essaye de faire oublier l'enjeu pendant quelques temps, on revient dessus par intermittences sans jamais faire avancer les choses, ou en faisant croire qu'elles avancent alors que ce n'est pas du tout le cas et manque de chance, les téléspectateurs ne sont pas dupes ! Bref, je vous laisse méditer sur ces théories en attendant la saison 5 qui, je l'espère sincérement, sera la dernière. Il y a encore matière à relever le niveau et s'arrêter à temps ! Je tiens tout de même à préciser que tout n'était pas à jeter cette année et qu'il y a quelques bons épisodes dans le lot quand même ! Tous les Barneyismes sont ICI.   

4. DEXTER & DAMAGES (Saison 3 & Saison 2) dnes_v2_poll_stars3mini & dnes_v2_poll_stars3mini

1896272719030229J'ai choisi de réunir ces deux séries du câble parce que leurs parcours sont à peu près similaires même si l'une des deux a un an de plus. Ce sont deux excellentes séries, vraiment. Elles sont intelligemment écrites, avec finesse, raffinement et subtilité. Elles sont portées par des acteurs de grand talent, Michael C.Hall et Glenn Close en tête. Les deux premières saisons de Dexter et la première de Damages étaient de tels bijoux que le risque de faire moins bien était énorme et c'est ce qui est arrivé. Rien de comparable avec les déceptions qu'ont pu constituer Prison Break et Despetarate Housewives, on reste à un niveau largement supérieur, mais déception quand même. Toutes les deux ont eu le tort d'introduire de nouveaux personnages vraiment pas à la hauteur de leurs prédecesseurs. Ainsi, le fameux Miguel Prado de Dexter a plombé une bonne partie de la saison 3, par son omniprésence et son intérêt franchement limité. De la même façon, Daniel Purcell a pris trop de place en début de saison 2 de Damages et a fait trop d'ombre aux personnages principaux. Sa soudaine absence n'était pas une mauvaise chose mais elle a contribué à la structure inégale et branlante de la saison. Puis il faut bien avouer que la grande affaire de la saison était loin d'être aussi passionnante que l'affaire Frobisher de la saison 1. Elle manquait d'incarnation et était faussement complexe. La saison 2 de Dexter était au contraire moins complexe que les deux précédentes mais beaucoup plus prévisible aussi. Quoiqu'il en soit, il s'agissait de deux chapitres, de deux pièces d'un grand puzzle, et la suite peut tout à fait relever le niveau. On est face à deux séries d'exception. Si vous vous sentez meurtrier dans l'âme, c'est ICI. Si vous vous sentez plutôt avocat féroce, c'est par LA.

   Je terminerai sur quelques mots concernant les nouveautés de l'année qui m'ont déçu alors que j'en attendais un peu voire beaucoup : Harper's Island d'abord, qui arrive avec 10 ans de retard et qui se contente d'aligner cliché sur cliché en reprenant tous les codes éculés des films d'horreur; 90210, le remake de Beverly Hills, qui n'est vraiment pas à la hauteur de la série originale, qui n'était elle-même pas un chef d'oeuvre d'ailleurs mais c'est culte et on ne touche pas au culte ! In The Motherhood, une sitcom qui n'est pas à la hauteur du talent de Megan Mullally, et Cupid, qui me fait me demander si Rob Thomas n'est finalement pas qu'un imposteur (Party Down renforçant cette impression).   


25 mai 2009

Critiks Récap' [Du 21 au 25 Mai]

dnesv2critiksminibanhv4

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


dnes_v2_poll_stars3

dnes_v2_himym_mini_ban [4x 24 Season Finale]

uglybetty [3x 22]

uglybetty [3x 23 & 24 Season Finale]

dnes_v2_pbreak_mini_ban [4x 21 & 22 Series Finale]


dnes_v2_poll_stars1 / dnes_v2_poll_stars2

dnes_v2_dh_group_mini_ban [5x 23 & 24 Season Finale]


Et le pilote de Glee.

23 mai 2009

Prison Break [4x 21 & 4x 22]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

Rate Of Exchange // Killing Your Number (Series Finale)

3 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_80858 vlcsnap_97434 vlcsnap_97759

vlcsnap_132827

   "I Don't Want To Run Anymore"... Et moi dont Michael. Combien de fois me suis-je dit que je ne voulais plus jamais regarder Prison Break ? Hein, combien de fois ? 42 fois qui correspondent aux 42 épisodes qui ont été faits depuis la fin de la saison 2. La série aurait dû s'achever à ce moment-là. Elle n'aurait jamais pu s'arrêter sur le dernier épisode de la saison 1. C'eut été trop frustrant de ne pas savoir ce qui allait arriver aux évadés une fois en dehors des murs de Fox River. La saison 1, quand on y repense, était vraiment excellente. Elle avait ses défauts, de vraisemblance notamment, mais on s'en foutait. C'était tellement prenant, tellement addictif ! L'atmosphère de la prison était si étouffante et si peu exploitée en télévision (à l'exception de l'inégalable Oz bien entendu). La saison 2 était déjà moins bonne mais il y avait de bonnes choses et elle était nécessaire. La saison 3 est à mes yeux la pire de toutes. La saison 4 a su relever légèrement le niveau mais on était encore loin, très loin du compte. Et les 5 ou 6 derniers épisodes, depuis l'arrivée de Cristina Scofield, étaient globalement bons. En tous cas, ils se laissaient suivre sans trop pester et sans s'ennuyer. Peut-être parce que l'on savait que la fin était proche...

   Ce Series Finale tient en haleine tout du long. Les enjeux ont enfin de l'importance. Les vies de Sara et de Lincoln sont en balance mais à deux endroits opposés, avec deux ennemis différents qui veulent la même chose. Evidemment, Michael va trouver un moyen de ne pas avoir à choisir entre les deux et ce grâce à l'aide précieuse de Mahone. Un personnage excellent en saison 2 puis devenu très irritant par la suite, notamment à cause de ses multiples trahisons. Il était sur le point de trahir une dernière fois Scofield mais ils ont fini par trouver un arrangement. Les multiples rebondissements autour de Scylla étaient prenants et les pétages de plomb de Cristina très réussis. J'ai particulièrement aimé les passages avec T.Bag -une fois n'est pas coutume cette saison- et les vérités qu'a pu lui balancer Sara au visage. C'était simplement jouissif. T.Bag ne bande pas ! Vous le croyez ça ? Violé dans son enfance, il a fait un blocage par la suite et c'est ce qui explique sa violence et sa pathologie. J'ai trouvé ça bien d'avoir pensé à l'expliquer. Sara ne se fait pas violer par, ce qui est une déception quelque part mais je savais très bien que ça n'arriverait pas. La FOX n'aurait jamais laissé passé ça. L'arrivée en héros de Michael était un peu too much, surtout que ce pauvre Wentworth Miller devenu obèse -j'exagère bien évidemment- avait bien du mal à ne serait-ce que faire semblant d'escalader ces terrasses à mains nues. Une dernière pensée pour tous ces t-shirts à manches longues qu'il a du souiller de transpiration, afin de cacher son embonpoint et ce malgré la température torride. Par ailleurs, j'étais légèrement déçu qu'il ne tue pas lui-même sa mère, qui l'avait bien mérité. Il est resté bon jusqu'au bout. Sara s'en est chargée. Bon en même temps, il aurait encore eu des balles dans son flingue aussi...   

vlcsnap_132761

   Ce double épisode signe le retour de beaucoup d'anciens de la série. Il en manquait. Je pense à L.J. par exemple. C'était un peu étonnant de ne pas le voir se recueillir avec les autres sur la tombe de son oncle. Il manquait aussi Pope. J'étais vraiment persuadé qu'on le reverrait ! Gretchen manquait également à l'appel. Tout compte fait, elle est peut être vraiment morte. En revanche, il y a eu beaucoup de retours, le plus suprenant n'étant ni celui de Sucre ni de celui de C-Note mais bien celui de... Kellerman ! Je ne m'attendais vraiment pas à le revoir puisque j'imaginais que pour des raisons contractuelles avec ABC (rappelons qu'il est au casting régulier de Private Practice), il ne pourrait pas revenir. Apparemment, la chaîne a été clémente et tant mieux. C'est quand même lui qui dénoue toute l'intrigue au final et qui libère définitivement la bande à Scofield. Jolie "fin" pour le personnage. Sofia est même là ! J'avoue que je l'avais complétement zappée celle-là ! J'étais même surpris qu'elle intervienne dans les dernières négociations de Krantz. L'happy-end entre elle et Lincoln est complétement téléphonée mais passons. Le pire happy-end à mon sens est celui de Mahone. J'imagine que les scénaristes voulaient éviter la facilité de le remettre avec Pam donc ils ont opté pour le mettre avec son ex-partenaire. Il n'y a jamais eu de réelle ambiguïté entre eux donc ce n'est pas crédible un seul instant ! C-Note bénéficie de son deuxième happy-end de la série, le chanceux. Le faire revenir était légèrement inutile mais on était content de le revoir. Pas de MariCruz à l'horizon, je fus déçu. Elle nous a tellement emmerdé celle-là ! Self finit comme il me mérite : comme un légume. Michael Rapaport restera le plus mauvais acteur (et le plus mauvais personnage) de la série. Il a pourtant eu de la concurrence, notamment celle de Dominic Purcell ! Et puis il y a bien-sûr les dernières minutes de l'épisode qui nous révèlent la mort de Michael. C'est poignant et c'est exactement ce que j'attendais depuis le premier épisode de la série. Pour moi, Michael devait mourir in the end. On ne sait pas bien de quoi il est mort. De sa maladie ou d'autre chose ? La réponse sera certainement dans le téléfilm final The Final Break que la FOX ne compte pas diffuser mais qui sortira en DVD en Juin. Il me semble bien inutile d'ailleurs mais bon... Dernière remarque : sa tombe nous indique que seulement deux mois ont passé depuis l'arrivée de Michael à Fox River. Je savais que peu de temps était passé pendant ces 4 saisons mais deux mois, ils abusent !      

vlcsnap_137534

vlcsnap_134079 vlcsnap_135338 vlcsnap_115815


// Bilan // Ce Series Finale de bonne facture n'effacera pas les deux saisons de trop de Prison Break mais je suis content qu'elle se termine comme ça, sur une bonne note. Le Happy End est légèrement nuancé, j'ai aimé ça aussi. Dommage simplement que l'on soit si loin des intrigues de la première saison. Le lien est infime, il ne reste que des clins d'oeil. Cette série aurait mérité que l'on se souvienne d'elle pour son incroyable efficacité, au lieu de ça, on se souviendra d'elle pour la déception qu'elle nous a tous procurée. Le plus triste, c'est que l'on est heureux et soulagé qu'elle soit terminée. Ca n'aurait jamais dû se passer comme ça. Jamais. 

dnesv2finarticleminibanpk8

19 mai 2009

Critiks Récap' [Du 13 au 20 Mai 2oo9]

dnesv2critiksminibanhv4

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


dnes_v2_poll_stars5

dnes_v2_lost_mini_ban [5x 16 & 5x 17 Season Finale]

dnes_v2_grey_mini_ban [5x 23 & 5x 24 Season Finale]


dnes_v2_poll_stars3

brothers_sisters [3x 24 Season Finale]

dnes_v2_dh_mini_ban_essai1 [5x 22]

dnes_v2_fringe_mini_ban [1x 2o Season Finale]


dnes_v2_poll_stars2

dnes_v2_himym_mini_ban [4x 23]


dnes_v2_poll_stars1

dnes_v2_pbreak_mini_ban [4x 2o]

17 mai 2009

Prison Break [4x 2o]

dnes_v2_pbreak_mini_ban

Cowboys And Indians // 3 ooo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_334279

   L'épisode précédent m'avait presque rendu optimiste concernant la fin de Prison Break. Celui-ci me rend plus pessimiste que jamais. Il était mauvais de bout en bout et je me suis ennuyé comme jamais. PB réussit l'exploit d'être ennuyeuse malgré son lot d'action habituel. Il arrive un moment où ça devient insupportable pour moi d'entendre des coups de feu à n'en plus finir. Tout le monde tire sur tout le monde, un personnage se retourne, il a un mec qui lui colle un gun sur la tempe, il se re-retourne et il en a deux autres qui arrivent, d'un autre camp bien-sûr, et ça n'en finit plus. Ca me saoule ! Cristina Scofield était un personnage intéressant et mystérieux quand il est arrivé il y a deux-trois épisodes mais le soufflet est déjà retombé. En fait, tout ce qui l'intéresse c'est le fric et encore le fric. Elle est mauvaise mais pas juste un peu : à 100% ! Elle n'a donc aucun relief, il n'y a déjà plus rien à creuser sur sa psychologie. C'est un point commun à pas mal de personnages de la série, j'aurais dû me douter qu'elle finirait comme les autres. Sa haine envers Lincoln me paraît totalement injustifiée. Elle l'a quand même élevé, même si ça n'a pas duré longtemps.

   Les scénaristes se sont souvenus qu'ils avaient introduit un nouveau personnage cette saison : Don Self. Ca fait combien de temps déjà qu'il ne sert plus à rien ? Eh bien son histoire nous a été révélée. Qu'est-ce qui le motive à récupérer Scylla ? L'argent bien-sûr ! Heureusement, c'est un peu plus recherché que ça : il a besoin d'argent pour payer à sa femme des soins de meilleure qualité. Elle est gravement handicapée depuis qu'ils ont eu un accident de voiture et Self se sent responsable à juste titre puisque c'est lui qui conduisait et il était bourré ! Mouais, je ne suis vraiment pas convaincu. Certes, les soins peuvent coûter cher, surtout aux Etats-Unis, mais l'argent que représente Scylla est demesurée. Il y avait d'autres moyens de gagner de l'argent, quitte à verser dans l'illégalité, que de récupérer Scylla ! Seule le cliff' de fin est intéressant finalement : Michael va devoir choisir entre Sara, détenue par Krantz, et Lincoln, détenu par sa mère. Ca ne suffit pas pour me rendre impatient de voir la suite mais ça pose en tous cas des bases correctes pour le Series Finale.

vlcsnap_321069


// Bilan // D'un ennui...

dnesv2finarticleminibanpk8

   

13 mai 2009

Critiks Récap' [Du 4 au 12 Mai 2oo9]

dnesv2critiksminibanhv4

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


dnes_v2_poll_stars4

dnes_v2_himym_mini_ban [4x 22]

dnes_v2_fringe_mini_ban [1x 19]

brothers_sisters [3x 23]

dnes_v2_lost_mini_ban [5x 15]

dnes_v2_grey_mini_ban [5x 22]


dnes_v2_poll_stars3

dnes_v2_pbreak_mini_ban [4x 19]

dnes_v2_dh_bree_mini_ban [5x 21]


dnes_v2_poll_stars2

uglybetty [3x 21]