13 mai 2011

Tueurs En Séries [Episode du 13 Mai 2011]

110513111013467

Au programme cette semaine : petit tour d'horizon des cliffhangers de fin de saison les plus marquants, rencontre avec Marg Helgenberger qui confirme une saison 12 pour Les Experts, Luther est bientôt de retour sur la BCC, les annulations en séries de la FOX, la Bonnie de Vampire Diaries chante aussi...

 


25 février 2011

Tueurs En Séries [Episode du 25 Février 2011]

110225101242759

Au programme cette semaine : Les Experts achèvent Justin Bieber, Les Beaux Mecs s'installent sur France 2, nous les avons rencontrés sur le tournage, les stars des futures séries de la saison prochaine parmi lesquelles Kiefer Sutherland et James Van Der Beek, un extrait du pilote de Body of proof avec Dana Delany, des nouvelles du film The Shield, Mortal Kombat...

23 août 2008

Les Experts [CSI]

onebangk9blue

Oriane est toujours à la pointe de l`actualité, qu`elle soit musicale ou cinématographique ! Le rayon de soleil du forum Des News En Séries a décidé de nous parler des Experts, vous connaissez ? Une petite série qui truste les prime de la 1ère chaîne de France ... Rien de plus normal pour la meilleure informatrice du net ! Direction Las Vegas, ses casinos, ses paillettes et ses meurtres !

auf89op6

dnesblog4starsjj0B

Les Experts Las Vegas a commencé à percer à jour le mystère des crimes gratuits (ou pas, puisque rappelons-le nous sommes à Las Vegas, ville des casinos) en 2000 sous l’impulsion d’un homme, le roi des blockbusters, Jerry Bruckenheimer. Cette série puis cette franchise, plus qu’une énième glorification policière, engage la réflexion et la participation active des téléspectateurs plus que leur soif d’action et de courses-poursuites (éléments plus que présents dans les habituels shows du genre). En effet, chez les CSI, on mise d’abord sur un cerveau en perpétuelle ébullition au lieu d’une gâchette en éternelle démonstration. Pour résoudre une affaire, on met à profit la science et les outils les plus perfectionnés pour démontrer la culpabilité des uns ou l’innocence des autres. Et donc pour cela, toute une équipe de techniciens de la police scientifique est mobilisée dans cette même quête, en plein Las Vegas et de nuit, essentiellement.

CSI : Crime Scene Investigation ne ressemble en rien à Mannix ou Starsky et Hutch. Normal, elle fonde ses enquêtes sur des preuves et des indices (cheveux, fibres, empreintes, etc.) et pas uniquement sur des interrogatoires. Et c’est ce qui m’a sensiblement attiré dès le pilote, cet esprit de recherche de la petite bête et ce sens de l’analyse et de la réflexion (suivre des raisonnements hypothético-déductifs, le pied !). Où comment créer l’une des séries d’investigation les plus innovantes, les plus intellectuelles et les plus sophistiquées de son temps en balayant du revers toutes les autres pré -existantes à sa création. Bien sûr, quitte à fouiller, fouillons dans les endroits et les situations les plus glauques possibles. La scène de crime crapuleuse est Reine. D’où le côté évidemment voyeur de la série auquel j’adhère, comme presque tout le monde (ce à quoi j’ajoute que la vie est une grande voyeuse elle-même. CSI ne fait qu’imiter la vie qui imite CSI).

La série démontre également qu’il existe un nouveau type de criminel, à savoir quelque un d’ordinaire et d’imprévisible, dont on n’aurait jamais soupçonné le machiavélisme. Du coup, à chaque épisode, pour moi, l’élément de surprise est toujours là, il ne faut jamais se fier aux apparences. Les victimes peuvent vite devenir des suspects. Le nombre de fois, où l’on nous présente des enquêtes inspirés de faits réels dans lesquelles même des enfants peuvent élaborer des crimes, est tout simplement hallucinant !

Ensuite, au-delà des thématiques de la série, c’est son style visuel et sa construction (les reconstitutions des enquêteurs par des retours en arrière) qui ont toujours eu un impact positif sur moi. Je suis persuadée que c’est davantage la forme que le fond, qui est appréciable. Chaque épisode est un mini -film avec quasiment tous les cadrages possibles et inimaginables, typiques du grand écran (panoramique, plan-séquence, zooms…). La beauté de la photographie et les décors urbains ou désertiques entre autres me surprendront toujours. On ne peut pas y être insensibles, quand on aime, comme moi, le décor américain (qui plus est, en semi- pénombre).

Passée la géographie, j’avoue que les contemplations post-mortem dans la salle d’autopsie ont de quoi déstabiliser (ceci dit, ce n’est pas filmé comme du SAW, quoique j’en sais rien en fait) mais, il faut voir cela comme l’aspect didactique de la série. Mine de rien, on apprend beaucoup de choses à chaque épisode et à force, on se surprend à connaître par coeur les principales dénominations techniques. C’est quand même un pari fort ambitieux d’impliquer (intellectuellement) le téléspectateur à ce point.

Enfin, plus que tout, ce qui a un pouvoir indéniablement fédérateur autour de la série, ce sont les enquêteurs multiples et cette bande, la Nerd Squad, à laquelle je me suis profondément attachée depuis toutes ses années. Je ne pourrais évidemment pas faire d’éloges sur tout le monde autrement, je monopoliserais facilement dix pages de ce blog, mais cependant je consens à vous présenter mes favoris.

0000002475_20060919155520Gil Grissom (évidemment !)

La tête de meutes, le bien-pensant, la figure paternelle voire le grand patriarche du show. C’est celui que j’affectionne le plus. Fils unique, solitaire, très introverti, il met une distance entre lui et les personnes qu’il côtoie comme s’il se suffisait à lui-même. La plupart du temps, il ne s’engage pas émotionnellement face aux victimes et reste impassible et circonspect. Ce qui ne veut pas dire qu’il est insensible, mais Grissom, c’est l’art du faux-fuyant. Alors bien sûr, il évolue au fil des saisons, sous l’impulsion de sa relation avec Sara Sidle mais il n’en demeure pas moins l’ovni de l’équipe. C’est aussi un personnage autonome et indépendant, que l’on a volontairement rendu omniscient et je-sais-tout afin qu’il ait un haut pouvoir de séduction. Sans lui, l’équipe n’a pas d’unité et autant de chances de résoudre une affaire, parce que c’est un véritable puits de science (il n’y a qu‘à se rendre compte de ses connaissances en entomologie par exemple). C’est aussi un Oscar Wilde en puissance parce que doué pour les aphorismes ou les bons mots. Rien ne lui échappe non plus. Par contre, lui, il nous échappe tout le long. Son mystère reste entier aux yeux du spectateur et aux yeux de ses collègues.

marg_helgenberger_catherine_willows_csi_photoCatherine Willows

Fille de ses oeuvres, autodidacte accomplie, la figure maternelle de la série. A la différence des autres experts, elle n’a pas suivi le même parcours pour devenir une experte. Ce qui est tout à son honneur. Par conséquent, c’est elle qui selon moi a le plus de mérite au sein de l’équipe et je dois dire que son fort tempérament n’est pas pour me déplaire. Au fil des saisons, elle va évoluer et gravir les « échelons » en débutant d’abord sous la tutelle de Grissom puis en accédant au rang de co-superviseur de l’équipe de nuit. Elle a des conflits plus ou moins houleux avec les hommes de sa vie, notamment son ex-mari Eddie et avec son père, Sam, escroc notoire. Le charme de Catherine est bien sûr maintes et maintes fois mis en avant dans la série puisque nous avons droit à des scènes de flirt effleurés (avec Warrick), poussés voire poussifs avec des hommes rencontrés par hasard (par exemple, avec le personnage de Chris incarné par Nicholas Lea)

0000002481_20060919155538Nick Stokes

Fils de juristes, athlétique, Nick est un personnage présenté, au fil des saisons, comme le plus ouvert de tous, que ce soit au niveau de ses relations avec ses partenaires que vis-à-vis des victimes. C’est lui qui est le plus susceptible d’avoir davantage d’empathie pour elles, compte tenu du traumatisme qu’il a subi, enfant. Au cours des premières saisons, il ne faisait pas partie intégrante de l’équipe de Grissom, c’est sa rencontre avec ce dernier qui va sceller en quelque sorte son destin. Nick voit Grissom comme une source de savoir, c’est la raison pour laquelle, au début, il va constamment se battre pour gagner son approbation, étant donné que le superviseur émet des doutes sur ses qualités d’expert. Au final, Nick Stokes est un personnage profondément attachant, facile à cerner et indispensable à l’équipe. Il va constamment s’affirmer et démontrer davantage son courage au fur et à mesure des saisons et au vue du nombre de fois où il lui arrive de sales coups (je pense au fameux épisode dirigé par Tarantino).

Posté par LullabyBoy à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Les Experts [Suite]

gary_dourdan_leaving_csi

Warrick Brown

Abandonné par son père, enfant, il perd également sa mère et est élevée par sa grand-mère et sa tante. C’est aussi un personnage fort de l’équipe et un personnage qui me tient à coeur parce que de lui, se dégage toujours une ambivalence entre une certaine fougue séduisante et une certaine douceur (il est vraiment doué pour parler aux enfants sans condescendance). Plusieurs fois au cours des saisons, cependant, il accumulera quelques erreurs professionnelles et quelques fautes morales (c’est un joueur invétéré) qui le mettront en péril. Parce que, Warrick, c’est aussi l’ incarnation de la rébellion, le côté moins lisse des experts. Au cours des trois premières saisons, il a des problèmes disciplinaires avec les figures de l’autorité (il aura des relations plus que tendues avec Jim Brass au début). Sa grande amitié avec Nick est la vraie cerise sur le gâteau. Ce qui nous donne droit à de magnifiques démonstrations de solidarité (je pense au nombre de fois que Nick prend parti lorsque Warrick est en difficulté) mais aussi de complicité lors de « compétitions » amicales.

sexylook2Sofia Curtis

Parce qu’elle ne s’entend pas du tout avec Sara Sildle, Sofia est un des personnages féminins de la série qui me plaît le plus et ce, même s’il a été introduit tardivement, en saison 5. L’actrice britannique, Louise Lombard, qui l’incarne est, je trouve, la plus charismatique et la plus ravissante après Marg Hengelberger. Au début, rien ne la prédestinait à devenir une CSI, elle le devient juste par un concours de circonstances. Prise sous la coupe de Grissom, elle suscitera les foudres de Sara Sidle, bien évidemment. Tout comme Greg, Sofia troquera sa blouse de laborantine contre sa tenue d’officier de police bien plus tard. Et dès la saison 7, son personnage fera partie des principaux. Pas pour longtemps (elle sera remplacée en saison 8 par le personnage de Hodges). Elle n’en reste pas moins remarquable par le fait qu’elle n’est, au départ, pas très sûre d’elle et qu’elle va gagner en aplomb et en assurance, grâce à Grissom. Et j’ai aimé cette évolution chez elle.

0000002476_20060919155523Greg Sanders

Elevé par des parents trop protecteurs, il est le spécialiste ADN extraverti et eccentrique, aux coupes de cheveux extravagantes (dans les premières saisons) qui travaille au labo, le geek quoi. Voire même le savant fou. C’est le plus jeune de l’équipe, le plus joueur aussi, ou du moins celui qui au début, a du mal à garder son sérieux, même dans le cadre professionnel. Il est en quelque sorte le comic relief de la situation. Quand les choses sont trop sérieuses, il répond présent et apporte une bonne dose d’humour et d’autodérision. Sa facette la plus sérieuse et plus mature va émerger une fois qu’il va décider de travailler sur le terrain avec Grissom comme professeur (lors de la saison 6), il ne sera alors plus dépeint comme le trublion de la bande. Ce qui est une bonne chose, autrement, je pense que son personnage aurait fini par (me) lasser. 

0000002479_20060919155532Jim Brass

Comme Grissom, Brass est un « loner », un solitaire. Et les deux hommes sont plutôt proches de ce fait. C’est aussi un petit homme grincheux, un brin teigneux et narquois qui apporte une bonne dose de sarcasmes lors des interrogatoires et je dois dire que s’il n’était pas là, ça m’ennuierait gravement. C’est quelque un de déterminé dans sa quête de voir justice rendue. Seulement, il n’est pas qu’une figure inébranlable et dure, il a su démontrer des facettes plus aimables de sa personne. Je pense aux relations et aux discussions très tendues avec sa fille (qui se prostitue) et au moment où il réconforte la femme d’un policier qu’il a accidentellement abattu. Touchant. De plus, sur le terrain, face aux crimes les plus atroces, il est le plus détaché et le plus circonspect de tous. Ce qui renforce cette distance respectueuse qu’il y a entre lui et les forensics.

On suit ces personnages sur un plan professionnel plus que personnel et j’aime ce parti pris de ne pas glisser vers le soap (d’ailleurs la romance Grissom/Sara est merveilleusement discrète). De plus, tous ont un trait de caractère auquel je m’identifie. Tous ont une fêlure passé ou présent, un talon d’Achille (par exemple, Catherine et Sara sont souvent touchées émotionnellement par leurs enquêtes) qui les humanise au lieu de les rendre sur- humains. L’atout supplémentaire du groupe ce sont les tandems mixtes ou pas, qui se forment au gré des épisodes et qui font le succès des enquêtes. Alors, certes, CSI n’est pas une série familiale, mais l’équipe est une vraie famille à l’écran.

cast_mag_ew_01

Si je devais conclure, je dirais que CSI suit toujours une logique implacable avec une mise en scène presque immuable. J’ai même toujours l’impression d’être à chaque fois plongé dans une tragédie, au sens théâtral du terme, avec son unité de lieu, de temps et d’action. Les scènes de crime se suivent mais ne se ressemblent jamais, cependant. Par contre, il y a de bons et de moins bons épisodes, mais jamais d’épisodes complètement ratés.Jamais une série policière n’avait autant abordé le manichéisme social. CSI est une représentation effrayante et moderne des conflits et attaques envers l’ordre social et des affrontements entre des personnages antithétiques. C’est le passage du mensonge à la vérité (ou l’inverse parfois) mais aussi le fait que les épisodes soient des sources de réponses potentielles sur une Amérique violente, qui me passionne dans cette série. En espérant que l’arrivée de Laurence Fishburne ne vienne pas tout gâcher …

Posté par LullabyBoy à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :