01 décembre 2011

The Walking Dead [2x 02 > 2x 07]

the_walking_dead_logo

Bloodletting // Save The Last One // Cherokee Rose // Chupacabra // Secrets // Pretty Much Dead Already

6 320 000 tlsp. en moyenne

44030376_bis


 vlcsnap_2011_11_01_17h02m27s17 vlcsnap_2011_11_28_22h25m29s44

   Après 7 épisodes et des audiences qui ne faiblissent quasiment pas, il faut se rendre à l’évidence : le phénomène The Walking Dead, qu’il soit justifié ou non, est toujours solide et apparait presque comme une anomalie dans un paysage télévisuel américain qui réserve ces derniers temps peu de surprises sur ses succès et ses échecs. La bonne nouvelle, à mes yeux, c’est que la série mérite davantage sa réussite depuis le début de cette saison 2. Les scénaristes –les nouveaux- ont jeté les vieux brouillons pour se concentrer sur une grosse intrigue, pleine de ramifications plus ou moins intéressantes, qui connait quelques longueurs, certes, mais qui tient bien plus en haleine que les précédentes, où les personnages étaient souvent séparés et n’évoluaient jamais.

   Dans un contexte comme celui de The Walking Dead, les enfants sont les êtres humains les plus en danger. Problème : à la télévision, en général, les enfants sont aussi les personnages les plus rapidement agaçants et têtes à claque. Ce n’est pas le cas du fils de Rick, d’ailleurs presque plus charismatique que son père, même quand il passe trois épisodes allongé sur un lit les yeux fermés. L’avantage d’être sur AMC et dans une telle série, c’est que la possibilité que les auteurs intentent à la vie d’un enfant est possible (alors que sur les networks, c’est tout bonnement impensable). Il y avait donc une possibilité, même infime, que le petit y passe. Ce ne fut pas le cas mais l’inquiétude était là, bien présente. Donc l’émotion aussi. La saison 1 en manquait beaucoup. L’amélioration est indéniable. Le cas de Sophia est un peu plus complexe : la petite ne pouvait pas être énervante puisqu’on ne la voyait pas mais assister aux crises de larmes à répétition de sa mère, même si elles étaient tout à fait légitimes, devenait lourd de chez lourd. Pas plombant-touchant. Juste plombant-plombant. Cette storyline n’avançait pas mais permettait quelques allers-retours ragoutants dans la forêt à la rencontre de quelques zombies en décomposition bien avancée. Le « retour » de Merle m’a profondément saoulé mais, heureusement, ça n’a duré qu’un épisode. Le temps d’occuper Daryl et de combler. Toute cette attente a finalement été récompensée à la fin de l’épisode 7, qui n’était pas juste bouleversante et inattendue : elle était d’une puissance incroyable ! Je n’imaginais pas The Walking Dead capable de me mettre une telle claque ! Elle a marqué énormément de points pour moi à ce moment-là mais, effet pervers, j’attends maintenant beaucoup de la suite et des répercussions sur le groupe à grande échelle. Car il doit se passer quelque chose maintenant. Les personnages doivent sortir changés voire traumatisés de cette expérience. Et il va vite falloir régler la question de rester ou non à la ferme.

   Comme le Season Premiere le laissait supposer, Shane a pris beaucoup plus d’importance dans le groupe –alors qu’à ce stade, il est mort dans la BD- et, malgré ses airs de grosse brute décérébrée, il s’est révélé à nous comme un personnage bien plus complexe que cela. Les événements l’ont poussé dans ses derniers retranchements. A plusieurs reprises, il a dévoilé une force de caractère que l’on ne pouvait pas lui soupçonner, parfois noyée dans ses impulsions idiotes. De quoi ridiculiser encore un peu plus Rick, même si celui-ci semble décidé à reprendre les choses en main. Shane n’est pas un « gentil » ni un « méchant ». Rick n’est qu’un « gentil » qui veut se donner des airs de « méchant » et qui manque grandement de crédibilité. Son geste envers Sophia pourrait faire basculer les choses, à moins que ce ne soit qu’un « éclair de génie ». A ses cotés, Lori est toujours aussi perdue et Sarah Wayne Callies fait du mieux qu’elle peut avec ce qu’on lui donne. Comme pisser la nuit tombée dans un coin de forêt abandonné en guide de cliffhanger. J’exagère un peu, mais l’idée était un poil ridicule. La voilà enceinte maintenant, avec les questions que cela implique sur le futur de cet enfant qui va naître dans un monde apocalyptique. L’avortement est évoqué aussi, mais Lori est apparemment plus arriérée qu’on l’imaginait : elle pense que la pilule du lendemain peut la « sauver ». Euh non, ma pauvre… Le problème de The Walking Dead, c’est qu’elle approfondit rarement ses thématiques. Les personnages (se) parlent peu. Il ne ressort donc pas grand-chose de leurs dilemmes. C’est frustrant et c’est ce qui empêche la série d’être plus qu’un divertissement plus ou moins efficace alors que je suis certain que la BD amène vers une réflexion plus poussée.

    La majeure partie de cette première moitié de saison se déroule dans un décor unique, où tous les personnages sont réunis, accompagnés de quelques nouveaux. C’était le meilleur moyen de resserrer les liens entre eux ou, dans certains cas, de les éloigner encore un peu plus. On a constamment l’impression de faire du surplace car il ne se passe souvent pas grand-chose de majeur à part quelques attaques de zombies (une pensée pour ces scènes dégueulasses avec le bibendum du puit de la réserve d’eau…) mais la série y gagne quand même beaucoup à mon avis, et tant pis si l’on s’ennuie un peu parfois. La relation amoureuse qui naît entre Glenn et Maggie (Lauren Cohan bien meilleure que dans The Vampire Diaries) est mignonne et dénote entre deux engueulades soapesques de Lori et Shane par exemple. La gaucherie et l’honnêteté sans failles de Glenn apportent même un peu de comédie à la série alors qu’elle a toujours tendance à se prendre trop au sérieux. Les réactions du vieux Hershel sont vraiment intéressantes, ainsi que son « secret ». Il n’a pas été super bien exploité et, là encore, pas assez approfondi, mais il a su faire son effet. Dale, malgré ses prises de bec avec Shane qui auraient pu lui coûter la vie, T-Dog, Daryl et Andrea sont très en retrait à l’heure actuelle mais ce n’est probablement que partie remise…

vlcsnap_2011_11_28_22h51m48s221 vlcsnap_2011_11_16_23h47m24s147


// Bilan // Et si, finalement, The Walking Dead était en passe de devenir une bonne série, à la hauteur de sa réputation ?


11 décembre 2010

The Walking Dead [1x o6]

59492183

TS-19 (Season Finale) // 6 ooo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_76583

   Une fois les vingt premières minutes de ce final passées, qui étaient très didactiques, visant à exposer de manière claire mais peu passionnante les effets du virus sur le corps humain, on peut dire que l'on tient là le meilleur épisode de la saison 1 de The Walking Dead. Chaque épisode étant différent, celui-ci ne déroge pas à la régle en nous offrant pas mal d'action dans la deuxième partie mais pour une fois, on sent qu'il y a un véritable enjeu, la tension est palpable et on se surprend même à s'inquiéter du sort de quelques uns des survivants. Il a été très difficile de s'attacher à eux jusqu'ici et on est encore très loin du compte mais quelques personnages se démarquent, en particulier Andrea. D'abord parce que Laurie Holden, son interpréte, confirme qu'elle est l'une des rares bonnes surprises du casting. Ensuite parce que la mort de la soeur du personnage l'a profondément meurtrie et qu'elle ne cherche pas à le cacher. On ne peut que ressentir de la compassion à son égard. C'est beaucoup plus difficile pour les autres qui donnent parfois l'impression de se la jouer drama queen pour pas grand chose. C'est un peu le cas de Shane. Jon Bernthal en fait des tonnes, ça n'aide pas. Mais de toute façon, le personnage est mal écrit. La scène d'intro, qui explique qu'il a vraiment cru que Rick était mort lorsqu'il est allé le chercher à l'hôpital, est mal insérée au récit. Ou disons que l'on n'a pas cherché à l'incorporer intelligemment. Elle est posée là en pré-générique sans justification. Puis on passe à autre chose. Pour comparer avec une autre série d'AMC : les intros de Breaking Bad, c'est autre chose. Ce sont même les meilleures que l'on fasse actuellement. Elles sont souvent très éloignées du reste de l'épisode, du moins à première vue, mais elles font sens à un moment donné de manière totalement inattendue. Bref, c'est autre chose... Alors bon, Shane qui se venge sur l'alcool, qui manque de tuer le scientifique ou qui tente de violer Lori, c'est écrit à la truelle et ça n'avance à rien. On a juste envie qu'il disparaisse. Mais si tous les personnages mal écrits de la série disparaissent, il ne restera pas grand monde...

   Je passe une fois de plus sur les détails qui m'ont choqué (genre le vieux sage qui cherche par tous les moyens à convaincre Andrea de ne pas abandonner mais qui ne lance même pas un regard à la black qui veut en faire autant et qui crévera au final, sans parler du mari de cette dernière qui ne montre pas beaucoup de résistance). Je passe aussi sur les effets-spéciaux plus que douteux, qui s'expliquent sans doute par une ambition plus élévée que les moyens offerts par AMC. L'explosion n'était donc pas aussi impressionnante qu'elle aurait dû l'être. Je passe sur le personnage de Rick, censé être le héros, qui est de plus en plus lisse et qui finit par agacer. Et je passe sur le fait qu'au final, ce passage dans le centre n'aura servi à rien. Ou pas à grand chose si je veux être indulgent. On a juste compris que l'espoir scientifique était totalement perdu et que l'on ne reviendrait sans doute jamais sur la possibilité d'un vaccin ou d'un antidote. Ce qui me pose un peu problème quand même. Je ne me croyais pas si cartésien.      

vlcsnap_75263


// Bilan // Fort en action, cet épisode confirme que The Walking Dead n'a pas encore trouvé son ton et n'a pas réussi à installer ses personnages, pourtant pas si nombreux, de manière satisfaisante. Tout est encore à faire et une deuxième saison de 13 épisodes permettra peut-être d'explorer cette histoire singulière avec plus de profondeur et de subtilité. Car s'il ne s'agit que d'offrir un divertissement un peu gore, ce qui serait étonnant de la part d'AMC, on peut dire que c'est sacrément raté ! Je me suis ennuyé pendant la quasi-totalité des épisodes et je n'ai pas tellement envie de voir la suite... Une sacrée déception cette série !