19 janvier 2010

Dollhouse [2x 12]

dnes_season4_dollhouse_mini

The Hollow Men // 2 1oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_65469 vlcsnap_46089

   La fin de l'aventure Dollhouse n'a jamais été aussi proche. Cet avant-dernier chapitre m'a globalement déçu. Il était quasi-uniquement centré sur l'action pure, dans le but bien entendu de sauver le monde, et il a mis de coté certaines réponses à certaines questions qui étaient pourtant essentielles. Par exemple, je trouve que les motivations de Boyd quant à sa grande trahison n'ont pas été suffisamment bien explicitées. J'ai eu l'horrible sensation que les scénaristes ont préféré rester vague afin de ne pas mettre en lumière d'éventuelles incohérences. Je doute vraiment qu'il était prévu depuis le départ que Boyd tienne ce rôle au final... Le fait que le fameux Clyde soit représenté par Whiskey était ingénieux et en même temps assez risqué car le ridicule n'était pas bien loin. Heureusement, ils ne sont pas tombés dedans et l'affrontement final entre Echo et Whiskey était assez réussi, même si les grosses scènes de bagarres ne m'ont jamais passionné, ni dans Dollhouse ni ailleurs. Et puis, contrairement à l'épisode précédent, tous les personnages n'ont pas été si bien utilisés que cela. Adelle est là et glisse quelques répliques bien senties mais pas de quoi sauter au plafond. Mellie et Ballard restent deux beaux boulets et les tentatives de nous émouvoir avec leur histoire ont échoué. C'est sans doute un peu la faute des acteurs, surtout celle de Tahmoh Penikett qui reste insuportable, mais c'est aussi celle des scénaristes, qui n'ont jamais su rendre Ballard intéressant même quand il avait un rôle capital. Et puis un coup il est amoureux de Mellie, un coup son coeur balance plutôt du coté de Echo... Difficile à suivre le monsieur !

   Une fois encore, et peut-être était-ce la dernière, Victor/Anthony et Sierra/Prya ont su tirer leur épingle du jeu même si leur retour était couru d'avance et leur utilisation presque trop facile. Enver Gjokaj nous a encore gratifié d'une imitation de Topher Brink absolument hallucinante ! C'est un vrai tour de force et je crois que c'était encore mieux que la première fois ! Il a dû drôlement s'entraîner. Dichen Lachman a eu moins l'occasion de démontrer toute l'étendue de son talent mais elle en a et c'est pour moi la meilleure révélation de la série avec son compère. Amy Acker, quant à elle, a été la confirmation de la série ! On verra ce qu'elle donnera dans Happy Town mais vu que la série ne fera pas long feu, j'espère que d'autres casteurs penseront à elle. Et metteront par la même occasion Eliza Dushku sur une black-list ! Je ne voudrais pas trop cracher sur elle, je l'ai assez fait, mais j'avoue que je ne comprends toujours pas la fascination de Whedon pour cette actrice plus que moyenne. Un petit mot sur les dernières secondes de l'épisode : je suis partagé quant à leur présence. D'un coté, elles n'auraient pas été là, j'aurai détesté que l'épisode se termine sur cette note si positive, et de l'autre coté, c'était tellement prévisible que ça n'a fait aucun effet. Au-delà de ça, il sous-entend que tout ce qui s'est passé dans cet épisode et dans les précédents n'a servi à rien. C'est un peu énervant même si ça fait partie du jeu...         

vlcsnap_53640 vlcsnap_52660


// Bilan // Beaucoup d'action dans cet épisode de Dollhouse qui clôture la partie "présent" de la série, avec tout ce que cela implique de facilités, de raccourcis, de clichés et de bagarres ennuyeuses. La mythologie est mise de coté et je doute que l'on revienne vraiment dessus dans Epitaph Two qui sera diffusé dans deux semaines. Beaucoup de questions resteront donc sans réponse. C'est rageant mais on savait bien depuis l'année dernière que ça se terminerait comme ça, sur une frustration.   


10 janvier 2010

Dollhouse [2x 11]

dnes_season4_dollhouse_mini

Getting Closer // 2 4oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_6512

   C'est sur les chapeaux de roues que la fin de Dollhouse se prépare ! Cet antépénultième épisode était très réussi, presque autant que The Attic, le précédent. On nous a encore réservé tout un tas de surprises et de rebondissements et les personnages les plus importants depuis le début de l'aventure étaient réunis. Ils ont tous eu un rôle à jouer, plus ou moins important. C'est quand elle est chorale que la série est au top de son potentiel. Je l'ai toujours dis et je ne m'en lasserai pas. Du coup, Echo se fond dans la masse malgré son statut de doll suprême et c'est bien mieux comme ça. Deux histoires sont racontées en parallèle, deux timelines opposées : d'un coté celle de Caroline avant qu'elle ne devienne Echo, qui cherche par tous les moyens à faire tomber Rossum, quitte à trahir sa meilleure-amie Bennett, et de l'autre Echo et toute la dreamteam de la dollhouse qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter... la fin du monde et donc sauver la société secréte ! Cela ne se fera pas sans heurts évidemment.

   Bennett et Topher doivent faire équipe pour reconstituer Caroline et l'humour est de mise. Si rendre Topher à ce point bêta devant Bennett est un peu exagéré, on ne peut nier que leur duo fonctionne à merveille et que si la série avait continué, il aurait été dommage de ne pas le conserver sur le long-terme. La question ne se pose plus, d'autant que Bennett se fait exploser la tête par... le Dr Claire Saunders ! Ca alors mes amis, qui l'avait vu venir franchement ? C'est un plaisir de retrouver Amy Acker, elle nous avait bien manqué depuis la dernière fois. Qu'elle devienne tout à coup la grande méchante n'est pas si surprenant quand on y pense puisque c'était elle la number one avant qu'Echo n'arrive à la dollhouse. En revanche, qu'elle soit de mèche avec Boyd qui se révèle être le pire traite qui soit, ça c'est incroyable ! Il est à la tête de Rossum, avec un autre homme dont on fera sans doute la connaissance la prochaine fois, et depuis le départ, il manipule tout le monde. Lui qui avait tendance à ne plus servir à grand chose depuis quelques temps tient sa revanche, assurément. Tout cela relègue Ballard au second plan, il a du mal à trouver sa place. Le retour de Mellie m'a fait plaisir, je l'aime beaucoup. J'espérais cependant qu'elle soit un peu plus utile que ça. L'avoir rendue prisonnière de Bennett n'avait finalement pas grand intérêt. A moins qu'elle nous cache quelque chose ? On peut s'attendre à tout désormais. Petite facilité scénaristique : on nous vire Victor et Sierra comme des malpropres, histoire de s'en débarrasser une bonne fois pour toutes. A vrai dire, je pense ne pas me tromper en disant qu'ils ré-apparaîtront forcément au bon moment... Même Dominic était de la partie, tout juste sorti de The Attic. Adelle n'est visiblement pas prête à lui pardonner. On la comprend un peu. Au final, cet épisode a réussi avec brio à faire du remplissage ! Ben oui, le but dès le départ était de faire revenir Caroline à la vie. Ils ont réussi mais il aura fallu attendre la dernière minute de l'épisode pour ce faire.

vlcsnap_16992


// Bilan // Je suis fan de ce qu'est devenue Dollhouse, ce qu'elle aurait dû être depuis le départ. Tout s'enchaîne avec beaucoup de cohérence dans ces derniers épisodes, le rythme ne faiblit pas une seule seconde et tous les masques tombent, nous réservant de grandes surprises à la clé. La perdre va être plus dur que ce que je pensais...

    

30 décembre 2009

Dollhouse [2x 07]

dnes_season4_dollhouse_mini

Meet Jane Doe // 2 72o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_204053 vlcsnap_206037

   Une fois encore, Dollhouse nous offre un épisode dense mais pas aussi bien maîtrisé que les précédents. On sent bien que les scénaristes sont en quelques sortes pris de panique parce que la fin approche et qu'ils ont encore beaucoup de choses à dire. On ne peut pas leur en vouloir d'en caser un maximum en 42 minutes mais pour le coup, on aimerait bien que l'ancien format de 48 minutes soit toujours d'actualité. Ce qui m'a gêné pour tout dire, c'est le début de l'épisode. On passe de Echo libre et clocharde à Echo médecin et amoureuse de Ballard. C'est un peu too much. Mais pour ne rien arranger, voilà qu'Adelle n'est plus à la tête de la dollhouse ! Harding (le génial Keith Carradine) la remplace et prend un malin plaisir à l'humilier. Ca fait beaucoup de nouveautés à avaler et on se sent un peu floué : j'aurai aimé assister à la mise en place du plan d'Echo et Ballard et j'aurai aimé voir Harding destituer Adelle de ses fonctions. D'ailleurs, on ne sait pas bien ce qu'elle fait du coup. Au milieu de tout ça, Boyd ne semble pas avoir changé. Il est toujours bon et il fait le lien entre la dollhouse et les deux fugitifs.

   Pour la première fois depuis longtemps, j'ai pris un certain plaisir à suivre les aventures d'Echo. Elle ne m'a pas trop agacé et, même si cette intrigue à la Prison Break-style n'était pas follement passionnante, elle a su m'accrocher de temps à autres. Surtout vers la fin d'ailleurs, quand l'évasion se met vraiment en place. Ballard ne m'a pas été désagréable non plus (même si les tics de Tahmoh Penikett attirent plus encore mon attention que son jeu médiocre) mais j'aurai voulu qu'il soit plus entreprenant avec Echo. Qu'il la baise sauvagement quoi. Je me dis que ça arrivera tôt ou tard, donc autant que ça arrive tôt. Qu'on évacue toute cette tension sexuelle qui n'est que secondaire à la grande histoire ! Bien aimé les scènes d'entraînement, elles m'ont un tout petit peu rappelé le duo Spike/Buffy, lorsqu'ils vivaient leur amour cachés dans les caves de Sunnydale. Un tout petit peu j'ai dis ! Le plan des deux tourtereaux me paraît un peu bancal mais l'on se dirige de plus en plus vers les événements d'Epitaph One, il y a donc des chances qu'il marche...

   Le grand changement de comportement d'Adelle m'a moyennement plu. On sentait dès le début de l'épisode que ça allait se finir comme ça et, en même temps, je trouve que ça a été trop mal amené. Et puis c'était trop rapide. Mais on en revient toujours à ce problème d'urgence avec lequel les scénaristes doivent composer. J'ai toujours un problème avec le jeu d'Olivia Williams mais je me lasse de l'écrire. Je suppose donc que vous vous lassez de le lire. A ce propos, si Eliza Dushku et Tahmoh Penikett étaient plus convaincants (et convaincus ?), tout ça passerait tellement mieux... J'ai encore bien aimé les interventions de Topher, et j'ai adoré le fait que Victor et Sierra soient ses scientifiques. C'était un moyen comme un autre de les intégrer un tant soit peu à l'histoire. L'affaire de la grosse arme de destruction massive, je crois qu'on peut la désigner ainsi, me plaît. C'est avec ce genre de trouvailles que la série montre tout son potentiel. De même, il était bien inspiré de faire réfèrence aux autres dollhouses à travers le monde. Ca donne une ampleur, même factice, à l'entreprise.

vlcsnap_219829


// Bilan // C'est désormais avec intérêt et non bonne conscience sériephilique que je regarde Dollhouse. Il en aura fallu du temps ! La série est toujours pleine de défauts mais elle utilise enfin son potentiel à bon escient.

         

23 décembre 2009

Dollhouse [2x 04]

dnes_season4_dollhouse_mini

Belonging / 2 o9o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_37649 vlcsnap_24420

   Ah, enfin un vrai bon épisode de Dollhouse ! Le premier de cette saison et peut-être un des meilleurs de la série. La recette de son succès n'a rien de mystérieux : peu d'Echo et des intrigues chorales qui forment autre chose qu'une mission du jour. Elle est pourtant simple ! Pourquoi ne pas l'appliquer à chaque épisode ? Le personnage le plus mis en avant et à partir duquel toutes les intrigues secondaires découlent n'est autre que Sierra, ma petite chouchoute, en partie grâce au jeu de Dichen Lachman, très juste. On découvre un pan de son passé et les circonstances de son recrutement à la dollhouse que l'on nous avait fait miroiter en saison 1. Il a bel et bien été contraint et forcé pour faire plaisir à un client très influent qui était tombé amoureux de Sierra, alors nommée Priya, sans que les sentiments soient réciproques. Il a alors abusé d'elle, jusqu' à la rendre folle à lier et il a trouvé en la dollhouse un moyen de la faire sienne sans qu'elle ne soit plus réticente. J'aime assez cette histoire, d'autant qu'elle prend rapidement un tournant très glauque. La scène où Sierra tue Nolan de ses mains était très violente, très choquante et surprenante de la part d'un personnage si doux la plupart du temps. Le petit stratagème a été organisé par Topher car le monsieur est lui aussi amoureux de Sierra, il a en tous cas un sérieux penchant pour elle et s'il voulait la voir rester, il n'avait pas d'autres moyens que de se débarrasser de Nolan, le tout avec la complicité de dernière miniute de Boyd. En l'espace d'un épisode, Topher et Boyd ont pris une putain d'épaisseur et un capital sympathie impressionnants. J'espère maintenant que tout ne sera pas effacé dès le prochain épisode. Ce ne sont pas des dolls, eux.

   N'y aurait-il pas un peu beaucoup de relâchement à la dollhouse ? On sent que pour les besoins du scénario, il a fallu lâcher du lest, quitte à ne pas toujours être cohérent avec la saison 1. Il faut dire que construire des intrigues autour de légumes n'était pas évident. Maintenant, on laisse Sierra et Victor vivre leur amour au grand jour et c'est beau. Ils sont super mignons tous les deux et la naïveté de leur état les rend encore plus touchants. De la niaiserie assumée en clair et qui fait plaisir à voir. Boyd aussi se lâche et va même jusqu'à dormir avec Echo ! Il découvre qu'elle lit des livres et une fois la surprise passée, il s'en accomode très bien et n'en touche mot à personne, pas même à Adelle. Surtout pas à Adelle ? Elle aussi prend un peu d'épaisseur mais elle en avait déjà. On découvre l'homme qui est au-dessus d'elle, interprété par le toujours-impeccable Keith Carradine, qui ne manque pas de lui rappeler ses incartades avec Victor et visibliment d'autres. D'autres incatardes tout court ou d'autres incartades avec d'autres dolls d'ailleurs ? La question est posée. Le conflit intérieur qui l'habite et tous ses mensonges qu'elle se fait à elle-même sont passionnants à contempler. Comble du bonheur dans cet épisode : l'absence totale de Ballard !      

vlcsnap_35649 vlcsnap_25650


// Bilan // Cet épisode de Dollhouse, c'est un peu comme si soudainement les scénaristes avaient tout compris de leurs erreurs ! Il y a tout ce qu'il faut et c'est un plaisir à suivre. Cependant, je ne me fais pas d'illusions : on risque de retomber dans la routine dès le prochain épisode !

20 décembre 2009

Dollhouse [2x 03]

dnes_season4_dollhouse_mini

Belle Chose // 2 24o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_34862

   A nouveau un épisode correct mais pas très excitant de Dollhouse. Il s'agit d'un loner et c'est là son plus gros défaut. Sachant très bien dès le départ que cette deuxième saison serait sans doute aussi la dernière, je m'attendais à ce que l'équipe de Joss Whedon propose plus d'épisodes "mythologiques" afin d'en dire le plus possible en peu de temps. Mais peut-être n'y a-t-il tout simplement rien à dire ? On se retrouve donc avec un épisode à double intrigues qui finissent par se rejoindre pour n'en faire qu'une. Et quelque part, heureusement parce que ce n'est qu'à partir de ce moment-là que l'on est vraiment pris dans l'action. Et c'est au bout de 25 minutes quoi. Nous avons donc d'un coté un serial-killer dans le coma que la dollhouse se retrouve contrainte et forcée de réanimer car il est le neveu d'un de leurs plus gros clients. De l'autre, nous avons Echo qui, pour ne pas changer, doit faire sa pute pour assouvir les fantasmes d'un homme déviant, en l'occurrence un professeur pervers qui veut se taper une de ses étudiantes et lui mettre une bonne note. N'y a-t-il vraiment que ce genre de missions à raconter ? En tous cas, c'était plutôt amusant puisque Echo jouait une salope oui, mais une salope complètement idiote ! Quelques bons moments de rigolade grâce à cela. Autre moment de rigolade : lorsqu'à cause de problèmes techniques (dont on ne comprend rien), Victor se retrouve dans la peau de la salope Kiki ! Il se met à danser lagoureusement sur le dancefloor et attire les convoitises de tous les homos de l'assistance. L'occasion pour Enver Gjokaj de montrer, si je puis dire, une autre facette de son talent.

   Toute cette comédie fait que l'on se sent beaucoup moins impliqué dans les affaires plus graves relatées dans l'épisode, à savoir Echo qui se retrouve dans la peau du serial-killer. J'avais l'impression d'avoir déjà vu ça quinze fois dans la série, ne serait-ce déjà qu'à l'épisode précédent. Et puis je ne peux pas supporter Ballard, c'est définitif. Il était encore d'une inutilité extrême. Je sais bien que ce que je dis est de mauvaise foi puisqu'il a quand même servi à l''intrigue mais il ne sert pas à la série en général. Son rôle, Boyd aurait pu le jouer. On a juste l'impression que les scénaristes l'ont posé car il fallait bien lui faire faire quelque chose en saison 2. On se serait passé pourtant passé de lui avec plaisir... Une fois de plus je suis resté hermétiques aux petites blagues de Topher mais j'ai apprécié qu'il remette en cause, l'espace d'un instant, la nature de certaines missions. 

vlcsnap_40784


// Bilan // Du Dollhouse classique, moyennement efficace.


10 octobre 2009

Dollhouse [1x 13]

dnes_season4_dollhouse_mini

Epitaph One // Unaired

44030377


vlcsnap_56525

   C'est "marrant" : le meilleur épisode de Dollhouse est aussi celui qui n'a jamais été diffusé à la télévision américaine et qui ne le sera sans doute jamais. Joss Whedon a eu envie de faire plaisir aux fans de son univers (et sans doute se faire lui-même plaisir, tout en remplissant les termes de son contrat avec la FOX) avec cet épisode bonus disponible dans le coffret DVD, qui clôt la saison 1 bien mieux que le 1x 12 à mon sens. Il donne enfin de l'épaisseur à une série qui en manquait cruellement jusqu'ici. Il la place dans une perspective bien plus vaste et bien plus ambitieuse. Et surtout, il se concentre sur des personnages autrement plus intéressants que ceux que l'on côtoie depuis 12 épisodes. Et comme on ne les reverra sans doute jamais, c'est aussi très triste. Pour résumer, l'action se situe à Los Angeles en 2019. C'est l'apocalypse, il ne reste qu'un petit groupe de survivants qui cherche à trouver refuge dans les égoûts. Mais ils vont tomber sur la dollhouse, désertée, et c'est là que les choses sérieuses commencent...

   L'atmosphère apocalyptique est sans doute le plus gros point fort de cet épisode. Elle est parfaitement rentranscrite avec relativement peu de moyens. Le huit-clos est claustrophobique et, bien que mes connaissances en Joss Wedhon soient limitées, c'est un thème récurrent dans son oeuvre. Buffy et Angel ont eu des épisodes similaires, il me semble. Du coté du casting, on ne voit que quelques instants dans des flashbacks la plupart des personnages principaux de la série, ce qui fait un bien fou. Si peu d'Eliza Dushku dans un épisode, c'est un grand bol d'air frais. Ils sont remplacés par des nouveaux interprétés, entre autres, par Felicia Day et Janina Gavankar. De bien meilleurs acteurs que Eliza Dushku et Tahmoh Penikett donc. Et puis il y a une petite fille flippante et fascinante, qui tue. Et j'ai beaucoup aimé ça. Les flashbacks n'étaient pas toujours passionnants mais ils rythmaient bien l'épisode et ils étaient souvent très intrigants. On apprend entre autres que Echo garde désormais les souvenirs de Caroline quelque soit sa personnalité, que Boyd et le Dr Saunders sont ensemble mais il l'abandonne, que Dominic est sorti de the attic, ou encore que Topher est anéanti car il a le sentiment que c'est à cause de lui que le chaos règne dans le monde entier. Et il n'a pas tort. Tout le monde maintenant peut profiter de la technologie de la dollhouse et c'est à partir de là que tout a basculé. Très intéressant, vraiment. Mais où va reprendre la saison 2 ? A partir de ces événements ou après ? Parce que mine de rien, ça tue quelque chose, ça tue le suspense. On sait ce qui va se passer dans 10 ans. Il nous manque tout un tas de détails mais le principal est là, a priori. Une fausse bonne idée ? Je crains qu'il ne faille attendre l'Epitaph Two (s'il arrive un jour) pour que toutes les réponses à nos questions nous soient données. Et en attendant, on va se faire chier...

vlcsnap_77070


// Bilan // Le meilleur épisode de Dollhouse, assurément ! Le mieux construit, le moins ennuyeux et le plus ambitieux. Il relance mon intérêt pour la série même si je sais que je serai inévitablement déçu par les prochains épisodes...

16 septembre 2009

Dollhouse [1x 12]

dollhouse

Omega (Season Finale) // 2 8oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_73746

   D'un ennui ce Season Finale... Il se passe pourtant pas mal de choses mais rien que du superficiel. J'attendais un minimum de réponses mais l'on doit simplement se contenter de bribes, de morceaux choisis. Si la série avait été plus solide, elle aurait pu se le permettre. Mais vu la position dans laquelle elle se trouve, il aurait fallu en donner davantage. Dire que l'épisode aurait pu être le tout dernier de Dollhouse ! Mon visionnage ne se serait pas terminé dans une frustration extrême en tous cas, car, au fond, je m'en fous un peu de ce qui peut arriver à Echo et sa bande, enfin surtout à Echo.

   Plus que n'importe quel autre épisode, le Season Finale met bien en évidence la faiblesse gigantesque de la série : être centrée sur le personnage d'Echo et pas sur un ensemble de dolls. D'ailleurs, on voit à peine Sierra et Victor, qui sont pourtant mille fois plus intéressants que Echo. Et je ne parle même pas des acteurs qui ne peuvent qu'être meilleurs que cette pauvre Eliza Dushku. Mellie est légèrement plus présente mais peut-être tout simplement parce qu'on ne la verra plus jamais. Elle est loin Madame Lasagnes quand même ! J'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi Ballard la laisse partir elle, et pas Echo. C'est ce qu'il devait faire logiquement mais comme à l'épisode précédent il l'avait abandonné comme une merde, je ne m'attendais pas à ça. Vive la psychologie des personnages, Joss. Evidemment, Mellie n'étant pas l'héroïne, c'était plus facile comme ça. On notera tout de même un des rares points positifs de cet épisode : il donne un rôle important à Ballard et il s'en sort bien mieux que d'habitude ! Espérons qu'il en soit de même lors de la saison 2. De nombreux autres personnages sont effacés dans cet épisode, DeWitt et Boyd aussi.

   La "surprise" vient davantage du Dr Claire Saunders puisqu'elle révèle son vrai visage. Même si j'ai toujours eu un doute sur sa réelle identité, je me disais que c'était trop facile et que finalement trop peu d'indices allaient dans ce sens. Je me suis trompé. Dès les premières secondes de l'épisode, on la sent différente. C'est très soudain et trop facile à mon goût. Mais heureusement qu'il y a cette révélation sinon l'épisode aurait été bien vide. J'ai été globalement déçu par le personage d'Alpha et par le flashback décousu du fameux incident qui a frappé la dollhouse. Tout se résume une fois de plus à Echo. C'est elle qui, sans le vouloir, l'a rendu fou. Il faudra vraiment nous expliquer un jour pourquoi seuls les téléspectateurs ne sont pas fascinés par Echo. Car tous les personnages sont à fond. C'est incompréhensible et épuisant. Quelques nouveaux mystères planent, comme la véritable nature de la relation entre Whiskey et Topher, mais, là encore, ce rapprochement est trop soudain donc pas crédible. Il aurait fallu mieux amener les choses, à moins que cela se soit décidé au moment de l'écriture de l'épisode...

vlcsnap_84091


// Bilan // A aucun moment je ne me suis senti concerné par ce Season Finale, maigre en révélations, bourré d'actions inutiles et finalement sans ambition aucune. Il ne donne pas envie de voir la suite mais je la regarderai par curiosité. Reste l'épisode bonus dont j'ai lu beaucoup de bien et que j'espère également apprécier, histoire de terminer cette première saison sur une bonne note. 

30 août 2009

Dollhouse [1x 1o]

dollhouse

Haunted // 3 1oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_83740

   Un épisode qui sentait mauvais le début de la saison, lorsque Dollhouse était une série très moyenne. Cela faisait un petit moment que l'on avait pas eu droit à un stand-alone et je crois qu'il ne reste plus qu'à espérer qu'il n'y en ait plus jamais, bien que ce soit le concept de base de la série. L'idée de donner à Echo l'identité d'une morte qui cherche à trouver l'identité de son meurtrier n'était pas mauvaise du tout. Mais au final, cela donne une enquête classique, que l'on aurait pu voir dans n'importe quelle série policière classique. Les ficelles étaient très grosses et il n'était pas bien difficile de comprendre qui était le meurtrier à mi-épisode. Autant dire que la suite était donc relativement pénible à suivre. Je ne reviendrai pas une fois de plus sur le jeu très limité d'Eliza Dushku, qui me gâche à coup-sûr mon plaisir. La participation de Victor à l'enquête était malheureusement anecdotique, sans doute pour justifier le statut régulier de l'acteur. Le fait qu'Adelle soit une amie proche de la morte n'avait pas grand intérêt non plus.

   Du coté de Ballard, ça n'avance toujours pas d'un pouce. November redevenue Mellie, on doit se coltiner à nouveau des scènes stupides d'amour et de sexe. Il a dû mal à gérer sa relation avec elle après les révélations du précédent épisode et c'est bien normal. Mais c'est beaucoup trop maigre pour ne tenir que là-dessus pendant 15 minutes. Et puis le fait que le fils de la morte dans l'intrigue principale parle de la dollhouse comme d'une évidence pour les gens de son milieu était une belle bourde ! Ca renforce cette impression que Ballard est un branquignole incapable de mener à bien son enquête, là où il suffirait de procéder avec plus de subtilité. Infiltrer le milieu huppé de Los Angeles par exemple serait une piste logique. Mais non, pas pour lui... La 3ème intrigue de l'épisode est relativement dispensable, comme les deux autres, mais elle a au le mérite de détendre l'atmosphère. Comme il le fait régulièrement, Topher utilise une doll pour qu'elle joue le rôle de son ami, lui qui n'en a pas. Il en ressort deux-trois scènes amusantes et une certaine empathie pour le personnage qui m'agaçait grandement jusqu'ici.

vlcsnap_83091


// Bilan // Tout est dispensable dans cet épisode et on ne peut même pas se raccrocher à une éventuelle efficacité. On s'ennuie beaucoup et on se dit que les stand-alone ne siéent vraiment pas à la série...

 

20 juillet 2009

Dollhouse [1x o5]

dollhouse

True Believer // 4 26o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_45843

   Honnêtement, la série commence doucement à me plaire mais 50 minutes par épisode, c'est vraiment trop long et ça gâche tout. Encore une fois, ce n'est pas entièrement la faute de Whedon et son équipe, on leur a imposé cette durée, mais à eux de réussir à la gérer ! L'intrigue façon Big Love m'a bien plu, même si elle devenait bien lourde à la fin. Ca manquait forcément de subtilité et les réactions des membres de la secte, surtout la bonne femme qui est tout le temps aux cotés d'Echo, largement exagérées. Surjouées ? Le coté illuminé du "chef" de la secte était cliché à mort aussi. J'ai bien aimé la toute première scène, elle laissait présager quelque chose de plus dramatique, de plus osé. J'aurai aimé quelque chose de plus fou. En tous cas, l'ambiance était bien posée, les décors pas mal fichus et la réalisation très correcte. Et puis pour une fois, on n'a pas joué sur le coté sexy d'Eliza Dusku. Je m'attendais à ce qu'elle déchire à un moment donné sa tenue de mormone pour montrer ses seins et ses fesses mais non, elle a su se retenir ! Bravo. 

   L'intrigue du FBI commence à sérieusement m'emmerder alors qu'elle était pourtant prometteuse ! Mais Ballard n'est pas attachant du tout, même pas intéressant, et ça n'avance toujours pas. Il y a bien-sûr Mellie, la femme aux lasagnes que l'on a envie de claquer. Je me demande si ce n'est pas une doll en fait. Le fait que Ballard ait un train de retard par rapport à nous lui est forcément préjudiciable. Tant qu'il ne nous rattrapera pas, ce sera forcément ennuyeux. Mais s'il nous rattrape, l'intrigue pourrait aussi perdre de son intérêt. Cruel dilemme. La partie plus "fun" de l'épisode était la bienvenue parce que la série se prend vraiment trop au sérieux à mon goût et ça ne ressemble pas à Whedon. Les désormais célèbres scènes de douche ont un intérêt : Victor est surpris en pleine érection par Topher et apparemment, ça ne devrait pas arriver. Il en pince pour Sierra, voilà tout. Cela a amené des scènes amusantes avec le Dr Saunders mais j'ai toujours beaucoup de mal avec le personnage de Topher. Y'a rien à faire, il m'agace ! Dominic prend de l'importance. Il n'est pas d'accord avec Adelle, il voudrait éléminer Echo avant qu'elle ne devienne un Alpha-bis mais elle ne veut pas... Pourquoi ? Est-elle simplement attachée à Echo ou y'a-t-il autre chose ? Un attachement d'ordre familial peut-être ? Sa soeur ?

vlcsnap_69180


// Bilan // La Dollhouse est difficilement pénétrable mais quand on insiste un peu, on réussit à s'y frayer un passage... Reste à y trouver vraiment du plaisir.

09 juillet 2009

Dollhouse [1x o4]

dollhouse

Gray Hour // 3 5oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_134659

   Après l'infâme épisode précédent, ça ne pouvait qu'être mieux ! Eh bien c'est même le meilleur épisode des quatre premiers. On rencontre toujours les mêmes problèmes, le manque de rythme notamment. J'essaye de ne pas trop en vouloir à Whedon par rapport à ça puisque c'est la FOX qui a imposé cette durée de 48 minutes. Mais quand même... Qu'est-ce qu'on s'emmerde par moment ! Le début de l'épisode était excellent. On pense voir une femme en train de prendre son pied et... non, elle est en plein accouchement ! Cette mission, qui se passe bien, n'avait aucun autre intérêt que de nous montrer un peu autre chose que la mission du jour. En cela, c'est réussi. Maintenant, je me demande bien ce qui pousserait des gens à payer une somme astronomique pour qu'une femme vienne accoucher leur enfant. Etait-ce des fugitifs ? On ne le saura jamais. La mission du jour était un peu plus intéressante que les précédentes, principalement parce qu'elle déraille bien comme il faut mais quand on regarde bien, elles ont toutes déraillé jusqu'ici. Ce serait encore plus chiant le cas échéant. Là, ce qui est intéressant, c'est que ça ne vient pas du client mais du système. La programmation d'Echo connaît quelques turbulences, causées par ce fameux Alpha dont on entend de plus en plus parler et qui constitue à peu près le seul élément qui pique la curiosité du téléspectateur finalement. La patronne de la dollhouse confirme à Topher qu'il n'est pas mort. C'est bien, on n'a pas fait durer le suspense trop longtemps. Un mot sur Topher : il est agaçant au possible !

    Pour en revenir à la mission de l'épisode, elle était tout de même un peu bancale. Je n'ai pas compris pourquoi ils n'ont pas contacté plus tôt Boyd. Il aurait certainement pu faire quelque chose. Puis c'était d'une logique de toute façon... Les scénaristes ont gagné du temps en laissant le téléphone d'Echo sonner pendant la moitié de l'épisode. Un peu énervant à la longue. Et finalement, la conclusion était un peu bâclée. Y'avait que le début qui était un peu accrocheur, surtout parce qu'on ne comprenait pas grand chose à ce qui se tramait. L'intervention de Sierra était pas mal mais j'ai encore un peu de mal avec l'actrice, Dichen Lachman. Ceci dit, elle se débrouille mieux que Dushku. Du coté de l'enquête de Ballard, autant dire que ça n'avance pas d'un poil. On est sûr maintenant que Victor est une doll en mission longue durée mais, là encore, ça semble un peu bancal (une impression peut être simplement due au fait que l'on sache peu de chose pour le moment). Pourquoi les dirigeants de la dollhouse n'attrape pas Ballard ? Si Victor sait où il est, eux aussi. Non ? Un truc m'échappe. Va falloir passer à la vitesse supérieure de ce coté-là en tous cas. La toute fin de l'épisode, avec Sia en fond sonore, était mignonne.

vlcsnap_118734


// Bilan // Toutes les excuses sont bonnes pour foutre Eliza Dushku à poil, ce qui a passablement le don de m'énerver. Mais à part ça, l'épisode était correct : un peu ennuyeux, un peu bancale, mais pas désagréable à suivre.