14 septembre 2011

The Secret Circle [Pilot]

vlcsnap_2011_09_13_23h44m19s241

19787913

Pilot // 3 040 000 tlsp.

44030376_bis

What About ?

 Cassie, une adolescente californienne, doit retourner vivre dans la ville où sa mère a grandi lorsque celle-ci meurt dans d'étranges circonstances. La jeune fille découvre alors qu'elle est une sorcière, comme le veut la légende...

Who's Who ?

Créée par Kevin Williamson (DawsonVampire Diaries). Avec Britt Robertson (SwingtownLife Unexpected), Thomas Dekker (Heroes, Terminator, Kaboom), Gale Harold (Queer As Folk, Desperate Housewives), Natasha Henstridge (La mutante, Eli Stone), Jessica Parker Kennedy, Shelley Hennig (Des jours et des vies), Phoebe Tonkin (H20), Louis Hunter...

So What ?

   Il y a deux types de pilotes de dramas : ceux qui font preuve d'une certaine humilité en étant quasiment construits comme des petits films de 42 minutes, qui peuvent presque se suffire à eux-même, ce qui rend l'échec, si échec il y a, un peu moins amer; et il y a ceux, plus prétentieux mais aussi plus ambitieux, qui posent clairement les bases de l'intrigue principale et de plusieurs histoires secondaires dont le fil sera déroulé tout au long de la saison, alors encore fictive au moment de l'écriture et du tournage. Le pilote de The Secret Circle rentre dans cette dernière catégorie. On sent à chaque instant que les scénaristes et les producteurs savent très bien où ils vont -le fait qu'il s'agisse d'une adaptation de romans n'y est certainement pas étranger- et sont surtout persuadés qu'ils obtiendront une commande en série. Ils prennent donc leur temps pour installer le personnage principal et son nouvel entourage, ainsi que l'univers peu banal dans lequel elle est plongée.

   On ne peut pas prétendre à la fin de cet épisode être en mesure de cerner les héros et leurs intentions. Ils ont un passé commun, une histoire compliquée, émaillée d'événements tragiques, et il semble se cacher là une mythologie solide et réfléchie, et à deux niveaux : dans le passé, à travers les personnages adultes, bien souvent parents -les épisodes flashbacks devraient intervenir au moment opportun- et dans le présent, avec leurs enfants, qui font tous partie du fameux "cercle secret" que l'héroïne est contrainte et forcée de rejoindre. A priori, le manichéisme n'aura pas ici sa place. Tout se met en route doucement, avec juste ce qu'il faut pour que ce soit crédible, si tant est qu'une telle histoire puisse l'être. Cassie ne tarde pas à utiliser ses pouvoirs pour faire stopper l'orage et elle semble rapidement s'adapter à la situation mais les prochains épisodes mettront certainement davantage en avant sa souffrance. Là, les auteurs n'avaient pas vraiment le temps de s'appesantir, on les en pardonne. Brittany Robertson est parfaite dans ce rôle, tout comme dans ses précédentes prestations d'ailleurs. Elle rayonne. Les autres acteurs jeunes, pour la plupart quasi-inconnus, lui tiennent tête dignement. On peut déjà déceler une certaine alchimie entre Robertson et Thomas Dekker, même si les prémices de leur romance sont sans aucune surprise. Et, ma foi, Gale Harold est convaincant en grand méchant sorcier. Je dis ça avec d'autant plus de faclité et de franchise que je n'ai jamais été très fan de l'acteur (Le Brian Kinney de Queer As Folk ne m'a jamais fasciné). Visuellement, The Secret Circle n'a rien à envier à Vampire Diaries. L'ambiance est à peu près la même, bien qu'une soit tournée à Atlanta et l'autre à Vancouver. Les effets-spéciaux, que ce soit ceux des gouttes d'eau ou de la maison en flammes, sont très corrects. 

   The Secret Circle a le mérite de commencer sur un bien meilleur épisode que sa grande soeur Vampire Diaries il y a trois ans. Je craignais que les sorcières parviennent moins facilement à m'hypnotiser que les vampires mais elles ont fait un assez bon boulot, malgré un manque flagrant d'humour ! La recette magique de Kevin Williamson n'est donc pas encore usée ! Je suis enchanté de me lancer dans cette petite série qui s'annonce sympathique et maîtrisée. Tiendra-t-elle la longueur ? Tout est visiblement prévu pour et la suite s'annonce prometteuse.

What Chance ?

    Parfaitement calibrée pour être diffusée après Vampire Diaries, la série a toutes ses chances de fonctionner. Le degré de risque est proche de 0 ! Je lui prédis donc un joli parcours sur la CW cette année et un renouvellement pour une saison 2 en Mai 2012. 

How ?


28 juin 2011

[Saison 2011/2012 - Dramas] 9- Secret Circle

19744022

What ?

Une adolescente californienne doit retourner vivre chez sa mère à Salem. Elle découvre alors qu'elle est une sorcière, comme le veut la légende...

Who ?

Crée par Kevin Williamson (Dawson, Vampire Diaries). Avec Britt Robertson (Swingtown, Life Unexpected), Thomas Dekker (Heroes, Terminator), Gale Harold (Queer As Folk)...

Where ?

 The CW.

When ?

 Le jeudi à 21h.

Why ?

 Parce que Kevin Williamson, bien qu'il ne soit pas à l'origine du projet. La CW a fait appel à lui en cours de route. Je suis fanatique de ce monsieur, je compter forcément sur lui pour réussir à nouveau son coup ! Parce que Britt Robertson est une des plus jolies révélations de ces dernières années à la télévision. Parce que je suis curieux de retrouver Thomas Dekker à la télévision après ses propos sur Heroes et Terminator peu élogieux. Parce que la série a de grandes chances de fonctionner (au niveau de la chaîne j'entends). Parce que Gale Harold en grand méchant, ça peut être sympa.

Why Not ?

Parce que la partie sorcellerie dans Vampire Diaries n'est pas la plus maîtrisée. Toute une série sur le sujet, est-ce que ça peut vraiment tenir la route ? Parce que les sorcières, c'est moins charmant que les vampires et la mythologie est en général moins touffue. Parce que le dédoublement de Kevin Williamson sur les deux séries pourrait causer du tort à Vampire Diaries et ce serait bien dommage. Parce que la CW. Tout simplement. (Je précise que j'aurais bien mis aussi Hart Of Dixie dans ce classement mais genre en 11ème ou 12ème place).

How ?

What About You ?

14 septembre 2010

Hellcats [Pilot]

19481706_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100723_100014

A World Full Of Strangers (Series Premiere) // 3 o2o ooo tlsp.

44030375_p

What About ?

Pour réaliser son rêve de devenir avocate et quitter Memphis et sa mère alcoolique, Marti Perkins est contrainte de rejoindre les Hellcats, la légendaire équipe de pom-pom girls de l’université locale. De sa prestation dépend sa bourse d’études, et donc son avenir. La jeune femme se retrouve propulsée en pleine compétition, la coach des Hellcats étant déterminée à accéder aux championnats nationaux...

So What ?

Non mais au secours quoi ! Je ne vais pas faire une tartine sur le pilote de Hellcats car il n'en vaut vraiment pas la peine, comme la plupart des autres séries de la CW à vrai dire. Laissez-moi juste le temps de vous expliquer pourquoi il est si mauvais. Avant toute chose, si la série a vu le jour, c'est clairement grâce au succès de Glee. Elle veut s'inscrire dans la même mouvance tout en oubliant que ce qui a le fait succès de Glee, du moins au début, ce sont ses personnages extravagants et son ton décalé, parfois osé. Ici, il n'y a rien de tout ça. Ce n'est pas juste classique, sans originalité et sans surprise, c'est carrément super ringard ! J'imagine que les pom-pom girls ne sont pas passées de mode aux Etats-Unis, et elles ne le seront sans doute jamais, mais toute la vague de teen movies de ce style, c'était il y a 10 ans ! Alors bien-sûr, il y a eu High School Musical entre temps qui a été un succès planètaire malgré sa "médiocrité efficace". Sans compter tous les navets type "Sexy Dance", qui trouvent un public (d'adolescentes un peu co-connes de 12 ans et demi). Et puis il faut avouer que toutes les séries de Disney Channel ne sont pas plus réussies mais pourtant fonctionnent. Et si l'on se base sur le score du pilote (mais la chute est à venir), la CW n'a pas fait un si mauvais calcul. Le truc, c'est que la série aurait pu être bien écrite malgré son thème hyper léger. Elle aurait pu être fun. Elle aurait même pu être attachante. Tout ça n'est pas incompatible.

Au lieu de ça, on nous sert des scènes ridicules : l'héroïne qui danse sur son vélo, dans la rue, puis dans son salon; ou qui improvise trois saltos sur la pelouse du campus après avoir appris qu'elle était admise chez les Hellcats; ou qui plus généralement accompagne chacun de ses mouvements par un rictus peu gracieux sur son visage. Elle est rebelle alors elle use de second degré avec son meilleur-ami supra ring' lui aussi, qui semble tout droit sorti des années 80, et dont elle est sans doute secrétement amoureuse, à moins que l'idiote ne s'en soit pas encore rendue compte. Enfin vous voyez le genre. C'est ça pendant 40 minutes. Un défilé de clichés, servi avec des ralentis ridicules pour faire durer le massacre. On ne nous épargne même pas la scène du peignoir volé. Un classique de chez classique. A ce moment-là, j'ai eu sacrément honte pour toute l'équipe de la série. De la bitch ? Rassurez-vous, il y en a. Mais de la soft façon Gossip Girl et 90210 bien-sûr. L'action se situe à Memphis ? Oui et alors ? Les gens n'ont pas d'accent et les décors naturels sont passe-partout. Les acteurs et les actrices ? Malgré mon affection pour Sharon Leal et Gail O'Grady, je suis dans l'obligation de constater que ça pèche même à ce niveau-là. La star du show n'a pas de charisme dès lors qu'elle arrête de danser, ses nouvelles "copines" ne sont pas meilleures et la galerie de personnages masculins, plus que légère, n'offre même pas un plaisir des yeux. Leurs corps ne sont pas dégueulasses mais leurs têtes... ils sont vilains quoi ! Si même sur ça, la CW se rate, mais où va le monde ? Je vous le demande. Pour ma part, Hellcats, c'est plié. Je ne me suis pas fait chier pendant le visionnage du pilote mais strictement RIEN ne m'a donné envie de revenir en deuxième semaine. Pire, ça m'a presque rendu impatient de retrouver Glee ! Je préfère perdre mon temps à faire quelques abdos et quelques pompes sur ma moquette. Ce sera plus utile et moins atroce.      

What Else ?

Une bande-annonce bien-sûr. De 30 secondes. Et je vous assure que c'est bien suffisant. L'essentiel y est résumé. Pas la peine de regarder le pilote.

08 mai 2009

Desperate Housewives [5x 21]

   

37126146

Bargaining // 13 49o ooo tlsp.

38937733


vlcsnap_7139

 

   L’idée de baser un épisode sur le chantage, c’est un peu comme celle d’un épisode centré sur le mensonge il y a quelques temps : ça n’a pas grand intérêt puisque le chantage, comme le mensonge, a toujours fait parti de la série depuis ses débuts. Cette pauvre Mary-Alice ne nous apprend strictement rien de nouveau, ce qui rend assez pénible l’écoute de ses longues tirades…

   Pour autant, certains chantages des habitants de Wisteria Lane m’ont beaucoup amusé. Je pense surtout à celui qui ouvre l’épisode, lorsque Katherine demande à M.J. de poser des questions à Mike sur l’éventualité de leur mariage. Le petit est tellement chou que l’on ne peut que fondre sur place ! Ceci dit, l’obsession de Katherine pour le mariage, obsession qu’elle partage avec toutes ses voisines d’ailleurs, m’agace au plus haut point. Comme si le mariage était la voie sacrée vers le bonheur… Ces discours conservateurs me gavent. Maintenant, je peux comprendre l’argument qu’elle avance, à savoir que s’il arrive quelque chose à Mike, elle n’aura aucun droit par rapport à M.J. qu’elle contribue pourtant à élever.

   Les enfants de Wisteria Lane ont le mérite d’ajouter la touche de fraîcheur qui manque à leurs parents depuis un bon bout de temps. Je suis fanatique de Juanita Solis, comme vous le savez, et la (re)voir maquillée comme un camion volée était un plaisir incommensurable. Elle était à la fois tordante et touchante, ça m’a beaucoup plu. Là où je suis moins emballé, c’est évidemment sur l’attitude de Gaby qui tourne en rond. Après avoir fait une belle vacherie de plus, elle se rattrape et se lance dans un grand discours sur la beauté intérieur qui ne lui va pas du tout. Ce n’est pas la première fois que l’on y a droit. Je me souviens d’une petite grosse à qui elle tentait d’enseigner le mannequinat en saison 3 et à qui, justement, elle a lancé ce même discours. Puis après avoir voulu nous faire croire que Gaby était grosse, on essaye de nous faire croire maintenant que sans maquillage, elle est laide. Navrant. Sinon, en 3 mois de travail, Carlos est devenu le latino de l'année à Fairview ! Chapeau.

vlcsnap_7537

   Jackson est de retour dans la vie de Susan et tant mieux : ça permet de l’éloigner de Mike avec qui un nouveau rapprochement commençait à s’opérer depuis quelques épisodes. Il revient en plus avec une nouvelle surprenante : son visa est périmé depuis… six ans ! S’il ne se marie pas dans les jours qui viennent, il va être expulsé des Etats-Unis et retourner au Canada. Tiens, il est Canadien ? J’ai adoré la scène où il lui avoue ; Juste avant, Susan avait été hyper émouvante et il casse tout en deux secondes. Alors, y’aura-t-il véritablement un mariage ? En voilà au moins un qui ne devrait pas ressembler à un conte de fée !

   Bonne idée que de faire revenir Karl dans une intrigue qui n’a rien à voir avec Susan ! Là aussi il est question de chantage mais ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est que Bree l’engage pour qu’il lui concocte un « ugly divorce » ! On y arrive. En attendant, c’est quand même très chiant cette histoire. L’intrigue de Lynette et Tom est bien plus réussie même si on brode encore et toujours sur le même thème : la libido des Scavo ! Ils doivent faire l’amour tous les jours pendant 30 jours ! Je n’ai pas bien compris le but de la manœuvre sur le long terme mais évidemment, ça ne marche pas. Lynette est crevée quand elle rentre le soir tandis que Tom n’attend que ça. Déjà vu dix mille fois dans la série mais toujours efficace car les acteurs sont bons, leur alchimie est toujours intacte après toutes ces années. Pour terminer, le Dave dont on n’a strictement plus rien à faire, continue ses petits projets et après le coup du week-end à la montage désastreux, il se lance dans le séjour en bateau (désastreux ?). Jackson vient légèrement déjouer ses plans, ce qui permet de rallonger encore un peu plus la sauce. Sans intérêt ! Je sens que c’est Jackson qui va crever dans l’histoire… Il en faut bien un !

vlcsnap_14690


// Bilan // Un épisode correct qui n’ennuie pas mais qui ne passionne pas non plus.

38806809