18 mars 2013

NBC's Hatfields & McCoys [Pilot Script]

20443688

Drama // 42 minutes

44030377

 Par John Glenn (L'oeil du mal). Produit par Charlize Theron. Pour ABC Studios & NBC. 62 pages.

A Pittsburgh, lorsqu'un homme puissant est assassiné alors qu'il vient juste de sortir de prison après avoir été condamné pour un crime qu'il n'a pas commis, deux familles rivales légendaires, les Hatfield et les McCoy, se refont la guerre, malgré des années de trêve, afin de prendre le contrôle de la ville...

Avec Virginia Madsen, Rebecca De Mornay, James Remar, Patrick Flueger, Jesse Lee Soffer, Sophia Bush, Nick Westrate, Annie Ilonzeh...

 

   Plutôt que de miser sur Venice/Westside, ABC aurait dû se garder pour elle Hatfields & McCoys, qu'elle produit du coup pour NBC. Ce pilote a bien plus de caractère et d'envergure. Il est par contre beaucoup plus sombre, plus désespéré. C'est peut-être ce qui a déplu aux dirigeants de la chaîne de Disney. On voit bien avec Revenge qu'ils ont du mal à dépasser une certaine limite dans la noirceur. NBC n'est pas en mesure de se poser ce genre de question et encore moins de faire la fine bouche. Pas de grand soleil ni de sable chaud ici, mais des rivières, des forêts humides, de la pluie, des usines... C'est moins glamour, mais il faut se méfier de l'eau qui dort. A Pittsburgh, ça bout à l'intérieur. 

   Tel qu'il est, ce script, sous-titré "Some Feuds Never Die", offre tout ce que l'on on peut attendre d'un soap de prime-time, mais aussi tout ce dont on aimerait se débarrasser une bonne fois pour toutes. Disons qu'il y a des ingrédients qui sont nécessaires, voire indispensables, mais qui ne surprennent plus du tout une fois que l'on a vu Dallas, Côte Ouest, Dynastie, Melrose Place... et tous les ratés du genre. Il faut alors prendre son mal en patience et attendre le rebondissement suivant. Et il y en a beaucoup dans ces 62 pages à vrai dire. Des masques qui tombent, des alliances inattendues qui se forment... du sang, du sexe, des trahisons, des bagarres... et surtout : deux personnages féminins forts, deux divas en puissance, cinquantenaires, que je me plais à imaginer encore plus énigmatiques et impitoyables que Victoria Grayson et Amanda Woodward réunies. Bon, on n'en est pas encore là. Mais leurs débuts sont encourageants. La matriarche McCoy est la plus sympathique des deux. La plus aimante et la plus sincère. Mais quand on la pousse à bout, elle peut devenir mauvaise. C'est cette facette-là qui sera explorée par la suite, j'espère. La matriarche Hatfield est plutôt du genre de celles que l'on adore détester. Elle a bien entendu une bonne raison d'agir ainsi, mais ce qui nous importe présentement c'est les vannes qu'elle envoie et les stratégies qu'elle met en place. Ah oui : c'est la Maire de Pittsburgh. Autant dire qu'elle a le bras très long. Je fais confiance à Virginia Madsen et Rebecca de Mornay pour incarner ces deux personnages avec brio, et ainsi trouver une nouvelle jeunesse à la télévision. Elles le méritent bien. Si les femmes ont le pouvoir dans la série, les -jeunes- hommes ne sont pas en reste. Rien que des chiens fous qui s'amusent à se mordre les uns les autres. On verse souvent dans le cliché avec leurs dialogues, surtout ceux entre les deux frères McCoy. Mais on parvient à s'en accommoder, d'autant qu'on sait qu'ils vont être plaisants à regarder. Sinon, je préfère tout de suite prévenir les fans de Sophia Bush : dans ce pilote, elle n'a pas grand chose à faire et à dire. On n'est pas loin de la figuration. La jeune médecin qu'elle interpréte manque cruellement de développement, mais il y a tellement de personnages qu'il était difficile de leur offrir à tous un temps d'antenne équivalent. Elle prendra sûrement sa revanche par la suite, si suite il y a. 

   Je ne peux en dire plus sur ce pilote, sous peine de gâcher certains effets de surprise, mais je serai en tout cas étonné que NBC ne lui laisse pas sa chance. Elle a quand même validé Deception ! Dans le genre du soap, Hatfields & McCoys est mille fois plus intéressante, avec un véritable ton, une ambiance, des personnages forts, un classicisme aussi, qui a son charme, et une distribution solide. 


09 décembre 2012

Dexter [7x 08, 7x 09 & 7x 10]

81003661_o__1_

Argentina // Helter Skelter // The Dark... Whatever

2 250 000 tlsp. // 2 120 000 tlsp. // 2 080 000 tlsp.

81145712_o // 71011094 // 81020333_o


 vlcsnap_2012_12_08_18h07m23 vlcsnap_2012_12_08_18h07m52

   Que le temps devient long devant un épisode de Dexter... Et voyez-vous, comme je traîne des pieds à voir les épisodes, j'ai accumulé du retard. J'ai voulu le rattraper en une soirée. La fausse bonne idée. Trois épisodes d'affilée : imaginez le calvaire. On ne m'y reprendra plus. En plus, je suis incapable de faire une critique cohérente, qui puisse faire état de la progression des intrigues, car je mélange un peu tout ce que j'ai vu. Dans le fond, ce n'est pas bien grave : les scénaristes aussi ont perdu le fil de leur histoire et multiplient les incohérences et les facilités. Ce dont je me souviens vivement, c'est qu'il se dégageait quelque chose d'intéressant du premier des trois épisodes. Il était beaucoup trop bavard, c'est certain, il ne s'y est même pas passé grand chose, mais les dialogues étaient soignés, remplis d'humour et de double sens. C'était l'un des points forts de la série à ses débuts, mais la tradition s'est perdue au fil du temps. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas eu un épisode aussi satisfaisant de ce point de vue-là. J'ai tout particulièrement apprécié la rencontre entre Dex et Isaak (dans un bar gay, confirmant au passage une théorie). Mais LA scène d'Argentina est celle où Debra avoue à son frère qu'elle a eu des sentiments amoureux pour lui. Ce n'était pas nécessairement la meilleure scène de Jennifer Carpenter depuis le début de la saison, car elle en a eu pas mal de fameuses, mais l'une des plus réussies sans aucun doute. Et puis je tenais à ce que cet aspect controversé de la saison précédente soit revisité d'une manière ou d'une autre cette année. C'était impossible de fermer les yeux dessus. Les auteurs s'en sont bien sortis. Du moins jusqu'à l'épisode suivant, dans lequel notre héros conclut que c'était une réaction logique et qu'il n'y a pas lieu d'en parler plus longuement. Un peu trop facile. J'aurais voulu le voir plus troublé. J'aurais voulu qu'il se pose lui-même des questions sur la nature de son amour pour elle... Tant pis. Il est de toute façon trop aveuglé par son Hananh, qui le rend vraiment très con. Plus encore que Lila et Lumen en leur temps. Sinon, le retour d'Astor et de Cody n'était pas une mauvaise idée. Malheureusement, ça n'a rien donné. On a dû se contenter d'un parallèle bancal entre les petites séances de fumette de la jeune fille et les activités criminelles de son beau-père, et de chamailleries agaçantes entre le cadet et son aînée. 

   Helter Skelter est un épisode pivot dans la saison qui, à quatre encablures du dénouement, bouleverse l'ordre établi dans le but évident de surprendre et d'éviter les remarques du style "la structure narrative est toujours la même, elle est sans surprise". Etant donné que c'est un refrain que j'entonne depuis trois ans, je me sens un peu responsable du bordel qui en a découlé. Oui, personne ne s'attendait à ce que Dexter et Isaak collaborent et encore moins que ce dernier rende l'âme aussi vite. A vrai dire, on ne pouvait pas s'y attendre pour la simple et bonne raison qu'il était inconcevable qu'Isaak puisse approcher Dexter de manière aussi répétée alors que la police et la mafia locale étaient à ses trousses. Ils auraient dû se retrouver dans une merde noire tous les deux. Mais non. Du coup, doit-on considérer que cette intrigue s'arrête là ? On ne retiendra que la prestaton impeccable de Ray Stevenson et le potentiel jamais vraiment exploité de son personnage. C'est toujours mieux que les "méchants" précédents, en même temps. Il ne faisait pas peur, mais il avait une prestance et des choses toujours très fines à dire. Debra et lui ont permis d'éviter un nouveau naufrage. Pendant ce temps, Quinn a continué à tirer les épisodes par le bas, accompagné d'un Batista toujours plus mou, toujours plus dispensable. Afin de garder un enjeu policier à la suite et à la fin de la saison, on a mis au Miami Metro un nouveau serial killer sur le dos, avec cette fois la variante de la pyromanie pour faire diversion. Dex ne nous a pas déçu : il a réussi à trouver son identité très rapidement et a ainsi pu mettre fin à ses activités tout aussi vite. C'était du remplissage pure et simple. 

vlcsnap_2012_12_08_18h08m31 vlcsnap_2012_12_08_18h05m50

   Et puis il y a Hannah. Ah Hannah... Je ne suis toujours pas sensible aux charmes d'Yvonne Strahovski. Je sais que c'est précisément ce qui en rend plus d'un indulgent quant à la qualité des derniers épisodes. Désolé, pas moi. Dans The Dark... Wathever, j'ai enfin ressenti un peu d'empathie pour elle. Et puis du mépris aussi. Son père était un connard fini, mais du genre de ceux qui ne sont même pas crédibles parce qu'on se dit que ça n'existe pas en vrai, des pourritures pareilles. N'empêche que la voir anéantie m'a touché. J'ai compris la réaction de Dexter, j'ai compris qu'à ce moment-là, il ait ressenti le besoin d'outrepasser le code d'Harry pour venger celle qu'il l'aime. Mais j'ai beau comprendre, ça me dérange quand même qu'il soit passé à l'acte. Je n'aime pas quand Dexter est amoureux. Je le disais plus haut : ça le rend bête. Il fait n'importe quoi. Il suffit de voir comment il a tué ce monsieur. Et que l'on n'essaye pas de nous faire douter de l'intelligence d'Hannah : bien sûr qu'elle a compris ce qu'il a fait ! Mais, plus grave encore : tout ce qui a été bâti autour de la relation Dex/Debra, le coeur de la saison, est balayé au fur et à mesure que la blonde prend de l'importance dans sa vie. L'une veut ajouter des règles au code, l'autre veut l'encourager à céder à toutes ses pulsions. Et qui pourrait franchement être #TeamHannah ? Personne, on est d'accord ? On la connait depuis trois épisodes, elle a encore tout à prouver, et on voudrait que l'on choisisse son camp ? NO WAY. La perspective, peu crédible il est vrai, d'un duo au sein duquel Debra commanderait les meurtres et Dexter les exécuterait s'envole peu à peu. Les auteurs veulent les opposer à nouveau, mais pour quoi faire au juste ? Je continue de croire que la seule chose qui pourrait sauver la série, c'est que Dex tue Debra dans le final, sentant qu'elle est sur le point de le trahir et de le livrer à la police. Sauf qu'il ne reste plus que deux épisodes après celui-ci, et je vois mal comment il pourrait en arriver là en si peu de temps, à moins d'un coup de folie. Si l'affrontement entre le frère et la soeur doit être tiède, je n'en veux pas. Et si Hannah s'en chargeait elle-même ?

   Pendant ce temps-là, Dexter est loin de s'imaginer que Laguerta est à ses trousses et qu'elle est désormais persuadée qu'il est le Harbor Bay Butcher. Normal : elle agit seule, ou presque, et on ne sait pas bien où tout cela va la mener. La mort est l'option la plus probable, pusqu'on imagine mal qu'elle se taise ou que Dexter finisse en prison à la fin de la saison, mais c'est une issue tellement facile et si souvent empruntée dans la série... Matthews va sûrement jouer un rôle important dans tout ça. On le connait assez mal, mais suffisamment pour savoir qu'il n'est pas fiable. D'ailleurs, on se demande un peu pourquoi Laguerta est allée se confier à lui. C'était bien pratique pour faire le lien et ainsi amener plus rapidement l'enquêtrice vers la vérité, mais ce n'est pas très logique et ça ne lui ressemble pas vraiment. Malgré leur passé amoureux tumultueux, je l'aurais davantage vu se confier à Batista, qui aurait eu l'esprit assez ouvert pour ne pas la prendre pour une cinglée et qui l'aurait vraiment aidée. Mais comme il n'existe plus aux yeux des auteurs... Heureusement pour lui, Dexter peut désormais compter sur le soutien de deux femmes. Laquelle des deux lui sera la plus utile pour le sortir des griffes de Laguerta ? 

vlcsnap_2012_12_08_18h05m30 vlcsnap_2012_12_08_18h08m46


// Bilan // C'est avec bien peu d'enthousiasme que je poursuis la saison 7 de Dexter. Elle avait pourtant si bien commencé... Les scénaristes ont enfin osé déstructurer la série, il ont réussi à nous surprendre, mais la surprise n'a pas toujours que du bon et, ici, elle se révèle plus décevante qu'autre chose. Plus que deux épisodes. Le dénouement est proche, le soulagement aussi.

28 septembre 2012

Tueurs En Séries [Dexter et Downton Abbey sont de retour !]

120928101609498

Sommaire: Retour sur les moments forts des Emmy Awards, avec la rafle d'"Homeland" - "Treme", "Army Wives", "White Collar" & Co. renouvelées - Poppy Montgomery se souvient - Tous les projets alléchants de la chaîne FX - On répond à vos questions : "Merlin", "Once Upon A Time" - Pleins feux sur "Dexter" - Le casting de "Downton Abbey" nous parle de la saison 3...

 

02 octobre 2011

Dexter [6x 01]

dnes_season4_dexter_miniban

19795855

Those Kinds Of Kings (Season Premiere) // Diffusion ce soir

 44030377


 vlcsnap_2011_10_02_02h27m13s223 vlcsnap_2011_10_02_02h04m31s173

    Aiguisez vos poignards les amis et déroulez vos bâches en plastique dans votre appart': Dexter est de retour, plein de promesses après une saison 5 proche de la bavure. Honnêtement, qu'en a-t-on retenu à part la relation prenante entre notre héros et Lumen ? Rien. Absolument rien. Et comme Lumen n'est plus là, on repart un peu à zéro dans ce Season Premiere. L'équipe de la série est visiblement consciente désormais de tout ce qui clochait la saison passée et même la saison d'avant pour certaines intrigues. Ainsi, on nous débarrasse (temporairement) du couple soapesque/daubesque Laguerta/Batista après les avoir pourtant réunis dans le final précédent. Pendant l'entre deux saisons, ils se sont séparés, ont divorcé même et cela leur a réussi professionnellement parlant puisqu'ils montent tous les deux en grade. Je reste quand même inquiet au sujet de Laguerta : son nouveau poste pourrait à la fois l'éloigner des autres personnages mais aussi lui offrir une intrigue à elle, qui rejoindra peut-être au final les autres développements mais qui pourrait paraître hors-sujet un bon moment avant de faire sens... Batista, en tant que nouveau lieutenant de la brigade, devrait davantage se fondre dans la masse. Les scénaristes ont d'ailleurs renforcé l'équipe en place en ajoutant quelques stagiaires pour Masuka, dont une belle petite blonde qui risque d'en faire craquer plus d'un. Et ce n'est certainement pas Masuka qui obtiendra ses faveurs ! Angel ? Debra et Quinn sont toujours ensemble, eux, et ce serait assez sympa de les laisser tranquilles cette année. Je crois que je rêve mais bon...

   Venons-en à Dexter, qui a trouvé le temps de recharger ses batteries pendant la pause, de retrouver un semblant d'équilibre entre sa vie familiale, bien aidé par la jeune soeur de Batista devenue la nounou de Harrison (l'autre disparait donc sans explication si je ne m'abuse), et ses meurtres qui se déroulent avec toujours autant de succès et de minutie. La scène d'ouverture tente tout de même de tromper l'ennui et la routine en se jouant de nous : Dex ne s'est pas fait poignarder, il est son propre appât pour régler leur compte à des ambulanciers sans scrupules. Et il ne les tue pas comme il en a l'habitude : place aux défibrilateurs ! Genius. L'autre meurtre de l'épisode nous entraîne dans l'adolescence de Dexter, à l'occasion de son high-school reunion où il ne vient pas seul mais accompagné de son fidèle papa. Cette partie de l'épisode est particulièrement amusante, jouant avec les codes habituels de ce type d'histoire. Une pipe dans une salle de classe plus tard, Dexter retrouve le quaterback qu'il a l'intention de tuer et passe à l'action. Ce meurtre-là est plus classique mais le petit dialogue entre les deux protagonistes est intéressant. Ainsi, le geek dont on se moquait à l'époque du lycée est devenu un homme mûr, attirant (merci la muscu), attendrissant presque malgré lui suite à ce qui est arrivé à sa femme, et donc populaire. Drôle de retournement de situation ! 

   Comme l'affiche promotionnelle l'annonce très bien, cette saison 6 sera placée sous le signe de la religion. Elle est introduite habilement à travers l'entrée à l'école maternelle d'Harrison. Dexter se pose alors des questions sur la croyance, quelque chose qu'il n'a jamais possédé ni compris ni même cherché à comprendre. Quel type d'éducation doit-il inculquer à son fils ? Cela va un peu à l'encontre de sa réaction avec l'ancienne nounou de son fils, qui voulait imposer la religion mais bon... les scénaristes se sont peut-être rendus compte qu'ils avaient fait une erreur en choisissant de ne pas explorer ce succès. Je crois qu'il a complètement sa place dans Dexter. Apparemment, ce thème s'invitera également à travers l'intrigue fil-rouge de la saison qui reste encore bien mystérieuse pour le moment, introduite par quelques scènes très bien mises en scène, à l'ambiance très proche des premières saisons de la série. Edward James Olmos en impose déjà beaucoup dans son rôle, Colin Hanks, qui fait figure de "disciple" un peu moins. Ma curiosité est indéniablement aiguisée... Par contre, ça fait vraiment bizarre de voir des effets spéciaux numériques dans Dexter, lorsque les serpents sortent du ventre du cadavre. Moi qui suis très effrayé par les serpents, je dois dire que j'ai été servi !

vlcsnap_2011_10_02_02h29m09s108 vlcsnap_2011_10_02_02h36m15s14


// Bilan // Dexter nous revient plus léger et la série plus amusante que jamais, comme pour nous rappeler qu'être un serial killer, ça peut aussi être excitant et fun ! Ce Season Premiere pose correctement les bases de la saison et insuffle un peu de fraîcheur à une série vieillissante mais qui a toujours le potentiel d'être excellente.

17 octobre 2010

Dexter [5x 02]

dnes_season4_dexter_miniban

Hello Bandit // 1 7oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_338790

   Il y avait de très belles choses dans cet épisode, tout particulièrement dans les affrontements entre Dexter et Astor, aussi déchirants que poignants. Le départ d'Astor et Cody m'a beaucoup ému mais il m'a encore plus déçu. Ca relève de la facilité scénaristique. Certes, il reste Harrison. Mais c'est offrir à Dexter la possibilité de se sortir de ce qu'il est en train de vivre beaucoup plus facilement. Mais ce qui m'a le plus dérangé, c'est cette présence fantômatique des parents de Rita. Ils sont là mais ils ne parlent quasiment pas. Comme s'ils n'existaient pas vraiment. Là aussi c'était une facilité et je n'aime pas beaucoup cela. C'est Dexter mince... Les justifications du départ des enfants sont plutôt bonnes et il est difficile de ne pas se mettre à leur place et de les comprendre. La colère prend le pas sur tout. Et Dexter se rend compte à ce moment-là combien il le aime, lui qui a toujours prétendu ne pas avoir de sentiments. Les monologues en voix-off étaient particulièrement inspirés, surtout en fin d'épisode. Associés à cette atmosphère marécageuse et ce tueur en séries atypique, ils nous faisaient nous sentir comme à la maison. On est bien devant Dexter même si plein de choses ont changé.

   Nous avons affaire à un deuxième épisode de transition après le Season Premiere. Il n'est pas de trop. Inutile que les choses aillent trop vite. Déjà que l'après-Rita n'est pas hyper bien traité. Mais du coup, on ne sait pas bien de quoi la saison sera faite. Un nouveau serial-killer fera-t-il son apparition comme dans les saisons précédentes ? Il y a bien un début d'intrigue de ce coté-là mais elle peut très bien n'être que du remplissage en attendant quelque chose de plus grand. Ou alors on enchaînera les petites enquêtes. C'est une solution pour casser la routine, mais est-ce la meilleure ? Avant d'en arriver là, les scénaristes reprennent leurs mauvaises habitudes en traitant de la vie amoureuse des personnages de manière peu subtile. Encore ça passe pour Debra et Quinn puisque l'on concrétise une tension sexuelle qui a toujours existé. Et puis Debra, elle nous intéresse. Par contre, les petits tracas de Batista et Maria ne m'intéressent toujours pas le moins du monde. Je sens qu'ils vont encore être pénibles cette saison ! Sinon, chapeau pour la perruque water-proof de Michael C. Hall. On dirait ses vrais cheveux !

vlcsnap_366170


// Bilan // Dexter s'effondre à sa façon mais la série reste solide comme un roc.


03 octobre 2010

Dexter [5x 01]

dnes_season4_dexter_miniban

My Bad (Season Premiere) // 1 77o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_343986

  Comment dire adieu à Rita ? J'imagine que les scénaristes de Dexter se sont longuement posés la question. C'est une chose d'écrire une fin de saison aussi magistrale et osée, c'en est une autre d'être capable d'en écrire les conséquences. Ils ont opté pour la sobriété, ce qui n'est pas très étonnant venant de leur part. Peut-être même était-ce un peu trop sobre, un peu trop lent. Pas assez sombre. Ils ont fait le choix de se focaliser sur Dexter, mettant un peu de coté les enfants de Rita, dont seule l'aînée esquisse une colère, et oubliant ses parents, que l'on ne connaissait pas jusqu'ici certes mais qui auraient mérité quelques instants de douleur. Debra est là aussi, très affectée, apprenant à être forte pour son frère. Mais elle trouve le temps de s'envoyer en l'air sur le sol de la cuisine dans la maison du drame, avec Quinn. Mal venu mais classique. Quand quelqu'un meurt dans une série, les autres baisent. Et dans la vie ? Mais Quinn ne fait pas que montrer ses fesses (ou celles de sa doublure), il enquête également de son coté sur Dexter. Il est plus suspicieux que jamais. Dommage qu'il n'ait pas l'intelligence et le charisme d'un Doakes...

   Ce premier épisode va méticuleusement raconter le cheminement introspectif de Dexter de la découverte du corps de Rita à son enterrement. C'était passionnant et fascinant, mais pas plus que d'habitude malgré les circonstances. La série fait toujours preuve d'humour noir et n'hésite pas à désamorcer l'émotion par, par exemple, des oreilles de Mickey. J'aurai préféré ne pas rire à ce moment précis du récit mais comment faire autrement ? Une façon de montrer que Dexter, quelque soit l'humain qu'il est devenu, n'a pas encore tout compris sur son espèce. Pendant une grande partie de l'épisode, il restera amorphe, passif, incapable de dissimuler ou de feindre une quelconque émotion. Le regard vide. A la fin de l'épisode, il retrouve son instinct animal, tue un homme qu'il ne connaît pas mais qu'il suppose dangereux, sans son rituel, sans réfléchir. La mort de Rita inaugure-t-elle une nouvelle étape dans sa cruauté ? Si oui, alors c'est la seule piste que nous donne cet épisode quant à la suite de la saison. J'ai beaucoup aimé les flashbacks sur la première rencontre de Dexter et Rita. C'était à la fois touchant et amusant. L'occasion de se souvenir de ce qu'était les deux personnages il y a cinq ans... Rita est morte, vive Rita !

vlcsnap_357917


// Bilan // J'aurai voulu ces adieux à Rita plus déchirants et plus intenses, mais c'eut été trahir la série et trahir Dexter. Une page se tourne...

30 mars 2010

FlashForward [1x 13]

dnes_season4_flash_benford_

Blowback // 6 17o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_103000

   C'est avec tristesse que je vous annonce que le pessimisme ambiant au sujet du futur de FlashForward m'a contaminé. Autant j'étais assez impatient de retrouver la série la semaine dernière et le double épisode ne m'avait pas déplu, autant cette semaine je n'avais pas envie de regarder le nouvel épisode et même s'il était très correct, je ne suis pas impatient de visionner le prochain. C'est bizarre. De voir certains acteurs de la série partir sur de nouveaux projets (Zachary Knighton et Christine Woods en tête), ça refroidit quelque peu. Ils assurent sans doute simplement leurs arrières mais vu les audiences, comment la série pourrait être renouvelée ? Le public ne reviendra plus et la série dite événement ne sera plus. On l'oubliera comme on a oublié en leur temps The Nine ou Invasion (qui n'étaient pourtant pas mauvaises). Bref, je n'y crois plus beaucoup alors je n'arrive pas à m'impliquer dans la série. Et puis comme la plupart des personnages manquent cruellement d'intérêt...

   Il y en a deux que j'adore, c'est Demetri et Zoey. Ils sont vraiment mignons, mais pas dans le genre niais, et les scénaristes ont trouvé un moyen de davantage impliquer Zoey en la faisant carrément bosser sur le cas Demetri pour empêcher qu'il ne meurt. C'est peu crédible mais ça a le mérite de faire avancer les choses et de rendre l'investigation plus prenante. En revanche, il n'y a rien à faire : le couple de héros ne suscite pas grand chose, voire rien du tout. La faute en partie à Joseph Fiennes que je ne chercherais plus à défendre. Son jeu est extrêmement limité et son personnage insupportable. On ne saura jamais à qui revient la plus grande part de responsabilité. La faute aux scénaristes qui ont écrit un personnage plus qu'uni-dimensionnel ou la faute à Fiennes qui n'est pas capable de lui donner du poids et de la force ? Le débat est ouvert ! Et puis il y a aussi Aaron et sa fille Tracy. J'ai toujours eu du mal à m'intéresser à cette intrigue bancale et même quand ça avance considérablement, ça ne le fait toujours pas pour moi. L'ennemi est désormais incarné (par James Remar, il y a pire) et c'est une très bonne chose mais ce vers quoi on se dirige ne me plaît pas tellement. Du moins c'est le sentiment que j'ai. On verra bien... Quant à Janis, je l'aime bien, mais son histoire de grossesse commence à prendre l'eau. J'ai envie de savoir si elle va vraiment tomber enceinte mais je n'ai pas envie de la voir se lamenter en attendant que ça ait lieu ou non. On s'ennuie. Pour terminer, tout ce qui touche aux tours en Somalie me passionne pour le coup et on devrait être servi la semaine prochaine avec un petit voyage là-bas. Ca ne suffit pas à me rendre hyper impatient mais je m'accroche à ça, c'est mieux que rien. 

vlcsnap_66211


// Bilan // Un épisode que je qualifierais "de transition". On galvaude un peu trop ce terme à mon goût mais il me paraît cette fois bien correspondre. Entre les révélations de la semaine dernière, celles plus minimes de cette semaine et celles probables du prochain épisode, on sent une envie de bien faire et de retenir l'attention du public. Ca ne marche pas car c'est trop tard mais je n'accablerais pas les scénaristes qui font ce qu'ils peuvent...

12 novembre 2009

Dexter [4x 07]

dnes_season4_dexter_miniban

Slack Tide // 1 76o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_42341

   Après une première moitié de saison en fanfare, c'était à craindre : le rythme ralentit drôlement pour ce 7ème épisode. Je ne me suis pas ennuyé car l'enquête puis le meurtre du jour étaient plaisants. Je ne sais pas si l'adjectif est adéquat. Mais il faut reconnaître que quasiment aucune intrigue n'avance. C'est même pire, certaines reculent... Celle de Debra par exemple. De retour à son poste, elle n'a toujours qu'une idée en tête : découvrir l'identité du Trinity Killer. Problème : si elle la découvre, Mitchell va se retrouver en prison et Dexter ne pourra plus rien faire. La saison serait alors terminée. On peut donc parier que l'enquête de Debra n'aboutira pas tout de suite, voire pas du tout. Qu'à cela ne tienne : le moment semblait parfait pour ressortir l'autre enquête de Debra, très personnelle aussi, sur le passé trouble de son père. Oui mais problème là aussi : si Debra se penche sur le bon dossier, de fil en aiguille elle découvrira qui est vraiment la mère de son frère et qui est vraiment son frère. Et si cela est envisageable en fin de saison, ça ne l'est pas tout de suite maintenant. Dexter a de la chance : il met la main sur le dossier de sa mère et le réduit en bouillie. Sauf la photo de sa mère, qu'il garde précieusement dans un tiroir de son bureau. Inutile de dire que cette photo aura une importance capitale par la suite. Si Debra ne tombe pas dessus, on peut imaginer que Quinn, lui, ait cette chance. Car ça y est, il ne fait plus aucun doute que Quinn va se la jouer Doakes 2.0 ! Il commence à suivre Dex dans ses soirées... Mais n'est pas Doakes qui veut ! Je doute que Quinn découvre le vrai visage de Dex. Par contre, il pourrait bien finir comme Doakes s'il fouine trop... Ca a le mérite de lui donner un semblant d'intérêt. On aurait aimé que cela arrive plus tôt !

   L'enquête de l'épisode... mais, depuis quand a-t-on une enquête de l'épisode dans Dexter ? On n'est pas chez les Experts et Dexter Morgan n'est pas Horacio Caine, Dieu merci ! Pourtant, au fond, l'enquête n'est pas plus intéressante que dans n'importe quelle série policière classique. Puisque l'action se situe à Miami, on mélange jolies nanas pas malignes et crocodiles et le tour est joué ! Finalement, cette affaire est prétexte à faire commettre l'irréparable à Dexter : le meurtre d'un innocent. A vrai dire, ce n'est pas la première fois que cela arrive. Il a déjà tué un innocent au début de la saison 3. La seule différence, c'est qu'il s'agissait d'un accident. Là, il l'a fait de son plein gré et il y a même mis tout son coeur. Je ne vois pas trop ce que cela peut apporter en fait. J'imagine que Dex s'est débarrassé du corps. Il n'y aura donc certainement pas d'enquête sur ce meurtre. Quant aux états d'âme du Serial-Killer, ils me passionnent, certes, mais le voir rongé par la culpabilité n'est pas une perspective qui m'excite... Pendant ce temps, le Trinity est toujours en liberté et il s'amuse comme il peut dans son garage. Dex continue de récupéter tout plein de conseils sur la vie de famille et, pour le moment, ça semble marcher puisque Rita est souriante et les enfants s'amusent. Une scène magistrale quand même : lorsque Dex tue la biche sous les yeux de Mitchell, apeuré. Ne se sent-il pas un peu trop en confiance ? L'affaire Prado ne lui a donc pas servie de leçon ?

         vlcsnap_41306


// Bilan // Le temps est à l'accalmie du coté de Miami. Dexter vogue tranquillement sur la mer et on se laisse bercer avec lui... A quand l'orage ?

30 octobre 2009

Dexter [4x 05]

dnes_season4_dexter_miniban

Dirty Harry // 1 7oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_90048

   Lundy est mort. Debra est vivante. Pas de surprise. La chasse au Trinity Killer prend une toute autre tournure, pour bien des raisons. D'abord évidemment parce que Dexter veut venger sa soeur. Quoi de plus motivant pour le retrouver ? Ensuite parce qu'il veut venger la mort de Lundy, qui est un homme pour qui il avait beaucoup d'estime. Ils n'étaient pas intimes mais il se passait quelque chose à chacune de leur rencontre, comme si Lundy savait, au fond. Enfin, parce qu'à partir du moment où il découvre la vérité sur l'identité de cet homme, il ne peut que se sentir proche de lui. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, le serial-killer est un père de famille, marié, deux enfants. A la façon dont il est accueilli à son retour, on sent même qu'il est aimé, qu'il a manqué pendant son absence. Jamais je n'aurai imaginé qu'il avait cette vie-là. Cela le rend sans doute encore plus effrayant. Ce n'est pas un homme seul et malheureux qui cherche à tuer le temps et à se venger d'une vie qui ne lui a pas fait de cadeaux. C'est un homme comme mon père, comme le vôtre, avec une vie qui semble "normale" comme on dit, équilibrée. Mais qui est-il vraiment ? Pourquoi ? J'ai toujours apprécié ce personnage depuis son premier meurtre dans le Season Premiere mais il prend encore une nouvelle envergure on ne peut plus excitante. Evidemment, le parallèle entre le Trinity Killer et Dexter est facile mais, au moins, cela donne une impression de cohérence, pas comme l'année dernière. Etant donné que l'on arrive presque à la moitié de la saison et que Dexter a déjà trouvé sa proie, il faut s'attendre à ce que le Trinity soit plus coriace que n'importe quelle autre proie. Cela va être autre chose que Miguel Prado.

   On ne peut pas dire que l'épisode ait eu un rythme effréné. Il a fallu attendre les dix dernières minutes pour que la machine s'emballe. Pour autant, les 40 minutes qui ont précédé étaient loin d'être chiantes. En réalité, comme souvent dans la série, les femmes de la vie de Dex l'ont empêché de mener à bien sa mission aussi rapidement qu'il l'aurait souhaité. Il y a d'abord eu cette pauvre Debra, totalement dévastée suite à la mort de Lundy, qui croit qu'elle est responsable de tout ce qui s'est passé. La scène qu'elle partage avec Dexter sur le parking où le meurtre a eu lieu était absolument bouleversante. Jennifer Carpenter a offert sa meilleure composition depuis le début de la série. Debra était devenue un peu ennuyeuse depuis quelques temps mais les choses risquent de changer désormais. La scène où elle rompt avec Anton était très forte également, tout en silences qui en disent long. Dexter a aussi dû affronter Rita qui a découvert un de ses secrets : il a toujours son appartement, contrairement à ce qu'il lui avait dit. C'était sûr qu'un jour ou l'autre elle le découvrirait. Et il a de la chance qu'elle ne soit pas une bonne espionne. A sa place, ça fait longtemps que j'aurai suivi Dex partout pour comprendre. Et j'aurai retourné son appartemment ! Rita a été plus sage, ou plus conne, c'est selon. Elle a un coté agaçant, c'est certain, mais je l'aime bien quand même. Allez, je commence à croire vraiment qu'elle va découvrir toute la vérité et rien que la vérité dans ce season finale. Un mot pour dire qu'après le sursaut de la semaine dernière, Quinn et sa journaliste ont retrouvé leur inutilité chronique, de même que Laguerta et Angel qui risquent bientôt de ne plus travailler ensemble. Qu'est-ce qu'on peut s'en foutre, c'est dingue...

vlcsnap_67560


// Bilan // Valse des émotions, densité des personnages : Dexter n'est jamais aussi bonne que lorsqu'elle se concentre sur l'essentiel.

23 octobre 2009

Dexter [4x 04]

dnes_season4_dexter_miniban

Dex Takes A Holiday // 1 51o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_92011

   Dexter est en vacances ! Non, n'allez pas imaginer qu'il est parti avec femme et enfants à la plage. Rita et les enfants sont partis, oui. Mais sans lui. Et c'est là que commencent ses vraies vacances à lui. Il va alors s'adonner au passe-temps qu'il aime le plus au monde : traquer un tueur puis l'assassiner. La série revêt pour l'occasion ses habits classiques façon saisons 1 et 2 et retrouve l'intensité qui a fait son succès. Ce loner aurait pû être ennuyeux, il est passionnant. La personnalité de la tueuse, car la proie de Dexter est une femme pour une fois, se révèle particulièrement travaillée et elle fait directement écho à notre serial-killer. Zoey Kruger (ça ne s'invente pas) a tué son mari et sa fille de sang froid et a fait accuser à sa place un petit délinquant. Elle est donc passée de mère de famille à tueuse. Dexter a fait le chemin inverse : il est passé de tueur à père de famille. Christina Cox (Defying Gravity, FX : Effets spéciaux...) a délivré une prestation bluffante. Les quelques scènes qu'elle a partagé avec Michael C. Hall étaient... intenses. J'essaye de varier les adjectifs dans mes reviews en général mais là, je n'en vois pas de plus juste. La scène où elle le coince dans les toilettes était particulièrement forte, presque érotique tant la tension sexuelle était forte. J'ai bien cru qu'elle allait nous violer notre Dexter, et ma foi, ça ne m'aurait pas déplu. Bref, elle était si excellente que j'ai presque eu de la peine que Dex l'attrape si vite. Je l'aurais bien vu rester quelques épisodes de plus. Ce meurtre n'était pas vain puisque Dex a compris qu'au fond, cette nouvelle vie pouvait aussi le rendre heureux. Il a toujours cru qu'il était fait pour vivre seul mais nul homme n'est fait pour vivre seul, pas même lui. Le seul bémol que j'apporterais dans tout ce flot de compliments béats, c'est que les scènes entre Dex et Harry, filmées façon film érotique et/ou Les Feux de l'amour, sont trop nombreuses et trop longues. Elles font partie du code génétique de la série, certes.

   On se demandait depuis le début de la saison ce que la liaison entre Quinn et la journaliste pouvait apporter. On a eu notre réponse : c'est (un peu) grâce à elle que l'enquête de Lundy sur le Trinity Killer a pu avancer. Et dire qu'elle a avancé n'est pas assez fort : elle s'est presque dénouée ! Lundy a trouvé qui il était. Mais Lundy s'est fait sauvagement tiré dessus, par le Trinity Killer ou par quelqu'un d'autre. Il y a 99% de chances pour que ce soit lui mais sait-on jamais ? On pourrait aussi imaginer qu'Anton a découvert que Debra et lui avaient remis le couvert et qu'il a voulu leur donner une bonne leçon. Parce que Debra aussi se fait tirer dessus. En premier d'ailleurs. Autant, on comprend assez tôt dans l'épisode que Lundy va y passer, autant je ne m'attendais pas à ce que Debra soit touchée aussi. Le cliffhanger est digne d'une fin de saison, ce qui est cocasse pour un 4ème épisode, et il est filmé de manière très stylée. Ce n'est pas transcendant d'originalité mais ça fait son petit effet. Je crois qu'on peut dire que Lundy est mort. Debra, évidemment, non. Faut pas déconner. Pas tant qu'elle n'aura pas découvert le secret de son frère adoré ! Cerise sur le gâteau de cet épisode bien rempli : l'histoire amoureuse de Laguerta et Batista a pris un virage presque comique puisqu'ils décident tous les deux de se confier à Dexter, qui n'en a évidemment rien à faire. C'est beaucoup plus digeste ainsi.

vlcsnap_89814


// Bilan // Cet épisode est ce que l'on appelle "du grand Dexter" ! Tout était réussi, du début à la fin, et on en vient même à pardonner les quelques faiblesses des épisodes précédents puisqu'ils étaient nécessaires afin de déboucher sur l'intensité de ce cliffhanger. La saison est désormais officiellement lancée !