26 juin 2012

The Big C [Saison 3]

 20036206

Saison 3 // 479 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2012_06_24_21h48m38s54 vlcsnap_2012_06_24_21h50m43s30

   Malgré toute la tendresse que j’ai pour The Big C, et Dieu sait que je l’aime cette série et ce depuis le premier jour, je suis forcé de reconnaître, la mort dans l’âme, que cette saison 3 n’était pas à la hauteur. Pas à la hauteur de mes espérances, pas à la hauteur de l’excellence de la première saison, pas à la hauteur de la deuxième non plus, même si elle-même était un peu moins bonne dans l’ensemble, pas à la hauteur de Cathy Jamison, pas à la hauteur de Laura Linney. Dans le fond, ce qui lui a manqué le plus, c’est de l’émotion. Le parcours de l’héroïne, par essence, est touchant, mais au cours de ces 10 nouveaux épisodes, je ne me souviens pas d’une scène vraiment bouleversante, d’une prestation de l’actrice qui m’a transporté… Il y a eu plein de bons moments, bien sûr, mais rien d’aussi fort. Beaucoup de comédie et peu de drama. Le dosage habituel, à 50/50, était bien plus intéressant. Je ne regarde pas The Big C pour rire comme une baleine. D’autres sont faites pour ça et s’en sortent très bien…

   Pour commencer, je trouve que ce n’était pas une bonne idée cette histoire de rémission. Cathy a passé la saison à ne pas se soucier de son cancer. On en finissait par l’oublier nous-même. Pour autant, on savait très bien qu’il allait revenir plus fort que jamais au final et c’est ce qui semble effectivement arriver. Je n’imagine pas la série se terminer autrement que sur sa mort de toute manière. C’est presque une promesse implicite qui nous a été faite dès le départ. Cancer incurable, ça veut bien dire ce que ça veut dire. L’intérêt de la série, c’est de raconter le parcours d’une femme qui apprend à vivre avant de mourir, avec tout ce que cela peut comporter d’erreurs, de souffrance et de joie. Qu’est-ce que Cathy a vraiment vécu cette saison ? Qu’a-t-elle seulement pu accomplir ? Elle a subi les paroles très dures de son fils, qui reste une sacrée tête à claque et qui a même réussi à foutre en l’air l’une des plus belles scènes de la première saison (lorsqu’il décide de revendre la voiture que sa mère lui avait offert); elle a dû épauler son mari dans sa quête de reconnaissance, qui nous a offert plein de bons moments d’ailleurs, mais Paul n’est pas le héros de The Big C, il a un peu trop occupé le terrain à mon goût avec « sa » Joy; elle a beaucoup traîné dans son bar fétiche, à boire et à s’inventer une vie; elle s’est fait un tatouage à la symbolique forte mais où en est-elle finalement dans son deuil, à quelle étape ? Le déni, c’est censé être fini. La colère aussi. Le marchandage ? Je n’en ai pas vu ici ? La tristesse ? Elle est inhérente mais on ne peut pas dire qu’elle soit si forte que ça chez elle. L’acceptation ? On en est loin ! J’ai un peu l’impression que la série est partie dans tous les sens, que les auteurs n’ont pas suivi le chemin qu’ils avaient tracé au départ. C’est dommage, ça manque de cohérence. Il est arrivé autre chose à Cathy cette année et c’était sans doute la pire idée qui soit : elle a désiré avoir un autre enfant, une lubie qui aurait pu être explorée le temps d’un épisode ou deux sans que ça me choque, mais l’embarquer dans une histoire si bancale en compagnie de ce couple terrible, c’était franchement sans intérêt. La conclusion était « drôle » mais complètement over the top. J’aime bien la fantaisie dont la série fait preuve parfois mais là c’était trop ! Pauvre Mamie Gummer, elle n’a pas été gâtée en plus !

vlcsnap_2012_06_24_21h53m15s10 vlcsnap_2012_06_24_21h51m49s173

   La jeune actrice est l’une des innombrables guests que cette saison 3 a vu défiler. J’imagine que quand une série est acclamée par la critique comme c’est le cas de The Big C, certaines stars font des appels du pied pour y participer et si c’est ce qui s’est passé avec Susan Sarandon, je vois mal comment les producteurs auraient pu refuser. De toute façon, chaque invité pris à part était bon, c’est plutôt l’accumulation qui est devenue gênante et cette impression que ce sont les rôles qui ont été créés pour pouvoir accueillir Allison Janey, Tammy Blanchard, Victor Garber… et non l’inverse ! Ce n’est pas censé fonctionner dans ce sens-là. Et je ne pense pas que ce soit ce qui s’est passé avec Idris Elba en saison 1 ou Hugh Dancy en saison 2. Bref, Victor Garber m’a fait beaucoup rire, de même que l’ensemble de l’intrigue de Sean sur sa petite entreprise puis sur son ménage à trois. C’était un florilège de dialogues intelligents et piquants. Les délires d’Andrea dans la peau de son alter ego Ababou ont offert quelques respirations amusantes; j’ai moins aimé les questionnements spirituels d’Adam, traités trop à la légère, sans véritable profondeur; Joy a apporté de bonnes choses et d’autres un peu moins bonnes, mais c’était un plaisir de (re)découvrir Susan Sarandon dans ce contexte; Paul m’a agacé autant qu’il m’a touché, comme d’habitude j’ai envie de dire; et puis il y a eu ce Season Finale, assez réussi sauf sur la fin. Ceux des deux premières saisons avaient mis la barre très haut et là, j’ai eu l’impression que les auteurs s’étaient avoués vaincus d’avance. Ils savaient qu’ils ne pourraient pas faire mieux alors ils ont proposé quelque chose de plus classique, avec des enjeux amenés maladroitement. La fuite de Cathy n’a pas vraiment de sens, c’est juste une nouvelle expression de sa folie et de son déni, et la future possible tromperie de Paul rend le personnage franchement pathétique. 

vlcsnap_2012_06_24_21h54m19s145 vlcsnap_2012_06_24_21h49m24s10


// Bilan // Avec un nombre d’épisodes moindre et des ambitions scénaristiques revues à la baisse, la troisième saison de The Big C gâche un peu ce qui avait été magnifiquement construit lors des deux premières saisons, tant dans les relations entre les personnages que dans le parcours « initiatique » de Cathy vers la vie. Les invités sont venus combler le vide, souvent avec brio, mais ils n’ont pas réussi à effacer l’amertume. Si la série devait s’arrêter là, ce serait une catastrophe, un gâchis énorme. J’ai pu me remettre de l’annulation de United States Of Tara car la conclusion était satisfaisante mais là, je ne pourrais pas. Showtime, please, déconne pas !


20 septembre 2011

The Big C [2x 11]

67930067

Fight Or Flight // 540 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2011_09_19_03h06m15s37 vlcsnap_2011_09_19_03h07m40s125

   Pour que cet épisode de The Big C soit considéré parmi les meilleurs de la saison, il aurait fallu que les intrigues d'Andrea et de Paul ne soient pas si ratées. C'était une super idée d'offrir une histoire d'amour à Andrea et, globalement, de lui donner plus d'importance au sein de la série -c'était primordial en fait, suite à la mort de Marlene- mais ça commence à tourner en eau de boudin. Pardonnez-moi l'expression. La demande en mariage de Myk était bien trop précipitée mais ça ne m'étonne qu'à moitié de la part du personnage, toujours très rapide et excessif. En revanche, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'Andrea réagisse aussi positivement et sans tellement se poser de questions. Je pense qu'il n'y a pas de soucis à se faire : ils n'iront pas jusqu'au bout. Mais l'amour rend Andrea aveugle et ça me déçoit. Je pensais qu'elle était de celles -rares- qui ne se faisaient pas avoir. On a un peu tendance à oublier qu'elle n'est qu'une ado, cela dit. Elle-même parle souvent d'elle comme d'une "lady". Cathy, en bonne professionnelle, lui rappelle qu'elle a des cours à écouter et des devoirs à terminer. Ce qui ne me plait pas au sujet de la nouvelle intrigue de Paul ? Tout. Quelle idée est passée par la tête des scénaristes ? Le faire prendre de la coke pour maigrir ! A la base, son but était d'être en meilleure santé que sa femme malade, pas d'être maigre et shooté à mort. Là encore, je ne me fais pas beaucoup de soucis : cette histoire n'ira pas bien loin. Mais alors à quoi bon l'avoir imaginé ? Elle n'apportera rien, juste des complications inutiles pour Cathy.

   Tandis qu'Adam part à la recherche de son oncle et fait la rencontre de d'autres SDF pas particulièrement sympathiques, Cathy se retrouve contrainte et forcée de dîner avec son médecin et sa -plus jeune- femme, apparemment pas idiote mais qui préfère montrer ses gros atouts plutôt que de philosopher (un avant-goût de ce que Laura Benanti, son interpréte, nous offrira dans Playboy Club ?). Ses répliques n'étaient pas toujours de très bon goûts mais elles étaient drôles. Cette façon de désacraliser le Dr. Sherman en parlant de son "large penis" et de son goût prononcé pour le cunnilingus, preuve à l'appui sous forme de dégustation de cannoli, était particulièrement jouïssive. La leçon que Cathy en tire, au détour d'une conversation sur les Italiens, est intéressante et me parle beaucoup. "L'art de ne rien faire". Si seulement je pouvais me le permettre... Je crains que le noël en Italie se déroule hors-caméra. En même temps, s'il a lieu, ce sera la saison prochaine théoriquement puisque c'est encore censé être l'automne actuellement, malgré la neige. 

   L'épisode atteint son paroxysme avec la dernière scène réunissant Cathy et Lee, qui s'engueulent à nouveau mais de manière moins puérile et superficielle que la première fois à Thansgiving. Il s'agit là, ni plus ni moins, d'une question de vie ou de mort. Lee ne veut plus se faire soigner, estimant qu'il est prêt à partir s'il le faut, mais Cathy se refuse à le laisser suivre son choix. On ne peut que la comprendre. Ce n'est pas seulement la peur de perdre un ami qui l'anime, c'est aussi l'effet miroir sur son propre combat. Il est finalement tellement facile de laisser tomber, d'abandonner. Tout patient gravement atteint d'un cancer doit passer par cette phase. Mais si elle dure, là... Non, Lee ne passera pas l'hiver. 

vlcsnap_2011_09_19_03h06m01s151 vlcsnap_2011_09_19_03h06m46s96


// Bilan // Malgré ses intrigues secondaires bancales, ce Fight Or Flight met amirablement en lumière le combat de Cathy, sa force, son obstination, alors qu'autour d'elle on fuit (Sean, Rebecca), on abandonne (Marlene, Lee), on choisit la fureur (Andrea). Comment survivre quand tout se meurt ?

31 août 2011

The Big C [2x 09]

66429839

A Little Death // 620 000 tlsp.

61074943_bis


 vlcsnap_2011_08_25_21h43m41s139 vlcsnap_2011_08_25_21h45m23s136

    Comme la semaine dernière, j'étais à deux doigts de décerner les sacro-saintes quatre étoiles à cet épisode de The Big C. Mais, comme la semaine dernière, il y a une décision scénaristique qui m'a dérangé. Se débarrasser (momentanément) de Lee est une chose -une triste chose qui me fait bien de la peine- mais en faire maintenant de même avec Rebecca, ça je ne peux pas l'accepter ! Je ne dis pas que son personnage est primordial, d'autant que la série était déjà parfaite avant qu'elle n'arrive, mais se passer des services de Cynthia Nixon et effacer en un épisode seulement l'histoire d'amour de Sean et Rebecca, c'est se tirer une énorme balle dans le pied. Je ne voudrais pas être trop dramatique non plus, je pense quand même qu'elle reviendra assez rapidement. Si ce n'est pas avant la fin de cette saison, ce sera dans la prochaine. En attendant, je m'inquiète beaucoup pour Sean. Que vont-ils faire de lui ? Il avait si bien évolué... 

   Y-a-t-il vraiment des gens quelque part sur cette Terre qui fêtent en grandes pompes la mort d'un bébé foetus (et qui font du morphing sur Photoshop pour voir à quoi l'enfant aurait ressemblé) ? J'ai comme un gros doute. Des gens qui plantent des arbres à cette occasion, ça me paraît effectivement plus plausible. Peu importe de toute façon, l'idée était aussi dérangeante que grandiose ! The Big C a ainsi pu revenir sur ses thématiques principales autour de la vie et de la mort, car tout l'intérêt de la chose était de mettre notre héroïne dans une situation peu banale, que l'on fantasme tous un peu : assister à son propre enterrement ! Je comprends maintenant pourquoi les scénaristes avaient fait ce choix étrange de nommer le futur bébé Cathy. Ce n'était pas juste parce que c'était un peu fou et pas très étonnant de la part de Rebecca: ils avaient déjà cette brillante idée derrière la tête ! Cathy a donc pu se rendre compte qu'elle était populaire et que même ses vieilles amies qu'elle n'avait plus revu depuis ses années lycée/fac avaient fait le déplacement. Mais la plus belle scène, outre l'éloge funèbre poignant parfaitement exécuté par Laura Linney, est celle où Cathy et Paul s'allongent dans un cimetière à l'emplacement où ils pourraient reposer après leurs morts. Cuir au soleil pour l'éternité ? Une belle perspective d'avenir je dois dire. Je veux la même ! 

   Le retour express de Tina, la "rugby slut", n'était pas essentiel et on savait très bien comment cela allait se passer mais le dialogue était fun. Sinon, je suis très heureux que Parker Posey soit associée au personnage d'Adam, cela va peut-être lui permettre d'obtenir enfin une intrigue intéressante qui ne verse pas dans le grotesque. Je soupçonne même une éventuelle émotion poindre à un moment donné. On ne connait pour le moment pas grand chose de cette femme, si ce n'est qu'elle est barrée, qu'elle ressemble à une femme de 30 ans qui ne veut pas grandir et, surtout, que son père est atteint d'un cancer du poumon. Ils ont fait connaissance sur un tchat pour enfants de parents malades. Voilà comment Adam gère aussi bien la situation ! Il en parle avec des inconnus. Une romance va-t-elle naître entre eux ? Je ne sais pas si j'aimerais cela. Cathy, en tous cas, va détester ! De leurs cotés, Andrea et Myk coulent des jours heureux et font l'amour ensemble pour la première fois... dans une camionnette... à la sortie des funérailles. 

vlcsnap_2011_08_25_21h45m40s52 vlcsnap_2011_08_25_21h47m18s9


// Bilan // A Little Death enchaîne les situations improbables et osées avec une énergie et une émotion qui ne peuvent pas laisser indifférent. The Big C continue de briller nonchalamment. 

24 août 2011

The Big C [2x 08]

66429839

The Last Thanksgiving // 530 000 tlsp.

61074943_bis


 vlcsnap_2011_08_20_01h47m12s214 vlcsnap_2011_08_20_01h48m31s233

    Après des débuts chaotiques, la saison 2 de The Big C est en train de renverser la vapeur en offrant, à nouveau, un bon épisode. Cela fait même maintenant plusieurs semaines que je trouve que chaque nouvel épisode est meilleur que le précédent. Ce dernier ne déroge pas à la régle, mais j'ai le sentiment cette fois-ci que le prochain aura du mal à être aussi bon ! Est-ce l'effet Thanksgiving ? Certainement. Retrouver tous nos personnages principaux dans une même pièce ou autour d'une même table, c'est du pain béni ! La première à se faire remarquer est sans aucun doute cette chère Andrea, qui bénéficie cette saison d'un portrait plus approfondi. En clair, elle n'est plus seulement "la grosse black qui envoie tout le monde bouler à la moindre occasion". C'est aussi une jeune fille un peu fleur bleue, qui est toute émue par une demande en mariage improvisée ou quand on lui offre un colier en forme de papillon (et tant pis s'il est volé ou acheté grâce à de l'argent volé). Sa réaction au "I Love You" beaucoup trop rapide de son prétendant était là pour nous rappeler que l'amour ne la rend pas pour autant idiote ! J'aime beaucoup cette Andrea plus complexe. Pour revenir un instant sur la demande en mariage, pas si surprenante d'ailleurs, avez-vous remarqué comme moi que les points communs entre Rebecca et la Miranda Hobbes de Sex & The City que Cynthia Nixon interprétait sont de plus en plus nombreux ? Tomber enceinte sans le vouloir lui était arrivé, tout comme demander la main de Steve. J'ignore si c'est fait exprès mais ça ne me choque pas outre mesure. Les deux personnages ont une approche de la vie tout de même très différente, et puis Miranda n'aurait jamais osé demander ce que Rebecca a demandé à Cathy...

   Parce qu'évidemment, un dîner de Thanksgiving qui se déroule sans engueulades à la télévision, ça n'existe pas et c'est pour ça qu'on les aime. Dès le début de l'épisode, on sait pertinemment que Cathy va perdre un de ses faux ongles devant Lee à un moment donné et les scénaristes auraient eu tort de se priver de le faire pendant le repas ! Mais j'ai été très désagréablement surpris par la réaction de Lee (ce qui a fait perdre un demi point à l'épisode). Lui qui est censé être si zen, si cool, si compréhensif...  a comme qui dirait perdu ses nerfs. Ca devait bien arrivé tôt ou tard mais était-il nécessaire d'être à ce point blessant envers Cathy ? Ce qui me rend le plus triste en fait, c'est que le personnage a perdu son énorme capital sympathie en quelques secondes alors qu'il avait beaucoup apporté. Je crains qu'il n'y ait pas de réconciliation et qu'il disparaisse de la vie de l'héroïne, donc de la série. J'ai même cru qu'ils allaient le tuer à la fin de l'épisode mais non : c'était "juste" une ambulance venue chercher une Rebecca apparemment mal en point... Ouf, mais triste je suis quand même. 

vlcsnap_2011_08_20_01h48m15s79 vlcsnap_2011_08_20_01h48m56s233


// Bilan // Quand chaque réplique de chaque scène semble relever du génie (j'exagère juste un tout petit peu), c'est qu'on a clairement affaire à un grand épisode de The Big C (oui, je disais plus ou moins la même chose dans mon bilan de l'épisode précédent). L'image de Cathy toute tâchée de sang, une dinde morte à la main, va me marquer un petit moment je crois. 

17 août 2011

The Big C [2x 07]

66429839

Goldilocks and the bears // 490 000 tlsp.

44030377


 vlcsnap_2011_08_16_02h18m14s226 vlcsnap_2011_08_16_02h18m08s166

   "Soulmate. Not only is it a cliché, it's the reason millions of women are sitting at home and single." Cette vision pessimiste de l'amour, et très "CarrieBradshawienne" des jours de pluie, est au centre de cet épisode à nouveau très réussi de The Big C. Un hymne à toutes les formes d'amour ? En quelques sortes. Il y a d'abord l'amour adolescente, symbolisée par Adam, qui s'en veut terriblement d'avoir tout fait foirer avec celle qu'il pensait être l'amour de sa vie, jusqu'à ce que son oncle bienveillant, en phase de retrouver toute sa tête à l'idée de devenir père, ne lui explique comment se passent vraiment les choses dans nos petits coeurs d'artichauts. Retiendra-t-il la leçon ? Mais l'amour adolescente est également représentée par la toujours très en haute en couleurs Andrea, qui sort pour la première fois avec le collègue de Paul et qui est toute émerveillée par ce qu'elle vit, au point de ne pas se rendre compte que le garçon qu'elle a en face de lui est un voleur (un peu goujat sur les bords en plus... il dit tout vouloir en très gros, ce n'est quand même pas très... fin de sa part). Andrea a beau être une fille vive et intelligente, ce coup-ci, elle a loupé le coche ! Mais je ne la vois pas s'apitoyer sur son sort très longtemps si d'aventure elle venait à découvrir le pot aux roses...

   La diversité, ce n'est pas ce qu'il manque dans le bar où Lee entraîne Cathy et Paul : des bears partout, qu'ils soient panda ou que sais-je encore (pas retenus toutes les subtilités). Lee n'est pas du genre à s'attacher. Il l'avait déjà annoncé deux épisodes plus tôt mais il le met cette fois en pratique. On ne se permettrait pas de juger, mais c'est tout de même un peu violent de le voir agir ainsi... d'autant qu'il a clairement beaucoup d'amour à donner et il sait y faire ! Il va en faire l'étrange démonstration dans une scène finale tout à fait "awkward" où Cathy se caresse dans son bain au son de sa voix... Cet homme a un drôle de pouvoir, "mole-mate" ou pas. La soudaine apparition de Marlene m'a fait pousser un râle de déception avant que je ne me rende compte que l'utilisation qui en était faite, cette fois, était pertinente. Et puis les scénaristes se sont retenus de la faire apparaître à tous les épisodes. Ils peuvent bien aussi se faire plaisir de temps en temps, si ça leur tient tant à coeur. Les dernières secondes, magnifiques, représentent bien l'amour conjugual dans tout ce qu'il a de plus sain, de plus beau et de plus... naïf ? Cathy aime son mari, à n'en pas douter, mais comment interpréter ce qu'elle a fait juste avant, qu'il l'a conduite à fondre en larmes ? L'amour est une chose bien compliquée, qu'on ne saurait expliquer...

vlcsnap_2011_08_16_02h17m47s205 vlcsnap_2011_08_16_02h18m50s70


// Bilan // Les meilleurs épisodes de The Big C sont ceux où les dialogues sont truffés de bonnes idées, du début à la fin -et c'est le cas ici- et ceux où l'on peut passer d'un ton à un autre, du plus trivial au plus sérieux en passant par le plus émotif, avec aisance et naturel -c'est aussi le cas ici-. Me happy.


12 août 2011

The Big C [2x 06]

66429839

The Little C // 570 000 tlsp.

44030377


 vlcsnap_2011_08_06_14h22m07s222

    J'ai du mal à comprendre pourquoi cette saison 2 de The Big C est moins bonne dans le sens où tous les personnages semblent beaucoup plus réels aujourd'hui, même si pour moi ils l'étaient déjà, qu'en saison 1. Paul en est le meilleur exemple. Je le trouvais juste "gross", à peine drôle, légèrement touchant par moment mais je ne comprenais absolument pas ce que Cathy pouvait bien faire avec lui. Aujourd'hui, ils forment le couple le plus assorti au monde, je les trouve géniaux ensemble. Leur façon de gérer la crise familiale autour des morpions apportés par Adam et sa hooker ne pouvait pas être plus drôle et responsable. Cathy qui crie, qui fait les gros yeux puis qui se cache dans son t-shirt... parfaite interprétation de Laura Linney, entre étonnement, honte et colère. Sean est également un personnage en voie de normalisation, même s'il restera toujours des restes de son étrangeté. Et là, c'est beaucoup moins intéressant. Il avait beau en faire trop en saison 1, son étrangeté pouvait bien paraître forcée, il nous faisait vraiment rire et il était, à mon sens, nettement plus attachant que maintenant. Il fait tout un tas d'effort pourtant, mais j'ai vraiment l'impression qu'il fonce tout droit dans le mur et demander en mariage Rebecca est juste la plus mauvaise idée qu'il ait eu ! Oui, sur le coup, elle est séduisante, Cathy est elle-même ravie mais... ils sont trop heureux pour que cela puisse durer. 

   Andrea n'était, à un épisode près (celui de l'église), qu'une machine à répliques tordantes. Aujourd'hui, elle devient un personnage à part-entière qui ne perd pas pour autant sa gouaille. Je pensais que les scénaristes essaieraient de la coller à Adam, ce qui ne me plaisait pas tellement, mais ils ont heureusement trouvé une meilleure idée : lui coller un collègue étranger de Paul ! Ca a toutes les chances de donner quelque chose d'intéressant. En ce qui concerne Adam, je ne blâmerais pas les auteurs pour l'avoir rendu aussi détestable car je crois qu'il fallait en passer par là. Et ce n'est pas fini. En six épisodes, il s'est déjà bien lâché (au sens propre comme au sens figuré). Ce qu'il a dit à sa mère dans cet épisode était cruel mais pardonnable. En revanche, j'espère que sa petite amie Mia ne reviendra pas sur sa décision ! Ca, c'est impardonnable. En ce qui concerne Cathy, j'ai absolument adoré son intrigue de l'épisode qui permettait de prouver encore une fois combien elle est une excellente "brave bitch". Les dernières images la montrant heureuse et conquérante en courant avec ses nageuses m'ont beaucoup touché.

vlcsnap_2011_08_06_14h21m05s113


// Bilan // Pour le meilleur et moins souvent pour le pire, les personnages de The Big C évoluent constamment. Une trop grande place leur est peut-être accordée mais Cathy ne serait rien sans eux après tout. Ils méritent bien que l'on s'intéresse à eux...

30 juillet 2011

The Big C [2x 04]

66429839

Boo! // 620 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2011_07_26_22h33m32s138

   L'épisode sur le sexe, c'est fait. L'épisode sur Halloween, c'est cette semaine et c'est forcément moins fun. Quoique. A vrai dire, ce "Boo!" cumule les maladresses, dont la première, la plus grande, porte un nom : Sean. Moi j'aimais bien le Sean clochard dégueulasse qui se lavait sans aucune pudeur sur un parking, quand il se lavait. J'aime bien aussi le Sean étrangement calme et romantique découvert il y a peu en compagnie de Rebecca. Comprendre le Sean sous médication. Mais le Sean paniqué qui prend une vieille chouette pour Marlene qui, certes, en était une belle dans son genre, je ne l'aime pas. Je le trouve stupide et pas drôle. La seule scène réussie de cette intrigue, c'est celle dans laquelle Andrea intervient. Elle doit avoir un pouvoir magique Gabourey Sidibé. La tenue d'ange... Quel grand moment ! Cela dit, je lui en veux quand même un peu d'avoir conforté Sean dans ses fantaisies. C'était pas très malin. La symbolique de l'envol de l'oiseau à la fin était... comment dire... d'une simplicité déconcertante. Et ce n'est pas un compliment. Puis ce qui m'a le plus agacé, c'est qu'il ne fouille pas avant le grenier. Un détail sans doute, mais qui démontre que cet épisode n'était pas soigné. Il ne faut pas que les scénaristes se sentent obligés de développer à outrance chacun des personnages secondaires. C'est Cathy la star, c'est Cathy qui a un cancer. C'est elle la "brave bitch". Vous ne serez donc pas étonné que j'estime les passages consacrés à Adam superflus et peu engageants mais pas inintéressants, surtout qu'on veut clairement nous amener quelque part. Reste à savoir où et surtout quand...

   Sans surprise, il faut donc se tourner vers notre héroïne pour tirer le meilleur de cet épisode. Sa colère ne faiblit pas et elle s'en prend un peu à tout le monde. Sa nouvelle vie n'est déjà pas follichonne mais la voilà en plus embarquée dans une journée pourrie, émaillée de mauvaises nouvelles à n'en plus finir. Que son traitement soit repoussé d'une journée, c'est agaçant mais pas dramatique. Que Paul se fasse virer par contre, c'est autrement plus problèmatique et je me demande si les scénaristes ne sont pas allés trop loin. Ca fait beaucoup et c'était assez mal amené. Mais quel pied de voir Oliver Platt se mettre dans tous ses états, plus injurieux que jamais ! De manière générale de toute façon, Paul est un personnage que j'apprends peu à peu à aimer après m'avoir laissé une drôle d'impression en saison 1. Il est attachant à sa manière et le duo qu'il forme avec Cathy est de plus en plus efficace en toutes situations. J'aime bien aussi le petit nouveau, Lee, incarné par Hugh Dancy. Mais à la place de Paul, je me méfierais de lui. Je ne sais pas si les scénaristes feront de lui le nouvel intérêt amoureux de Cathy mais pourquoi le choisir si mignon et si charmant alors si ce n'est pas leur intention ? Un sympathique moche aurait tout aussi bien fait l'affaire, s'il s'agissait juste d'égayer un peu ses chimios. Curieux donc de voir la suite des événements mais je pressens que Cathy refusera ses avances, s'il en fait. Histoire de ne pas en faire un Lenny 2, le partage de la maladie en plus. 

vlcsnap_2011_07_26_22h32m52s251


// Bilan // The Big C est en train perdre son âme en accordant plus d'importance aux personnages secondaires qu'à Cathy. Ils ont tous beaucoup d'énergie à revendre et ils font souvent rire mais l'impression de passer à coté de l'essentiel est tenace. 

25 juillet 2011

The Big C [2x 03]

66429839

Sexual Healing // 53o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_2011_07_23_20h57m38s123 vlcsnap_2011_07_23_20h52m29s104

    Entre les pets du Season Premiere et les doigts de pieds pourris de Sean, ainsi que son furoncle "près du trou du cul" dixit l'intéressé, on ne peut pas dire que la saison 2 de The Big C fasse dans la poésie et la distinction. A sa décharge, elle n'en est que plus réaliste ! Car la vie, c'est aussi les pets, les doigts de pieds pourris et les furoncles. Et le cancer. Et l'appétit sexuel, ici présenté plus comme animal qu'autre chose. Il y a celui d'un adolescent en chaleur, qui doit composer avec une petite amie pas encore prête à sauter le pas et qui se tourne donc vers une fille carrément plus open, et puis il y a celui de son père, qui assure ne pas avoir besoin de sexe pour être heureux avec sa femme mais qui se masturbe quand même dès qu'elle a le dos tourné. Un parallèle intéressant que l'on pourrait facilement résumer en une phrase : "Ces hommes, tous les mêmes". Heureusement, la série est plus fine que ça, et Cathy, plus intelligente aussi. Après sa petite escapade sexuelle avec l'ouvrier de la saison 1, elle est bien placée pour savoir que les hormones et les bas instincts sont incontrôlables et elle a trouvé la parade : offrir à Paul un sextoy, et plus précisément un vagin articificiel de toute beauté. On appelle ça un "sleeve" en anglais. Mes connaissances sur le sujet, vrais ou faux vagins, étant plus que limitées, j'ai dû faire quelques recherches et en français, on appelle donc ça soit "vaginette", sans doute parce que ça rend le truc plus mignon qu'il ne l'est vraiment pas, ou un "fleshlight", ce qui ne sonne pas très français j'en conviens. Vous trouverez également en farfouillant un peu des vidéos pour vous expliquer "how to create a fake vagina". Mais ça ne me regarde plus... La scène de masturbation avec accessoire était très crue, très "Sex & The City". On reconnait bien là Jenny Bicks, qui a travaillé sur les deux séries. 

   La relation entre Sean et Rebecca était à contre-pied cette semaine, puisque plus tendre et romantique. Encore que. Je ne vais pas revenir sur les pieds pourris et le furoncle ! Disons que c'était romantique à leur façon et ça m'a beaucoup plu. Un couple solide est effectivement un couple qui est capable d'accepter et même d'aimer les imperfections, physiques ou non, de l'autre. Ils ont atteint ce stade-là, ce qui est très bon signe pour le futur. Du moins tant que Sean prendra ses comprimés, et on sait bien que ça ne durera pas éternellement... Le seul personnage asexué de l'épisode (Dieu nous en préserve ! Oops, c'est méchant) c'est Andrea, qui a élu domicile chez les Jamison grâce à un tour de passe-passe imaginé par les scénaristes qui est hyper facile et pas très crédible mais c'est le résultat qui compte. Et le résultat, il est simple : plus d'Andrea. Vu qu'elle est actuellement le personnage le plus drôle, on ne peut que s'en réjouir ! Je me délecte toujours autant de la moindre de ses répliques. 

vlcsnap_2011_07_23_20h55m02s103 vlcsnap_2011_07_23_20h53m31s219


// Bilan // On peut parler de sexe dans une série "sur" le cancer et, en plus, le faire super bien ! C'est la bonne nouvelle du jour. Merci The Big C

15 juillet 2011

The Big C [2x 02]

66429839

Musical Chairs // 58o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_2011_07_14_02h26m57s191

   C’est l’automne en été dans The Big C, malgré mes dires sur la critique de l’épisode précédent. J’ai dû tourner la tête au moment où la mention « Fall » est apparue à l’écran. Le Season Premiere avait plein de défauts, mais pas celui-là. Je ne regrette donc pas de lui avoir accordé deux étoiles plutôt qu’une après de longues minutes d’hésitation. Tout semble rentrer dans l’ordre dans le petit monde de Cathy, si l’on part du principe que le désordre est aujourd’hui sa norme. Elle est de retour à l’école, accueillie chaleureusement par les plus lèche-culs de ses étudiants et en fait même profiter malgré lui son fils chéri. Adam, qui était relativement discret en saison 1, est désormais au centre de toutes les attentions. Quand on regarde bien, il lui arrive trois histoires différentes dans cet épisode, même si la dernière, celle où il trompe sa petite-amie avec une fumeuse de shit, est plus prometteuse pour la suite. Qu'il soit dorloté par ses petits camarades ou qu'il refuse de totalement grandir, on s’en fiche un peu au fond. Pour le moment en tous cas. On veut juste un peu d’action, qui n’implique pas de préférence des bruits grossiers. J’ai appris à apprécier ce personnage plutôt agaçant à la base et, pour tout vous dire, je l’assimile un peu à mon petit frère. Ils ont quelques traits communs bien que lui ne soit pas roux, fort heureusement (ma croisade anti-roux se poursuit). Non loin d’Adam, Andrea est de retour et j’ai pris un pied monstre à la retrouver. Ses répliques sont cultes, dignes des sitcoms des années 90 type « Une nounou d’enfer » (pas sûr que vous le preniez comme un compliment mais moi, oui). Sa franchise est sa plus grande arme. J’espère qu’elle remplacera d’une certaine manière Marlene dans le rôle de la confidente de Cathy (tandis que le fantôme de la morte restera hors-champ, merci bien).

   Rebecca aurait pu postuler pour le job à plein temps, on peut même considérer qu’elle était la mieux placée ! Mais c’était sans compter son naturel quelque peu… déroutant. Là aussi, j’ai savouré ses répliques, qui étaient, pour le coup, dignes des plus grands soaps des années 80 et 90. Elle jouait évidemment la garce, mais la garce qui s’ignore, dénuée de second degré. Quand elle pense à nommer sa future fille Cathy, elle est sérieuse. Vraiment ? Je suis carrément fan de cette femme et Cytnhia Nixon en aurait presque volé la vedette à Laura Linney ! Par ailleurs, je souhaite officiellement m’excuser auprès des auteurs contre qui j’ai pesté la semaine dernière. Ce n’était peut-être pas une si mauvaise décision que ça de révéler le secret de Cathy à Sean. Ca permet de se débarrasser d’un poids qui serait très vite devenu trop lourd pour se concentrer sur autre chose. Cet autre chose, actuellement, c’est la maladie de Sean. J’ai hâte de découvrir l’autre Sean, celui qui regarde la télé, mais à condition qu’il ne squatte pas son corps à plein temps. On risquerait de le trouver désespérément banal comme frère et futur père. Puis le conflit a débouché sur une jolie scène de réconciliation qui m’a touché. Allez, vous êtes pardonné.

   Dans le couple Jamison, il semblerait que les rôles soient en train de s’inverser. Paul devient le raisonnable du couple tandis que Cathy n’en fait qu’à sa tête, en colère contre la Terre entière et plus particulièrement contre son nouveau médecin, interprété par un Alan Alda très inspiré. J’aime beaucoup la sincérité de son discours, même s’il refuse d’avouer qu’il a menti à la petite mamie en lui faisant croire qu’elle était en parfaite santé afin qu’elle profite au mieux des derniers jours qui lui restaient à vivre. C’est un beau geste, dont on n’aimerait simplement pas être la victime. Dommage que la mort de Nadine ait été si prévisible à partir du moment où elle a donné son numéro de téléphone à Cathy. La scène était alors très claire dans ma tête et le résultat a été fidèle à ce que j’avais imaginé. Le petit numéro de magie était-il indispensable ? Non. Mais Laura Linney y était magnifique et il mettait bien en scène le parallèle entre le médecin et le magicien, pas novateur, certes, mais bien vu.

vlcsnap_2011_07_14_02h26m21s88


// Bilan // Pas de fantôme de Marlene dans The Big C cette semaine, pas de pets non plus, mais une qualité retrouvée malgré quelques maladresses subsistantes. Mes doutes se sont dissipés : la série que j’ai tant aimée en première année semble bien de retour. On a perdu Tara Gregson il y a quelques semaines, mais, Dieu merci, Cathy Jamison est toujours vivante !

01 novembre 2010

The Big C [1x 10]

TheBigC_1280x800

Divine Intervention // 705 ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_17166

   Une intervention divine. Il fallait bien ça pour que Cathy tente de réparer les erreurs qu'elle a commises depuis le pilote. Enfin erreurs... Je ne considère pas ses actions de cette façon mais c'est ainsi qu'elles nous sont présentées. L'intervention divine n'est finalement pas celle que l'on croit. La baffe de Marlene est à mon sens le déclencheur, pas une soudaine envie de s'en remettre à Dieu. La rédemption la plus intéressante est certainement celle qu'elle entame avec Andrea. On en découvre beaucoup sur la jeune fille, qui s'est inventée une vie désastreuse alors qu'elle est la petite dernière d'une famille soudée. On est bien loin de Precious donc. Pourquoi a-t-elle menti de la sorte ? Et pourquoi veut-elle faire croire à Cathy qu'elle la déteste alors qu'elle ne parle que d'elle à ses parents ? Sans doute pour attirer l'attention autrement que par son surpoids, et pour excuser un échec scolaire qui n'est dû qu'à sa fainéantise. J'aime beaucoup la Andrea qui se cache derrière une grosse carapace. J'espère la revoir plus souvent, tant qu'elle ne perd pas son humour légendaire. J'ai quand même le sentiment qu'une boucle est bouclée pour le personnage, un peu pour les autres aussi. Ca ressemblait presque à un Season Finale quand on y pense...

   La réconciliation entre Cathy et son ex-future-meilleure-amie s'est faite en douceur, sans temps particulièrement fort. La présence de Cynthia Nixon a suffi à me ravir, mais je reconnais que c'est un peu léger. En revanche, le duo Sean/Rebecca fonctionne très bien ! On en viendrait presque à espérer que leur flirt se prolonge. C'est finalement du coté de Paul que l'épisode ne fonctionne pas du tout. Son histoire avec la catin supporter de rugby n'est pas intéressante tant elle est prévisible, en plus d'être gratuitement vulgaire, un peu à la Californication. C'est digne de Charlie vous voyez. Après un détour par l'église, avec gospel, sourires et larmes, Cathy réalise l'impensable : elle avoue à Paul qu'elle est atteinte d'un cancer. Il faudra attendre le prochain épisode pour connaître sa réaction mais c'est extrêmement surprenant ! Je pensais vraiment que ce serait une des dernières personnes à qui elle l'avouerait avec son fils. Les répercussions seront intéressantes mais je me demande si les scénaristes ne sont pas en train de se tirer une balle dans le pied...   

vlcsnap_18527


// Bilan // Malgré quelques scènes excellentes (le monologue à l'église, le dialogue Cathy/Marlene) et malgré le cliffhanger, j'ai trouvé cet épisode un peu décevant et curieux dans le fond et dans la forme. Cathy est en train de perdre sa liberté chérie alors qu'elle venait à peine de la gagner. Pourquoi partir dans cette direction si tôt ?