04 mai 2013

Boomerang [Pilot Script]

20443694

BOOMERANG

Drama // 42 minutes

44030377

Ecrit par Davey Holmes (Shameless US, Pushing Daisies, In Treatment). Produit par John Wells (Urgences, New York 911, Shameless US...). Pour Warner Bros. Television, John Wells Productions & FOX. 65 pages.

Les Hamilton, tueurs de père (et mère) en fils, assassinent des gens "gênants" pour le compte d'une organisation gouvernementale secrète depuis des années. Lorsque Sam, le fils prodigue mais rebelle, retourne à la maison, tout se complique. Sa mère est aux anges, sa jeune soeur dont il a toujours été proche aussi, mais son père et surtout son frère voient d'un mauvais oeil son implication dans le business familial...

Avec Felicity Huffman (Desperate Housewives, Sports Night), Anthony LaPaglia (FBI:Portés Disparus, Empire Records), Michael Stahl-David (Cloverfield, My Generation), Patrick Heusinger, Stephanie Jacobsen (Melrose Place: Nouvelle Génération), Rosa Salazar (Parenthood), S. Epatha Merkerson (New York Police Judiciaire)...

 

   L'heure est grave. Aux dernières nouvelles, selon Deadline, Boomerang ne fait pas partie des préférences de la FOX à l'appoche des commandes aux upfronts. Et c'est un scandale ! Je n'ai pas encore lu tous les scripts de la chaîne, mais celui-ci, sans être incroyable, est extrêmement prometteur. Il parvient, avec un sujet plutôt sombre, a offrir quelque chose de franchement fun, de prenant -j'ai rarement lu un script aussi vite et avec autant de gourmandise- et d'attachant. Mais je crois avoir mis le doigt sur ce qui pourrait poser problème aux dirigeants de la FOX : c'est un peu en dehors de ce qu'ils ont l'habitude de proposer. 24, Prison Break, Touch, l'horrible The Mob Doctor, The Following et bien d'autres ont toutes un point commun : elles se prennent relativement au sérieux. Elles font passer l'action avant tout. Elles veulent plaire aux mâââles. Bones et évidemment Glee sont beaucoup plus détendues et ménagères/ados friendly. Mais elles sont encore là. Tout comme Rake, une série judiciaire légère, est sûre de faire partie de la nouvelle grille de la chaîne. En gros, Boomerang est de trop et n'a pas de case qui l'attend. Si elle venait bel et bien à ne pas être commandée, j'espère qu'une autre chaîne -câblée je suppose- pourra reprendre le projet -et avec le même casting s'il vous plaît !- comme ce fut le cas il y a quelques années avec Breakout Kings. Tiens, une série qui ne se prenait pas trop au sérieux justement ! Sur ABC ou NBC, elle aurait eu sa place aussi, mais c'est beaucoup moins probable qu'une des deux la sauve...

   Le premier atout de Boomerang, c'est sans conteste son ancrage familial. Des tueurs, on en mange par dizaine constamment et surtout en ce moment. Ceux-là le font pour l'argent et en famille. C'est leur métier et ils prétendent ne savoir faire que ça. Rien que ça, ça nous change. Si leurs cibles sont en général des gens mauvais -un dealer de drogue et un terroriste dans le pilote- ils ne se considérent pas pour autant comme des justiciers à la Dexter. Ils le vivent vraiment comme un gagne-pain. Dans la scène d'ouverture, c'est la matriarche, Margie, qui ouvre le bal. J'imagine parfaitement Felicity Huffman dans le rôle et, très franchement, on dirait qu'il a été écrit pour elle ! Il fait avant tout appel à son talent comique, qui n'est plus à prouver. C'est elle qui possède les meilleures répliques et qui apporte le plus d'excentricité à l'ensemble. Elle est par exemple capable de penser à la préparation de son repas du soir ou à l'organisation de la fête sweet sixteen de sa fille tout en zigouillant un mec. C'est une bonne mère ET une tueuse méticuleuse. Elle est hyper attachante, drôle et la télévision a besoin de Felicity Huffman. Il y a une très bonne intéraction entre Margie et son mari, Bill. Je pense notamment à une scène où ils se disputent gentiment pendant qu'elle fait son aérobic. J'ai bien ri. Les relations entre le père et ses fils sont complexes et ajoutent un peu de profondeur à une série qui en manque peut-être un peu pour le moment. Sam est clairement la star du show après Margie, et la comparaison est rude avec l'autre frère, Carl, qui passe surtout pour un capricieux et un emmerdeur. Les deux acteurs choisis sont évidemment très mignons, un autre atout non-négligeable. D'ailleurs, l'auteur insiste beaucoup sur les vêtements qu'ils portent, comme si c'était crucial dans l'histoire. Alors que non. Et puis il y a la petite dernière du clan, Gemma, qui n'est pas au courant de l'activité du reste de la famille, ce qui entraîne évidemment quelques quiproquos. La femme de Carl est sans grand intérêt pour le moment, mais à mon avis il faut se méfier d'elle...

   Ah oui, parce que je ne vous ai pas dis : Boomerang est bien partie pour ne pas uniquement fonctionner sur un schéma un épisode = une cible. Déjà, il peut y en avoir plusieurs à la fois. Et ensuite, The Company pour laquelle ils travaillent reste très mystérieuse. Il s'y passe des choses pas nettes et, dans ce premier épisode, les Hamilton sont directement impliqués sans le vouloir dans certaines dérives. Il leur faut donc plus que jamais se méfier de leur entourage, de leur voisinage et aussi de leurs interlocuteurs au sein même de l'agence. Ca rajoute évidemment un peu de piment bienvenu. On n'échappera pas à un format rigoureux dans les premiers épisodes de la saison, d'autant que le scénariste instaure ce qui pourrait devenir un rituel avec le visage de la prochaine cible qui sort d'une imprimante à la fin de l'épisode, mais la logique voudrait que les choses évoluent ensuite vers moins de rigidité.

   Boomerang a vraiment un gros potentiel, notamment sur la longueur. Ce n'est pas un high-concept, mais cela ne l'empêche pas d'être originale à sa façon. Elle possède un casting solide, elle peut plaire à tout le monde, elle est divertissante, amusante et absorbante. Après 65 pages, je n'avais qu'une envie : retrouver cette famille chaque semaine ! Et si ce n'est pas le cas des dirigeants de la FOX alors ils n'ont vraiment rien compris... 

Posté par LullabyBoy à 20:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 mars 2012

Desperate Housewives [8x 16]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

You Take For Granted // 8 290 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2012_03_13_01h27m35s130 vlcsnap_2012_03_13_01h26m03s232

  Au risque de passer pour le râleur de service ou l'éternel insatisfait -ce que je suis de toute façon- je vais vous dire franchement ce que je pense de cet épisode "événement" : il était terriblement paresseux. Ce qui ne veut pas dire qu'il était mauvais. Il aurait juste pu être mille fois meilleur. Le fait de nous annoncer dès l'ouverture qu'un personnage allait mourir au cours de l'épisode sans que l'on sache son indentité n'était pas nouveau il me semble. Je ne le jurerai pas mais je crois que ce procédé narratif avait déjà été utilisé lors de la tempête. Et c'était cette pauvre Ida Greenberg qui était morte (sans compter les deux personnages récurrents du moment dont on a eu vite fait se de débarrasser à cette occasion). Bref, c'était franchement décevant. Cette fois-ci, ce n'est pas l'idendité de la victime que je remets en cause car pour qui n'a pas été spoilé avant de visionner l'épisode -et c'était mon cas, j'ai tenu coûte que coûte- c'était une vraie surprise. J'avais émis cette hypothèse dans ma précédente review cela dit mais ce n'était pas une conviction ni une intuition, juste une pensée furtive. Je ne me targuerai donc pas de l'avoir "deviné". Non, le problème vient vraiment des choix qui nous étaient offerts et des intrigues qui allaient avec...

   Qui a sérieusement cru que Juanita allait tomber du toit des Solis et se tordre le cou ? Absolument personne. Enfin j'espère. Il n'y avait pas le moindre suspense là-dedans. Dois-je vous rappeler qu'Ida Greenberg -encore elle- était morte parce qu'elle était partie chercher son chat en croyant pouvoir braver la tempête ? Eh bien même un prétexte aussi ridicule, on trouve le moyen de nous le décongeler ! Le plus grave dans tout ça de toute façon, c'était de faire le lien entre cet accident et la nouvelle lubie de Carlos : rendre aux pauvres tout ce que sa compagnie et lui leur ont volé pendant des années. Pourquoi grave ? Parce que ça n'avait aucun sens. C'était tiré par les cheveux, et la peau commençait à partir avec. Le propos "égoiste" et assumé de Gaby avait au moins le mérite de nous faire sourire au milieu de ce foutoir artistique mais je m'en voulais presque de tomber encore dans le panneau. C'est vraiment trop facile de refaire encore et toujours les mêmes blagues... 

   La mort de Karen était l'option la plus logique à la base et donc forcément la moins surprenante. En temps normal, les scénaristes de Desperate n'auraient pas hésité une seule seconde pour partir là-dessus. Mais comme c'est la dernière saison, que dans 5 épisodes tout est plié, ils se sont dit qu'il pouvaient enfin oser ! La mission de Bree a donc été d'empêcher Mrs McCluskey, dont elle n'a jamais été proche comme la vieille femme le fait malicieusement remarquer, de se tuer d'une manière ou d'une autre. Desperate étant incapable ne serait-ce que d'évoquer l'avortement, c'était presque un petit miracle que l'euthanasie soit traitée, même aussi superficiellement. Ce qui était totalement impossible en revanche, c'est que Bree passe à l'acte. Dès lors, on savait pertinemment que Karen survivrait. Les intéractions entre elle et Bree étaient vraiment excellentes. La partie émotion ne sonnait pas toujours très juste mais je suppose que voir ce mignon petit couple s'embrasser suffisait à toucher en plein coeur. 

   Du coté de chez les Scavo, pas de décès en vue. Jane a bien failli s'étouffer et Lynette a bien falli ne pas lui venir en aide -ce qui était tout de même un peu too much- mais pas de quoi s'inquiéter outre mesure. Non, ce qui est mort c'est la si belle histoire d'amour entre Tom et sa femme. A chaque épisode, les scénaristes affirment un peu plus fort que le couple phare de la série appartient passé. Et, à chaque épisode, on y croit sur le moment parce que Felicity Huffman est formidable puis on revient très vite à la raison car c'est tout simplement impossible de ne pas les imaginer avoir leur happy-end ensemble. Encore plus maintenant qu'une des voisines est veuve. Elles ne peuvent pas toutes finir malheureuses et suicidaires. Enfin je suppose... On était une fois de plus dans la redite pénible avec cette storyline mais l'émotion l'emporte toujours à la fin. Puis les incrustes de Lynette sur les photos de Penny et Jane étaient hilarantes !

   Le moment est donc venu de parler de... Mike. Le regain d'intérêt des auteurs pour lui depuis quelques temps était louche. Toutes les louanges qu'il a reçues lors de cet épisode sonnaient comme une longue éloge funèbre. Sa dernière scène avec Susan, touchante c'est vrai, ne pouvait pas déboucher sur autre chose que cette fin tragique. C'est dommage qu'un personnage de série -et de Desperate plus particulièrement- ne puisse pas passer de vie à trépas comme dans la réalité : sans préparation préalable. L'effet de surprise aurait été bien plus énorme sans cette conversation des Delfino sur le pas de leur maison. Imaginez que le coup de feu parte juste avant un "Je t'aime" et un long baiser. Bien sûr que c'eut été cruel... mais on parle du mari de Susan là ! C'est un cadeau que la vie -ou plutôt la mort- lui a fait ! Vous voyez, j'ai envie d'être méchant avec la Mayer mais le coeur n'y est pas. La mort de Mike m'a quand même attristé. La mise en scène a fait son petit effet. C'était un peu rude. Il nous fallait bien ça.

vlcsnap_2012_03_13_01h27m03s69 vlcsnap_2012_03_12_23h17m21s71


// Bilan // On attendait depuis trop longtemps que la saison 8 de Desperate Housewives nous offre un moment marquant, dont on se souviendrait après la fin de la série. Un moment que l'on classerait parmi les plus forts du show. Il est enfin arrivé dans cet épisode. Il sera peut-être même suivi de quelques scènes intenses dans le prochain, en toute logique. C'est malheureusement à peu près tout ce qu'il y avait à retenir de You Take For Granted

02 mai 2011

Desperate Housewives [7x 19]

 dnes_season4_dh_lynette_min

The Lies Ill-Concealed // 9 9oo ooo tlsp.

50609116


vlcsnap_2011_04_29_23h18m38 vlcsnap_2011_04_29_23h17m55

    La persévérance paye toujours : après 19 épisodes et presque autant de ratés, la saison 7 de Desperate Housewives offre, enfin, un épisode de qualité. Qu'est-ce qui l'a rendu meilleur que les autres ? Le changement d'ambiance pour Lynette d'abord. La voir elle et Tom en dehors de Wisteria Lane de temps en temps, ça fait du bien et c'est rare. Nos nouveaux riches passent le week-end dans un séminaire payé par la boîte de Tom, au cours duquel notre féministe se rend compte qu'elle ne peut pas se contenter d'être simplement la "femme de". Pourtant, Tom ne manque pas de lui rappeler qu'à une époque, il était considéré comme "le mari de" et rien d'autre. La situation est donc inédite dans ce sens et permet à Lynette quelques extravagances au milieu d'une foule de "femmes de", a priori pas très malines ni exigeantes. J'ai trouvé ça sympa ma foi, jusqu'au discours improvisé où elle se couvre de ridicule qui m'a beaucoup fait rire. J'ai retrouvé la Lynette des premières saisons, pas la pimbêche de ces dernières années. Le coup de sang de Tom, avec Renee en spectatrice privilégiée, était très réussi. Entre Carlos et lui, on peut dire que les hommes du quartier ne se laissent plus faire et ça fait sacrément du bien ! On sent que Marc Cherry est loin...

   Carlos justement. Son refus catégorique de laisser la possibilité à Gaby de voir Bree amène paradoxalement l'intrigue réunissant deux wives la plus sympathique de la saison. Gaby et Bree sont en effet obligées de se retrouver en secret, tels deux amants (ce qui rappelle d'ailleurs des souvenirs à l'une et à l'autre). La dynamique est très réussie et les actrices cabotinent à fond. J'ai adoré. Le coup du gâteau retourné à l'ananas était sans doute too much mais bon, ils ne savent jamais s'arrêter... Je pensais vraiment que Gaby allait choisir Carlos, j'ai donc été très surpris (et agréablement) par le cliffhanger. Et puis la perspective d'une cohabitation entre Lynette, Gaby et ses filles (que l'on voit peu ces temps-ci) me plaît, même si ça ne durera sûrement pas plus d'un épisode.

   Que penser de Susan qui fantasme soudainement sur Paul ? J'aurais bien répondu "du mal" instinctivement mais je dois reconnaître que ça m'a fait rire. Teri Hatcher n'en a pas fait trois tonnes pour une fois et les scénaristes ont su rester à peu près sobres. Je reste quand même très déçu de ce qu'est en train de devenir Paul : un déchet. Felicia a beau se démener face à lui, il ne représente plus un adversaire sérieux. Je me demande si le but n'est pas de retourner la situation en faisant passer la cinglée Felicia pour une méchante et Paul pour un homme meurtri. Ce ne serait pas très intéressant. J'ai bien apprécié l'intervention de Mrs McClucksey, plus pour le plaisir de se replonger dans l'atmosphère de la saison 2 que pour la dernière invention des scénaristes qui laisse tout de même un peu à désirer. Je pensais quand même la vieille dame plus rusée. Là, elle tombe dans le panneau trop facilement. A part ça, je suis très étonné que les housewives ne se soient pas rendues compte du retour de Felicia. C'est quand même dingue ! Paul n'a pas pu faire deux pas sans être repéré quand il est arrivé !

vlcsnap_2011_04_29_23h21m31 vlcsnap_2011_04_29_23h18m00


// Bilan // La fin de la saison 7 de Desperate Housewives approche à grands pas et, pour le moment, l'intrigue fil-rouge a du mal à trouver un nouveau souffle malgré la présence de la charismatique et flippante Felicia. Il n'y a pas d'autres intrigues majeures à coté. En gros, je ne comprends pas pourquoi cet épisode m'a plu mais au regard des précédents, disons qu'il était plus drôle, plus surprenant et plus proche de l'esprit originel de la série. De là à dire qu'il était extraordinairement bien écrit...

28 octobre 2009

Desperate Housewives [6x 05]

dnes_season4_dh_bree_miniba

Everybody Ought To Have A Maid // 14 18o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_194932

   Je disais dans ma précédente review qu'un bijou se cachait souvent entre deux merdes : le bijou c'était la semaine dernière, la merde c'était cette semaine ! Le mot "merde" étant un peu fort pour qualifier cet épisode, disons simplement qu'il était faible. Certaines intrigues sentaient le réchauffé tandis que d'autres sentaient carrément le moisi. A la rigueur, la meilleure était celle qui opposait à nouveau Susan et Katherine. Les regards équivoques de Katherine à l'égard de Mike étaient amusants, Dana Delany est vraiment plus à l'aise dans la comédie. Le petit clash pendant la fête organisée pour le retour de Julie est tombé à plat. C'était simplement plaisant de voir Susan se taper la honte. En revanche, toute la fin de l'épisode à partir du moment où la gourde tire accidentellement sur la psychopathe était assez jouissive. C'était burlesquement drôle. J'ai particulièrement apprécié l'intervention de Bree pour décharger le gun. Cela faisait longtemps que la Van de Kamp/Hodge républicaine n'avait pas mis ses talents en exergue. Plus généralement, cette intrigue a permis de réunir à plusieurs reprises la plupart des habitants de Wisteria Lane et c'est toujours préférable à des intrigues cloisonnées. La participation des Bolen dans tout ce micmac était la bienvenue, on sent que la famille commence à s'intégrer. Pour autant, le mystère les concernant n'a pas avancé d'un poil. On a juste rappelé que Bolen n'était pas leur vrai nom.

   Par ordre décroissant en qualité, je dirai que c'est l'intrigue de Bree qui arrive en deuxième position. Elle n'était pas mauvaise à la base et elle a permis de retrouver le personnage des débuts de la série l'espace de quelques instants. La Bree bigote, la Bree républicaine, la Bree hautaine et la Bree nouvelle génération étaient toutes réunies. Je n'ai pas tellement aimé le parallèle tracé entre la femme brillante et bourgeoise et la pauvre femme de ménage blasée, avec cet espèce de message : "toutes les femmes traversent les mêmes épreuves, qu'elles soient riches ou pauvres". C'est très simpliste. De même, l'émotion palpable de Bree dans sa dernière scène avec cette femme était poignante. Maintenant, tout cela était beaucoup trop moralisateur à mon goût, avec l'apparition de la Bible notamment. Bree la remet au placard mais on sait très bien que c'est temporaire. Et puis vu la douleur qui se lit sur son visage, on sent bien que Marc Cherry voulait insister sur le fait que c'est trèèèèès trèèèèèèès mal ce qu'elle fait. Boooh, vilaine fille. Qu'on la pende !

vlcsnap_198221

   Sa grossesse mise de coté, Lynette doit se coltiner une intrigue qui tourne au ralenti, qui n'est pas drôle un instant et qui est prévisible du début à la fin. On nous ressort pour la énième fois un laïus sur le couple ô combien formidable et équilibré que forment Lynette et Tom. C'est vrai, ils sont géniaux tous les deux ! Mais on le sait. On ne sait que ça ! Intégrer le petit-copain de McCkuskey n'avait pas grand intérêt, d'autant qu'avec sa vision (normale pour un homme de son âge) de la femme qui obéit à son petit mari, on avait juste envie de le battre, comme il est de coutume dans les maisons de retraite. Seul point positif dans tout cela : Tom nous a donné la clé de la réussite de son mariage. Ce n'est pas vraiment nouveau mais cela a été abordé directement pour une fois, psychologie de comptoir à la clé. Si Tom se laisse "bouffer" par Lynette, c'est pour qu'elle se sente en sécurité. Dis comme ça, ça paraît un peu bizarre mais dans la bouche de Tom, c'était convaincant.

   Oh Gaby... Ben tu m'as grave fait chier. Voilà tout. Comment le dire autrement ? Une fois de plus, elle s'est posée des questions sur ses capacités à être une bonne mère suite à quelques déboires avec la mère d'une copine de Juanita. Il me semble que cela a déjà été abordé la saison dernière avec elle, avec Susan et il y a bien longtemps avec Lynette évidemment. C'est un peu logique que le thème revienne régulièrement puisqu'il est question de femmes d'âge mûr qui ont des enfants et qui apprennent à les élever, entre autres choses, mais je suis sûr qu'il reste encore d'autres histoires plus intéressantes à raconter, surtout avec Gaby qui regorge de potentiel. Les cabotinages d'Eva Longoria ne me font plus tellement rire mais là, je dois dire que c'était pire que tout. Je n'ai rien trouvé d'amusant à cette histoire de clown attaqué par un singe. C'était juste débile et juste super prévisible.

vlcsnap_202274


// Bilan // Cet épisode m'a fait le même effet que les histoires que ma grand-mère me raconte pour la énième fois : j'ai pris mon mal en patience, j'ai cherché le détail que je ne savais pas déjà, je ne l'ai pas trouvé, alors j'ai souri par politesse et je suis passé à autre chose. Period !

  44069764

21 octobre 2009

Desperate Housewives [6x 04]

dnes_season4_dh_lynette_min

The God-Why-You-Don't-Love-Me Blues // 13 68o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_157561

   Ah ! Voilà un épisode qu'il était bien ! C'est précisément pour cela que je continue à regarder la série : il y a toujours un bon épisode qui se cache entre deux sombres merdes et une mauvaise intrigue peut déboucher sur quelque chose de bien si les scénaristes s'en donnent la peine. C'est au petit bonheur la chance et ils en ont eu cette semaine. Tant mieux pour nous ! Par exemple, le retour de John le jardinier était une très mauvaise idée à la base, l'épisode précédent en est la preuve. Et par je ne sais quel tour de passe-passe, elle est devenue bonne ici. On est d'abord parti sur du plus-prévisible-tu-meurs, à savoir Ana qui flirte avec John. On a eu la classique scène de dispute entre Ana et Gaby, puis entre Gaby et John. Et là, tout à coup, il s'est passé quelque chose. Une étincelle. John a dévoilé ses sentiments encore forts pour la hot latina de Wisteria Lane et il n'en a pas fallu plus pour la plonger dans une nostalgie touchante, dans du "et qu'est-ce qui se serait passé si...?". Elle n'a pas craqué pour autant, et au fond, on aurait préféré. Ca aurait mis un peu de piquant. Mais au-delà de toutes considérations scénaristiques, pour la première fois depuis longtemps, Gaby a été émouvante. Elle a beau dire qu'elle est heureuse aujourd'hui, on décèle quand même une pointe de tristesse et d'amertume. Tiens, la série a justifié son titre. Cela n'était plus arrivé depuis... J'ai quand même une requête à faire : merci de ne plus jamais faire revenir John maintenant. La boucle est bouclée, pas la peine de revenir dessus dans 2 ans. Sauf si et seulement s'il l'emmène avec lui sur son cheval blanc et qu'on ne les revoit plus jamais.

   Après un épisode d'absence, Katherine est de retour. En forme. Plus psychopathe que jamais ! Pour le moment, son obsession pour Mike est surtout amusante. Dana Delany a un sens de la comédie qui n'a jamais été bien exploité dans la série, c'est le moment ou jamais d'en profiter. Du coup, ses scènes avec Bree étaient vraiment drôles, notamment quand elle est toute fière de dire qu'elle a regardé un match de football (ou de baseball ?) avec son Mike adoré... "mais de derrière une fenêtre" ajoute Bree. Le coup du gâteau de mariage sentait un peu le réchauffé mais ça passait bien. La dernière scène de Katherine laisse supposer que, désormais, elle va passer aux choses sérieuses. Va-t-elle se transformer en Kimberly Shaw et faire péter tout le quartier ? Sans aller jusque là, j'espère que Marc Cherry et son équipe vont nous concocter quelque chose de consistant. Ce serait dommage de gâcher autant de potentiel.

vlcsnap_161540

   Cela faisait un petit moment que DH ne nous avait pas sorti une intrigue légère qui tienne la route tout un épisode. On peut ainsi remercier les big boobs de Lynette Scavo. Ils ont fait des miracles ! Même si c'était supra-classique, le quiproquo entre Carlos et Lynette sur sa vraie-fausse opération de chirurgie esthétique valait le détour, et puis les scènes entre Lynette et Tom étaient pas mal non plus. Cela a débouché sur une morale sur l'acceptation de l'imperfection de l'autre assez innatendue. Honnêtement, on s'en serait passé. Pas la peine de transformer toutes les intrigues, même les plus anodines, en fable des temps modernes. Pendant ce temps-là, on a contourné le problème de la grossesse de Lynette et c'est sans doute pour cela que c'était réussi. Quitte à traiter de cette intrigue ridicule, autant le faire sur le ton de l'humour. Bien-sûr, il y aurait quelque chose à faire sur la grossesse après 40 ans, sur un ton plus sérieux, mais j'ai abandonné tout espoir que DH traite un jour une quelconque intrigue en profondeur. Ils ne l'ont pas fait avec le cancer de Lynette donc avec autre chose, faut pas rêver ! Ce qui va se passer selon moi : elle va enfin accepter l'idée d'être enceinte et va commencer à aimer ces bébés à naître et c'est là que le sort lui fera les perdre, d'une manière ou d'une autre. Une fausse-couche est l'option la plus envisageable. Ou un accident de voiture, parce que c'est comme ça que ça se passe à Wisteria Lane.

   Terminons par le meilleur de l'épisode : Susan, Julie et les Bolen. Oui oui, vous m'avez bien lu. Incroyable mais vrai ! Au moins le temps d'un épisode, les scénaristes ont réussi à rendre le mystère de la saison attrayant. On ne peut pas dire que la surprise ait été au rendez-vous puisque l'idée que Nick soit l'amant de Julie me semblait comme une évidence depuis... le Season Premiere. On en a eu la confirmation en tous cas et on imagine que la dispute entre Julie et Danny était dû à cela. Nick est-il pour autant celui qui a étranglé Julie ? Nope. Too Easy. Angie parce qu'elle aurait découvert la vérité ? Nope. Too Easy Too. Qui alors ? Ah ah. Un personnage que l'on ne connaît pas encore pardi ! Du moins je l'espère. Sinon, y'a pas 36 solutions et on va donc vite tourner en rond. Cependant, je pense que l'auteur de l'agression sera révélé assez rapidement. Le mystère des Bolen ne se résume pas à cela. Angie nous glisse au passage que sa cicatrice est la conséquence d'une explosion... C'est que ça deviendrait presque excitant ! Par contre, je suis un peu déçu. Je ne trouve pas Drea De Matteo au top de sa forme. Elle est capable de mieux. En parallèle, j'aime assez l'évolution de l'habituelle insipide Julie et je suis content que son amitié avec Andrew n'ait pas été zappée. Susan était un peu plus supportable cette semaine et s'est même mise à parler à sa fille comme une mère se doit de le faire. Et je l'avoue un peu honteusement, la scène où elle promet à Julie de ne pas lui poser de questions et qu'elle ne peut pas s'empêcher de le faire malgré tout m'a fait rire.   

  vlcsnap_145114


// Bilan // Il va pleuvoir de la merde ! Cet épisode de Desperate Housewives était bon, en partie grâce à des dialogues préparés aux petits oignons. A tous ceux qui ne comprennent pas pourquoi je continue à regarder la série : tout simplement pour ça. Malgré ses tics insupportables, ses morales à deux balles, ses voix-off usées et ses personnages fanés, elle est encore capable de nous faire rire et de nous émouvoir (plus rarement) de temps en temps. Et par nostalgie aussi.

44069764


21 mai 2009

Desperate Housewives [5x 23 & 5x 24]

dnes_v2_dh_group_mini_ban

Everybody Say Don't // If It's Only In Your Head (Season Finale)

13 5oo ooo tlsp // 14 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2 // dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_160278 vlcsnap_178767 vlcsnap_149151

vlcsnap_135667

   Telle l'amie Ségolène Royal, je tiens à m'excuser au nom de Marc Cherry et de son équipe pour la piètre qualité de ce Season Finale, parfaitement à l'image de l'acte 5 des Desperate Housewives mais en pire. La série a toujours plus ou moins raté ses fins de saisons, sauf celle de la première bien-sûr, je ne m'attendais donc pas à grand chose. J'étais cependant loin d'imaginer que ce serait à ce point mauvais. La palme du ridicule revient évidemment à l'intrigue fil-rouge de la saison, consacrée à Dave l'albinos. Chaque année, c'est la même chose : les prémices du mystère laissent présager quelque chose de consistant qui va nous tenir en haleine toute la saison et puis au bout de quelques épisodes, on se rend compte que les scénaristes avancent à l'aveuglette, qu'ils ne savent pas quoi faire pour rallonger la sauce jusqu'au Season Finale. Alors il y a des épisodes où on n'en parle pas, d'autres, totalement ridicules, où l'on fait des gros plans sur un coup de téléphone manqué qui aurait pu tout faire basculer, ou alors un zoom sur un fax qui n'a plus de papier, puis qui en a mais qui imprime dans le vide... et ça traîne encore et encore jusqu'à devenir absolument inintéressant. La mort d'Edie, scandaleuse rappelons-le, a fait perdre tout intérêt au personnage de Dave. Je me garderais bien de faire une remarque sur le jeu de Neal McDonough puisque j'estime qu'avec la matière qu'on lui a fourni, il ne pouvait de toute façon rien faire de correct. Finalement, ce que je retiendrais de tout ça, c'est l'implication de Mrs McCluskey et de sa soeur Roberta. Elles forment un duo de choc super attachant et tordant et ça ne m'étonne pas vraiment que l'on parle d'un spin-off centré sur elles. Il ne verra certainement jamais le jour mais il y a pourtant matière à faire quelque chose de sympa et original ! En même temps, ça voudrait dire plus de McCluskey dans DH et ce serait bien dommage de se séparer encore d'un personnage pas encore devenu antipathique. Ils se font rares !

   Pour en revenir à Dave, le retournement de situation final sort vraiment de nulle part. Pourquoi se rend-il compte tout à coup de ce qu'il est en train de faire ? Pourquoi sort-il MJ de la voiture in extremis ? Parce que Marc Cherry n'a pas de couilles ! Depuis le temps que je le répéte... Vous aussi vous êtes mort de honte lorsque la vidéo des aveux de Dave s'est enclenchée dans le sac de Mike ? Vous me rassurez. La conclusion de cette intrigue est affligeante : Mike et Susan s'embrassent tendrement car beaucoup trop d'émotion. Plus de peur que de mal ! Pendant ce temps-là, cette pauvre Katherine est comme une conne à l'aéroport. J'ai eu bien de la peine pour elle, et encore plus pour Dana Delany qui aurait mieux fait de partir à la fin de la saison dernière tout compte fait. Le cliffhanger est certainement le plus inconsistant que la série nous ait offerte : Mike se marie mais le visage de la mariée est caché sous son voile. De qui s'agit-il ? Il n'y a pas 36 options. Soit c'est Susan, soit c'est Katherine, soit c'est une inconnue (mais en deux mois, se marier déjà avec une autre femme, on a un peu de mal à y croire). Je pense qu'il s'agit de Katherine car Susan et Mike finiront bien ensemble mais à la toute fin de la série, pas avant ! Petite pensée également pour Gale Harold qui se retrouve dans une drôle de position. A quoi son personnage a-t-il servi ? Reviendra-t-il l'année prochaine ? Le pire, c'est qu'on s'en tape complètement. Je passerai sur l'agacement chronique que Susan peut nous procurer pendant ces deux heures. Et encore une intrigue fil-rouge de ratée, bravo !

vlcsnap_189069

   Après une saison bien merdique la concernant, Bree est peut-être le personnage qui s'en sort le mieux dans ce double épisode. Dans la première partie, elle doit faire face à la colère d'Orson. C'est bon de retrouver le Orson effrayant des débuts même si ça ne dure pas longtemps. Puis c'est joussif de voir Bree se faire à ce point marcher sur les pieds. Le petit stratagème de son mari est digne des siens. Ils étaient vraiment fait pour être ensemble. Dans la deuxième partie, le rapprochement avec Karl se fait sans aucune subtilité mais il est prometteur. Leur duo fonctionne à merveille tant ils sont différents. On se demande quand même comment tout cela va finir et pour combien de temps encore Kyle McLachlan va devoir subir des histoires qui ne sont vraiment pas à la hauteur de son talent. Un ménage à trois pourrait être une piste intéressante et pas encore traitée dans la série mais je crains que l'on se dirige vers un simple adultère, qui entraînera inexorablement le divorce des Hodge qui tarde à venir.

   J'ai dû mal à croire que les scénaristes aient osé faire ça à Lynette. Le retour de son cancer ? Non ! C'eut été trop intéressant. La voilà à nouveau enceinte et encore de jumeaux en plus ! C'est une idée totalement stupide. Ca fait son petit effet sur le coup, c'est amusant de voir la tête de Lynette et Tom quand ils apprennent la nouvelle, mais ce que ça implique pour les intrigues des Scavo l'année prochaine se résume en un mot : recyclage. Ca a déjà été ça toute cette saison et ça va continuer. Le bond de 5 ans n'aura servi à rien dans l'ensemble -sauf peut-être pour Gaby et encore, elle est bien vite retombée dans ses travers- et en particulier pour Lynette. Ses enfants ont beau avoir grandi, elle est toujours confrontée aux même problèmes. On notera que la possibilité d'avorter n'a pas été évoquée une seule seconde, ce qui est une constante dans la série. Danielle non plus à l'époque n'a pu l'envisager.

   Et puis il y a Gabrielle. Le personnage a grandement perdu de sa fraîcheur mais il lui reste toujours quelques lignes de dialogue réussies à chaque épisode. Je ne reviendrais pas sur ma passion pour Juanita. Sa nouvelle intrigue (fil rouge ?) à venir ne m'inspire pas grand chose pour le moment. Les Solis accueillent la petite-fille d'une vieille tante de Carlos chez eux et, en plus d'être une mini-Gaby (ou une maxi-Kayla ?) en puissance, possiblement encore plus bitchy, elle cache semble-t-il de lourds secrets. Lesquels ? C'est certainement ce que l'on découvrira dans la saison 6. Elle a tué quelqu'un ? C'est la première chose qui nus vient forcément à l'esprit. Et je dirais même plus qu'elle a écrasé quelqu'un puisque c'est le truc qui revient systématiquement à Wisteria Lane ! Pourquoi les scénaristes se creuseraient-ils la tête à chercher une histoire originale et innatendue ? 

vlcsnap_187494

vlcsnap_179312 vlcsnap_175028 vlcsnap_145249


// Bilan // J'ai beau essayé de trouver des points positifs à ce Season Finale, il n'en a quasiment pas. Rien, absolument rien, ne donne envie de voir la suite. Ni le cliffhanger, ni les amorces d'intrigues pour chacune des housewives. On se dirige vers du vu et revu et j'ai vraiment du mal à comprendre que l'équipe de la série ne se remette pas en question et ne cherche pas à relancer l'intérêt d'une manière ou d'une autre. Le bond de 5 ans aurait pu être LA solution mais ils n'ont pas su le gérer correctement. Je serai bien entendu au rendez-vous de la saison 6 car je ne peux pas me résoudre à abandonner la série comme ça mais, si j'avais encore un maigre espoir que cela s'arrange, je n'en ai aujourd'hui plus du tout. Desperate Housewives est définitivement morte avec le départ d'Edie.   

dnesv2finarticleminibanpk8

27 avril 2009

Desperate Housewives [5x 2o]

dnes_v2_dh_susan_mini_ban

Rose's Turn // 13 4oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_89480

   Edie morte et incinérée, la vie reprend son cours normal à Wisteria Lane. Mensonges, trahisons et albinos méchant, voilà le programme de cet épisode not-so-bad. La grande question était de savoir comment rendre encore intéressante la vengeance de Dave sans Edie dans les parages. La réponse : un bon retournement de situation que l'on n'a pas vu venir ! Après avoir cabotiné comme à son habitude, Susan fait une grande révélation à Dave : ce n'est pas Mike qui conduisait lors du fameux accident de voiture mais elle ! Il n'en faut pas plus à Dave pour sortir de sa dépression. Il a changé de cible désormais : ce n'est plus à Mike qu'il veut faire du mal mais à Susan. Et quoi de plus horrible que de tuer son si trognon M.J. ? Soyons sérieux, on veut nous faire croire qu'il va lui faire du mal mais on n'y croit pas une seule seconde ! Il ne touchera pas à un cheveux de ce gosse. Ce serait beaucoup trop politiquement incorrect. Le pied, ce serait qu'il délivre M.J. au monstrueux Art-le-pédophile mais non, ça n'arrivera pas. Avec le probable retour de Gale Harold dans la série, je miserais plutôt sur lui. C'est Jackson qui va y passer ! Puis ça permettra à Mike et Susan de se remettre ensemble puisque les scénaristes en meurent d'envie. Que va devenir Katherine ? Elle a eu le malheur de dire à Mike qu'elle voulait passer le restant de ses jours à ses cotés. Je ne vois pas trop où est le problème. Ils habitent ensemble, c'est pas pour jouer à la dînette ? Si ?

   Je sens qu'il y en a un qui ne fera plus parti du casting régulier de la série la saison prochaine, voire plus parti du casting du tout : Kyle McLachlan ! Et je crois que ce serait bien mieux comme ça. En l'espace de quelques épisodes, les scénaristes ont trouvé le moyen de foutre en l'air tout ce qu'ils avaient bâti autour du personnage d'Orson. Sa kléptomanie n'en finit plus d'être ridicule, il a perdu tout sens de l'humour et il retrouve, par moment, ses airs inquiétants du début de la saison 3, lorsqu'on voulait nous faire croire qu'il était un serial killer de la pire espèce. Souvenez-vous de sa pauvre femme tombée du toit et de Monique machin. Il entraîne Bree dans sa chute, quoiqu'elle avait déjà commencé à sombrer depuis un petit bout de temps. Alors ce divorce ? On le prononce et on en parle plus ! Non, faut pas rêver. Il va falloir qu'il arrive encore mille et une péripéties sans intérêt avant de se décider.

   Là où l'épisode est bon, pas excellent mais bon, c'est autour des intrigues croisées des Solis et des Scavo. On avait déjà eu l'occasion de remarquer une alchimie intéressante entre Lynette et Carlos mais l'on découvre aujourd'hui que Tom et Gaby ont aussi un potentiel ensemble. Pas un potentiel amoureux, quoique, mais un potentiel burlesque suffisant pour nous faire passer de bons moments de comédie. Le coup de Carlos qui voit Lynette nue après être tombée dans la douche était très cliché et légèrement ridicule sur les bords (il l'entend tomber de la porte d'entrée alors qu'elle est au 1er étage la porte de la salle de bain fermée) mais c'était amusant. Gaby qui surveille Tom et qui lui prodigue de bons conseils afin qu'il ne trompe pas sa femme, c'est déjà plus étonnant. La scène du dîner était pas mal du tout, pas tordante non plus mais on se contente de peu maintenant de toute façon. Où vont aller ces intrigues ? Tom va-t-il tromper Lynette ? Ce serait presque une bonne chose, pour rompre enfin la routine. En même temps, j'aime l'idée de ce couple indestructible... Combien de temps encore vont tenir les scénaristes avant de craquer ? C'est pas le tout mais il y a encore 4 saisons à occuper ! Mon Dieu, quand j'y pense...   

vlcsnap_95799


// Bilan // On ne peut pas dire que l'absence d'Edie se fasse terriblement ressentir dans cet épisode à peu près correct. A l'approche de la fin de la saison, il manque tout de même de quoi susciter l'intérêt. Ca promet pour les 3 épisodes à venir...

dnesv2finarticleminibanpk8

24 mars 2009

Desperate Housewives [5x 18]

dnes_v2_dh_group_mini_ban

A Spark To Pierce The Dark // 14 61o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_34446

   Ils l'ont fait ! Ils ont tué Edie Britt ! Enfin ce n'est pas sûr. Je reste sur mes gardes. Un sauvetage est encore possible. Après tout, elle ne s'est prise qu'une décharge électrique après un accident de voiture. Ce n'est pas non plus si dramatique que ça ! Je suis moqueur mais avant tout parce que j'estime que, si cette idée de mort "spectaculaire" était bonne, sa mise en oeuvre est complétement ratée. Ce n'est ni choquant, ni sur-le-cultant. Et un personnage comme celui-là méritait certainement une mort plus éprouvante. Encore une fois, peut-être qu'elle n'est pas encore morte. J'aurai limite préféré que Dave l'étrangle, comme il s'apprêtait à le faire. Ou qu'elle meurt il y a deux ans, lorsqu'elle avait tenté de se donner la mort. Enfin, c'est ce que l'on avait voulu nous faire croire. Ca ne collait pas du tout avec l'esprit du personnage mais ça aurait eu le mérite d'être surprenant. Là, franchement, c'est presque une mort comme une autre à Wisteria Lane. On ne compte plus les accidents de voiture, mortels ou pas d'ailleurs. On pourrait voir ça comme une ironie du sort, la vengeance de Dave étant la résultante d'un accident de voiture qui a causé la mort des deux êtres qui lui étaient les plus chers au monde. Mais bon. Mama Solis a connu le même sort il y a bien longtemps et puis il y a eu Orson qui a failli tuer Mike en lui roulant dessus aussi. A ce que je sache, il y a mille façon de faire mourir les gens autrement que par un accident de voiture. Et je pense à autre chose qu'un gros coup de vent, genre le jour d'un terrible ouragan qui ne fout en l'air qu'une maison sur deux. Au-delà de ça, Edie n'était certainement pas le personnage qu'il fallait tuer. C'est la seule qui avait su garder encore un peu de fraîcheur et qui était toujours systématiquement drôle ! Inutile de dire que sa mort va être encore un peu plus fatale à la série et elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Je commence à sérieusement envisager de ne pas aller au-delà de la saison 5. Je sais bien que je ne pourrais pas m'empêcher de regarder la 6ème, au moins pour le plaisir de critiquer, gnarf gnarf gnarf. Ca donnera de l'eau au moulin à mes détracteurs en plus -oui, je fais genre que je suis persecuté, j'aime bien ça, ça me donne un peu plus d'éclat. 

   Le camping trip de Dave était un beau pétard mouillé, comme prévu. De l'aveu même de cette bonne vieille Mary Alice d'ailleurs ! Je vous jure que ça ne me fait pas plaisir d'avoir raison ! Mais c'était tellement couru d'avance... Je ne sais pas ce qui est le plus ridicule. Que Mary Alice nous dévoile le plan -merdique- de Dave avant qu'il ne le mette en place -le contraire aurait permis un peu plus de suspense et de surprise- ou que Dave échoue aussi bêtement si près du but ? Il avait oublié d'éteindre son portable le bougre d'âne ! Non et puis les gros plans sur le fax d'Edie qui n'a plus de papier, c'est juste ridicule ! Et ça dure 30 minutes en plus ! Donc en gros : on nous a emmerdé avec cette histoire de camping en forêt pendant 5 épisodes pour RIEN. Le plan échoue et on passe à autre chose. On voit à peine Mike et Katherine, qui sont quand même les cibles de l'albinos (pardon à tous les lecteurs albinos du blog, en même temps j'ai rien dis de méchant !), et ils passent pour deux joyeux scouts bien benêts. On se demande encore pourquoi ils ont accepté de venir ! Ca n'aurait pas été plus intéressant d'emmener Edie avec eux ? Et je sais pas, un poteau électrique aurait pu lui tomber dessus, s'ils tenaient tend à électrocuter la femme la plus électrique de Wisteria Lane ! En admettant qu'Edie soit morte, Dave va peut-être enfin pouvoir nous prouver de quel bois il se chauffe, non ? Au fait, je vous ai dis à quel point Nicolette Sheridan a été mauvaise dans sa dernière scène ? Eh bien c'est fait. C'est désolant jusqu'au bout tout ça, j'vous jure !   

vlcsnap_44064

   Si j'ai accordé tant de temps dans ma review à l'affaire Edie-Albinos, c'est un peu parce que les autres intrigues se passent presque de commentaires. Mais comme je suis là pour commenter, je vais bêtement commenter. Si seulement j'étais payé pour faire ça... La dynamique Lynette/Carlos jusqu'ici peu explorée est une des rares bonnes idées de cette navrante saison 5. Dommage que Lucie prenne tant de temps d'antenne. Elle était plutôt sympathique la semaine dernière, elle est présentée comme une grosse connasse cette semaine. Allez comprendre ! Ca ne mène à pas grand chose, à part à Carlos de la virer, ce qui est un soulagement et pour Lynette et pour nous. Et pour Gaby aussi mais on n'en parle pas vraiment. Non, Gaby, son problème, c'est qu'elle s'ennuie chez elle toute seule. Et puis quand Carlos est là, il est trop fatigué pour l'honorer. Ca ne vous rappelle rien ? Siiiiii, la saison 1 ! Manquerait plus que ce petit beau de gosse de jardinier revienne lui brouter le gazon pour que la boucle soit bouclée ! Alors Gaby a beau dire elle-même qu'ils en reviennent toujours aux même problèmes et que ça la désole, c'est une fois de plus la preuve que les scénaristes ne savent vraiment plus quoi faire d'elle et d'Andrea Bocelli. Et si elle se décidait enfin à bosser ? Ca l'occuperait, non ? Tiens, secrétaire de son mari ! Ca permettrait de ne pas trop la déconnecter du reste des intrigues ! Oui mais non. Elle a du shopping à faire. Et puis ça prend du temps tous ces brushing maintenant qu'elle est redevenue belle. Allez soyons fous : et si elle allait risquer sa vie pour sauver Edie et s'électrocutait elle aussi ?

   Après nous avoir barbés avec la kléptomanie -notez que j'orthographie mal ce mot depuis plusieurs reviews- d'Orson, les scénaristes n'ont rien trouvé de mieux que de pousser le grotesque jusqu'à le faire devenir... cambrioleur ! Et pas un amateur attention. Il a carrément sorti la cagoule ! Non vraiment, j'ai honte pour Kyle McLachlan. Il n'y est pour rien mais je ne sais pas, il est encore temps de fuir ! Remarque, un divorce est en train de se profiler. Ca pend au nez du couple Hodge depuis la saison dernière (enfin 6 ans quoi) donc ça devrait finir par arriver. Je ne sais pas qui est le plus con dans l'histoire : Orson qui se comporte comme un imbécile ou Bree qui n'a toujours rien compris aux hommes ? Elle avait les mêmes problèmes avec Rex en saison 1. Et on sait comment ça s'est terminé... Oh dites, j'allais oublier Susan ! Peut-être parce que sa storyline est plus que dispensable ? L'intrigue façon The L Word de la semaine dernière était sympatoche, celle de cette semaine est sans intérêt aucun. On assiste à un énième retour de Karl et on en arrivait à un point où ils ne sont plus drôles du tout. Il y avait une alchimie à une époque mais elle a été usée jusqu'à la moëlle. Et croyez-moi, en matière de sac d'os, Teri Hatcher est au point (ceux qui n'ont pas compris cette blague ô combien désespérante peuvent aller mourir en enfer). Donc voilà, en gros ça n'apporte rien et ce n'est plus drôle. Puis la dernière fois que j'ai vu Richard Burgi, c'était dans Nip/Tuck et il baisait des canapés -vous avez bien lu, "des canapés" et pas "sur des canapés"- alors comprenez ma déception.    

vlcsnap_50256


// Bilan // Si cet épisode a réussi une chose, mais vraiment rien qu'une infime chose, c'est de me donner envie de voir le suivant. D'abord pour voir s'il sera pire que celui-ci et, ensuite, pour savoir si Edie va survivre oui au non ! Pour le reste, je ne vais pas redire tout ce que je viens d'écrire. C'est médiocre et puis c'est tout (à prononcer façon Philippe Lucas) !

dnesv2finarticleminibanpk8

   

11 mars 2009

Desperate Housewives [5x 16]

dnes_v2_dh_mini_ban_essai1

Crime Doesn't Pay // 13 65o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1


vlcsnap_105407

   Vous n'avez pas aimé l'épisode précédent ? Eh bien, vous n'aimerez certainement pas celui-là non plus. Les scénaristes ont choisi de continuer sur leur lancée en dissertant encore un peu plus sur le vide. C'est que je fais aussi en écrivant cette critique d'ailleurs, notez l'ironie. Il n'y a qu'une seule intrigue qui était à peu près réussi, celle de Tom et Lynette. La pizzeria appartient désormais au passé donc on part sur autre chose. Les deux amants terribles se battent pour obtenir un job lors d'un repas mouvementé chez les Hodge. L'alchimie entre Felicity Huffman et Doug Savant est telle que l'on passe un bon moment à les regarder se chamailler. Les répliques sont bonnes et politiquement incorrectes (le coup du cancer qui plombe carrément l'ambiance et qui est juste ignoble !). Quel avenir pour les Scavo ? L'un des deux, voire les deux, va retournait bosser ? Leurs enfants sont grands maintenant, plus la peine de rester à la maison. Je ne suis pas très optimiste pour la suite puisque des intrigues Tom/Lynette au boulot, on en a déjà eu pendant deux saisons. Quelle sera la valeur ajoutée cette fois ?

   L'intrigue de Bree et Orson est habilement mêlée à celle de Tom et Lynette mais quelle idée franchement ! Orson cléptomane, ça n'a vraiment aucun intérêt. D'ailleurs, est-ce vraiment de la cléptomanie ? Pas vraiment. Orson vole les gens qui, selon lui, ne le respecte pas. C'est vrai que l'invité des Hodge était un beau connard. Mais les vols de boucles d'oreilles et autres figurines n'étaient que des caprices idiots. En plus, vu que Bree est au courant, il n'y a même pas de mini-suspense. J'adore Orson mais je préfère ne pas le voir que de le voir embarqué là-dedans. Au secours ! Dans le genre sans intérêt, on a aussi l'intrigue de Gaby et Carlos qui se poursuit. Le boss de Carlos trompe sa femme et Gaby est au courant : la belle affaire ! Ca se termine par un meurtre et c'est vraiment too much. Encore, ça se serait passé avec des personnages que l'on connaît bien et à qui l'on tient. Mais là ? J'espère que ça ne va pas continuer dans le prochain épisode... Par ailleurs, Gaby est donc bien redevenue une pimbêche insupportable.

   Susan à l'école ? Non, toujours pas. Susan jalouse de Katherine ? Oh oui, encore ! Je rigole. C'est un supplice de voir Teri Hatcher à l'écran se démener comme elle peut dans une histoire qui n'intéresse plus personne. Et c'est encore plus dramatique de constater que Katherine est restée dans la série pour écoper de ça. Pauvre Dana Delany. Il n'y a bien que la scène où elle vient voir Susan en pleurs qui valait le coup d'oeil. Quant au mystère Dave qui n'en est pas un, il ne se passe rien. Edie sent bien que quelque chose ne tourne pas rond mais logiquement, elle aurait dû le comprendre depuis trèèèèèès longtemps. So what ? On attend désespérement que Dave mette son plan à exécution. On nous le promet depuis le début de la saison... 

vlcsnap_99049


// Bilan // En l'espace de 42 minutes, seules deux scènes ont su retenir mon attention : le dîner chez les Hodge et le petit speech de Katherine à Susan. Le reste est parfaitement insipide.

dnesv2finarticleminibanpk8

   

10 février 2009

Desperate Housewives [5x 14]

dnes_v2_dh_mini_ban_essai1

Mama Spent Money When She Had None // 13 7oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars2


vlcsnap_194526

   Pourquoi les audiences de Desperate Housewives ne remontent plus ? Cet épisode est la parfaite réponse ! On multiplie les storylines anodines, qui découlent toutes plus ou moins de ce fameux bond de 5 ans. Comment accrocher alors les télespectarteurs ? Puis on se sent obligé de nous rabâcher sans arrêt que unetelle a drôlement changé en 5 ans ! Sauf que c'est faux. Par exemple, lorsque Lynette et Bree se disputent, la première jette à la figure de l'autre un terrible : "Il y a 5 ans, tu n'aurais jamais réagi comme ça". Mais quelle connerie ! Bien-sûr qu'elle aurait fait la même chose il y a 5 ans. Elle a toujours aimé fourrer son nez dans ce qui ne l'a regardé pas. En plus, pour le coup, ça la regarde un tout petit peu. Elle a quand même mis pas mal d'argent dans le resto des Scavo. Dès le départ, on sent qu'il va y avoir embrouille et ça ne rate pas. Le fait que ce soit prévisible n'est pas tellement un problème tant que ça donne un truc drôle et prenant. Mais ce n'est pas le cas. En plus, comme il n'y a pas réconciliation à la fin de l'épisode, on est sûr d'en bouffer au prochain ! Ceci dit, c'était peut-être la meilleure intrigue de l'épisode donc ...

   Gabrielle nous a rejoué, pour la énième fois de la saison, le rôle de la femme qui a changé, évolué, mûri. Cette évolution est la bienvenue et elle était plutôt bien gérée dans les précédents épisodes mais c'est bon, on a compris. Il faudrait peut-être pensé à passer à autre chose. Tout un épisode sur "Je n'arrive pas à rentrer dans ma robe, vite, il faut que je fasse de l'exercice !", c'est limite. Et puis vive le foutage de gueule ! Comment les télespectatrices pourraient s'identifier à ça ? Gabrielle se plaint d'être trop grosse, allons bons ! Vous avez vu Eva Longoria ? On se contente de lui mettre un jogging et de lui couper les cheveux et on est censé la trouver moche et mal foutue ? La bonne blague ! Quand je repense aux déclarations de Marc Cherry qui disait qu'Eva Longoria avait accepté avec joie l'idée que son personnage soit enlaidi à l'écran ... Elle est toujours aussi belle. Elle est juste un peu moins maquillée, un peu moins coiffée et mal fagotée. La partie boot camp était ridicule, exagérée, déjà vue ailleurs. Même le punch d'Eva Longoria et Nicolette Sheridan ne suffisaient pas.

vlcsnap_175780

   Susan n'a pas changé ! Elle est toujours aussi lourde. Elle veut à tous prix faire entrer MJ dans une école prestigieuse de Fairview mais quand elle voit le prix que cela va lui coûter, elle déchante. Alors elle en veut à Mike parce qu'il ne gagne pas assez d'argent. Elle, elle ne fout jamais rien mais c'est pas grave, c'est toujours la faute des autres. Alors quand elle découvre que Mike a offert un collier de perles à Katherine, elle voit rouge et elle nous fait son cinéma habituel, on ne peut plus lassant. Au final, elle passe encore pour une conne mais elle essaye de se racheter une conduite en prenant un job dans la future école de MJ. De nouvelles gaffes sont donc en prévision. Pour le coup, ça peut-être sympa de la faire sortir de son contexte habituel. On la voit rarement en dehors de Wisteria Lane (ou de l'hosto).

    Le cas Dave semble ré-intéresser les scénaristes. On est encore loin du dénouement mais les suspicions sur son cas sont de plus en plus nombreuses car Bob sait que c'est lui qui a vendu Porter à la police et il s'empresse de le raconter à Lee, qui s'empresse de le dire à Tom. Tom sort ses gros poings et comprends vite qu'on ne rigole pas avec Dave. Cet homme est effrayant. Enfin il est censé l'être mais on ne marche plus vraiment. A part devenir tout rouge et faire les gros yeux, c'est assez limité. On attend toujours qu'il passe à une phase plus directe de son plan d'approche. Il est de plus en plus bizarre avec Edie, qui ne se doute toujours de rien. L'avantage dans tout ça, c'est que ça n'est pas prévisible. On ne sait pas bien à quoi s'attendre pour les prochains épisodes, hormis sa probable mort. Mais dans le season finale hein ! Les voisins homo ont servi à quelque chose, c'est la bonne nouvelle du jour !

vlcsnap_185396


// Bilan // Difficile de faire moins consistant que cet épisode. Tout est déjà vu et sans surprises. Le 100ème épisode était donc bien une parenthèse enchantée ... La crise vue par les résidentes de Wisteria Lane, c'est quand même un sacré foutage de gueule ! (On cherche encore la satire sociale des premières saisons). 

35064861