20 mars 2009

Better Off Ted [Pilot]

090318075508439720

Pilot // 5 51o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4

What About ?

A la tête du département de recherche et développement d'une grande compagnie sans scrupules, Ted a du succès... et une conscience. Et cela ne fait pas toujours bon ménage ! Il adore son boulot, sa boss Veronica, et ses collègues, Lem, Phil et Linda, mais parfois il se demande si son boulot mérite de passer outre certaines valeurs. Surtout quand on lui demande de créer une dinde suicidaire, de concevoir un métal capable de rebondir ou de cryogéniser un collègue pour les besoins d'une expérience. Il ya des jours où Ted se pose des questions, vraiment... (AlloCiné)

Who's Who ?

Le héros, Ted, est interprété par le craquant Jay Harrington, que l'on a pu voir dans la saison 2 de Desperate Housewives, c'était le médecin amoureux de Susan, mais aussi récemment dans Private Practice, une façon pour ABC de le tester, ou encore dans Coupling, The Inside et Summerland (ce qui est déjà moins glorieux s'agissant de cette dernière). Il est parfait dans ce nouveau rôle, son jeu est fluide et sobre, et sa voix (off) n'est pas agaçante du tout. Veronica est incarnée par la toujours excellente Portia de Rossi, surtout connue pour ses rôles de Lindsay Bluthe dans Arrested Development et de Nelle Porter dans Ally McBeal. On passera sous silence son rôle vraiment pas intéressant dans la saison 5 de Nip/Tuck. Une fois encore, elle joue le rôle d'une beauté froide très bitchy. Ca lui va à ravir, pourquoi se priver ? Et puis on retrouve également Andrea Anders (The Class, Joey), Jonathan Slavin (Summerland encore) et Malcolm Barrett. On voit moins ces trois-là dans le pilote mais quand on les voit, ils sont bons. Linda est un personnage un peu fade cependant.   

So What ?

Voilà un pilote extrêmement convaincant, qui ne se perd pas en conjecture puisqu'il entre directement dans le vif du sujet, et qui nous plonge instantanément dans l'univers unique de la série grâce à un narrateur habité, drôle et concis ! Le pitch de la série pouvait laisser présager quelque chose d'un peu prise de tête mais il n'en est rien ! C'est léger, frais et intelligent. On sent bien que derrière toute cette fantaisie se cache en filigrane une critique acerbe de la société de consommation, du capitalisme et de ces grandes entreprises qui n'ont aucun respect pour leurs employés. C'est bien vu mais ça ne tombe pas forcément au bon moment avec la crise que nous vivons actuellement. Est-ce que les téléspectateurs auront envie de voir une version drôlatique du quotidien de leur vie professionnelle ? Pas sûr. Car Better Off Ted, c'est un peu la rencontre entre The Office, comédie de bureau multi-récompensée, et... Arrested Development pour l'esprit bien décalé. C'est typiquement le genre de sitcom qui sera adorée par certains téléspectateurs et critiques et incomprise par une grande partie du public, car dérouté par ce ton presque anglais, très loin de celui des sitcoms traditionnels. On retrouve cependant quelques éléments plus "classiques" comme les histoires de cul du bureau, la petite fille intello qui semble mieux connaître la vie que son père et puis dans l'ensemble, les personnages sont attachants à travers leurs petites failles. ABC a fait là un joli pari mais au vu des audiences, Ted ne fera pas long feu ! Dommage.


// Bonus // La Bande-Annonce


  1