06 mars 2010

Nip/Tuck [6x 19 - 100th Episode - Series Finale]

dnes_season4_niptuck_christ

Hiro Yoshimura (100th Episode / Series Finale) // 1 88o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_176776

   Dans la plupart des cas, lorsqu'une série s'achève et qu'on l'a aimée éperdument, on la pleure en se disant qu'elle est partie trop vite. Mais ne dit-on pas que ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier ? Dans le cas de Nip/Tuck, c'est un sentiment de délivrance qui s'empare de moi au moment où j'écris ces quelques lignes. Et pourtant, je l'ai aimée éperdument. J'ai admiré son propos, son audace, son esthétisme, sa capacité à briser les tabous, à tout oser. Malheureusement, Ryan Murphy, son équipe de scénaristes et la chaîne FX n'ont pas su s'arrêter à temps. La série est devenue l'ombre d'elle-même ces trois dernières années. Il y a eu de bons moments bien-sûr, d'excellentes idées, mais pas suffisamment pour nous tenir en haleine et nous convaincre qu'elle avait encore des raisons d'exister. D'ailleurs, si l'on se penche sur son passé, on constate que les intrigues principales se sont toutes dénouées de manière satisfaisante au cours des trois premières saisons. La relation fascination/répulsion - amour/haine de Sean et Christian aurait dû prendre fin le jour où Sean a décidé de pousuivre sa collaboration amicale et professionnelle avec Christian alors qu'il venait d'apprendre la terrible vérité sur son fils, qu'il n'était pas son père naturel mais qu'il s'agissait de Christian. Accepter cela, c'était accepter Christian dans toute sa splendeur et toute sa laideur. Tout ce qui a pu être dit sur eux par la suite n'était qu'une ressucée plus ou moins inspirée de tout cela. De la même façon, en fin de saison 2, Julia a fini par comprendre que Christian et Sean n'étaient pas les principaux responsables de sa déchéance mais que c'était elle-même. Quelques épisodes plus tard, elle redevenait ce personnage insupportable qui ne passait son temps qu'à se plaindre de sa misérable existence. Puis elle a joué à la lesbienne, elle a recouché avec Sean, puis Christian, puis Sean... Quant à Matt, je crois qu'il est inutile d'aborder le sujet. Tout ce qui s'est passé après Ava était à la fois fascinant de bêtise et jouïssif... jusqu'à un certain point. La drogue, le mime et la prison étaient de trop. Assurément. Et Kimber alors ? Elle aurait dû se suicider bien plus tôt. Mais on aurait pu en rester au moment où elle tourne le dos à Christian après l'expérience vécue avec le Découpeur. Tous les personnages sont devenus des caricatures et des êtres profondément pathétiques à force d'exister. A l'exception de Liz.       

vlcsnap_176664 vlcsnap_168052

   Pour parler plus précisément de cet épisode final, je dirais qu'il était sans surprise, sans relief, voire sans intérêt. Toutes les intrigues ont convergé vers un happy-end doux-amer qui ne sied pas à la série. Personne n'est véritablement heureux à la fin, sauf peut-être Julia et Liz, mais personne n'est profondément malheureux non plus. Ils acceptent simplement tous leur condition. Christian accepte de laisser partir Sean. C'est quelque chose qui semblait inévitable depuis le début de la saison 6. Tout portait à croire que ça se terminerait comme ça et ça n'a pas raté. J'espérais au moins que l'émotion serait au rendez-vous mais elle a simplement été effleurée, de manière curieusement pudique alors que la série est tout sauf pudique. J'ai eu un pincement au coeur lors du départ de Julia mais uniquement parce que l'on sentait les acteurs tristes de se quitter et très émus. Les personnages en revanche... La chanson choisie pour illustrer ce moment était en revanche parfaite. "All I Know", déjà entendue dans la série il me semble. "I Bruise You, You Bruise Me"... Le sort de Matt, éternellement lié à celui d'Ava, cela m'a paru logique, évident, il ne pouvait en être autrement. Au moins pour cela, c'était une bonne chose que de faire revenir ce personnage si marquant dans la série. La toute dernière scène, là encore, m'a semblé naturelle. Christian repart à la chasse et si sa proie peut ressembler à Kimber alors tant mieux ! Mais ça ne l'empêchera pas de baiser toutes les autres...    

vlcsnap_174065 vlcsnap_178493


// Bilan // Bien triste destin que celui de Nip/Tuck : une série culte qui a beaucoup apporté à bien des égards mais qui se termine dans l'indifférence générale sur un épisode sans la moindre étincelle. Cette fin a été si bien préparée pendant les dix derniers épisodes qu'elle était sans surprise à aucun moment. Et pourtant, bien qu'elle trahisse un peu l'esprit de la série par son manque de noirceur, de rebondissements, de psychopathes, de morts, de (coups de) reins, de scalpel et de gros seins, elle paraît logique, évidente, naturelle. Peut-être qu'après tant de folie, le moment était venu de laisser place à la simplicité...   


// Bonus // Pour terminer sur une note positive, j'ai sélectionné quelques extraits de la série qui sont pour moi les plus cultes, ceux qui m'ont le plus marqué.

Christian, une femme "laide" et un sac en papier. La chose la plus horrible qu'il m'ait été donné de voir à la télévision. D'une violence...

__________

La patiente qui se réveille en pleine opération. Un cauchemar !

__________

La douche mémorable de Julian McMahon et Mario Lopez !

__________

Le Découpeur découpe Sean puis viole Christian... Une excellente intrigue au dénouement ridicule.

__________

La scène chantée du final de la saison 4 avant le grand départ (désastreux) à Los Angeles.

Quels sont vos meilleurs/pires souvenirs de Nip/Tuck ?


27 février 2010

Nip/Tuck [6x 18]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Edith & Walter Krieger // 1 52o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_69218 vlcsnap_56345

   Avant-dernier épisode de Nip/Tuck cette semaine. Quand je pense qu'à une époque j'attendais chaque nouvel épisode avec beaucoup d'impatience, que l'attente entre deux saisons me semblait interminable... Que reste-t-il de tout ça aujourd'hui ? Pas grand chose, un vague attachement aux personnages et encore. Ils ont tellement tout fait, ils ont été si émouvants et si détestables. Cet épisode m'a rappelé, même si je ne l'avais pas vraiment oublié, combien la saison 2 avait été bonne et combien elle restera la meilleure de l'histoire de la série. Les scénaristes avaient réussi à résister jusqu'ici mais ils n'ont pas pu tenir plus longtemps : Ava Moore, LE personnage secondaire le plus fascinant de la série, est de retour dans la vie de nos chirurgiens. Un retour que j'aurai voulu plus soigné. L'argument de base est un peu léger : Ava a adopté/volé un bébé et souhaite que les deux hommes opérent son bébé qui a des marques noires au visage. Mouais. L'enfant devient heureusement vite secondaire puisqu'Ava retrouve Matt à quelques jours de son mariage et, comme prévu, il tombe dans ses filets avec une facilité déconcertante. Il n'aurait pas pu en être autrement. Ava réussit son coup et part avec lui dans sa grande limousine noire... Ava n'a pas perdu de sa majesté mais son intrigue est un peu baclée, peu inspirée. Famke Janssen est au top en revanche. Je crois qu'elle aussi avait hâte de retrouver le personnage. Finalement, la scène qui m'a le plus marqué est lorsqu'Ava s'approche de la fille de Matt et la dévore des yeux comme si elle allait la manger. C'était court mais impressionnant.

   Le retour d'Ava n'est pas le seul de l'épisode. Julia aussi a décidé de rendre une visite à Sean et Christian, on voyait mal comment cela aurait pu être évité si près de la fin de la série. Elle était pour le meilleur et pour le pire au centre des deux premières saisons, objet de désir partagé entre les héros. 7 ans plus tard, rien n'a vraiment changé. Sean est toujours amoureux d'elle et Christian... eh bien Christian prétend l'être aussi. Mais le concernant, Julia n'a toujours été qu'une proie ultime pour prouver à Sean qu'il en avait une plus grosse que lui, qu'il avait toujours une longueur d'avance. L'amour de Sean pour Julia a toujours été plus sincère et plus déstructeur aussi. Ce qui change cette fois, et ça fait du bien, c'est que Julia semble enfin être passée à autre chose. Elle a trouvé un nouveau mec -oui, sa période lesbienne est finie- et elle compte partir avec lui dans son Angleterre natale, emmenant avec eux les enfants, Annie et Connor. A ce propos, Wilbur est aussi utile dans la série qu'un sac à main. On le sort de temps en temps parce qu'on l'aime bien et qu'il peut être pratique mais la plupart du temps, il prend la poussière dans un placard. Pour en revenir à Julia, pour la première fois depuis une éternité, je l'ai trouvé agréable et sereine. Belle même. J'espère qu'on restera sur cette image-là d'elle, sans qu'il y ait un retournement de dernière minute bien lourd. Un petit mot pour finir sur le cas "médical" du jour qui semblait bien éloigné des préoccupations du reste de l'épisode : deux survivants des camps de concentration souhaitent qu'on leur retire leur tatouage au bras mais le mari a un secret : il était nazi, en fait. S'ensuit un discours léger sur le pardon. L'émotion recherchée n'est pas vraiment passée, pas plus que le message.      

vlcsnap_53401 vlcsnap_50480


// Bilan // Force est de constater qu'à un épisode de la fin de Nip/Tuck, les scénaristes ne savent toujours pas quoi raconter de plus alors ils sortent quelques vieilleries de leur chapeau en espérant retrouver la magie des premières saisons. Le souvenir est doux mais il est très lointain... Je crains que le dernier épisode soit une déception énorme.

13 février 2010

Nip/Tuck [6x 16]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Dr. Griffin // 1 73o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_89773 vlcsnap_88978

   Après des semaines et des semaines de déroute, là je dis bravo ! Nip/Tuck n'a plus grand chose à dire, c'est certain, mais dans cet épisode, tout ce qui doit être dit l'est franchement, sans détour, sans parasites et sans coucheries et provocations faciles. En s'inspirant de la série de HBO In Treatment, trois séances de thérapie de nos deux chirurgiens nous sont présentées. Bien que l'on n'apprenne rien de nouveau, l'affrontement entre ces deux hommes faux-frères/vrais amis, vaut à lui seul le détour. Face au thérapeute (qui en impose), ils restent fidèles à ce qu'ils ont toujours été : Christian se comporte en parfait salaud et l'assume, on ne peut pas lui reprocher d'être malhonnête; Sean cherche à prouver par tous les moyens qu'ils en sont arrivés là à cause de Christian et uniquement à cause de lui, il ne semble rien avoir à se reprocher. Certaines révélations vont alors avoir lieu : la fraude de Christian d'un coté, la tromperie avec Kimber de l'autre. C'est plutôt malin de s'en être servi dans cet épisode et pas avant ni après. En dehors du bureau du psy, on aurait eu des réactions classiques que l'on connaît par coeur. Là, ça se passe un peu différemment.

   La tension monte d'un cran lors de la venue de Liz. L'occasion de constater à nouveau que c'est bien elle le personnage le plus normal, le plus lucide et le plus censé de la série. C'est la seule qui n'a jamais plongé dans le pathétique même si elle a connu sa zone de turbulences. C'est la seule qui a su rester touchante aussi. Elle l'est encore dans cet épisode quand elle parle du manque de reconnaissance, de toutes ces années passées dans l'ombre sans jamais trouver grâce aux yeux de ses employeurs. En revanche, je n'ai pas du tout aimé le fait qu'elle soit enceinte de Sean. Par don de sperme Dieu soit loué ! Mais je le vois un peu comme sa revanche vis à vis de Christian après ce qu'il lui a fait. Dommage qu'elle ne l'assume pas comme tel mais peut-être ne s'en rend-t-elle même pas compte ? Elle est bien plus forte pour analyser les autres et on l'en remercie. Quel soulagement quand elle leur dit leurs quatres vérités ! Elle est un peu la voix des téléspectateurs. Puis il y a le retour de Matt qui ne changera visiblement jamais. Il emmène avec lui sa nouvelle petite-amie, or elle n'avait rien à faire là. Il tente un nouveau coup d'éclat pour se faire remarquer en espérant que Christian réagisse : il annonce qu'il part et qu'il ne souhaite plus les revoir. Jamais ! C'est ridicule dans le fond. Mais pour tout dire, on aimerait ne plus jamais le revoir non plus.

   La scène d'introduction, telle un prologue, et la scène de conclusion, telle un épilogue, enrobe cet épisode à la perfection. Malgré cette narration particulière exceptionnelle, on n'oublie pas que l'on est dans Nip/Tuck et qu'un rebondissement est toujours à venir. Cette fois, c'est le Dr. Griffin qui se fait tirer dessus par une autre patiente au beau milieu d'une consultation. Rien de tellement choquant puisque la série nous a habitué à ce genre de choses et que l'on sentait un peu le coup venir. L'occasion de retrouver Molly Price (New York 911) dans un rôle qui lui va bien et qui est un grand classique de la série : une femme folle à lier, hystérique, psychopathe qui se venge de l'homme.

vlcsnap_94221 vlcsnap_86207


// Bilan // Cela faisait bien longtemps que Nip/Tuck n'avait pas pris de risques en proposant un épisode à la narration bouleversée. Au final, il est plutôt maîtrisé et la guerre entre Christian et Sean atteint son paroxysme avant un affrontement final que l'on espère grandiose, à moins que les scénaristes décident de prendre un autre chemin, moins attendu... En tous cas, j'ai soudainement très envie de reprendre In Treatment !

30 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 14]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Sheila Carlton // 1 81o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_32557

   Cette semaine, Nip/Tuck nous sort le grand jeu avec deux de ses dernières guest-stars. Les producteurs ont opté pour Mélanie Griffith, qu'on aime bien mais qui n'a plus rien fait depuis un moment maintenant, et Frances Conroy, la divine matriarche de Six Feet Under qui multiplie les apparitions et pas toujours dans des rôles à la hauteur de son talent. Toujours est-il que cet épisode repose entièrement sur leurs épaules car ni Sean ni Christian n'ont plus grand chose à nous dire. Le premier est sur la voie de la rédemption puisqu'il ose refuser les avances d'une femme pourtant sublime et entreprenante qui n'est autre que l'épouse de son vieil-ami de fac qui fait maintenant dans l'humanitaire. Il s'est dit qu'après l'affaire Kimber, mieux valait se la jouer profil bas. Il a même osé dire à Christian qu'il souhaitait partir quelques temps pour découvrir de nouveaux horizons mais un twist final vient gâcher tout cela. Il restera à Los Angeles auprès de Christian advitam eternam. Quant à celui-ci, il gère à sa façon la disparition de Kimber. Je n'ai pas choisi le mot "disparition" au hasard car après tout, rien ne prouve qu'elle est morte. Ce ne serait pas le premier personnage de série censé s'être noyé qui revient d'entre les morts...

   Mélanie Griffith interpréte donc la mère de Kimber et il faut avouer que la ressemblance est là. Seul problème : c'est une campagnarde qui n'a pas beaucoup d'argent et qui assure qu'elle ne s'est jamais faite rien refaire. Or, on connaît tous le visage (et les seins) de l'actrice. Ce n'est pas crédible pour un sou, elle est tirée de partout et plus encore. Je ne connaissais pas sa voix en VO et elle est insupportable de minauderies ! J'imagine qu'elle a forcé le trait pour ce rôle. J'espère en tous cas. Dès son arrivée, on sait parfaitement comment cela va finir : elle va coucher avec Christian bien-sûr, son beau-fils ! En plein dans le mille ! Le parallèle entre cette femme paumée et Kimber était intéressant. Elles ne valent pas tellement mieux l'une que l'autre. La seule différence, c'est que Kimber a su faire de ses atouts physiques sa force alors que sa mère est plus soft. Encore que. Quant à Frances Conroy, elle incarne le cas chirurgical du jour. Elle est une folle-dingue des animaux, passionnée par les chimpanzés, qui a dû tuer son plus fidèle compagnon à coups de couteau de cuisine le jour il s'est mis à dévorer sa meilleure-amie dans un accès de folie. Ultimately, elle préfère choisir son animal de compagnie à sa meilleure-amie. Pas passionnant dans l'ensemble mais cela change un peu des cas habituels. L'actrice était excellente malgré des scènes pas toujours très bien écrites.   

vlcsnap_39007


// Bilan // Plus que 5 épisodes. Voilà, en gros, ce que celui-ci m'inspire. Heureusement qu'il y avait les guests

 

21 décembre 2009

Nip/Tuck [6x 10]

47060008

Wesley Clovis // 2 o9o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_207391

   Cette courte saison 6 de Nip/Tuck aura été éprouvante, dans le sens où l'on est sans cesse passé d'un bon à un mauvais épisode. Je suis globalement satisfait car les bons épisodes étaient vraiment bons et les mauvais, à part le 9ème, n'étaient pas si mauvais. On ne retrouve pas le niveau des deux premières saisons, bien entendu, mais le sérieux avec lequel certains sujets ont été traités me les ont rappelés. Cet épisode est un très bon exemple. Il me semble que c'est la première fois que le thème de la peine de mort est abordé dans la série et cela a été fait avec beaucoup de justesse, en Nip/Tuck-style évidemment. Je tiens d'abord à saluer l'excellente prestation d'Eric Stonestreet, à mille lieux de son personnage dans la sitcom Modern Family. C'est lui qui incarne le condamné à mort obèse qui, par un twist que j'ai un peu senti venir mais qui a quand même fait son effet, n'était pas coupable ! La symbolique très forte de la fin de l'épisode, lorsqu'il est enfin tué quinze ans après que sa sentence soit tombée, a été parfaitement gérée par les scénaristes et le réalisateur. Cela nous renvoit évidemment au Christ crucifié de par la position du corps et le sang qui coule du ventre. Une image extrêmement choquante, d'autant que le véritable coupable assiste à la scène. Parce qu'il fallait bien qu'il gâche un peu la fête, comme à son habitude, le clan McNamara m'a grandement irrité. Les questions d'éthique que se pose Sean m'ont fait doucement rire dans le sens où il n'a plus d'éthique depuis bien longtemps. En plus, en temps normal, il est prêt à tout pour sauver sa famille alors c'était un peu étrange de le voir refuser le deal qui permettait de sortir Matt de prison. D'un autre coté, il y a eu quelques fulgurances qui m'ont serré le coeur, notamment quand Matt prononce ces terribles mots à son père sous le coup de colère "You're dead to me", ou quand, à l'inverse, il lui dit qu'il l'aime à la fin. En réalité, j'aurai préféré que Sean justifie son premier choix en insistant sur le fait que c'est peut-être en prison que Matt était le mieux. On verra si le temps de la rédemption est enfin venu pour lui dans la dernière saison...

   Kimber m'a beaucoup ému dans cet épisode. Je ne pensais pas redire ça un jour car elle a quand même bien touché le fond elle aussi ces derniers temps. Disons que sa scène avec Liz à l'hôpital était superbe, en partie grâce à Liz car a su trouver les mots justes mais aussi parce que Kelly Carlson n'est pas une mauvaise actrice et que ce rôle lui appartient, lui colle à la peau. Pour en revenir à son intrigue de manière général, j'ai enfin eu ce que je voulais : un vrai avortement ! C'est vrai, le sujet de la grossesse non désiré revient tout le temps dans tout un tas de séries américaines mais elle n'est quasiment jamais traitée via l'avortement à cause de ce foutu puritanisme. Nip/Tuck ose le faire, mais ce n'est pas surprenant venant d'elle. Autre dialogue fort, que l'on doit encoreà Liz d'ailleurs : lorsqu'elle parle franchement à Christian de l'épreuve que Kimber vient de traverser et du mal qu'il lui a fait et qu'il lui fera encore... C'était tellement vrai quoi. Sacrée Liz ! Le retour express de Mario Lopez m'a fait bien plaisir même s'il n'a servi à rien.

vlcsnap_182487


// Bilan // Un épisode assez émouvant qui clôt parfaitement la saison sur une scène inhabituelle dans Nip/Tuck : une table, un repas, une famille, des rires... oui mais beaucoup de faux-semblants aussi ! Le calme avant la tempête des 9 derniers épisodes j'imagine...


// Bonus // Une mini-affiche pour annoncer l'ultime saison (qui commence le 6 Janvier) et une bande-annonce !

niptuck_finalseason_arttvs425


14 novembre 2009

Nip/Tuck [6x 05]

45347892

Abigail Sullivan // 1 75o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_79491

   J'ai de plus en plus de mal à dire si j'ai aimé ou non un épisode de Nip/Tuck. C'est tellement trash, tellement vulgaire et tellement classe en même temps que je ne peux qu'adhérer, et, parfois, je ne vois que ses faiblesses, ses redondances, mais je ne m'ennuie jamais. Cet épisode n'était pas amusant, on peut même dire qu'il était dénué de toutes touches humoristiques, mais il était prenant. Et c'est d'autant plus surprenant qu'il était consacré aux deux personnages boulets par excellence de la série : Sean et Matt. Le père et le fils maudits. Le premier a dû faire face à la mort de sa nouvelle femme, Teddy Rowe, découpée en morceaux par un Serial Killer de passage. J'aime à croire que c'est l'oeuvre de notre ami Dexter. Mais Sean ne tarde pas à découvrir qu'une fois de plus, il s'est fait avoir. Teddy comptait le tuer et récupérer son pognon. D'ailleurs, j'ai beau retourner les choses dans tous les sens, je ne vois pas comment elle aurait pu hériter de quoi que ce soit, mais enfin... Toute cette intrigue a souffert de deux choses : d'abord le changement d'actrices qui ne m'a pas du tout convaincu, et puis de toutes façons on ne change pas d'actrices en cours de route, on n'est pas dans Les feux de l'amour; et puis évidemment le fait que Sean a un sacré passif avec les psychopathes (rien que Colleen il n'y a pas si longtemps) donc au bout d'un moment, ça ne nous fait plus aucun effet. C'est la routine. Puis Teddy n'était pas la plus flippante en plus. Sean fait constamment les mêmes erreurs et c'est cela qui est le plus usant. Sa baignade en fin d'épisode était très clichée mais ça la fait quand même. Reste maintenant à espérer que pour les derniers épisodes, il va changer. C'est sa dernière chance.

   Le retour de Julia est anecdotique et tant mieux. Elle est tellement agaçante. Rien que sa voix me hérisse les poils. Je ne veux plus entendre parler d'elle. Mais je me fourre un doigt dans l'oeil, je sais. Et puis vient donc le cas Matt. Lui aussi nous en a fait de belles, lui aussi nous a souvent donné des envies de meurtres. Quelque part, il est allé crescendo dans la bêtise et c'est presque fascinant. J'ai vraiment cru qu'on y était, que les scénaristes allaient enfin le tuer. L'option du suicide était plus qu'envisageable. Elle était même totalement justifiée. Il souffrait le martyre physiquement et intérieurement. Il n'avait pour seule perspective que les barreaux d'une prison. Je l'aurai bien vu se tirer une balle dans la tête face à Christian. Ca aurait été lourd de sens et ça aurait eu de la gueule, définitivement. Les scénaristes n'ont pas eu de couilles et ça m'étonne presque de leur part. Ils en ont toujours eu de grosses. Ryan Murphy se serait-il assagi ? Les membres du Glee club y seraient-ils pour quelque chose ? Bref, c'était assez décevant au final. Loin du tumulte, Christian s'est occupé d'une patiente qui avait le petit corps de sa jumelle planté dans son épaule depuis sa naissance et elle voulait désormais s'en débarrasser. L'opération était risquée et Christian a prouvé qu'il pouvait s'en sortir tout seul. On ne peut pas dire que ce cas était passionnant mais il était suffisamment étrange pour retenir l'attention et les plans bien dégueulasses ont été multipliés en ce sens.

vlcsnap_64903


// Bilan // Si les cinq saisons précédentes n'avaient jamais existé, cet épisode aurait sans doute été très réussi. Mais avec tout ce que l'on sait sur les personnages, sur leur passé, sur leurs erreurs, la surprise n'est plus au rendez-vous, l'émotion non plus. L'impression d'avoir déjà vu tout ça encore et encore.

07 novembre 2009

Nip/Tuck [6x 04]

45347892

Jenny Juggs // 2 16o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_313883 vlcsnap_314766

   Il m'arrive encore de m'émerveiller devant un épisode de Nip/Tuck. Celui-ci a frappé particulièrement fort en offrant des intrigues finalement assez "simples" pour la série mais efficaces. On a d'abord eu droit à une histoire dite légère sur une certaine Jenny Buggs, l'équivalent américain de notre regrettée Lolo Ferrari. Cela me fait penser que les producteurs devraient offrir un rôle à une autre de nos fiertés nationales, Lova Moor, portée disparue depuis trop d'années. Quel est le problème de Jenny ? Elle a des seins monstrueux, plus gros encore que des pis de vaches ou des pastéques. Cela la rend extrêmement aigrie et elle se sert de sa poitrine pour écraser tout ce qui bouge, que ce soit un téléphone, une citrouille ou la tête de Christian ! Cela ne volait pas haut, je vous l'accorde, mais le burlesque trash façon Nip/Tuck m'amuse toujours autant. Cela me manquera quand la série sera morte. C'était un plaisir de retrouver Kriesten Warren. Souvenez-vous, la cinglée de la saison 3 de Despetate Housewives qui a eu une fille avec Tom et qui est morte lors du braquage de la supérette, c'était elle. Elle joue les psychos à la perfection. On la voit peu malheureusement. Bref, Christian a eu fort à faire avec les attributs de Jenny pendant cet épisode, ce qui lui a permis de ne pas trop se ridiculiser cette fois. Encore que se faire frapper par une paire de seins n'a rien de glorieux.

   Pendant ce temps, Teddy Rowe a emmené Sean et sa petite-famille dans un camping trip qui devait tourner mal, mais à son avantage à elle. Pas de chance : elle a rencontré un détraqué sur son passage et elle pourrait bien y rester. Le plan de Teddy a été mis en place assez rapidement et j'ai aimé le retournement de situation très suprenant mais pas tant que ça quand on connaît la série et l'ironie dont elle fait souvent preuve. Disons que l'on se fait avoir à chaque fois ! La bande-son avec La Traviata remixée ajoutait ce qu'il fallait de too much et compensait en quelques sortes le piètre jeu de Rose McGowan, définitivement pas à l'aise dans ce rôle. Pauvre Annie. Avec tout ce qui lui arrive, toutes les femmes-psychopathes qui ont jalonné sa courte existence et sa mère névrosée, elle va mal tourner. Au moins autant que son frère Matt, si ce n'est pire. Mais on ne sera plus là pour y assister. L'intrigue mime grotesque de Matt semble s'achever ici. Lors d'un de ses braquages, il se fait tirer dessus par un caissier plus malin que les autres. Christian va sans doute la sauver mais on espère quand même qu'il va y rester... Si tous les personnages ou presque sont devenus plus ou moins pathétiques, aucun autre n'atteint le niveau de Matt. En même temps, la première fois qu'on l'a rencontré, il se coupait le prépuce aux ciseaux. Cela en disait déjà long sur ce qui nous attendait...

vlcsnap_332197


// Bilan // Je me contente peut-être de peu aujourd'hui quand il s'agit de Nip/Tuck mais, malgré les années, elle reste la plus trangressive, la plus osée et la plus burlesquement trash de toutes les séries. Rien que ça mérite d'être récompensé.

31 octobre 2009

Nip/Tuck [6x 03]

45347892

Briggitte Reinholt // 2 2oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_199777 vlcsnap_224233

   Je suis désolé mais je ne m'y fais pas à ce changement d'actrice pour le rôle de Teddy Rowe. Je trouvais Katee Sachoff bien meilleure, plus flippante et fantasque dans son interprétation. Rose McGowan n'est pas mauvaise mais ce n'est pas Teddy, on dirait vraiment deux personnages différents. C'est bien dommage en tous cas, d'autant plus qu'il y a zéro alchimie entre Rose McGowan et Dylan Walsh. Les nouvelles frasques de la désormais femme de Sean ne m'ont pas particulièrement passionné, dans le sens où j'ai l'impression d'avoir déjà vu ça dix fois dans la série. Il y a eu tellement de psychopathes... Une de plus ou de moins... Ceci dit, le coup des sangsues pour tuer, on nous l'avait jamais fait encore ! Ni dans Nip/Tuck ni ailleurs. Ce n'est pas spectaculaire mais c'est bien dégueulasse. J'ai un peu de mal à croire que Teddy aille jusqu'à s'attaquer à Annie mais tout est possible. En tous cas, on ne pourrait que lui être reconnaissant si elle s'en prenait à Matt. Il est tellement inutile. Il se trouve que là, il entrait parfaitement dans le moule avec son délire de mime puisque le thème de l'épisode était "le masque", mais au-delà de ça, il est affligeant. L'intrigue d'Annie était sans doute la plus réussie de l'épisode car la plus sérieuse et la plus réaliste. J'aime bien quand la série cesse ses délires deux secondes pour se concentrer sur quelque chose de grave. Ca aurait pu être traité plus en profondeur, c'est vrai, mais c'était touchant. Annie se mange les cheveux. C'est une vraie maladie, c'est bien d'en parler. Dommage que l'actrice qui l'interpréte ne soit pas bonne. Y'a cinq ans, quand elle avait 6 ans, ça ne posait pas de problèmes, elle n'ouvrait quasiment jamais la bouche mais aujourd'hui... Je sens que le retour de Julia est imminent et j'ai franchement pas hâte !

   Dans les beaux délires de l'épisode, on peut dire que Christian qui pousse Mike à se travestir pour plaire à Kimber était une grande idée ! J'ai toujours cru que Mario Lopez était un mauvais acteur mais bizarrement, il s'en sort très bien et je crois que j'aime beaucoup son personnage. Mike a la fraîcheur que Christian et Sean n'ont plus. J'espère qu'il va rester encore un moment. En tous cas, il porte assez bien le corset en cuir le bougre ! Même habillé comme ça, il était bandant. Et puis j'ai bien aimé que Christian soit le dindon de sa propre farce. Je ne m'y attendais pas vraiment, c'était vraiment amusant !

vlcsnap_223010 vlcsnap_225812


// Bilan // Un épisode assez délirant, dans la plus pure tradition de Nip/Tuck. Malheureusement, plus rien ne nous suprend alors ça perd en intérêt.

20 octobre 2009

Nip/Tuck [6x 01]

19160697

Don Hoberman (Season Premiere) // 2 9oo ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_147929

   Nip/Tuck est (encore) de retour pour 19 ultimes épisodes. A la vue de ce Season Premiere, on regrette qu'elle ne se soit pas arrêtée avant. Il y a eu pas mal de bonnes choses la saison dernière mais globalement, on tourne en rond. L'obsession pour la jeunesse éternelle, ici représentée par le Dr Mike Hamoui (Mario Lopez), est un sujet qui a été battu et rebattu dans la série depuis le départ. Même si l'on admet que c'est tout simplement l'un de ses thèmes centraux, puisque la chirurgie esthétique, il est sans doute préférable à un moment donné de passer à autre chose. Et puis entendre Christian et Sean se plaindre de leurs corps, c'est se foutre de la gueule du monde. Autant que lorsque Courteney Cox se trouve vieille et moche dans Cougar Town. On n'y croit pas une seule seconde et on payerait très cher pour avoir le corps de ces deux hommes à leur âge et même aujourd'hui d'ailleurs ! Mis à part cela, la petite publicité pour remettre le cabinet à flot était amusante et pleine de second degré, à l'image de la série. Et puis ça a permis d'insérer Kimber au récit sans que l'on ait l'impression que ce soit forcé, juste pour pouvoir justifier la présence de Kelly Carlson au générique. L'autre bonne idée, c'est la narration "à la Desperate Housewives" par Linda Hunt mais version trash bien-sûr. Ca m'a plus fait penser à Pushing Daisies dans l'intonation et dans la musique de fond remarque. Ce n'est pas extrêmement original, on en conviendra, mais ça permet quand même de sortir du cadre bien établi de Nip/Tuck et le résultat est bien meilleur que cet horrible épisode façon télé-réalité de la saison 5 !

   Comme prévu, une fois qu'il a appris qu'il n'était pas atteint d'un cancer (worst cliffhanger ever), Christian jette Liz comme du PQ. C'est elle qui utilise cette comparaison et c'est complètement ça. Il s'est bien torché avec quand il en a eu besoin et maintenant, il tire la chasse d'eau ! Et j'ajouterai qu'avec sa balayette, il veut faire en sorte qu'il ne reste plus une trace. Heureusement, Liz réagit avec panache et lui offre un divorce qui va le ruiner ! Il a bien failli y échapper grâce à l'avocat obsédé de Liz qui était prêt à faire un petit geste si Christian en faisait plusieurs "sous ses yeux". Comprendre qu'il a demandé à Christian de se masturber en sa présence. Et m'est avis qu'il n'est pas aussi aveugle qu'il ne le prétend ce vieux porc. Tiens, ça me fait penser à Arrested Development et le personnage de Julia Louis-Dreyfus. Mais je m'égare. J'ai été très étonné que Christian refuse en tous cas. Ca ne lui ressemble pas. A part ça, dans le rôle de Teddy Rowe, Katee Sackhoff a été remplacée par l'inexpressive Rose McGowan. Pardon, mais je ne lui pardonnerai jamais Charmed. C'est très perturbant, on a vraiment l'impression d'être face à un tout autre personnage. Elle n'agit pas comme d'habitude, et puis ce mariage est encore une très mauvaise idée tant on sait comment ça va se finir. A part nous prouver une fois de plus que Sean est très naïf, what's the point ? Et puis il y a Matt, bien-sûr, le boulet de service. Le voilà devenu... mime ! Oui, c'est surprenant. Est-ce pour autant une bonne surprise ? Non. En revanche, il pourrait prendre goût au braquage et cette perspective est peut-être plus intéressante... A voir.

vlcsnap_152054


// Bilan // Le temps risque de sembler bien long d'ici à la fin prochaine de Nip/Tuck (le Series Finale a déjà été tourné d'ailleurs). Ce premier épisode est tout sauf prometteur, il enfonce les personnages encore plus profondément dans le pathétique et on assiste, impuissants, au naufrage annoncé. Il ne faut pas perdre espoir : la série s'est déjà relevée plusieurs fois après avoir sombré.

05 mars 2009

Nip/Tuck [5x 22]

dnes_v2_niptuck_mini_ban

Giselle Blaylock & Legend Chandler (Season Finale) // 2 39o oo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_241552

   Quel dommage ! La saison 5 de Nip/Tuck avait mal commencé avec des épisodes ennuyeux et des intrigues sans grand intérêt mais à partir de l'arrivée du personnage de Colleen, tout était redevenu excellent, bien guilty et bien pleasure. La grève des scénaristes a eu un effet positif sur la série puisque depuis son retour, elle est redevenue ce qu'elle était en saison 1 et 2. C'est-à-dire une série qui traite avec profondeur toute la superficialité de ce bas-monde, tout en offrant du trash à chaque épisode. Ce season finale est extrêmement décevant à bien des égards. Déjà, il est chiant à mourir et ce n'est pas dans les habitudes de la série. Même quand c'est mauvais ou passable, ce n'est pas chiant. Mais en plus, tout ce qui s'est construit finement depuis 8 épisodes est réduit à néant.

   A commencer par le cancer de Christian. Dans les dernières secondes de l'épisode, il apprend que le laboratoire d'analyses a mélangé les prélèvements de sang. Le truc déjà pas très crédible. Christian n'est plus mourant. Il va guérir de son cancer ! Dans un sens, ça ne m'étonne pas vraiment. Il reste encore 19 épisodes et je voyais mal les scénaristes brôder sur le cancer de Christian pendant tant de temps, jusqu'à ce qu'il meurt enfin. Mais quand même ... C'est se foutre de notre gueule. Et je ne vois pas en quoi ce cliff' peut donner envie de revenir, même si je serai bien évidemment présent. Ce serait idiot de laisser tomber maintenant. On amorce les intrigues du début de la saison prochaine, à savoir le retour en force de Kimber. Maintenant qu'elle s'est faite jeter par son mec qui préfére fricoter avec Eden (On ne l'a pas vu longtemps mais ces insultes qu'elle balance à Kimber valaient de l'or !), elle se souvient de l'existence de Christian et se dit même que peut-être elle l'aime encore. A coté de ça, cet idiot de Matt tente de la récupérer. Elle ne lui en a pas fait assez baver ? Il est maso comme sa mère tiens ! En parlant de Julia, ça aurait été bien qu'elle soit présente pour le mariage, même un cameo de deux secondes. Je me demande à quel moment elle va revenir. Le plus tard possible, ce serait bien. Et la tuer ne serait pas de refus. Cette pauvre Liz va bien trinquer, je le sens. Maitenant que Christian n'est plus mourant, il ne va pas rester avec elle. C'est sûr. Peut-être un temps pour faire bonne figure mais c'est tout. Je la vois bien se suicider, tiens.

   Sean récupère la partie la plus ennuyeuse de l'épisode, comme souvent. Teddy Rowe dévoile enfin son vrai visage et devinez quoi ? C'est une psychopathe en puissance ! Mais quelle originalité ! Sean n'en a jamais croisé ! L'image  qui est véhiculée de la femme dans cette série est absolument atroce quand on y pense. Soit elles sont nymphomanes, soit elles sont folles, soit elles sont névrosées, soit elles cumulent ! Voilà. Donc Teddy est accro aux anesthésiants et tue un bonhomme avec qui elle baise. Ca ressemble fortement à l'intrigue avec Colleen, non ? Pour le coup, c'est plutôt Sean l'amoureux transis mais bon, je ne vois pas l'intérêt de tout ça. Concernant le cas médical du jour, il était fort original. Un couple de faux vampires. C'est très à la mode. Ca permet d'évoquer l'immortalité et ça donne envie à Christian de se faire chryogéniser, l'occasion d'une scène surréaliste tordante. Dans le genre surréaliste, son mariage avec Lie était pas mal non plus. La pauvre. J'avais l'impression que tout le monde se foutait de sa gueule dans l'église quand elle est arrivée avec sa robe blanche. Tellement pas crédible ce mariage ...

vlcsnap_237160


// Bilan // Le pire season finale de Nip/Tuck ? Oui, vraiment. Il ne reste maintenant plus q'une saison (divisée en deux a priori : une première partie pour 2010, une autre pour 2011 - pas sûr que ce soit une bonne idée de faire traîner les choses comme ça ...-) et j'espère qu'elle sera à la hauteur des deux premières saisons, histoire de terminer la série en beauté. Et dans Nip/Tuck, ce serait un comble de ne pas terminer en beauté, non ?