22 mars 2014

The Mason Twins [Pilot Script]

20443688 (2)

THE MASON TWINS

Comédie (Single-camera) // 22 minutes

44030376

Ecrit et produit par Casey Wilson (Happy Endings) & June Diane Raphaël (Meilleures Ennemies). Co-produit par Stacy Traub (Glee, Ce que j'aime chez toi). Pour NBC & ABC Studios. 36 pages.

Deux jumelles se retrouvent après avoir été séparées durant 15 ans. Lorsque la vie de citadine parfaite de l'une s'écroule, l'autre la recueille chez elle, dans la petite ville où elles ont grandi et qu'elle n'a jamais osé quitter. Elles ont toutes les deux passé la trentaine, mais elles n'ont pas franchement mûri. Il est en temps qu'elles s'entraident, pour le meilleur et pour le pire...

Avec Erinn Hayes (Children's Hospital, Guys With Kids, Worst Week), June Diane Raphaël (New Girl), Todd Grinnell (Desperate Housewives), Windell Middlebrooks (Body Of Proof, Scrubs), Bret Ernst...

 

   Cette saison, plusieurs studios internes aux chaînes ont réussi à vendre l'un de leurs projets à un autre network, et c'est particulièrement vrai pour ABC Studios qui en a placé plusieurs chez NBC et CBS. Une stratégie financière pas forcément payante pour nous téléspectateurs car ce sont souvent les scripts qui ont le moins convaincu la chaîne mère qui atterrissent chez la concurrence. L'argument, c'est de dire qu'ils ne correspondent pas à ce qu'elles recherchent pour leurs propres grilles mais qu'elles ont du potentiel pour les autres. C'est sûrement vrai, en partie. Mais dans le cas de The Mason Twins, production ABC Studios qui se retrouve chez NBC, c'est faux. ABC aurait très bien pu la diffuser sur son antenne ! Elle sonne plus comme une comédie qui aurait été proposée il y a quelques années, du type Samantha Who?, mais elle n'aurait pas juré non plus. Non, la vérité c'est que ce pilote est moyen en l'état.

   Le concept de départ, plutôt sympathique, très girly, aurait pu déboucher sur quelque chose de cool. Et les deux actrices principales, deux stars de la comédie en herbe, devraient pouvoir en faire quelque chose de regardable. Il se pourrait même que si commande en série il y a, The Mason Twins devienne vraiment agréable à suivre. Il y a du potentiel. Mais tout ce que ce pilote propose, c'est une présentation des héroïnes un peu trop appuyée sur des clichés éculés, une mise en place lourde -on sait très bien que Lizzie va rester vivre avec sa soeur Pender au final, sinon il n'y a pas de série- et un univers pas assez marqué, surtout que les personnages secondaires ne sont pas loin d'être inexistants. Le personnage de Lizzie a clairement été écrit pour Casey Wilson par Casey Wilson, mais pour des raisons que j'ignore, elle a préféré jouer dans le pilote de son compagnon, Marry Me, à peu près d'égale qualité (j'en parle ICI). Du coup, je ne sais pas si Erinn Hayes parviendra à faire ce que Casey Wilson est capable de faire avec un personnage très proche de celui qu'elle interprétait dans Happy Endings, mimiques comprises. En tout cas, c'est du Casey Wilson pur jus, avec tout ce que cela comporte de délires et de cabotinage. Pender est une héroïne un peu plus intéressante mais pas si atypique : c'est la fausse blonde idiote mais touchante qui se révèle ne pas être si idiote que ça mais toujours aussi touchante ! Et à la fin du pilote, elle a retrouvé sa couleur d'origine et un morceau de son cerveau d'origine aussi. Certaines de ses réflexions m'ont bien fait marrer. Plus que celles de Lizzie, un peu trop sérieuse et casseusse d'ambiance parfois. La complicité des actrices pourrait rendre tout ça meilleur. Le seul personnage secondaire un tant soit peu intéressant est l'ancien meilleur ami (gay) de Lizzie, désormais handicapé, qui lui en veut de l'avoir abandonné mais qui est prêt à lui pardonner tant il s'ennuie dans cette ville. Touchant, là aussi. C'est vrai qu'au bout du compte, malgré l'absence de subtilité dans les rapports des uns avec les autres, il en ressort quelque chose d'attendrissant qui laisse supposer que l'on pourrait aisément s'attacher à eux sur la longueur.

   The Mason Twins est une comédie girlie un peu trop gentillette et facile, qui ne me paraît pas vraiment convenir aux standarts de NBC. Quoiqu'après tout, About A Boy s'en sort plutôt bien sur le même créneau. Elle était toutefois d'emblée un peu plus convaincante... Je ne mise pas beaucoup dessus en somme !

Posté par LullabyBoy à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 avril 2013

Holding Patterns [Pilot Script]

20443688

HOLDING PATTERNS

Comédie (Multi-Camera) // 22 minutes

44030376

Créé par Justin Spitzer (The Office). Pour Universal Television & NBC. 55 pages. 

La veille de son mariage avec Sabrina, sa petite amie de longue date, Griffin Brady, ainsi que sa meilleure amie et le frère de celle-ci, sont victimes d'un crash d'avion. Ils survivent tous au drame mais leurs vies ne seront plus jamais les mêmes...

Avec Erinn Hayes (Worst Week, Parenthood, Guys With Kids), Humphrey KerLuka Jones (Up All Night), Kate Lang Johnson (Perdons Unknown), Nelson Franklin (New Girl, The Office, Traffic Light), Oscar Núñez (The Office), Kimiko Glenn...

 

   Après le Friends With Better Lives de CBS, voici l'autre sitcom "d'amis" de la saison, pour NBC cette fois : Holding Patterns. Son point de départ a le mérite d'être bien plus original. Il est même presque excitant, non ? Mais le problème est immuablement le même : une fois le pilote passé, et éventuellement les deux ou trois épisodes suivants qui feront forcément référence au crash d'une manière ou d'une autre, qu'en restera-t-il ? A part une éventuelle philosophie de vie pour les personnages, sans doute pas grand chose. Et encore, à la fin de ce script, rien ne l'indique. Le synopsis officiel prétend que "leurs vies ne seront plus jamais les mêmes". J'aimerais bien savoir comment... Non, ça deviendra une simple sitcom de potes comme une autre si elle est commandée en série. Mais en soit, si elle est efficace, pourquoi pas ? J'aime à rappeler que Friends, à la base, ça faisait pas super envie. Et pourtant...

    Beaucoup de choses ne vont pas, à commencer par les répliques. Il y en a de bonnes, de temps en temps, voire de très bonnes, plus rarement. Mais dans l'ensemble, on ne peut pas dire que l'on se marre beaucoup. Oh, ne vous attendez pas à pleurer non plus. Le scénariste aurait éventuellement pu jouer sur l'émotion, il est quand même question d'un crash. Mais non, pas vraiment. Il y en a peut-être au moment où l'avion plonge dans le lac, parce qu'un personnage avoue son amour secret pour un autre croyant qu'ils vont tous mourir. Mais ça s'arrête là. Et personne ne meurt, soit dit en passant. Même pas un figurant. Je sais bien que l'on est dans une comédie, mais pour donner un peu plus d'impact et de poids à l'histoire, il aurait peut-être fallu oser un peu plus. Là, franchement, on n'a pas l'impression d'un accident d'avion mais plutôt d'un atterrisage forcé en milieu hostile. Mouais. Tout l'acte 1 est consacré à la préparation du mariage avec des discussions assez banales. L'acte 2 se déroule à l'aéroport puis dans l'avion. On va dire que c'est la meilleure partie, mais c'est bizarrement les passages au téléphone entre la future mariée -partie en avance pour préparer la cérémonie- et son promis qui fonctionnent le mieux sur le papier. Ce qui lui arrive à elle -les organisateurs ont inversé le mariage avec une soirée "sweet sixteen, biches !"- est plus marrant que la panique à bord. L'acte 3 se déroule après le crash, à l'hôpital, et on retombe dans une certaine banalité. Concernant les personnages, j'ai assez peu de choses à dire. On a les âmes soeurs -amis d'enfance- qui se rendent compte qu'ils s'aiment, en fait. Mignonnets. Le frère loser/débile mais pas trop. Bien entendu. Mwarf. La bonne copine awkward, qui parle tout le temps et dit n'importe quoi. Usante. Le bon pote cynique. Pas attachant. Trop tôt pour cela. On est dans des schémas hyper classiques, qui ne sont pas sans rappeler ceux de Friends. Sauf que Ross est une fille et Rachel un mec. Et Monica un mec aussi. Sauf que je ne pense pas qu'il sortira un jour avec le "bon pote cynique". Bref. Côté casting, quand Chyler Leigh et Robert Buckley en faisaient encore partie, on connaissait au moins quelques têtes même si leur confier des rôles dans une comédie semblait inappropriée au regard de leur talent disons plus dramatique. Maintenant, à part Erinn Hayes que j'aime bien... Mais ces petits nouveaux sont peut-être très bons !

   Au concours du "pitch prometteur le plus gâché", Holding Patterns pourrait gagner. Il faut dire qu'il aurait donné quelque chose de plus intéressant en comédie single-camera ou carrément en dramédie. Là, le crash dans des décors en carton, je le sens moyen. Et comme les blagues ne suivent pas vraiment. Je suis quand même curieux de voir ce que ça peut donner, mais je n'y crois pas trop. Remarque, une fois que NBC l'aura couplée à Guys With Kids ou Whitney, tout cela aura peu d'importance...

13 septembre 2012

Guys With Kids [Pilot]

NUP_151205_0008_guys_with_kids_key_art_iliketowatchtv

Pilot // 6 280 000 tlsp.

 44030375_p

 

What About ?

 Trois trentenaires, qui n'ont pas encore grandi dans leurs têtes, doivent pourtant désormais assurer dans leur rôle de père au foyer, de mari, de petit ami ou d'ex petit ami...

Who's Who ?

Sitcom créée par Charlie Grandy (Saturday Night Live, The Office). Réalisé par Scott Ellis (Frasier, Weeds, 2 Broke Girls). Produit par Jimmy Fallon. Avec Anthony Anderson (The Shield, Law & Order), Zach Cregger (Friends With Benefits), Jesse Bradford (The West Wing, Outlaw), Jamie-Lynn Sigler (Les Soprano, Entourage, Ugly Betty), Tempestt Bledsoe (Cosby Show), Erinn Hayes (Worst Week, Parenthood)...

What's More ?

Erinn Hayes remplace Sara Rue dans la deuxième version du pilote après que cette dernière, engagée sur deux pilotes à la fois, se soit désistée. L'autre comédie étant Malibu Country, à découvrir dans quelques semaines sur ABC. On verra si elle a fait le bon choix (mon petit doigt me dit que oui...)

Le titre originel de la série était DILF (Daddys I'd Like To Fuck).

So What ?

   Quand une sitcom comme Guys With Kids se retrouve à l'antenne -et on y a droit chaque année- il y a deux questions essentielles à se poser afin de comprendre : qui produit ? quel est le budget ? Dans le cas présent, réponse numéro un : Jimmy Fallon, l'un des présentateurs vedette de NBC. Réponse numéro deux : aucune idée, mais ni les acteurs ni les décors n'ont dû coûter cher. Et que dire des auteurs ? En agrégeant ces deux résultats, on obtient une explication très simple : NBC a voulu faire plaisir à l'une de ses stars tout en ne dépensant pas un rond. Si vous voyez une autre raison, moins ridicule, je suis preneur. Je n'ai pas encore parlé du contenu mais, clairement, ce n'est pas un facteur qui a été pris en compte lors de la commande. Je ne sais pas ce que donnaient des pilotes comme Downwardly Mobile, Susan 313 ou Lady Friends, mais s'ils étaient encore plus mauvais que celui-là alors il faudrait sérieusement envisager de virer les exécutifs chargés de dénicher les futurs comédies à succès de la chaîne, ou leur acheter un sens de l'humour. Au choix.

    Je n'irai pas jusqu'à dire que le pilote de Guys With Kids est irregardable puisque je l'ai suivi jusqu'au bout, que je n'ai pas eu une envie irrépressible d'arrêter en plein milieu et qu'à deux ou trois reprises j'ai esquissé ce qui ressemblait, il me semble, à un sourire. En revanche, je n'étais certainement pas hilare comme le public présent lors du tournage (ou celui des bandes sonores pré-enregistrées). Soit ces gens sont payés, soit on les fait boire en attendant que ça commence, soit il ne s'agit que de membres des familles des comédiens. Quatrième hypothèse : ils sont très bon public. Aïe, je crois bien que c'est ça... L'idée de départ -des pères élèvent leurs enfants pendant que leurs femmes travaillent- est faussement moderne puisque traitée de manière insultante aussi bien pour les hommes -débiles- que les femmes -méchantes. Les dix premières minutes sont assez pénibles, étant donné que les répliques tombent à l'eau les unes après les autres de façon tout à fait embarrassante. Le quart d'heure suivant est un peu plus réussi, donnant l'occasion aux différents protagonistes de sortir légèrement de leurs caricatures et en offrant en même temps la possilbité à leurs interprétes de ne pas être totalement morts de honte à la fin. S'il fallait désigner un maillon faible, ce serait Chris (Jesse Bradford), le moins drôle de la bande et celui qui hérite de l'intrigue la plus ennuyeuse et convenue. Anthony Anderson ne s'en sort pas si mal, mais l'entendre répéter à longueur d'épisode qu'il est fatigué et qu'élever quatre enfants c'est dur nous rappelle combien la série tourne déjà en rond au bout de 20 minutes ! Son petit couple est assez mignon en tout cas. Le troisième gai luron, Nick, m'inspire une certaine sympathie dans le fond. L'acteur possède un bon timing comique mais pas les bonnes répliques. 

   Guys With Kids s'inscrit dans cette mode des sitcoms familiales ET de potes, hybrides donc, où les protagonistes doivent s'ajuster tant bien que mal à leur nouvelle vie de parents alors qu'ils ont plutôt envie de sortir et de s'amuser entre eux. Elles sont rarement réussies et inspirées jusqu'ici, surtout quand elles sont au format multi-caméra. Je préfère largement m'attarder sur la saison 2 de Up All Night plutôt que sur Guys With Kids. On rit un peu plus...

What Chance ?

 Si Whitney a été renouvelée pour une saison 2, absolument tout est possible. Guys With Kids aura peut-être cette chance aussi. Il aurait d'ailleurs été bien plus logique de coupler les deux comédies, plutôt que d'en associer une à Animal Practice et l'autre à... Community ! On cherche la logique. On ne la trouve pas. On est bien sur NBC !

How ?