02 mars 2014

Identity [Pilot Script]

20443695

IDENTITY

Drama // 42 minutes

44030376

Ecrit par Corinne Brinkerhoff (The Good Wife, Boston Justice, Elementary). Produit par Roberto Orci & Alex Kurtzman (Fringe, Hawaii 5-0, Star Trek, Sleepy Hollow). Réalisé par Gary Fleder (Beauty And The Beast, Homefront). Pour CW, CBS Television Studios, K.O. Paper Products & Scripted World. 

Mia Lawrence, une jeune juriste brillante, est gravement malade : elle a besoin d'une transplantation de rein de toute urgence.  C'est ainsi qu'elle apprend qu'elle est liée par le sang à la riche famille Grant, très puissante au Texas, dont le fils, son frère, est son seul espoir de don d'organe. La CIA l'approche alors afin d'infiltrer leur demeure et enquêter sur leur rôle dans une affaire de terrorisme. Sa loyauté et son sens de l'éthique vont être mis à rude épreuve face à ces étrangers qui peuvent lui sauver la vie, mais qu'elle doit détruire en perçant à jour tous leurs secrets...

Avec Ahna O'Reilly (La couleur des sentiments, Fruitvale Station), Matt Barr (Harper's Island, Hellcats), Stephen Hagan, Patricia Wettig (Brothers & Sisters, Prison Break, Alias)... (casting en cours)

 

   Lorsque le pitch d'une série est aussi difficile à résumer que celui d'Identity, c'est qu'il y a un problème quelque part. Je n'ai pas le recul nécessaire pour dire si oui ou non il paraît invraisemblable à travers ces quelques lignes, mais je peux vous assurer qu'en lisant le script, j'ai souvent roulé des yeux. Ce n'est pas que l'histoire n'est pas bonne, ni qu'elle n'est pas prenante, c'est que tout va beaucoup trop vite pour que l'on parvienne à y croire et se laisser embarquer totalement. Les raccourcis qui sont pris au départ pour amener l'héroïne jusque dans sa nouvelle famille ne sont pas faciles à avaler. Il faut savoir qu'à l'origine, tout ce que la jeune femme sait c'est que sa mère n'a jamais voulu lui dire qui était son père. Elle est morte aujourd'hui et a emporté ce secret avec elle. En l'espace de deux scènes à tout casser, Mia trouve son identité. Comme ça. Juste en fouillant dans de vieux cartons remplis de souvenirs. Plus tard, ce qui m'a choqué, ce sont les gadgets et les astuces que la CIA filent à Mia pour enquêter dans la maison des Grant, notamment des boucles d'oreilles munies de caméras activées lorsqu'elle prononce la phrase "It's interesting". C'est too much. Je ne doute pas que ça existe et que ça marche, mais est-ce vraiment le genre de méthodes qu'utilise la très sérieuse CIA ? Non. Certainement pas. On est dans le cliché du film d'action que je déteste. Et si clairement Identity fait partie de cette vague des séries qui surfent sur le succès de Homeland, elle en est le parent très très pauvre. Evidemment , pour la CW, c'est du haut niveau en revanche. Mais ce n'est pas totalement inédit non plus : il flotte là comme l'ombre de Nikita

   Même si Mia n'a rien d'un agent secret à la base, elle se débrouille très bien très vite. Rien que dans la scène d'introduction -qui est un horrible flashforward histoire de donner envie de continuer malgré l'indigence des 10 premières minutes- elle s'enfuit d'un taxi roulant à vive allure en pétant l'une des vitres avec son talon aiguille. Sydney Bristow n'a qu'à bien se tenir ! Bref, elle est badass. On aime bien au fond, mais c'est tellement improbable. Sans oublier qu'elle est censée être à l'article de la mort. Alors pour compenser, elle s'évanouit après toutes ses émotions. Sa rencontre avec les Grant est assez classique : elle est mal accueillie au départ puis réussit par se faire aimer par son frère. Le meilleur ami de celui-ci tombe sous son charme et réciproquement. Ce qui est très mal puisqu'elle a déjà un fiancé qui l'attend sagement à New York et qui est la caricature de l'homme parfait : beau, gentil, intelligent, extrêmement compréhensif. Le nouvel élu de son coeur en revanche est un charmeur, bad boy, qui n'a pas fini de la faire souffrir ! Car dans l'affaire de terrorisme -ne n'oublions pas- il joue un rôle important. Et puis il y a la matriarche Grant -puisque le papa est mort (ou pas)- qui est une vilaine femme très suspicieuse, persuadée que Mia n'est là que pour récupérer un max de fric. Ce qu'elle serait d'ailleurs légitimement en droit de faire mais elle est bien trop bonne -pour l'instant en tout cas- pour ça. Oh et puis il y a Dee Dee, la bonne, qui est amusante. Et je crois qu'il n'y a qu'elle qui m'a fait esquisser un sourire dans ce pilote. Les personnages ne font pas franchement preuve d'humour.

   Mais alors pourquoi deux étoiles à ce pilote ? Je ne viens que d'en dire du mal ! Parce que Identity a du potentiel sur le long terme, ce qui n'était pas forcément gagné à la lecture du pitch. Parce que l'héroïne est attachante, bien qu'assez basique. Parce qu'il faut encourager la CW quand elle cherche à sortir de sa zone de comfort. Pas de monstres ici. Pas de surnaturel. Pas même de romances à outrance. Parce que du point de vue strict du divertissement pur, ce pilote remplit bien sa fonction. On aurait simplement aimé que les choses soient plus intelligemment amenées. C'était peut-être trop en demander. Et puis parce que j'ai lu Jane The Virgin. Et à côté, Identity est naturellement un chef d'oeuvre. 

Posté par LullabyBoy à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 septembre 2010

Hellcats [Pilot]

19481706_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100723_100014

A World Full Of Strangers (Series Premiere) // 3 o2o ooo tlsp.

44030375_p

What About ?

Pour réaliser son rêve de devenir avocate et quitter Memphis et sa mère alcoolique, Marti Perkins est contrainte de rejoindre les Hellcats, la légendaire équipe de pom-pom girls de l’université locale. De sa prestation dépend sa bourse d’études, et donc son avenir. La jeune femme se retrouve propulsée en pleine compétition, la coach des Hellcats étant déterminée à accéder aux championnats nationaux...

So What ?

Non mais au secours quoi ! Je ne vais pas faire une tartine sur le pilote de Hellcats car il n'en vaut vraiment pas la peine, comme la plupart des autres séries de la CW à vrai dire. Laissez-moi juste le temps de vous expliquer pourquoi il est si mauvais. Avant toute chose, si la série a vu le jour, c'est clairement grâce au succès de Glee. Elle veut s'inscrire dans la même mouvance tout en oubliant que ce qui a le fait succès de Glee, du moins au début, ce sont ses personnages extravagants et son ton décalé, parfois osé. Ici, il n'y a rien de tout ça. Ce n'est pas juste classique, sans originalité et sans surprise, c'est carrément super ringard ! J'imagine que les pom-pom girls ne sont pas passées de mode aux Etats-Unis, et elles ne le seront sans doute jamais, mais toute la vague de teen movies de ce style, c'était il y a 10 ans ! Alors bien-sûr, il y a eu High School Musical entre temps qui a été un succès planètaire malgré sa "médiocrité efficace". Sans compter tous les navets type "Sexy Dance", qui trouvent un public (d'adolescentes un peu co-connes de 12 ans et demi). Et puis il faut avouer que toutes les séries de Disney Channel ne sont pas plus réussies mais pourtant fonctionnent. Et si l'on se base sur le score du pilote (mais la chute est à venir), la CW n'a pas fait un si mauvais calcul. Le truc, c'est que la série aurait pu être bien écrite malgré son thème hyper léger. Elle aurait pu être fun. Elle aurait même pu être attachante. Tout ça n'est pas incompatible.

Au lieu de ça, on nous sert des scènes ridicules : l'héroïne qui danse sur son vélo, dans la rue, puis dans son salon; ou qui improvise trois saltos sur la pelouse du campus après avoir appris qu'elle était admise chez les Hellcats; ou qui plus généralement accompagne chacun de ses mouvements par un rictus peu gracieux sur son visage. Elle est rebelle alors elle use de second degré avec son meilleur-ami supra ring' lui aussi, qui semble tout droit sorti des années 80, et dont elle est sans doute secrétement amoureuse, à moins que l'idiote ne s'en soit pas encore rendue compte. Enfin vous voyez le genre. C'est ça pendant 40 minutes. Un défilé de clichés, servi avec des ralentis ridicules pour faire durer le massacre. On ne nous épargne même pas la scène du peignoir volé. Un classique de chez classique. A ce moment-là, j'ai eu sacrément honte pour toute l'équipe de la série. De la bitch ? Rassurez-vous, il y en a. Mais de la soft façon Gossip Girl et 90210 bien-sûr. L'action se situe à Memphis ? Oui et alors ? Les gens n'ont pas d'accent et les décors naturels sont passe-partout. Les acteurs et les actrices ? Malgré mon affection pour Sharon Leal et Gail O'Grady, je suis dans l'obligation de constater que ça pèche même à ce niveau-là. La star du show n'a pas de charisme dès lors qu'elle arrête de danser, ses nouvelles "copines" ne sont pas meilleures et la galerie de personnages masculins, plus que légère, n'offre même pas un plaisir des yeux. Leurs corps ne sont pas dégueulasses mais leurs têtes... ils sont vilains quoi ! Si même sur ça, la CW se rate, mais où va le monde ? Je vous le demande. Pour ma part, Hellcats, c'est plié. Je ne me suis pas fait chier pendant le visionnage du pilote mais strictement RIEN ne m'a donné envie de revenir en deuxième semaine. Pire, ça m'a presque rendu impatient de retrouver Glee ! Je préfère perdre mon temps à faire quelques abdos et quelques pompes sur ma moquette. Ce sera plus utile et moins atroce.      

What Else ?

Une bande-annonce bien-sûr. De 30 secondes. Et je vous assure que c'est bien suffisant. L'essentiel y est résumé. Pas la peine de regarder le pilote.