29 septembre 2011

The Big C [2x12 & 2x 13]

67930067

The Darkest Day // Crossing The Line (Season Finale)

450 000 tlsp. // 

44030378 // 44030377


 vlcsnap_2011_09_28_02h51m06s164 vlcsnap_2011_09_28_02h50m26s22

    Avant de passer la ligne d'arrivée, essoufflée, notre Cathy Jamison a vécu la nuit la plus longue de l'année au coeur d'un mois de Décembre enneigé, pour accompagner le dernier souffle de son ami Lee. The Darkest Day était le point émotionnel culminant de cette saison 2 de The Big C. La mort de la "mole-mate" de Cathy était évidemment bouleversante, bien qu'attendue, et j'ai trouvé la prestation de Hugh Dancy absolument bouleversante. Mais l'épisode dans son intégralité était un concentré de colère -le thème de la saison, l'étape actuelle vécue par l'héroïne dans sa course contre la mort- et de souffrance. Si le discours de Cathy aux étudiants en médecine n'était pas original car toutes les séries médicales y ont eu recours un jour ou l'autre, il n'en était pas moins fort. Avait-il jamais été exprimé de façon aussi magistrale ? On aimerait parfois pouvoir trouver des mots aussi justes pour dire tout ce que l'on a sur le coeur. Cathy a perdu beaucoup avec son cancer mais elle aussi gagné en franchise, en sagesse, en fureur... Il faudra encore du temps à Andrea pour atteindre le même degré de maturité. Son Myk l'a fait souffrir, comme prévu, et elle n'a pas hésité à informer la police de sa présence illégale sur le territoire américain. Je ne pensais pas qu'elle irait jusque là, c'est surprenant. Mais je ne m'attendais pas non plus à ce que Poppy ait menti à Adam sur son père. Il n'est pas atteint d'un cancer, il est mort depuis deux ans. Le jeune homme ne comprend évidemment pas pourquoi elle en est arrivée là. Mais il se souviendra de ce qu'elle lui a dit le moment venu... C'est peut-être dans cet épisode que The Big C a le plus parlé de la mort et de manière approfondie. Sans la détourner pour s'en amuser. Sauf peut-être quand, ironiquement, le bras mort de Lee frappe le visage de Cathy. Là, c'est un grand éclat de rire qui nous transporte.  

    L'épisode Crossing The Line fonctionne moins sur l'émotion que sur la mécanique. Rétrospectivement, une fois que l'on connaît le cliffhanger de fin de saison, le plan des scénatistes semble particulièrement malin. Je n'avais rien vu venir, et vous ? Pourtant, les indices étaient nombreux : Paul qui se fâche, Paul qui vole, Paul qui a pris du poids, Paul qui prend de la cocaïne... Cela ne pouvait finir qu'en crise cardiaque ! Je me suis souvent plaint de certaines des intrigues du bonhomme cette saison mais maintenant, au moins, elles ont un sens. Au cours même de l'épisode, tous les éléments sont réunis pour nous amener à cette dramatique conclusion. Alors Paul est-il mort ? Je ne le crois pas. Je l'imagine déjà comme un miraculé, qui a cotoyé la mort de près puis qui a réussi à la semer. Je n'imagine pas The Big C sans lui en réalité. Je ne l'aimais pas beaucoup en saison 1 mais la saison 2 a su réhabiliter son personnage et faire du couple Cathy/Paul l'un des plus mignons et crédibles de la télévision. En tous cas, même s'ils y sont allés un peu trop fort à mon goût (la drogue, sérieusement ?), les scénaristes de la série sont parvenus à montrer combien la maladie grave d'un proche peut affecter tout son entourage. Paul en est la plus grande victime, mais Sean -de retour- et Adam ne sont pas en reste. Ce dernier souffrira surtout dans le futur, à cause du manque et de l'absence, tandis que l'autre puise sa force dans celle de sa soeur mais lui en restera-t-il quand elle ne sera plus là ? J'espère que Rebecca, son équilibre, reviendra la saison prochaine. Elle m'a manqué ces derniers temps. Mais du coup, il parlera sans doute moins de vagins. Ce serait dommage.  Paul n'avait pas menti en tous cas : il avait promis qu'il attendrait sa femme à la ligne d'arrivée. Il était bien là. En quelque sorte.

   Et puis la neige est tombée, l'hiver est arrivé... 

vlcsnap_2011_09_28_02h54m54s141 vlcsnap_2011_09_28_02h51m55s141


// Bilan // Lorsqu'une série est acclamée en première saison comme l'a été The Big C, le plus dur est de faire aussi bien voire mieux en saison 2. C'est quasiment impossible mais je croyais pourtant qu'elle en était capable. J'avais confiance et puis... je dois bien avouer que je suis un peu déçu par le résultat. La dramédie de Showtime n'est pas devenue mauvaise pour autant, les prestations de Laura Linney et de l'ensemble du casting n'étaient pas moins brillantes non plus cette année, mais l'écriture n'était pas aussi inspirée, comme si les scénaristes avaient avancé sans trop savoir où ils allaient, en partant d'idées pas toujours bien trouvées. The Big C a perdu un peu de sa magie et de sa beauté mais dans le fond, elle est restée la même : tendre, drôle et unique. Elle compte plus que tout.

Posté par LullabyBoy à 00:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


10 septembre 2011

The Big C [2x 10]

66429839

How Do You Feel? // 700 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2011_09_04_01h21m33s212

    Les départs se suivent mais ne se ressemblent pas dans The Big C. Après Rebecca, c'est au tour de Sean de s'enfuir, discrétement dans la nuit, en ne laissant qu'une seule trace sur un mur : un message qui résume parfaitement sa souffrance et sa personnalité "Weird Baby + Fucking Parents = Made Me Leave". J'aurais apprécié que les auteurs approfondissement plus longtemps et avec plus de nuances la mort de son enfant et le départ de sa bien-aimée. Il le méritait, le personnage en avait besoin. Mais je suppose que Cathy aura bien vite de ses nouvelles et là, peut-être, ils pourront parler à coeur-ouvert sans se perdre dans des querelles stériles. Le voir s'en prendre à ses nouveaux voisins n'était pas passionnant. Un peu comme sa chasse domestique en début de saison. Et Rebecca a été à peine évoquée, comme si son abandon n'avait finalement pas beaucoup d'importance. C'était pourtant ça le plus grave. 

   Hormis cette intrigue et celle, très anecdotique, autour de l'âge du corps de Paul (sans compter ses magouilles avec Myk qui m'inspirent toujours aussi peu confiance), cet épisode nous a offert du Big C correct. A nouveau, la relation entre Cathy et Lee (lequel est donc heureusement déjà de retour) est montée d'un cran dans l'érotisme. Les touche-pipi en solo dans le bain, c'est fini ! Maintenant, Lee lui tripote les seins. J'allais dire "avec son accord" mais c'est plus que ça: elle l'y encourage vivement ! Je trouve toujours cette attirance étrange mais c'est tout ce qui fait sa force. La connexion spirituelle entre les personnages cherche à se transformer en une réunion des corps. J'ignore jusqu'où les scénaristes iront mais j'ai trouvé très sage de s'arrêter là, au moins pour cette fois. Je n'ai pas vraiment envie de les voir coucher ensemble en fait, mais je suppose que cela finira par arriver. Mais le temps presse. L'état de Lee empire et il se pourrait bien qu'il ne passe pas l'automne. Hugh Dancy a d'ailleurs vraiment l'air malade. C'est troublant. 

   Pendant que Cathy batifolait avec son "ami de cancer", son fils passait du bon temps avec la sienne. Pas d'attouchements ni d'indécence d'aucune sorte (je ne sais pas s'il y en aura un jour d'ailleurs), mais une danse, quelques bons mots et quelques sourires, et une jolie petite scarification. On n'a pas échappé aux clichés habituels sur les "High School Reunions", qui donnent systématiquement l'impression qu'aux Etats-Unis les femmes sont et restent des bitches toutes leurs vies et ne vivent que dans le but d'humilier les autres. Mais à part ça... Ce qu'il faut en tirer est simple : 1/ Adam peut être un gamin attachant dès lors qu'il ne péte pas, ne rôte pas et ne baise pas 2/ Parker Posey est vraiment une excellente d'actrice, qui apporte ici avec elle tout un tas de références à la pop-culture, sans nécessairement les citer, juste à travers ce qu'elle dégage. Alors je ne sais vraiment pas où l'on veut nous amener mais la route est belle...

vlcsnap_2011_09_04_01h20m22s18 vlcsnap_2011_09_04_01h21m14s22


// Bilan // Après une série de belles réussites, le charme s'est légèrement rompu pour The Big C. Rien d'alarmant. Cette saison 2 est bonne.

31 août 2011

The Big C [2x 09]

66429839

A Little Death // 620 000 tlsp.

61074943_bis


 vlcsnap_2011_08_25_21h43m41s139 vlcsnap_2011_08_25_21h45m23s136

    Comme la semaine dernière, j'étais à deux doigts de décerner les sacro-saintes quatre étoiles à cet épisode de The Big C. Mais, comme la semaine dernière, il y a une décision scénaristique qui m'a dérangé. Se débarrasser (momentanément) de Lee est une chose -une triste chose qui me fait bien de la peine- mais en faire maintenant de même avec Rebecca, ça je ne peux pas l'accepter ! Je ne dis pas que son personnage est primordial, d'autant que la série était déjà parfaite avant qu'elle n'arrive, mais se passer des services de Cynthia Nixon et effacer en un épisode seulement l'histoire d'amour de Sean et Rebecca, c'est se tirer une énorme balle dans le pied. Je ne voudrais pas être trop dramatique non plus, je pense quand même qu'elle reviendra assez rapidement. Si ce n'est pas avant la fin de cette saison, ce sera dans la prochaine. En attendant, je m'inquiète beaucoup pour Sean. Que vont-ils faire de lui ? Il avait si bien évolué... 

   Y-a-t-il vraiment des gens quelque part sur cette Terre qui fêtent en grandes pompes la mort d'un bébé foetus (et qui font du morphing sur Photoshop pour voir à quoi l'enfant aurait ressemblé) ? J'ai comme un gros doute. Des gens qui plantent des arbres à cette occasion, ça me paraît effectivement plus plausible. Peu importe de toute façon, l'idée était aussi dérangeante que grandiose ! The Big C a ainsi pu revenir sur ses thématiques principales autour de la vie et de la mort, car tout l'intérêt de la chose était de mettre notre héroïne dans une situation peu banale, que l'on fantasme tous un peu : assister à son propre enterrement ! Je comprends maintenant pourquoi les scénaristes avaient fait ce choix étrange de nommer le futur bébé Cathy. Ce n'était pas juste parce que c'était un peu fou et pas très étonnant de la part de Rebecca: ils avaient déjà cette brillante idée derrière la tête ! Cathy a donc pu se rendre compte qu'elle était populaire et que même ses vieilles amies qu'elle n'avait plus revu depuis ses années lycée/fac avaient fait le déplacement. Mais la plus belle scène, outre l'éloge funèbre poignant parfaitement exécuté par Laura Linney, est celle où Cathy et Paul s'allongent dans un cimetière à l'emplacement où ils pourraient reposer après leurs morts. Cuir au soleil pour l'éternité ? Une belle perspective d'avenir je dois dire. Je veux la même ! 

   Le retour express de Tina, la "rugby slut", n'était pas essentiel et on savait très bien comment cela allait se passer mais le dialogue était fun. Sinon, je suis très heureux que Parker Posey soit associée au personnage d'Adam, cela va peut-être lui permettre d'obtenir enfin une intrigue intéressante qui ne verse pas dans le grotesque. Je soupçonne même une éventuelle émotion poindre à un moment donné. On ne connait pour le moment pas grand chose de cette femme, si ce n'est qu'elle est barrée, qu'elle ressemble à une femme de 30 ans qui ne veut pas grandir et, surtout, que son père est atteint d'un cancer du poumon. Ils ont fait connaissance sur un tchat pour enfants de parents malades. Voilà comment Adam gère aussi bien la situation ! Il en parle avec des inconnus. Une romance va-t-elle naître entre eux ? Je ne sais pas si j'aimerais cela. Cathy, en tous cas, va détester ! De leurs cotés, Andrea et Myk coulent des jours heureux et font l'amour ensemble pour la première fois... dans une camionnette... à la sortie des funérailles. 

vlcsnap_2011_08_25_21h45m40s52 vlcsnap_2011_08_25_21h47m18s9


// Bilan // A Little Death enchaîne les situations improbables et osées avec une énergie et une émotion qui ne peuvent pas laisser indifférent. The Big C continue de briller nonchalamment.