25 mars 2014

Warriors [Pilot Script]

20443686

WARRIORS

Drama // 42 minutes

44030376

Ecrit par Chris Keyser (La vie à Cinq, Les Soeurs Reed). Produit par Laurie Zaks (Castle) & Todd Lieberman (La Proposition, Fighter, Clones). Réalisé par Martin Campbell (GoldenEye, Casino Royale, Green Lantern). Pour ABC, ABC Studios & Mandeville Films. 62 pages.

Tory Sterling, psychiatre, revient aux Etats-Unis après avoir passé deux ans en Afghanistan auprès des soldats de l’armée américaine. Traumatisée mais combative, elle retrouve sa famille, ses enfants et son mari, qui ont appris à vivre sans elle, et reprend ses activités au sein de l’hôpital militaire de Washington où les médecins et les infirmières se battent au quotidien pour sauver ceux qui ont tout donné pour défendre leur patrie. Mais comment oublier les horreurs de la guerre quand on en soigne les douleurs physiques et psychiques jour après jour ?

Avec Morena Baccarin (V, Homeland, Firefly), Courtney B. Vance (FlashForward, New York Section Criminelle), Greg Grunberg (Felicity, Alias, Heroes, The Client List), Eloise Mumford (Lone Star, The River, Fifty Shades Of Grey), Justina Machado (Six Feet Under, Missing, Private Practice), Don Hany (East West 101, Serangoon Road), Linda Park (Star Trek Enterprise, Crash), Abbie Cobb (90210, Suburgatory), Toby Levins (Rogue), Steve Kazee...

 

   Alors qu’ABC peut toujours compter sur Grey’s Anatomy dix ans plus tard, la chaîne a parfaitement conscience que le Seattle Grace n’est pas éternel et que les lieux finiront bien par être désertés d’ici une à deux saisons. Il faut donc préparer sa succession. Peut-être que la meilleure solution est de ne pas lancer tout de suite de nouvelles séries médicales, attendre que le public soit en demande. Mais la tentation est forcément grande étant donné que le genre est sous-représenté en ce moment à la télé. Citez une autre série médicale actuellement à l’antenne ? Depuis l’arrêt de Private Practice, il n’y en a pas d’autres, malgré tous les essais  des uns et des autres (Off The Map, A Gifted Man, Emily Owens, Monday Mornings…). Ce n’est pas faute d’avoir tenté des approches différentes pourtant. Quant à Chicago Fire, elle n’en est pas une à proprement parlé. NBC va lancer bientôt The Night Shift, qui se situe, comme Warriors, dans un hôpital militaire. Son destin ne sera a priori pas glorieux. ABC tentera également en fin de saison la psychologique Black Box (Lire la critique) après Grey’s Anatomy, en lieu et place de Scandal. Tandis que CBS développe Only Human, avec une approche familiale, et FOX Red Band Society, du point de vue des (jeunes) patients, est-ce que la commande de Warriors fait sens ?

   A la base, j’aurais eu tendance à dire que oui. L’idée me plaisait bien et la distribution assemblée est relativement solide avec un bon équilibre entre têtes connues et débutants. Mais le script m’a laissé globalement de marbre, à mon grand désarroi. Il manque de souffle, de personnalité. Il commence mollement, là où il y avait moyen de faire quelque chose de percutant, de surprenant. Basiquement, c’est l’héroïne qui débarque à la fête d’école de sa fille après deux ans passés en Afghanistan. Les retrouvailles se font donc sous les applaudissements des parents en délire. C’est trop, mais ça met tout de suite dans le ton un peu niais et ultra patriotique de l’ensemble. De là à lâcher une larme face à des personnages qu’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam : non. Puis on retrouve madame avec son mari, au lit. Elle n’a pas envie. Lui n’attend que ça. C’est amusant quand on fait le parallèle entre le début de Homeland et celui de Warriors, d’autant que Morena Baccarin est impliquée dans les deux cas. On a d’un côté l’émotion sincère et la subtilité et de l’autre l’émotion forcée et la facilité. On ne devrait pas les comparer évidemment. C’est injuste. Mais ça saute tellement aux yeux ! De manière générale, l’héroïne ne m’a pas séduit… jusqu’à ce qu’on apprenne qu’elle a trompé son mari sur le front, avec celui qui est désormais son patron. Elle devient tout à coup moins lisse. Mais il faudra plus que ça pour nous la faire aimer. En plus, elle s’appelle Tory Sterling. Du coup, pendant toute la lecture, j’avais le visage de… Tori Spelling en tête ! Et c’est un visage que l’on n’aime pas avoir en tête aussi longtemps, croyez-moi.

   On ne peut pas dire que la galerie de personnages secondaires soit tellement plus réjouissante. Le point fort : tout ce petit monde habite sur la base militaire et se connaît donc très bien depuis des années. On sent cette proximité qui donne un sentiment de convivialité, de chaleur. Le point faible : ils sont tous fondus dans le même moule, ils sont brillants, courageux, ils ont un grand cœur… Ils sont méga ennuyeux quoi ! Greg Grunberg joue un handicapé qui ne peut plus exercer son métier de chirurgien comme avant depuis qu’il est en fauteuil roulant. Eloise Mumford interprète une interne amoureuse de son patron, le même qui a un passé amoureux avec Tory. Une infirmière en chef entretient une relation secrète avec une de ses collègues, qui refuse catégoriquement de faire son coming-out… tout ça ne sonne pas très neuf. C’est un sous-Grey’s Anatomy, sans l’humour et l’efficacité. Et le fait que toutes les intrigues soient liées à des soldats ou des vétérans, ce qui fait donc l’originalité du projet, risque très vite de se retourner contre lui : les cas vont tourner en rond. Ceux exposés dans le pilote ne sont pas particulièrement marquants. On les a déjà traités dans des sous-intrigues de d’autres séries, médicales ou non, Grey’s en tête avec le personnage d’Owen, ou Brothers & Sisters avec Justin après son retour d’Irak. Le seul avantage dans tout ça : les patients peuvent revenir de manière récurrente puisqu’ils habitent tous à 10 kilomètres à la ronde. Ça permet de faire du feuilletonnant  avec eux aussi bien qu’avec les médecins. Je ne vous ai pas parlé des dialogues encore. Ils sont lourds, clichés. On les a déjà entendus des milliers de fois.

   J’espère sincèrement me tromper sur Warriors, mais je suis persuadé d’au moins une chose : elle ne révolutionnera pas le genre de la série médicale ! Son sujet et sa vision très américano-américaine peut cependant séduire aux Etats-Unis. Elle fait le job. Sans étincelles et sans ambition, certes, mais elle le fait. Parfois, la simplicité paye…


26 janvier 2013

Private Practice [Saison 6]

79658190_o

Saison 6, 13 épisodes (fin de série) // 4 640 000 tlsp.

 44030376_bis


vlcsnap_2012_12_30_11h33m33s88 vlcsnap_2013_01_04_22h09m54s62

   Le parcours de Private Practice est tout de même unique en son genre : contrairement à des Experts et autres NCIS, qui n'ont eu de cesse de partouzer, engendrant des bébés clônés, elle est le fruit d'un accouchement miraculeux. Lorsque la rousse flamboyante Addison Forbes Montgomery est arrivée au Seattle Grace, elle n'était pas très sympathique, elle cassait l'ambiance et il n'était pas question qu'elle reste. Mais son séjour s'est finalement prolongé, Shonda Rhimes sentant qu'il y avait là un personnage à creuser, auquel le public devenait de plus en plus réceptif jusqu'à sincèrement s'y attacher. Et Kate Walsh avait tout d'une star, ses perfomances dépassant les espérances. Le succès de Grey's Anatomy étant ce qu'il était, ABC a suggéré l'idée de la décliner avec un spin-off, des dollars plein les yeux. La créatrice est arrivée avec l'idée de ce cabinet spécialisé dans la fertilité, loin de la pluie battante de Seattle mais sous le soleil éclatant de L.A., où tout le monde coucherait, évidemment, avec tout le monde. Parce que la patte Shonda, c'est d'abord ça. Le double épisode backdoor pilot introduit en fin de saison 3 en a laissé plus d'un perplexe. Mon amour pour Addison était tel que j'y ai vu personnellement quelques maladresses, mais surtout beaucoup de potentiel. Je me souviens avoir pensé très fort à Ally McBeal à l'époque. Il y avait un peu de cela dans les rapports humains et l'excentricité. Car oui, on ne s'en souvient pas forcément après six saisons de drames intenses et de larmes, mais Private Practice à la base, c'était léger, décomplexé et l'ascenseur parlait ! Je ne me suis jamais remis de sa disparition dès le premier épisode de la saison 1 d'ailleurs. Jamais. J'attendais même un clin d'oeil dans le final, mais il n'est pas venu. Toujours est-il que la série s'est muée rapidement en un show plus adulte, plus sérieux, et qu'à partir de la saison 2, elle s'est assumée comme un soap mélodramatique larmoyant, usant de grosses ficelles pour nous toucher, quitte à enchaîner les tragédies et faire de ses héros des guerriers. Parmi les événements les plus marquants qui auraient dû les pousser au suicide collectif : le vol du bébé de Violet à même son ventre; la mort soudaine mais héroïque de Dell, laissant sa fille orpheline puisque sa mère avait ouvert le gaz quelques épisodes plus tôt; le viol de Charlotte, bien entendu, qui reste l'un des moments de télévision les plus forts qu'il m'ait été donné de voir, j'en tremble encore; et la mort de Pete en début de saison 6, qui n'a eu d'intérêt que pour son impact sur Violet puisque son absence n'a absolument rien changé à la dynamique de groupe. Et Addison dans tout ça ? Plus les saisons ont passé, moins elle a été au centre des intrigues, comme si les scénaristes s'étaient rendu compte qu'ils n'avaient plus tant de choses à dire sur elle, ou bien que les autres personnages méritaient une place plus importante. Private Practice est devenue un véritable ensemble show, et en a tiré beaucoup de force. 

   C'est sans doute en partant de ce constat simple que la dernière saison a été articulée. Après un Season Premiere offrant des séquences à chacun des héros, les épisodes suivants se sont concentrés plus particulièrement sur chacun d'entre eux, un à un, avec quelques distorsions temporelles à la clé, parfois perturbantes mais nécessaires. Il y a eu de bonnes idées, mais tous n'ont pas été réussis. Je pense tout particulièrement à The Next Episode, dans lequel Sam -l'ennuyeux Sam- était la star d'un pilote de télé-réalité. Le format était original, mais le résultat n'était pas du tout à la hauteur. Et c'est d'autant plus dommage que l'excellente Alfre Woodward était présente en guest dans le rôle de la mère de Sam. Elle méritait mieux que ces scènes téléphonées où l'émotion était trop forcée pour passer. C'est peut-être à cause de cet épisode que j'ai ensuite eu beaucoup de mal à supporter Sam, jusqu'à finalement reconsidérer qu'il ne fallait surtout pas qu'Addison le choisisse lui in the end ! L'épisode de Violet, Mourning Sickness, était perturbant mais fun. Toute la bande a fini l'enterrement de Pete dans une baignoire, à fumer des pétards. Même l'épisode de Jake, qui n'est pas un personnage que je porte particulièrement dans mon coeur tant la perfection qu'il est censé représenter m'angoisse, m'a plu. Les quelques scènes avec sa femme morte étaient poignantes. Celui de Cooper était vraiment amusant. Il commentait l'action, pendant que Charlotte partait dans ses grands délires, sa grossesse étant une mine d'or pour les auteurs. Pourtant, son épisode à elle, Georgia On My Mind, m'a un peu déçu. J'ai beau adorer le personnage -c'est certainement celui qui me manquera le plus- ils ont vraiment trop forcé le trait sur ce coup-là. Elle était vraiment insupportable sur son lit d'hôpital ! Les petites scènes dansées formaient un bonus sympathique. Le Good Grief consacré à Addison était intéressant puisqu'il y était question de la mort de Mark Sloane et comment la nouvelle a été reçue par l'héroïne. J'ai beaucoup regretté que Patrick Dempsey ne fasse pas le voyage jusqu'à Los Angeles à cette occasion, mais je suis à peu près sûr qu'on l'a proposé à l'acteur et qu'il a refusé, parce que c'est une grosse feignasse. Déjà, quand sa soeur Amelia était au plus mal, Derek n'a pas bougé le petit doigt. Et ça ne ressemble pas à Shonda de ne pas le faire intervenir... En parlant d'Amelia, j'ai adoré son épisode Good Fries Are Hard To Come By. Tout était complètement prévisible vis à vis de sa relation avec James (Matt Long), un personnage qui n'a été introduit que pour elle et ça se voyait beaucoup, mais le quasi huis clos a vraiment fait son effet. Ils étaient super mignons tous les deux, super touchants. J'aurais presque envie que Shonda nous les colle dans Grey's Anatomy, mais je crois que je le regretterais vite. 

vlcsnap_2012_10_12_22h17m22s224 vlcsnap_2012_10_13_00h31m05s69

   Malgré cette narration particulière tout au long de la saison 6, il s'est dégagé quelques grandes intrigues plus ou moins fortes, développées sur la longueur. Il y a d'abord eu le cancer de Sheldon, que je n'ai pas trouvé très bien traité, mais c'est sans doute parce que je ne peux pas m'empêcher de comparer avec Parenthood qui a eu son équivalent cette année et qui a fait ça très très bien. Et puis aussi parce que c'était un grand manque d'inspiration que de coller au personnage une telle histoire. Les scénaristes n'ont jamais vraiment su quoi faire de lui. Du coup, on ne s'est jamais impliqué émotionnellement dans ses aventures, notamment avec son ex-femme fantôme, finalement rencontré mais sans intérêt. Sa relation avec une autre malade a permis de sauver un peu ses scènes sur la fin, mais cétait très classique. Sheldon a aussi été au centre d'une  storyline "polémique" avec son patient pédophile. Private a toujours aimé aborder ce genre de sujets épineux, sans donner de leçon. C'était encore une fois très intéressant.  Le deuil de Violet a souvent été abordé en filigrane. Mais il était surtout question de reconstruction, de redonner un sens à sa vie, ce qu'elle a fini par trouver dans l'écriture. C'était mignon de terminer la série par un débat sur le titre de son livre... Private Practice. Jolie idée. Et puis c'était super de suivre sa dernière patiente, dont le cas était très significatif. Elle la suivait depuis 5 ans, mais la jeune femme était désormais fin prête à affronter le monde, à goûter à la vie. Cela ne pouvait que résonner en Violet. En plus, elle était interprétée par l'excellente Sarah Ramos de Parenthood. C'était "amusant" de la voir presque dans le rôle de son frère dans la série de NBC. Il y avait en tout cas des similitudes dans le comportement. La seule chose que je trouve dommage, c'est que ce ne soit pas une patiente que l'on ait rencontré avant. Elle sortait un peu de nulle part. Les triplés de Cooper et Charlotte ont aussi beaucoup fait parler. Je suis ultra fan de ce couple, j'ai donc pris mon pied à les voir se chamailler une dernière fois. Ils forment au bout du compte une superbe famille, très moderne. Le retour de Naomi dans le final m'a fait plaisir, je me suis rendu compte qu'elle avait quand même manqué à la série. Les auteurs sont allés vers la facilité en la recasant avec Sam, mais c'était une évidence à laquelle ils ne pouvaient pas échapper compte tenu du fait qu'il était hors de question de le remettre avec Addison. Je n'en retire ni satisfaction ni déception en somme. Je me souviendrais juste de la séparation avec Stephanie, qui était bien plus émouvante que prévu. C'était quand même assez étrange de mettre à ce point en avant le couple Sam/Naomi dans le dernier épisode. Addison était trop en retrait à mon goût...

    L'héroïne termine cependant la série sur la note positive qu'elle méritait. C'eut été un sacré constat d'échec que de la voir finir célibataire. Mère, certes, mais célibataire quand même. J'ai appris à accepter Jake au fur et à mesure de la saison. De toute façon, un peu comme un grand frère protecteur, je crois qu'aucun homme n'aurait trouvé grâce à mes yeux. Alors ce sera Jake. L'arrivée de Henry au sein de son foyer et son combat pour le garder, que ce soit face à la mère biologique ou face aux autorités, n'a pas toujours eu la force que j'attendais, mais c'était plaisant à suivre, émouvant parfois. Je me souviens tout particulièrement de l'histoire de son mentor mourant, qui n'avait jamais rencontré la fille qu'elle avait abandonné à sa naissance. Le parallèle n'était pas subtile pour deux sous, mais ça a super bien fonctionné quand même. J'ai versé ma larme. Qu'adviendra-t-il désormais d'Addison ? La retrouvera-t-on un jour au Seattle Grace ? J'imagine que la tentation sera grande pour Shonda, mais doit-elle résister ? Je suis partagé. J'ai toujours dit que je voulais qu'elle revienne dans Grey's Anatomy à terme. Qu'elle devienne même Chief de l'hôpital. J'adorerais ça. Mais maintenant que j'ai vu la fin de Private Practice, cela ne me semblerait pas logique du tout. Addison a changé, elle n'aspire plus aux mêmes choses. Elle a revu ses ambitions à la baisse pour se concentrer sur sa famille et son époux. Revenir à Seattle, ce serait prendre le risque de tout faire voler en éclat, vu tout ce qu'il s'y passe. Ce serait un retour en arrière pour elle. Mais n'est-ce pas ça la vie en même temps ? Avancer, se cogner, reculer et repartir de plus belle ? La vie ne s'arrête jamais sur une photo de mariage. Elle continue et ne reste pas belle et heureuse à l'infini... J'espère de tout coeur revoir Addison un jour. Elle va me manquer. Avec elle, j'ai appris que faire des erreurs, c'est aussi grandir. 

vlcsnap_2013_01_05_01h43m07s242 vlcsnap_2013_01_26_11h06m54s129


 

   // Bilan // L'ultime saison de Private Practice n'était certainement pas la meilleure, mais elle s'est bien défendue. Ce n'était pas la saison de trop, comme on pouvait le craindre. Elle a pris le temps de faire ses adieux à chacun des héros et leur a offert à tous un happy end. Et on ne peut pas s'en plaindre : ils en ont tellement bavé pendant toutes ces années ! La vie va continuer sans nous à l'Oceanside. On est heureux de les laisser s'en aller, mais comme toujours lorsqu'une série que l'on a aimé s'arrête, il y a aussi une pointe de tristesse et de nostalgie. In which we never stopped loving Addison. 

 

// Bonus // La formidable scène "I Don't Feel Like Dancing" ! 

02 octobre 2012

Private Practice [6x 01]

vlcsnap_2012_10_01_12h02m38s127

Aftershock (Season Premiere) // 6 450 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2012_10_01_11h48m02s64 vlcsnap_2012_10_01_12h02m34s80

   Pour son 6ème (et dernier ?) retour à l'antenne, Private Practice a choisi de surprendre en déployant une structure  d'épisode inhabituelle, chaque personnage obtenant son morceau à lui, le tout rythmé par un cas médical qui touchait chacun d'entre eux d'une manière ou d'une autre, de près ou de loin. Les scénaristes ont parfaitement su mener à bien cette entreprise casse-gueule et aucune partie n'était plus faible qu'une autre. Cela leur a même permis de ménager le suspense sur certaines questions. Mais je m'interroge tout de même sur le but de l'opération. Est-ce une façon de dire : Addison n'est plus l'unique star du show -ce que l'on a pourtant bien compris depuis longtemps- et si on veut continuer sans elle, on le peut ! On a en effet appris pendant l'été que Kate Walsh souhaitait stopper sa participation à la série au terme des 13 épisodes commandés. En cas de renouvellement pour une saison complète, elle quitterait donc l'Oceanside. Chose totalement impensable pour moi, quoique l'on veuille nous faire croire. 

   Violet. C'est avec elle que l'épisode commence et se termine et c'est visiblement sur elle que les auteurs ont décidé de miser en ce début de saison. Je ne suis pas contre. Je l'ai toujours beaucoup aimé. Je me faisais une joie de la voir devenir une femme de prisonnier ! Je trouvais l'idée intéressante et pas si courante. Manque de pot, Shonda Rhimes s'est supposément brouillée avec Tim Daly -qui n'a pas été très malin il faut dire et a déclaré dans une interview que ce job était plus alimentaire qu'autre chose et que si ça devait s'arrêter demain, il n'en serait pas peiné !- du coup Pete ne part pas en prison : il meurt ! Oui, encore un mort dans la série (et je ne compte pas ceux de Grey's Anatomy). Y'a un moment où trop c'est trop. Je n'aimais pas le personnage mais j'aurais préféré qu'il obtienne une "fin" plus originale. Cela dit, l'annonce de Violet à Cooper était originale ! Jusqu'au bout, on ne savait pas bien ce qui lui était vraiment arrivé...

    Addison. Elle a donc choisi Jake. C'est trop bête. Vraiment trop bête. Mais ce n'est pas étonnant : si elle doit terminer la série avec quelqu'un -et le contraire serait étonnant- ce sera avec Sam. C'est en tout cas ce que la logique voudrait. Il faut donc trouver un moyen de rallonger la chose. Jake sert ainsi de passerelle. Addison s'invente des probèmes : Jake serait trop parfait... C'est sans doute vrai. Et c'est certainement pour ça que je le trouve si ennuyeux. J'espère que ses intrigues d'ici à l'épisode 13 ne se résumeront pas à lui. Elle vaut mieux que ça...

vlcsnap_2012_10_01_11h33m55s50 vlcsnap_2012_10_01_11h30m53s16

   Cooper & Charlotte. Pas de répit pour la petite famille ! Voilà que Charlotte est enceinte... de triplés ! Combien va-t-elle en perdre ? Vu que sa grossesse est risquée, tout porte à croire que les complications seront nombreuses et douloureuses. Les réactions de Cooper m'ont beaucoup amusé en tout cas. Il est si fier de ses spermatozoïdes ! Charlotte est restée fidèle à elle-même, avec sa grosse carapace de fille dure et autoritaire. Quand elle aura ses bébés dans les bras, elle sera la plus heureuse des femmes, il n'y a pas de doute. 

   Sam. Monsieur a une nouvelle copine, l'infirmière Stephanie, incarnée par Justina Machado. La rebound girl en somme. Elle a l'air tout à fait sympathique mais je me réserve mon jugement pour plus tard, quand on aura mieux appris à la connaître. Physiquement en tout cas, je ne trouve pas qu'ils aillent très bien ensemble. Moralement, le coeur de Sam est toujours occupé par Addison. Il n'a pas besoin de l'exprimer pour qu'on le comprenne. Il est en juste en train de se persuader qu'il est heureux et que tout va bien... 

   Amelia & Sheldon. La jeune femme fête sa première année de sobriété. On est content pour elle. Après toutes les épreuves qu'elle a traversé, c'est un véritable exploit. On se demande quand même à quel moment et comment les choses vont se compliquer pour elle. Le peu de choses qui arrive à Sheldon se déroule toujours hors-écran. C'est extrêmement frustrant. Il entretient une relation particulière avec son ex-femme, mais on ne la voit encore pas. Et là, c'est le drame. On nous sort une maladie de nulle part pour monsieur ! Vu sa position dans le bureau de Sam, on peut en déduire qu'il s'agit d'un cancer du colon. Super... Un futur mort de plus à l'Oceanside ? Ils auraient pu trouver mieux pour lui, vraiment. Je sais qu'il n'a jamais vraiment inspiré les scénaristes mais bon...

vlcsnap_2012_10_01_12h09m50s94 vlcsnap_2012_10_01_11h31m28s108


// Bilan // Malgré un Season Premiere riche et bien construit, j'ai toutes les peines du monde à trouver encore un véritable intérêt à Private Practice. Cette saison 6 bonus ressemble à la saison de trop. On nous rajoute une couche de drames en tout genres qui n'étaient pas nécessaires. Enfin il fallait bien raconter quelque chose...

28 janvier 2012

Desperate Housewives [8x 12]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

What's The Good Of Being Good // 7 480 000 tlsp.

44030375_p


vlcsnap_2012_01_28_13h09m27s56 vlcsnap_2012_01_28_13h08m49s189

   En référence au titre de cet épisode, j'ai envie de dire : What's The Point Of Being Bad? Les scénaristes de Desperate Housewives sont-ils en train d'essayer de nous prouver que, s'ils le veulent, ils peuvent être mauvais jusqu'au bout ? Ils se donnent clairement du mal ! C'est lorsque je me suis rendu compte que le seul truc qui m'avait vraiment fait rire  était la coupe afro de Renee le temps d'une scène, que j'ai compris que cet épisode, malgré Bree, était aussi mauvais que le précédent. Et j'ai aussi compris pourquoi il avait été programmé face à une rencontre sportive de la plus haute importance : la direction d'ABC souhaitait que le moins de téléspectateurs possibles tombent dessus !

   Quand on y pense, c'est quand même dingue que ce soit Bree, clairement la femme la plus intelligente du groupe de voisines, qui soit exclue. Pourquoi ne pas réserver ce traitement à Susan ? J'étais vraiment très en colère contre elle suite à son trip de la semaine dernière ô combien ridicule et inapproprié, mais je crois que je le suis encore plus contre Gaby qui ne lui en veut même pas d'avoir causé tout ce remu-ménage censé soulager sa conscience si coupable. Toute l'intrigue part d'une mauvaise idée et tout son déroulement est bien trop rapide pour la rendre un tant soit peu touchante et crédible. Je sais que le mot "crédible" n'est pas adapté à Desperate et ne l'a jamais été (et ce n'est pas nécessairement un problème) mais quand on parle d'attouchements sexuels et même de viols, je sais pas... on essaye de le faire de manière plus subtile. Là, peut-être qu'on aurait été aussi bouleversés que la femme d'Alejandro, interprétée avec talent par Justina Machado. Mais elle passe si facilement de l'hystérie aux larmes, et elle comprend tout tellement vite... Du coup, Gaby passe presque au second plan. De cette manière, au moins, Eva Longoria parvient à composer une prestation convaincante. 

   Lynette n'est pas la dernière des idiotes et pourtant, cela fait 12 épisodes qu'elle en vient encore et toujours à la même conclusion : elle a été une super bitch control freak avec Tom pendant toutes ces années de mariage et n'importe qui ne l'aurait pas supportée aussi longtemps ! On croit à chaque fois qu'elle a appris sa leçon et qu'elle est prête à évoluer mais non. Cette semaine encore, on pensait qu'elle allait peut-être enfin rencontrer un gentil monsieur avec qui elle se sentirait prête à passer du bon temps, au moins pour le fun, mais c'était trop demandé. Elles les a juste faits fuir un par un. Et oui, un peu plus tôt dans la saison, on avait eu une intrigue similaire sauf que c'est elle qui se rendait compte à la fin qu'elle n'était pas encore prête... C'est dire si les auteurs tournent autour du pot en attendant de réunir les Scavo pour de bon. On ne connaîtra donc jamais, même l'espace de quelques épisodes, une autre Lynette. C'est triste... 

   En revanche, c'est un sans faute pour Bree qui se lâche comme jamais ! Cet épisode est la suite logique du précédent, quitte à être un peu redondant sur les bords mais en mieux : c'est vraiment trop bon de voir Marcia Cross enchaîner les conquètes et leur demander de quitter les lieux aussitôt. On sent que l'actrice s'éclate comme jamais et bon sang, elle est absolument splendide ! La présence du Révérend Sikes nous rappelle combien le personnage a évolué au fil des années jusqu'à ce point où elle ne s'embarrasse même plus de sa bienséance et politesse habituelles. Même quand elle organisait les pires stratagèmes, elle faisait en sorte de ne pas se salir les mains. Désormais, ça ne lui importe plus. Elle veut juste vivre, s'amuser... Edie aurait été tellement fière d'elle ! A la place, on peut dire que Renee l'est. Les quelques interventions de Mrs McCluskey étaient amusantes aussi. Et au sujet de Renee, je suis content qu'elle ne soit pas qu'une machine à vannes ces temps-ci mais son intrigue avec Ben est tellement ennuyeuse et inintéressante... 

vlcsnap_2012_01_28_13h08m05s5 vlcsnap_2012_01_28_13h09m16s206


// Bilan // Vite vu, vite oublié ! Encore un épisode de Desperate Housewives qui n'est pas à la hauteur de l'idée que l'on se fait légitimement d'une dernière saison...

08 octobre 2009

Three Rivers [Pilot]

19170837_w434_h_q80

Place Of Life // 8 97o ooo tlsp.

44030375_p

What About ?

Les transplantations d'organe, selon les points de vue des différents protagonistes concernés : le médecin, le donneur et le receveur.

Who's Who ?

Après l'échec de Moonlight il y a deux ans, Alex O'Loughlin est de retour dans un rôle principal, celui du médecin le plus brillant de l'hôpital Three Rivers, voire même des Etats-Unis en matière de transplantation. Vu comme c'est parti, il va avoir droit à une deuxième série annulée. Il est accompagné d'Alfre Woodward, dont on se souvient forcément comme de l'inutile Betty AppleWhite de la saison 2 de Desperate Housewives, de Katherine Moennig, la masculine Shane de The L Word, et de Daniel Henney, vu (ou pas) dans diverses productions coréennes. Certains auront également reconnu Justina Machado, la femme de Federico dans Six Feet Under. A ce casting régulier s'ajoutent divers guests selon les épisodes.

So What ?

       Techniquement, ce pilote n'en est pas un ! CBS a considéré que le second épisode de Three Rivers était plus percutant que le premier. Elle a donc choisi d'inverser l'ordre de diffusion. Comme quoi, il n'y a pas que TF1 qui fait n'importe quoi avec ses séries ! C'est sans doute pour cette raison que cet épisode ne ressemble en rien à un pilote puisque les personnages principaux ne nous sont pas présentés. On entre tout de suite dans le vif de sujet, comme si le lieu où l'on se trouvait nous était déjà connu et comme si les protagonistes étaient de bons vieux potes. Autant le dire toute de suite : pas un seul d'entre eux n'est attachant, à part peut-être le Dr Miranda Foster qui a un certain potentiel. Il faut dire que c'est la seule dont on nous dévoile un pan de la vie personnelle. Cependant, j'ai eu du mal à ne pas voir Shane en ce personnage. Hormis la coupe de cheveux, Katherine Moennig aurait pu faire un petit effort. Sa démarche de camionneuse et sa voix hyper grave m'ont un peu gênés. Quant à Alex O'Loughin, il a énormément de charme, y'a pas de doute là-dessus. C'est un peu dommage de ne miser que sur ça. Son personnage est fade, et celui de Alfre Woodward trop froid, trop distant. Daniel Henney est censé apporter une touche humoristique, il ne m'a pas du tout fait rire. Et puis l'infirmière est inutile, comme toutes les infirmières des séries médicales. En réalité, ce sont des personnages à la CSI ou à la NCIS : ils sont interchangeables et leurs intrigues personnelles ne sont là que pour combler les trous entre deux enquêtes/cas médicaux. Ca manque cruellement de profondeur.

Parce que l'on est sur CBS, Three Rivers adopte une forme très procédurière et pas tellement feuilletonnante. On nous expose en début d'épisode les personnages malades, comme l'on nous exposerait un crime, puis on déroule ensuite les intrigues de façon à ce qu'elles se croisent au cours de l'épisode pour se résoudre enfin entre elles. Cette structure risque d'être très répétitive et peu d'évolutions sont possibles. Le concept est intéressant, celui d'adopter trois points de vue différents, mais il est très limité. En même temps, ça n'a jamais gêné les 20 millions de téléspectateurs des Experts alors... L'émotion a beaucoup de mal à passer et l'aspect très moderne de l'hôpital de la série n'aide pas. Il y a des écrans plasma partout. Les radios high-tech et les dialogues par ordinateurs interposés entraînent un manque total d'authenticité. Cet hôpital n'est pas réel. Et puis pour couronner le tout, ça dégouline de bons sentiments et de musiques mièvres.

En bref, Three Rivers est d'un ennui mortel. Elle manque de rythme, de simplicité, d'humour et de personnages intéressants. C'est un peu "Les Anges du Bonheur transplantent des coeurs". On s'en passera aisément, d'autant que son annulation semble inévitable à moins d'un miracle !