27 mars 2013

Friends With Better Lives [Pilot Script]

83862681_o

FRIENDS WITH BETTER LIVES

Comédie (multi-caméra) // 22 minutes

44030376

Ecrit par Dana Klein (Friends, Kath & Kim). Réalisé par James Burrrows. Pour 20th Century FOX Television & CBS. 52 pages.

Des amis trentenaires mènent tous une vie qui les insatisfaits, qu'ils soient éternels célibataires, mariés ou fraîchement séparés. Pire, ils se jalousent les uns les autres, persuadés qu'ils seraient plus heureux en échangeant leurs quotidiens... 

Avec James Van Der Beek (Dawson, Don't Trust The B), Brooklyn Decker (The League), Kevin Connolly (Entourage), Majandro Delfino (Roswell), Rick Donald (Summer Bay, Underbelly), Zoe Lister-Jones...

 

   Je l'avoue, j'ai eu un mal de chien à écrire le synopsis de ce projet de sitcom. Et pourtant, le résultat n'est pas fameux. Je crois que j'ai essayé tant bien que mal de donner un peu plus d'envergure à une idée qui n'en a absolument pas. Et c'est précisément ce que se tue à faire la scénariste Dana Klein tout au long de ce script. Elle tente de nous vendre un concept qui n'existe pas. L'excuse des "amis qui se jalousent" ne tient pas la route plus de cinq pages. Ce sont simplement des amis, en fait. On a tous tendance à jalouser la vie de certains de nos proches, de près ou de loin. C'est humain. C'est précisément ce que font les héros de Friends With Better Lives... pendant cinq minutes. On se retrouve donc avec une sitcom de potes relativement basique, surtout si elle venait à être commandée et que le propos disparaissait au bout de deux épisodes, qui lorgne plus du côté de Rules Of Engagement que de Friends. Un système de flashbacks est d'ailleurs régulièrement utilisé pour mettre en images un souvenir drôle ou embarrassant pour l'un des personnages, ce qui est devenu la norme depuis How I Met Your Mother (même si elle ne l'a pas inventé non plus, mais plutôt popularisé en s'en servant plus comme un moteur que comme un accessoire; et c'est encore plus vrai pour les flashforwards). Si CBS envisage de préparer la succession de HIMYM avec elle, c'est fichu...

    Tout est basique dans cette histoire, des personnages aux situations. Le duo masculin principal est formé par deux gynécologues : l'un qui vient de se faire tromper méchamment et qui déteste donc l'Amour, les couples, la joie; et l'autre qui est marié, a des enfants, et s'ennuie ferme dans sa routine avec sa femme. Evidemment, ils sont tous les deux frustrés, mais pas pour les mêmes raisons. Le duo féminin principal est quant à lui composé de la fameuse femme mariée, qui a perdu son sex-appeal à cause de ses trois enfants qui lui pompent tout son temps et toute son énergie; et de sa meilleure amie, une ancienne mannequin qui galère pour devenir actrice, qui est bien entendu resplendissante, qui a tous les hommes à ses pieds, mais qui a su rester naïve, simple et gentille. Et puis il y a deux autres personnages, un peu plus en retrait, une femme et un homme (pour respecter la régle des six et la parité) : un magnifique Australien, romantique et spiriturel, très tourné vers la Nature; et une bourreau de travail, égoïste, exigeante, impatiente, incapable de garder un homme plus d'une nuit, quand toutefois elle en trouve un qu'elle estime à sa hauteur (jeu de mot compris... elle a un rendez-vous avec un homme de petite taille). Le fait qu'ils soient tous très caricaturaux n'est pas un problème, c'est obligatoire dans une sitcom. On aurait simplement aimé qu'ils nous surprennent avec des personnalités un peu plus originales. Il y a de bonnes répliques, honnêtement, et quelques situations amusantes. Mais ils ne sont pas attachants au bout du compte. Il leur faudra plus de temps que ce pilote pour s'affirmer et ce temps, est-ce que seulement ils le méritent ? Je n'en suis vraiment pas certain. Evidemment, si l'alchimie entre les acteurs fonctionne, tout peut basculer...

   Friends With Better Lives fera peut-être partie à la rentrée de ces sitcoms pas super drôles mais pas méga nulles non plus, qui envahissent chaque année les écrans on ne sait pas bien pourquoi. Ah oui : parce qu'elles ne coûtent pas cher à produire ! Toutefois, CBS semble avoir de bien meilleures choses à offrir et très peu de place pour des nouveautés, je l'imagine donc mal voir le jour...


22 mars 2013

Pulling (US) [Pilot Script]

abc_logo

PULLING (US)

Comédie (Single-Camera) // 22 minutes

44030376_bis

Ecrit par Gene Stupnitsky & Lee Eisenberg (Bad Teacher, The Office). Adapté de la série anglaise du même nom. Pour ABC Studios. 36 pages.

Alors qu'elle est sur le point de se marier, ce dont elle a toujours rêvé, Donna, la trentaine, réalise que son mari parfait et la vie de famille qui l'attend ne correspond plus à ses envies. Elle décide alors de tout annuler et de retourner vivre avec ses deux meilleures amies, Karen et Louise, comme à l'époque de la fac...

Avec June Diane Raphael (Bachelorette, New Girl), Jenny Slate (Saturday Night Live, Bored To Death, Girls), Kristen Schaal (30 Rock), Matt Oberg (The Onion)... 

 

   Retenez bien les noms de Gene Stupnitsky et Lee Eisenberg. En cette saison des pilotes, ils ont le vent en poupe ! Ils ont réussi à vendre pas moins de 4 projets : outre Pulling, ils ont écrit le Trophy Wife d'ABC, la version télé de leur film Bad Teacher pour CBS, ainsi que la dramédie Hello Ladies pour HBO, et cette dernière a d'ailleurs déjà été commandée en série. Ce serait vraiment pas de chance si aucun des trois premiers ne voyait le jour. Pulling mérite-t-il d'être l'heureux élu ? Sans avoir encore lu les autres, je ne peux pas établir de comparaisons. Je peux toutefois dire que c'est typiquement le genre de comédie que j'aime et que je regarderais les yeux fermés -enfin pas trop quand même- à la rentrée, si ABC se laisse aussi tenter.

   Le principal défaut du pilote de Pulling, c'est qu'il part d'une idée hyper basique. La mariée qui ne veut plus se marier à quelques jours de la cérémonie, c'est vieux comme les sitcoms. C'est ainsi que Friends a commencé pour Rachel. Plus récemment, Happy Endings nous a aussi fait le coup. Ce sont en même temps deux exemples de comédies réussies. Pulling a au moins la décence de nous épargner la scène gênante du départ en furie de l'autel, puisque l'héroïne en question annule tout la veille, lors du dîner de répétition (un concept américain absurde dont je ne comprends toujours pas l'intérêt). Cela n'empêche pas d'avoir une triste sensation de déjà vu et revu tout au long de l'épisode. Et c'est vraiment dommage parce qu'à côté de ça, on s'amuse bien en compagnie de ces trois copines attachantes et pleine d'énergie, qui n'hésitent pas à se vanner dès que l'occasion se présente, mais qui savent aussi se serrer les coudes dans les moments difficiles. Certaines répliques et situations font mouche, d'autres, un peu plus paresseuses, font simplement sourire, mais rien ne tombe à plat. Je me pose quelques questions sur le personnage de Louise, qui devait à l'origine être joué par Mandy Moore avant qu'elle ne cède sa place à Kristen Schaal. En fait, tel qu'il est écrit, je vois mal comment Mandy Moore aurait pu se glisser dans le rôle alors que sa remplaçante semble parfaite. Louise est, en gros, une désespérée de l'amour, qui "stalke" les mecs qui lui plaisent, qui redouble d'ingéniosité pour les faire accepter un rendez-vous galant et qui est de manière générale légèrement timbrée ! Je l'adore déjà.

   Pulling -outre le fait qu'elle doit absolument changer de titre- est une comédie classique mais prometteuse, qui mériterait  de faire partie de la future grille d'ABC. Mais la concurrence est très rude. Et puis, comme pour toutes celles qui ne sont pas familiales, on se demande ce que la chaîne va bien pouvoir en faire. Je l'imagine très bien avec Happy Endings, Mixology et Super Fun Night. Elles formeraient un super carré, de qualité. Mais les audiences seraient probablement abyssales. Et de toute façon, ça n'a aucune chance de se produire !

   

14 août 2012

Go On [Pilot]

20204775

Pilot // 16 100 000 tlsp.

 44030376_bis

 

What About ?

Irrévérencieux mais néanmoins charmant commentateur sportif, Ryan King tente de surmonter tant bien que mal sa peine après le décès de son épouse. Son patron l'oblige à intégrer un groupe de soutien. Guère habitué à travailler en équipe, celui-ci, plus troublé que jamais, va devoir se surpasser et sortir de sa zone de confort. Trouvera-t-il une aide inattendue auprès des autres membres de la thérapie de groupe ? (AlloCiné)


Who's Who ?

Comédie créée par Scott Silveri (scénariste sur Friends, Joey, Perfect Couples). Avec Matthew Perry (Friends, Studio 60, Mr Sunshine), Laura Benanti (Eli Stone, The Playboy Club), John Cho (Off Centre, Star Trek, FlashForward), Julie White (Transformers), Allison Miller (Terra Nova), Suzy Nakamura (10 things I Hate About You, Half & Half)...

So What ?

   Jamais deux sans trois ! Après avoir été au coeur du Studio 60 d'Aaron Sorkin en 2006 et après s'être transformé en Mr. Sunshine pour ABC en 2011, l'ex Friends Matthew Perry aurait pu se dire qu'être la star de sa propre série, ce n'était définitivement pas pour lui. Pourtant, il le veut son Cougar Town, son Episodes ou son The Comeback Web Therapy à lui ! Alors il retente sa chance cette année avec Go On, qui a la double particularité d'avoir été la première nouveauté commandée tous networks confondus en mai dernier mais aussi la première à être lancée cette saison 2012/2013, ouvrant les festivités en plein Jeux Olympiques. Doit-on comprendre par là que NBC la considère comme la plus efficace de ses nouvelles comédies ? Si oui, c'est tout de même un peu inquiétant...

   Attention, j'ai apprécié ce pilote ! Plus que je ne l'aurais imaginé même. Mais une explication s'impose d'abord : je l'avais déjà révélé publiquement lors de ma critique du pilote de Mr Sunshine, je ne suis pas un grand fan de Matthew Perry. Lui et moi, on n'a jamais vraiment réussi à s'entendre, même à la grande époque. Sa participation à The Good Wife il y a quelques mois a failli me réconcilier avec lui mais l'idée même de préférer se lancer dans un autre projet plutôt que de rester dans la série pour de bon m'a mis en colère (un peu). Une partie de moi a donc secrètement envie que Go On se plante pour qu'il revienne emmerder Alicia Florrick (il est attendu dans au moins un épisode de la saison 4, c'est toujours une consolation). Dans Go On, Matthew Perry a (encore) perdu du poids et semble plus à l'aise dans son corps. Son personnage se montre parfois drôle, même si la plupart de ses blagues consistent à se moquer, parfois sans même ouvrir la bouche, de ses nouveaux compagnons de thérapie qui se trouvent être, il faut bien le reconnaître, des cibles faciles. La plupart d'entre eux m'ont fait décrocher quelques sourires, ce qui est déjà une jolie victoire. Ma petite préférence va pour le moment à Anne, la rouquine lesbienne super angry. Les autres n'ont pas beaucoup d'épaisseur à ce stade et c'est en priorité là-dessus que les scénaristes vont devoir travailler lors des épisodes suivants. L'avantage du concept, c'est que des petits nouveaux peuvent arriver à tout moment pour pimenter les choses. Ce pourrait être bien utile si la série était amenée à durer et c'est un prétexte parfait pour faire le plein de guests !

    Ryan étant un veuf qui ne parvient pas à admettre qu'il souffre, l'acteur doit aussi jouer sur la fragilité de son personnage et le fait très bien. C'est dans ces moments-là que je l'ai préféré d'ailleurs, même si je n'attendais pas de Go On à la base qu'elle me touche. Je suis un peu plus réservé sur le futur couple "will they?won't they?" formé par le héros et sa thérapeute -la pétillante Laura Benanti qui gagne à être connue- tant leur histoire est convenue. Mais l'alchimie est là. Quant à la partie "bureau" de la série, j'avoue que je ne la comprends pas. Un peu comme Up All Night l'année dernière, on a un peu l'impression que NBC a mi son grain de sel pour que la comédie ne s'éloigne pas trop de ce qui existe déjà sur son antenne, ce qui n'a pas vraiment de sens puisque ce qui existe déjà ne marche pas ou plus. Du coup, j'aime bien John Cho et l'assistante de Ryan a l'air amusante mais il ne va pas être aisé de les insérer dans les intrigues sans que cela paraisse forcé... 

   Avec le succès critique et parfois public des dramédies des chaînes du câble, en particulier celles de Showtime telles que CalifornicationThe Big C et Nurse Jackie ou de HBO comme Girls, Enlightened ou Hung, il est guère étonnant de constater que les networks se mettent à leur tour à proposer des produits du même type mais un peu plus polissés, qui n'ont pas pour seul objectif de faire rire mais qui veulent aussi émouvoir et faire réfléchir. En bref, Go On s'inscrit parfaitement dans cette tendance, mixant Community aux séries suscitées avec humour et panache. La série a du potentiel. This show must... go on.

 

What Chance ?

 Grâce à une diffusion en plein Jeux Olympiques, Go On part avec une longueur d'avance indéniable sur n'importe quelle autre nouvelle comédie de la saison 2012/2013 : 16 millions d'Américains ont suivi le premier épisode. Combien en restera-t-il à partir du 11 Septembre, le mardi à 21h, face à NCIS Los Angeles, Dancing With The Stars et New Girl ? Sûrement moitié moins, et encore je suis gentil ! Pour autant, j'imagine assez bien la série décrocher une saison complète dans quelques mois et même une deuxième saison un peu plus tard. On est sur NBC ! Si Community et Whitney ont été renouvelées...

How ?

03 janvier 2011

Episodes [Pilot]

19590776_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20101116_112619

Episode One //

44030376

What About ?

Un couple de scénaristes anglais ayant connu un certain succès en Grande-Bretagne décident de traverser l'Atlantique pour adapter leur série aux Etats-Unis. Leurs premiers pas dans l'industrie de la télévision américaine, dirigée par des financiers et des investisseurs, se révèlent bien plus compliqués qu'ils ne l'avaient prévu. Et comme si cela ne suffisait pas : ils sont forcés de remplacer leur acteur principal par un certain... Matt LeBlanc !

Who's Who ?

Créée par David Crane (Friends) et Jeffrey Klarik (The Class). Avec Matt LeBlanc (Friends, Joey) dans le rôle de Matt LeBlanc, Kathleen Rose Perkins ('Til Death) dans le rôle de Carole Rance, Tamsin Greig (Black Books, Emma, Tamara Drewe) dans le rôle de Beverly Lincoln et Stephen Mangan (Free Agents) dans le rôle de Sean Lincoln. 

So What ?

Après la décevante Secret Diary Of A Call Girl, Showtime fait à nouveau équipe avec la BBC pour co-produire une comédie de 26 minutes marquant le grand retour de Matt LeBlanc, perdu de vue depuis l'arrêt du flop mérité de Joey. C'est à mon sens l'ancien Friends le moins talentueux et donc par conséquent celui dont j'attendais le moins le comeback à la télévision. Etant donné qu'on ne le voit que 3 minutes sur les 29 que dure le pilote, je ne me garderai bien de juger sa prestation pour cette fois. Mais je garde à l'esprit les teasers de la série dévoilés il y a quelques mois qui étaient assez prometteurs et où il paraissait bon et plein de second degré. J'espère que ce sera le cas dans la série, quelque peu remaniée depuis avec des changements de casting. En même temps, il joue son propre rôle. Ce serait bête de se rater avec un tel rôle ! Je me demande quand même pourquoi les anciens Friends se lancent à chaque fois dans des séries traitant des coulisses de la télévision. On se souvient du Comeback génial de Lisa Kudrow sur HBO et du Studio 60 de Matthew Perry. Je sens que Episodes ne va pas plus marcher que ces deux-là... Dans un sens, Dirt traitait aussi de thèmes proches avec la presse à scandales et toutes ces stars à gogo.

Episodes ne se distingue pas tellement en ne faisant pas preuve d'une grande originalité. L'angle est à peu près le même que dans les séries sus-citées, et les blagues aussi. Je n'ai pas beaucoup ri devant ce pilote mais le potentiel est là et la marge d'amélioration existe. L'arrivée de Matt LeBlanc ne peut qu'être bénéfique parce que franchement, le couple star ne m'inspire pas grand chose. Je ne pense pas que les comédiens choisis soient à mettre en cause. Ils sont bons. Ce sont plutôt les personnages qu'on a du mal à définir. Les situations dans lesquels on les met sont parfois drôles mais eux ne le sont pas. Ou alors leur humour so british se marie mal à celui des scénaristes américains aux commandes de la série. Il y a en tous cas quelque chose "qui ne le fait pas". Le générique est assez mauvais dans son genre. Showtime aurait pu se payer de meilleurs graphismes. De meilleurs effets spéciaux aussi. Les plans dans la voiture en plein Beverly Hills sont sacrément ratés ! Si le but était de souligner qu'à Hollywood tout est factice, c'est réussi !

En bref, on ne peut décemment pas juger Episodes sur un seul épisode. Je serai donc au rendez-vous du second en espérant rire cette fois !

19 novembre 2010

Tueurs En Séries [Episode du 19 Novembre 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : nos meilleurs souvenirs de Thanksgiving en séries, South Park écrase Justin Bieber, Castle en plein coeur d'un X-Files...

29 juillet 2010

[Saison 2010/2011 - Comédie] 5- Mr. Sunshine/Episodes

19445978_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100510_044037

leblanc_showtime

What About ?

Mr. Sunshine - Le directeur d'un stade de San Diego traverse la fameuse crise de la quarantaine...

Episodes - Un couple de scénaristes anglais ayant connu un certain succès en Grande-Bretagne décident de traverser l'Atlantique pour adapter leur série aux Etats-Unis. Leurs premiers pas dans l'industrie de la télévision américaine, dirigée par des financiers et des investisseurs, se révèlent bien plus compliqués qu'ils ne l'avaient prévu. Et comme si cela ne suffisait pas : ils sont forcés de remplacer leur acteur principal par un certain... Matt LeBlanc !

Why ?

Retrouver un ancien Friends, c'est toujours un événement mais ce n'est pas systématiquement un gage de succès et de qualité. On se souvient du retour raté de Courteney Cox avec Dirt, dont on se serait amplement passé et elle aussi, ou encore de son deuxième retour semi-raté avec Cougar Town cette année. On pourrait parler aussi de The Comeback pour Lisa Kudrow, qui était une excellente série mais qui n'avait pas besoin de durer au-delà d'une saison, ou de Studio 60 On The Sunset Strip pour Matthew Perry, aux cotés du grand Aaron Sorkin, qui ne méritait pas d'être un tel bide. Mr. Sunshine a donc pour atout son casting, qui ne se résume pas à Matthew Perry puisqu'on y compte également Allison Janney (A la maison blanche, et c'est la fameuse "Mother" de Lost) et Andrea Anders, bien capables de lui voler la vedette. A vrai dire, c'est déjà le cas dans la bande-annonce, qui n'est par ailleurs pas tellement enthousiasmante. Je prédis à Mr. Sunshine un destin à la Better Off Ted. Autrement dit : une sitcom de bureau de qualité qui n'intéresse malheureusement personne. Mais je me trompe peut-être et je l'espère sincérement. L'option "série ratée qui cartonne" me paraît peu envisageable en revanche.

Du coté d'Episodes, il est plus facile d'être confiant. Matt LeBlanc n'a jamais été mon Friends préféré et je le considère même comme le moins talenteux de tous mais il a un fort capital sympathie, c'est indéniable. De plus, les exigences d'audience de Showtime n'étant pas si élevées, il y a moyen de s'en sortir convenablement. La série en elle-même fait preuve d'originalité dès sa bande-annonce avec ce mélange de fiction et de réalité qui amène à des scènes disons... cocasses et décalées ! Se dirige-t-on vers un deuxième The Comeback ? J'ai bien l'impression. Et ma foi, il y a pire. Un regret toute fois : que la charmante Claire Forlani ait été remplacée dans la série.

// Bonus // Les bandes-annonces :

02 mai 2010

Romantically Challenged [1x 01 & 02]

19408007_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100329_121050

Don't Be Yourself // The Charade

10 67o ooo tlsp. // 9 o6o ooo tlsp.

44030375_p

What About ?

Fraîchement divorcée, une avocate trentenaire mère d'un adolescent de 15 ans tente de refaire sa vie épaulée par ses meilleurs amis...

So What ?

Mais qu'a fait Alyssa Milano de tout l'argent qu'elle a amassé pendant les 8 ans qu'a duré Charmed ? Non parce qu'il faut être dans le besoin pour accepter un rôle pareil dans une telle comédie ! Ca fait trois ans que la pauvre actrice essaye de retrouver le chemin du petit-écran. Il y a d'abord eu le pilote de All Fall Down, un legal drama déjà pour ABC, centré sur une avocate brillante qui décidait de retrouver ses racines en entrant dans la firme de son père à Savannah. Elle partageait alors l'affiche avec James Brolin et Mary Steenburgen. Recalé ! Puis il y a eu l'année dernière, toujours pour ABC, la sitcom Single With Parents sur une trentenaire tiraillée entre ses deux parents divorcés et un grand amour qui ne venait toujours pas frapper à sa porte. Elle donnait la réplique à Annie Potts, Beau Bridges, Eric Winter et Amanda Detmer. Quand même. Pilote validé ! Commande d'une saison complète ! Et au dernier moment, alors qu'une date de lancement était fixée, que des trailers étaient déjà diffusés, ABC a tout annulé. On n'a jamais vraiment su pourquoi. L'histoire a failli se répéter avec Romantically Challenged d'abord recalée lors de la saison des pilotes, puis finalement validée tardivement. Son lancement a sans cesse été repoussé et la voilà enfin sur les écrans américains dans une case rêvée (coincée entre le succès Dancing With The Stars et le "soon-to-be-a-success" Castle). La malédiction risque de se poursuivre car les scores ne sont pas vraiment bons et l'équipe est déjà passée à autre chose...

Il faut dire ce qui est : Romantically Challenged a tout de la sitcom embarrassante que l'on a presque honte de diffuser et de regarder. C'est une erreur, une imposture. Quelque chose qui n'aurait jamais du exister. Un peu comme Hank, déjà commis par ABC cette saison (lire la critique) mais en mieux. D'ailleurs, le premier épisode diffusé par ABC est en fait le 4ème et non le véritable pilote. Il a été jugé trop faible pour un lancement. Autant dire que j'ai hâte de le voir ! Si le 4ème épisode est le meilleur de la fournée, ça promet ! En tous cas, le 2ème n'est pas pire que le 1er. C'est déjà ça. Avant toute chose, je crois qu'il est important de dire que les acteurs ne sont pas responsables de cette catastrophe. Ils sont plutôt bons chacun dans leur genre et c'est ce qui vaut l'unique étoile de cette critique. La moins bonne, c'est Alyssa Milano. C'est con. C'est l'héroïne. Enfin au final elle a autant de temps d'antenne que les autres. Elle n'est pas faite pour la comédie pure. C'est pas son truc. Pourquoi personne ne le lui dit ? D'ailleurs, elle n'est pas faite non plus pour le drama pur. De là à dire qu'elle serait mauvaise... Son joli minois nous donne envie de tout lui pardonner. Mais quand même ! Elle est juste méga chiante ici. Pas drôle. Elle sert limite de faire-valoir aux personnages secondaires. Kyle Bornheimer, lui, est plutôt bon étant donné la matière qu'on lui file, à savoir des blagues pas drôles et prévisibles. Je le préférais largement dans Worst Week qui me manque un peu. Il est déjà annoncé dans un nouveau pilote. Ouf ! Josh Lawson est pas mal non plus mais il hérite du plus mauvais rôle, à mi-chemin entre deux clichés sitcomesques : il est à la fois le side-kick super loser et le dragueur invétéré. La combinaison n'a marché qu'une seule fois : il s'appelait Joey Tribbiani et c'était un des Friends. On pense aussi au Barney Stinson du pauvre en le voyant gesticuler. Et puis il y a l'idiote blonde et chaude, soeur de l'héroïne, incarnée par Kelly Stables. Prestation honnête mais rôle qui n'est jamais très difficile à endosser quand on est soi-même blonde et chaude (et idiote ?). Tout le reste se passe de commentaires ! Et surtout les rires enregistrés qui m'ont rarement mis autant mal à l'aise. C'est comme si on avait demandé au public de rire pile au moment où c'était le moins drôle. Tout le temps quoi.

En bref, même les fans d'Alyssa Milano et plus généralement de Charmed (souvent hystériques et de mauvaise foi) devraient logiquement juger cette sitcom terriblement mauvaise. Cela dit, le casting n'est pas mauvais. C'est ce qui aurait pu la sauver.    

26 mars 2010

Tueurs En Séries [La 100ème]

tueuJJGHHrs

Au sommaire : L'histoire de l'émission et de la rubrique séries sur AlloCiné, les six meilleures façons de fêter un 100ème épisode...