01 août 2010

[DNES Awards 2009/2010] Meilleure Série Britannique

dnes_s16

Après les séries francophones, quoi de plus normal que de récompenser les séries britanniques, à qui l'on peut envier beaucoup, notamment leur regard sur l'adolescence... Skins, ce n'est pas Coeur Océan quoi. De la même façon, ils savent faire des séries de science-fiction bien mieux que nous, qui n'essayons même pas !

meilleurserieanglaise

meilleureserieanglaise2

Dans la catégorie "Meilleure Série Britannique" de la saison 2009/2010, les nommées sont : Being Human (BBC Three), Doctor Who (BBC One), Misfits (E4), Torchwood (BBC Three), Skins (E4) et Survivors (BBC One).

Elle ne méritait pas d'être nommée : Secret Diary Of A Call Girl (ITV2) !

Elles ont failli être nommées mais il fallait faire un choix : The Inbetweeners (E4), How Not To Live Your Life (BBC Three).


15 juillet 2010

[Skins] Interview de Luke Pasqualino

Le sympathique et charmant Freddie de Skins revient en quelques mots sur la première génération de la série, la deuxième (la sienne) et sur l'avenir... Interview (légèrement expéditive) réalisée lors du 50ème Festival de Monte-Carlo.

Posté par LullabyBoy à 01:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2010

Skins [Saisons 3 & 4]

skins3_600

   44030376

   Series 3. Cassie (Ah... Cassie !), Tony, Michelle, Sid, Chris, Maxxie, Jal, Anwar... Tous ces personnages de Skins première génération font partie du passé. De la bande, bien qu'elles aient toujours été à part, il ne reste qu'Effy et sa meilleure-amie Pandora. Je sais que beaucoup de téléspectateurs très attachés aux anciens n'ont pas souhaité découvrir la deuxième génération et ils ont eu tort à mon humble avis. Si les personnages sont évidemment essentiels à la série, c'est son concept qui prime. Celui d'entrer dans le quotidien pas tout rose d'adolescents paumés de Bristol qui s'aiment, se détestent, se déchirent, seuls ou à plusieurs. Et franchement, Freddie, Naomi, Emily, Katie, Thomas, Effy et Pandora ne sont pas moins intéressants que leurs prédécesseurs. On pouvait craindre qu'ils en soient de pâles-copies mais pas du tout. Même en s'essayant au petit jeu des comparaisons, je ne vois que JJ qui pourrait être une sorte de Sid bis, en plus timbré car il a de réels problèmes mentaux. Tous les autres se démarquent beaucoup de leurs aînés et c'est encore plus vrai en saison 4. Mais j'y reviendrais.

   Si je n'ai pas encore évoqué Cook, c'est parce qu'il méritait à lui tout seul un paragraphe. Si la saison 3 de Skins est la moins bonne de toutes, c'est en grande partie à cause de lui. Il a littéralement saccagé les premiers épisodes par sa simple présence, on ne peut plus envahissante. Les scénaristes ont réussi à construire un monstre, tout bêtement. Je crois, de mémoire de sériphile, que je n'ai jamais autant detesté un personnage. Je l'ai maudis ! Non seulement c'est un porc absolument dégueulasse qui m'a donné envie de gerber à plusieurs reprises (je fais encore des cauchemars suite à l'épisode où il bouffe un énorme gâteau à lui tout seul avec les mains - petite nature, je sais), mais en plus il est un idiot fini qui passe son temps à gâcher la vie de ceux qui l'entourent et qui en retire visiblement un certain plaisir. Puisque je suis seul et malheureux, je vais faire en sorte que vous finissiez comme moi au bout du compte. Voilà sa devise. Et il aura bien réussi son coup ! Les premières intrigues autour de son rival, dont j'ai oublié le nom -une petite frappe ridicule entourée de molosses tous plus stupides et incompétents les uns que les autres- auront été douloureuses. Non seulement c'était ridicule mais en plus ce n'était pas drôle une seule seconde, juste pathétique. Cook a également apporté des scènes immondes à base de rots et de pets qui n'avaient pas leur place dans une série aussi subtile que Skins. Encore, un pet, une fois, je ne dis pas. Mais quand ça devient une blague récurrente... Je pense notamment au professeur pétomane en début de saison. Non mais franchement ? Ce sont les enfants des scénaristes qui avaient pris les commandes ? En flirtant avec Pandora un temps, il a rendu le personnage insupportable (alors qu'elle avait un énorme potentiel comique), et je n'ai jamais compris l'attirance d'Effy pour lui.

   Ceci étant dit, tout n'était pas mauvais dans la saison 3, loin de là. Les autres personnages, tant qu'ils n'étaient pas avec Cook, étaient intéressants et souvent attachants. Ma préférence va clairement pour le couple Naomi/Emily qui nous a offert de grands moments d'émotion. Je repense à leur escapade à vélo dans la campagne (la saison a d'ailleurs été plus bucolique que les deux premières et j'aime ça) ou à leur déclaration d'amour lors du bal du lycée. L'homosexualité avait déjà été traitée sous un angle différent en saison 1 (et plus original finalement - l'amitié difficile entre Anwar/Maxxie) mais ici, outre le fait que ce soit des filles, ce qui est plus rare à la télévision que les couples d'hommes, leur histoire d'amour devient rapidement une histoire d'amour comme une autre mais dont les bases sont très anciennes et particulièrement solides. Du triangle amoureux Freddie/Effy/Cook, je préfère ne retenir que les deux derniers membres qui ont mis un peu de temps à être convaincants jusqu'à un baiser dans un lac qui me fait encore frissonner. On se serait cru dans Dawson, mais avec une réalisation plus inspirée. C'était drôlement beau. Leur nuit dans les bois, malgré l'étrangeté attirante de cet épisode un peu spécial, avait son charme aussi. Le maillon faible reste Freddie, un peu trop gentil et mou, qui ne faisait pas le poids face à la fascinante Effy ! Au milieu de tout ça, JJ a su être émouvant, Katie irritante quand elle n'était pas transparente, Thomas sous-exploité malgré le thème original qu'il portait -l'immigration- et Pandora... décevante tant je fondais d'espoir sur sa folie. Inutile de dire qu'une fois de plus, les parents dans la série, et les adultes dans leur ensemble, étaient exagérément fucked-up. Comme pour souligner si grossièrement que si leurs enfants en sont arrivés là, c'est à cause d'eux. Oui, mais pas seulement ! Je préfère ne pas évoquer le père de Cook qui a foutu en l'air le final mais qui a permis d'apporter un tant soit peu d'humanité à son putain de fils. Trop tard.      

Skins_Series_4

44030377

   Series 4. Les scénaristes de Skins se sont certainement rendus compte qu'ils avaient égratigné leur petit bijou en saison 3. A bien des égards, la saison 4 est meilleure. C'est même de mon point de vue la meilleure de toute la série jusqu'ici. Ils ont pris un malin plaisir à retourner la situation en approfondissant les personnages, en les poussant dans leurs derniers retranchements et en les faisant automatiquement évoluer de manière spectaculaire dans certains cas. Le fait est que les personnages les moins intéressants de la saison précédente sont devenus très attachants et ceux qui l'étaient déjà le sont restés, et plus encore. La seule qui n'a pas eu cette chance, c'est Pandora. Non seulement elle n'a pas eu de centric mais en plus elle s'est réduite à sa relation mouvementée avec Thomas qui n'avait ni queue ni tête. Au final, elle reste un grand mystère. Véritable folle ou fausse idiote ? Elle n'a pas gagné en humour non plus, hormis dans une scène du final où elle se met à chanter. Mais tout ce qu'elle entreprend pour faire rire Effy semble tellement forcé que ça ne touche pas. Paradoxalement, c'est un des rares personnages qui bénéficie d'une vraie conclusion puisqu'elle s'envole -hors-caméra- pour Harvard avec Thomas. Mais Cassie et Sid sont déjà passés par là et de façon magistrale. Les scénaristes n'ont même pas essayé de faire mieux. Ils ont eu raison. Thomas, sans Pandora, a gagné en importance au sein du groupe. Son centric, qui ouvrait la saison, était pas mal, surtout au sujet de sa culpabilité vis à vis de la suicidée.

   Il a eu son paragraphe pour la saison 3, il aura son paragraphe pour la saison 4 ! Mais le contenu va être un peu différent car je l'avoue sans honte et même avec plaisir : j'ai enfin apprécié Cook ! Débarrassé des caca-pipi-prouts auxquels il nous avait habitué, il a évolué de manière spectaculaire et a su se montrer à plusieurs reprises intelligent. Oui oui ! Il a beaucoup mûri, il a fait plein de conneries aussi, mais il a su reconnaître ses torts, prendre ses responsabilités et la fin du dernier épisode -ô combien décevant- le réhabilite définitivement. Il est peut-être en cavale, il a peut-être foutu sa vie en l'air mais il a appris à ne plus gâcher celle des autres et il a même réussi parfois à les aider, au moins autant qu'ils l'ont aidé quand il en avait besoin. Et il a vengé son meilleure-amie. Ce n'était pas forcément la meilleure solution mais c'était la sienne. Bravo donc aux scénaristes qui ont fait du très bon boulot de ce coté-là. Mais du coté d'Effy et Freddie aussi ! Ce dernier n'a plus été transparent du tout. Il aurait mérité une meilleure fin. Sa mort vient bâcler tout le beau travail accompli et il n'a même pas droit à de véritables adieux. Quant à Effy, elle n'a pas perdu de la fascination incroyable qu'elle exerce à la fois sur les autres personnages et sur les téléspectateurs. Kaya Scodelario a été magistrale. J'ai adoré son centric ainsi que celui de Freddie qu'elle a vampirisé. Il a fallu attendre sa descente aux enfers pour qu'elle se dévoile enfin. Les mots me manquent pour dire combien j'aime cette héroïne qui est le personnage le plus riche de la série, peut-être aussi parce qu'il est présent depuis le début. Mais, là encore, je regrette que l'arrivée du Dr Foster ait tout gâché. La série s'est alors transformée en série Z. Plus de poésie, plus de moments de grâce. Juste une réalité trop cruelle pour être vraie. J'espère qu'Effy apparaîtra en saison 5 pour conclure dignement le grand personnage qu'elle a été. Il y a une logique qui voudrait qu'elle soit encore là de toute façon... Croisons les doigts !

   Petit JJ est devenu grand ! Coincé entre deux grands épisodes, son centric a peiné à être aussi passionnant mais il n'était pas mauvais du tout. Il était même très drôle par moments (les passages où il chante avec sa mère dans la voiture). Le personnage a su se démarquer de Sid mais pas autant qu'il aurait fallu. Disons que le coup du mec complexé et coincé qui sort de sa coquille grâce à une jolie fille, on connaissait déjà. Y ajouter un bébé pour compliquer les choses n'était pas suffisant. Katie, assez étonnamment, a bénéficié d'un des épisodes les plus poignants de la saison. Très loin de la bitch de la saison 3, elle a su se montrer humaine et touchante. Pour se faire, les scénaristes y sont quand même allés très fort et ne l'ont pas épargnée ! Cela dit, des jumelles, c'est encore Emily qui l'emporte haut-la-main à travers sa relation avec l'excellente Naomi. Elles nous ont offerts à nouveau des scènes bouleversantes. Je repense aux larmes de Naomi sur le toit de l'immeuble. Et je repense aussi à sa déclaration d'amour finale qui est l'une des plus belles que j'ai entendu ! Elles vont me manquer toutes les deux mais j'aime imaginer leurs lendemains heureux. La saison se termine de manière très abrupte, sans offrir de conclusion satisfaisante aux personnages clés et c'est très frustrant. Comme s'il manquait un épisode. Je ne vais pas si l'on reviendra dessus en saison 5 mais il y a plutôt intérêt ! D'ailleurs, le passage de relais pour la 3ème génération n'est même pas fait ! On imagine que ça passera par Karen, la soeur de Freddie, mais ce n'est pas explicité. Depuis le début, elle donnait l'impression de n'être là que pour ça de toute façon. Dans l'idéal, je la vois bien faire le deuil de son frère en compagnie d'une Effy qu'elle apprendra à découvrir après l'avoir detesté. Le tout accompagné de sa bande d'amis à elle bien entendu. Ca va être dur de faire aussi bien que les deux premières générations sans occasionner des redites mais je suis confiant. C'est de l'ordre du possible... D'ici là, les Etats-Unis puis le Canada auront remaké la série. A quand une version française ? On en aurait bien besoin tiens...   

19036705

11 juin 2010

Tueurs En Séries [Spécial Monte-Carlo Part.5]

tueurs

Au programme du jour : Michael Weatherly fait son show dans le zapping, Jean-Hugues Anglade parle de la saison 2 de Braquo, mais aussi Luke Pasqualino, Lucy Lawless, Peter Mensah, Jimmy Jean-Louis... et le tapis rouge de clôture avec toutes les stars du festival, une dernière fois !

Bientôt mes impressions sur le festival...