23 décembre 2010

Cougar Town [2x 02 à 2x 10]

dnes_season4_cougar_miniban

19519095_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20101001_050240

44030377


vlcsnap_121986 vlcsnap_67385

   On ne dirait pas comme ça mais Cougar Town est une sitcom difficile d'accès. Elle ne s'adresse pas aux esprits faibles et aux paresseux. Le téléspectateur lambda serait naturellement tenté de ne plus jamais suivre la série après en avoir vu un épisode, surtout s'il s'agit d'un des tous premiers de la série. Vu la courbe descendante des audiences, on peut d'ailleurs en tirer quelques conclusions sur le public américain, mais ce n'est pas le sujet... Voilà la marche à suivre pour apprécier Cougar Town à sa juste valeur :

   Leçon N°1 : ne regardez pas un seul épisode. Aussi curieux que cela puisse paraître, et c'est un conseil que je donne rarement, Cougar Town s'apprécie par paquets de trois voire quatre épisodes ! Il faut un petit temps d'adaptation avant de se sentir vraiment à l'aise avec cette bande de fainéants alcooliques. C'est une question de rythme aussi. Celui de cette sitcom est particulier avec beaucoup de vignettes, souvent courtes, régulièrement des passages "clipés" et parfois jusqu'à quatre intrigues différentes traitées en parallèle. Pas facile de s'y habituer quand on est un fidèle des sitcoms dites classiques.

   Leçon N°2 : Fermez les yeux dès que le personnage de Bobby incarné par Brian Van Holt apparaît à l'écran. Il est le boulet ultime, celui qui casse l'ambiance quand il entre dans une pièce, celui qu'on aimerait assommer à coup de poêle. En clair, c'est le débile profond censé nous faire marrer mais qui ne provoque chez nous que pitié. Et si sa présence ne gâche heureusement pas tout, c'est bien parce que les scénaristes l'utilisent de moins en moins. Le bon point, c'est que quand il lui arrive d'être drôle au détour d'une petite réplique ou touchant, ça fait tout de suite beaucoup d'effet tant c'est surprenant. Tristement, son fils, Travis, lui ressemble de plus en plus. Mais grâce à son départ à l'université (à 20 minutes de chez sa mère), les scénaristes ont trouvé un bon moyen de renouveler ses intrigues dans un décor un peu différent. L'ado ne m'agace plus trop, même si on aurait pu lui trouver une copine un peu moins "ravissante idiote".   

vlcsnap_153998 vlcsnap_68948

   Leçon N°3 : levez votre verre ! C'est presque une philosophie de vie made in ABC dont se moque constamment le show : les personnages boivent -du vin rouge- à longueur de journée et ne font quasiment rien d'autre. Ils ne bossent jamais, une critique à laquelle les producteurs répondent en intro de l'épisode 10 où les personnages expliquent tout simplement que leurs vies professionnelles sont bien trop monotones pour en parler. C'est devenu petit à petit un gimmick, vraiment très drôle, avec en apothéose une scène hilarante tout en ralenti où Jules est en extase totale avec son Big Joe, qui sera plus tard remplacé par Big Carl. Absurde et déjanté. Un peu osé aussi au fond car après un épisode de la série, on a juste envie de boire. On boit aussi beaucoup dans Brothers & Sisters ou Private Practice mais c'est plus discret. 

   Leçon N°4 : faites attention aux génériques ! Bill Lawrence est facétieux, les clins d'oeils sont nombreux (sympa la venue de Zach Braff de Scrubs via une application iPhone - autre gimmick excellent). J'aime le recul qu'il a sur son propre travail et sa capacité à rire même de ses erreurs parmi lesquelles, le titre original et le remaniement de la série en cours de route qui l'a rendu obsolète. On a donc droit à chaque générique à un sous-titre très inspiré dont je vous dresse la liste : "Badly Titled Cougar Town", "Not what the show is", "100% Cougar Free", "Titles Are Hard", "Modern Cougar Town", "It's okay to watch a show called Cougar Town", "Regretfully we give you Cougar Town", "All I Want For Christmas is a new tittle".

   Leçon N°5 : Sortez les mouchoirs ! Bien qu'il y ait eu au cours de la saison 1, surtout vers la fin, quelques jolis moments d'émotion dans la série tournant autour du thème de l'amitié, la saison 2 réussit à deux reprises à être hyper émouvante et je m'attendais à tout sauf à ça ! Il y a d'abord la venue du père de Jules à l'occasion d'Halloween qui se termine dans les larmes avec un très bel échange. C'est l'occasion en plus pour Courteney Cox de prouver qu'elle n'a pas qu'un talent pour la comédie pure. Elle sait pleurer et toucher et ça n'a pas souvent été exploité dans Friends. L'autre beau moment a lieu lors de l'épisode spécial Thanksgiving (les épisodes spéciaux réussissent à la série visiblement) lorsque Jules et Grayson s'avouent leurs sentiments réciproques avec difficulté. Qui aurait cru Cougar Town capable de ça ?   

vlcsnap_210063 vlcsnap_23791


// Bilan // Cougar Town, à l'image du vin que les personnages s'enfilent à longueur d'épisodes, se bonnifie avec le temps. Je ne sais pas si c'est sa médiocrité de départ qui donne du coup cette impression d'excellence en ce début de saison 2 mais je prends beaucoup de plaisir à suivre la série désormais et c'est inespéré. Elle n'a pas la finesse de Modern Family ni l'efficacité de The Middle mais elle n'a plus à rougir de ce qu'elle est. Elle s'est forgée une belle idendité et les personnages sont tous -ou presque- devenus attachants à leur façon tout en sortant un peu du cliché auquel ils appartenaient initialement. Mention spéciale à Ellie, la plus tordante et la plus cruelle, et à Grayson, dont les mimiques m'amusent énormément. Chapeau également à Courteney Cox qui a accepté de ne plus être la star de la série mais de partager son temps d'antenne et le non-succès avec les autres ! 


05 juin 2010

Cougar Town [Saison 1 - Episodes 14 à 23]

dnes_season4_cougar_miniban

Saison 1 // 7 o1o ooo tlsp en moyenne.

44030376


117061_D_0039_ful

   Que les choses soient claires : non, vous n'êtes pas dans une dimension parallèle ! Si vous avez lu mes critiques sur Cougar Town en début de saison, vous savez que je ne porte pas la sitcom dans mon coeur et qu'elle m'a déçu à bien des niveaux : un thème sulfureux à peine exploité, une Courteney Cox navrante entourée d'une bande d'hystériques pas drôles, un ton vascillant entre le potache et le médiocre... Bref, je n'ai pas été tendre et je ne regrette pas une seule seconde mes reviews. Elles étaient le reflet parfait de ce que j'ai ressenti en visionnant les épisodes. J'ai lâchement laissé tomber la série après l'épisode 13, un des pires à mes yeux, si ce n'est le pire. J'avais promis de regarder les épisodes suivants et de faire un bilan en fin de saison. Nous y sommes et vous risquez d'être surpris...

   Le fait est que Cougar Town a énormément évolué à partir de l'épisode 14. La mutation s'est faite en douceur et elle est globalement réussie ! On est passé d'une sitcom qui se voulait gentiment trashy en voguant sur la mode des cougars à une série de potes pas banale. Les personnages n'ont pas tellement changé pourtant. Jules n'est plus aussi hystérique et a laissé tomber son obsession du jeunisme, ce qui la rend nettement plus sympathique. Cela dit, il y a encore pas mal de boulot à faire avant qu'elle ne devienne attachante. Courteney Cox a réussi à faire oublier Monica Geller/Bing mais Jules ne sera jamais à la hauteur et c'est surtout ça le gros problème. Son fils, joué par Dan Byrd, a toujours un petit coté super agaçant qui donne envie de lui foutre des claques mais il ne se contente plus de passer dans une pièce en lançant une pique cynique, il reste, intéragit avec tout le monde et il a même une copine, ce qui nous a offert quelques bons moments de comédie. C'est l'amour qui a aussi sauvé Laurie (Busy Phillips). Elle n'est plus seulement la fille facile et idiote. Elle est un peu plus que ça. Les mimiques de l'actrice suffisent à la rendre sympathique. Son duo avec Ellie, qui a toujours été un point fort de la série depuis le début, est toujours aussi efficace, d'autant qu'il est utilisé avec parcimonie. Andy est toujours un sidekick amusant même si les gags le concernant sont souvent très faciles. Le plus gros miracle, on le doit au personnage de Bobby. Je le détestais dans les premiers épisodes. C'est peu de le dire. Son imbécilité chronique m'horripilait. En jouant sur son coté sensible et en réduisant sa part de stupidité, il est devenu peu à peu un grand enfant attachant. Il était même assez émouvant dans l'épisode où il découvre que Jules et Grayson sont ensemble. Ah, justement...

   Il a également été décidé de ne plus tourner autour du pot : Jules et Grayson se plaisent réciproquement depuis des années, ils ont le même âge, ils sont célibataires... on les met ensemble ! Et adviendra que pourra. Alors bien-sûr, les scénaristes grillent ainsi une cartouche précieuse mais il vaut mieux la sortir maintenant que d'attendre que la série finisse par être annulée. De toute façon, il ne faut pas se faire d'illusions, Cougar Town ne durera pas dix ans ! Si elle obtient une troisième saison, elle aura déjà de la chance. Donc autant utiliser ce duo super efficace maintenant ! L'alchimie entre Courteney Cox et Josh Hopkins est parfaite, et ce dernier se révèle être un excellent acteur de comédie. Qui l'eut cru ? Il n'a jamais vraiment eu de rôles drôles auparavant. Ses petites chansons sont devenues un gag récurrent et ça me plaît assez. Ca contribue à "l'esprit de famille" du groupe. Ils ne bossent jamais, ils passent leur temps ensemble, ils boivent comme des trous, ce sont des parents indignes et c'est ce qui fait leur originalité au final ! La série s'est transformée en sitcom familiale, sûrement à la demande d'ABC puisque c'est le thème des deux autres sitcoms de la soirée (The Middle et Modern Family), et ça lui va bien. Elle est encore loin de la perfection cela dit. 


// Bilan // Après avoir découvert la suite de la saison 1 de Cougar Town, j'ai compris pourquoi ABC l'avait renouvelée les yeux fermés, quitte à le regretter plus tard : parce qu'elle est devenue bonne ! C'est aussi simple que ça. Il aura quand même fallu 13 épisodes de rodage, c'est beaucoup, mais le résultat est bluffant. Rares sont les séries qui se relèvent de la sorte. Je ne suis pas accro pour autant mais je suivrais la saison 2 avec plaisir je pense. Je conseille à ceux qui l'avaient abandonnée comme moi de la reprendre et à ceux qui seraient intéressés de la commencer à partir du 14ème épisode. Bon, maintenant, il va sérieusement falloir penser à changer le titre de la série par contre. Paraît que Bill Lawrence et Courteney Cox ne sont pas contre...   

12 décembre 2009

Cougar Town [1x 10]

dnes_season4_cougar_miniban

Mystery Man // 7 o1o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_137699

   Tiens, je me suis surpris à trouver Scott Foley charmant et pas mauvais dans la comédie. Dans mon souvenir, son jeu était un peu plat dans Felicity et son personnage franchement chiant à la longue. Je ne l'ai pas vu dans The Unit car cette série ne mérite même pas que l'on y jette un rapide coup d'oeil et je n'ai pas eu non plus la chance de le voir dans Scrubs. En gros, j'ai redécouvert cet acteur et il ne m'a pas déplu. Et puis il a un rôle intéressant. Pour une fois, Jules ne va pas se taper un éphèbe idiot. Peut-être que ce Jeff saura calmer son hystérie maladive parce que perso, j'en peux plus. Je commence même à en vouloir à Courteney Cox. Je lui laissais le bénéfice du doute jusqu'ici mais ma patience n'est pas infinie. Elle en fait des caisses et c'est insupportable. Son histoire avec le mec shirtless était sans intérêt, dénuée de toutes traces d'humour. Heureusement que Laurie est là pour mettre un peu de piment et caser deux-trois répliques marrantes par épisode. Aime bien le surnom que lui a donné Jeff d'ailleurs : "Blah Blah".

   Si les filles sont ensemble, évidemment les mecs sont dans leur coin. Le duo Grayson/Bobby ne fonctionne pas, c'est définitif. Et puis alors la tentative de nous émouvoir avec un Grayson malheureux à cause de son ex qui a fondé une famille sans lui, elle est parfaitement ratée. En fait, on ne veut pas de ça dans une comédie. Ca plombe l'ambiance et c'est trop mal écrit pour être touchant. Le duo Ian Gomez/Dan Byrd est déjà plus efficace même si l'intrigue du bébé était vraiment très légére et ne reposait que sur deux petits gags moyennement drôles. Ok, voir le bébé tiré par une ficelle en train de traverser la pièce, ça m'a fait sourire. Le biberon scotché au mur, bon, petit rictus. Mais ça ne suffit pas. Puis j'ai l'impression que les scénaristes veulent rendre les personnages décalés alors qu'ils ne le sont pas. Ils sont tout ce qu'il y a de plus cliché finalement, chacun dans leur domaine. Tout est trop forcé pour sonner juste.

vlcsnap_141270 


// Bilan // D'une semaine à l'autre, Cougar Town alterne le passable et le mauvais. Le prochain épisode, diffusé le 6 Janvier, aura pour guest-star Lisa Kudrow. S'il n'est pas à la hauteur, je vais sérieusement envisager d'abandonner l'affaire...

   

21 novembre 2009

Cougar Town [1x 08]

dnes_season4_cougar_miniban

Two Gunslingers // 7 92o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_62016

   Après deux épisodes ma foi appréciables, Cougar Town retombe dans ses irritants travers : faire de son héroïne une parfaite emmerdeuse qui refuse de vieillir et qui ne supporte pas la solitude. Alors à l'occasion de ses 41 ans, on a dû se taper une blague récurrente sur l'âge que Jules fait réellement aux yeux des gens qu'elle croise. Elle veut du 34 ans maximum, ses copines lui donnent du 36 (plus pour lui faire plaisir qu'autre chose) et les gens lui donnent souvent plus, ce qui l'agace évidemment et nous aussi, forcément. Le début de l'épisode annonçait un peu de changement avec une ambiance différente puisque les filles partaient pour le week-end mais il s'avère que lorsque l'on habite la Floride, partir en vacances, c'est simplement quitter sa maison luxueuse pour une chambre d'hôtel luxueuse et faire exactement les mêmes choses que d'habitude : se prélasser au soleil et blablater. Pour le dépaysement, on repassera ! Au final, il y a du bon et du moins bon dans ce week-end. Les aventures de Jules avec un homme gay à qui elle apprenait à "faire l'hétéro" n'étaient pas des plus trépidantes. En revanche, les engueulades entre Laurie et Ellie étaient vraiment amusantes. Les vannes fusent (Ellie qui surnomme Laurie "Trampolina" notamment !) et les actrices semblent s'amuser autant que nous. A l'avenir, il faudra miser encore plus sur ce duo pour faire de bons épisodes je crois. Quoiqu'on pourrait s'en lasser. Comme d'hab', les mecs étaient de leur coté. Par chance, Bobby était totalement absent. Du coup, Travis a eu plus de temps d'antenne rien que pour lui et quand il n'est pas près de son père, je le préfère. Toujours du mal avec l'acteur, Dan Byrd, mais je crois que c'est inutile de le répéter. Et puis Andy était très présent aussi et il est sorti de son rôle de mari désespéré pour nous offrir un peu plus de fun. Grayson, j'adore toujours, mais j'aurai préféré qu'il passe un peu moins con quand même.


// Bilan // Cet épisode de Cougar Town m'a fait beaucoup penser à... Kath & Kim ! Je sais que je suis un des rares français à avoir suivi cette sitcom l'année dernière et surtout à l'avoir apprécié mais il fallait que je le dise. Malheureusement, les personnages se prennent ici un peu trop au sérieux et la caricature est au final moins subtile, moins tranchée. C'est donc vraiment moins marrant.   

07 novembre 2009

Cougar Town [1x 07]

dnes_season4_cougar_miniban

Don't Come Around Here No More // 6 8oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_127777

   Youpi ! Mes souhaits de la semaine dernière ont été exaucés : on a eu plus du duo Travis/Laurie et plus du duo Jules/Grayson. On a même eu moins de Bobby ! Tout cela aurait pu faire de cet épisode le meilleur de la sitcom depuis ses débuts mais non. Toujours est-il qu'il était dans le haut du panier. La guéguerre entre les voisins Jules et Grayson reprend de plus belle et c'est vraiment amusant dans le sens où ils sont tous les deux conscients du ridicule de leurs chamailleries mais ils en jouent. Ils sont finalement bien plus complices qu'ils ne veulent l'admettre. Je suis particulièrement ravi de la prestation de Josh Hopkins. Je ne pensais pas qu'il pouvait être aussi à l'aise dans la comédie. Forcément, à force de le voir dans des rôles "dramatiques" (Swingtown, Private, Vanished...), on oublie qu'il peut être drôle aussi. Il l'avait pourtant été dans Brothers & Sisters et dans Ally McBeal. En plus, il sait chanter. Enfin il se débrouille quoi. Ses paroles inventées sur le pouce pour faire rager Jules étaient tip top : "She likes a pacemaker, hipbreaker, she likes them almost deaaaad" ! Et puis le "Condident in my sexualitééééé" m'a bien fait marrer aussi. J'ai bien reconnu Bill Lawrence pour une fois dans ces inventions sympathiques.

   Concernant le duo Travis/Laurie, c'était plus discret mais assez tordant. Je ne pensais pas que Travis était autant à fond sur Laurie ! Je ne rêve que d'une chose maintenant : qu'elle se le fasse ! Toujours est-il que j'ai un gros problème avec le jeu de Dan Byrd. Il en fait trop. Et puis Travis était censé être smart au début mais il devient de plus en plus benêt. C'est assez décevant. Maintenant, avec un père pareil, comment pouvait-il en être autrement ? La petite intrigue de Ellie et Andy ne m'a pas tellement fait rire mais il faut dire qu'il y avait beaucoup de réfèrences à un film que je ne connais absolument pas et dont je n'ai pas retenu le nom. Andy est amusant mais ça fait beaucoup d'idiots réunis dans la même série quand même. Au bout de 20 minutes, tu satures forcément. Le coup du crocodile m'a carrément fait flipper car ces grosses bêtes me font horreur, au même titre que les serpents, mais ça avait le mérite d'être surprenant, ça c'est sûr ! Bon en même temps, ça se passe en Floride.

vlcsnap_131720


// Bilan // J'ai bien aimé la structure de cet épisode, pas du tout divisé avec les filles d'un coté et les garçons de l'autre. Tout ce petit monde s'est mélangé et ça a fait ressortir le potentiel énorme du casting. Maintenant, il va falloir penser à être plus drôle que ça quand même...