16 novembre 2009

Fringe [2x 07]

dnes_season4_fringe_bishops

Of Human Action // 5 91o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_22432 vlcsnap_46930

   Après un épisode décevant et ennuyeux la semaine dernière, Fringe retrouve toutes ses qualités et tous les défauts de ses qualités. L'intrigue du jour semblait anodine au premier abord : une sombre histoire de kidnapping. Très vite, elle est liée à Massive Dynamics puisque le père du kidnappé (comme on le croit à ce moment-là), est un éminent scientifique de l'entreprise mystérieuse. La suite a tendance à être un peu prévisible mais on se laisse prendre au jeu : l'enfant kidnappé est en fait le kidnappeur ! Tout de suite, ça rend les événements précédents beaucoup plus effrayants. Il a fait tuer plusieurs personnes avec une aisance incroyable. Sans énormément d'effets visuels, ces scènes sont assez impressionnantes. Preuve que la série peut tenir la route sans cela. Et vu la restriction budgétaire à laquelle elle doit faire face, c'est une bonne nouvelle... A partir du moment où Peter devient le chauffeur de l'adolescent, on nous trace un parallèle intéressant entre les histoires des deux hommes, finalement assez proches. Et la mère a son importance. Je ne crois pas que cela soit anodin. Walter raconte d'ailleurs que c'est William Bell qui lui a fait rencontrer celle qui est devenue plus tard sa femme et la mère de Peter. Elle est censée être morte mais l'est-elle vraiment ? Il existe certainement son double dans l'autre monde, au pire. M'étonnerait pas qu'elle apparaisse dans quelques temps.

   La fin de l'épisode, la partie la moins prévisible, nous dévoile une Nina Sharp finalement pas si bonne qu'elle le prétendait depuis un moment. On commençait à la croire. Elle est toujours en contact avec William Bell, même si elle semble ne plus avoir de réponses de sa part, et le cas du jour faisait en fait partie d'une expérience de Massive Dynamics qui a mal tourné. Au thème de la maîtrise de la pensée s'ajoute alors celui des expériences sur les enfants et même celui des clones, déjà abordés. Le garçon devenu fou est "one of the Tylers" et son père, un soi-disant tuteur. Est-ce que cela rejoint l'idée de l'armée qui se prépare à l'invasion ? Sans doute. Ces enfants sont les Olivia Dunham d'aujourd'hui et les expériences sont de plus en plus poussées...      

vlcsnap_46885 vlcsnap_31103


// Bilan // L'épisode est prenant malgré sa relative prévisibilité. Quant aux dernières minutes, elles relancent notre intérêt pour la grande Histoire de la série que l'on aimerait voir plus souvent explorée. Mission réussie.

44069764


30 avril 2009

Fringe [1x 18]

dnes_v2_fringe_mini_ban

Midnight // 9 62o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_148632

   Ca faisait un sacré bout de temps qu'un épisode de Fringe ne m'avait pas déplu. Ca a dû arriver quoi ? Deux fois ? Le début de celui-ci m'a fait craindre le pire. J'avais peur que l'on se dirige vers un loner sans grand intérêt, plus proche de NCIS ou Les Experts qu'autre chose. Quelque part, une partie de l'enquête s'inscrivait bien dans cette tradition, l'hémoglobine et les dents de vampire en plus ! Heureusement, l'ensemble a rapidement pris un virage mythologique et là, c'est devenu intéressant. Je n'irai pas jusqu'à utiliser le mot passionnant. Pour parler rapidement de ce qui n'allait pas, je citerai avant tout la lenteur de l'enquête et sa trop grande prévisibilité. Rien que dans la première scène, on devine assez rapidement que le prédateur n'est pas celui que l'on veut nous faire croire. D'un autre coté, ça permet une petite originalité dont il aurait été dommage de se passer. Ensuite, on met un peu de temps à nous révéler les véritables intentions du scientifique alors qu'elles sont relativement évidentes depuis le départ. Puis finalement l'enquête prend un virage classique avec la recherche de la bête, un peu comme dans l'épisode précédent d'ailleurs et quelques autres. Même s'il y a cet aspect scientifique qui différencie Fringe de toutes ses consoeurs, je préfère quand elle s'embarque dans des phénomènes plus étranges et impressionnants. Il n'y avait pas grand chose d'impressionnant dans cette femme. J'ai noté deux-trois facilités qui m'ont également gâché le plaisir : lorsque la bête saute sur Olivia dans la voiture, elle aurait dpu logiquement la déchiqueter aussi sec, comme elle l'a fait avec les autres. Au lieu de ça, elle prend son temps et permet à Peter de sauver la situation. Autre chose : je sais bien qu'il faut rendre Astrid utile d'une manière ou d'une autre mais le coup du "Cet homme sent l'alcool => il doit traîner dans les bars => il a certainement un tatouage sur la main" était trop facile.

   La partie intéressante ne concerne pas l'enquête en elle-même mais le personnage de Nicholas Boone qui semble savoir pas mal de choses sur le fameux ZFT. C'est en tous cas la promesse que l'on nous fait et au final, il n'indique qu'une chose dont on se doutait un peu : William Bell n'a pas seulement créé Massive Dynamics, il aussi fondé ZFT ! On parle de plus en plus de lui, on devrait le rencontrer rapidement ! Les dialogues entre Walter et Nicholas sont intéressants, on sent bien qu'il y a matière à lire entre les lignes. De toute façon, là encore, on sait bien que Walter est impliqué et pas qu'un peu ! Il a quand même écrit le Manifeste. Boone parle de créer "A Human Nightmare", ce serait le but de ZFT. Pas très clair tout ça. On en apprend donc davantage sans vraiment rien apprendre de nouveau, c'est la méthode Abrams et ça lui réussit toujours bien. A part ça, l'ex de la soeur d'Olivia veut divorcer et récupérer la garde de la petite. A moins que Rachel soit impliqué d'une manière ou d'une autre dans le ZFT, ça n'a pas grand intérêt. Oui, ça humanise Olivia mais je pense que c'est bon là, elle est suffisamment humanisé.

vlcsnap_131620


// Bilan // Un épisode prévisible et plan-plan, rempli de défauts, mais qui a tout de même un certain charme de par son aspect mythologique.